Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La vérité accablante sur les vaccins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
La vérité accablante sur les vaccins
«Si les enfants des États-Unis reçu toutes les doses recommandées de tous les vaccins recevrait jusqu'à 35 vaccins contenant: 113 différents types de germes dans les particules de 59 produits chimiques différents, 4 types de cellules animales et d'albumine humaine à partir de tissu foetal humain avorté "

"Si vous pensez que vous n'avez pas à vous inquiéter au sujet du vaccin parce que leurs enfants sont grands ont tort. Il ya environ 20 vaccins actuellement en développement pour la libération dans les années à venir. Tous destinés aux adolescents et aux adultes »
International Conseil médical sur la vaccination

Les vaccins sont nés dans les praticiens du XIXe siècle contre cette pratique. Jusqu'à présent, les voix dissidentes qui remettent en question les aspects de la vaccination (ingrédients, des conservateurs, le nombre de doses, l'âge, combinaisons, etc.) Ont été présents, mais discrètement et de faire peu de bruit.

Toutefois, ces derniers temps, notamment suite à l'escádanlos avec le vaccin de la grippe et le virus du papillome humain, le mouvement a gagné en importance et antivacunal est beaucoup plus facile qu'auparavant d'accéder aux informations critiques et de trouver des médecins s'opposent ouvertement médecine générale à ce sujet dans de nombreux pays.

Il ya quelque chose d'un auteur ou une étude spécifique, mais une puissance mondiale.

Un exemple est le document intitulé «Les vaccins: obtenir l'histoire complète publiée par International Medical Council sur la vaccination dont 80 médecins de différentes spécialités et U. S. enseignants Medidina avertir des risques de vaccins et de rejeter les recommandations officielles pour égard.

Un résumé du document est disponible en 9 langues, y compris le castillan, et il dresse la liste des effets secondaires documentés de vaccins, il est l'objet de l'autisme, explique pourquoi de nombreux médecins ne vaccinent pas leurs familles, est avertit ingrédients vaccins et de leur processus de fabrication, nous rapportons les résultats d'une étude de grande envergure d'enfants vaccinés contre non vaccinés, sont rapportés des conflits d'intérêts dans cette question et a accusé l'industrie pharmaceutique à but lucratif au détriment des dommages causés à ces médicaments.

Nous résumons leurs conclusions sur l'entreprise de vaccins, nous présentons les éléments et les données comparatives de cette étude:

* Les compagnies pharmaceutiques gagnent des milliards de dollars dans les vaccins.

* Les compagnies pharmaceutiques gagner des dizaines de milliards de dollars de médicaments administrés pour traiter les effets secondaires et les maladies causées par les vaccins
Les vaccins sont l'épine dorsale du système médical. Sans vaccins, car elle réduirait les coûts des soins de santé pour la société serait en général très sains.

* Les compagnies pharmaceutiques, compagnies d'assurance et le système médical est enrichi quand vous tombez malade.

* Les vaccins ne fournissent pas une immunité à vie, donc il boosters, ils recommandent à leurs enfants.

* Chaque booster augmente le risque d'effets secondaires

* Les effets secondaires des vaccins peuvent provoquer des maladies par le reste de sa vie. En fait, il existe de nombreux médicaments pour traiter les effets secondaires causés par les vaccins.

Certains ingrédients des vaccins. Comment est-il possible que les vaccins sont dangereux pour la santé?

* Virus errance ou de bactéries à partir des cultures de cellules animales que les vaccins préparés dans les mêmes laboratoires.

* Le mercure, une neurotoxine qui est bien documenté, est encore à des doses multiples de vaccins contre la grippe dans le monde entier. Les restes de ce métal apparaissent également dans d'autres vaccins.

* Aluminium, poison qui peut provoquer des maladies de la moelle osseuse, les os et la dégénérescence du cerveau.

* Animaux Cell: singes, reins de chiens, poules, vaches et les humains.

* Le formaldéhyde (fluide d'embaumement utilisés) est mondialement connu comme un carcinogène.

* Le polysorbate 80, est connu pour causer l'infertilité chez la souris femelle et une atrophie testiculaire chez les souris mâles.

* Jelly porcs et des vaches, est connu pour provoquer des réactions anaphylactiques, se trouvent en grande quantité dans le vaccin ROR et les vaccins contre la varicelle et le zona.

* Le glutamate monosodique (MSG) en vaccin contre la grippe par inhalation, est connu pour causer des troubles métaboliques (diabète, par exemple), des convulsions et des troubles neurologiques, y compris

Y at-il des études ou des recherches qui démontrent la différence entre les enfants vaccinés et non vaccinés?

Le projet Cal-Oregon (http://www.generationrescue.org/pdf/survey.pdf) qui a été financé par Generation Rescue et contrôlé par les parents d'enfants vaccinés et non vaccinés.

Parmi les 17.674 enfants inclus dans l'enquête a montré les résultats suivants:

les enfants vaccinés étaient les suivants:

l'asthme 120% de plus
Le 317% sur le TDAH
Les troubles neurologiques plus de 185%
146% par rapport l'autisme

À la fin du document d'offre publié la littérature à des sites Web et livres, dont une en castillan: "La vaccination des affaires avec la peur» Gerhard Buchwald.
http://trestiemposymedio.blogspot.com/search/label/vacunas

Aude

avatar

Excellent ton article Alain clap

A voir aussi:


Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé.

Je montre comment nos organismes de santé publique et nos institutions médicales les plus prestigieuses ont camouflé pendant plus de dix ans un scandale encore plus grand (de l’avis des spécialistes) que celui du sang contaminé. »

Lucienne FOUCRAS

« La vaccination massive contre l’hépatite B dans les années 90 a fait des ravages dans la population. Elle n’y a pas déclenché que des scléroses en plaques comme on l’entend dire de tous côtés, mais toutes sortes de graves maladies, parfois mortelles, au minimum handicapantes, qu’elles soient hématologiques, rhumatismales et/ou auto-immunes, et à tous les âges. Or elle est toujours programmée pour les bébés et pour les adolescents. Hélas, la majorité de nos concitoyens est désinformée, ignore que des enfants ont été gravement atteints et n’a pas encore mesuré combien notre santé est devenue une marchandise.

Auteure du "Dossier Noir du Vaccin contre l’Hépatite B", j’ai perdu mon mari en 1999. Il avait été vacciné en 1996 sans autre raison que sa récente situation de retraité. On vaccinait alors à tout va, et les retraités étaient ciblés comme population à risque : ils voyageaient. En fait de voyage, ce fut pour lui le dernier, et sans retour. Pire que la mort fut le calvaire de plus de deux ans et demi qui le conduisit progressivement et implacablement à une paralysie totale. Il était atteint de trois atteintes neuromusculaires simultanées dont la plus grave était une sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot, maladie relativement rare à l’époque mais dont l’incidence a triplé depuis 1996. Les médecins eurent alors des diagnostics hésitants, des explications embarrassées et contradictoires. Ils parlèrent d’une "maladie neurologique complexe", n’osèrent parler du vaccin que confidentiellement, et mirent en avant "hasard" et "simple coïncidence".

Révoltée par tant de souffrance, d’indifférence et d’irresponsabilité, j’ai décidé , après la mort de mon mari d’enquêter moi-même et de témoigner. Je savais d’avance que toutes les portes me seraient fermées, mais j’avais un atout : ma propre plainte au pénal qui me donnait accès au dossier d’instruction. Contrairement aux magistrats, aux experts et aux avocats, je n’étais pas liée par le secret de l’instruction. Donc je parlerais. J’avais même le devoir de le faire. Contre l’incrédulité dominante, car ce que je découvrais était en effet incroyable, j’ai travaillé le dossier, recueilli de multiples témoignages, comparé des destins absolument similaires à travers la France, réuni une documentation, et écrit un témoignage(1) dont, j’espère, chacun reconnaîtra le sérieux. En tout cas, depuis sa sortie en librairie, il n’a reçu aucun démenti de qui que ce soit, mais plutôt de nombreux encouragements. J’ajoute que la justice dispose d’une expertise qui confirme absolument mes doutes, mais le lecteur pourra constater que cela ne suffit pas nécessairement en face de la puissance des laboratoires.

Je ne suis pas la première à avoir écrit sur cette question. Je cite d’ailleurs ceux à qui je suis redevable. Mais j’accuse les pouvoirs publics -ministres de la Santé notamment et Philippe Douste-Blazy en tête- d’avoir lancé une campagne de vaccination massive sans aucune précaution et sans assurer aucun suivi (la pharmacovigilance a même perdu de vue 99% des enfants vaccinés dans les collèges !), d’avoir menti et de continuer à mentir. Quelques exemples :
1) les chiffres truqués en 1994 pour faire croire à une épidémie "plus grave que le Sida"
2) la salive présentée comme vecteur de contamination pour gagner le "marché des collèges" (ils parlent ainsi), effrayer les parents (et même les grands-parents) et les inciter à se faire eux aussi vacciner
3) l’innocuité proclamée du vaccin pour les nourrissons au prétexte qu’ils n’auraient pas de myéline (mais elle se forme peu à peu et le vaccin attend son heure, tout simplement !), argument d’autant plus malhonnête qu’il fait l’impasse sur toutes les autres maladies auto-immunes déjà constatées.
4) sa prétendue utilité pour ces tout-petits et pour les préadolescents, alors que ni les uns ni les autres ne risquent de rencontrer le virus dans l’immédiat (devenus adultes ils se croiront protégés alors que personne ne sait encore la durée de protection du vaccin, et alors ils seront fragilisés -le précédent du BCG devrait à cet égard servir d’alarme)
5) l’affolement entretenu autour de l’hépatite B présentée comme mortelle alors qu’on en guérit naturellement et sans aucune médication dans plus de 90% des cas (on ferait mieux de s’occuper de l’hépatite C)
6) la dramatisation autour des cas d’hépatites B fulminantes en France (une trentaine par an dont même pas une dizaine mortelles, en pourcentage : de 0,5 à 1% des formes aiguës symptomatiques nécessitant des greffes. Quant aux porteurs chroniques, leur taux par rapport à la population générale n’était que de 0,2% - 0,1% chez les femmes et 0,3% chez les hommes- en 1991. Les 300.000 porteurs chroniques (0,7%) annoncés récemment par l’INVS (Institut de veille sanitaire) ne modifient guère la donne : l’étude a sélectionné une population fragilisée (bénéficiaires de la CMU, chômeurs, immigrés sans revenus, précaires souffrant de pathologies diverses) et ne vaut pas pour la population générale qui y est sous-représentée. De tels biais méthodologiques (surreprésentation – près de 12% - de populations issues de zones endémiques de virus HB et sous-représentation de la population française de naissance englobée dans un pool européen et donc même pas quantifiée, rappellent les estimations hasardeuses des années 94 ou de l’été caniculaire 2003...
7) la réduction des cas d’accidents vaccinaux à la seule sclérose en plaques (elle permet de camoufler derrière la SEP une multitude d’autres pathologies, la plus grave notamment : la SLA, ou les aplasies médullaires (destruction de la moelle) qui ont tué au moins une douzaine d’adolescents), d’éviter de comptabiliser les cas et donc de faire des recherches, d’économiser aussi sur les indemnisations (il y en a eu très peu, mais il y en a eu, preuve que l’Etat, au grand dam des laboratoires, reconnaissait l’accident post-vaccinal).
Cool le chantage à l’inconséquence des Français qui seraient les seuls au monde à se plaindre d’accidents vaccinaux (il y a des dizaines de milliers d’accidents aux Etats-Unis, au Canada, en Italie, dans tous les pays qui ont massivement vacciné. Très peu au contraire en Grande-Bretagne qui n’a vacciné que 5% de sa population et connaît cependant moins de cas d’hépatite B que nous qui avons dépassé les 50% et qui avons moins de population immigrée du sud-est asiatique considérée comme porteuse du virus !)
9) l’assurance qu’aucun enfant n’a subi de dommage (alors que la pharmacovigilance suit, sans l’avouer, une cohorte d’enfants de moins de seize ans atteints d’une première poussée de démyélinisation -cohorte "Kidmus"- et qu’elle a recensé plusieurs décès dus à des maladies auto-immunes notamment.
10) la thèse assez désagréable selon laquelle il valait la peine de faire un "déchet" (sic) de quelque milliers de victimes pour en sauver des millions (de quoi ? d’un virus qui avait pratiquement disparu avec les mesures prises pour enrayer le Sida et les maladies nosocomiales transmises par une mauvaise gestion du sang).
11) les conférences dites de "consensus" réunies à l’initiative des ministres, l’une en septembre 2003 dans la précipitation, juste avant deux procès en Cassation (s’ils ont été perdus, il ne faut pas s’en étonner), l’autre en novembre 2004 pour démolir la thèse du docteur Hernan (triplant le risque de SEP après vaccination) sans même l’avertir, l’entendre ni l’inviter. Ces deux conférences ne rassemblant que des experts adeptes, voire militants du vaccin, liés pour nombre d’entre eux aux laboratoires, exclusion faite de toute voix discordante (il y en a). Donc consensus acquis d’avance, sans transparence ni contradictoire. Etc.

Tant de mensonges pourtant n’ont pas mis en alerte le corps médical...

"Le Dossier Noir" montre aussi comment l’assurance-maladie a été ruinée, non seulement par la campagne de vaccination elle-même (où P.D.B a joué un rôle majeur) mais par la montée astronomique des affections de longue durée (ALD) qu’elle a occasionnées depuis 1996 (voir courbe de la CNAM révélée en octobre dernier, trop tard malheureusement pour que j’aie pu l’insérer dans mon livre, mais qu’on peut se procurer sur le site de la CNAM). Je montre comment nos organismes de santé publique et nos institutions médicales les plus prestigieuses ont camouflé pendant plus de dix ans un scandale encore plus grand (de l’avis des spécialistes) que celui du sang contaminé.

Cette collusion avec les laboratoires a été dénoncée récemment à propos du Vioxx et du Celebrex, mais pas encore à propos de ce vaccin (c’est un vaccin, donc par définition intouchable). Comment nos responsables politiques ont refusé une enquête parlementaire en se référant à une ordonnance de 1957, malgré l’insistance de certains députés (Verts principalement). Comment des lois ont été votées et aussitôt détournées de leur objectif (loi Fauchon notamment) pour protéger les plus hauts responsables. Comment procède l’industrie pharmaceutique pour exercer son influence sur l’opinion, sur le corps médical, et même sur certains magistrats, maniant, selon les nécessités ou la cible visée, séduction, pressions (sur un juge), menaces (contre des journalistes), représailles (Martin Winckler évincé de France Inter) ou acharnement judiciaire (contre un expert jugé récalcitrant – le Dr Marc Girard - ou une avocate – Me Gisèle Mor - jugée trop tenace). Comment l’"establishment" médico-pharmaceutique fait taire toute opposition, empêchant notamment les chercheurs ou experts jugés "dissidents" de publier dans des revues scientifiques, ou les discréditant s’ils sont parvenus enfin (docteur Hernan) à franchir les barrages. Comment il influence la plupart des experts qu’on retrouve partout juges et parties dans les procès au point qu’il est pratiquement impossible à une victime d’obtenir une expertise qui ne la défavorise pas. Comment enfin il infiltre certaines associations de patients et joue habilement de la culture pastorienne de nos médecins (même la revue "Prescrire", pourtant réputée indépendante, s’est laissé surprendre et dans son enthousiasme a donné la "pilule d’or" à ce vaccin en 1981. Elle n’a malheureusement pas beaucoup bougé pendant vingt ans !). Difficile de critiquer un vaccin en France !

J’invite aussi les familles à observer un fait troublant : le DT Polio et le T Polio d’Aventis-Pasteur ne sont plus fabriqués. Le Revaxis censé les remplacer (10€23 contre 6€70, tant pis pour l’assurance-maladie) ne peut être administré qu’à partir de 6 ans. [1] Que reste-il alors aux parents qui tiennent à respecter l’obligation vaccinale pour les moins de 6 ans sinon à consentir à une vaccination élargie à trois autres vaccins seulement facultatifs mais insérés dans la même injection, et qui comprennent du virus HB ? Voudrait-on par hasard écouler des stocks un peu en catimini ? [2]

On a compris maintenant, je pense, pourquoi j’ai écrit, pourquoi je me bats et continuerai à me battre bien que le rapport de force soit dérisoirement contre moi. Ce que j’ai écrit n’est pas du roman. J’ai essayé cependant de rendre facile la lecture de mon témoignage pour que son message passe mieux : vigilance. Vigilance particulière pour nos enfants, car ce sont eux aujourd’hui (et non plus les adultes, et pour cause !) qui sont visés. Vigilance aussi pour nos adolescents ou pour les jeunes qui pourraient être contraints à une course au faux carnet de vaccination pour entrer dans le monde du travail, si on leur imposait ce vaccin [3]. N’oublions pas : il y a des stocks à écouler. A chacun de bien mesurer les enjeux."

Lucienne Foucras
http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6069

Le livre de Lucienne FOUCRAS est dispo aux éditions du Rocher



Silence on vaccine.
..

Volet 1
http://www.youtube.com/watch?v=Gc_80h6NWhQ
Volet 2
http://www.youtube.com/watch?v=bqZc2q-2KyQ&feature=related
Volet 3
http://www.youtube.com/watch?v=Zzf9oK_DAk0&feature=related
Volet 4
http://www.youtube.com/watch?v=YbXlkXjQGlY&feature=related
Volet 5
http://www.youtube.com/watch?v=e1Tfi8DEUEk&feature=related

Psalmiste

avatar
Moi personnellement je ne suis pas pour les vaccins. Et d'ailleur ça doit faire 10 ans que je ne suis plus vacciné !

Josué

avatar
Administrateur
240 familles reprochent à un laboratoire de ne pas avoir assuré le retrait d'un lot de vaccin défectueux © MaxPPP

Lire l'article http://www.francine-lehner.ch/index.php/intoxication-aux-metaux-lourds/sources-d-intoxication-aux-m%C3%A9taux-lourds

Enfant malades : troubles du sommeil, nausées, vomissements, diarrhées, fièvre, éruptions cutanées, fatigue, irritabilité, crises de nerfs... !

240 familles au tribunal contre le vaccin Méningitec !

240 victimes qui demandent des comptes à un laboratoire !

Qui va prouver que la vaccination est responsable de tant de maux ?
Les parents sont les mieux placés... mais hélas on minimise...
La "science"... c'est la science ! Faites confiance à ceux qui ont fait des études ! Et scientifiquement ces effets ne sont pas prouvés ! Pourtant cette "science" a permis d'administrer aux bébés, enfants et adultes, durant des décennies, du MERCURE et de l'ALUMINIUM dans les vaccins et dans bien d'autres médicaments !?

Les parents doivent savoir que l'élimination de l'étain, de l'aluminium, du mercure, du plomb.... est possible par le traitement naturel indiqué dans le livre "Maladies liées aux métaux lourds. Plombages, vaccins, médicaments... quand le mercure et l'aluminium pètent un plomb !", seul traitement efficace et sans effet secondaire pouvant être administré à des nourrissons. De nombreux bébés ont suivi le traitement avec succès depuis des dizaines d'années avec le Dr Kisfaludy !

Josué

avatar
Administrateur
Raoult - Les généralistes pas responsables de la résistance aux antibiotiques
Les nouvelles résistances bactériennes sont le plus souvent observées dans les hôpitaux, particulièrement chez des patients venant de l'étranger.
PAR DIDIER RAOULT
Publié le 30/10/2015 à 06:13 - Modifié le 30/10/2015 à 08:31 | Le Point.fr
La France est l’un des pays où la consommation d'antibiotiques est la plus importante. La France est l’un des pays où la consommation d'antibiotiques est la plus importante.
La France est l'un des pays où la consommation d'antibiotiques est la plus importante, ce qui génère un coût élevé pour la Sécurité sociale, mais ne se traduit pas par des effets visibles sur la santé, la mortalité française restant l'une des plus basses au monde. En effet, il n'y a pas de surmortalité française dans le domaine des infections contractées hors des hôpitaux et il n'y a pas une résistance aux antibiotiques plus élevée en France ! De quoi tordre le cou au discours ambiant sur la responsabilité des médecins généralistes dans l'augmentation de la résistance. Il y a très peu de ba...

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum