Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le sport : que faut-il savoir ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le sport : que faut-il savoir ? le Lun 4 Avr - 9:26

Josué

avatar
Administrateur
Le sport : que faut-il savoir ?

Le sport peut être bon pour toi, ou mauvais pour toi. Tout dépend du type de sport, de l’esprit avec lequel tu le pratiques et de la fréquence de ta pratique.

Quels sont les avantages ?
Quels sont les pièges ?
Ce qu’ils en pensent
Quels sont les avantages ?
Le sport peut t’aider à être en bonne santé. La Bible reconnaît que « l’exercice corporel est utile » (1 Timothée 4:Cool. « Le sport te permet de rester actif, dit Ryan, un jeune homme. C’est bien mieux que de rester chez soi à jouer à des jeux vidéo. »

Le sport favorise l’esprit d’équipe et l’autodiscipline. La Bible prend l’exemple d’un sport pour enseigner une leçon importante. Elle dit : « Les coureurs, dans une course, courent tous, mais [un] seul reçoit le prix. » Elle affirme ensuite : « Tout homme qui participe à une compétition se maîtrise en toutes choses » (1 Corinthiens 9:24, 25). La leçon ? Il faut faire preuve de maîtrise de soi et de coopération pour suivre les règles d’un sport. Abigaïl, une adolescente, le confirme : « Le sport m’a appris à coopérer et à communiquer avec les autres. »

Le sport peut faire naître des amitiés. Le sport rapproche les gens. « Dans presque tous les sports, il y a une forme de compétition, déclare Jordan, un jeune homme. Mais si ça reste un moment de plaisir, le sport est un super moyen de nouer des amitiés. »

Quels sont les pièges ?
Le type de sport. La Bible dit : « Jéhovah lui-même examine le juste comme le méchant ; quiconque aime la violence, Son âme le hait vraiment » (Psaume 11:5).

Certains sports sont franchement violents. Lauren, une jeune femme, fait remarquer : « L’objectif de la boxe est de rouer son adversaire de coups. En tant que chrétiens, on ne veut pas se battre, alors est-ce que ce serait logique de s’amuser à regarder des gens se taper dessus ? »

Qu’en penses-tu ? Est-ce que tu t’es déjà trouvé des excuses pour jouer à des sports violents ou en regarder, en pensant que ça n’allait pas pour autant faire de toi quelqu’un de violent ? Si oui, rappelle-toi Psaume 11:5. On y lit que Jéhovah désapprouve celui qui « aime la violence », pas seulement celui qui la pratique.

L’esprit avec lequel tu fais du sport. La Bible dit : « Ne fai[tes] rien par esprit de dispute ni par désir de vous mettre en avant, mais estimant, avec humilité, que les autres sont supérieurs à vous » (Philippiens 2:3).

Bien sûr, dans toute activité où deux équipes s’opposent, il y a de la compétition. Mais la volonté de gagner à tout prix gâche le plaisir du jeu. Brian, un adolescent, déclare : « Tu peux vite avoir l’esprit de compétition. Plus tu progresses dans un sport, plus tu dois cultiver l’humilité. »

Qu’en penses-tu ? Chris, un jeune homme, admet : « Nous jouons au foot toutes les semaines, et certains ont été blessés. » Demande-toi : « Qu’est-ce qui favorise le plus les blessures ? Comment limiter le risque de blessure ? »

La fréquence à laquelle tu fais du sport. La Bible dit : « Vérifi[e] les choses les plus importantes » (Philippiens 1:10).

Tu dois te fixer des priorités : les choses spirituelles doivent passer avant le reste. Que tu participes à un sport ou que tu le regardes, souvent cela peut durer des heures. Daria, une jeune femme, confie : « Avant, je me disputais avec ma mère à propos du temps que je passais à regarder du sport à la télévision alors que j’aurais pu faire des choses plus utiles. »
https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/familles/adolescents/jeunes-s-interrogent/le-sport-que-faut-il-savoir/

Josué

avatar
Administrateur
Manque d'activité physique chez l'enfant : «une bombe à retardement»
Mots clés : sport, activité physique, obésité, sédentarité
Par figaro iconPauline Fréour - le 06/04/2016
L'insuffisante activité physique des jeunes générations actuelles risque de réduire leur espérance de vie en bonne santé.
De plus en plus assis sur leur derrière, de moins en moins dehors à se dépenser. Les enfants de 2016 ne sont pas épargnés par la sédentarité croissante. Une tendance qui inquiète les Français comme les professionnels de santé.
Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro-France Inter-MNH, 61% des Français ont l'impression que les enfants de leur entourage pratiquent de moins en moins d'activité physique par rapport aux générations d'il y a vingt ou trente ans. Voir un enfant inactif «inquiète» 69% d'entre eux, et en «énerve» 53%. Sans surprise, le développement des tablettes et jeux vidéo est désigné comme le grand responsable de cette tendance (cité par 62% des participants), loin devant la trop faible incitation des parents à sortir davantage, en deuxième position (24%).
25% de capacité physique en moins
Faut-il y voir une prise de conscience fortement espérée par les professionnels de santé? Pas sûr. «Les parents sont toujours plus désireux de faire ce qui est bien pour leur enfant, mais le message sur la nécessité de bouger a du mal à passer, note le Pr François Carré (Fédération française de cardiologie, CHRU de Rennes). Les gens ont tendance à penser que l'activité physique est bonne pour la santé. C'est un abus de langage. C'est l'absence d'activité qui est pathologique. Nous sommes faits pour bouger.»
En 2013, une étude internationale a montré que les adolescents (9-17 ans) ont perdu 25% de leur capacité physique, c'est-à-dire leur endurance, sur les quarante dernières années. Or «l'homme atteint le maximum de sa capacité physique entre 18 et 22 ans. Ensuite, il décline inexorablement. Plus il part de haut, plus il a de chances de vivre longtemps en bonne santé», explique le Pr Carré. Car même si l'enfant ne présente pas de signes visibles de cette mauvaise habitude, cela se traduira, plus tard, par une moindre espérance de vie sans incapacité. «C'est une bombe à retardement», résume le Pr Carré.
Pour se forger une bonne capacité physique, la recette est pourtant simple: il faut bouger. Faire du sport, bien sûr, mais aussi plus simplement solliciter ses muscles au quotidien, en marchant pour aller à l'école ou chercher le pain, en jouant à la marelle ou à la corde à sauter, en prenant les escaliers
 «Un enfant de 4 ans qui sait marcher, on ne le place pas d'office dans une poussette, illustre François Carré. On attend qu'il soit fatigué et demande à s'arrêter.»
Bouger au moins soixante minutes par jour
Car les bonnes (et les mauvaises) habitudes se forgent très tôt. Plus un enfant passe de temps assis, devant un écran notamment, moins il aura plus tard le réflexe de bouger. Avant 18 ans, il est recommandé de bouger pendant au moins soixante minutes par jour. Une étude britannique réalisée en équipant 6500 enfants âgés de 7-8 ans d'un accéléromètre a montré que seulement la moitié des enfants atteignaient le niveau d'activité physique recommandé.
En France, la seule étude permettant d'observer une évolution, réalisée chez des enfants de CE1-CE2 entre 2000 et 2007, met en avant une tendance à première vue paradoxale: augmentation des inscriptions dans des clubs de sport, mais aussi du temps passé devant les écrans. Or les bénéfices du sport ne compensent pas l'effet négatif de la sédentarité sur la santé. Une étude parue dans le BEH en octobre dernier montrait en revanche une corrélation intéressante entre le temps dédié aux jeux en plein air et celui passé devant un écran. «On s'est aperçus que ces jeux extérieurs rognent sur le temps passé devant la télévision ou les ordinateurs», explique l'un des auteurs, Benoît Salanave, épidémiologiste spécialisé en nutrition (INVS/Université Paris-XIII). Avec les beaux jours qui reviennent, c'est une motivation supplémentaire à sortir trottinettes, vélos et ballons.
LIRE AUSSI:
» Des experts de la petite enfance alertent sur l'usage intensif des tablettes numériques
» La télé augmente le risque de mort prématurée
» Cinq conseils pour conserver une bonne santé au bureau
Par figaro iconPauline Fréou

3 Re: Le sport : que faut-il savoir ? le Dim 24 Avr - 12:02

Josué

avatar
Administrateur

Josué

avatar
Administrateur
Votre ado boude, envoyez-le (se) promener
Que le sport ait des effets bénéfiques pour la santé est une affaire entendue, maintes fois démontrée. Mais qu'une brève balade, effectuée sans effort, embellisse l'humeur et accroisse la créativité, voilà qui surprend. Les psychologues de l'université d'Iowa aux États-Unis Zlatan Krizan et Jeffrey Conrad Miller valident cette affirmation dans une étude rapportée par le quotidien allemand, Süddeutsche Zeitung.
Les deux chercheurs ont cherché à mesurer les effets émotionnels de petites promenades, quelques centaines de pas, parcourues à pas lents. Pour ce faire, ils ont soumis des élèves cobayes à l'exécution de plusieurs tâches fastidieuses. Certains groupes devaient les accomplir après avoir marché sur un tapis roulant d'exercices, d'autres après avoir trois fois le tour de la cour de leur établissement, d'autres en revanche en demeurant assis ou debout. Ceux qui avaient un peu marché accomplissaient leurs devoirs dans la bonne humeur.
Meilleurs résultats
Pour s'assurer que c'était bien la promenade qui dopait les énergies positives, les chercheurs ont affiné le propos. Un groupe d'étudiants fait une promenade, brève. Une autre groupe reste dans la salle. Aux deux groupes, il est ensuite annoncé qu'ils doivent rédiger un court mémoire posant des questions abstraites et complexes. Qui a pris le clavier en sifflotant, la mine radieuse ? Ceux qui avaient marché une centaine de pas. La promenade a des effets manifestes sur l'humeur. Même brève, même exigeant peu d'efforts physiques.
Un résultat amplifié par une étude similaire d'un laboratoire de recherches de l'université de Stanford. Après avoir obligé leurs étudiants à se promener, ceux-ci obtiennent de meilleurs résultats à des tests et sont plus créatifs dans la résolution de problèmes. Conclusion de ces experts : rien de mieux que sortir vos enfants boudeurs pour qu'ils retrouvent une face aimable et se mettent volontiers à leurs devoirs. Ce que ces scientifiques ne disent pas, c'est comment les convaincre qu'une balade rend heureux.
http://www.lepoint.fr/sante/votre-ado-boude-envoyez-le-se-promener-04-05-2016-2036873_40.php?M_BT=52544877662&m_i=CFoxfTH5YRlnUxQQ9ntUiuJ0K_fPLQglSmLFPNAYk24dZIiK0FFW%2BaBwevypGzCfXcYUgGlKVr5lU4TppdCj1PvXItMTCG#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20160504

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum