Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Il ne faut pas jurer sur la Bible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Il ne faut pas jurer sur la Bible le Mer 16 Déc - 18:17

Coeur de Loi


Aux USA on jure sur la Bible pour devenir magistrat, président, pour faire un témoignage au tribunal, etc...

http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/10/01003-20140910ARTFIG00182-etats-unis-preter-serment-devant-dieu-ou-etre-renvoye-de-l-armee-de-l-air.php

Hors c'est n'est pas chrétien de faire ça :

Ma. 5.34 :
Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu;
35
ni par la terre, parce que c'est son marchepied; ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi.
36
Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu.

---

C'est contre la Bible !

2 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Mer 16 Déc - 18:40

samuel


Administrateur
Et quand un président et élu il jure aussi sur la bible.

3 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Mer 16 Déc - 19:47

Josué


Administrateur
(Jacques 5:12) 12 Mais avant tout, mes frères, cessez de jurer, que ce soit par le ciel ou par la terre ou par quelque autre serment. Mais que votre Oui signifie Oui et votre Non, Non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement.

4 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Jeu 17 Déc - 16:19

Josué


Administrateur
Dans les Écritures hébraïques, deux mots sont utilisés pour désigner ce que l’on comprend par serment. Shevouʽah est rendu par “ serment ”. (Gn 24:8 ; Lv 5:4.) Le verbe hébreu shavaʽ, qui lui est apparenté et qui signifie “ jurer ”, ou prêter serment, dérive de la même racine que le mot hébreu pour “ sept ”. À l’origine, “ jurer ” revenait en effet à “ être sous l’empire des 7 [choses sacrées] ”. (Dictionnaire encyclopédique de la Bible, par A. Westphal, Valence-sur-Rhône, 1973, tome second, p. 659.) Abraham et Abimélek jurèrent sur sept agnelles lorsqu’ils conclurent une alliance au puits de Béer-Shéba, nom qui signifie “ Puits du Serment ” ou “ Puits des Sept ”. (Gn 21:27-32 ; voir aussi Gn 26:28-33.) Shevouʽah désigne un engagement solennel par lequel une personne promet de faire ou de ne pas faire quelque chose. Il n’implique aucune malédiction sur l’auteur du serment en cas de parjure. C’est ce mot qui est employé au sujet du serment fait à Abraham par Jéhovah, dont la parole se réalise toujours et sur lequel aucune malédiction ne peut s’abattre. — Gn 26:3.
L’autre mot hébreu utilisé est ʼalah, qui signifie “ serment, imprécation ” (Gn 24:41, note) et peut également être traduit par “ serment d’obligation ”. (Gn 26:28.) Un dictionnaire d’hébreu et d’araméen définit ainsi ce mot : “ Imprécation (menace de malheur en cas de transgression) sous laquelle quelqu’un se place lui-même ou est placé par d’autres. ” (Lexicon in Veteris Testamenti Libros, par L. Koehler et W. Baumgartner, Leyde, 1958, p. 49). Dans l’Israël antique, faire un serment était considéré comme un acte de la plus haute importance. Même à son détriment, on devait garder un serment (Ps 15:4 ; Mt 5:33). Celui qui faisait inconsidérément une déclaration sous serment était tenu pour coupable devant Jéhovah (Lv 5:4). La violation de serment exposait son auteur aux punitions les plus sévères de la part de Dieu. Chez les peuples les plus anciens, et en particulier chez les Hébreux, le serment était en quelque sorte un acte religieux, dans lequel Dieu était impliqué. En employant le terme ʼalah, les Hébreux engageaient implicitement Dieu dans le serment et se déclaraient prêts à subir le jugement qu’il lui plairait de leur infliger au cas où ils ne tiendraient pas leur promesse. Dieu n’utilise jamais ce mot en rapport avec ses propres serments.
Les termes grecs correspondants sont horkos (“ serment ”) et omnuô (“ jurer ”) ; ils apparaissent ensemble en Jacques 5:12. Le verbe horkizô signifie “ faire jurer ” ou “ ordonner solennellement ”. (Mc 5:7 ; Ac 19:13.) D’autres mots apparentés à horkos sont traduits par “ serment ” (Hé 7:20), “ imposer une obligation solennelle ou un serment ” (1Th 5:27), “ gens qui font de faux serments ou parjures ” (1Tm 1:10), “ jurer sans tenir ou faire un faux serment ”. (Mt 5:33.) En Actes 23:12, 14 et 21, le verbe grec anathématizô est rendu par ‘ engager par une imprécation ’.

5 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Ven 18 Déc - 10:04

Marmhonie


MODERATEUR
MODERATEUR
Cher CdL,
Tu es très porté sur le radicalisme dont tu as fait ton pseudo : la loi. Il faut/il ne faut pas.

Ce n'est pas aussi simple, dans la vie. Je te comprends mieux maintenant.

Pourtant, tu y réfléchiras, les lois sont des outils, pas des vérités établies. Jésus a balayé la lapidation des femmes d'un revers indifférent quand les pharisens lui présentèrent en Jean 8 (mais qui est d'origine chez Luc, qu'importe) une femme adultère. La loi de Moïse nous enseigne que... blabla.

La loi serait plus estimable si, curieusement, tous les fanatiques qu'on produit les religions, ne s'y étaient par trop & uniquement appuyés dans leurs psychoses, pour fanatiser leurs mouvances folles qui ont tant détruit de l'humain.

La loi est un pouvoir moral, c'est pourquoi il faut rester vigilant de toutes ses dérives, et toutes sont folles. Toutes !

C'est par le pardon et en laissant parler son bon cœur, qu'on vit, libre !

6 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Ven 18 Déc - 13:15

Rene philippe


MODERATEUR
MODERATEUR
Bravo Marmhonie, voila une réponse digne de toi. Sur la loi humaine, je peux vous en parler, pour en avoir été ce qu'on appelle le "bras armé". Comme le dit Marmhonie, ce n'est pas aussi simple que ça voudrait paraître. D'un côté, ça commence par les politiques, députés, sénateurs censés réfléchir pour tous les citoyens, analyser les situations, et légiférer. La main passe ensuite à la justice et aux forces de l'ordre censés la faire respecter du mieux qu'ils peuvent. S'ajoutent à cela les avocats, journalistes etc.

Finalement, si on réfléchit bien, aucune loi humaine ne peut satisfaire tout le monde, pas vrai. Une seule loi est parfaite, celle de Jéhovah contenue dans la bible. Or, Jésus a résumé tout ça dans un commandement, la loi de l'amour. Et ça, ça devrait satisfaire tout le monde, pas vrai ?

7 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Ven 18 Déc - 20:16

Marmhonie


MODERATEUR
MODERATEUR
Rene philippe a écrit:Finalement, si on réfléchit bien, aucune loi humaine ne peut satisfaire tout le monde, pas vrai. Une seule loi est parfaite, celle de Jéhovah contenue dans la bible. Or, Jésus a résumé tout ça dans un commandement, la loi de l'amour. Et ça, ça devrait satisfaire tout le monde, pas vrai ?
Exactement !
Toi et moi l'avons toute notre vie constaté sans cesse.
Merci d'avoir bien éclairé ce sujet essentiel : il n'y a de justice que divine, et de Dieu que Jéhovah. Il n'y a de témoins que Ses témoins, lesquels s'en remettent à Jéhovah avec humilité.

8 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Sam 19 Déc - 17:03

Mikael


MODERATEUR
MODERATEUR
Des hommes prêtèrent également serment en jurant sur la réalité de l’existence de Jéhovah (Jg 8:19 ; Ru 3:13). Seuls les insensés disent : “ Il n’y a pas de Jéhovah. ” — Ps 14:1 ; 10:4.

9 Re: Il ne faut pas jurer sur la Bible le Mer 23 Déc - 17:20

Josué


Administrateur
Expressions utilisées en faisant serment. Souvent, on faisait un serment en jurant par Dieu ou par son nom (Gn 14:22 ; 31:53 ; Dt 6:13 ; Jg 21:7 ; Jr 12:16). Jéhovah jurait par lui-même ou par sa vie (Gn 22:16 ; Éz 17:16 ; Tse 2:9). Certaines formules figées étaient parfois utilisées par les hommes, telles que : “ Qu’ainsi me [ou : te] fasse Jéhovah et qu’il y ajoute, si... ” je (tu) manque(s) à mon (ton) serment (Ru 1:17 ; 1S 3:17 ; 2S 19:13). L’auteur du serment pouvait lui donner plus de force en prononçant son propre nom. — 1S 20:13 ; 25:22 ; 2S 3:9.
Les païens invoquaient de façon similaire leurs faux dieux. Jézabel, qui adorait Baal, invoqua, non pas Jéhovah, mais “ les dieux ” (ʼèlohim, avec un verbe au pluriel), de même que Ben-Hadad II, roi de Syrie (1R 19:2 ; 20:10). D’ailleurs, parce que ces façons de s’exprimer étaient universellement répandues, l’idolâtrie en vint à être représentée dans la Bible comme le fait de ‘ jurer par un faux dieu ’ ou par ce qui n’est “ pas Dieu ”. — Jos 23:7 ; Jr 5:7 ; 12:16 ; Am 8:14.
Dans certains cas rares et très graves, ou lorsque la déclaration solennelle était prononcée dans un climat de vive émotion, les malédictions ou punitions qui devaient sanctionner toute violation du serment étaient énoncées explicitement (Nb 5:19-23 ; Ps 7:4, 5 ; 137:5, 6). Job, argumentant pour démontrer sa droiture, passe sa vie en revue et se déclare prêt à subir les punitions les plus dures si on le trouve coupable d’avoir violé les lois de Jéhovah en rapport avec la fidélité, la justice et la moralité. — Jb 31.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum