Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Une quarantaine de baleines échouées en Floride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Une quarantaine de baleines échouées en Floride
Mis à jour le 05.12.2013
Une quarantaine de baleines se sont échouées dans les eaux peu profondes du parc des Everglades en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis.
Des baleines se sont échouées en Floride. Une dizaine d'entre elles sont mortes.

«Quatre baleines ont été euthanasiées mercredi et six autres sont mortes», a expliqué Blair Mase, porte-parole de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), lors d'une conférence de presse.

Quelque 41 baleines-pilotes ou globicéphales ont été retrouvées en train de nager dans moins d'un mètre d'eau, alors que ces animaux vivent d'habitude en eau profonde. Elles se trouvaient «dans une zone extrêmement reculée» du comté de Monroe, dans le sud de la Floride, a indiqué Blair Mase.

«La zone est située à environ deux heures de bateau de Highland Beach, mais c'est tellement peu profond qu'on a du mal à trouver assez d'eau pour les remettre à la mer», a souligné Blair Mase, en précisant que ses services travaillaient avec quatre organisations de protection des animaux et avaient demandé conseil à des spécialistes d'autres pays.

Écosystème unique

«Les causes possibles peuvent être des maladies ou l'environnement, ou encore d'autres facteurs que nous ne connaissons pas encore», a ajouté la porte-parole.

Ces baleines se sont échouées sans doute mardi, quand les autorités ont reçu un appel de cette zone.

Le parc des Everglades, qui s'étend sur 6104 kilomètres carrés, est connu pour ses alligators et un écosystème unique au monde.
(ats/Newsnet)

chico.

avatar
L'espoir de pouvoir sauver les baleines échouées en Floride renaît.
«Nous sommes plus optimistes depuis que nos équipes ont repéré 35 de ces baleines nageant dans des eaux un peu plus profondes, ce qui augmente leurs chances de survie», a déclaré Mary Plumb, porte-parole du Parc National des Everglades.
Ce groupe d'une cinquantaine de baleines avait été découvert mardi dans une zone reculée du comté de Monroe, dans le sud de la Floride, en train de nager dans moins d'un mètre d'eau, alors que ces animaux vivent d'habitude en eau profonde.
Onze sont déjà mortes, dont quatre ont été euthanasiées mercredi, et en début d'après-midi jeudi les autorités n'étaient guère optimistes, soulignant que le lieu isolé compliquait le travail des sauveteurs.
Eaux plus propices
Mary Plumb a précisé qu'un hélicoptère des gardes-côtes s'était joint à l'équipe de sauveteurs et avait repéré en fin d'après-midi 35 baleines nageant vers le large, dans des eaux plus propices que celles où elles étaient coincées ces dernières heures.
«On n'a pas vu les six baleines restantes, pour le moment on ne sait pas si elles sont toujours vivantes», a-t-elle encore dit, soulignant que, lorsqu'une baleine meurt, son corps coule et n'est plus forcément visible depuis la surface.
Les sauveteurs ont commencé à travailler mardi après avoir appris que quatre baleines s'étaient échouées à cet endroit. C'est en arrivant sur place qu'ils ont découvert qu'elles étaient en réalité bien plus nombreuses.
Les raisons pour lesquelles les animaux se sont retrouvés dans ce lieu reculé étaient toujours mystérieuses jeudi.(ats/Newsnet)

chico.

avatar
Un virus proche de celui de la rougeole a tué un millier de dauphins sur la côte Atlantique des Etats-Unis.
L'épidémie continue, a annoncé lundi une biologiste de la NOAA, l'agence américaine d'étude de l'océan et de l'atmosphère.
«C'est quelque chose que nous surveillons attentivement», a expliqué la biologiste Erin Fougeres. Elle précise que les dauphins, qui migrent vers le sud en hiver, sont trouvés morts sur les plages depuis juin.
La précédente épidémie provoquée par ce morbillivirus avait tué quelque 740 dauphins en 1987 ainsi qu'en 1988. La NOAA estimait en 2010 à 39'206 le nombre de grands dauphins, également nommés dauphins à gros nez, qui vivent le long de la côte Est.
Le morbillivirus provoque généralement des lésions de l'appareil respiratoire et du système nerveux.
(ats)

chico.

avatar
Cela ressemble à un suicide collectif. Un groupe de 39 baleines-pilotes a trouvé la mort sur une plage de Nouvelle-Zélande où elles s'étaient échouées volontairement, rapportent, lundi 6 janvier, des responsables locaux. Elles avaient été repérées au moment de leur approche vers la plage de Golden Bay, dans le sud du pays, mais les rangers néo-zélandais n'ont pas été en mesure de les empêcher de s'échouer.
Douze de ces baleines sont mortes naturellement et les autres ont été abattues faute de pouvoir être remises à l'eau, selon le responsable des services de l'environnement de Golden Bay, John Mason.
Suicide ou accident ?
Ces baleines, appelées aussi globicéphales, sont coutumières de ce genre d'échouage volontaire. Mais les scientifiques ne s'expliquent pas s'il s'agit clairement de suicides ou d'accidents. Ce comportement, qui semble suicidaire, a déjà été observé à de nombreuses reprises chez ce grand cétacé à dents qui ressemble à un dauphin géant de huit mètres de long. Lorsque les sauveteurs tentent de repousser les baleines vers l'océan, elles résistent et tentent de regagner le littoral.
Selon différentes études, il s'agirait d'une réaction au stress, d'une perte d'orientation ou bien d'un comportement social qui pousserait le groupe à suivre un animal malade jusqu'au littoral, au risque d'y perdre la vie.

chico.

avatar
Des baleines siamoises s'échouent au Mexique
Par AEC | Mis à jour à 15:28
Curiosité - Les scientifiques pensent que les baleineaux sont nés prématurément en raison de cette malformation. Ils ont été découverts sur une plage du Mexique.



Les baleines ont été découvertes sur une plage du Mexique. (Photo: AFP)
Le spécimen, extrêmement rare, n'a pas survécu. Deux baleines siamoises ont été découvertes échouées sur une plage du Mexique en début de semaine. Sur la vidéo publiée par Gentside, on voit clairement deux têtes et deux queues séparées mais un seul corps.
Selon des scientifiques qui ont pu observer la carcasse, l'animal mesurait deux mètres de long et pesait une demie tonne. Cette malformation extrêmement rare aurait entraîné une fausse couche. Les baleineaux gris mesurent en général entre trois et cinq mètres à la naissance.
D'après le biologiste marin Benito Bermudez, il s'agit d'une «découverte extrêmement rare et sans précédent dans la région».

Psalmiste

avatar
Oh ça c'est malheureux Sad

chico.

avatar
Des baleines échouées vont être euthanasiées
Mis à jour il y a 48 minutes
Nouvelle-Zélande - Après avoir tenté en vain de les repousser à plusieurs reprises vers le large, les autorités ont dû se résoudre à euthanasier huit baleines-pilotes échouées sur une plage isolée de Nouvelle-Zélande.



Huit baleines-pilotes échouées sur une plage isolée de Nouvelle-Zélande vont être euthanasiées, ont indiqué jeudi les autorités. Ces dernières ont tenté de les repousser à plusieurs reprises vers le large, mais elles se sont à chaque fois échouées à nouveau sur la plage.
Les baleines échouées sur une plage isolée de Nouvelle-Zélande font partie d'un troupeau de 65 baleines-pilotes, appelées aussi globicéphales en raison de leur front très bombé, aperçu mardi près de Farewell Spit, tout au nord de l'île du Sud. Treize d'entre elles s'étaient échouées et cinq sont mortes la première nuit.
«Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour aider ces baleines, mais on ne sait plus quoi faire. Les euthanasier de la manière la plus douce possible va les délivrer de leurs souffrances», a déclaré John Mason, responsable du département protection de la nature pour cette région.
«Elles souffrent beaucoup»
«C'est très difficile à accepter, mais les baleines semblent être en état de stress et elles souffrent beaucoup de leur séjour de plusieurs heures sur une plage, à plusieurs reprises, ces deux derniers jours», a-t-il ajouté.
Farewell Spit, une bande de sable à quelque 150 km de la station touristique de Nelson, a été à plusieurs reprises le théâtre d'échouage de baleines-pilotes, un comportement que les scientifiques peinent à expliquer.
Début janvier, 39 d'entre elles étaient mortes après s'être échouées dans cette zone.

chico.

avatar
Les carcasses de baleines vont être récupérées
Mis à jour à 11:05
Le ministère canadien des Pêches ne précise pas s'il attendra la décomposition des animaux ou bien s'il va tenter de les dépecer.

La baleine s'est échouée sur les rochers juste en dessous de la promenade du village de Trout River. Image: Twitter
Les carcasses de deux baleines bleues qui se se sont échouées récemment sur la côte ouest de l'île de Terre-Neuve, et dont l'une risque d'exploser, vont être récupérées à des fins scientifiques, a annoncé jeudi le ministère canadien des Pêches.

Une équipe d'experts du Musée royal de l'Ontario se rendra à Terre-Neuve pour récupérer leurs squelettes ainsi que des échantillons de tissus qui seront préservés pour la recherche scientifique, a indiqué le ministère dans un communiqué. Le ministère ne précise pas s'il attendra la décomposition des animaux ou bien s'il va tenter de les dépecer.

Ces baleines faisaient partie d'un groupe de neuf cétacés de la même espèce menacée qui sont morts coincés dans les glaces en avril au large des côtes, au sud-ouest de l'île de Terre-Neuve, «une situation sans précédent» au Canada, précise le communiqué.

«La baleine est sur notre plage et est gonflée de méthane, et l'on s'inquiète du fait qu'elle pourrait exploser», avait déclaré cette semaine, Emily Butler, une responsable de la communauté de pêcheurs de Trout River. Il y a moins de 250 baleines bleues adultes dans la population de l'Atlantique Nord-Ouest, selon le ministère, qui voit en «cette chance d'étudier, d'examiner et de préserver (...) deux squelettes de ces baleines, une occasion unique de grande valeur scientifique et éducative pour les Canadiens».

samuel

avatar
Administrateur
Un baleineau échoué remorqué vers le large de l'Australie
Mis à jour il y a 53 minutes
Les secouristes sont parvenus jeudi à libérer un baleineau échoué sur une plage d'Australie et à le repousser vers la haute mer, au terme de plus de 30 heures d'efforts, sous les hourras des badauds.

Un baleineau a pu être remorqué avec succès vers le large de l'Australie (Photo: Keystone)
Le baleineau, dont l'âge est estimé à deux ans, a été hissé dans un harnais conçu spécialement pour ce type d'opération et remorqué vers le large de l'Australie.

Il s'agissait du 5e essai de remise à flots du cétacé depuis son échouage mardi soir sur la plage de Palm Beach, sur la côte orientale australienne. Lors des tentatives précédentes, les cordes du harnais se sont rompues, ou l'animal a buté sur un banc de sable, une fois remis à l'eau.

«On a travaillé en dépit de conditions défavorables. Il fallait se dépêcher», a déclaré à la télévision australienne ABC Tacha Mulligan, spécialiste des animaux marins au parc d'attraction Sea World de l'Etat du Queensland.

«Nous sommes prudemment optimistes pour la suite», a-t-elle ajouté.

Une grande tente pour maintenir l'animal au frais

Les secouristes avaient érigé une grande tente pour maintenir au frais l'animal pendant la journée. Pendant la nuit, des employés du ministère de l'Environnement du Queensland et du parc d'attraction marin veillaient sur lui.

Le cétacé est probablement épuisé après avoir passé autant de temps hors de l'eau, selon Tacha Mulligan. Il nage désormais en eau profonde et des sauveteurs vont le suivre à distance pendant toute la journée, a-t-elle précisé.

Les échouages de baleines sont relativement fréquents en Australie, mais les scientifiques peinent à trouver des explications à ce phénomène.

Les baleines à bosse effectuent actuellement leur migration annuelle, de l'Antarctique vers les eaux du Queensland, où elles s'accouplent ou mettent bas.

samuel

avatar
Administrateur
Terrassés par un mal mystérieux, des milliers de petits poissons argentés flottent en bancs inertes dans la baie de Rio de Janeiro, certains agonisant bouche grande ouverte, avant d'échouer sur l'île carte-postale de Paqueta. Les pêcheurs dénoncent une pollution pétrolière.

Les scientifiques n'y croient pas, mais ne s'expliquent toujours pas la cause de cette hécatombe jamais vue. Une odeur fétide remplit cette petite île paisible de 4.500 habitants, interdite aux voitures. C'est un endroit prisé des touristes pour son charme colonial figé dans le temps, et ses baobabs, les seuls spécimens du Brésil. 

"Nous voulons savoir pourquoi tant de poissons meurent. Ca pue, il y a plein de mouches dans l'île. Et les autorités ne nous disent rien; on a peur, on ne se baigne plus et on n'achète plus de poissons ici", proteste Vilma Leocadio, de l'Association des habitants de Paqueta. "Je n'ose plus mettre un pied dans l'eau avec tous ces cadavres (de poissons). On les voit en train d'agoniser. Je lance un appel au secours pour Paqueta", renchérit Rosimere Figueiredo, 52 ans. 

20 tonnes d'aloses mortes
L'entreprise municipale de nettoyage Comlurb a retiré des plages de l'île, entre vendredi et mardi seulement, 20 tonnes d'aloses mortes -un poisson de la famille des Clupeidae qui inclut la sardine et le hareng - ainsi que quatre tortues marines. "Les tests ont montré que ce n'est pas une question de pollution chimique ou toxique de l'eau", assure à l'AFP, l'océanographe David Zee, de l'Université de Rio (UERJ). 

Leandro Daemon, de l'Institut national de l' Environnement (Inea) a confirmé à la presse que les analyses de l'eau de la baie n'avaient révélé aucune substance chimique toxique, ni aucune variation anormale dans le pH (potentiel hydrogène), dans la salinité ou la quantité d'oxygène de l'eau. "Nous n'avons pas encore de réponse sur ce qui se passe mais nous pouvons exclure avec certitude l'hypothèse d'une pollution chimique qui tuerait les poissons", a-t-il dit assuré. 

Cela fait bien longtemps que le site naturel à couper le souffle de la baie de Rio a été souillé par l'homme. Rejets de produits chimiques industriels, égouts déversant quotiennement des tonnes d'ordures dérivant à la surface entre les coques de dizaines de navires cargos ou pétrolier. La baie, où sont programmées certaines compétitions aquatique des jeux Olympiques de 2016 offre souvent un triste spectacle de poubelle maritime. Mais les petits pêcheurs indépendants de la baie n'ont jamais assisté à un tel phénomène. 

Et quoiqu'en disent les scientifiques, ils pointent du doigt les activités pétrochimiques de Petrobras. Cinq poissons morts ont été envoyés mardi au département de Biologie de l'université UFRJ pour analyses. Les résultats seront connus dans une semaine. Les experts vont chercher à détecter des indices de pollution toxique dans leur viscères et branchies, ou la présence d'une éventuelle maladie qui n'affecterait que cette espèce. 

Température élevée de l'eau? 
Selon l'océanographe David Zee, l'hypothèse la "plus probable est que ce phénomène soit provoqué par une pollution thermique de l'eau". "L'alose est un poisson très sensible au manque d'oxygène, explique-t-il à l'AFP. Les fortes températures de l'eau enregistrées depuis plusieurs jours - de 27 à 30 degrés Celsius aux abords peu profonds de l'île diminuent la solubilité de l'oxygène", ce qui pourrait provoquer la mort par asphixie de cette espèce. Paqueta, découverte en 1556 par le Français André Thevet, est situé tout au fond de la baie, là où l'eau se renouvelle le moins, un phénomène accentué par les très basses marées de la saison. 

Le biologiste Mario Moscatelli observe depuis 20 ans les eaux de la baie et reste perplexe. "J'ai survolé la région début octobre et il y avait déjà des poissons qui flottaient. Au début j'ai cru que c'était des poissons rejetés à la mer par les pêcheurs. Mais ça dure depuis trop longtemps et je les ai vus agoniser comme s'ils manquaient d'oxygène", ajoute-t-il. Il ne croit pas non plus à une pollution chimique, "car d'autres espèces seraient mortes". "Nous avons plus de questions que de réponses", admet-il

samuel

avatar
Administrateur
Douze baleines pilotes sont mortes lundi après s’être échouées contre une digue sur la côte occidentale de l’Australie et les sauveteurs tendaient de repousser quatre autres cétacés vers le large.

Le troupeau de baleines pilotes, appelées aussi globicéphales, s’est échoué dans les eaux peu profondes du port de Bunbury, à 175 kilomètres au sud de Perth, ont expliqué les autorités des Parcs et de la vie sauvage de l’Etat d’Australie Occidentale.

Douze baleines sont mortes et les sauveteurs tentaient de repousser quatre autres vers le large à l’aide de petites embarcations. "Nous avons concentré nos efforts sur le sauvetage des quatre baleines restantes qui ont été accompagnées vers le large", a dit Kim Williams, chargé de la conservation de l’environnement au sein de l’Autorité des parcs.

"Malheureusement, l’une de ces baleines s’est échouée à nouveau tandis que les trois autres ne nagent pas avec suffisamment de vigueur, elles risquent également de s’échouer encore", a-t-il dit.

Les baleines-pilotes peuvent atteindre, adultes, six à sept mètres de long. Les échouages de baleines sont relativement fréquents en Australie, notamment autour de la Tasmanie, mais les scientifiques peinent à trouver des explications à ce phénomène.

Josué

avatar
Administrateur
Dix baleines se sont échouées sur la plage de Calais ce lundi 2 novembre au matin. Si six d'entre étaient déjà mortes lors de l'intervention des pompiers, ces derniers sont intervenus pour remettre à l'eau les quatre survivantes.
Selon La Voix du Nord, il s'agit d'une opération inédite dans la région. Un camion citerne a été mobilisé pour arroser les baleines avant qu'elles soient tractées vers la mer.
Trois de ces quatre baleines ont pu rejoindre le large mais l'une d'entre elles n'a pas survécu.
Selon Jacky Karpouzopoulos, du centre de recherche sur les mammifères marins, interrogé par le journal, "l’échouage date du petit matin. Il s’agit d’une famille entière. L’hypothèse la plus probable, c’est que le mâle dominant soit mort en pleine mer, et que le reste de la famille l’ait accompagné jusqu’au rivage".
http://www.planet.fr/environnement-photos-10-baleines-echouees-sur-la-plage-de-calais.958290.1474.html?xtor=ES-10-958295[Planet-Alerte-Infos]-20151102

Patrice1633

avatar
L'homme détruit la planete, il a causer l'instintion de plusieurs espèces animals, a chaques jours il y a une espèces qui disparais sur la terre, c'est reelent triste a voir, en espérant que JEHOVAH fasse vite pour detruire ceux qui détruisent la terre, JEHOVAH vas recréer des choses plus tard, peut être les espèces disparue aussi, peut etres de nouvelles aussi ... Ayons confince en JEHOVAH et soyons patient ...

Rev 11:18

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je peux vous dire pour en avoir vues en vrai que ces animaux sont impressionnants, mais aussi très touchants, tellement ils sont en harmonie avec la nature, heureux de vivre et de jouer !

Patrice1633

avatar
Oui, les baleines aimes les humains, les gens vons les flatter, il joue saute en sortant de l'eau tout en tournant sur leur dos ...

WOW, elle disent merci à leur Createur ces grands monstres marins la ...

Josué

avatar
Administrateur
Des centaines de baleines meurent échouées en Nouvelle-Zélande
Il s’agit du troisième plus important échouement de baleines jamais recensé en Nouvelle-Zélande, où de tels événements sont relativement fréquents.

Le Monde.fr avec AFP | 10.02.2017 à 08h54 • Mis à jour le 10.02.2017 à 13h14

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir AjouterPartager (13 251)Tweeter

Plus de 400 baleines-pilotes se sont échouées, dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 février sur une plage de Nouvelle-Zélande, a annoncé le service de protection de l’environnement. Selon les autorités, près des trois quarts de celles-ci seraient mortes sur la plage de Farewell Spit située dans la région de Golden Bay, dans l’extrême nord de l’île du Sud, l’une des principales îles qui forment la Nouvelle-Zélande.

Lire aussi : Pourquoi les baleines s'échouent-elles sur les côtes ?

Il s’agit du troisième plus important échouement de baleines jamais recensé dans le pays, où de tels événements sont relativement fréquents. Il y a tant de cadavres dans l’eau que des volontaires ont du mal à reconduire les cétacés encore vivants vers le large, a expliqué un porte-parole du service de protection de l’environnement à l’Agence France-Presse : « Les baleines mortes flottent ici et là et obstruent le chemin vers le large. »

Aucune explication scientifique de ce comportement

De nombreux bénévoles sont venus secourir les baleines échouées, vendredi 10 février, sur la plage de Farewell Spit.
Les volontaires ont toutefois réussi à renflouer la plupart des baleines-pilotes vivantes et ont formé une chaîne humaine pour tenter de les empêcher de s’échouer à nouveau. Selon Andrew Lamason, directeur régional du service de protection de l’environnement, il n’existe pas d’explication scientifique certaine de ce comportement, mais la géographie sous-marine du lieu pourrait être en cause.

« A Farewell Spit, il y a une grande quantité de sable en forme de crochet et les eaux sont peu profondes, explique-t-il. Une fois que les baleines sont entrées dedans il est très difficile pour elles d’en ressortir. »
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/02/10/des-centaines-de-baleines-meurent-echouees-en-nouvelle-zelande_5077525_3244.html

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum