Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les objecteurs de conscience République d'Arménie .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Les objecteurs de conscience République d'Arménie Mars 2011 / République d'Arménie: Les objecteurs de conscience
Commencez le message:

Date: 17 Mars, 2011 01:19:47 PM CDT
Objet: Objecteurs de conscience République d'Arménie 2011 Mars
Source: Les Témoins de Jéhovah du site officiel des médias Web
Actuellement, il existe 74 de Témoins de Jéhovah qui ont été accusés en vertu du Code criminel pour avoir refusé de conscience au service militaire pour des motifs religieux. De ce nombre, 74 ont été jugés, condamnés et emprisonnés; personne ne se tient en détention provisoire; personne ne reçu une condamnation avec sursis. Les noms, les dates d'emprisonnement, du sol (sous le code pénal une ), la durée de la peine, et les lieux de détention sont présentes comme suit:

Soixante-quatorze pour les Témoins de Jéhovah ont été jugés, condamnés et emprisonnés:
Actuellement, il existe 74 de Témoins de Jéhovah qui ont été accusés? en vertu du Code pénal de refus de service militaire pour des motifs religieux. De ce nombre, 74 ont été jugés, condamnés et emprisonnés, ne sont en garde à vue , une a reçu une condamnation avec sursis. Les noms, les dates de détention, les raisons (dans le code pénal une ), la durée de la peine, et les lieux de détention actuelles sont les suivantes:

Soixante-quatre des Témoins de Jéhovah l'ont été jugés, condamnés et emprisonnés:

Josué

avatar
Administrateur
PanARMENIAN.Net - Un Prêtre de l'Eglise de la Sainte
Trinité de Erevan, Yesai Artenyan dit que le responsable de l'attaque des adeptes de la secte des Témoins de Jéhovah sur sa personne, est à la législation arménienne, mais pas aux arméniens.

Ces prises de position de l'état a permis aux sectaires d'attaquer massivement l'Eglise apostolique arménienne depuis le premier jour de l'indépendance de l'Arménie.

"Depuis l'application des lois, les prêtres doivent faire face à des attaques sur eux. Je tiens à souligner que l'adhésion de l'Arménie aux valeurs européennes conduit à l'effondrement du pays et de l'église, " à répété Yesai Artenyan lors d'une conférence de presse à Erevan.

D'ailleurs, il a exhorté les journalistes à écrire sur l'Eglise apostolique arménienne des articles fondés sur des faits, et non des rumeurs.

Selon le rapport donné aux médias, le 15 mai, deux adeptes de la secte des Témoins de Jéhovah ont attaqué Yesai Artenyan et l'ont battu dans la cour de l'église Sainte Trinité, en réponse à la demande du prêtre de cesser de prêcher dans le territoire église. Les coups étaient accompagnés d'un langage grossier et de menaces.
c'est bien connue les tj prêchent la bonne nouvelle a coups de poigs et d'injures. Very Happy

samuel

avatar
Administrateur
. tbd
du n'importe quoi .

Josué

avatar
Administrateur
La police a identifié deux Témoins de Jéhovah qui ont attaqué prêtre
18 mai 2011 - 19h24 AMT

PanARMENIAN.Net - La police arménienne a identifié les deux adeptes de la secte des Témoins de Jéhovah, suspectés d'avoir attaqué le prêtre Yesai Artenyan.

Les sectaires, Andranik Mnatsakanyan et Samvel Grigoryan ont été convoqués à un poste de police pour témoigner.

Une plainte n'a pas encore été engagée. Le prêtre attaqué doit être examiné par un expert en médecine légale.

Selon les médias, le 15 mai, deux adeptes de la secte des Témoins de Jéhovah ont attaqué pour le battre, le prêtre Yesai Artenyan dans la cour de l'église Holy Trinity, en réponse à la demande du prêtre de cesser de prêcher dans le territoire église. Les coups étaient accompagnés d'un langage grossier et de menaces.


source :

samuel

avatar
Administrateur
a coups de bible il l'ont attaqué? braveb

Josué

avatar
Administrateur
Les membres des Témoins de Jéhovah accusés d'avoir attaqué un prêtre nie [les accusations et disant ne] pas être coupable, tout en affirmant que ces eux qui ont été plutôt [agressés] par le serviteur de l'Eglise apostolique arménienne qui a eu un comportement agressif à leur égard.

Plus tôt cette semaine des médias cités les propos d'un prêtre de la "Holy Trinity Church", Ter Yesayi Artenyan qui a prétendu que le dimanche 15 mai, il a demandé à deux jeunes gens qui étaient en prédication près de son église à Erevan de quitter le territoire de l'église, mais qu'en réponse ils l'ont attaqué, lancé des obscénités et des menaces comme "à mordre sa tête off ". Une affaire pénale a été engagée dans le cadre de l'incident sur les caractéristiques de «passage à tabac, menaces et décision arbitraire."

Tigran Harutyunyan, le porte-parole de l'organisation des Témoins de Jéhovah a dit ArmeniaNow : "que les deux jeunes Témoins de Jéhovah en question, étaient à une certaine distance de l'église, tut a fait libre pour parler à quelqu'un, quand une personne en civil s'est approché d'eux et a affirmé qu'ils étaient sur «son territoire» et a exigé d'eux «de ne plus parler de la Bible et de ne plus se tenir là. " Toujours, selon Harutyunyan, "le prêtre a voulu prendre des photos des jeunes hommes avec son téléphone portable, mais les témoins de Jéhovah s'y sont opposés et l'un d'eux à obturé l'objectif du téléphone avec sa main."

"Le prêtre Artenyan, qui s'est mit en colère à cause de tout cela, a tendu son bras pour le visage de Andranik Makvetsyan, a commencé à offenser celui-ci et de le maudire (se souvenir des parents de ce dernier, etc), des menaces et exigeant qu'ils appellent leurs «patrons», a encore précisé Harutyunyan dans une lettre adressée à ArmeniaNow, ajoutant "que les jeunes hommes ont quitté la zone d'eux-mêmes, après quoi, cependant, dans la soirée, ils ont été convoqués à la police où ils ont donné des explications en rapport avec l'incident."

Pendant ce temps, dans une interview à ArmeniaNow, le père Yesayi Artenyan a accusé les Témoins de Jéhovah de dire des mensonges. Il a également dit qu'en fait, il n'a pas subi de lésions corporelles, même si il a dû passer par un examen médico-légal, qui est une procédure standard dans des enquêtes similaires. Le prêtre a dit à l'un des jeunes hommes qui l'ont frappé à la main, que cependant, cela ne lui causa pas de douleur.

«J'ai tout simplement averti la police afin qu'ils me donnent une protection, parce que seul, je ne peut plus traiter avec les Témoins de Jéhovah qui viennent à prêcher dans le voisinage de l'église», a déclaré Artenyan, soulignant "qu'il n'avait pas fait la demande d'entamer une procédure au services de police criminelle".
http://armenianow.com/news/29826/armenia_jehovah_s_witness_priest_attack

Josué

avatar
Administrateur
Des jeunes disciples de l'Eglise apostolique arménienne ont lancé une collecte de signatures pour le passage d'une loi contre le prosélytisme en Arménie après l'incident survenu près d'une église à Erevan entre un prêtre et deux membres des Témoins de Jéhovah.

Le 15 mai, le serviteur de l'église Holy Trinity, le Père Yesayi Artenyan avait interdit à deux membres des Témoins de Jéhovah, une organisation religieuse, à prêcher dans le territoire de l'église, après quoi, il a déclaré avoir entendu des menaces émanant d'eux.

À la suite de l'incident dans lequel les Témoins de Jéhovah ont nié tout comportement violent ou menaces ou insultes, le Conseil Araratian spirituel des jeunes du diocèse patriarcale a lancé une campagne de collecte signatures et a également envoyé une lettre au président de l'Arménie, au président du parlement, au Premier ministre, au ministre de la Justice et à l'ombudsman de la république, exigeant qu'ils promeuvent des changements dans la loi arménienne sur la liberté de conscience et les organisations religieuses.

Selon les auteurs de la lettre, " l'une des principales raisons pour lesquelles la violence contre le prêtre et l'insulte à la dignité et la soutane est devenu possible, c'est qu'en Arménie il n'y a pas de sérieux obstacles [au prosélytisme], il y a une atmosphère d'impunité qui rend encore plus les sectaires : indisciplinés et incontrôlables. "

Manukyan Eliza, Le Chef du Service de presse de la Araratian diocèse patriarcal a dit à ArmeniaNow : qu'un changement dans la loi permettrait de définir clairement ce que le terme «prosélytisme» signifie, et les actes sous-législatifs, quant à lui, de définir la peine pour ceux qui sont engagés dans le prosélytisme.

" Partout où ils sont engagés dans le prosélytisme comme elle n'est pas définie en termes juridiques à ce que le prosélytisme est. Si la loi fixe le «prosélytisme» dans une loi, tout le monde saura en terme claire quel est leur droit et, en conséquence, seront capables de se défendre ", a précisé Manoukian.

La collecte de campagne de signatures a débuté le 24 mai et se déroule dans des églises différentes à Erevan, ainsi qu'en ligne (...) .

Des jeunes disciples de l'Eglise apostolique arménienne ont lancé une collecte de signatures pour le passage d'une loi contre le prosélytisme en Arménie après l'incident survenu près d'une église à Erevan entre un prêtre et deux membres des Témoins de Jéhovah.

Le 15 mai, le serviteur de l'église Holy Trinity, le Père Yesayi Artenyan avait interdit à deux membres des Témoins de Jéhovah, une organisation religieuse, à prêcher dans le territoire de l'église, après quoi, il a déclaré avoir entendu des menaces émanant d'eux.

À la suite de l'incident dans lequel les Témoins de Jéhovah ont nié tout comportement violent ou menaces ou insultes, le Conseil Araratian spirituel des jeunes du diocèse patriarcale a lancé une campagne de collecte signatures et a également envoyé une lettre au président de l'Arménie, au président du parlement, au Premier ministre, au ministre de la Justice et à l'ombudsman de la république, exigeant qu'ils promeuvent des changements dans la loi arménienne sur la liberté de conscience et les organisations religieuses.

Selon les auteurs de la lettre, " l'une des principales raisons pour lesquelles la violence contre le prêtre et l'insulte à la dignité et la soutane est devenu possible, c'est qu'en Arménie il n'y a pas de sérieux obstacles [au prosélytisme], il y a une atmosphère d'impunité qui rend encore plus les sectaires : indisciplinés et incontrôlables. "

Manukyan Eliza, Le Chef du Service de presse de la Araratian diocèse patriarcal a dit à ArmeniaNow : qu'un changement dans la loi permettrait de définir clairement ce que le terme «prosélytisme» signifie, et les actes sous-législatifs, quant à lui, de définir la peine pour ceux qui sont engagés dans le prosélytisme.

" Partout où ils sont engagés dans le prosélytisme comme elle n'est pas définie en termes juridiques à ce que le prosélytisme est. Si la loi fixe le «prosélytisme» dans une loi, tout le monde saura en terme claire quel est leur droit et, en conséquence, seront capables de se défendre ", a précisé Manoukian.

La collecte de campagne de signatures a débuté le 24 mai et se déroule dans des églises différentes à Erevan, ainsi qu'en ligne (...) .

Tigran Harutyunyan, un porte-parole de l'organisation des Témoins de Jéhovah en Arménie, a informé ArmeniaNow que l'organisation était au courant de la campagne, mais n'avait pas encore examiné ses nouvelles mesures.
http://armenianow.com/news/29949/armenian_church_jehovah_s_witnesses_religious_sects#comment-13906

Josué

avatar
Administrateur
Arménie - Vanadzor : une Assemblée de District des Témoins de Jéhovah annulée à cause des pressions des autorités
jean Aujourd'hui à 20:05

(traduction)

Pour diffusion immédiate
14 juin 2011

La pression exercée sur le propriétaire des installations, force l'annulation de l'Assemblée des Témoins de Jéhovah en Arménie

Vanadzor, Arménie
-
Juste quelques heures avant le début de leur Assemblée de District « Que Le Royaume de Dieu Vienne ! » dans un auditorium loué à Vanadzor, en Arménie, les quelques Témoins de Jéhovah déjà présents ont été contraints de quitter l'établissement parce que le propriétaire a refusé d'honorer le contrat, annulant du coup le rassemblement.

Environ 600 Témoins de Jéhovah étaient prévus pour assister à cette Assemblée de trois jours prévue pour ce 10-11-12 juin 2011. Lorsque les premiers congressistes sont arrivés pour le programme, l'entrée de l'auditorium était verrouillée. Le propriétaire a affirmé qu'il avait reçu un appel téléphonique de quelqu'un qui menaçait de bombarder les installations si elle étaient utilisées par les Témoins de Jéhovah. Le propriétaire aurait également déclaré aux représentants des Témoins de Jéhovah qu'il serait disposé à permettre la réunion de se dérouler uniquement si il recevait l'approbation des autorités arméniennes. Malgré les appels à la police et aux autorités régionales par les représentants de la communauté légalement enregistré des Témoins de Jéhovah dans la République d'Arménie, l'Assemblée de district a été annulée.

Lors d'une réunion avec des représentants des Témoins de Jéhovah, le maire du district de Lori (qui comprend la ville de Vanadzor) a confirmé qu'il avait appelé le 9 Juin 2011, le propriétaire du centre de congrès, et dit à celui-ci d '"examiner les conséquences" d'une location de l'installation aux Témoins de Jéhovah. Le maire a ensuite déclaré que ses suggestions au propriétaire n'étaient nullement conçues comme une menace, mais plutôt un avertissement contre une réplique violente des membres d'un groupe de jeunes qui pourrait éclater dans les installations ou aux abords en protestation contre les Témoins de Jéhovah. Dans la soirée du vendredi 10 Juin 2011, le maire a décidé de notifier au propriétaire que son bureau n'émettait pas d'objection à ce que cette réunion puisse se tenir les deux jours suivants. Toutefois, le propriétaire a choisi de ne pas fournir cette opportunité aux congressistes.

L'annulation de cette convention fait suite à une campagne de harcèlement et de déni de la liberté religieuse qui a commencée durant l'été 2010, lorsque les propriétaires de sites convention à Vanadzor, Gyumri et Erevan ont été poussés à résilier le contrat de location de leur salle mise à disposition des Témoins de Jéhovah. La plupart des propriétaires avaient trop peur de révéler la source des pressions, mais par quelques visites décrites comme effectuées par des représentants des autorités régionales qui ont stipulé, dit-on : « qu'il fallait exécuter les ordres des autorités supérieures gouvernementales. »

Le 8 Octobre 2010, les Témoins de Jéhovah en Arménie avait écrit respectueusement au Président de la République Serge Sarkissian, afin de lui demander son aide pour que les témoins puissent exercer leur droit de tenir tranquillement, des réunions annuelles sans ingérence religieuses. Les Témoins de Jéhovah ont également demandé que le Président intervienne en leur nom afin que les autorités locales protègent leurs droits de se réunir, conformément à la Constitution de la République d'Arménie et de la Convention européenne des droits de l'homme.

Contacts:
Arménie: Tigran Harutyunyan, Tél. +374 93 900 482

samuel

avatar
Administrateur
Derrière tout ça il y l'église arménienne.

Josué

avatar
Administrateur
Les objecteurs de conscience

République d'Arménie
Juin 2011

Actuellement, il existe une liste de 69 Témoins de Jéhovah qui ont été accusés en vertu du Code criminel pour des motifs religieux, d'avoir refusé au motif de leur conscience le service militaire.

Personne n'est en détention provisoire; personne n'a reçu une condamnation avec sursis, tous les 69 ont été jugés, condamnés et emprisonnés.

Josué

avatar
Administrateur

Erevan voit d'un autre incident avec les Témoins de Jéhovah impliqués
27 juin 2011 - 18h43 AMT
PanARMENIAN.Net - Pourtant, un autre incident entre un prêtre et les Témoins de Jéhovah a eu lieu à Erevan. Selon un message obtenu par PanARMENAIAN.Net, un rassemblement sectaire dans une salle de banquet aéroport Zvartnots adjacents suscitent des inquiétudes des salariés ainsi que les invités des salles adjacentes.
Les prêtres de l'Eglise apostolique arménienne ont été informés de la situation, avec le Révérend Père Kesablyan Gegham de l'église de la Sainte Résurrection, en arrivant sur ​​le site.
En réponse à la demande Révérend Père de quitter la salle, les sectaires convoqué à la police. Toutefois, la police a refusé d'intervenir.
Enfin, en raison de corriger les arguments des prêtres, la gestion salle de banquet a refusé d'accueillir des rassemblements encore des Témoins de Jéhovah.
http://www.panarmenian.net/eng/news/73343/Yerevan_sees_another_incident_with_Jehovahs_Witnesses_involved

Josué

avatar
Administrateur
Un autre propriétaire d'installation subit des pressions pour annuler l'Assemblée des Témoins de Jéhovah en Arménie

Parakar, Arménie
-
Le propriétaire d'une installation dans la ville de Parakar été contraint par des responsables gouvernementaux et les prêtres de l'Eglise apostolique arménienne de fermer ses portes causant l'annulation d'une Assemblée religieuse de trois jours des Témoins de Jéhovah prévue pour 1-3 juillet 2011. Environ 800 Témoins de Jéhovah qui avaient prévu de participer ont été privés de leur droit de se réunir pour le culte.

Les Témoins de Jéhovah ont tenu un congrès pacifique dans ce même établissement les 24-25- 26 Juin 2011. Cependant, le dernier jour, deux prêtres de l'Eglise apostolique arménienne avec un parlementaire ont tenté de perturber le congrès. Au cours des jours suivants, le propriétaire de l'installation a été sans relâche mit sous la pression des représentants du gouvernement, y compris les parlementaires et les agents de police, afin d'annuler la réunion de cette semaine. Après avoir été informé que l'ordre venait de «très haut», le propriétaire a déclaré qu'il se conformerait "aux ordres" et unilatéralement a résilié le contrat juridiquement contraignant.

Il s'agit de la deuxième Assemblée religieuse des Témoins de Jéhovah à être annulée dans un délai de trois semaines. Le 10 juin dernier, quelques heures seulement avant le début de leur Assemblée de district « Que le Royaume de Dieu Vienne !" dans un auditorium loué à Vanadzor , les Témoins de Jéhovah ont été forcés de quitter l'établissement en location parce que le propriétaire a refusé d'honorer le contrat, supprimant efficacement la réunions des Témoins. Durant l'été 2010, trois Assemblées des Témoins de Jéhovah devant se tenir dans des établissements privés loués, ont été annulées par les propriétaires suite à des menaces similaires.

Le 8 Octobre 2010, et à nouveau le 27 Juin 2011, les Témoins de Jéhovah en Arménie ont écrit au président Serge Sarkissian, pour lui demander respectueusement son aide afin que les Témoins de Jéhovah du pays puissent exercer leur droit constitutionnel de se réunir librement et maintenir de paisibles réunions religieuses en conformité avec les Conventions européennes sur les droits de l'homme.

Dans une affaire similaire portant sur ​​l'interruption d'une convention religieuse des Témoins de Jéhovah, la Cour européenne des Droits de l'Homme a condamné un pays voisin de l'Arménie, la Géorgie, pour failli " à leur devoir de prendre les mesures nécessaires pour permettre aux [Témoins de Jéhovah] d'exercer librement leur droits à la liberté de religion "-. Cas des 97 membres de la congrégation des Témoins de Jéhovah de Gldani et 4 autres c. Géorgie, 71156/01, 3 mai 2007.

Josué

avatar
Administrateur
Les États doivent respecter le droit à l'objection de conscience, a jugé la CEDH.

© APGraphicsBank


7 juillet 2011


Amnesty International salue un arrêt décisif de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui reconnaît explicitement pour la première fois le droit à l'objection de conscience au service militaire.

La Cour a rendu le 7 juillet un arrêt en faveur de Vahan Bayatyan, un témoin de Jéhovah arménien condamné en 2003 à deux ans et demi d'emprisonnement parce qu'il avait refusé, pour des raisons de conscience, d'effectuer son service militaire.

La Cour a estimé que l'obligation de respecter le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion impliquait pour les États l'obligation de respecter le droit à l'objection de conscience.

« La décision rendue aujourd'hui place le droit européen en totale conformité avec les normes internationales relatives à l'objection de conscience, a déclaré Michael Bochenek, directeur du programme Droit et politique d'Amnesty International.

« L'Azerbaïdjan et la Turquie, les deux seuls États européens qui ne disposent pas d'une loi reconnaissant ce droit, doivent immédiatement prendre des mesures pour y remédier. »

Vahan Bayatyan a refusé d'effectuer son service militaire lorsqu'il a été appelé sous les drapeaux, en 2001. Bien qu'il ait déclaré être disposé à effectuer un service civil de remplacement, il a été reconnu coupable d'insoumission et condamné à un an et demi d'emprisonnement.

Sa peine a été portée à deux ans et demi de détention à l'issue de la procédure d'appel, lancée par le procureur qui estimait que le refus d'effectuer le service militaire reposait sur des motifs « infondés et dangereux ».

Il a été libéré sous conditions en juillet 2003, après avoir purgé 10 mois et demi de sa peine. Il a saisi la CEDH ce même mois.

Lors de son adhésion au Conseil de l'Europe, en 2000, l'Arménie s'est engagée à introduire une loi sur le service civil de remplacement. Adopté le 17 décembre 2003, le texte prévoit un certain nombre de dispositions pour les objecteurs de conscience au service militaire, notamment la création d'un « service civil de remplacement ».

On n'a à aucun moment donné à Vahan Bayatyan la possibilité d'effectuer ce service.

Des témoins de Jéhovah qui, depuis l'entrée en vigueur de la loi, ont choisi le service de remplacement, estiment que celui-ci n'est pas de nature totalement civile. Il comporte ainsi des obligations telles que le serment militaire et le port de l'uniforme de l'armée. Il n'est de ce fait pas conforme aux normes internationales.


http://www.amnesty.org

Josué

avatar
Administrateur
CEDH, 7 juillet 2011
Convention européenne des droits de l’homme - Article 9 - Objection de conscience
Une victoire historique vient d’être obtenue par les Témoins de Jéhovah devant la Cour européenne des droits de l’homme : à seize voix contre une, la Grande chambre a conclu que l’article 9 (droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion) de la Convention européenne protège le droit à l’objection de conscience. Au moment d’être appelé sous les drapeaux au printemps 2001, le jeune Vahan Bayatyan a exprimé son refus d’effectuer son service militaire, comme l’y motivait son étude de la Bible et (...)

Josué

avatar
Administrateur
Un haut responsable du gouvernement a exhorté, mercredi 3 août, l’Eglise apostolique arménienne à intensifier sa lutte contre les sectes dans le pays, qui sont considérées par beaucoup en Arménie comme une menace pour l’unité nationale.

« Je pense que notre église aurait pu être vraiment plus active », a déclaré Vartan Astsatrian, à la tête du département des minorités religieuses et ethniques au gouvernement.

« Par exemple, elle aurait pu examiner les secteurs dans lesquels ces organisations religieuses sont les plus actives et essayer d’investir ces secteurs », a déclaré V. Astsatrian lors d’une conférence de presse.

L’Eglise apostolique, qui a fait de l’Arménie le premier pays au monde à adopter le christianisme comme religion d’Etat en 301, est la plus ancienne institution rassemblant les Arméniens dispersés à travers le monde. Plus de 90% d’entre eux y sont rattachés.

Durant les vingt dernières années, des dizaines de milliers d’Arméniens ont rejoint d’autres cultes. Il existe actuellement 67 organisations de ce type enregistrées auprès des autorités arméniennes.

L’Église arménienne est, depuis l’effondrement de l’Union soviétique, préoccupée par ces organisations. Ses représentants ont fait pression sur les autorités pour freiner les groupements « sectaires », comme les Mormons et les Témoins de Jéhovah.

Le père Shahe Hayrapetian, prêtre à l’église Sourp Sargis d’Erevan, a par exemple préconisé que le gouvernement interdise le prosélytisme au porte-à-porte et permette à l’Eglise apostolique de dispenser des enseignements religieux dans toutes les écoles arméniennes.

S. Hayrapetian s’est également plaint de la séparation de l’église et de l’État inscrite dans la Constitution arménienne. « Laissez-nous résoudre ce problème avec le soutien de l’Etat », a-t-il déclaré à RFE / RL.

Il a toutefois reconnu que cette séparation garantit un statut juridique privilégié à l’église arménienne et son siège Etchmiadzine. Il a par ailleurs souligné la « mission exceptionnelle [de l’église] dans la vie spirituelle du peuple arménien » et son rôle dans le « maintien de son identité nationale ».

Les autorités tentent d’encadrer ces groupes religieux minoritaires via des amendements controversés depuis deux ans, notamment en criminalisant le prosélytisme auprès des fidèles de l’Eglise apostolique.

Cette pratique serait considérée comme une « chasse à l’âme », s’apparentant à une « pression physique, morale ou psychologique » ainsi qu’à des « incitations matérielles » de propagande religieuse. Le projet de loi interdirait également aux minorités religieuses de faire de la propagande au porte-à-porte.

Le projet de loi a été abandonné l’année dernière après de vives critiques exprimées par le Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Les minorités religieuses et les groupes de défense des droits de l’homme ont également exprimé leurs sérieuses préoccupations.

Le ministère arménien de la Justice aurait depuis modifié le projet d’amendements.

Josué

avatar
Administrateur
ARMENIE
Le Gouvernement souhaite un projet de loi pour les objecteurs de conscience



Le gouvernement arménien a annoncé qu’il projette d’ordonner un projet de loi qui devrait mettre fin à l’emprisonnement sur de longue durée de jeunes refusant le service militaire pour des motifs religieux.

Le ministre de la Justice Hrayr Tovmasian a révélé que son ministère travaille déjà aux amendements appropriés de la loi qui offre une alternative aux citoyens quant à leur devoir militaire de deux ans.

Une loi a déjà été votée en 2003 et est entré en vigueur en 2004 sous la pression du Conseil de l’Europe. Ses principauxx bénéficiaires ont été les membres de l’organisation religieuse des Témoins de Jehovah.

L’organisation basée aux Etats-Unis a rejeté le service alternatif en raison du fait qu’il est surveillé par des militaires arméniens et dure au moins trois ans.

Artur Ispirian, avocat pour les Témoins de Jehovah, a dit au service arménien de RFE/RL (Azatutyun.am) que plus de 40 personnes sont actuellement en prison. Il a dit que la plupart d’entre eux ont déposé plainte contre le gouvernement arménien devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

À la fin de l’année dernière et au début de cette année, la cour a condamné le gouvernement arménien dans trois affaires. Il a ordonné aux autorités à Erevan de payer à chacun des plaignants 10 000 euros (12 600 $) de dommages.

Hrayr Tovmasian a demandé le gouvernement d’autoriser le paiement des amendes pendant une réunion du cabinet présidé par le Premier ministre Tigran Sarkisian. Il a aussi mentionné « un assez grand nombre » d’affaires semblables déposés par d’autres Témoins de Jehovah.

« Nous sommes en pourparlers avec eux » a dit Hrayr Tovmasian. « Quelques-uns d’entre eux sont maintenant en prison ».

« Je pense que suite aux changements de cette loi [sur le service alternatif] il sera possible d’assurer qu’ils retirent leurs plaintes » a-t-il dit.

« Les négociations ont eu lieu entre un avocat représentant ces jeunes et un représentant du Ministère de la Justice » a confirmé Ispirian. « Il est toujours trop tôt pour dire si vraiment ils retireront leurs plaintes ». Il a dit que leur demande principale est leur libération des prisons.

En parlant aux journalistes, Hrayr Tovmasian a refusé de donner des détails quant aux amendements projetés à la loi. Il a précisé que le service alternatif serait « plus acceptable » pour les objecteurs de conscience.

Selon Ispirian, les Témoins de Jehovah seraient environ 11000 en Arménie.

vendredi 15 juin 2012,
Stéphane ©armenews.com

Josué

avatar
Administrateur
3 DÉCEMBRE 2012 | ARMÉNIE

L’Arménie est condamnée à payer des dommages et intérêts à 17 Témoins de Jéhovah

STRASBOURG, France. Le 27 novembre 2012, la Cour européenne des droits de l’homme a jugé que l’État arménien avait violé les droits de 17 objecteurs de conscience. Il se voit condamné à leur verser 112 000 euros de dommages et intérêts et à payer leurs frais de justice.

En 2005, 17 Témoins de Jéhovah accomplissaient un service civil à la place du service militaire. Toutefois, lorsqu’ils ont appris que ce service civil s’effectuait sous le contrôle de l’armée, leur conscience les a empêchés de continuer, et ils ont quitté leur poste. Ils ont par la suite été arrêtés et poursuivis en justice. Certains ont été placés en détention provisoire pendant plusieurs mois, et 11 ont finalement reçu des peines de prison allant de deux à trois ans.

La Cour européenne a jugé que ces poursuites et ces détentions étaient illégales. En effet, en 2005, il n’existait pas de loi en Arménie interdisant l’abandon d’un service civil de remplacement. La Cour a estimé que l’Arménie avait violé le droit à la liberté et à la sûreté garanti par l’article 5 de la Convention européenne des droits de l’homme. Bien qu’il ait plus tard abandonné les charges retenues contre les 17 Témoins, l’État arménien a refusé de les indemniser pour les poursuites et la détention illégales dont ils avaient été l’objet. Par conséquent, la Cour a ordonné à l’Arménie de verser aux 17 jeunes hommes une indemnité pour préjudice moral et de payer leurs frais de justice.

Cet arrêt vient s’ajouter à trois autres décisions de la Cour condamnant l’Arménie sur la question de la neutralité. Dans ces quatre affaires, les autorités arméniennes ont injustement traité les objecteurs de conscience Témoins de Jéhovah comme s’ils étaient de dangereux criminels.

« Ce jugement de la Cour européenne permet de réparer les injustices subies par ces Témoins de Jéhovah, commente André Carbonneau, avocat des requérants. Et pour ce qui est du droit qu’ont les Témoins de Jéhovah de refuser le service militaire, cette série de victoires remportées contre l’Arménie devant la Cour européenne envoie un message fort aux autres États membres du Conseil de l’Europe, ainsi qu’à des pays comme l’Érythrée, la Corée du Sud ou d’autres encore en Asie centrale. »

Josué

avatar
Administrateur
REVUE DE PRESSE
Arménie : Est-ce que la réforme du service alternatif va faire sortir les Témoins de Jéhovah de prison ?
Au milieu de tensions persistantes avec l’Azerbaïdjan sur le processus de paix au Haut-Karabagh, la controverse se développe en Arménie sur une proposition qui permettrait d’assouplir les conditions du service alternatif pour les objecteurs de conscience à motivation religieuse.

Selon la loi arménienne, tous les hommes entre 18 et 27 ans sont tenus de servir pendant deux ans dans les forces armées . Bien que l’Arménie ait une loi sur le service alternatif depuis 2004, ses dispositions n’ont « pas été appliquées dans la pratique », a affirmé le militant des droits de l’homme Avetik Ishkhanian. Les hommes qui refusent pour des raisons religieuses d’effectuer un service de remplacement sous la supervision du personnel militaire ont souvent reçu des peines de prison.

Les membres des Témoins de Jéhovah - une secte chrétienne qui épouse des croyances millénaires et dont les membres évitent le service militaire - ont été particulièrement touchés : Au cours de la dernière décennie, 274 Témoins de Jéhovah ont fait de la prison pour avoir omis de remplir leurs obligations de service de remplacement, selon Ishkhanian . Le gouvernement arménien a longtemps été sous la pression internationale pour abolir la pratique de l’emprisonnement des objecteurs de conscience. En novembre 2012, la Cour européenne des droits de l’homme a ordonné au gouvernement arménien de payer 112 000 € (142 338 $) de dommages et intérêts à 19 Témoins de Jéhovah qui ont été ainsi traités.

Le Parlement arménien a approuvé les modifications à la loi sur le service alternatif en première lecture le 18 mars, par un vote de 103 contre 1. Après le vote, les députés ont envoyé des amendements au gouvernement pour quelques ajustements. Aucune information n’était disponible sur les changements que les députés souhaitaient.

Le seul député à voter contre les amendements était Shushan Petrosian, membre du Parti républicain, qui est aussi un chanteur bien connu. « C’est un problème sur lequel je ne peux tout simplement pas être d’accord avec le gouvernement et avec mes collègues du parti » a déclaré Petrossian. « Ma conviction est que chaque garçon qui n’a pas de problème de santé devrait servir dans l’armée arménienne ».

En vertu des modifications dans leur forme actuelle, les militaires ne superviseraient plus le travail fait comme une alternative au service militaire, et le nombre de mois de service requis serait ramené de 42 à 30. « Nous avons besoin de cette loi, car celle que nous avons n’est pas efficace, et en ce moment plus de 80 personnes ont préféré aller en prison et sont maintenant dans les pénitenciers, plutôt que de faire un service de remplacement » a commenté le ministre de la Justice Hrayr Tovmasian à EurasiaNet.org .

Pour le porte-parole des Témoins de Jéhovah Tigran Harutyunian, les modifications offrent une pause bienvenue dans le passé, quand les croyants devaient opter soit pour un mandat de trois ans de prison, ou un service de remplacement « en contradiction avec leurs croyances religieuses » et avec des conditions de travail « humiliantes ». Le service de remplacement comprend actuellement le nettoyage des rues, ainsi que la maintenance des hôpitaux et du travail de garde, la plupart du temps dans des hôpitaux psychiatriques. Les responsables des district militaires sont tenus de superviser le travail effectué au moins une fois par jour. « Nous espérons maintenant qu’il y aura, en fait, une alternative » a déclaré Harutiunian.

Tous les membres du Parti républicain d’Arménie ne sont pas satisfaits des changements potentiels. Des inquiétudes persistent, au milieu d’une hausse violations du cessez-le-feu au karabagh que l’Arménie ne peut pas se permettre de laisser des hommes valides éviter le service militaire. Lorsque le ministre de la Justice Tovmasian a présenté les amendements au Parlement le 27 février le député Hayk Babukhanian s’est plaint de ce que les modifications donneraient un « feu vert » à « des sectaires » pour efficacement esquiver leurs obligations. Babukhanian et d’autres députés du Parti républicain ont prévu que de nombreux jeunes hommes arméniens se joindront à des groupes religieux en particulier pour éviter le service militaire.

« La croissance du nombre secte dans notre pays est déjà une question de sécurité nationale » a déclaré Babukhanian à EurasiaNet.org. Il a affirmé que « diverses recherches » montrent que « 300000 à 350000 Arméniens aujourd’hui appartiennent à certaines confessions ».

Le militant des droits de l’homme Avetik Ishkhanian a cité les commentaires Babukhanian sur les sectes afin de souligner « la façon dont nos législateurs sont intolérants envers les minorités religieuses ». L’Arménie n’a pas de religion d’Etat, mais l’Eglise apostolique arménienne est considéré comme un élément central de l’identité historique du pays.

Alors que certains députés du Parti républicain sont clairement mécontents, les hauts dirigeants du parti au parlement, comme Koryun Nahapetian, président du Comité permanent de la sécurité nationale et des affaires intérieures, sont très favorables aux amndements. « Ces modifications législatives et les modifications de certaines autres lois connexes garantiront que la loi [sur le service alternatif] sert vraiment son but » a déclaré Nahapetian. « Après tout, le droit à la liberté de religion et de conscience est d’abord établie dans la Constitution de l’Arménie, et il est de notre devoir de la protéger ». Certains militants des droits de l’homme estiment que le gouvernement s’intéresse moins à la défense des droits civils qu’aux décisions négatives des tribunaux internationaux. « Le gouvernement ne s’inquiète pas de la protection des droits des minorités religieuses, mais est gravement préoccupé par les affaires qu’il a perdu » a déclaré Mikael Danielian, président de l’Association Helsinki ONG en charge des droits de l’homme.

Le député indépendant Edmon Marukian, qui, en tant que militant des droits de l’homme en 2003, a pris part aux discussions sur la loi sur le service alternatif, affirme que le gouvernement est le seul à devoir être blâmé pour les frais encourus. « Il était clair dès le début que ... les gens vont refuser de servir pour des motifs religieux, et, plutôt que de créer des conditions favorables à exploiter leur potentiel ailleurs, l’État les a condamnés, a utilisé l’argent des contribuables pour les garder dans des pénitenciers, et est en train de payer 100000 euros d’indemnisation pour emprisonnement illégal » a déclaré Marukian.

Le débat parlementaire sur les amendements se poursuit, mais Marukian est certain qu’ils seront adoptés. « Après tout, il s’agit d’un projet du gouvernement, et [les républicains] forment le gouvernement, alors ils ne vont pas voter contre elle ».

Note de l’éditeur :

Gayane Abrahamyan est journaliste pour ArmeniaNow.com à Erevan.

EurasiaNet.org

Josué

avatar
Administrateur
Arménie à payer € 112 000 à 17 témoins de Jéhovah
EREVAN, 8 mai (RIA Novosti) - L'gouvernement arménien mercredi alloué 112.000 € (145 226 $) au Ministère de la Justice à payer des dommages et frais juridiques de 17 objecteurs de conscience en conformité avec une décision de 2012 par la Cour européenne des droits de l'homme, l' service de presse du gouvernement dit.
En 2004, 17 jeunes témoins de Jéhovah arménien hommes ont commencé à effectuer un service civil de remplacement. Après un an, ils ont refusé de continuer, en disant qu'ils ne pouvaient plus servir sous le contrôle et la supervision de l'armée en toute bonne conscience.
Les membres de l'organisation religieuse internationale ont été arrêtés et poursuivis en justice. Certains ont été placés en détention provisoire pendant plusieurs mois, et 11 ont finalement été condamnés à des peines de prison de deux à trois ans.
La cour européenne a jugé que des poursuites pénales et des détentions étaient illégales parce que, en 2005, il n'y avait pas de loi en Arménie qui a fait un crime à abandonner le service civil de remplacement.
Le tribunal a jugé que l'Arménie a violé le droit des hommes à la liberté et à la sécurité en tant que protégé par l'article 5 de la Convention européenne des droits de l'homme.
Bien que le gouvernement a ensuite abandonné les poursuites pénales contre les 17 hommes, l'Arménie a refusé de les indemniser pour les poursuites pénales et les détentions illégales. Le tribunal a donc ordonné à l'Arménie de payer une indemnité pour préjudice moral et frais juridiques.

Josué

avatar
Administrateur
L’Arménie est lente à adopter une loi sur l’objection de conscience

Le gouvernement arménien semble traîner les pieds pour modifier les règles relatives à la conscription militaire, un an après qu’un tribunal européenne ait jugé que les Témoins de Jéhovah avaient été maltraités comme objecteurs de conscience.

En Novembre 2011, la Cour européenne des droits de l’homme, CEDH, a déclaré que l’Arménie devait verser une indemnité à 17 hommes qui ont été arrêtés et accusés à tort de désertion.

En 2005, les hommes se sont retirés d’un régime de service civil destiné aux pacifistes comme les Témoins de Jéhovah et sensé être une alternative à la conscription obligatoire. Le service civil avait été lancé l’année précédente dans le cadre des obligations de l’Arménie en tant que membre du Conseil de l’Europe.

Les hommes ont été assignés à un travail civil dans les écoles, les hôpitaux et ailleurs, mais l’ont quitté six mois plus tard quand ils ont réalisé qu’ils étaient effectivement sous commandement militaire, quelque chose qui va à l’encontre de leur engagement absolu au pacifisme. « On nous a dit que c’était un service civil, mais il s’est avéré être militaire après tout » a déclaré Hayk Khachatryan, l’un des 17 hommes qui a été arrêté, placé en détention pendant des mois et accusés de désertion.

La CEDH a constaté que depuis que l’Arménie n’a pas de législation qui fait criminalise le fait de se retirer du service de remplacement et que la détention et les accusation contre ces hommes étaient illégales.

En réponse à cette décision, le gouvernement arménien a reconnu que le contrôle militaire du service civil était un problème, et a commencé à rédiger des modifications à la loi en Mars 2012.

Les modifications qui étaient proposées établiraient une distinction entre le « service militaire alternatif » et « service de travail alternatif » - ce dernier structuré de façon à exclure toute participation militaire, de sorte que la plupart des objecteurs de conscience pourraient y participer.

Le service militaire de remplacement durera 30 mois et le service de travail alternatif 36 mois au lieu des deux ans habituels servis par les conscrits.

Dix mois plus tard, on ne sait pas quand les projets d’amendements seront complétés par le comité du ministère de la Justice chargé de les produire.

Artur Ispiryan, qui travaille pour le département juridique des Témoins de Jéhovah, a déclaré : « La première version du projet de loi dit que les gouverneurs régionaux devaient superviser le service de remplacement ... mais ce point a été retiré. À l’heure actuelle, on ne sait pas ce qui va le remplacer mais il est essentiel que la surveillance soit exclusivement de nature civile. Ce n’est pas exactement ce que nous voulons, c’est une norme internationale ».

Selon les Témoins de Jéhovah, autour de 30 de leurs membres sont actuellement en prison pour avoir refusé d’effectuer leur service militaire. Les tribunaux en Arménie examinent actuellement 25 cas, et d’autres condamnations sont possibles.

Les Témoins de Jéhovah ont plusieurs dizaines de plaintes encore pendantes à la CEDH, et le gouvernement leur a demandé de retirer leur cas alors que la loi sera modifiée. Stepan Danielyan, chef du Centre pour la coopération pour la démocratie, estime que le gouvernement se méfie de la modification de la loi, même si la décision de la CEDH a clairement indiqué que c’était essentiel.

« Le retard s’explique par le fait que le ministère de la Défense et le gouvernement n’ont aucune idée claire de ce qu’il faut faire avec la loi », a déclaré Danielian. « Ils ne veulent pas d’un conflit avec l’OSCE ou d’autres organisations internationales. Mais d’un autre côté, passer les modifications juridiques pourrait être risqué car il y a aussi d’autres personnes qui ne veulent pas faire leur service militaire par conviction ».

Alexander Amaryan dirige le Centre d’aide et de réadaptation pour les victimes de sectes destructrices, qui est hostile aux Témoins de Jéhovah, et il affirme que les hommes en âge de conscription se joignent au groupe simplement pour éviter de rejoindre l’armée.

« Pour les jeunes qui ne veulent pas servir dans l’armée, la meilleure façon de l’éviter est de rejoindre les Témoins de Jéhovah » a-t-il dit.

Les Témoins de Jéhovah disent qu’ils sont heureux de nous fournir des listes de membres pour montrer que ce n’est pas le cas.

« Il n’est pas si facile de devenir un témoin de Jéhovah » a déclaré Artur Ispiryan en réponse à l’allégation de membres frauduleux. « Il n’y a eu aucun cas semblable ». Les prêtres stagiaires de l’Eglise apostolique arménienne, le principal groupe religieux du pays, sont en mesure d’échapper à la conscription. Mais le porte-parole de l’église Vahram Melikian a insisté pour que le clergé de l’Eglise apostolique ne soit pas comparé avec d’autres qui ont décidé de ne pas rejoindre l’armée.

En outre, a-t-il dit, « Il y a des cas où nos étudiants ne prennent pas leur exemption et servent dans l’armée pendant deux ans, puis retournent poursuivre leur [Séminaire] d’éducation ».

Avetik Ishkhanyan, chef du Groupe d’Helsinki d’Arménie, a déclaré que le gouvernement devrait se concentrer sur les vrais conscrits réfractaires. Les chiffres officiels montrent que depuis 2002, environ 10000 personnes ont évité la conscription, et seulement 444 d’entre eux étaient des Témoins de Jéhovah.

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=92020

chico.

avatar
L’Arménie libère tous les Témoins de Jéhovah emprisonnés


EREVAN, Arménie. Le 12 novembre 2013, l’Arménie a libéré les 14 derniers Témoins de Jéhovah emprisonnés pour avoir refusé d’être incorporés dans l’armée. Au total, 28 objecteurs de conscience Témoins de Jéhovah ont été relâchés depuis le 8 octobre 2013. Ces libérations marquent un tournant. En effet, l’Arménie refusait jusque-là de reconnaître le droit à l’objection de conscience, ce qui a entraîné l’emprisonnement de plus de 450 jeunes Témoins durant les 20 dernières années. Aujourd’hui, pour la première fois depuis 1993, il n’y a plus aucun objecteur de conscience Témoin de Jéhovah en prison en Arménie.

Les 8 et 9 octobre 2013, l’Arménie avait libéré huit Témoins à la suite d’une amnistie qui réduisait leur peine de six mois. Le 24 octobre, six autres détenus avaient été relâchés : ils ont été les premiers à bénéficier des amendements adoptés le 8 juin 2013 concernant la loi en vigueur en Arménie sur le service civil de remplacement. Ces amendements autorisent les objecteurs de conscience à faire une demande pour effectuer, à la place d’une peine d’emprisonnement, un service civil qui n’est pas sous le contrôle de l’armée.
Plus de 90 Témoins ont demandé à profiter de cette nouvelle disposition. Les 23 octobre et 12 novembre 2013, la Commission républicaine a examiné et accepté les demandes de 71 de ces jeunes hommes. Elle a signalé qu’elle avait l’intention de traiter rapidement les demandes en attente.
David Semonian, porte-parole des Témoins de Jéhovah à New York, où se situe leur siège mondial, déclare : « Nous sommes heureux que le gouvernement arménien ait libéré ces jeunes hommes et que ce problème de longue date semble résolu. »
Contacts presse :
International : David Semonian, service d’information, tél. : [url=tel:+1%C2%A0718%C2%A0560%C2%A05000]+1 718 560 5000[/url]
Arménie : Tigran Harutyunyan, tél. : [url=tel:+374%C2%A093%C2%A0900%C2%A0482]+374 93 900 482[/url]

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum