Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Salle brulée en Urkraine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Salle brulée en Urkraine. le Lun 25 Nov - 12:46

Josué

avatar
Administrateur

2 Re: Salle brulée en Urkraine. le Jeu 28 Nov - 19:13

robertguillet


c'est bien triste

3 Re: Salle brulée en Urkraine. le Mer 25 Déc - 8:47

Josué

avatar
Administrateur
salle du royaume en Russie.

4 Re: Salle brulée en Urkraine. le Mer 22 Jan - 9:48

Josué

avatar
Administrateur
Bien que nos frères d’Ukraine jouissent de la liberté de culte, ils sont victimes d’agressions corporelles, d’incendies criminels et d’actes de vandalisme contre leurs Salles du Royaume, qui ne font pas l’objet d’enquêtes ou de poursuites efficaces. Ce qui, logiquement, donne à leurs opposants une impression d’impunité. C’est ainsi que les actes criminels contre nos frères ont fortement augmenté en 2012 et en 2013. De 5 incidents
de vandalisme et d’incendie volontaire signalés en 2010, on est passé à 15 en 2011, à 50 en 2012, et on en était à 23 au cinquième mois de 2013. La filiale est en train de porter ces cas devant le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

5 Re: Salle brulée en Urkraine. le Sam 3 Mai - 9:33

Josué

avatar
Administrateur
La situation des Témoins de Jéhovah [UKR41145.E]

En liberté dans le monde 2001/2002 , Freedom House signale que les droits religieux de l'Ukraine sont énoncées dans la Constitution du pays et dans la loi sur la liberté de conscience et de religion (9 Juillet 2002). Le rapport indique également qu'il existe "des restrictions sur les activités des organisations religieuses étrangères» et que «tous les groupes religieux doivent s'inscrire auprès de l'État» ( Freedom in the World 2001 à 2002 9 Juillet 2002).
Selon le directeur adjoint de la Département des affaires juridiques de Tour de Garde du Canada à Halton Hills, en Ontario, les Témoins de Jéhovah ont été "légalement enregistré en Ukraine depuis le 30 Mars 1992," et ils "n'ont pas l'expérience de toute forme de discrimination, de harcèlement, de restrictions ou de violence" partout en Ukraine ( 18 février 2003). Le directeur adjoint poursuit en affirmant que «[p] lus de 125.000 Témoins de Jéhovah à environ 1.300 congrégations à travers l'Ukraine jouissent des libertés religieuses et le respect des autorités» (ibid.).
informations similaires ont été publiés dans Kyiv Post , un hebdomadaire basé à Kiev, Ukraine, qui, en mai de 2002 ont indiqué que, selon les missionnaires qui travaillent en Ukraine, les églises chrétiennes telles que les pentecôtistes, mormons et les Témoins de Jéhovah "jouissent de la liberté religieuse» (23 mai 2002).
En 2000, une enquête menée par le Centre ukrainien pour études économiques et politiques ont constaté que 66 pour cent des répondants ont déclaré qu'il ya «une totale liberté de conscience et l'égalité des religions devant la loi» en Ukraine "( Freedom in the World 2001 à 2002 9 Juillet 2002)
directeur associé de La Tour de Garde du légales Affaires également déclaré que "les Témoins de Jéhovah objecteurs de conscience au service militaire sont cu
rrently accordé une alternative de service (non militaire) "(18 févr 2003).
Immigration and Nationality Directorate les États du Royaume-Uni dans son évaluation des pays de l'Ukraine 2002 évasion du service militaire en Ukraine a "largement répandue" malgré le fait que "seul un tiers de la conscription ans hommes serait effectivement servir dans les forces armées ukrainiennes» (par. 6,66). Les hommes qui se soustraient recrutement militaire sont passibles d'emprisonnement jusqu'à trois ans (Royaume-Uni oct. 2002 par. 6.66). Le rapport indique également que «ceux qui s'opposent au service militaire pour des motifs religieux» peut «interpréter des œuvres pour le bien public» à la place »(ibid., par. 6.67). La période de service de remplacement a été réduite en Mars 1999, de 36 mois (ou 24 mois pour les personnes ayant une «éducation complète supérieur") à 27 mois (ou 18 mois pour ceux qui ont "une éducation complète supérieur et d'un diplôme de master, ou spécialistes" ) (ibid.). Toutefois, le service de remplacement ne peut être entrepris "lorsque l'authenticité des convictions religieuses de chacun a été établi par une commission militaire» (ibid.).
Cette réponse a été préparée après des recherches sur l'information publiquement accessible actuellement disponible à la Direction des recherches dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend pas apporter de preuves concluantes quant au fondement d'une demande de statut de réfugié ou l'asile. . S'il vous plaît trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information Références liberté dans le monde. Une enquête des droits politiques et des libertés civiles de 2001 à 2002 . 9. Juillet 2002 Edité par Freedom House et Adrian Karatnycy http://www .freedomhouse.org/research/freeworld/2002/countryratings/ukraine2.htm [Consulté le 19 février 2003] Kyiv Post [Kiev, en anglais]. 23 mai 2002. Dana Liss. "Missionnaires Trouver tolérance Fertile Ground de nombreuses confessions Spurs intérêts dans les différentes religions." (Global Fil Nouvelles / NEXIS) Royaume-Uni (UK). Octobre 2002. Pays Unité de la politique, de l'Immigration and Nationality Directorate de l'information et, Home Office. "Évaluation Ukraine:. Octobre 2002» http://www.ind.homeoffice.gov.uk/default.asp?PageId=3356 [Consulté le 19 février 2003] Watchtower, Halton Hills, en Ontario. 18. Février 2003 Correspondance du directeur adjoint de la direction des affaires juridiques. sources consultées World News Connection sites Internet, y compris: Amnesty International Rapport annuel sur la liberté religieuse internationale (2000 à 2003) BBC Human Rights Watch - Rapport mondial 2003 International Christian préoccupation de l'OSCE - Rapport annuel 2001 Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de moteurs de recherche: Google Source
- See more at: http://wiki.jw-archive.org/The+situation+of+Jehovah%27s+Witnesses+in+Ukraine+-+Release+Date+February+25%2C+2003?utm_source=JW+News+and+Archive&utm_campaign=b7f08b6d0a-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_5caf9e1836-b7f08b6d0a-29192077&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)#sthash.HORLy66I.dpuf

6 Re: Salle brulée en Urkraine. le Lun 28 Juil - 11:21

Josué

avatar
Administrateur
Des nouvelles des Témoins d’Ukraine et de Crimée

LVIV, Ukraine. Le siège national des Témoins de Jéhovah rapporte que, le 17 juin 2014, un Témoin de Kramatorsk, à l’est de l’Ukraine, a été tué quand une bombe a explosé près de sa voiture. Aucun autre Témoin n’a perdu la vie ou n’a été grièvement blessé en raison des troubles qui ont commencé il y a quelques mois dans le pays. Cependant, des centaines de Témoins ont été évacués des zones à risque de l’est de l’Ukraine. Ces derniers trouvent actuellement refuge chez leurs coreligionnaires.

En dépit des violences qui ont cours dans le pays, les Témoins d’Ukraine continuent de communiquer le message réconfortant de la Bible à leur prochain. Durant la première quinzaine de juin 2014, ils ont organisé plusieurs grands rassemblements paisibles dans l’est du pays. Ils y ont présenté des discours bibliques et ont montré par des démonstrations comment appliquer les conseils de la Bible dans la vie quotidienne. Plus de 5 200 personnes ont assisté à ces évènements. En Ukraine et en Crimée, les Témoins vont organiser 40 rassemblements régionaux qui attireront l’attention sur les promesses bibliques d’un avenir paisible sous le Royaume de Dieu. Plus de 165 000 personnes sont attendues, dont 7 500 en Crimée.

Contacts presse :

International : J. Brown, service d’information, tél. : +1 718 560 5000

Ukraine : Vasyl Kobel, tél. : +38 032 240 9323

7 Re: Salle brulée en Urkraine. le Dim 21 Juin - 12:31

Patrice1633

avatar
Oui, dans certain pays cest tres difficile, d'autant plusnque la violence vas aller en montant en Ukraine, Ca deviens meme un danger qui auras des répercutions mondial ...

8 Re: Salle brulée en Urkraine. le Dim 21 Juin - 17:01

samuel

avatar
Administrateur
Oui mais la l'église orthodoxe manipule ils extrémistes.

9 Re: Salle brulée en Urkraine. le Lun 20 Juil - 18:13

Josué

avatar
Administrateur
Ukraine : pris pour cible en raison de leurs convictions religieuses

Poussés par la haine religieuse, des groupes armés de l’est de l’Ukraine ont enlevé et brutalisé 26 Témoins de Jéhovah depuis août 2014. Beaucoup de Témoins vivent dans cette région et sont connus pour leur œuvre d’évangélisation et leur neutralité politique. Parmi les groupes armés, certains ont profité de la récente absence de loi et d’ordre dans la région pour s’en prendre violemment aux Témoins *.

Actes de violence
Le 21 mai 2015, des officiers de la ville de Stakhanov ont détenu deux Témoins, deux hommes âgés de plus de 60 ans, à cause de leurs activités religieuses. Ils ont été mis en examen pour « trouble à l’ordre public » et condamnés à 15 jours de prison. Alors qu’ils étaient en garde à vue au poste de police, les deux Témoins ont été accusés d’espionnage. À plusieurs reprises, on les a interrogés sur l’organisation des Témoins de Jéhovah. Des Témoins de l’assemblée locale ont imploré le procureur de les relâcher, mais il a rejeté leur demande. Au début, la famille et des amis Témoins n’ont pas eu l’autorisation de leur rendre visite mais, plus tard, ils ont pu leur apporter de la nourriture, des vêtements et des médicaments trois fois par semaine. Un Témoin a été relâché le 2 juin 2015, suivi du deuxième le lendemain, avec l’ordre de quitter la région.
Le 17 mai 2015, des hommes armés de la région de Novoazovsk ont enlevé quatre Témoins de Jéhovah, leur ont bandé les yeux et les ont emmenés, sous la menace d’un revolver, à leur quartier général militaire. Pendant deux heures, ils ont sauvagement battu les Témoins et les ont soumis à des simulacres d’exécution. Ils ont demandé au plus jeune de rejoindre leur armée et que tous les quatre reconnaissent que la religion orthodoxe est la seule vraie religion. Les Témoins ont été relâchés après avoir passé une nuit dans une minuscule cellule de fortune.

Quelques-unes des blessures infligées à deux des Témoins enlevés et brutalisés dans la région de Novoazovsk.
Le 22 janvier 2015, trois hommes armés ont kidnappé un Témoin à son travail, à Donetsk. Sa famille n’a pas su où ils l’avaient emmené ni pour quelle raison. À plusieurs reprises, il a expliqué à ses ravisseurs sa neutralité politique et a été relâché au bout de neuf jours.
Le 9 août 2014, un membre armé de la milice locale a enlevé deux Témoins à Stakhanov, dans la région de Luhansk. Séquestrés pendant six jours, ils ont été constamment frappés et soumis à des simulacres de mutilations et d’exécutions. On ne leur a pas donné suffisamment de nourriture et d’eau ni les soins appropriés. Leurs ravisseurs ont essayé de les forcer à renoncer à leur foi, à réciter des crédos orthodoxes et à vénérer des icônes pour que les Témoins comprennent la motivation religieuse de cette action. Malgré ce traitement cruel, les Témoins n’ont pas cédé.
Les Témoins de Jéhovah vivent en accord avec leurs croyances religieuses et refusent tout soutien (militaire, politique ou financier) à l’une quelconque des factions impliquées dans le conflit armé en Ukraine. Des groupes armés ont attaqué les Témoins en raison de leur neutralité et parce qu’ils n’adhèrent pas aux doctrines orthodoxes. Ces agressions sont de cruelles tentatives destinées à leur faire renoncer à leur foi.

L’endurance face à la persécution
Alors que les combats pour le contrôle de cette région font toujours rage, aucun recours n’est pour l’instant possible pour les Témoins. Ils ont dénoncé ces actes et d’autres du même genre à la communauté internationale, dont le Rapporteur spécial sur la torture auprès de l’ONU.

En dépit des difficultés que les Témoins de Jéhovah rencontrent dans l’est de l’Ukraine, ils sont déterminés à rester neutres et continuent à pratiquer leur culte discrètement. Ils gardent espoir que les autorités locales fassent respecter le droit fondamental à la liberté de religion.
http://www.jw.org/fr/actualites/juridique/par-region/ukraine/religion-persecution-jw-croyances/

10 Re: Salle brulée en Urkraine. le Lun 20 Juil - 18:36

Patrice1633

avatar
Les TJ tiennent fermement leur foi tout comme daniel dans la fosse aux lions, les 3 chadrak, mechak, abednego, ils ont tous rester fidele, Jesus a sus montrer sa force de résistance en la matière, la douleur est ressenti par les premier coups ensuite c'est plus supportable selon les dires de gens qui on souffert le martir... Il faut penser a Jehovah et fixer notre espérance tant promise, pour se faire nous devons avoir deja fair notre effort d'avoir cette espérance bien visible devant nous ...

Si les périodiques, les réunions, les assembler qui nous aides à nous visualiser tant avec les écrans de videos notre espérance devant nos yeux ce n'est pas pour rien ...
C'est que nous pouvons presque toucher à ce paradis tant promis tellement nous sommes aux "portes" de ce Royaume de Dieu ...

11 Re: Salle brulée en Urkraine. le Dim 4 Déc - 10:15

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
04.12.2016

Droit des cultes & Témoins de Jéhovah

Accueil >  Actualité juridique > Cour constitutionnelle (Ukraine), 8 septembre 2016

Droit international

Cour constitutionnelle (Ukraine), 8 septembre 2016
Office religieux - Autorisation administrative - Conformité à la Constitution

Publié le 3 décembre 2016 - Modifié le 4 décembre 2016

mailfacebooklinkedinlivemyspacetumblrtwitterviadeo
La Cour constitutionnelle d’Ukraine a été interrogée par l’intermédiaire du Commissaire aux droits de l’homme du Parlement ukrainien sur la constitutionnalité des dispositions de l’article 21.5 de la loi sur « la liberté de conscience et les organisations religieuses ». Tandis que les précédents alinéas de l’article 21 permettent de tenir librement des cérémonies et rites religieux dans les édifices de cultes et certains lieux privés, le cinquième alinéa dispose que, dans les autres cas, la tenue de cérémonies et rites religieux est soumise à une demande d’autorisation aux autorités locales compétentes, déposée au moins dix jours à l’avance.

Selon l’article 39 de la Constitution d’Ukraine, les citoyens ont le droit de se réunir paisiblement et de tenir des réunions, des rassemblements, des processions et des manifestations, après en avoir préalablement informé les autorités publiques. Aussi la Cour constitutionnelle considère-t-elle le droit à la liberté de convictions et de religion avec les autres droits et libertés fondamentaux comme la base d’établissement et de fonctionnement d’une société démocratique. La Cour constitutionnelle a également rappelé que l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme prévoit le droit de chacun à la liberté de pensée, de conscience et de religion, et que l’article 11 garantit la liberté de réunion paisible et d’association tant pour les rassemblements privés que ceux sur les places publiques.

Par conséquent, la Cour constitutionnelle a jugé dans son arrêt du 8 septembre 2016 que l’exigence d’obtenir à l’avance une autorisation spécifiquement pour les rassemblements religieux organisés sur les places publiques va à l’encontre des dispositions de l’article 39 de la Constitution, prévoyant simplement une notification préalable à toute réunion paisible, qu’elle soit de nature religieuse ou non.

De plus, conformément à l’article 24.2 de la Constitution, il ne peut y avoir ni privilèges ni restrictions fondés sur des croyances religieuses ou autres. Or, si l’article 21.5 de la loi sur « la liberté de conscience et les organisations religieuses » ne contient pas de restrictions directes à l’encontre des activités d’organisations religieuses particulières, il définit une procédure d’autorisation qui diffère des rassemblements non religieux.

Après avoir expliqué qu’un état de droit démocratique ne peut établir une procédure différente pour tenir des réunions paisibles en fonction des organisateurs et des participants, de son but ou de son lieu d’organisation, la Cour constitutionnelle a conclu que les dispositions de l’article 21.5 de la loi sur « la liberté de conscience et les organisations religieuses » sont contraires aux articles 8, 24, 35 et 39 de la Constitution d’Ukraine. Ces dispositions ayant été jugées inconstitutionnelles, elles ne sont dès lors pas applicables.

12 Re: Salle brulée en Urkraine. le Mer 28 Déc - 17:20

Josué

avatar
Administrateur
26 DÉCEMBRE 2016
UKRAINE

Le culte des Témoins continue d’être entravé dans l’est de l’Ukraine

Les habitants de l’est de l’Ukraine font quotidiennement face à des situations qui perturbent leur vie et entretiennent l’incertitude et la peur. Le conflit en cours dans la région génère également un sentiment accru d’anxiété parmi les Témoins de Jéhovah, car à l’insécurité ambiante s’ajoute une discrimination religieuse alarmante. Des hommes armés ont saisi des Salles du Royaume (lieux de culte). Ils leur ont dit que la religion orthodoxe est la seule qui est reconnue en Ukraine, et qu’ils avaient l’intention de « déraciner les Témoins de Jéhovah » de l’est de l’Ukraine.

Des Salles du Royaume saisies
Entre juin 2014 et novembre 2016, des groupes armés ont saisi par la force 18 Salles du Royaume, dans le but de les convertir en casernes militaires ou autres. La plupart de ces saisies ont eu lieu lorsque le conflit prenait de l’ampleur en 2014, mais récemment, d’autres Salles du Royaume ont également été saisies.

Un rapport du 15 septembre 2016 du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme explique qu’après plus de deux ans de conflit, la situation dans l’est de l’Ukraine reste instable. On lit dans le rapport : « Ceux qui vivent dans les territoires contrôlés par les groupes armés sont victimes de décisions arbitraires et de diverses violations des droits de l’homme. » Parmi les violations subies par les Témoins de Jéhovah de la région figurent les enlèvements, le harcèlement et les coups violents. Les Témoins et leurs voisins ont aussi subi des pertes matérielles, comme le révèle ce rapport : « Des groupes armés continuent de piller les habitations des civils et de se servir de leurs maisons et d’autres propriétés à des fins militaires. »


Salle du Royaume saccagée, située au 9 rue Simferopolska à Horlivka.
Le 22 juillet 2016 au matin, des Témoins de Horlivka assistaient à un office dans une Salle du Royaume au 105-A rue Vitchyzniana lorsque des hommes armés ont fait irruption en ordonnant à tout le monde de sortir sur-le-champ. Ils ont ensuite saccagé le bâtiment et l’ont vidé de tous ses meubles et de ses équipements. Le bâtiment avait déjà été confisqué le 29 novembre 2014 mais avait rapidement été abandonné. Les Témoins avaient alors recommencé d’y tenir leurs offices, jusqu’à ce qu’il soit de nouveau saisi le 22 juillet.

Trois jours plus tard, des hommes armés sont entrés dans une autre Salle du Royaume située au 9 rue Simferopolska, à Horlivka. Ces hommes ont pris tout ce qui se trouvait dans la Salle, jusqu’aux radiateurs, et ont même retiré la clôture extérieure. Les assemblées locales qui se réunissaient auparavant dans ce bâtiment ont dû prendre d’autres dispositions pour tenir leurs offices.

Ils continuent de se réunir pour le culte
Certaines assemblées locales qui ont été dépossédées de leur Salle du Royaume se réunissent désormais en petit nombre pour éviter d’attirer l’attention des groupes armés. D’autres Témoins se rendent dans des Salles du Royaume en dehors de la zone de conflit pour assister aux offices, même si les moyens de transports sont rudimentaires, et que cela engendre des faits supplémentaires. Ceux qui ne peuvent pas faire de longues distances en raison de l’âge ou d’une mauvaise santé écoutent les offices par téléphone.

Aux difficultés pour se réunir s’ajoutent celles causées par les combats et les conditions de vie difficiles. Illia Kobel, un porte-parole des Témoins de Jéhovah d’Ukraine déclare : « Comme leurs voisins, les Témoins qui vivent à proximité de la zone tampon sont moralement épuisés à cause des explosions et des tirs fréquents. Ils rencontrent des problèmes d’argent dus à la hausse des prix et à de faibles revenus. Malgré tout, ils continuent de se réunir pour le culte avec leurs coreligionnaires ».

Les Témoins reprennent possession de certaines Salles du Royaume
Les Témoins sont heureux de pouvoir réutiliser comme lieux de culte six des bâtiments qui avaient été saisis. Même si ces salles ont subi des dommages, les Témoins de la région ont uni leurs efforts pour les remettre en état afin d’y tenir de nouveau leurs offices. Un septième bâtiment a été tellement ravagé qu’il n’est pas encore utilisable.

Une assemblée locale qui s’était fait déposséder de son lieu de culte dans la région de Louhansk en septembre 2014 a de nouveau pu y tenir des offices environ un an plus tard. Un ministre du culte local, Anatoliy Danko a exprimé les sentiments de beaucoup par ces mots : « Dans des moments comme ceux-là, nous prenons pleinement conscience que notre congrégation est notre famille. Après une longue séparation, nous sommes rentrés à la maison. »

Onze bâtiments sont toujours sous le contrôle des groupes armés. Pour voir une liste mise à jour des Salles du Royaume saisies, cliquez sur le lien ci-dessous :

Salles du Royaume saisies

Neutres face au conflit
Les Témoins de Jéhovah sont connus mondialement pour leur neutralité dans les affaires politiques : ils ne prennent parti dans aucun conflit. Les Témoins qui habitent dans l’est de l’Ukraine ne font pas exception. Ils attendent avec impatience le moment où ils pourront vivre en paix avec leur famille et leurs voisins et pratiquer leur religion sans entrave.
https://www.jw.org/fr/actualites/juridique/par-region/ukraine/culte-des-temoins-entrave-ukraine/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum