Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

LES OUBLIES DE L’ACTUALITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 27 Avr - 17:28

Josué

avatar
Administrateur
CHRETIENS PERSECUTES : LES OUBLIES DE L’ACTUALITE
avr 27, 2015 by Christian Paturel
(
Christian_paturel_1L’émotion qui a été suscitée par l’affiche de la RATP (voir article sur le blog) est aujourd’hui retombée. La question se pose de savoir si la mobilisation serait la même pour tous les chrétiens, quelles que soient leur sensibilité et leur appartenance à telle ou telle Eglise. Régulièrement de grands philosophes ou des politiques, relayés par les médias, dénoncent le sort réservé à certaines communautés chrétiennes au sein d’Etats particulièrement allergiques aux idées de tolérance et de liberté.
Christian_paturel_2Le suivi régulier de la presse écrite, parlée et télévisée, révèle que les pratiquants d’une Eglise chrétienne sont systématiquement, disons… oubliés. Un oubli n’est pas grave en soi, tout dépend cependant si c’est un acte volontaire, prémédité, discriminatoire ou une regrettable lacune commise par pure distraction.
De qui s’agit-il ? Avant toute précision quant à l’identité de ces chrétiens, une précision s’impose. Le présent site est visité par des lecteurs venant des horizons les plus divers. Les motivations de la plupart sont nobles, celles de certains le sont beaucoup moins. Au cas où ces derniers abandonneraient, immédiatement ou chemin faisant, l’examen de cet article au seul énoncé de la communauté concernée, qu’ils sachent qu’un tel comportement est vraiment regrettable. En effet ce mépris est lourd de signification, il dénote :
Un désintérêt complet pour le sort tragique réservé à des hommes, des femmes et des enfants,Christian_paturel_3
Une profonde intolérance à l’égard des croyances d’autrui,
Un attachement superficiel aux libertés fondamentales et aux droits de l’homme qui constituent un bloc pour lequel aucune exception ne peut être tolérée,
Une réceptivité inquiétante aux préjugés, rumeurs, calomnies et autres infirmités de l’esprit.
L’empathie à l’égard des souffrances et injustices endurées par ces chrétiens constitue un excellent instrument de mesure pour reconnaître un véritable « citoyen du monde », c’est à dire une personne qui a le profond sentiment d’appartenir avant tout à la communauté universelle et qui est prête à prendre position pour la défense des libertés et droits de tiers qu’il ne connaît pas où dont il ne partage absolument pas les opinions, les croyances et les idées.
Cette précision apportée, évoquons le cas des chrétiens Témoins de Jéhovah.
Les Chrétiens Témoins de Jéhovah dans le monde
Si ces derniers ne rencontrent aucune difficulté pour l’exercice de leurs libertés religieuse, de culte, de réunion, de conscience au sein des grandes démocraties (Etats-Unis, Grande Bretagne notamment), il n’en est malheureusement pas de même dans de nombreux pays.
Ne nous attardons pas sur la politique des autorités françaises qui est régulièrement évoquée sur ce blog et qui est loin d’être exemplaire.
Sur un plan général, les chrétiens Témoins de Jéhovah sont interdits et persécutés, selon un degré d’intensité et de cruauté variable, dans une trentaine d’Etats.
Envisageons le cas de neuf Etats, dont deux seulement relèvent de cette trentaine de dictatures.
Christian_paturel_4Turquie
La Turquie s’oppose depuis des décennies à l’objection de conscience malgré les condamnations répétées du Comité des droits de l’homme de l’ONU.
Par un arrêt du 3 juin 1994, la Cour européenne des droits de l’homme a sanctionné, à l’unanimité des sept juges, l’Etat turc pour avoir condamné et détenu durant 6 ans, quatre jeunes Témoins de Jéhovah qui invoquaient leur droit à l’objection de conscience. Depuis cette décision la Turquie n’emprisonne plus les objecteurs, mais elle continue à poursuivre pénalement les jeunes Témoins de Jéhovah qui refusent d’accomplir leur service militaire
Christian_paturel_5Turkménistan
Ce Pays, qui depuis très longtemps maltraite les Témoins de Jéhovah, vient de connaître une affaire dramatique qui reflète l’état de délabrement de la justice, de la police, du droit et de la société.
Le 5 juillet 2014, une jeune femme d’une trentaine d’années : Bibi Tuvakov et son petit garçon âgé de 4 ans sont interpellés par six policiers en civil. Elle détient des publications bibliques, ce qui entraîne son arrestation et des brutalités honteuses et révoltantes. Avec un acharnement aussi barbare que lâche, Bibi est battue avec une brutalité qui dépasse l’entendement. Les six policiers la frappent à coups de pied et de poing. Puis, certainement aux fins de se disculper, ils inventent un véritable scénario destiné à faire condamner leur victime. Ces fausses accusations, qui conduisent à inverser les rôles d’agressée et d’agresseurs, permettent au juge pénal de retenir les infractions suivantes : « hooliganisme » et « voie de fait sur policiers ». La procédure pénale engagée sombre dans le délire.
La définition de l’hooliganisme est la suivante : « fait de se livrer à des actes de vandalisme lors de compétitions sportives ».
Quant à la voie de fait, il s’agit d’une notion extrêmement variable en droit pénal qui peut aller du simple refus d’obéissance, jusqu’à la résistance active aux autorités. Le juge, emporté par sa fougue, ne s’est guère attardé à fournir des précisions. Le fait pour une faible femme de se protéger contre les coups provenant de six hommes a certainement été considéré comme de la « résistance active ». Le sujet frappé n’a pas fait preuve de bonne volonté ! Visiblement, le juge est en pleine confusion mentale.
Si l’affaire n’était pas aussi dramatique, je suggérais de remettre la médaille du mérite aux six héros pour avoir eu le courage d’affronter une personne aussi dangereuse et de retenir, du fait de la présence de l’enfant de 4 ans, la circonstance aggravante de délit « en bande organisée ». Quitte à commettre un déni de justice et un faux en écriture publique, autant poursuivre le ridicule, la honte, l’ignominie, la perversion jusqu’au bout…
Face à l’indignation générale et aux pressions internationales, Bibi est remise en liberté le 2 septembre 2014. Durant son incarcération elle subit de nouveaux sévices. Il est vrai qu’elle commet un véritable crime : elle ose faire appel du jugement la condamnant à 4 ans de prison ferme.
Christian_paturel_6En appel, le juge réforme cette décision judiciaire et prononce une peine de 4 ans avec sursis tout en maintenant les accusations mensongères relevées par les policiers. La parole de ces derniers « faisant foi ». Cette femme innocente a désormais une épée de Damoclès sur la tête. Il suffit que ces policiers affirment, que lors d’une nouvelle arrestation Bibi détenait des publications bibliques pour que cette infortunée femme voit le sursis se transformer en 4 ans de prison ferme. Condamnation qui sera inévitablement accompagnée d’une majoration de peine, afin de faire « bonne mesure et de bien appliquer le texte pénal sur la récidive ». Les autorités ont été particulièrement zélées dans leur objectif visant à briser, à détruire cette femme.
C’est le règne de l’arbitraire, du non-droit, de la force oppressante.
Dernière précision, le petit âgé de 4 ans a été témoin des violences commises sur sa maman. Encore un Etat, qui en raison de la religion des parents, n’hésitera pas à leur retirer ce jeune garçon au nom de… « la protection de l’enfance ».
la suite ici.
http://christianpaturel.com/chretiens-persecutes-les-oublies-de-lactualite/

2 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 4 Mai - 8:49

Josué

avatar
Administrateur
Les Témoins de Jéhovah en voie de « normalisation »
Des enquêtes menées sur le terrain
Davy, avril 2015
Publié le 1er mai 2015
facebooklinkedinprintertumblrtwitterviadeo
« Mais nous demandons à t’entendre exposer toi-même ce que tu penses :
car, pour ta secte, nous savons bien qu’elle rencontre partout de l’opposition. »

Les Actes des Apôtres 28:22, Traduction Œcuménique de la Bible.

En dehors de ces reportages sur place à l’occasion des assemblées d’été des témoins de Jéhovah, des journalistes ont également mené des enquêtes de terrain très instructives. Il faut l’avouer, hélas, ce n’est pas la règle lorsqu’il s’agit de minorités religieuses. Trop souvent, les auteurs d’articles de presse se contentent de synthétiser les dossiers qui leur sont fournis : au mieux, ils confrontent les différents points de vue ; au pire, ils reproduisent sans vérification des extraits d’un communiqué rédigé par un lobby antisectes.

Contre-enquête face à la propagande antisectes

À la suite du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les sectes en France, rendu public en janvier 1996, certains journaux locaux ont pris la peine d’aller à la rencontre des mouvements visés pour entendre leurs arguments de défense et pour vérifier par eux-mêmes la situation réelle. Parmi les rares enquêtes approfondies proposées par la presse nationale, celle du magazine Le Point a suivi et observé les témoins de Jéhovah sous un angle assez original. Le numéro du 8 février 1997 affichait pour second titre en page de couverture : « Témoins de Jéhovah : le quadrillage des banlieues [1] ». Jean-Marie Hosatte introduisait son dossier sur l’œuvre de cette communauté dans les cités (tant décriées) par le paragraphe suivant : « Ils sont les nouveaux missionnaires des banlieues. Messagers de la Bonne nouvelle, Bible en main, les Témoins de Jéhovah séduisent d’autant plus les jeunes qu’ils les font participer à la destruction d’un monde dont, Satan, disent-ils, est le dieu. Une enquête édifiante. »

Après avoir décrit les différents groupes sociaux-culturels qui coexistent à la cité de la Grande Borne à Grigny, l’auteur y relève la présence des témoins de Jéhovah. Ces derniers ne respectent pas « les règles de la banlieue » ou « la loi des clans », puisqu’ils proposent « aux jeunes comme aux vieux, aux femmes et aux hommes, aux Blancs et aux Noirs, aux chrétiens, aux juifs, aux musulmans, de devenir “messagers de la Bonne Nouvelle” ». En fait, ils font désormais partie du paysage, à tel point que les jeunes les aidaient à s’échapper des échauffourées lors des grandes émeutes en 1994. Ces évangélisateurs s’intègrent d’autant plus facilement que nombre de jeunes sont issus de ce milieu et ont connu les mêmes galères. C’est le cas de Teddy, qui faisait partie d’une bande dont les autres membres se sont retrouvés en prison. Après avoir étudié la Bible, il a cessé le business du haschisch et autres bêtises de son âge. À 25 ans, il aurait souhaité visiter ses anciens copains pour partager cette nouvelle foi qui l’a bien aidé. Quant à David, il a arrêté de boire, de se droguer et de se battre ; il a même remboursé toutes ses dettes de jeu. Cela a tellement impressionné sa femme Nathalie, qu’elle a abandonné le judaïsme pour rejoindre cette religion qui a véritablement amélioré sa vie de famille.

L’article explique pourquoi les communautés religieuses renaissent au sein des banlieues, selon les aspirations de chacun. Le besoin d’appartenance est l’une des motivations : « On porte la kippa, la barbe ou la croix pour montrer aux autres que l’on est partie intégrante d’une communauté exigeante, rigoureuse, exclusive. » Les jeunes y trouvent une solution à leur inactivité et les témoins de Jéhovah leur permettent plus particulièrement de se consacrer à l’étude de la Bible, à prêcher de porte en porte et à se rendre utiles au sein d’une église locale. Selon un sociologue, puisque le travail, la culture et la réussite sociale leur ont été refusés, les jeunes s’investissent alors dans le sport, la violence ou la religion. Pour l’anecdote, grâce à un réseau de solidarité, beaucoup de jeunes témoins de Jéhovah arrivent aussi à décrocher un premier emploi, ce qu’ils estiment comme « un véritable miracle, suscité par Dieu lui-même, pour récompenser ceux qui décident de vivre dans l’observance rigoureuse de la Bible ».

D’autres recherchent des conseils pratiques pour gérer leur vie quotidienne, allant de la recherche d’un conjoint fiable à l’intégration professionnelle auprès de ses collègues, en passant par les bonnes méthodes pour éduquer ses enfants. Auparavant catholique en Guadeloupe, Florise recherchait sans succès ce genre de repères en Métropole, puis a enfin trouvé tout ce dont elle avait besoin dans la Bible, enseignée par les témoins de Jéhovah. De son côté, Dominique a laissé de côté ses projets politiques, convaincu par la « Bonne Nouvelle » : « J’ai compris que toutes les idéologies se ressemblent. Elles sont éphémères, ne servent à rien qu’à provoquer des guerres et à étendre la misère. La Bible dit la vérité depuis deux mille ans, pourquoi est-ce que j’irais me chercher ailleurs des guides et des modèles ? »

Le juriste Christian Paturel n’est pas étonné du succès plus manifeste au milieu des cités : « Tout ce que nous annonçons depuis un siècle se réalise : la misère, l’épidémie, la violence, le règne de l’argent et l’exclusion, la disparition des valeurs… Pourquoi s’étonner alors que ceux qui sont les plus exposés soient les premiers séduits ? » Effectivement, pour avoir « vécu des milliers de jours qui ne servent à rien », David apprécie d’autant plus de connaître enfin son utilité et son avenir. Il confie au Point son expérience : « Toute ma vie, j’ai cru que j’étais un raté parce que j’étais un zonard. Maintenant, j’ai compris que c’est le monde, tel qu’il est, qui est raté et moi je travaille à le changer en respectant simplement la Bible. » Selon Saad, une autre raison de ce succès réside dans la possibilité de constater par soi-même les bienfaits concrets de ce credo : « Les jeunes qui se convertissent sont attirés par l’exemple de ceux qui ont fait le pas avant eux […] Ils voient simplement que leurs copains convertis accèdent à une vie plus tranquille. »

Un encart décrit l’ampleur de l’organisation religieuse, supervisée par un Collège central d’une quinzaine de membres expérimentés dans l’œuvre d’enseignement biblique. À l’époque, on comptait cinq millions de témoins de Jéhovah dans 229 pays, dont un quart vivaient en Europe. Les différentes filiales de la Watchtower Bible and Tract Society distribuaient (et distribuent encore) gratuitement des livres et brochures par millions, notamment les magazines La Tour de Garde et Réveillez-vous ! publiés dans les années 1990 à plus de 10 millions d’exemplaires en des dizaines de langues, tout cela grâce aux offrandes volontaires des fidèles et des sympathisants.

Tous ces croyants aspirent au Paradis rétabli par le Royaume de Dieu, où « tous vivront sans que la couleur de leur peau, leur fortune ou leur langue servent de prétexte à les exclure de la communauté humaine ». Dès à présent, des dizaines de milliers de témoins de Jéhovah se réunissent chaque semaine à leurs offices religieux, vivant en quelque sorte dans « leur monde parfait ». L’absence de contestations doctrinales favorise la paix et l’unité, comme le suggère le journaliste : « Le respect scrupuleux de ce qui a été écrit ne montre qu’un chemin possible et efface les différences. »

Pour autant, l’appartenance manifeste à cette minorité religieuse n’est pas toujours facile à assumer. Une jeune femme qui s’est détournée de l’Islam connaît les risques importants qu’elle peut subir, certains imams allant jusqu’à enseigner qu’il est du devoir des bons musulmans d’assassiner les apostats. À côté de cela, il est difficile de prétendre encore que les témoins de Jéhovah ont un comportement inhumain avec ceux qui renient leur foi, simplement parce qu’ils leur tournent le dos… Dans le domaine professionnel également, la différence cultuelle peut poser problème. Un encadré s’est penché sur le parcours atypique de Christian Paturel, qui pratiquait la boxe anglaise avant sa conversion et qui a longtemps défendu les libertés publiques devant les tribunaux en faveur de petits groupes spirituels stigmatisés. Si ses qualités professionnelles étaient unanimement reconnues et lui auraient permis d’accéder à la magistrature, sa foi marginale demeurait un véritable obstacle. Car, contrairement à des sociétés secrètes comme la franc-maçonnerie, les témoins de Jéhovah ne cachent pas leur engagement, malgré les soucis que cela peut engendrer. Quelques mois après cet article de presse, cet avocat a été contraint de vendre son cabinet juridique pour avoir dénoncé dans un livre des dérives au sein de puissantes associations de lutte contre les sectes. Il lui aura fallu attendre décembre 2005 pour finalement voir ses droits justifiés par la Cour européenne des droits de l’homme dans la procédure pénale pour diffamation entamée par l’UNADFI [2].

La conclusion de ce dossier n’a pas perdu de sa pertinence : « L’égalité, l’honorabilité, le sentiment d’exister, refusés par les hommes, seront rendus par Dieu à ceux qui se détournent d’un monde moribond. L’impact de ce message est de plus en plus fort aux marges de la cité. Et quelques centaines de démons sont devenus des anges. Mais ils restent des exclus. Armaguédon, l’Apocalypse, attendue, espérée, n’est pas encore venu redistribuer les cartes de la vie. » Et oui, ces « jeunes de la cité » quittent une exclusion pour en endosser une autre. Adopter une nouvelle moralité ne suffit pas à leur permettre d’être mieux acceptés dans la société humaine. Sous prétexte de défendre les libertés, on veut les empêcher de penser et de vivre autrement que la majorité en les mettant à l’index…

Cette investigation menée avec sérieux et sans idée reçue, a suscité des courriers encourageants reproduits dans Le Point. On retiendra spécialement les félicitations du sociologue Régis Dericquebourg, qui étudie les groupes religieux minoritaires en tant que chercheur depuis sa thèse soutenue en 1979 sur les témoins de Jéhovah. Ayant lu avec plaisir cet article « écrit à partir d’une observation de terrain », il a salué « ce vrai journalisme qui n’est ni apologétique ni polémique, mais qui relate une pratique sociale, laissant le lecteur à sa réflexion personnelle d’adulte [3] ».

Les journaux locaux peuvent aussi se donner les moyens de réaliser leur métier de journaliste, qui consiste à vérifier et à recouper les informations obtenues, à diversifier leurs sources et surtout à effectuer leurs propres recherches en allant sur le terrain. Après la polémique relancée fin 2006 par le rapport parlementaire sur les sectes et les mineurs à propos du statut légal des témoins de Jéhovah, le quotidien régional Sud Ouest a entamé une contre-enquête qui répondait à la traditionnelle question : secte ou religion [4] ? Les résultats sont assez bien résumés dans l’introduction : « Pour nombre d’élus et une partie de l’opinion publique, pas de doute. Les Témoins de Jéhovah sont une secte. C’était écrit en 1995 dans le rapport d’une commission parlementaire qui a fait date. Mais, au fil des ans, le mouvement religieux né en 1870 aux États-Unis a gagné en respectabilité. Au point d’être légitimé par des juridictions administratives. »

C’est ce qu’a confirmé le chef du Bureau central des cultes, lors de son audition devant la commission parlementaire présidée par Georges Fenech. Daniel Picotin, président de l’association Info-Sectes Aquitaine, a dû difficilement admettre : « C’est une secte intégrée, une des plus soft ». « Nous sommes le fonds de commerce des associations antisectes », se plaint Frédéric d’une congrégation de Bordeaux. Il pose avec pertinence la question : « Sur Bordeaux, nous sommes un millier. En quoi cette petite minorité peut bouleverser l’ordre établi ? » La stigmatisation publique dont sont victimes ces chrétiens jugés « non conformes » est illustrée par diverses affaires au sein des collectivités publiques : menace de retirer son agrément à une assistante maternelle du Gers si elle ne se retire pas des témoins de Jéhovah ; licenciement d’un employé par une mairie sur le seul motif d’appartenance religieuse ; droit de préemption utilisé par le maire d’Agen pour empêcher un projet de construction d’un centre cultuel ; refus de location d’une salle municipale pour une cérémonie annuelle par les villes de Lyon et du Passage. « Ces excès de pouvoir sont devenus une façon de procéder banale », a expliqué Me Philippe Goni, qui a assuré la défense des témoins de Jéhovah dans la plupart de ces dossiers et s’est réjoui des annulations obtenues devant les juridictions administratives.

Revenant sur la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des Églises et de l’État qui s’applique au statut de cette confession, l’enquête de Sud Ouest a rappelé les conditions nécessaires pour revendiquer le statut d’association cultuelle : avoir exclusivement pour objet l’exercice d’un culte, ne mener que des activités en relation avec cet objet, sans oublier que celles-ci ne doivent pas contrevenir à l’ordre public. D’où la légitimité que ce statut offre aux témoins de Jéhovah. Car, si les opposants restent figés sur un arrêt datant de 1985, le Conseil d’État a effectué un revirement de jurisprudence dès 1993 et a reconnu le bénéfice de cette qualité cultuelle à deux associations locales, « abandonnant l’argument selon lequel leur doctrine était constitutive d’un trouble à l’ordre public ». D’ailleurs, depuis la loi Kouchner de 2002, le refus d’une transfusion sanguine « constitue l’exercice d’une liberté fondamentale », selon la plus haute juridiction administrative. Pour ceux qui prétendaient que la reconnaissance ne concernait que les assemblées locales, l’article cite également un arrêt de la Cour d’appel de Versailles qui a confirmé que l’Association cultuelle les Témoins de Jéhovah de France dispose des mêmes privilèges.

Dans un autre style, exempt de tout préjugé ou d’une quelconque tentative de faire du sensationnel, le magazine spécialisé Le Monde des Religions a raconté comment se passe la journée d’une évangélisatrice témoin de Jéhovah [5]. Léopoldine commence sa matinée par rejoindre Virginie, avec qui elle apporte les revues du mois au domicile d’abonnés. Elle aborde ensuite quelques passants dans la rue, toujours la Bible à la main. Elle n’hésite pas à transmettre son message à des voisins de toutes origines. S’il n’accepte pas le Christ en tant que Juif, le patron d’un magasin de chaussures apprécie ces publications et les transmet volontiers à ses apprentis musulmans ou autres. Le voile intégral, que pouvaient porter certaines femmes avant l’interdiction légale, ne l’arrêtait pas : « Elles avaient l’air contentes que j’ose leur parler. » Un peu avant midi, cette mère au foyer quitte son amie pour acheter quelques denrées, propres à son pays de naissance : le Cambodge. Le samedi, c’est son mari Lionel qui s’occupe de mettre la table et de préparer le déjeuner. Le menu du jour ? Raviolis asiatiques, riz et crudités, accompagnés d’une bouteille de rosé. L’alcool consommé avec modération n’est pas interdit, justifie-t-elle : Jésus n’a-t-il pas transformé de l’eau en vin aux noces de Cana ?

Athée en raison d’une éducation reçue dans une famille de tradition bouddhiste, Léopoldine a connu les témoins de Jéhovah chez ses parents et a spécialement été touchée par « cette ambiance de fraternité, cette sociabilité » qui se dégagent des réunions hebdomadaires dans leurs lieux de culte. Convaincue par cette nouvelle foi à la fin des années 1980, elle s’est associée à une congrégation parisienne. Elle a obtenu à l’université une capacité de droit menant à un emploi dans le secrétariat. Quant à son conjoint, élevé par des parents qui ont quitté le judaïsme pour devenir témoins de Jéhovah, il s’est fait baptisé à sa majorité. Malgré la méfiance courante au départ à l’égard d’une religion mal connue, ce couple a réussi à « gagner le respect » de leur entourage.

L’article rappelle brièvement les origines de cette Église : « Né aux États-Unis au XIXe siècle, le mouvement des Témoins de Jéhovah se revendique chrétien, tirant son enseignement de la Bible et prêchant la fin des temps, qui augurerait le retour du Christ et l’avènement du Royaume de Dieu, dans lequel seuls seraient admis les élus, soit ceux qui auraient œuvré à leur salut. » Ils existent en France sous le régime des associations cultuelles depuis le XXe siècle, rassemblent environ 200 000 fidèles et constituent dès lors « la 5e confession religieuse du pays ». À aucun moment dans ces deux pages, il n’est question de « secte » ou d’« adeptes », mis à part la rapide évocation d’accusations portées par la Miviludes.

Léopoldine explique sa position au sujet des transfusions sanguines : « Le sang est sacré, c’est le symbole par excellence de la vie, donc il ne doit pas être consommé. Parfois, on nous a reproché de laisser mourir des enfants à cause de ça. Comment pourrait-on, alors qu’ils sont la vie même ?! » Pour éviter toute confusion, il est rappelé que ces chrétiens se soignent par tout autre traitement, acceptent les interventions chirurgicales, etc. Les enfants ne semblent pas frustrés dans cette famille. La maman leur a appris à lire « pour qu’ils soient autonomes dans l’acquisition du savoir ». Entre les cours de musiques et la lecture des bandes dessinées d’Astérix et Obélix que collectionne le plus jeune, ils ont de quoi se distraire. Quant à l’éducation et à l’attention accordées aux enfants, la journaliste souligne que l’aînée bénéficie régulièrement d’un temps exclusif pour discuter de ses soucis d’adolescente. Le samedi soir, la famille se rend à la « Salle du Royaume », un endroit sobre et fonctionnel pour accueillir une centaine d’assistants, pour participer à l’office composé de cantiques, de prières, de discours puis de discussions bibliques. Un vrai melting-pot issu du quartier de La Chapelle s’y retrouve, tous bien habillés en dépit de moyens parfois modestes. Léopoldine conclut : « Pour moi, être Témoin de Jéhovah, c’est être ouverte au monde qui m’entoure. »

Face à la peur exagérée autour de la fin du monde annoncée pour le 21 décembre 2012, amplifiée par les activistes antisectes et entretenue par la plupart des médias, certains journalistes ont vérifié par eux-mêmes quels étaient réellement les risques d’événements dramatiques. Outre les enquêtes menées sur place à Bugarach, sur lesquelles nous reviendrons dans la troisième partie, quelques-uns sont allés se renseigner auprès des témoins de Jéhovah, souvent associés aux mouvements apocalyptiques par méconnaissance de leur espérance millénariste. En particulier, un reporter de La Voix du Nord s’est rendu à leur réunion hebdomadaire la veille de la date fatidique [6]. Il y a trouvé une cinquantaine de fidèles, chaleureux et souriants, qui y exprimaient ce qu’ils ressentaient après la lecture d’un passage de la Bible ou une explication de texte. Dans une saynète de mise en situation, une chrétienne a répondu à sa voisine qui s’interrogeait sur ces annonces pour le 21 décembre : « Nous savons que le temps est fixé, mais nous ne connaissons pas la date ». D’où l’introduction de l’article constatant avec humour que « les témoins de Jéhovah sont un peu à la traîne […] par rapport aux Mayas ». À la fin de l’office religieux, deux bergers (ou pasteurs) du groupe avesnois ont expliqué qu’il n’y avait pas de craintes à avoir : « On est là plutôt pour rassurer les gens. Les textes bibliques ne donnent ni le jour ni l’heure. Mais d’après les experts tout se dégrade très vite… » Conclusion positive de l’enquête : « On est reparti avec le sourire. Et plein de projets pour l’avenir. »

Un peu plus tôt, un historien interrogé par l’Agence France Presse avait déjà établi l’absence de danger, en relevant ce petit détail amusant : « Quant à la “prédiction” maya, aucun mouvement religieux ne s’y est engouffré : les Témoins de Jéhovah, qui prédisent une fin des temps imminente, publient ainsi une édition spéciale “Fin du monde”… en janvier [7]. »

Une fourmilière efficace pour construire des lieux de culte

L’édification de lieux de culte par la communauté des témoins de Jéhovah demeure un aspect qui impressionne généralement tant les journalistes que le voisinage. Le bénévolat, la coopération et l’efficacité de ces « frères et soeurs » unis par une foi commune sont suffisamment remarquables pour que ces événements reçoivent la plupart du temps des commentaires positifs dans la presse locale.

Dans les années 1980, les témoins de Jéhovah ont particulièrement fait sensation en construisant des salles de réunion en quarante-huit heures. Le premier chantier de ce type en France a été mis en place le week-end des 20 et 21 avril 1985 à La Teste dans la Gironde. Selon une dépêche de l’AFP, un millier de volontaires ont participé à élever un bâtiment avec une ossature en bois de 200 mètres carrés de superficie [8]. Près de 400 d’entre eux proviennent de l’ensemble des corps de métiers nécessaires, dont le travail est supervisé par une équipe d’experts qui a déjà éprouvé ces méthodes novatrices en Grande-Bretagne. Le reste des participants s’occupent de la logistique, de l’infirmerie, de l’intendance… La mairie a gracieusement prêté un terrain à la communauté pour s’y installer durant ces deux jours. Si la dalle de béton a bien évidemment été coulée plusieurs jours avant pour servir de fondations, tous les autres travaux ont commencé samedi matin à 7 heures et se sont achevés le lendemain dans l’après-midi, y compris le revêtement du sol et des murs, ainsi que l’aménagement du jardin à l’extérieur. Tout a été réalisé grâce au bénévolat des fidèles, prenant sur leur temps de loisirs, et à leurs dons spontanés.

Peu de temps après, une autre construction rapide d’une plus grande ampleur a fait la Une des journaux locaux dans l’Aube [9]. « 48 heures pour construire cette “maison champignon” » écrivait sur sa page de couverture L’Est-éclair, avec une photographie du centre cultuel [10]. Les plans prévoyaient deux salles pouvant accueillir 300 personnes en tout, ainsi que de petites salles annexes et les indispensables sanitaires. Près de 1 200 témoins de Jéhovah ont été présents durant ces deux jours, pour permettre une « organisation parfaite de chantier », dont 600 travailleurs qui se sont activés en « synchronisation parfaite ». Le quotidien troyen rappelle que le but du mouvement n’était pas de battre un record, mais de conserver du temps pour l’étude de la Bible et pour les relations familiales. Aucun organisme professionnel, ni aucun engin de levage ne sont intervenus. Deux adjoints au maire se sont déplacés pour découvrir par eux-même ce chantier extraordinaire. De son côté, Libération Champagne titrait « Mille témoins de Jéhovah pour bâtir un “Royaume” en 48 h ». Pour illustrer l’article, un cliché montrait les nombreux volontaires et portait cette légende : « Comme des fourmis, pour construire en deux jours une église de 350 m2. » L’un des responsables a exprimé les motivations de ces chrétiens : « Ce qui nous unit au départ ce sont nos croyances et la manifestation des mêmes qualités provenant de l’application des principes bibliques. Nous ne cherchons pas à nous glorifier mais à en donner le mérite à Jéhovah. Nous tenons aussi à remercier la municipalité chapelaine qui nous a facilité les choses pour l’achat du terrain [11]. »

Les années suivantes, d’autres constructions rapides ont eu lieu pour répondre aux besoins liés au développement de cette confession, avec des rapports favorables dans les médias. Sous le titre « Les castors de Jéhovah », Le Monde a mentionné la construction d’un lieu de culte de 685 mètres carrés en trente-huit heures dans le Val-d’Oise, samedi 18 et dimanche 19 octobre 1986. Au sein d’équipes de couvreurs, de menuisiers, d’électriciens ou de plombiers, deux mille deux cents bénévoles ont participé à la première opération de ce genre menée en Île-de-France [12].

Treize ans plus tard, la machine continuait de tourner avec des bras de volontaires qui se renouvellent en permanence. Dans l’article « Des bâtisseurs d’église à Ribérac » publié en 1999, la Dordogne libre a rapporté comment une dixième salle de culte est née dans le département en un temps record, c’est-à-dire en deux fins de semaines [13]. Les équipes ont été réduites par rapport aux débuts, avec environ 300 bénévoles, sans pour autant perdre en efficacité et en synchronisation entre les différents corps de métiers. Même la météo ne les décourage pas, selon le constat de l’envoyée spéciale : « la foi est un carburant à l’épreuve des intempéries en tous genres ». Les services techniques de la mairie en ont profité pour découvrir de nouvelles méthodes en observant l’avancée des travaux. Rapidité ne signifie pas forcément précipitation ou négligence, puisque les normes de sécurité en vigueur pour un bâtiment ouvert au public ont été respectés en tous points.

En octobre 2010, les rédactions de L’Union / L’Ardennais ont consacré un dossier complet à l’arrivée d’une nouvelle « salle du Royaume » à Rethel dans les Ardennes [14]. Ce lieu de culte de 150 m2 a été construit afin de remplacer une ancienne salle devenue vétuste. Pour l’entreprise chargée du terrassement, les relations se sont passées sans difficulté puisque « tout est bien carré, leur projet est cohérent ». Le patron ne cache pas son étonnement : « Ce qui m’impressionne le plus, c’est leur capacité à travailler ensemble, ils se sont très bien coordonnés, pour construire cet édifice presque terminé et surtout ce sont des bénévoles : ils vont construire eux-mêmes leur temple. » D’ailleurs, le permis de construire a été délivré sans hésitation selon le maire de Rethel : « Cela ne nous pose pas de problèmes particuliers, ce sont des gens honorablement connus sur Rethel, ils sont organisés, discrets. […] J’ai signé le permis de construire, je comprends que des gens s’en inquiètent et se demandent s’il s’agit d’une secte, mais nous n’avons jamais eu aucune plainte à leur encontre, nous n’avons jamais entendu parler d’eux. » Effectivement, il n’y a pas vraiment eu d’hostilité qui se soit manifestée dans le voisinage, d’après les échanges engagés par les journalistes avec les riverains [15]. Pareillement, l’Église catholique reste neutre dans cette affaire et pour l’abbé Collignon, délégué diocésain pour la communication, « a priori, les Témoins de Jéhova[h] peuvent s’installer sans craindre de tracasseries [16] ».

L’un des responsables locaux de cette construction a rappelé que cet édifice a été financé par des offrandes volontaires, construit par une trentaine de bénévoles afin de recevoir une soixantaine de fidèles. La question de l’assimilation courante à un mouvement sectaire est bien sûr abordée : « Nous sommes des chrétiens. On s’attache à ce que dit la Bible. Nos enfants vont à l’école publique, nous sommes bien intégrés dans le tissu social. Il est vrai qu’on a entendu beaucoup de choses fausses sur nous, ce n’est pas plaisant. Pour nous, le nom de Dieu, c’est Jéhovah, Jésus est son fils. Nous sommes une association reconnue sur le plan juridique, nous reconnaissons les lois de 1901 et 1905 sur la séparation de l’église et l’Etat. Quant aux riverains, ils nous connaissent comme prédicateurs et ici nous n’avons pas de soucis avec eux. Ceux qui n’ont pas envie de nous écouter l’expriment, et nous sommes plutôt bien accueillis. Les Ardennais sont des gens assez ouverts à ce genre de discussions. Beaucoup de personnes aujourd’hui sont en quête de spiritualité. Nous proposons un échange de pensée, soit en porte-à-porte, soit sur les marchés. Nous ne sommes pas des fondamentalistes, chacun est libre de penser ce qu’il veut [17]. »

Plus récemment, Le Progrès a titré un article sur la construction d’une future salle du Royaume à Saint-Claude : « Témoins de Jéhovah : ils construisent leur salle plus vite que leur ombre [18] ». En moins de deux mois, 1 200 fidèles de la région Rhône-Alpes ont apporté leur contribution pour transformer un ancien local industriel en un lieu de culte. Les uns travaillent professionnellement dans le bâtiment, les autres reçoivent une formation en interne. Pourtant, « malgré leur nombre, chacun trouve sa place dans les 300 m2 en travaux ». Le responsable a expliqué qu’il était devenu nécessaire d’acquérir un nouvel édifice cultuel, du fait de l’impossibilité de conformer l’ancien aux normes d’accessibilité aux personnes handicapées imposées pour les bâtiments accueillant du public. Un petit encadré « Repères » a relevé qu’en 2001 il existait environ 1 000 salles du Royaume en France et qu’il s’en construisait 4 par jour ouvrable dans le monde. En 2011, 400 comités de constructions régionaux formés au sein des témoins de Jéhovah avaient contribué à la réalisation de 20 000 lieux de culte dans le monde en une seule décennie.

Assistance discrète aux offices publics

Depuis que les témoins de Jéhovah distribuent largement des invitations à la « fête du souvenir » pour commémorer la vie offerte en sacrifice par le Christ et l’espérance qui en découle, les journalistes assistent plus facilement à cet office spécial, bien que leurs autres réunions cultuelles restent ouvertes au public toute l’année.

Au printemps 2010, une première page de l’hebdomadaire normand L’Éveil de Pont-Audemer posait la question « Témoins de Jéhovah : Qui sont-ils vraiment [19] ? » Deux journalistes ont expliqué comment s’est passée leur visite surprise à l’occasion d’une réunion commémorative de la mort de Jésus. Arrivés dans la discrète « salle du Royaume » indiquée par une plaque dorée, les observateurs ont constaté que la célébration a commencé pile à l’heure mentionnée sur l’invitation reçue dans nombre de boîtes aux lettres. Les hommes, les femmes et les enfants, étaient pour la plupart élégamment vêtus pour se réunir dans ce « grand salon », sans crucifix, ni cierge, ni encens. Aussitôt, ils ont été aimablement accueillis et se sont présentés comme de simples curieux. L’un des responsables à l’accueil les a placés là où de rares sièges semblaient encore libres. Tout le monde écoutait silencieusement et vérifiait dans son propre exemplaire de la Bible les versets cités. Un encadré a décrit précisément le déroulement de ce Mémorial, qui correspond au dernier repas partagé par Jésus avec ses apôtres. Après un chant de louange à Dieu et une prière d’introduction, un discours a expliqué l’espérance que nourrissent les chrétiens grâce au sacrifice du Christ : la vie éternelle dans un monde meilleur, sous la direction du Royaume de Dieu. Le seul rituel de la soirée a consisté à faire passer parmi les assistants le pain et le vin, emblèmes qui symbolisent le corps et le sang de Jésus. Un cantique et une prière ont conclu cette cérémonie d’une durée inférieure à une heure.

Interrogé sur l’esprit de communauté et la fréquentation des gens qui ne partagent pas la même foi, l’un des fidèles a expliqué simplement : « quand vous êtes dans une situation gênante ou en compagnie de personnes qui ont des comportements auxquels vous n’adhérez pas, vous ne cherchez pas forcément à les fréquenter ». En fait, il en ressort qu’il n’y a pas d’interdiction, ces rapprochements entre coreligionnaires se font naturellement : les valeurs partagées permettent de se sentir plus à l’aise avec les autres et les activités cultuelles régulières créent des liens. Ces rapprochements entre membres d’une même culture plus ou moins minoritaire sont courants, « comme les musulmans ou les juifs qui restent souvent entre eux » ajoute l’interviewé… Un article séparé examine plus en détail leurs valeurs morales : « Le mode de vie des Témoins de Jéhovah est basé sur les valeurs qu’ils trouvent dans leur interprétation de la Bible. Il se doit de mettre en pratique les principes de la Bible en tout temps : au foyer, au travail et lorsqu’il se divertit. Ils proclament aussi un grand respect pour l’institution familiale. » À partir du témoignage d’un fidèle et de recherches documentaires, les habituelles idées reçues y sont également passées au crible : vraies ou fausses ?

L’année suivante, c’est au tour de L’Écho de la Lys de titrer en Une : « Immersion chez les Témoins de Jéhovah [20] ». Cette fois-ci, intriguée par un dépliant sur la fin des souffrances trouvé dans son courrier, une journaliste du groupe La Voix du Nord s’est rendue à l’une des réunions dominicales de ces « irréductibles » pour qui « Noël sera un jour comme les autres ». Dès son entrée, elle a joué cartes sur table et expliqué sa visite dans le cadre d’une enquête pour la presse régionale. D’abord surpris, les fidèles l’ont saluée avec un sourire de bienvenue. En attendant un responsable, elle a observé des personnes bien habillées, comme des catholiques « endimanchés pour aller à la messe », puis a découvert l’intérieur du lieu de culte, une sorte de « salle des fêtes en mieux » où règne une ambiance chaleureuse. L’orateur du jour a justifié sa méfiance vis-à-vis de la presse, parce qu’elle entretient trop souvent des préjugés. Durant son discours, les assistants ont été encouragés à ouvrir leur Bible et à examiner les passages cités en référence. Un regard discret sur le panneau d’affichage (réflexe de reporter de terrain) a remarqué avec surprise une copie du bilan financier, permettant à chacun de vérifier les comptes de son association locale. Outre les réponses apportées par un responsable de la communication à quatre questions, un petit encart traite brièvement la question : secte ou religion ? Le ministère de l’Intérieur les considère « comme culte à part entière », dont le statut d’association cultuelle a été confirmé par le Conseil d’État. Si les témoins de Jéhovah étaient recensés parmi les sectes par des rapports parlementaires, le gouvernement a rappelé que ces documents n’ont pas force de loi et ne peuvent entraîner aucune mesure discriminatoire. Le directeur général des Renseignements généraux [21] à l’époque est également cité, puisqu’il a estimé en 2007 que « les témoins de Jéhovah ne méritaient pas d’être diabolisés ».

Dans la rubrique « religion », Le Journal de Saône-et-Loire a publié un reportage sur les témoins de Jéhovah du Chalonnais, qui ont ouvert leurs portes à l’occasion de la célébration du « repas du Christ », autrement dit la Cène [22]. Le discours prononcé ce soir-là a parlé essentiellement d’espérance de vie éternelle et invité les assistants à « réfléchir à l’offrande de Jésus qui a fait le sacrifice de son corps ». Deux « anciens » ou pasteurs de l’église locale ont expliqué les grands principes de leur religion, notamment l’obéissance à ceux contenus dans la Bible : « Des conseils nous sont donnés pour corriger personnalité et cultiver les fruits de l’esprit : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance… La Bible nous apporte des bienfaits, comme un médicament pour une maladie. » Dans un billet d’humeur, la chroniqueuse a mentionné les difficultés liées à la rédaction d’un article sur les témoins de Jéhovah [23]. D’abord le débat interne à la rédaction sur la qualification du mouvement en tant que secte et sur l’opportunité d’en parler. Puis les craintes des fidèles face à la presse en général, à l’origine d’articles souvent orientés. La seule condition de laisser le journal assister au « Mémorial » était la relecture de l’article avant parution. En dépit du refus non négociable de la rédaction, la communauté locale de Chalon-sur-Saône a finalement accepté la présence d’une journaliste.

Portes ouvertes et volonté de transparence

Afin de permettre aux voisins et aux élus de mieux faire connaissance, les témoins de Jéhovah saisissent souvent l’occasion d’une nouvelle construction ou d’une rénovation pour ouvrir leurs portes en dehors des offices hebdomadaires. Aussi la congrégation de Somain dans le Nord a-t-elle invité le voisinage à découvrir leurs locaux flambant neufs, dans ce quartier où ils semblent « bien intégrés » et même « fondus dans le paysage » depuis 1989 [24]. Durant trois mois et demi, près de 3 500 volontaires se sont relayés pour remettre en état cet édifice cultuel. L’article de L’Observateur du Douaisis en a profité pour faire le point sur le statut juridique de cette église : « ni secte ni religion » annonce d’emblée le titre de l’encadré. La loi du 9 décembre 1905 prévoyant que les cultes soient organisés sous le régime des associations cultuelles, les témoins de Jéhovah s’y sont conformés. Grâce à une jurisprudence construite en leur faveur, ils ont finalement obtenu des autorités françaises le bénéfice de ce statut cultuel. En effet, comme le rapporte l’hebdomadaire local, le Bureau central des cultes a donné aux préfectures des consignes dans ce sens, avec l’aval du ministre de l’Intérieur.

En décembre 2012, le journal Nord Éclair a proposé en gros titre une enquête exclusive : « Les Témoins de Jéhovah nous ouvrent leurs portes [25] ». C’est ainsi que les journalistes de Lille ont été autorisés à visiter une salle d’assemblée régionale située à Roncq, où se réunissent tout au long de l’année pas moins de 8 500 fidèles du Nord Pas-de-Calais. Le secrétaire de l’association cultuelle des témoins de Jéhovah du Nord a rappelé les origines de ce parc acquis en 1985, dont les bâtiments qui abritaient auparavant une usine de chimie ont été rénovés. Depuis mars 2012, des travaux ont été engagés pour tout remettre à neuf, avec 50 à 80 bénévoles se relayant continuellement. Les relations avec la municipalité s’avèrent cordiales : « Les choses se passent bien. Des élus sont déjà venus visiter les lieux. » En dernier lieu, un contrôle sera effectué par la commission de sécurité relative aux lieux recevant du public. L’article a précisé que l’association régionale du Nord est reconnue cultuelle par l’administration en conformité avec la loi de 1905 et se trouve de fait habilitée à recevoir des dons et legs exonérés d’impôts. Le bilan comptable, déclaré aux autorités, a été consulté en toute transparence : les offrandes sont raisonnables comparées au nombre de fidèles dans la région. « Le don est libre, explique Francis. C’est comme le denier du culte pour l’Église catholique. Chacun sait qu’il y a des besoins. Les offrandes servent à financer tout ce que vous voyez ici. Le but n’est pas l’enrichissement. »

Le nouveau président de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, a été contacté pour donner son avis officiel sur les témoins de Jéhovah. Serge Blisko a mis en avant « un isolement » des enfants et « une certaine réserve vis-à-vis de l’école ». Au sujet de la transfusion sanguine, il s’est dit satisfait de voir que la législation permet au médecin de transfuser un mineur si sa santé le nécessite. En outre, il a évoqué des affaires d’abus sexuels qui n’auraient pas été dénoncées aux autorités publiques. L’article a poursuivi en soulignant que les témoins de Jéhovah sont élevés au même rang que les grandes religions chez nos voisins européens. Il est cité également l’arrêt du 4 juillet 2012 de la Cour européenne des droits de l’homme condamnant la France à rembourser les premiers versements d’une taxe appliquée à leurs offrandes cultuelles au taux de 60 %, puisque les juges avaient unanimement considéré l’année précédente que le redressement fiscal infligé à l’une des associations nationales constituait une atteinte à la liberté de religion.

Ce même dossier a accordé amplement la parole au représentant régional des témoins de Jéhovah, qui a quitté l’Église catholique au cours des années 1970 pour rejoindre cette dénomination chrétienne. Il a répondu en toute franchise à toutes les questions posées par la presse, même sur les points délicats. Interrogé sur l’actualité brûlante du moment autour du mariage pour tous, Francis s’est exprimé avec beaucoup de respect, loin des phrases chocs tenues par d’autres responsables religieux : « Le principe est simple : la bible n’accepte pas l’homosexualité. L’individu lui-même, nous ne le dénigrons pas. C’est un choix de vie. » Et de confirmer l’attachement de sa religion à la séparation des Églises et de l’État en évitant de prendre part au débat politique sur ce projet de loi. En réponse aux reproches de la Miviludes sur des affaires de pédophilie, Francis a admis que de tels drames ont pu se produire, comme dans d’autres institutions. Cependant, il ne conviendrait pas de juger un groupe à travers des comportements marginaux. Ces criminels sont généralement excommuniés de l’organisation. « La règle qui est établie est très claire, assure-t-il : si un tel acte se produit, l’obligation est de le dire aux autorités. » Et s’ils reviennent en faisant œuvre de pénitence, après avoir purgé leur peine, des mesures de précaution sont systématiquement prises pour protéger les enfants.
http://www.droit-tj.fr/spip.php?article397

3 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 4 Mai - 9:00

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Merci Jo pour cette trouvaille monkey
Mais malheureusement même en ce moment les Témoins de Jéhovah sont les oubliés de l'actualité!
En effet on reparle des camps de concentration...Hier c'était le camp du Strutoff aujourd'hui c'est Dachau ET COMME PAR HASARD ALORS QUE LES HISTORIENS SAVENT TRES BIEN NOTRE PRESENCE DANS CES CAMPS TRES TÔT, pas un journal connu et respecté en France comme le POINT, LE MONDE, L'EXPRESS, Le FIGARO, Le PARISIEN N'ONT CETTE FOIS-CI PARLER DE NOTRE PRESENCE DANS CES CAMPS!!! POURQUOI?silent
A+

4 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 4 Mai - 9:11

Josué

avatar
Administrateur
le journal La Croix en fait allusion.
Le camp de concentration du Struthof, mémoire vivante en Alsace

À l’occasion des célébrations du 70e anniversaire de la libération des camps, François Hollande se rend dimanche 26 avril sur le site du Struthof-Natzweiler, seul camp de concentration du territoire français.

26/4/15 - 12 H 06
Share on facebook Share on twitter Share on google_plusone_share Share on print
cl
« Vous entrez par la porte, vous sortirez par la cheminée. » Robert, 89 ans, matricule 4593, baraque 13 (il souhaite garder l’anonymat), se souvient comme si c’était hier des premières paroles qu’il a entendues à son arrivée au camp de concentration du Struthof-Natzweiler, dans les Vosges du nord, le 14 juillet 1943.

Emprisonné en France depuis neuf mois pour des tags anti occupation allemande, cet apprenti menuisier de Châlons-sur-Saône de 17 ans était arrivé en Alsace annexée sans savoir ce qui l’attendait. « Avec les autres de mon convoi, on pensait qu’ils voulaient nous faire peur. Nous ne connaissions rien au nazisme. Nous avons vite compris.

UNE EXISTENCE SANS ESPOIR
Entassés dans des dortoirs à trois étages, parfois à deux par lit, les hommes sont réveillés à trois heures du matin pour travailler à du terrassement de 7 à 18 heures, sous les morsures des chiens des SS. Et voient nombre de leurs camarades partir au four crématoire.

« Je n’avais aucun espoir de sortir de là et je n’en pensais pas grand-chose à vrai dire. Je n’avais pas le temps de penser », se rappelle Robert.

Aujourd’hui, il y repense très souvent mais en parle peu, hormis avec ses anciens camarades d’infortune, lors des traditionnelles commémorations annuelles au camp. « Une chance qu’il ait été conservé, car il faut faire savoir ce qui s’est passé ici. »

UN CAMP ADOSSÉ AUX CARRIÈRES
S’y rendre constitue une expérience troublante. Le Struthof, unique camp de concentration présent sur le territoire français, a été construit en 1941 à flanc de montagne, sur le site d’une station touristique très prisée. Sa situation – sous le soleil, la ligne bleue des Vosges pour horizon – contraste avec l’absolue atrocité du lieu.

Les Allemands avaient choisi d’exploiter les carrières de granite rose situées à proximité. Prisonniers de guerre, déportés politiques, résistants, homosexuels ou encore tsiganes et témoins de Jéhovah de 31 nationalités étaient assignés au travail dans les carrières.

Au total, pas moins 17 000 hommes (pas de femmes) ont transité par le camp, auxquels il faut en ajouter 35 000 envoyés dans les 70 camps annexes que le Struthof chapeautait en Alsace-Moselle et dans les Länder voisins. Taux de mortalité : 40 %.

UN LIEU DE MORT
Le Struthof fut aussi un lieu d’exécution de la Gestapo. On y mena des expérimentations scientifiques sur le vaccin contre le typhus et les gaz de combat.

Un kilomètre en contrebas avait été construite une chambre à gaz destinée à tester, notamment, le gaz moutarde. 90 y périrent. August Hirt, professeur d’anatomie, y gaza 86 juifs en vue de constituer une collection de squelettes à des fins anthropologiques.

Dimanche, François Hollande sera le premier président français à se rendre dans cette chambre à gaz où il inaugurera deux plaques à la mémoire l’une des juifs, l’autre des autres victimes de ces expériences.

Les visites guidées reviennent en détail sur la spécificité du lieu. « Tout le monde est choqué ici, indique ce professeur venu avec sa classe. Mais nous voulons montrer que ce fut l’aboutissement d’un danger plus pernicieux, celui du rejet d’une catégorie de la population. »

> Lire aussi La mémoire oubliée du camp de concentration de Flossenbuerg

UNE MISSION DE MÉMOIRE ET DE TRANSMISSION
Propriété du ministère des anciens combattants, le site remplit à plein sa mission de transmission en accueillant 170 000 visiteurs par an, de toute la France et d’Europe, dont la moitié de scolaires.

Les nazis avaient quitté le camp à la dernière minute en 1944, pensant y revenir. Seuls quatre des 17 anciens baraquements ont été conservés : la baraque cuisine, la baraque prison (pour les sanctions en interne), une barque dortoir et le four crématoire. « Certains bâtiments étaient en mauvais état, ils auraient coûté trop cher à entretenir. Quant aux habitations des nazis, la majorité a été volontairement détruite en 1954. On a voulu garder la mémoire des martyrs, pas des bourreaux », explique Frédérique Neau-Dufour, directrice du Centre européen du résistant déporté, qui gère le site.

Un important programme de restauration de l’ensemble, sous l’égide de l’architecte des monuments historiques, a commencé l’an dernier. Les couleurs et matériaux d’époque sont recherchés, jusqu’aux bonnes céramiques pour la table de dissection. Mais pas question d’ajouter des mannequins ou de la 3D. « Les lieux parlent d’eux-mêmes, nous devons respect aux morts », poursuit Frédérique Neau-Dufour.

Son espoir, au-delà du travail de mémoire : « contribuer à véhiculer la valeur de l’engagement ». La visite du guide que nous suivons s’achève d’ailleurs par ces mots : « C’est à nous tous de faire en sorte que l’humanité ne connaisse plus jamais cela. »
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Le-camp-de-concentration-du-Struthof-memoire-vivante-en-Alsace-2015-04-26-1306542

5 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 4 Mai - 9:15

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Merci Jo de cette précision que je connaissais. Mais les autres journaux "moins religieux" rien, nada! pourquoi?
A+

6 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Lun 4 Mai - 9:33

samuel

avatar
Administrateur
Par contre si par malheur un témoin de Jéhovah fait une bêtise les grandes médias se mettent en branle.

7 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Mer 10 Fév - 20:41

Josué

avatar
Administrateur
Irina Zakharchenko et Valida Jabrayilova sont enfin libérées de leur détention injuste

Après avoir passé 11 mois en prison, Irina Zakharchenko et Valida Jabrayilova ont été libérées le 28 janvier 2016. Le juge Akram Gahramanov les avait condamnées à de la prison et à de fortes amendes (7 000 manats, soit 3 932 euros) pour avoir donné une brochure religieuse. Il avait ensuite annulé les amendes parce que les deux femmes étaient en prison depuis le 17 février 2015. Ce jugement ne tenait absolument pas compte d’une décision de l’ONU qui demandait que l’Azerbaïdjan accorde aux femmes une indemnisation pour leur emprisonnement injuste.

Bien qu’en très mauvaise santé, Mme Zakharchenko et Mme Jabrayilova sont soulagées d’avoir été libérées. Elles ont maintenant regagné leur foyer et re

8 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Mer 17 Fév - 16:50

Josué

avatar
Administrateur
Cour constitutionnelle russe ACCEPTE QUE SITE WEB PEUT ÊTRE EXTREMISTE régna contenu d'une page unique.

Lenizdat.ru 31 Janvier 2016 http://print.lenizdat.ru/articles/1136259/
Une décision à propos de la décision d'un site Web pour être extrémiste sur la base de matériaux qui sont contenues sur une seule de ses pages ne viole pas la constitution. La Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie est arrivé à cette conclusion. Une conclusion similaire avait déjà été faite précédemment par la Cour suprême. La décision a été faite en réponse à un appel lancé par la société Watchtower Bible and Tract Society de New York (il conduit les affaires économiques des Témoins de Jéhovah). L'organisation est également connu comme la Société Watchtower. En Décembre 2014, un certain nombre de matériaux des Témoins de Jéhovah ont été jugé par la Cour suprême d'être extrémiste. Le sujet a impliqué trois livres: "Qu'est-ce que la Bible enseigne vraiment?" "Approchez-vous de Jéhovah," et "Viens, suis-moi." En outre, la décision appliquée à l'ensemble du site de l'organisation, jw.org, dans son ensemble. "Reconnaissant que extrémiste seulement une partie du matériel d'information d'un site Internet ne supprime pas la menace d'affectation subséquente sur elle des matériaux similaires, «la décision de la cour dit. les représentants de la Société Watchtower a essayé de contester cette position devant la Cour constitutionnelle, mais, selon un rapport de Fontanka.ru, il a échoué. " documents d'information non seulement individuelles affichées sur le réseau et pages d'Internet le site sur le réseau Internet peut être jugé extrémiste, mais aussi l'ensemble du site dans son ensemble. la réglementation contestée, conditionnée par la nécessité de garantir la sécurité de l'Etat et la protection des droits et libertés d'un cercle sans restriction des personnes , ne peut être considérée comme une violation des droits constitutionnels de la demanderesse, "la décision de la Cour constitutionnelle dit. Nous rappelons que ce ne sont pas le premier exemple lorsque les témoins de Jéhovah ont contesté les décisions des tribunaux russes. En 2004, un tribunal de Moscou a démantelé leur congrégation et interdit son activité. La congrégation a été reconnu coupable spécifiquement du recrutement d'enfants, encourager les croyants à rompre avec leurs familles, et d'encourager le suicide et le rejet de soins médicaux. En 2010, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé cette décision de la cour illégale et a exigé la Russie à payer les victimes 70 milliers d'euros.  COUR CONSTITUTIONNELLE rejette l'appel des Témoins de Jéhovah sur le mécanisme de l'interdiction de sites Web pour eXTRÉMISME

Centre SOVA pour Nouvelles et analyse 1 Février 2016 La Cour constitutionnelle a rejeté les Témoins de Jéhovah qui contestaient plusieurs dispositions des lois russes sur la lutte contre les activités extrémistes et de l'information. Le 13 Novembre 2015, la Watchtower Bible and Tract Society de New York (la structure mère des témoins de Jéhovah, déposées aux Etats-Unis) a déposé un recours devant la Cour constitutionnelle russe contre les dispositions des lois fédérales "sur la lutte contre les activités extrémistes» et «sur l'information, la technologie de l'information et sur ​​la protection de l'information." La raison en est la confirmation par la Cour suprême de l'interdiction du site officiel des Témoins de Jéhovah, qui a été imposée par le tribunal de district centrale de Tver en Septembre 2013. Dans l'appel des Témoins de Jéhovah a demandé au tribunal d'examiner la constitutionnalité d'une certain nombre de dispositions de lois qui étaient les bases de la décision de la cour de Tver et de la Cour suprême. Tout d'abord, la décision, en se référant à la partie 3 de l'article 1 et l'article 13 de la loi «sur la lutte contre les actions extrémistes» a fait remarquer que la loi ne vise pas les organisations étrangères et la décision d'un site Web extrémiste ne porte pas atteinte aux droits et intérêts légitimes de la Société Watchtower étrangère, et donc son implication dans le procès est pas nécessaire. De l'avis de la demanderesse une telle procédure viole le principe de l'égalité de tous devant la loi et les tribunaux et qu'elle viole les droits constitutionnels des organisations étrangères à la protection de la propriété intellectuelle et à la défense judiciaire. Cette position est appuyée par les conclusions d'une des analyses d'experts qui a été menée par le collaborateur scientifique principal de l'Institut de l'Etat et du droit de l'Académie des sciences de Russie, Irina Lukianova. Non-implication dans le procès de la Société Watchtower est, en dernière analyse, une violation du droit à un procès équitable (article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme) et l'annulation par la Cour suprême de la décision prise sur les résultats d'une enquête avec la participation du propriétaire du site est la preuve de la violation du droit à la restitution effective des droits (article 5 de la Déclaration universelle des droits de l'homme), l'expert a indiqué. Deuxièmement, selon les dispositions de la même des articles, il est permis d'envisager un site entier d'être extrémiste, même si seulement quelques matières considérées comme extrémistes sont affichés sur elle. En examinant le cas du site des Témoins de Jéhovah, la Cour suprême a souligné que sa reconnaissance «partielle» comme extrémiste »implique une menace de nouvelle distribution» de l'information extrémiste sur elle, bien que les substances interdites à ce moment ont été retirés de la site Internet. Dans le même temps, une interdiction sur une variété de matériaux sur les plus grands réseaux sociaux, qui sont beaucoup plus populaire que le site des Témoins de Jéhovah, ne conduit pas au blocage des réseaux sociaux dans leur ensemble. Enfin, la loi ne définit pas du tout les cas dans lesquels il est nécessaire d'interdire les sites Web entiers par ordonnance du tribunal et dans quels cas il est nécessaire d'interdire des pages individuelles et dans quels cas le blocage se fait à l'amiable. Les Témoins de Jéhovah indiquent que cette indétermination juridique implique une menace d'une approche discriminatoire qui viole les droits et libertés des citoyens garantis par la Constitution. Troisièmement, l'appel souligne que les lois ne contiennent pas de procédures pour l'enlèvement d'un site Web du registre des sites interdits et la liste fédérale des matériaux extrémistes, ce qui conduit à la restriction de la liberté d'expression. le 22 Décembre 2015, la Cour constitutionnelle a rendu une décision sur l'appel des témoins de Jéhovah. Il dit, en particulier, que «la reconnaissance d'un site Web sur l'Internet d'être extrémiste dans son ensemble est possible à la fois dans le cas de l'affichage systématique sur elle des documents extrémistes et dans le cas où un tel site a été spécialement créé par un public ou religieux association ou autre organisation qui sont considérés comme des extrémistes et dont l'activité est interdite sur le territoire de la Fédération de Russie dans le but de diffuser des informations de nature extrémiste ". Dans le même temps, la Cour constitutionnelle a précisé que "pour résoudre les problèmes de matériel en reconnaissant sur ​​un site Internet ou une partie de celui-ci d'être extrémiste, le tribunal doit prendre en compte les principes de base établis par le législateur fédéral de lutte contre les activités extrémistes et procéder de la nécessité d'utiliser le moyen le plus efficace de lutter contre l'extrémisme dans les circonstances actuelles établies par celui-ci, y compris l'élimination des causes et des conditions facilitant la distribution de masse de l'information qui a déjà été jugées extrémistes ". En ce qui concerne l'élimination des sites jugés extrémistes de la liste fédérale des matériaux extrémistes et du système d'information automatisé intégré, relié à surmonter la finalité des actions judiciaires qui ont eu un effet juridique, la Cour constitutionnelle elle-même limitée à l'examen qu'il "est possible dans la procédure prévue par la législation de procédure,..., tandis que les dispositions légales contestées, tout comme les autres normes de ces lois fédérales, ne permettent pas d'établir la procédure d'enquête judiciaire, y compris la détermination des participants de cette enquête et de leur statut dans la procédure. " Ainsi l'appel a été rejeté et les questions importantes de la mise en œuvre de la loi a grandi à elle était laissée sans réponse.

9 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Jeu 18 Fév - 19:57

samuel

avatar
Administrateur
Un livre qui parle sur Jesus considèré comme extrémiste il faut le faire.

10 Re: LES OUBLIES DE L’ACTUALITE le Jeu 7 Avr - 16:51

chico.

avatar
C'est le retour du stalinisme dans toute sa splendeur.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum