Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Savoir Traduire l'Hébreux mais pas le Tétragramme??

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Inconnu


Bonjour tous,

J'ai une question  Embarassed 

On dit souvent que la prononciation du Nom de Divin (Jéhovah ou YAHWEH, YAVHE..) c'est perdu...

Alors si on ne peut pas retrouver ou traduire le Nom divin, comment on a pu traduire les textes en Hébreux??

Sachant que les langues officielles en Israël est l'Hébreux et l'arabe, comment on peut dire qu'on ne sait pas prononcé ou traduire le Tétragramme???



Josué

avatar
Administrateur
Nom propre de Dieu dans l'Ancien Testament
Page balayage de l'Eternel, le nom propre de Dieu dans l'Ancien Testament
Voir la page de numérisation
Numérisation haute résolution -----------

connecter ou vous inscrire pour accéder à des analyses à haute résolution et d'autres fonctionnalités avancées.
L'enregistrement est gratuit !

Errata * pour l'Eternel : ----------- Connectez-vous ou inscrivez-vous pour accéder à l'errata et d'autres fonctionnalités avancées.



L'enregistrement est gratuit !


----
* Publié par Encyclopédie Press, 1913.
Jéhovah , le nom propre de Dieu dans l'Ancien Testament, d'où les Juifs appelaient le nom par excellence, le grand nom, le seul nom, le nom glorieux et terrible, le nom caché et mystérieux, le nom de la substance, le bon nom, et le plus souvent shem hammephorash , soit explicite ou le nom séparés, bien que le sens précis de cette dernière expression est un sujet de discussion (cf. Buxtorf, "Lexicon", Bâle, 1639, col. 2432 sqq.). Jéhovah se produit plus souvent que tout autre nom divin. Les Concordances de Furst (".. Vet test Concordantiae", Leipzig, 1840) et Mandelkern (".. Vet test Concordantiae", Leipzig, 1896) ne sont pas exactement conviennent pas au nombre de ses occurrences, mais en chiffres ronds, il est trouvé dans l'Ancien Testament 6000 fois, seuls ou en association avec un autre nom divin. La Septante et la Vulgate rendent le nom généralement par «Seigneur» ( kurios, dominus ), une traduction de Adonaï généralement substitué à l'Eternel en lecture.

I. DE PRONONCIATION Jéhovah-Les Pères et les écrivains rabbiniques d'accord pour représenter Jéhovah comme un nom ineffable. Quant aux pères, nous ne devons attirer l'attention sur les expressions suivantes: Onoma Arreton, aphraston, alekton, aphthegkton, anekphonton, aporreton kai me rethenai dunamenon, mustikon . Leusden ne pouvait pas induire un certain Juif, en dépit de sa pauvreté, de prononcer le nom réel de Dieu, mais il a tenu les promesses les plus séduisantes. La conformité du Juif aux souhaits de Leusden ne serait pas en effet été de tout avantage réel à ce dernier, car les juifs modernes sont aussi incertaines du réel prononciation du nom sacré que leurs contemporains chrétiens. Selon une tradition rabbinique la prononciation réelle de l'Éternel a cessé d'être utilisé au moment de Siméon le Juste, qui était, selon Maïmonide, un contemporain d'Alexandre le Grand. En tout cas, il semble que le nom a été plus prononcée après la destruction du Temple. La Mishna se réfère à notre question plus d'une fois: Berahot, ix, 5, permet l'utilisation du nom divin par voie de salut; dans Sanhédrin, x, 1, Abba Shaul refuse toute part dans le monde futur à ceux qui prononce comme il est écrit; selon Thamid, vii, 2, les prêtres dans le Temple (ou peut-être à Jérusalem) pourraient employer le vrai nom divin, tandis que les prêtres dans le pays (en dehors de Jérusalem) ont dû se contenter avec le nom Adonaï; selon Maïmonide ("Plus Nebraska", i, 61, et "Chasaka Yad", xiv, 10) le vrai nom divin a été utilisé seulement par les prêtres dans le sanctuaire qui donnait la bénédiction, et par le grand-prêtre le jour de l'expiation. Philo ["De mut. Nom.", N. (. Ed. Marg, i, 580) 2; ". Vita Mos", iii, 25 (ii, 166)] semble soutenir que même sur ces occasions, les prêtres devaient parler à voix basse. Jusqu'à présent, nous avons suivi la tradition juive post-chrétienne sur l'attitude des Juifs avant Siméon le Juste.

Quant à la tradition antérieure, Josèphe (Antiq., II, XII, 4) déclare qu'il n'est pas autorisé à traiter du nom divin; dans un autre endroit (Antiq., XII, v, 5), il dit que les Samaritains érigés sur Mt. Garizim un ieron de anonumon . Cette vénération extrême pour le nom divin doit avoir généralement prévalu au moment de la version des Septante a été faite, pour les traducteurs substituent toujours kurios (Seigneur) pour l'Eternel. Ecclus., Xxiii, 10, semble interdire seulement l'utilisation délibérée du nom divin, même si elle ne peut pas nier que l'Eternel n'est pas utilisé aussi souvent dans les plus récents livres canoniques de l'Ancien Testament comme dans les livres anciens. Il serait difficile de déterminer à quel moment ce respect pour le nom divin origine chez les Hébreux. Auteurs rabbiniques tirent l'interdiction de prononcer le Tétragramme , que le nom de Jéhovah est appelé, à partir de Lev, xxiv, 16:. "Et celui qui blasphème le nom du Seigneur, en mourant laisser mourir". Le participe hébreu noqedh , ici rendu "blasphème", est traduit onomason dans la Septante, et semble avoir le sens de "déterminer", "pour désigner" (par le biais de ses propres voyelles) dans la Genèse, xxx, 28; Num ., i, 17; est lxii, 2.. Pourtant, le contexte de Lev., Xxiv, 16 (versets 11 et 15), favorise le sens de «blasphémer». Exégètes rabbiniques tirent l'interdiction aussi de Ex, iii, 15;. Mais cet argument ne peut pas résister à l'épreuve des lois de l'herméneutique sobres (cf. Drusius, "Tétragramme", 8-10, dans "critici Sacri", Amsterdam, 1698, I, p ii, col 339-42;. ». De nomine divino», ibid, 512-16;. Drach, "Harmonie Entre l'Eglise et la Synagogue", I, Paris, 1844, pp 350-53, et à la note 30, pp 512-16). Qu'est-ce qui a été dit, explique la soi-disant qeri perpetuum , selon lequel les consonnes de Jéhovah sont toujours accompagnés dans le texte hébreu par les voyelles d'Adonaï, sauf dans les cas où Adonaï se tient en apposition à l'Eternel: dans ces cas, les voyelles de Elohim sont substitués. L'utilisation d'un shewa simple dans la première syllabe de l'Éternel, au lieu de la shewa composé dans la syllabe correspondante d'Adonaï Elohim et, est tenu par les règles de la grammaire hébraïque régissant l'utilisation des shewa. D'où la question: Quels sont les vrais voyelles du mot Jéhovah?

Il a été maintenu par certains chercheurs ces dernières que le mot Jéhovah ne date que de l'année 1520 (cf. Hastings, "Dictionnaire de la Bible", II, 1899, p 199;.. Gesenius-Buhl, "Handwörterbuch", 13th ed, 1899, p. 311). Drusius (loc. cit., 344) représente Peter Galatinus comme l'inventeur du mot Jéhovah, et Fagius comme propagateur dans le monde des savants et des commentateurs. Mais les auteurs du XVIe siècle, catholiques et protestants (par exemple Cajetan et Théodore de Bèze), sont parfaitement familiers avec le mot. Se Galatinus ("cathol Arcana. Veritatis", I, Bari, 1516, a, p. 77) représente la forme telle qu'elle est connue et a reçu en son temps. En outre, Drusius (loc. cit., 351) a découvert en Porchetus, un théologien du XIVe siècle. Enfin, le mot est trouvé, même dans la "Pugio fidei" de Raymond Martin, un ouvrage écrit vers 1270 (éd. Paris, 1651, p. III, dist. Ii, cap. Iii, p. 448, et la note, p. 745). Probablement l'introduction du nom de Jéhovah est antérieure même R. Martin.

Pas étonnant alors que cette forme a été considérée comme la véritable prononciation du nom divin par ces chercheurs comme Michaelis ("SUPPLÉMENTA annonce lexiques hebraica", I, 1792, p 524.), Drach (loc. cit, I, 469. - 98), Stier (Lehrgebaude der hebr. Sprache, 327), et d'autres. (A) l'Eternel est composé des formes abrégées de l'imparfait, le participe, et le parfait du verbe hébreu "être" ( vous = Yehi,; ho = howeh; wa = Hawah ). Selon cette explication, le sens de l'Eternel serait, «celui qui sera, est, et a été". Mais un tel mot-formation a aucune analogie dans la langue hébraïque. (B) La forme abrégée Jeho suppose la pleine forme Jéhovah. Mais la forme Jéhovah ne peut pas expliquer les abréviations Jahu et Jah tandis que l'abréviation Jeho peut être dérivé d'un autre mot. (C) Le nom divin est dit être paraphrasé en Apoc., I, 4, et iv, 8, par l'expression o sur kai kai o en o erchomenos , dans lequel o erchomenos est considéré comme équivalent à o esomenos "une ce sera ", mais cela signifie vraiment« celui qui vient », de sorte que, après la venue du Seigneur, Apoc, xi, 17, conserve seulement. o sur kai o en . (D) La comparaison de l'Eternel avec le latin Jupiter, Jovis . Mais il néglige totalement les formes plus complètes des noms latins Diespiter, Diovis . Toute connexion de l'Eternel avec le nom divin égyptien composé des sept voyelles je eeooua , a été rejetée par Hengstenberg (Beiträge zur Einleitung ins Alte Testament, II, 204 sqq.) et Tholuck (Vermischte Schriften, I, 349 sqq.).

Pour relever les auteurs anciens: Diodore de Sicile écrit Jao (I, 94); Irénée (le «haer Adv.»., II, XXXV, 3, PG, VII, col 840.), Jaoth, les hérétiques Valentinien (Ir. , ".. h Adv", I, iv, 1, PG, VII, col 481), Jao;. Clément d'Alexandrie ("Strom"., V, 6, PG, IX, col 60), Jaou. ; Origène ("Dans Joh.", II, 1, PG, XIV, col 105.), Jao, Porphyre (. Eus. ». Praep evang", I, ix, dans PG, XXI, col 72), Jeuo; Épiphane ("hr Adv.»., I, iii, 40, PG, XLI, col 685.), Ja ou Jabe; Pseudo-Jérôme (". Breviarium dans PSS", dans PL, XXVI, 828), jaho; Samaritains (".. qust Ex". Théodoret, dans, xv, PG, LXXX, col 244), Jabe, Jacques d'Edesse (. cf. Lamy, "La science catholique», 1891, p 196), Jehjeh; Jérôme (.. ".. Ep xxv annonce Marcell", dans L., XXII, col 429) parle de certains écrivains grecs ignorants qui ont transcrit le nom hébreu Divine III II I. Le lecteur judicieux percevra que la prononciation Samaritain Jabe approches probablement le vrai son du nom divin le plus proche, les autres premiers auteurs ne transmettent que des abréviations ou des corruptions du nom sacré. Insertion des voyelles de Jabe dans le texte original hébreu consonne, on obtient la forme Jahveh (Yahweh), qui a été généralement acceptée par les savants modernes comme la vraie prononciation du nom divin. Ce n'est pas seulement étroitement liée à la prononciation de l'ancienne synagogue au moyen de la tradition samaritaine, mais il permet également la dérivation légitime de toutes les abréviations du nom sacré de l'Ancien Testament.

II. SENS DE LA DIVINE nom.-Jahveh (Yahweh) est l'un des noms hébreux archaïques, comme Jacob, Joseph, Israël, etc (cf. Ewald, «Lehrbuch der hebr. Sprache", 7e éd., 1863, p. 664), dérivée de la troisième personne imparfaite de manière à ce que d'attribuer à une personne ou une chose l'action ou la qualité exprimée par le verbe à la manière d'un adjectif verbal ou un participe. Furst a recueilli la plupart de ces noms, et appelle la forme forma participialis imperfectiva . Comme son nom divin est une forme imparfaite du verbe hébreu archaïque "être", Jahvé signifie «Celui qui est», dont la caractéristique la note consiste à être, ou l'être tout simplement.

Ici, nous sommes confrontés à la question de savoir si Jahvé est le hiphil imparfait ou le qal imparfait. Calmet et Le Clerc croient que le nom divin est une forme de hiphil, d'où il signifie, selon Schrader, celui qui fait exister (Die Keilinschriften et das Alte Testament, 2e éd, p 25..). le Créateur, et selon Lagarde (Psalterium Hieronymi, 153), celui qui provoque d'arriver, qui réalise ses promesses, le Dieu de la Providence. Mais cette opinion n'est pas en accord avec Ex, iii, 14, et il n'y a aucune trace dans l'hébreu d'une forme de hiphil du verbe qui signifie «être»;. Ailleurs, cette forme de hiphil est fourni dans les langues apparentées par le pi ' forme el, sauf en syriaque où la hiphil est rare et d'apparition tardive.

D'autre part, Jahvé peut être un qal imparfait d'un point de vue grammatical, et l'exégèse traditionnelle de l'ex., Iii, 6-16, semble nécessiter la forme Jahveh. Moïse demande à Dieu: "Si ils devraient me dire: Quel est son [Dieu] nom que vais-je leur dire?" En réponse, Dieu retourne trois à plusieurs reprises à la détermination de son nom. Tout d'abord, il utilise la première personne de l'imparfait du verbe hébreu "être"; ici la Vulgate, la Septante, Aquila, Theodotion, et la version arabe supposons que Dieu utilise le qal imparfait, seuls les Targums de Jonathan et de Jérusalem impliquent la hiphil imparfait. Nous avons donc les interprétations: "Je suis celui qui suis» (vulg.), "Je suis celui qui est» (septembre), "je serai [qui] doit être" (Aquila, Theodotion), «l'Eternel qui ne cesser "(Ar.), seuls les targums mentionnés ci-dessus voir toute référence à la création du monde. La deuxième fois, Dieu utilise à nouveau la première personne de l'imparfait du verbe hébreu "être"; ici le syriaque, le samaritain, les versions persanes, et les targums de Onkelos et de Jérusalem conservent le mot hébreu, de sorte qu'on ne peut pas dire si elles ce qui concerne l'imparfait comme qal ou une forme de hiphil; la version arabe omet tout l'article, mais la Septante, la Vulgate, et le Targum de Jonathan suppose ici la qal imparfait: «Celui qui est, m'a envoyé pour que vous" à la place de «Je suis, m'a envoyé vers vous" (vulg.); "6 6v m'a envoyé vers vous» (septembre): «Je suis celui qui suis, et qui sera, m'a envoyé vers vous" (Targ. Jon. ). Enfin, la troisième fois, Dieu utilise la troisième personne de l'imparfait, ou la forme du nom sacré lui-même; ici la version samaritaine et le Targum Onkelos conservent la forme hébraïque, la Septante, la Vulgate, et la version syriaque rendent " Seigneur », que, selon l'analogie des deux premiers passages, ils auraient dû traduit," il est, le Dieu de vos pères, ... m'a envoyé pour vous "; la version arabe de substitution" Dieu ". Exégèse classique, donc, ce qui est Jahvé comme qal imparfait du verbe hébreu "être".

Voici une autre question se pose: Est-ce que l'être de Dieu repose en son nom, l'être métaphysique désignant rien, mais l'existence même, ou est-il un être historique, une manifestation de passage de Dieu dans le temps? La plupart des écrivains protestants considèrent l'être implicite dans le nom Jahvé comme un historique, même si certains ne entièrement n'exclut pas ces idées métaphysiques que l'indépendance absolue constance et la fidélité (cf. Oehler, «Théologie des Alten test.", 1882, p de Dieu . 142), ou encore l'indéfinissable de Dieu, la cohérence absolue, la fidélité à ses promesses, et l'immutabilité dans ses plans (cf. pilote, "les temps" en hébreu, 1892, p. 17). Ce qui suit sont les raisons alléguées pour la signification historique de la "étant" impliqué dans le nom divin: (a) Le sens métaphysique de l'être était trop abscons un concept pour les temps primitifs. Pourtant, certaines des spéculations égyptiens des premiers temps sont presque aussi abscons, d'ailleurs, il n'était pas nécessaire que les Juifs de l'époque de Moïse devrait comprendre la signification implicite dans le nom de Dieu. Le développement scientifique de son sens pourrait être laissée aux futurs théologiens chrétiens. (B) Le verbe hébreu hayah signifie plutôt «devenir» que «être» en permanence. Mais les bonnes autorités nient que le verbe hébreu désigne l'être en mouvement plutôt que d'être dans un état ​​permanent. Il est vrai que le participe aurait exprimé un état ​​permanent plus clairement, mais alors, le participe du verbe hayah . ne se trouve que dans Ex, ix, 3, et quelques noms propres en hébreu sont dérivés du participe. (C) L'imparfait exprime essentiellement l'action de celui qui entre à nouveau sur la scène. Mais ce n'est pas toujours le cas; l'imparfait hébreu est une véritable aoriste, prescinding de temps et, par conséquent, mieux adapté aux principes généraux (pilote, p 38.). (D) «Je suis qui je suis» semble faire référence à «Je serai avec toi" de v 12;. Les deux textes semblent être allusion à l'Os, i, 9, "je ne serai pas le vôtre". Mais si cela est vrai, "Je suis celui qui suis» doit être considéré comme une ellipse: «Je suis celui qui suis avec vous», ou «Je suis qui je suis fidèle à mes promesses". C'est assez sévère, mais il devient tout à fait inadmissible dans la clause, «Je suis qui je suis, m'a envoyé".

Depuis l'imparfait hébreu est certes pas à être considéré comme un avenir, et puisque la nature de la langue ne nous force pas à y voir l'expression de transition ou de devenir, et depuis, de plus, la tradition est très tôt fixé et la caractère absolu du verbe hayah a incité même les clients les plus ardents de son sens historique à admettre dans les textes une description de la nature de Dieu, les règles de l'herméneutique nous invitent à prendre les expressions Ex., iii, 13-15, pour ce ils valent la peine. Jahvé est celui qui est, c'est à dire, sa nature est mieux caractérisée par Être, si en effet il doit être désigné par un nom propre personnel distinct du Dieu de terme (Revue biblique, 1893, p. 338). Les théories scolaires quant à la profondeur du sens latent dans Jahveh (Yahweh) reste donc sur une base solide. Êtres finis sont définis par leur essence: Dieu ne peut être défini seulement en étant pure et simple, rien de moins et rien de plus; pas par abstrait étant commun à tout, et caractéristique de rien en particulier, mais par être concret, être absolu, le océan de tout être substantiel, indépendant de toute cause, incapable de changer, dépassant toute durée, parce qu'il est infini: "Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, ... qui est, et qui était, et qui est à venir , le Tout-Puissant "(Apoc., i, Cool. Cf. Saint-Thomas, I, qu. xiii, un. 14; Franzelin, "De Deo Uno" (. 3e éd, 1883), thèse XXIII, pp 279-86.

III. ORIGINE DU NOM Jahveh (Yahweh).-L 'avis que le nom Jahvé a été adopté par les Juifs de la Cananéens, a été défendue par von Bohlen (Genèse, 1835, p. Civ), Von der Alm (Theol. Briefe, je , 1862, pp 524-27), Colenso (Le Pentateuque, V, 1865, pp 269-84), Goldziher (Der Mythus bei den Hebraern 1867, p. 327), mais a été rejetée par Kuenen ("De Godsdienst van Israël ", je Haarlem, 1869, pp 379-401) et Baudissin (Studien, I, pp 213-18). Il est improbable que antécédemment Jahvé, l'ennemi irréconciliable de la Cananéens, devrait être à l'origine un dieu Cananéen.

Il a été dit par Vatke (Die Religion des Alten test., 1835, p. 672) et JG Mailer (Die Semiten dans ihrem Verhaltniss zu Chamiten et Japhetiten, 1872, p. 163) que le nom Jahveh est d'origine indo-européenne . Mais la transition du sanscrit racine div -latin Jupiter Jovis (Diovis ), le grec Zeus-Dios , l'indo-européen Dyaus -dans la forme hébraïque Jahvé n'a jamais été expliqué de façon satisfaisante. L'affirmation de Hitzig (Vorlesungen bibl fibre. Theol., P. 38) que les Indo-Européens meublés au moins l'idée contenue dans le nom Jahvé, même si elles ne sont pas originaires du nom lui-même, est sans valeur.

La théorie que Jahvé est d'origine égyptienne peut avoir une certaine quantité d'une probabilité a priori, comme Moïse fut instruit en Egypte. Pourtant, les preuves ne sont pas convaincantes: (a) Roth (Die Aegypt et mourir Zoroastr Glaubenslehre, 1846, p 175...) Dérive le nom hébreu de l'ancien dieu-lune Ih ou Ioh. Mais il n'y a aucune connexion entre le Jahvé hébreu et la lune (cf. Pierret, ". Hierogl Vocabul.», 1875, p. 44). (B) Plutarque (De Iside, 9) nous dit que la statue d'Athéna (Neith) à Saïs portait l'inscription: «Je suis tout ce qui a été, est, et sera". Mais Tholuck (op. cit., 1867, pp 189-205) montre que le sens de cette inscription est totalement différente de celle du nom Jahvé. (C) Les patrons de l'origine égyptienne du nom sacré appel à la formule égyptienne commune, Nuk pu NUK mais si sa signification littérale est «je suis moi», son sens est: «C'est moi qui» (cf. Le Page Renouf, "Conférences Hibbert pour 1879», p. 244).

Quant à la théorie que Jahvé a une chaldéenne ou une origine akkadienne, sa fondation n'est pas très solide: (a) Jahvé est dit être une forme simplement artificielle introduite à donner du sens dans le nom du dieu national (Delitzsch, "Wo lag das Paradies ", 1881, pp.158-64), le nom commun et populaire de Dieu aurait été Yahu ou Yah , la lettre I étant l'élément divin essentiel dans le nom. Cette affirmation, si elle est vraie, ne prouve pas l'origine chaldéenne ou accadien du nom hébreu divine, d'ailleurs la forme Yah est rare et exclusivement poétique; Yahu n'apparaît jamais dans la Bible, tandis que la forme ordinaire de plein exercice du nom divin se retrouve même dans l'inscription de Mesa (ligne 18), datant du IXe siècle avant J.-C. (b) Yahu et Yah ont été connus en dehors d'Israël, les formes entrent dans la composition des noms propres étrangers, d'ailleurs, la variation du nom d'un certain roi de Hamath spectacles que Ilu est équivalent à Yau , et que Yau est le nom d'un dieu (Schrader, «Bibl BL.", II, pp 42, 56; Sargon, "bouteille", xxv;. Keil, "Fastes", 1 33 ). Mais les noms propres étrangers contenant Yah ou Yahu sont extrêmement rares et douteux, et peuvent s'expliquer sans admettre dieux dans les pays étrangers, portant le nom sacré. Encore une fois, le panthéon babylonien est assez bien connue à l'heure actuelle, mais le dieu Yau n'apparaît pas. (C) Parmi les Babyloniens pré-sémitiques, I est un synonyme de Ilu , le dieu suprême, maintenant je avec la fin nominative assyrien ajoutée devient Yau (cf. Delitzsch, "Lesestiicke", 3e édition, 1885, p 42.. Syllab. A, col. I, 13-16). Hommel (Altisrael. Ueberlieferung, 1897, pp 144, 225) se sent sûr qu'il a découvert ce dieu chaldéen Yau. Il est le dieu qui est représenté idéographiquement ( ilu ) Aa, mais habituellement prononcée Malik , si l'expression doit être lue Ai ou la (Ya). La famille patriarcale utilisé ce nom, et Moïse emprunté et transformé. Mais Lagrange souligne que les Juifs ne croient pas qu'ils ont offert à leurs enfants à Jahvé, quand ils les sacrifiés de Malik (Religion soi mitique, 1905, pp 100 sqq.). Jer., XXXII, 35, et Soph., I, 5, la distinction entre Malik et le Dieu hébreu.

Cheyne (. Traditions et les croyances de l'ancienne Israël, 1907, pp 63 sqq) relie l'origine de Jahvé avec son Yerahme'el théorie, mais même les critiques les plus avancés considèrent la théorie de Cheyne comme un discrédit de la critique moderne. D'autres opinions singulières quant à l'origine du nom sacré peuvent être omises en toute sécurité. Le point de vue que Jahvé est d'origine hébraïque est la plus satisfaisante. Arguant de l'Ex., Vi, 2-8, ces commentateurs comme Nicolas de Lyra, Tostatus, Cajetan, Bonfrere, etc, soutiennent que le nom a été révélé pour la première fois à Moïse sur le mont Horeb. Dieu déclare dans cette vision qu'il "est apparu à Abraham ... par le nom de Dieu Tout-Puissant, et mon nom Adonai [Yahveh] Je n'ai pas leur montrer ". Mais l'expression «à comparaître par un nom" n'implique pas nécessairement la première révélation de ce nom, il signifie plutôt l'explication du nom, ou une manière d'agir conforme à la signification du nom (cf. Robiou dans "La Science . cathol », 1888, pp 618-24; Delattre, ibid, 1892, pp 673-87;.. van Kasteren, ibid, 1894, pp 296-315; Robert dans" Revue biblique », 1894, pp 161-81). Sur le Mont. Horeb Dieu dit à Moïse qu'il n'avait pas agi avec les Patriarches comme le Dieu de l'Alliance, Jahvé, mais que Dieu Tout-Puissant.

Peut-être il est préférable de dire que le nom sacré, mais peut-être sous une forme légèrement modifiée, a été en usage dans la famille patriarcale avant l'époque de Moïse. Sur le Mont. Horeb Dieu révélé et expliqué la forme exacte de son nom, Jahvé. (A) Le nom sacré se produit dans la Genèse environ 156 fois, ce phénomène fréquent peut difficilement être une simple prolepsis. (B) en., Iv, 26, stipule que «Enos a commencé à invoquer le nom du Seigneur [Yahveh]", ou que le texte hébreu l'indique, "a commencé à se dire après le nom de Jahvé". (C) Jochabed, la mère de Moïse, a dans son nom une forme abrégée Jo (Yo) de Jahvé. L'existence pré-mosaïque du nom divin chez les Hébreux représente de ce fait plus facilement que la supposition que l'élément divin a été introduite après la révélation du nom. (D) Parmi les 163 noms propres qui portent un élément du nom sacré dans leur composition, 48 ont Yeho ou yo au début, et 115 ont yahu ou yah à la fin, alors que la forme Jahveh ne se produit jamais dans une telle composition. Peut-être on peut supposer que ces formes abrégées Yeho, yo, yahu, yah , représentent le nom divin tel qu'il existait parmi les Israélites avant le nom complet Jahveh a été révélé sur le mont. Horeb. D'autre part, Driver (Studia Biblica, I, 5) a montré que ces formes courtes sont les abréviations ordinaires du nom complet. En tout cas, même s'il n'est pas certain que Dieu a révélé son nom à Moïse sacré pour la première fois, il sûrement révélé sur le mont. Horeb que Jahvé est son nom incommunicable, et a expliqué sa signification.

AJ MAAS
http://oce.catholic.com/index.php?title=Jehovah

Psalmiste

avatar
Inconnu a écrit:Bonjour tous,

J'ai une question  Embarassed 

On dit souvent que la prononciation du Nom de Divin (Jéhovah ou YAHWEH, YAVHE..) c'est perdu...

Alors si on ne peut pas retrouver ou traduire le Nom divin, comment on a pu traduire les textes en Hébreux??

Sachant que les langues officielles en Israël est l'Hébreux et l'arabe, comment on peut dire qu'on ne sait pas prononcé ou traduire  le Tétragramme???




Pour ça il te faut utiliser les Strongs, qui eux te donnentle nom de Dieu !

Inconnu


Psalmiste a écrit:
Inconnu a écrit:Bonjour tous,

J'ai une question  Embarassed 

On dit souvent que la prononciation du Nom de Divin (Jéhovah ou YAHWEH, YAVHE..) c'est perdu...

Alors si on ne peut pas retrouver ou traduire le Nom divin, comment on a pu traduire les textes en Hébreux??

Sachant que les langues officielles en Israël est l'Hébreux et l'arabe, comment on peut dire qu'on ne sait pas prononcé ou traduire  le Tétragramme???




Pour ça il te faut utiliser les Strongs, qui eux te donnentle nom de Dieu !


Lol merci pour vos messages. Je suis TJ je sais .

Mon message c'était orienté pour les personnes qui disent qu'on ne devraient pas ceci ou cela. Si on sait traduire un texte hébreux logiquement on sait traduire le nom divin.

Si on sait traduire l'hebreux et pas le non divin, ya un problème nan?

Josué

avatar
Administrateur
le traduire et une chose le prononcer c'est autre chose.

Josué

avatar
Administrateur

vulgate

avatar
Inconnu a écrit:Bonjour tous,

J'ai une question  Embarassed 

On dit souvent que la prononciation du Nom de Divin (Jéhovah ou YAHWEH, YAVHE..) c'est perdu...

Alors si on ne peut pas retrouver ou traduire le Nom divin, comment on a pu traduire les textes en Hébreux??

Sachant que les langues officielles en Israël est l'Hébreux et l'arabe, comment on peut dire qu'on ne sait pas prononcé ou traduire  le Tétragramme???
Bonne réflexion. Mais il n'est pas honnête de la part de s exégètes, de prétendre que la prononciation et l'écriture exacte du Nom de Dieu sont perdues, alors qu'on sait qu'il n'en est rien. En voici la preuve, selon l'ouvrage de Gertoux, Un Historique du Nom Divin :

samuel

avatar
Administrateur
.Merci vulgate pour ses informations.

Josué

avatar
Administrateur

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:
Et ça c'est quoi ?

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Se sont des réfférences sur le nom de Dieu.

Josué

avatar
Administrateur

Josué

avatar
Administrateur
Clément d'Alexandrie ( 150-215) parle lui aussi sur le tétragramme.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:Clément d'Alexandrie ( 150-215) parle lui aussi  sur le tétragramme.

Merci Josué; tu peux mettre les références de ta (tes) sources s'il te plait, un minimum comme le titre (bien sûr, l'auteur et la page sont aussi les bienvenues Embarassed )

Josué

avatar
Administrateur
Rene philippe a écrit:
Josué a écrit:Clément d'Alexandrie ( 150-215) parle lui aussi  sur le tétragramme.

Merci Josué; tu peux mettre les références de ta (tes) sources s'il te plait, un minimum comme le titre (bien sûr, l'auteur et la page sont aussi les bienvenues  Embarassed )
regarde l'auteur et cité en bas.merci de bien lire. Very Happy

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Oui, ça j'avais vu, c'était pour ajouter le titre... et la page, histoire de faire passer le morceau Rolling Eyes

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Rene philippe a écrit:Oui, ça j'avais vu, c'était pour ajouter le titre... et la page, histoire de faire passer le morceau Rolling Eyes
Aïe je viens de voir, c'est tellement petit; pourquoi tu scannes pas plus gros ?

Josué

avatar
Administrateur
Je ne sais pas faire.

samuel

avatar
Administrateur
Avec la tablette c'est facile pour l'agrandir en mettant les deux doigts pour l'élargir.

samuel

avatar
Administrateur
Ouvre un sujet sur cette question pour ne pas perturber le sujet.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:Ouvre un sujet sur cette question pour ne pas perturber le sujet.
Je l'ai enlevé. Merci

Carl Michel


Josué a écrit:

Mais ce vidéo est une farce.... La vraie prononciation du nom de Dieu en son tétragramme ne se prononce pas "Jéhovah". (Ce que votre organisation admet dans leur parution.)

Ce nom de "Jéhovah" est une invention par un moine catholique romain du 13ième siècle, qui selon votre organisation est un personnage faisant parti d'une grande période d'apostasie. C'est une prononciation d'ailleurs que Jésus ou les apôtres n'ont jamais entendue ou prononcée en leur temps.... en fait elle n'a jamais été utilisée avant le 13ième siècle.

Ne trouvez vous pas bizarre qu'une organisation qui se dit la seul ayant la vraie compréhension de la vérité en matière de salut et d'être bien sure l'organisation de Dieu... soit incapable de porter et de prononcer le nom de Dieu correctement comme Jésus le connaissait?

samuel

avatar
Administrateur
C'est pourtant ce nom de Jéhohah qui et le plus uisté dans le monde que se soit dans les chansons les opéras et les films et romans.maintenant il dans les mœurs.

Josué

avatar
Administrateur
cette encyclopédie reconnait pourtant que le nom de Dieu et Jéhovah.
----
* Publié par Encyclopédie Press, 1913.
Jéhovah , le nom propre de Dieu dans l'Ancien Testament; d'où les Juifs appelaient le nom par excellence, le grand nom, le seul nom, le nom glorieux et terrible, le nom caché et mystérieux, le nom de la substance, le nom propre, et le plus souvent hammephorash Shem , à savoir l'explicite ou le nom séparés, bien que le sens précis de cette dernière expression est un sujet de discussion (cf. Buxtorf, "Lexicon", Bâle, 1639, col. 2432 sqq.). Jéhovah se produit plus souvent que tout autre nom divin. Les Concordances de Furst ("Vet test Concordantiae..", Leipzig, 1840) et Mandelkern ("Vet test Concordantiae..", Leipzig, 1896) ne exactement accepter de ne pas quant au nombre de ses occurrences; mais en chiffres ronds, il se trouve dans l'Ancien Testament 6000 fois, soit seul, soit en conjonction avec un autre nom divin. La Septante et la Vulgate rendent le nom généralement par "Seigneur" ( kurios, dominus ), une traduction de Adonaï habituellement substitué à l'Eternel en lecture.
http://oce.catholic.com/index.php?title=Jehovah

Carl Michel


samuel a écrit:C'est pourtant ce nom de Jéhohah qui et le plus uisté dans le monde que se soit dans les chansons les opéras et les films et romans.maintenant il dans les mœurs.
Alors d'après vous, parce qu'utilisé par le monde hors de votre organisation (donc des infidèles) ce nom inventé par un personnage provenant de la grande apostasie est exacte!?... Allons soyez sérieux, c'est une farce... Vous dites vous-même que le salut c'est de connaître le nom de Dieu, et on sait que le nom de Dieu selon Jésus n'était pas "Jéhovah" tout comme le nom de "Carol" qui serait une modification de mon nom "Carl" ne peut véritablement m'identifier même si tous les consonnes sont présents dans cette modification.

Josué

avatar
Administrateur
Donc tu ne lis pas Victor Hugo qui cite Jéhovah car c'est un infidéle ?
C'est un argument de musulman.

Josué

avatar
Administrateur
Pendant longtemps, les Juifs utilisaient souvent le nom de Dieu. Par exemple l'histoire de Ruth dit: "En ce moment, Boaz arrivé de Bethléem et accueilli les moissonneurs,« YHWH soit avec vous! »« YHWH vous bénisse! »Ils rappelé." (Ruth 2: 4) Le Talmud juif dit: «Il a été ordonné que l'homme doit saluer ses amis en mentionnant le nom." (Berakhot 9: 5)

Mais après un certain temps, les Juifs cessé de l'utiliser. Selon le dictionnaire de la Bible d'Easton, il est arrivé à cause d'une mauvaise interprétation de Lev. 24:16, "toute personne qui blasphème le nom de l'Éternel doit être mis à mort". Peut-être ils ont cessé de l'utiliser pour éviter Aucun Juifs d'apprendre à connaître et en abuser, ou peut-être la superstition leur a fait penser que le nom était trop saint pour être prononcée par des hommes imparfaits.

Les Juifs avaient manifestement oublié que Dieu avait dit à Moïse: "Dis aux Israélites:. YHWH, le Dieu de vos pères - le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob - a m'a envoyé vers vous Ceci est mon nommer toujours, le nom par lequel je suis à rappeler de génération en génération. " (Exode 03:15)

Michée 4: La figure 5 montre que ceux qui font confiance dans le Dieu de la Bible, gardera son nom: "Pour tous les peuples marchent, chacun au nom de son dieu; et nous, nous marcherons au nom de l'Eternel, notre Dieu, pour toujours et à jamais. " (Segond)

De l'autre côté, ceux qui oppose le Dieu de la Bible, sont caractérisés en évitant d'utiliser son nom. Nous voyons clairement le contraste dans la conversation de Jésus avec Satan, comme il est décrit dans Matthieu 4: 1-11. Satan constamment utilisé le titre "Dieu", et il a cité une écriture qui ne possède pas le nom de Dieu. Jésus répondit à chaque fois en citant des écritures qui avaient le nom de Dieu.

Voilà la façon dont il est - nous aimons utiliser le nom d'une personne qui signifie vraiment beaucoup pour nous, car il est d'une grande valeur. D'autre part, nous allons exprimer le dédain que de mentionner le nom d'une personne que nous détestons.

La Bible nous montre que Satan a sans doute un plan d'amener les gens à oublier le nom de Dieu, en amenant les gens à adorer d'autres dieux. Il voulait que cela se produise avec les Israélites, une situation Jérémie 23:27 décrit: "ce que pensent faire mes gens à oublier mon nom par leurs rêves qui chacun d'eux raconte à son prochain, comme leurs pères mirent en oubli mon nom pour Baal. " (Segond)

Doutant de la prononciation a aucune raison d'éviter d'utiliser le nom. La plupart des gens ont aucun problème en utilisant le nom de Jésus, si ce ne sont pas la prononciation correcte. Son nom a été probablement prononcé Yeshua » , Yoshua ' ou Yehoshua ' .

La conclusion doit être que est est pas illicite d'utiliser le nom de Dieu - il est en fait une demande pour ceux qui prétendent adorer le Dieu de la Bible. La Bible dit que l'utilisation de son nom est nécessaire pour obtenir l'agrément de Dieu: «Et quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé» (Joël 2:32, New International Version

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
CM...
Et comment se prononcer le nom du Fils de Dieu AU PREMIER SIECLE? Jésus? koa

Carl Michel


philippe83 a écrit:CM...
Et comment se prononcer le nom du Fils de Dieu AU PREMIER SIECLE? Jésus? koa
Ce qui est certain, ce n'est certainement pas "Jéhovah" puisque ce nom est une invention produit par un personnage de la grande noirceur 12 siécles après Jésus...

Carl Michel


philippe83 a écrit:CM...
Et comment se prononcer le nom du Fils de Dieu AU PREMIER SIECLE? Jésus? koa
"Jésus" est la traduction de "Yeshouah", tout comme "Charles" est la traduction de "Carl". Ce sont toujours les même persdonnages qu'il est question.
Ce n'est pas le cas Pour le nom de Dieu, car "Jéhovah" est un nom inventé de toute pièce.

Josué

avatar
Administrateur
Carl Michel a écrit:
philippe83 a écrit:CM...
Et comment se prononcer le nom du Fils de Dieu AU PREMIER SIECLE? Jésus? koa
"Jésus" est la traduction de "Yeshouah", tout comme "Charles" est la traduction de "Carl". Ce sont toujours les même persdonnages qu'il est question.
Ce n'est pas le cas Pour le nom de Dieu, car "Jéhovah" est un nom inventé de toute pièce.
Que signifie le nom de Jésus ?

Carl Michel


C'est marrant de voir votre zèle pour la précision des choses comme de dire selon vous que Jésus à été crucifié sur un poteau tout en traduisant dans vos bibles que les juifs ont demandé de le crucifier (le clouer à une croix)... Et d'un autre côté, tant délaisser votre zèle de précision pour le nom de Dieu qui est une condition essentielle pour le salut de le connaître!

Josué

avatar
Administrateur
Ça serait marrant si tu répondais à ma question.

Carl Michel


Josué a écrit:
Carl Michel a écrit:
philippe83 a écrit:CM...
Et comment se prononcer le nom du Fils de Dieu AU PREMIER SIECLE? Jésus? koa
"Jésus" est la traduction de "Yeshouah", tout comme "Charles" est la traduction de "Carl". Ce sont toujours les même persdonnages qu'il est question.
Ce n'est pas le cas Pour le nom de Dieu, car "Jéhovah" est un nom inventé de toute pièce.
 Que signifie le nom de  Jésus ?
Le nom de Jésus qui est une traduction du nom de Yeshouah dont ce dernier signifie "Dieu Sauve"

Josué

avatar
Administrateur
il signifie Yah sauve ou
Jéhovah est salut 

dit moi le J n'existe pas en hébreu qui à remplacé le Y par le J ?

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Comment YeSHouaH(hébreu) sans les voyelles, est devenue Jésus en français?
Comment IESOUS(grec) est devenue JESUS en (français)?
Alors pourquoi JéHoVaH serait inventé de toute pièce?
Et l"Eternel c'est pas inventé de tout pièce?
A+CM

Carl Michel


Josué a écrit:il signifie Yah sauve ou
Jéhovah est salut 

dit moi le J n'existe pas en hébreu qui à remplacé le Y par le J ?
Ce sont ceux qui ont écrit le Nouveau Testament en grec... et ce ne sont pas des apostats n'est-ce pas? Et le nom de "Yeshouah" traduit en grec puis en latin n'est pas la traduction du tétragramme...

Toutefois, celui de "Jéhovah" inventé de toute pièce par le moine catho qui selon vous était un apostat du temps de la grande apostasie, n'a jamais été utilisé avant lui et C'est certain que Jésus lorsqu'il dit que le salut c'est de connaître le nom de Dieu, il ne faisait surement pas allusion à cette invention de nom de "Jéhovah" qu'il n'avait jamais entendu; et  dont votre organisation affirme clairement dans ses parutions que le nom e Dieu (le tétragramme) devrait être prononcé "Yahweh" et certainement pas "Jéhovah".

philippe83 a écrit:Et l"Eternel c'est pas inventé de tout pièce?

C'est à vous de me le dire... si pour l'origine du nom de "Jéhovah" celui-ci vient d'un païen selon vous... alors toujours selon vous, est-ce que je me trompe de penser que vous considérez l'origine de la traduction du tétragramme par "Eternel" est également païenne? Si oui, alors pourquoi deux poids deux mesures pour l'utilisation de l'un "Jéhovah" et ignorer l'autre "Eternel" dans votre Bible?

Donc, vous qui vous considérez comme la vrai religion de Dieu, en son réveil dans la vérité n'avez même pas su et donné pour nom de la vraie organisation de Dieu son nom prononcé correctement (qui est obligatoirement nécessaire pour le salut); mais plutôt utiliser une construction d'origine apostasique du monde rebelle à Dieu selon vous?

Faut le faire comme gage d’authenticité et du sérieux de vos dirigeants originaux et de leurs successeurs qui tiennent à tout pris à garder ce nom de provenance païenne (selon vous) et toujours selon vous par ceux qui sont supposément être des  esclaves fidèles et avisés!...
Dites moi... Avisé de quoi, pour faire une si grande erreur sur le nom de Dieu pour le salut en utilisant un nom construit de toute pièce provenant du monde?

Comme je l'ai déjà dit, tant de zèle pour des choses qui n'ont rien d'important pour le salut (ex.: cloué sur une croix ou un poteau); et si peu de zèle pour l'identification exacte du  de nom de Dieu; doctrine de connaissance pourtant si importante pour vous en regard du salut...  No

N.B. En fait, une doctrine très orientée pour la mise en valeur de votre organisation qui porterait malgré tout une méprise flagrante sur le nom de Dieu!

Josué

avatar
Administrateur
Donc Jéhovah et une bonne traduction et en plus c'est la forme la plus usité qui est rentré dans les meurs.

Josué

avatar
Administrateur
Commentaire de la NBS sur le nom de Dieu.

Josué

avatar
Administrateur

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Jéhovah n'est bien sûr pas une traduction du tétragrame, mais sa prononciation LATINE inventée par un moine catholique dominicain espagnol, Raymundus Martini.
C'est patrimoine catholique. Je ne sais pas pourquoi le juge Rutherford adopta la prononciation catholique latine, mais ça fait plaisir.
Idem, les TMN disent Jésus quinest du latin catholique, alors que sur le titulus crucix, c'était IESVUS.
C'est impressionnant tout ce que les TMN reprennent des traductions typiquement catholiques. Tant mieux !

vulgate

avatar
Marmhonie a écrit:Jéhovah n'est bien sûr pas une traduction du tétragrame, mais sa prononciation LATINE inventée par un moine catholique dominicain espagnol, Raymundus Martini.
Mouais....Quand même, à la lecture de ceci on peut se demander si ce dominicain ne connaissait pas tout simplement la prononciation du nom divin :

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
De toute façon l'église interdit de prononcer le nom de Dieu pendant la messe et la traduction de la bible maintenant utiliser ne contient plus le tétragramme.

VENT

avatar
Le tétragramme n'avait pas pour but d'être traduit, mais de donner la garantie aux Hébreux vers qui Dieu a envoyé Moïse, à savoir qu'il se révélerait être DIEU TOUT PUISSANT qui libérera les Hébreux du pays d'Egypte. Celà suite à la question de Moïse qui demanda à Dieu une garantie à présenter devant les Hébreux.

Exode 3:13 Mais Moïse dit au [vrai] Dieu : “ Supposons que je sois venu maintenant vers les fils d’Israël et que je leur aie dit : ‘ Le Dieu de vos ancêtres m’a envoyé vers vous ’, et qu’ils disent vraiment : ‘ Quel est son nom ? ’ Que leur dirai-je ? ” 14 Alors Dieu dit à Moïse : “ JE SERAI CE QUE JE SERAI. ” Et il ajouta : “ Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ JE SERAI m’a envoyé vers vous


Le tétragramme n'est que l'expression de la volonté de DIEU de devenir se qu'il veut.

Alors que le tétragramme soit ou non traduisible sur le plan scripturale et/ou phoniquement, le but du nom de DIEU est d'avoir foi que DIEU deviendra ce qu'il se propose d'être pour l'homme.
Jésus à enseigné la signification du nom de DIEU en faisant connaître son dessein pour l'humanité, par les guérisons et les résurrections qu'il réalisa, et par la prédication de la bonne nouvelle du royaume de Dieu qui rétablira le paradis terrestre.  
Jean 17:3 Ceci signifie la vie éternelle : qu’ils apprennent à te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.


Le nom Jéhovah aujourd'hui est l'expression de la volonté de DIEU de donner la vie éternelle à tout ceux qui auront foi dans le sacrifice de son fils Christ Jésus. En effet, aucun autre nom n'a été donné sous le ciel, sous la mer, ou sous la terre, qui garantie la résurrection des morts pour une vie éternelle - Actes 4:12

Le nom JEHOVAH  signifie aujourd'hui, recevoir la protection de DIEU TOUT PUISSANT pour traverser la grande tribulation à l'exemple des Hébreux qui ont traversés la mer rouge.

Ainsi DIEU se révélera être une protection pour son peuple au temps de la fin.



Dernière édition par VENT le Lun 9 Jan - 11:16, édité 1 fois

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Salut vulgate,
Eh oui YeHoWah(prononciation massorétique don bien avant le 12 ème siècle) çà se rapproche plus de JéHoVaH que l'Eternel, Seigneur, voir même de Yahvé. monkey
A+

Aude

avatar
Quelqu'un pourrait-il me dire d'où provient ce document, où se trouve le tétragramme ?
http://imgur.com/a/yB67C

Merci à vous

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Aude a écrit:Quelqu'un pourrait-il me dire d'où provient ce document, où se trouve le tétragramme ?
http://imgur.com/a/yB67C

Merci à vous
Je ne sais pas .

Aude

avatar
Peut-être d'autres avis, car à part qu'il s'agit un texte massorètes je n'ai rien trouvé comme info.
L'écriture semble proche de celle du Cairo Codex of the Nevi'im. Mais aucune certitude...

Josué

avatar
Administrateur
Tu la trouvé ou cette image ?

Aude

avatar
Josué a écrit:Tu la trouvé ou cette image  ?

C'est une image LDD fort utilisée quand il s'agit d'illustrer les manuscrits anciens.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum