Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

nouvelles du Japon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 nouvelles du Japon le Jeu 17 Mar - 10:12

patdu18

avatar
Bonjour,
Merci de nous donner des nouvelles du Japon.
Que nos frères et soeurs soient assurés que nous prions pour eux ; nous sommes certains que Jéhovah par l'intermédiaire du collège central va leur apporter l'aide dont ils ont besoin. Nous sommes là pour répondre aux aides qu'il faudra vous apporter, si la demande est faite dans les congrégations.
Demandez à Jéhovah de vous aider à supporter ces conditions difficiles.
Salutations chaleureuses d'une famille qui pense à vous.

2 Re: nouvelles du Japon le Jeu 17 Mar - 11:39

Josué

avatar
Administrateur

3 Japon le Jeu 17 Mar - 22:18

Manou0

avatar
Crying or Very sad On ne peut que être touché par cette tragédie qui touche toutes ces personnes.Que notre Dieu aimant puisse soutenir nos frères et soeurs durement éprouvés ,et que de nombreuses personnes au coeur de brebis puisse se tourner vers sa parole la bible et recevoir sa consolation. I love you

Céline


Nous avons appris ce matin que 115 frères et soeurs sont portés disparus, qu'un frère, 1 soeur et son mari incroyant sont morts et nous en sommes tous très peinés .
Prions tous intensément Jéhovah pour nos frères et soeurs bien-aimés du Japon et gardons présent à l'esprit le passage de Psaumes 46 :1,2 :
"Dieu est pour nous un refuge et une force,
un secours qui est facile à trouver durant les détresses.
C’est pourquoi nous ne craindrons pas, même si la terre change
et si les montagnes chancellent au cœur de la mer immense."

Avec tout notre amour fraternel.
Céline

5 Re: nouvelles du Japon le Sam 6 Aoû - 22:51

Aude

avatar
Que deviennent nos frères du Japon actuellement ?

6 Re: nouvelles du Japon le Dim 7 Aoû - 9:02

Josué

avatar
Administrateur
Odessa a écrit:Que deviennent nos frères du Japon actuellement ?
pas de nouvelle pour le moment.

7 Re: nouvelles du Japon le Mar 9 Aoû - 14:54

Josué

avatar
Administrateur
Depuis le déclenchement de la crise le 11 mars, les autorités nippones ont relevé la limite maximale d'exposition radioactive pour les enfants, au même niveau que celle fixée dans beaucoup de pays pour les personnes travaillant sur des sites atomiques.
Les parents vivant près de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, dans le nord-est du Japon, sont confrontés à un dilemme cauchemardesque: évacuer leurs enfants ou vivre avec la crainte qu'ils ne tombent malade à cause des radiations.

Depuis le déclenchement de la crise le 11 mars, les autorités nippones ont relevé la limite maximale d'exposition radioactive pour les enfants, au même niveau que celle fixée dans beaucoup de pays pour les personnes travaillant sur des sites atomiques.

Et elles affirment que les enfants ne craignent rien.

Certaines familles n'ont pas été rassurées par le discours officiel et ont décidé de quitter la zone affectée par les retombées de Fukushima. La plupart sont cependant restées, hésitant à abandonner leur emploi, leur domicile et tirer un trait sur leur vie, malgré la peur ambiante.

Dans la ville de Fukushima, capitale de la préfecture du même nom, les aires de jeu ont été désertées par les enfants contraints de rester à l'intérieur, alors que des effluents radioactifs continuent de s'échapper de la centrale à une soixantaine de kilomètres de là, sur la côte Pacifique.

La plupart des écoles de cette ville de quelque 300.000 habitants ont interdit aux élèves de jouer au football ou au base-ball sur les terrains ou bien de se baigner dans les piscines en plein air. Les fenêtres des salles de classe restent fermées malgré la chaleur estivale.

Plus de 300 enfants ont quitté les écoles primaires et les collèges depuis avril, selon le bureau de l'éducation de Fukushima, qui a chargé les employés municipaux de nettoyer les murs des établissements scolaires pour éliminer les poussières radioactives.

"Nous comprenons totalement les sentiments des parents, mais nous voulons qu'ils agissent dans le calme", a déclaré à l'AFP Yoshimasa Kanno, membre du bureau de l'éducation. Il a ajouté que la ville allait doter d'ici septembre chaque élève d'un dosimètre pour calculer le volume de radiations reçues.

Sachiko Sato, 53 ans, qui vit à Kawamata, à 35 kilomètres seulement de la centrale nucléaire, a décidé d'envoyer ses deux enfants dans une autre ville, mais de rester dans la maison familiale.

"Nous nous demandons ce qui est le plus important pour nous", a-t-elle confié. "Pour certains, c'est leur travail, pour d'autres c'est la famille. Pour moi, c'est l'avenir de mes enfants."

Hiroshi Ueki, 40 ans, qui travaillait jusqu'à récemment dans un jardin d'enfants, a relogé sa femme et ses deux enfants d'un et quatre ans à Matsumoto, dans la préfecture montagneuse de Nagano, à 280 kilomètres.

"Je n'arrêtais pas de dire à mes fils: +Ne touchez pas ça. Ne mangez pas ça. N'enlevez pas votre masque+", se souvient-il. "Alors quand on est arrivé à Matsumoto, mon fils aîné m'a encore demandé: +Papa, est-ce que je peux toucher cette fleur, cette voiture ? Est-ce que je peux jouer sous la pluie ?+ En entendant ça, j'avais envie de pleurer."

La limite d'exposition aux radiations au Japon a été relevée de 1 millisievert par an à 20 millisieverts, après le séisme et le tsunami géants qui ont provoqué la plus grande catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986.

Dans la ville de Fukushima, les autorités évaluent la radioactivité dans l'atmosphère à des niveaux allant de 5,4 à 13,6 millisieverts par an, selon les endroits. Mais les critiques relèvent que ces mesures ne tiennent pas compte de l'exposition interne provoquée par la nourriture ou la poussière contaminée par les radiations.

Les experts sont d'accord pour dire que les enfants courent un risque plus élevé de développer des cancers ou d'autres maladies que les adultes, mais divergent lorsqu'il s'agit de mesurer ce risque.

8 Re: nouvelles du Japon le Mer 14 Sep - 5:01

Josué

avatar
Administrateur
Six mois après le séisme du 11 mars, les Japonais se recueillent
Visages éplorés, villes en ruines désertées, cérémonies du souvenir, six mois après le séisme et le tsunami qui ont ravagé les côtes nord-est du Japon, les rescapés ont rendu hommage aux disparus, s'encourageant pour bâtir un nouvel avenir.
Ce dimanche 11 septembre était un jour de recueillement dans la vaste région du Tohoku (nord-est), ravagée par la catastrophe du 11 mars qui a fait quelque 20.000 morts et disparus.

Dès l'aube des silhouettes priaient à Minamisanriku, l'une des agglomérations côtières les plus meurtries par ce désastre dont tous les Japonais se souviennent avec effroi.

Dans les villes et bourgades du Tohoku frappées par cette catastrophe naturelle, doublée du pire accident nucléaire en 25 ans, à Fukushima, des cérémonies de recueillement avaient lieu depuis la veille.

A Minamisanriku, rasée par la vague gigantesque de plus de 15 mètres qui a recouvert et emporté le flanc côtier de la cité, à l'exception de quelques bâtiments de plus de trois ou quatre étages dont un hôpital, restent des monceaux incommensurables de débris. La ville est désormais un terrain vague où errent des rescapés endeuillés venus en ce dimanche de commémoration rendre hommage à l'un des leurs.

Des centaines de personnes, de noir vêtues, se sont rassemblées dans la matinée autour du maire et d'autres élus de la préfecture de Miyagi pour se souvenir des disparus et s'encourager mutuellement, certains se revoyant pour la première fois depuis le drame.

"Nombreux sont encore ceux qui, six mois après, ne sont pas bien relogés et vivent dans l'angoisse. Nous allons faire tous les efforts pour reconstruire le plus rapidement possible", a assuré le Premier ministre, Yoshihiko Noda, dans un message lu devant un monument commémoratif fleuri.

"Nous n'avons pas encore pu remettre les zones sinistrées en état, nous vous prions de nous en excuser", a poursuivi un député de la région.

"Ma maison a totalement disparu. J'ai fui avec ma petite-fille juste avant le tsunami, n'emportant que mon téléphone mobile et mon porte-monnaie", raconte une grand-mère qui réside depuis à deux heures de route de Minamisanriku.

"Personne ne pensait qu'une vague pouvait atteindre une telle hauteur", soupire-t-elle, levant les yeux vers le toit d'un immeuble d'une quinzaine de mètres de haut. "Je n'ai pas envie de revenir habiter ici".

Un autre sinistré, Takahiro Murakami, 35 ans, témoigne: "Six mois ont passé, mais il reste encore de nombreux corps non retrouvés, je suis venu avec ma famille, heureusement sauve, pour rendre hommage à ces victimes et porter un message d'espoir".

"Au moment du tsunami, j'étais dans mon entreprise, pas très loin de la mer, j'ai pu me réfugier en hauteur mais c'était terrible. Avoir vu disparaître ma ville fut mon plus gros choc", se souvient-il.

A Sendai, Ishinomaki, Rikuzen Takata, Minamisoma ou encore Iwaki, cités durement éprouvées par le drame, une minute de silence a été observée à 14H46, heure précise où les violentes secousses telluriques de magnitude 9 ont agité le fond de l'océan Pacifique six mois auparavant, faisant trembler fortement toute la partie est du Japon (Tokyo compris) et générant un énorme raz-de-marée sur les côtes du Tohoku.

Près d'Ishinomaki, devant une stèle de bois entourée de gerbes de fleurs, de peluches et autres objets, à l'heure dite, un moine a invité à la prière des parents. Tous ont pleuré le souvenir de leur enfant, disparu en même temps que plus de 70 autres dans l'école primaire Okawa, coincée entre la montagne boisée inaccessible et le fleuve Kitakami, dont les eaux, élevées par le tsunami, avaient monté à des niveaux inimaginables et tout anéanti.

Plusieurs dizaines de kilomètres plus au sud, la centrale Fukushima Daiichi, située en bord de mer comme tous les sites nucléaires japonais, fut en partie noyée par les flots et subit dans les jours suivant le séisme une série infernale d'avaries, ajoutant la menace de la pollution radioactive à la douleur de la disparition d'un proche ou à la perte de tous ses biens.

"On ne peut pas empêcher la nature de se révolter, les séismes et tsunami de survenir, mais on aurait dû savoir éviter l'accident de Fukushima", regrette une habitante de Soma, ville située à une quarantaine de kilomètres du complexe atomique accidenté.

Malgré la pénibilité de la tâche, les Japonais font preuve d'une sérénité remarquable pour reconstruire leur région, non sans manifester une certaine colère vis-à-vis du gouvernement alors que les joutes politiciennes continuent de prendre le pas sur l'urgence de reconstruire.
http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/six-mois-apr%C3%A8s-le-s%C3%A9isme-du-11-mars-les-japonais-se-recueillent-11

9 Re: nouvelles du Japon le Lun 7 Nov - 14:39

samuel

avatar
Administrateur
reconstructions de salles détruites.

[img] [/img]

10 Re: nouvelles du Japon le Lun 7 Nov - 14:44

Josué

avatar
Administrateur
comme quoi quand la foi est est a l'oeuvre elle fait faire beaucoup de choses et en peu de temps.

11 Re: nouvelles du Japon le Lun 7 Nov - 14:44

VENT

avatar
Impressionnant ! Shocked

12 Re: nouvelles du Japon le Ven 24 Fév - 17:37

Josué

avatar
Administrateur
*** g 12/11 p. 18-20 Tsunami au Japon en 2011 : témoignages de rescapés ***
“ Qu’est-ce que vous avez fait vite ! ”
Deux jeunes femmes Témoins, Yui et Mizuki, sont voisines dans la ville de Minamisanriku (Miyagi). La première onde de choc passée, elles se précipitent dehors. Ensemble, elles courent sur une hauteur. Moins de dix minutes plus tard, la ville toute entière, dont leurs maisons, est balayée par une vague après l’autre sous leurs yeux.
Yui et Mizuki retrouvent des amies Témoins dans une école et prient avec elles. Le lendemain matin, des membres de leur congrégation et de congrégations voisines traversent la montagne pour leur apporter nourriture et matériel. Les jeunes femmes s’exclament : “ Nous savions que vous viendriez, mais qu’est-ce que vous avez fait vite ! ”
Parmi ces personnes dévouées figurait Hideharu, un responsable de la congrégation de Tome. Il explique : “ Toute la nuit, j’ai essayé de localiser nos amis qui vivent sur la côte. Finalement, à 4 heures du matin, j’ai entendu dire que certains s’étaient réfugiés dans une école. Alors à 7 heures, une équipe de dix Témoins a préparé des boulettes de riz, que trois d’entre nous leur apporteraient en voiture. La plupart des routes étaient impraticables. C’était laborieux, mais nous sommes arrivés à destination. Même ceux qui avaient perdu leurs maisons nous ont prêté main-forte. ”
Ils ne négligent par leur culte
Les Témoins de Jéhovah tiennent régulièrement des réunions où ils étudient la Bible. Certaines ont lieu le vendredi soir. C’est le cas à Rikuzentakata, où la Salle du Royaume (lieu de culte des Témoins) a été emportée par le tsunami. “ Tenons quand même notre réunion ”, a suggéré un Témoin. Des membres de la congrégation ont choisi une maison qui n’avait pas été trop endommagée et tous se sont passé le mot.
Ils se sont éclairés au moyen d’un groupe électrogène. Ils étaient 16. “ Nous avons pleuré de joie, se souvient Yasuyuki, un jeune homme qui venait de perdre son logement. Nous ne pouvions rêver meilleur refuge. ” Hideko commente : “ De fortes répliques perturbaient constamment la réunion ; mais tant que nous étions ensemble, j’oubliais ma peur et mes angoisses. ”
Depuis, la congrégation a sans exception tenu toutes ses réunions. Deux jours après la catastrophe, le dimanche, le discours choisi pour la circonstance avait pour thème : “ Une communauté mondiale de frères sauvée du malheur ”.
Organisation des secours
Divers organismes gouvernementaux ont rapidement mis sur pied des secours. Le siège national des Témoins de Jéhovah, situé à Ebina, près de Tokyo, s’est immédiatement mobilisé lui aussi. Le samedi, les Témoins avaient divisé la vaste zone sinistrée en trois et, le lundi, y envoyaient des représentants.
Les opérations se sont poursuivies pendant des mois. Les Témoins ont distribué les tonnes de provisions fournies par leurs coreligionnaires. Jusqu’à 3 centres de secours ainsi que 21 entrepôts et autres points de ravitaillement ont opéré simultanément. Les deux premiers mois, des centaines de bénévoles ont distribué plus de 250 tonnes de vivres, de vêtements et autres nécessités. Nombre de bénéficiaires Témoins en ont fait profiter d’autres sinistrés.
Les congrégations de Rikuzentakata et d’Ofunato ont rebâti leur Salle du Royaume, depuis laquelle elles aident à présent les gens à puiser du réconfort auprès de Dieu. Un soutien précieux pour surmonter les difficultés que beaucoup rencontrent alors qu’ils tentent de reconstruire leur vie et de se remettre de leur traumatisme ! Parmi les plus de 14 000 Témoins de la zone qui a été dévastée, on déplore 12 morts et 2 disparus.
Beaucoup de Témoins de Jéhovah victimes de ce drame ont exprimé les mêmes sentiments qu’une famille qui a déclaré : “ Nous n’avons pu fuir qu’avec un sac chacun. Mais nos frères chrétiens ont comblé tous nos besoins. ” Quel bonheur pour des serviteurs du vrai Dieu, Jéhovah, de pouvoir goûter à la fraternité internationale dont Jésus et ses apôtres ont parlé ! Aucun tsunami ni aucune catastrophe naturelle ne saurait détruire ce lien. — Jean 13:34, 35 ; Hébreux 10:24, 25 ; 1 Pierre 5:9.

13 Re: nouvelles du Japon le Jeu 12 Mai - 11:41

Josué

avatar
Administrateur
Séismes au Japon


Les 14 et 16 avril 2016, deux importants séismes ont frappé l’île de Kyushu, dans le sud du Japon. Le premier a atteint une magnitude de 6,5, et le deuxième, de 7,3. Des centaines de répliques ont été ressenties peu après. Plus de 70 congrégations des Témoins de Jéhovah sont situées dans la zone touchée, mais aucun Témoin n’est mort ou n’a été grièvement blessé lors de cette catastrophe. Cependant, 70 de leurs habitations ont subi d’importants dégâts et 17 ont été détruites. À cause des répliques, plus de 400 Témoins ont été évacués vers des Salles du Royaume (lieux de culte), où on leur a offert un refuge et des repas. Le siège national des Témoins de Jéhovah du Japon a organisé un comité de secours composé de volontaires expérimentés dans la construction pour apporter de l’aide à ceux touchés par la catastrophe.

Contacts presse :

International : David A. Semonian, service d’information, tél. : +1 718 560 5000

Japon : Ichiki Matsunaga, tél. : +81 46 233 0005

France : Guy Canonici, tél. : +33 2 32 25 55 55

14 Re: nouvelles du Japon le Lun 4 Juil - 19:59

Josué

avatar
Administrateur
Cinq ans après Fukushima, le Pacifique affiche une radioactivité quasi-normale
LES ECHOS Le 04/07 à 11:17Mis à jour à 15:31
Selon le Comité scientifique de recherche océanique, les fonds marins et le port proches de la centrale de Fukushima sont néanmoins encore fortement contaminés.

Rappelez-vous : le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 et un tsunami géant avaient dévasté la région du Tohoku (nord-est), faisant près de 19.000 morts et disparus. Le phénomène avait provoqué un grave accident nucléaire à la centrale de Fukushima, à l'origine d'une des plus importantes pollutions radioactives des océans jamais survenues.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211094633252-cinq-ans-apres-fukushima-le-pacifique-affiche-une-radioactivite-quasi-normale-2011957.php?CI0Fs7SRKvi3RZOi.99#xtor=RSS41

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum