Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Micro polluants=dangers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Micro polluants=dangers. le Mer 30 Juil - 22:43

samuel

avatar
Administrateur
21 juillet 2014 - Télévision Suisse RTS - Téléjournal [url=x-apple-data-detectors://1]19h30[/url] - Reportage -
 
" Micropolluants : les truites changent de sexe...  les crustacés perdent l'appétit... ! "
" Les micropolluants ont des effets inquiétants sur la faune et la flore de Suisse... "
 
ET L'homme ???
Métaux et polluants dans les "sédiments" de notre cerveau ! Dans nos cellules ! Dans nos tuyaux ! Dans nos organes ! Dans nos os !
Qui s'en préoccupe ?
 
Pour écouter le reportage :

http://www.francine-lehner.ch/index.php/intoxication-aux-metaux-lourds/sources-d-intoxication-aux-m%C3%A9taux-lourds

3 Re: Micro polluants=dangers. le Ven 21 Nov - 13:33

samuel

avatar
Administrateur
La lutte contre les sacs plastiques commence
Mis à jour il y a 8 minutes
28 gouvernements ont signé un accord «historique» pour protéger la planète. D'ici à 2018, une taxe sera obligatoire pour limiter la consommation.




En 2010, la moyenne annuelle de sacs par habitants s'établissait à 178. (Photo: AFP)
Les Européens vont devoir se mettre pour de bon aux cabas et sacs en papier, après un accord «historique» dans l'Union européenne pour réduire de plus de trois quarts d'ici 2025 l'utilisation des milliards de sacs plastique à usage unique qui asphyxient eaux et sols. Les représentants des 28 gouvernements ont scellé vendredi cet accord, qui avait été préparé avec le Parlement européen en début de semaine.
Faire payer les sacs
«Cela va permettre à l'Europe de faire face efficacement à un problème environnemental», s'est félicité le ministre italien de l'Environnement, Gian Luca Galleti, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE.
L'élue verte danoise Margrete Auken a salué une «percée historique». «Il s'agit du premier accord au niveau de l'UE sur des objectifs contraignants pour réduire les déchets», a-t-elle souligné.
Les Etats ne l'ayant pas encore fait devront imposer que ces sacs soient payants d'ici le 31 décembre 2018 ou prendre les mesures nécessaires pour réduire leur consommation annuelle à 90 sacs par habitant d'ici le 31 décembre 2019.
En 2025, la consommation annuelle ne devra pas dépasser 40 sacs par habitant, alors que la moyenne européenne s'établissait à 178 en 2010.
Plus de 8 milliards par an finissent en déchets sauvages
Sont visés les sacs à poignée dits «légers» (d'une épaisseur inférieure à 50 microns) encore libéralement distribués dans nombre de supermarchés européens. Plus de 90% des quelque 100 milliards de sacs plastique mis sur le marché de l'UE entrent dans cette catégorie.
Selon la Commission européenne, ils sont plus de 8 milliards par an à finir en déchets sauvages, étouffant poissons et oiseaux et s'agrégeant en ce que les experts qualifient de «soupe mortelle» à la surface des eaux.
L'accord a été atteint sous pression des Etats les plus «propres» en la matière, notamment scandinaves, et des députés européens, qui ont bataillé pour imposer des objectifs contraignants de réduction. Les nouveaux venus d'Europe de l'Est y étaient au contraire réticents.
Danois et Finlandais bons élèves
A titre d'exemple, les Danois ou Finlandais affichent une consommation annuelle de quatre sacs par habitant, contre plus de 460 pour les «cancres» portugais ou polonais, tandis que le score français est de 80 sacs par an et habitant, dans l'attente de l'interdiction nationale prévue à partir de janvier 2016.
L'accord permettra à la France de mettre en oeuvre cette interdiction, s'est félicité le négociateur français Alexis Dutertre dans un tweet. Paris, Comme Rome ou Vienne, souhaitaient cette garantie légale face au risque de recours de l'industrie plastique.
La Grande-Bretagne, montée au créneau pour défendre ses fabricants, a obtenu un délai de deux ans avant une possible interdiction des sacs oxo-dégradables, réclamée par les élus européens. Les écologistes soupçonnent ces sacs, censés être biodégradables à l'issue d'un traitement chimique, de se désagréger en fines particules de plastique restant nocives pour l'environnement et la santé.
Les sacs les plus fins, de moins de 15 microns, gagnent aussi un sursis de deux ans.
La nouvelle Commission européenne de Jean-Claude Juncker s'est affichée en retrait sur cette législation, qui doit encore être formellement avalisée par le Parlement européen.
Le dispositif prévu «aidera à lutter contre la pollution», mais sa mise en oeuvre risque de tourner au casse-tête, a estimé le numéro deux de la Commission européenne, Frans Timmermans, pour qui plus de «flexibilité» aurait été garant de plus d'efficacité.
(afp)


4 Re: Micro polluants=dangers. le Mar 22 Sep - 17:40

Josué

avatar
Administrateur
Cinq de ces substances, dont le Gaucho, ont été retrouvées dans des salades de Picardie.
Les salades ne sont pas à l’abri de tout reproche. Il leur arrive de contenir des pesticides interdits. C’est ce que révèle une étude publiée ce mardi par l’ONG Générations Future qui en a décelé des traces certaines sur les 31 salades achetées en Picardie et qu’elle a fait ensuite analyser par plusieurs laboratoires certifiés pour leur indépendance. « Cinq échantillons contiennent une ou plusieurs substances actives interdites ou interdites sur les salades en France », selon les tests qu’ils ont effectués entre le 28 mai et le 21 juillet 2015. Deux de ces échantillons contenaient du DDT, un produit totalement interdit en usage agricole en Europe. Les trois autres recelaient quatre matières actives interdites dont l’imidaclopride, plus connu du grand public sous le nom de « Gaucho », l’ennemi juré des apiculteurs.
Un « effet cocktail »
La qualité sanitaire des salades ne vaudrait donc guère mieux que celle des fraises sur lesquelles l’ONG avait repéré des traces de substances illicites en 2013 lors de tests similaires. Son verdict sur les laitues et les frisées est cependant à pondérer. La présence de l’insecticide DDT, interdit en France depuis 1971, peut s’expliquer par sa persistance dans les sols, admet Générations Futures. Par ailleurs, la part naturelle de la présence de ion-bromure étant impossible à déterminer, rien n’a pu être formellement retenu contre cette substance interdite.
L’ONG a par ailleurs repéré la présence de pesticides autorisés, mais sans « aucun dépassement » des valeurs limites. Ses interrogations portent davantage sur l’impact du mélange de ces substances (3,7 types de substances décelés en moyenne par salade). Un « effet cocktail » qui n’est pas pris en compte par la réglementation, a déploré son porte-parole François Veillerette.
Perturbateurs endocriniens
L’ONG s’inquiète enfin de la lenteur mise par Bruxelles à trancher sur la question des perturbateurs endocriniens issus des pesticides et soupçonnés d’être à l’origine de cancers, de problèmes dégénératifs et d’infertilité. Son représentant montre du doigt « le lobby de l’agrochimie », notamment britannique et allemand, face auquel il appelle les autorités françaises à « être fermes ».

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021344967451-pesticides-plus-dune-salade-sur-dix-contient-des-produits-interdits-1158003.php?pMMkBA4I9R0T1ehQ.99#xtor=RSS41

5 Re: Micro polluants=dangers. le Lun 9 Nov - 8:38

Josué

avatar
Administrateur
Nouvelle vague d'"airpocalypse" dans le nord-est de la Chine
Plusieurs villes enregistrent des densités de particules nocives et près de 50 fois supérieures au plafond recommandé par l'OMS.
SOURCE AFP
Publié le 09/11/2015 à 07:14 | Le Point.fr
Épais brouillard de pollution à Shenyang, le 8 novembre 2015. Épais brouillard de pollution à Shenyang, le 8 novembre 2015. © Imagine China/ Ju wen

Il y a une semaine, la Chine s'engageait sur la voie d'un accord en vue de la COP21. Quelques jours plus tard, un épais brouillard polluant de couleur grisâtre entravait la visibilité à Shenyang et Changchun, capitales respectives des provinces du Liaoning et du Jilin, plongeant les axes routiers dans une quasi-obscurité, selon des images diffusées par les médias locaux. Par endroits, une densité de particules nocives et près de 50 fois supérieure au plafond recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5) atteignait lundi les 860 microgrammes par mètre cube à Changchun. Elle s'était élevée jusqu'à 1 157 microgrammes par mètre cube à Shenyang dimanche, selon des statistiques des gouvernements locaux. L'OMS recommande un plafond moyen de seulement 25 microgrammes par mètre cube par 24 heures. Ces microparticules sont accusées d'être impliquées dans des centaines de milliers de décès prématurés en Chine, où les épisodes d'"airpocalypse" sont fréquents.
Mécontentement de la population

La municipalité de Shenyang a expliqué, sur un compte de microblogs officiel, que ce "smog" d'une densité extrême était provoqué par le démarrage du système de chauffage de la ville, principalement alimenté au charbon, à l'orée de l'hiver, ainsi que par la sévère pollution venant des provinces voisines. Les autorités de Changchun, de leur côté, ont engagé une "procédure d'urgence" en enjoignant aux établissements scolaires de cesser toute activité à l'extérieur et en appelant les résidents à ne pas sortir de chez eux tout en prenant des "mesures de protection pour leur santé", non précisées.
De tels dispositifs d'urgence s'avèrent "inutiles" face à "la gravité d'un pareil brouillard et d'un tel niveau de pollution", déplorait cependant l'agence Chine nouvelle. "Quand vous sortez, le simple contact avec l'air vous brûle les yeux, votre gorge s'écorche, il vous faut acheter un masque, mais personne ne nous dit spécifiquement ce qu'il faut faire d'autre", témoignait un habitant de Shenyang dans des propos rapportés par le média étatique. La pollution de l'air, endémique dans le pays, est devenue l'un des principaux sujets de mécontentement des Chinois, lassés de suffoquer et d'assister à l'explosion des cancers du poumon dans les zones urbaines.

6 Re: Micro polluants=dangers. le Mar 22 Déc - 18:06

Josué

avatar
Administrateur
Pékin décrété vendredi 18 décembre Pékin a décrété vendredi 18 décembre sa deuxième "alerte rouge" à la pollution de l'air -le niveau maximal- en l'espace de deux semaines. - AFP1 / 1

La pollution de l’air à Pékin atteint des niveaux inégalés. Dans ces conditions, beaucoup d’habitants se tournent vers des sources alternatives, comme les bouteilles d’air frais commercialisées par une société canadienne.
L'air frais est une denrée rare en Chine ces jours-ci. Le week-end dernier encore, Pékin était en alerte rouge à la pollution de l'air, le niveau maximal , et une épaisse couche de brouillard toxique a recouvert la capitale. Dans ces conditions, certains habitants n'hésitent pas à acheter de l'air en bouteille.
"Vitality Air", une société canadienne qui revend l'air de la station balnéaire de Banff en Alberta et de Lake Louise situé dans le parc national de Banff, vient d’envoyer ses premières cargaisons de bouteilles vers la Chine. Les bouteilles d’air comprimé sont vendues avec un masque que l’utilisateur doit enfiler afin de profiter de son bol d’air frais.

« Nous voulons que nos clients puissent respirer un air pur, sans odeur de ville et de pollution. Nos sites de Banff et Lake Louise sont inégalables en matière de qualité de l’air », affirme la société sur son site . « Vous pouvez prendre cette bouteille où que vous alliez. A votre prochain match de hockey, votre prochaine classe de yoga, votre prochaine séance d’entraînement... »

500 bouteilles écoulées en quatre jours
Vitality Air expédie aussi ses bouteilles en Amérique du Nord, en Inde et au Moyen-Orient. Mais la Chine reste son marché le plus important. Le premier envoi de 500 bouteilles y a été écoulé en quatre jours, affirme le co-fondateur d’Air Vitality au Telegraph . Une caisse de 4.000 bouteilles supplémentaires est en chemin.

7 Re: Micro polluants=dangers. le Ven 25 Déc - 13:32

Josué

avatar
Administrateur
Pollution à Pékin : "Comment le père Noël pourrait-il retrouver son chemin ?"
Un smog épais recouvre la capitale chinoise où la concentration de particules fines est de 620 microgrammes par mètre cube, déclenchant colère et sarcasmes.
SOURCE AFP
Publié le 25/12/2015 à 11:28 - Modifié le 25/12/2015 à 11:54 | Le Point.fr


Pékin s'est réveillé dans une épaisse couche de coton blanc qui recouvre les rues et estompe les immeubles ce 25 décembre. Ce n'est pas de la neige, mais une couche compacte de brouillard polluant, d'une nocivité 25 fois supérieure aux plafonds recommandés.
Le smog à l'âcre odeur de charbon réduisait la visibilité à guère plus d'une centaine de mètres. La municipalité de Pékin n'a pas pour autant décrété une "alerte rouge" à la pollution atmosphérique. La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), particulièrement dangereuses, car elles pénètrent profondément dans les poumons, atteint vendredi 620 microgrammes par mètre cube, selon les relevés de l'ambassade américaine. Soit très au-dessus du seuil maximal de 25 microgrammes recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures.
Trafic aérien perturbé

"Comment le père Noël pourrait-il retrouver son chemin vers Pékin ?" ironisait un internaute sur la plateforme de microblogs Weibo, où se multipliaient les clichés dystopiques de silhouettes d'immeubles à peine discernables, s'évanouissant dans le brouillard toxique. La circulation a été interrompue sur certaines autoroutes périphériques, et le trafic aérien était fortement perturbé.
Plus de 500 vols intérieurs et internationaux au départ ou à l'arrivée de Pékin ont été "annulés" faute de visibilité, a annoncé l'aéroport principal.
Le bureau météorologique municipal a déclaré pour Noël une alerte orange – niveau où les usines sont enjointes de réduire leurs émissions polluantes et où les écoles doivent suspendre leurs activités en extérieur. Le bureau municipal de la protection environnementale en est cependant resté à une "alerte jaune", un dispositif en principe déclenché par des "menaces imminentes à la sécurité publique". Des forces de police nombreuses surveillaient notamment le quartier commerçant de Sanlitun, très prisé des expatriés.
Menaces sur les expatriés

"Un jour ou deux dans l'année, je pourrais m'y résigner. Mais la ville est touchée tous les jours ! C'est ça, la nouvelle normalité ?" grinçait un internaute, en référence à un slogan gouvernemental.
La pollution est exacerbée par l'utilisation accrue de charbon pour la production d'électricité durant l'hiver, et par les émissions nocives des régions industrielles entourant Pékin. Dans la métropole voisine de Tianjin, 19 autoroutes sont fermées vendredi, et la télévision d'État y fait état d'une visibilité réduite par endroits à moins de... cinq mètres.
La municipalité pékinoise avait décrété une "alerte rouge" à la pollution pour la toute première fois début décembre, avant de réitérer la semaine dernière, ordonnant restrictions à la circulation et fermetures d'usines pour contenir le smog.
Les ambassades des États-Unis et de Grande-Bretagne ont lancé jeudi d'inhabituelles mises en garde à leurs ressortissants en leur demandant d'éviter Sanlitun durant Noël, en faisant état de "possibles menaces contre les Occidentaux".

8 Re: Micro polluants=dangers. le Dim 27 Déc - 10:11

Josué

avatar
Administrateur
A partir de 2016, les entreprises et les administrations publiques pourront écoper de 1.500 euros d’amende si elles ne réalisent pas un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre.
Pas de bilan d’émission de gaz à effet de serre ? 1.500 euros d’amende. Les entreprises et les administrations publiques pourront bientôt être sanctionnée si elles manquent à leur obligation de réaliser un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre.
« La mise en place d’un dispositif de sanction a pour objectif d’inciter les entreprises, les collectivités territoriales et les établissements publics à réaliser leur bilan d’émission de gaz à effet de serre aux échéances prévues par la réglementation », prévoit cette ordonnance, parue samedi au Journal officiel, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2016.
Les entreprises de plus de 500 salariés concernées
Le dispositif n’est pas nouveau, seule la sanction l’est. Les entreprises de plus de 500 salariés, les établissements publics employant plus de 250 personnes, l’Etat, les régions, les départements et les collectivités territoriales de plus de 50.000 habitants étaient déjà tenus de réaliser un bilan d’émission de gaz à effet de serre (GES). Ces bilans doivent être accompagnés, sauf pour les collectivités territoriales, d’un plan d’action visant à réduire ces émissions.
La première échéance pour la réalisation de ces bilans était fixée au 31 décembre 2012. Mais, selon un rapport accompagnant cette ordonnance, au 30 juin 2014, « seules 52% des personnes concernées avaient satisfait à cette obligation » (56% des entreprises, 60% des collectivités et 39% des établissements publics).
Une sanction n’excédant pas 1.500 euros « serait suffisante pour augmenter de façon significative le nombre d’assujettis répondant à l’obligation », selon le texte. En cas de manquement constaté, « le préfet met en demeure l’auteur de ce manquement de satisfaire à son obligation dans un délai qu’il détermine » et peut ordonner, en cas d’inaction à l’expiration de ce délai, le paiement de l’amende. « Le préfet peut en outre décider de rendre publique cette sanction », précise un décret publié en même temps que l’ordonnance.
Un bilan à renouveler tous les quatre ans
Les bilans devront désormais être renouvelés tous les quatre ans et non plus trois ans pour les entreprises de plus de 500 salariés, afin de s’aligner sur la périodicité des audits énergétiques. Les informations recueillies pourront être exploitées par l’administration pour « vérifier la conformité vis-à-vis de l’obligation de réalisation de bilans d’émission de gaz à effet de serre et d’audit énergétique », ainsi qu’ « à des fins d’études statistiques ».
Les émissions de gaz à effet de serre causées par les activités humaines sont responsables du dérèglement climatique. En juillet, la France a adopté une loi sur la transition énergétique dont l’objectif est de diviser par deux sa consommation totale d’énergie d’ici à 2050. Elle prévoit aussi de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre à la même date.
Source AFP

9 Re: Micro polluants=dangers. le Lun 28 Déc - 17:46

Josué

avatar
Administrateur
L’interdiction des sacs plastiques dans les magasins repoussée à mars
LES ECHOS | LE 28/12 À 16:15
L’interdiction sacs plastique usage unique profit sacs réutilisables, polluants, inscrite loi transition énergétique L’interdiction des sacs en plastique à usage unique au profit de sacs réutilisables, moins polluants, est inscrite dans la loi sur la transition énergétique - AFP/ FRED DUFOUR1 / 1
Précédent
Suivant
L’interdiction des sacs en plastique à usage unique au profit de sacs réutilisables, moins polluants, est inscrite dans la loi sur la transition énergétique.
Les consommateurs ont encore un peu de temps pour changer leurs habitudes. L’interdiction des sacs plastiques à usage unique, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier en France, est reportée de trois mois le temps que le gouvernement livre à Bruxelles des précisions sur cette mesure de la loi de transition énergétique, déclare Ségolène Royal dans Le Journal du Dimanche.
« La Commission européenne demande des précisions concernant le décret sur les sacs. Bruxelles veut valider une mesure qui concerne la libre circulation de ces produits », explique la ministre de l’Ecologie. « La publication du texte avec les sanctions est décalée de trois mois », précise-t-elle.
L’interdiction des sacs en plastique à usage unique au profit de sacs réutilisables, moins polluants, est inscrite dans la loi sur la transition énergétique qui a été promulguée en août dernier. De nombreux distributeurs et commerçants en France ont déjà anticipé la mesure.
Sacs plastiques payants
La FCD, fédération représentant la majorité de la grande distribution, précise que le décalage du décret « ne changera pas grand chose, dans la mesure où les enseignes n’ont pas attendu la loi pour réduire drastiquement le nombre de sacs plastiques à usage unique distribués en caisse ».
« Un accord volontaire a été mis en place dès 2003, et depuis, le nombre de sacs distribués par les enseignes est passé de 10,5 milliards à 600 millions (par an), soit une baisse de 94% », explique la fédération.
Beaucoup d’enseignes font également payer les sacs plastiques (entre 3 et 5 centimes) pour inciter les consommateurs à amener leurs propres sacs.
En septembre, Ségolène Royal avait affirmé que ce décret serait publié « très rapidement » et que l’interdiction des sacs à usage unique allait « permettre de développer des industries de fabrication de sacs biodégradables et créer des emplois » en France.
Sources Reuters et AFP

10 Re: Micro polluants=dangers. le Jeu 31 Mar - 8:01

Josué

avatar
Administrateur
Les sacs en plastique jetables seront officiellement interdits à partir du 1er juillet
Le décret d'application de l'interdiction, prévue dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, a été publié au Journal officiel.
Les sacs plastique jetables, c'est fini ! Le décret interdisant la distribution en caisse de ces sacs à usage unique a été publié au Journal officiel, jeudi 31 mars. Cette interdiction est prévue par la loi sur la transition énergétique votée en août 2015. Elle prendra effet le 1er juillet.
A l'origine, cette interdiction devait entrer en vigueur dès le 1er janvier. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, avait annoncé début février qu'elle s'appliquerait finalement à partir de juillet. "J'ai écouté le besoin de transition" qui s'est exprimé, avait-elle expliqué.
Quels sont les sacs concernés ?
Sont concernés les sacs d'épaisseur inférieure à 50 micromètres, sans considération de volume, gratuits ou payants. La mesure s'applique à tous les commerces : les petites et grandes surfaces, les boulangeries, les boucheries, les pharmacies, les stations-service ou encore sur les marchés...
Le 1er janvier 2017, les sacs ou emballages en plastique qui ne sont pas en caisse, ainsi que les contenant des denrées alimentaires seront à leur tour prohibés. Seuls les sacs compostables et "biosourcés", c'est-à-dire avec une teneur en matière végétale, pourront être utilisés pour ces usages. L'objectif est de "réduire les impacts environnementaux considérables liés à la production et la distribution de ces sacs", souligne le ministère dans un communiqué.
FRANCETV INFO

11 Re: Micro polluants=dangers. le Jeu 31 Mar - 10:51

samuel

avatar
Administrateur
Dans de nombreux magasins il n'y a pratiquement plus de sac en plastique.

12 Re: Micro polluants=dangers. le Jeu 31 Mar - 20:36

samuel

avatar
Administrateur
encadrant l’interdiction a été publié. La prohibition se fera en deux temps : 1er juillet 2016 et 1er janvier 2017.
C’est la dernière phase d’un processus entamé en 2003 qui a commencé ce jeudi. Et elle va représenter une petite révolution pour le commerce et les consommateurs français. Le décret interdisant à compter du 1er juillet la distribution aux caisses de sacs en plastique à usage unique a été publié au « Journal Officiel ». Cette interdiction découle de la loi sur la transition énergétique votée en août 2015. Elle devait à l’origine entrer en vigueur le 1er janvier. Ségolène Royal avait annoncé début février repousser ce délai au 1er juillet .

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/021807846867-le-commerce-dit-adieu-aux-sacs-plastique-1210754.php?yYejl6cdwkJj04CH.99#xtor=RSS-2005

13 Re: Micro polluants=dangers. le Lun 24 Oct - 18:16

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
teneur moyenne de dyoxide de carbone (CO2), le principal gaz à effet de serre, a franchi un seuil record symbolique en 2015 , selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Plus précisément elle a atteint dans l'atmosphère 400 ppm (parties par million).

"La barre des 400 ppm avait déjà été atteinte auparavant par le CO2, à certains endroits et durant certains mois de l'année, mais jamais encore à l'échelle du globe et pour une année entière", a ajouté l'OMM dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre (voir ci-dessous).

Pour cette agence de l'ONU, le CO2 est "le problème numéro un", car il reste "pendant des milliers d'années dans l'atmosphère et encore plus longtemps dans les océans".

Le monde bouge dans la mauvaise direction
Pour le secrétaire général de l'OMM, le Finlandais Petteri Taalas, la lutte contre le changement climatique, passe par la "lutte contre le C02". Actuellement, "le monde bouge dans la mauvaise direction", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Genève, en faisant référence aux hausses permanentes du niveau de CO2 dans l'air. Le problème de fond, a-t-il insisté, "c'est la volonté politique", car il y a des solutions pour réduire les émissions et "on peut agir". Il a notamment cité l'exemple de l'Allemagne, où les énergies renouvelables battent des records de production.

Les Échos.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum