Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Salle de prières dans un magasin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Salle de prières dans un magasin. le Sam 16 Aoû - 11:56

samuel

avatar
Administrateur
ZURICH
Les musulmans ont leur salle de prière chez Jelmoli
Par Myriam Amara | Mis à jour le 15.08.14
Le grand magasin Jelmoli met depuis mardi une salle de prière à disposition de sa clientèle musulmane.





A Zurich, le grand magasin Jelmoli met une salle de prière à disposition de sa clientèle musulmane (Photo: Keystone)
A Zurich, Jelmoli est une destination prisée des touristes en provenance du monde musulman. Et le grand magasin essaie du mieux possible de se montrer à l’écoute des désirs de cette clientèle. C’est pourquoi depuis mardi il lui propose désormais une salle de prière, comme le rapporte le Zürichsee-Zeitung.
De nombreux touristes arabes se trouvent actuellement dans la ville du bord de la Limmat, a expliqué Barbara Kallenberg, porte-parole de Jelmoli. En effet le mois du jeûne de ramadan, durant lequel les musulmans évitent de voyager, s'est terminé à la fin juillet.
«Ces dernières semaines, nous avons constaté que plusieurs de nos clients priaient en différents endroits du magasin. Nous avons donc décidé de leur offrir une salle spécialement prévue à cet effet.»
Une première à Zurich
Alors que plusieurs grands magasins du sud de l’Allemagne proposent déjà ce genre de services, il s’agit d’une première à Zurich. L’offre se terminera à la fin des vacances d’été, fixée au 27 août.
La Fondation de la communauté islamique de Zurich se montre très satisfaite de cette possibilité. «Souvent pour pouvoir prier nous devons trouver une mosquée ou alors rentrer à la maison», a déclaré son administrateur, Saad Suban.
Les croyants sont tenus de prier cinq fois par jour. La salle mise à disposition par Jelmoli leur permet ainsi d’allier la prière au shopping.
Et à Genève?
Il n'existe rien de tel chez Globus Genève, a déclaré la porte-parole Nathalie Schambacher. Elle a précisé n'avoir pas eu vent de clients musulmans en train de prier dans le magasin, ni qu'il y ait eu une demande pour une salle spécifique.
En revanche, a-t-elle ajouté, les collaborateurs ont droit à un espace de recueillement «sans signes distinctifs» (que ce soit pour prier ou pour faire du yoga, par exemple) et à un espace de repos.
(Tribune de Genève)

Talab-al-ilm

avatar
Au nom d'Allah, L'Infiniment Miséricordieux, Le Très Miséricordieux. Que le salut et bénédictions soient sur son messager, Mohammad, le dernier maillon de la chaîne prophétique. Amine

Bonjour  samuel


L'islam fait-il une distinction entre "cultuel" et "temporel" ?

http://www.maison-islam.com/articles/?p=54

Fraternellement Talab al ilm

Wa Salam

.

http://www.aimer-jesus.com

Josué

avatar
Administrateur
Prières dans les toilettes d’une université: l’étudiante finalement relaxée
Par Pech, Marie-Estelle, Agence éducation et formation, AEF • Publié le 18/01/2017 à 21:33 • Mis à jour le 19/01/2017 à 14:15
L’université a indiqué que la jeune femme n’en était pas à son coup d’essai. Crédits photo: François BOUCHON/Le Figaro

Une étudiante utilisait les toilettes de l’université Lille-I comme salle de prière. Aux yeux des juges d’appel, la jeune femme «a volontairement voulu s’isoler pour ne pas créer de trouble à l’ordre public».

La décision suscite un certain remous dans le milieu universitaire. Une étudiante aujourd’hui âgée de 25 ans, avait eu droit en janvier 2013 à un avertissement de la part du conseil disciplinaire de l’université de Lille-I «pour avoir eu une manifestation ostentatoire d’une pratique religieuse dans l’enceinte de l’établissement». Elle avait fait sa prière dans des toilettes de l’université. L’étudiante a fait appel de cette sanction devant le Cneser, l’instance administrative d’appel propre au ministère de l’Enseignement supérieur.

«Elle priait dans un endroit le plus isolé possible»
L’avocate
Cette dernière a décidé de relaxer la jeune fille, le 18 octobre 2016. Une décision rendue publique ces dernières semaines. Certes, l’université a indiqué que la jeune femme n’en était pas à son coup d’essai: plusieurs signalements avaient été faits par des administratifs de l’université pour des faits de prières collectives ou individuelles dans les toilettes ou d’autres endroits. Mais aux yeux des juges d’appel, la jeune femme «a dans cette affaire volontairement voulu s’isoler pour ne pas créer de trouble à l’ordre public». Son avocate avait plaidé qu’elle «priait dans un endroit le plus isolé possible si bien qu’il n’y a pas eu de la part de sa cliente d’ostentation ni de prosélytisme».

Les locaux de l’université ne peuvent pas être le siège d’activités religieuses

L’université avait argué que l’étudiante avait refusé dans un premier temps de fournir une photographie tête nue à l’administration pour l’établissement de sa carte d’étudiant et qu’il s’agissait «d’un comportement général de la déférée». Ces explications fournies par l’université n’ont toutefois pas convaincu les juges d’appel. Si, comme l’observe Bernard Toulemonde, juriste et inspecteur général de l’éducation nationale honoraire (IGEN) dans l’AEF, l’université bénéficie d’une large liberté d’expression, la pratique d’une religion, c’est autre chose. Les locaux universitaires font en effet partie du domaine public et sont exclusivement affectés au service public de l’enseignement, ils ne peuvent être le siège d’activités religieuses. Cette décision suscite de vives réactions. La totalité des étudiants pourraient-ils désormais pratiquer leur religion dans les toilettes?
http://etudiant.lefigaro.fr/article/les-toilettes-d-une-universite-utilisees-comme-salle-de-priere_70c73a7a-ddb1-11e6-a569-fcb5161cc046/

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Il y a là une certaine provocation.

marmotte04


tout le monde doit être respecté dans la pratique de son culte. Si les musulmans font cinq prières canoniques et obligatoires par jour, il est clair que ce devoir religieux doit être accompli

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
C'est pas une raison de prier dans les wc , et le coran ne fait il pas des dérogations quand ce n'est pas possible de prier.

Josué

avatar
Administrateur
A Grenade, colère après des prières musulmanes autorisées dans un jardin public au pied d’une statue de la Vierge.
C’est avec l’autorisation du maire socialiste de Grenade, en Andalousie, qu’une communauté musulmane locale a pu fêter la rupture du jeûne du ramadan samedi dernier en organisant une prière publique dans les « Jardines del Triunfo », les « jardins du triomphe » aménagés en 1960 dans le quartier du même nom dans l’ancienne capitale mauresque d’Al Andalus. De nombreux catholiques se sont émus de voir le jardin public utilisé non seulement pour la prière rituelle, avec des centaines d’hommes prosternés en direction de la Mecque, mais encore pour toute une soirée d’événements culturels destinés à soutenir le dialogue inter-religieux avec l’islam. Tout cela s’est déroulé au pied d’une statue de la Vierge Marie, monumentale représentation de l’Immaculée Conception qui domine le jardin du haut d’une colonne.

C’est la première fois que la mairie de Grenade a autorisé des prières publiques dans ce jardin, au moyen d’une note qui souhaitait aux musulmans « un heureux ramadan dans les jardins du Triunfo ». Selon des sources municipales, il s’est agi « d’un événement sans précédent qui nous rapproche et nous rend plus égaux ». Il y avait là une claire volonté politico-religieuse et syncrétiste. Le maire, Francisco Cuenca, s’est justifié, d’ailleurs, au nom du multiculturalisme.

Côté chrétien, c’est la division.

La colère après la provocation de la « rupture du jeûne » au « Jardin del Triunfo » au pied d’une statue de la Vierge


Tout est parti d’une demande de l’imam de la Grande mosquée de Grenade, le Cheikh Ahmed Bermejo. Au vu de la polémique déclenchée par la prière publique qui a marqué la rupture du jeûne à 21 h 45, samedi, il a reconnu dans la presse avoir été à l’origine de la demande déposée auprès des autorités municipales. « Jusqu’à aujourd’hui, je ne m’étais pas rendu compte qu’il y avait là une statue de la Vierge, Nous autres, nous ne voulons rien revendiquer », a-t-il protesté.

C’est cela… Ahmed Bermejo Mendoza est né à Grenade de parents convertis à l’islam, elle américaine, lui originaire de Galicie. A plus de 40 ans, cet Espagnol de souche ignorerait-t-il à ce point la culture qui l’entoure ? Et ce d’autant moins que la soirée de samedi était également un événement multiculturel. L’imam a souligné que des chrétiens avaient participé à la prière collective : ceux des « Comunidades Populares de Granada ». Ces « communautés populaires », qui se revendiquent de Vatican II et de la théologie de la libération, ont été créées au cours des années 1970 pour « renverser la dictature du général Franco et son national-catholicisme ». Il faut préciser qu’elles ont été expulsées des paroisses catholiques de Grenade au cours des années 1980.

L’imam Bermejo insiste : « Nous voulions démontrer que l’islam est convivialité, ouverture et générosité, parce que l’islam vous appelle à cela, à vivre avec vos voisins sans aucune sorte de problème ni de confrontation ».

On est donc prié d’oublier que la prière publique musulmane a une signification politique, une signification de conquête et d’appropriation du sol : une terre sur laquelle a prié un musulman doit revenir à l’Oumma. Quand cela se passe au pied d’une statue de Notre Dame, l’affaire se double d’une provocation délibérée.


A Grenade, on honore l’Immaculée Conception comme nulle part ailleurs


Mais pourquoi avoir choisi ce jardin ? Je cherche en vain l’origine du nom, « El Triunfo ». Mais c’est le nom de ce quartier de Grenade depuis le XVIIe siècle au moins. Au temps des Wisigoths, une basilique chrétienne s’y élevait. Après les invasions musulmanes, elle devait être détruite par l’émir Youssouf ben Texufin, puis remplacée plus tard par un cimetière arabe lors de la conquête musulmane. Après la Reconquête – est-ce elle qui fut à l’origine de ce nom de « Triunfo » ? – on y construisit de nombreuses églises et demeures seigneuriales ainsi qu’un hôpital royal. C’est au début du XVIIe siècle qu’on y éleva une première statue à la Vierge Immaculée, particulièrement honorée à Grenade qui commémorait ainsi le « vœu de sang » de l’université de la ville. Par ce vœu solennel, les professeurs et les étudiants s’engagèrent en 1622 à verser jusqu’à leur dernière goutte de sang pour défendre la réalité de la Conception Immaculée de Marie, libre de la tache du péché originel.

Quelle déchéance, aujourd’hui. De nombreux chrétiens espagnols ont participé au faux culte de l’islam avec la bénédiction de la municipalité et le concours de la Fundacion Euroárabe, la Fondation Euro-Arabe des Hautes Etudes qui prône un islam restructuré et le dialogue et la coopération entre l’Europe et le monde arabe. Rien n’était donc fortuit : l’événement avait un objectif évident de rapprochement des religions et d’appel à l’intégration des populations musulmanes dans les villes européennes.


Des prières musulmanes autorisées dans un jardin public de Grenade à l’occasion du ramadan


L’opposition de droite à Grenade, qui fait partie du Partido Popular, est au nombre de ceux qui n’ont pas été séduits par ce discours relativiste. Les conseillers municipaux du PP ont dénoncé « une nouvelle démonstration de maladresse » de la part du maire Francisco Cuenca. Leur porte-parole, Rocio Diaz, tout en affirmant le devoir de respecter chacun, a souligné que ce respect « passe par le fait de ne pas blesser la sensibilité de quiconque ». Dans ce cas précis, il est clair « qu’on a choqué et insulté des milliers d’habitants de Grenade », a-t-elle déclaré.

Même le député centriste Ciudadanos de Grenade, Luis Salvador, a jugé nécessaire de publier un tweet où il dénonce ce maire qui « confond tolérance et respect religieux avec la provocation ».

Mais si les politiques de l’opposition, sans doute aussi parce qu’ils connaissent les réactions et les sentiments des autochtones, ont tenu à marquer leur différence, il n’en va pas de même pour l’archevêque du lieu qui s’est désolidarisé de ces critiques politiques et de celles exprimées sur le plan religieux par des catholiques que la presse espagnole qualifie d’« intégristes ». Mgr Francisco Javier Martinez a dénoncé l’initiative d’un groupe de catholiques qui ont convoqué une réunion de prière du rosaire ce mercredi en « réparation » de la prière musulmane. Dans son communiqué officiel, publié par le site de l’archidiocèse, Mgr Martinez écrit : « Nous chrétiens, nous ne faisons pas réparation pour la prière de fidèles d’autres confessions. La liberté religieuse est un bien suprême que l’Eglise défend et protège face à tous les obstacles qui peuvent s’y opposer. L’initiative de convoquer ce rosaire n’est pas d’Eglise de et elle n’est ni autorisée, ni soutenue par l’autorité de l’église à Grenade ».

La liberté religieuse, un bien suprême ? Bigre ! C’est pousser les choses bien loin, bien au-delà de cette liberté que les catholiques peuvent légitimement exiger face à n’importe quelle autorité, au nom de la vérité de leur foi. Liberté d’adorer exclusivement le vrai Dieu, tel que nous l’enseigne et l’ordonne le premier et le plus grand des commandements : « Tu n’auras pas d’autre Dieu que Moi ».

Notez que c’est la « réparation » qui fait problème aux yeux du prélat. Ou peut-être est-ce le Rosaire, que nous fêtons le 7 octobre pour marquer la victoire historique de Lépante sur les assaillants musulmans en 1561 ?


Jeanne Smits
http://reinformation.tv/grenade-prieres-musulmanes-autorisees-jardin-public-vierge-colere-smits-71361-2/

Josué

avatar
Administrateur
Les autorités communales adresseront un courrier à la mosquée Kouba pour lui faire part de leur mécontentement.

Ce dimanche, lors de la rupture du jeûne du ramadan, une prière s’est tenue dans la rue Vanderlinden à Schaerbeek, devant la mosquée Kouba. Seulement voilà, aucune autorisation communale n’a été accordée pour cette manifestation clandestine, comme dénoncé par le Centre citoyen belge musulman laïque.

Le bourgmestre Bernard Clerfayt (Défi) a tenu à réagir : "Les relations avec les mosquées appartenant à l’association des Mosquées schaerbeekoise sont bonnes et empreintes de dialogue. Les mosquées savent toutes que les autorités communales ne veulent pas d’activité religieuse sur l’espace public, et cela quel que soit le culte. Nous ne pouvons donc pas accepter des prières dans l’espace public. Ni aujourd’hui, ni demain, a commenté l’édile. J’avais donné une autorisation momentanée pour que les fidèles de la mosquée Kouba puissent faire leur rupture du jeûne à l’intérieur de la mosquée de la rue Vanderlinden. J’avais bien entendu fait dépendre cette autorisation de l’accord des pompiers. Cela a été obtenu. Mais jamais pour une prière sur l’espace public."

Les autorités policières ont donc été confrontées à la réalité d’une occupation de l’espace public. "Afin de ne pas ajouter de tension et pour entretenir un climat de calme et d’apaisement dans une situation où tout se passait normalement, la police a pris une décision de gestion de l’espace public", ajoute Bernard Clerfayt.

Il a donc été décidé de ne pas faire évacuer la rue, mais bien de la fermer pour éviter les embarras de circulation. "Je ne suis donc pas content de ce débordement. Un courrier sera adressé aux responsables de la mosquée. J’ai déjà eu des explications de la part de ceux-ci qui m’ont également fait part de leur étonnement et de leur désappointement, ajoute Bernard Clerfayt. Ils m’ont également parlé de débordement et m’ont assuré qu’ils veilleraient à ce que cela ne se reproduise plus."

La commune refuse régulièrement les demandes pour des activités religieuses sur l’espace public émanant de différents cultes. "Il se peut toutefois que dans certaines circonstances trop de fidèles se pressent devant leur lieu de culte respectif. Des décisions sont alors prises pour empêcher qu’il n’y ait de dangerosité", conclut le maïeur schaerbeekois.


Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
En France c'est interdit.

samuel

avatar
Administrateur
Mais en Belgique aussi mais ils ont mis les autorités devant le fait accompli.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum