Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

prière dans la rue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 prière dans la rue. le Mar 20 Oct - 9:18

Josué

avatar
Administrateur
La présidente du Front national fera le déplacement ce mardi devant la 6e chambre du tribunal de grande instance de Lyon. Elle est poursuivie pour avoir comparé les prières de rue à une "occupation" en 2010.

Une première. Marine le Pen comparaît ce mardi en correctionnelle à Lyon pour "provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion". A six semaines des élections régionales, la présidente du FN fera le déplacement devant la 6e chambre du tribunal de grande instance. "Je ne vais pas rater une telle occasion", avait-elle assuré il y a un mois à l'annonce de son renvoi devant la justice.

Face à elle, cinq parties civiles: le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF, ex-Association de défense des droits de l'Homme), qui avait déposé plainte dès le 1er décembre 2011, le Mrap, qui s'était constitué partie civile en janvier 2013, l'Observatoire national contre l'Islamophobie du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), la Ligue judiciaire de défense des musulmans, association présidée par l'avocat Karim Achoui et, enfin, la Licra qui n'a annoncé son souhait qu'à la veille de l'audience.



Dernière édition par Josué le Mar 20 Oct - 12:08, édité 1 fois

2 Re: prière dans la rue. le Mar 20 Oct - 12:05

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
prière dans la rue Josué, pas prère Shocked

3 Re: prière dans la rue. le Mar 20 Oct - 12:09

Josué

avatar
Administrateur
Rene philippe a écrit:prière dans la rue Josué, pas prère Shocked
c'est rectifiè .merci.

4 Re: prière dans la rue. le Dim 12 Nov - 19:18

Josué

avatar
Administrateur
[size=46]Prières de rue : la polémique ravivée[/size]

Depuis huit mois, des fidèles musulmans prient devant la mairie de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) tous les vendredis, faute de salles qui leur convienne. Ce vendredi 10 novembre, des élus ont manifesté pour interpeller le gouvernement.    


FRANCE 2

France 2France Télévisions
Mis à jour le 10/11/2017 | 17:57
publié le 10/11/2017 | 16:09


PartagerTwitterPartager[email=?subject=Pri%C3%A8res%20de%20rue%20%3A%20la%20pol%C3%A9mique%20raviv%C3%A9e&body=%0A%0APri%C3%A8res%20de%20rue%20%3A%20la%20pol%C3%A9mique%20raviv%C3%A9e%0A%0Ahttp://www.francetvinfo.fr/societe/religion/prieres-de-rue-la-polemique-ravivee_2461634.html%0A%0AToute%20l%27actualit%C3%A9%20en%20direct%20sur%20www.francetvinfo.fr]Envoyer[/email]
LA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matin

"Stop aux prières de rue illégales", c'est le message de ces dizaines d'élus rassemblés ce vendredi 10 novembre au matin devant la mairie de Clichy (Hauts-de-Seine). Ils sont venus à l'appel du maire de la ville, où chaque semaine, des centaines de fidèles musulmans viennent prier. Ils demandent un lieu pour exercer leur culte. Tout commence le 22 mars dernier lorsque la police évacue une salle de prière. La mairie, propriétaire du bâtiment, veut en faire une médiathèque. En compensation, les élus mettent à la disposition des fidèles des anciens bureaux transformés en salle de prières. Trop loin, trop exiguë selon les associations musulmanes, qui décident alors de prier en pleine rue.

"Ce sont des prières sauvages"


Depuis huit mois, chaque semaine, c'est la même scène pour la prière du vendredi : des centaines, parfois des milliers de fidèles à même la chaussée. Pour eux, ces prières ne troublent en rien l'ordre public. Pour le maire de la ville en revanche, la situation est devenue intenable : "C'est un trouble à l'ordre public. Les commerçants qui travaillent autour ne travaillent plus. L'image de ma ville est négative. Ce sont des prières sauvages. Alors que le maire a fait ce qu'il fallait, ici dans cette ville", explique Rémi Muzeau, maire LR de Clichy-la-Garenne. Aujourd'hui, le maire se dit démuni : il en appelle à l'État pour faire cesser ces prières de rue.
Le JT

5 Re: prière dans la rue. le Mar 14 Nov - 13:33

Josué

avatar
Administrateur
[size=60]Laïcité : Valérie Pécresse prône un "concordat avec l'islam"
Par Pierre Chevillard
Publié le 12/11/2017 à 12:02[/size]
Tout en dénonçant les prières de rue qui se répètent à Clichy-sous-Bois, Valérie Pécresse a fait ce dimanche 12 novembre sur Europe 1 et CNews la promotion d'un "concordat" avec l'islam.
Curieuse proposition. Invitée ce dimanche 12 novembre au Grand Rendez-Vous d'Europe 1, en partenariat avec Les Echos et CNews, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a appelé de ses vœux un "concordat"avec l'islam, deux jours après s'être rendue avec plusieurs élus à Clichy-sous-Bois où, depuis la fermeture de leur lieu de culte il y a huit mois, des fidèles musulmans prient dans la rue.
"Nous avons besoin que l'espace public, la rue, soit paisible, qu'il n'y ait pas de trouble à l'ordre public", clame-t-elle aujourd'hui sur Europe 1, ajoutant que ces "prières de rue ne sont rien d'autre qu'un rapport de force qu'une association essaie d'établir avec la mairie".

[size=31]"A l'Etat d'organiser le culte en France..."[/size]


Arrivé le moment de proposer des solutions à ces troubles, Valérie Pécresse se revendique d'abord d'une vision assez basique de la laïcité : "Une laïcité qui respecte les identités religieuses de chacun, une laïcité apaisée, qui ne nie pas le droit de croire ou de ne pas croire". Sans remarquer qu'une laïcité qui nierait le droit de croire serait une bien étrange laïcité, elle déroule son idée d'une "laïcité ferme", même "très ferme" mais pas "laïcarde".
Par quel truchement entend-elle l'appliquer ? "On a des lieux de culte, et c'est à l'Etat d'organiser le culte en France", assène Valérie Pécresse qui propose un "concordat avec l'islam". Une référence à la période pré-laïque en France. Dans le détail, ce concordat du 21e siècle résulterait selon elle d'"un travail avec l'ensemble des responsables de l'islam de France pour que la loi de la République prévale toujours sur la loi religieuse". Le journaliste la relance alors sur le point essentiel : le financement du culte, sous-entendu du système concordataire. "Je ne pense pas qu'il faille aller jusqu'à salarier des imams,précise l'ancienne députée des Yvelines, mais des prêches en français pour vérifier ce qu'il se dit, ou la formation aux lois de la République est indispensable".
Rien, en somme, qui soit interdit par la loi actuelle... "Il faut qu'on récapitule toutes les situations où la loi de la République doit s'appliquer", tente finalement Valérie Pécresse, qui semble à ce moment nommer "concordat" un simple… rappel aux lois existantes.

[size=31]Une entorse à la loi de 1905[/size]


En lâchant le mot "concordat" , Valérie Pécresse se met pourtant en sacré porte-à-faux avec la fameuse loi de 1905 qui définit la laïcité à la française. Sous le régime concordataire, institué en 1801 par Napoléon (pour contrôler le clergé) et mécaniquement aboli en 1905, l'Etat organise et finance les cultes ; il salarie des ministres des cultes ; il construit les édifices religieux, le tout dans le cadre du droit public. De ce système, il reste un résidu en Alsace et en Moselle, territoires qui étaient sous houlette germanique lors de la promulgation de la loi de 1905 et où le régime précédent est encore en vigueur. On peut, par exemple, y suivre des cours de religion dès l'école primaire.
La présidente de région n'est pas la première à invoquer ce régime. En 2016, après des paniques au burkini sur quelques plages françaises, il a été attribué à Bernard Cazeneuve l'idée de relancer un concordat avec l'islam en France, ce qu'il avait finalement démenti. Valérie Pécresse s'abrite d'ailleurs derrière l'ancien ministre de l'Intérieur, dont elle souligne sur Europe 1 qu'il est "un vrai républicain". Reste que le concordat est une drôle de référence, pour faire respecter la laïcité plus "ferme" qu'elle appelle de ses vœux.

6 Re: prière dans la rue. le Mar 14 Nov - 13:55

BenFis

avatar
Pas besoin de concordat !

Les autorités de ce pays, dont V. Pécresse fait partie, manquent cruellement de volonté. Il suffirait de prévenir les responsables religieux de cesser leurs manifestations de blocage de rue sans autorisation préfectorale; sans quoi on leur enverra les CRS pour les faire dégager, en toute légalité. Et bien sûr, passer à l'action, le cas échéant.

7 Re: prière dans la rue. le Mar 14 Nov - 16:39

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
C'est une épreuve de force et l'état tergiverse trop .

8 Re: prière dans la rue. le Ven 17 Nov - 17:45

Josué

avatar
Administrateur
[size=33]Les prières de rue interdites à Clichy[/size]
VIDÉO - Les fidèles de l'ancienne mosquée ont été invités à se rendre dans un autre lieu de culte de la commune, à l'issue d'une médiation avec le préfet des Hauts-de-Seine jeudi.

Rejoindre le nouveau centre cultuel de Clichy-la-Garenne, dédoubler les offices, trouver un terrain à acheter… Mais, en tout cas, plus de prières de rue. Lors d'une réunion de médiation, jeudi après-midi, sous l'égide du préfet des Hauts-de-Seine, plusieurs pistes de sortie de crise ont été proposées aux fidèles musulmans de cette commune qui, depuis plus de huit mois, priaient dans les rues. Mais d'emblée, le préfet Pierre Soubelet a prévenu: «Les prières de rue, c'est terminé, a-t-il martelé. Il n'y en aura pas demain, ni le vendredi d'après. Ni à Clichy, ni dans les Hauts-de-Seine.»


«Maintenant c'est clair, il n'y aura plus de prières de rues à Clichy. Et même en France, parce que ça va créer un précédent. »
Rémi Muzeau, le maire LR de Clichy-le-Garenne


Après deux heures et demie de discussions parfois tendues, le maire LR Rémi Muzeau se dit «très heureux» de ce dénouement. «Surtout du fait que la manifestation des élus de vendredi dernier ait enfin permis cette réunion, clame-t-il. Maintenant c'est clair, il n'y aura plus de prières de rues à Clichy. Et même en France, parce que ça va créer un précédent.» Mercredi, devant l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait lui-même été ferme: «Il ne peut y avoir de prières de rue» à Clichy-la-Garenne, avait-il assuré, tout en soulignant que les musulmans de cette ville devaient «avoir un lieu de culte décent».
» LIRE AUSSI - À Lagny, la peur de l'islam radical empoisonne toujours la ville
La préfecture et la mairie ont fait une proposition à l'Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC), l'association qui priait chaque vendredi aux abords de l'hôtel de ville, depuis son expulsion, en mars, d'un lieu de culte au centre-ville: rejoindre le centre cultuel et culturel musulman de la rue des Trois-Pavillons, dont le vice-président, Noureddine Bahri, était présent à la réunion. Ce lieu de culte est situé à moins d'un quart d'heure à pied du centre, avec un arrêt du bus (gratuit) juste en face. «Nous avons 2000 m2 de locaux tout à fait dignes et, le vendredi, comme nous sommes très nombreux, nous organisons deux prières, à 13 heures et à 14 heures», détaille Mohamed Bechari, président de ce centre, qui dirige aussi la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF). Mais l'UAMC le juge «trop excentré, trop exigu et pas aux normes de sécurité», ce qui est démenti par le maire. «On poursuivra la discussion et la réconciliation entre les deux obédiences musulmanes dès lundi, avec les conseils des deux parties», précise Me Rémi-Pierre Drai, l'avocat du maire.

Deux plaintes


Une discussion qui s'annonce encore longue et compliquée. «La pierre d'achoppement, c'est que la Ville aurait souhaité que les plaintes annoncées dans la presse soient retirées, mais l'UAMC a refusé», poursuit Me Drai. Après le rassemblement d'élus contre les prières de rue, vendredi dernier, l'UAMC avait en effet annoncé le dépôt de deux plaintes auprès du parquet de Nanterre: l'une contre X pour «violence aggravée», «participation à un groupement formé en vue de la préparation d'actes de violences», «manifestation illicite» et l'autre contre le maire pour «diffamation et incitation à la haine raciale». «Comment faire une concertation s'ils déposent des plaintes?», interroge l'élu, qui assure cependant qu'il n'y a «aucune animosité» entre lui et l'UAMC. Jeudi soir, Hamid Kazed, son président, ne souhaitait pas faire de commentaire. En attendant, «ce vendredi sera le premier, depuis 34 semaines, où je n'entendrai pas le muezzin sous mes fenêtres!», soupire un fonctionnaire de la mairie. Quant à Rémi Muzeau, il ne regardera «même pas par la fenêtre» : «Je suis sûr, clame-t-il, qu'il n'y aura personne.»

9 Re: prière dans la rue. le Dim 19 Nov - 15:54

Josué

avatar
Administrateur

[size=45]Prières de rue : "Il ne faut ni l’islam des rues ni l’islam des caves", avertit Jean-Louis Bianco


 09h01, le 18 novembre 2017, modifié à 09h52, le 18 novembre 2017[/size]


Le président de l'Observatoire de la laïcité, invité d'Europe 1, a tenu à rappeler que la liberté de culte faisait partie intégrante de la laïcité.



INTERVIEW
L’interdiction de prier dans les rues de Clichy tiendra-t-elle ? Le préfet a fait interdire les prières de rue dans cette commune de Seine-Saint-Denis, alors que l’Union des associations musulmanes de Clichy (l’UAMC) estime ne pas avoir de lieu décent pour prier malgré les deux salles mises à disposition par la municipalité. En réaction, cette association appelle à l’organisation d’une nouvelle prière de plein air en centre-ville, le 24 novembre.
"Une question d’ordre public". "Il y a des éléments provocateurs parmi ceux qui le font, et peut-être d’autres qui sont de bonne foi. Le préfet a fait ce qu’il fallait faire, on aurait sans doute dû agir plus tôt. C’est une question de laïcité mais aussi d’ordre public", a réagi Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité, invité samedi d'Europe 1. "Là, quand ça prend la forme d’affrontements, avec d’un côté des élus et de l’autre des musulmans, c’est évidemment une question d’ordre public".
"La solution qui ne me parait pas compliqué, c’est de se mettre autour de la table et de discuter pour avoir un lieu de prière décent", estime encore Jean-Louis Bianco. "On en a beaucoup maintenant, on a 2.500 lieux où on peut prier normalement. Il ne faut ni l’islam des rues ni l’islam des caves. Il faut un islam qui ait sa place parce que la liberté de culte fait partie de la laïcité, pour eux comme pour les autres".


ENTENDU SUR EUROPE 1

Si l’on est excité et agressif, on sème le feu et l’on risque de donner des arguments à ceux qui se posent en victimes


"Fermeté et sérénité". Jean-Louis Bianco a également réagi aux propos de Manuel Valls. L’ancien Premier ministre de François Hollande a déclaré, sur BFM TV à propos d’Edwy Plenel et de Mediapart (accusés par Charlie Hebdo d’avoir fait preuve de complaisance vis-à-vis de l'islamologue Tariq Ramadan) : "Je veux qu’ils rendent gorge". "La posture qu’il emploie est excessivement martiale et agressive, quand je l’entends dire 'il faut faire rendre gorge'", pointe Jean-Louis Bianco.
"On n'est quand même pas dans un combat quand on débat entre nous. Quand on a été Premier ministre et que l’on aspire sans doute à des fonctions, il faut garder son calme et son sang-froid", estime-t-il. "Ça n’est pas la peine de durcir la loi [concernant la laïcité, ndlr], il faut la connaitre, la faire appliquer avec fermeté et avec sérénité. Pas avec excitation et agressivité. Si l’on est excité et agressif, on sème le feu et l’on risque de donner des arguments à ceux qui se posent en victimes", conclut Jean-Louis Bianco.

10 Re: prière dans la rue. le Lun 20 Nov - 10:53

BenFis

avatar
Josué a écrit:
INTERVIEW
L’interdiction de prier dans les rues de Clichy tiendra-t-elle ? Le préfet a fait interdire les prières de rue dans cette commune de Seine-Saint-Denis...

Hé bien voilà, on y arrive !  Very Happy
Comme je le disais plus haut, ce n'était qu'une question d'autorisation (ou non autorisation) préfectorale. Décision qui aurait dû être prise il y a bien longtemps.

11 Re: prière dans la rue. le Lun 20 Nov - 11:40

samuel

avatar
Administrateur
C'est une épreuve de force entre l'état et certains musulmans.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum