Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

St Jérôme - la vulgate - et les apocryphes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Psalmiste


Une question au sujet des livres apocryphes :
--
Voilà, en étudiant le thème "apocryphes" dans le volume 1 du livre "Étude Perspicace des Écritures" (page 134), je me suis aperçu à ma grande surprise, que Saint Jérôme se déclara catégoriquement contre les livres apocryphes.

Possédant pourtant la bible Vulgate de St Jérôme (en français), je constate que les apocryphes s'y trouvent bel et bien !

Ma question est donc la suivante :

Puisque Jérôme était contre ses livres, pourquoi les retrouvent-ont dans sa version ?

samuel


Administrateur
C'est que le commanditaire était le pape et c'est lui qui avait le dernier mot.

Josué


Administrateur

gnosis


MODERATEUR
MODERATEUR
Psalmiste a écrit:Une question au sujet des livres apocryphes :
--
Voilà, en étudiant le thème "apocryphes" dans le volume 1 du livre "Étude Perspicace des Écritures" (page 134), je me suis aperçu à ma grande surprise, que Saint Jérôme se déclara catégoriquement contre les livres apocryphes.

Possédant pourtant la bible Vulgate de St Jérôme (en français), je constate que les apocryphes s'y trouvent bel et bien !

Ma question est donc la suivante :

Puisque Jérôme était contre ses livres, pourquoi les retrouvent-ont dans sa version ?

Car Jérôme étudiant avec des rabbins se convaincra que ces livres sont utiles pour la foi mais non inspiré par Dieu(d'ailleurs apocryphe pour les protestants mais deutérocanonique pour les catho).

C’était son avis mais étant soumis à l’église il les incorporera dans sa vulgate qui d'ailleurs au concile de Trente sera reconnu comme la bible officiel de l’église catholique et qui ne peut contenir aucune erreur.

Même si la critique textuelle reconnaîtra que certains verset ou certains récit ne font pas partie des textes d'origine.

L’église ayant établit cette traduction comme dogme reconnait que même si cela est vrai ceux-ci sont néanmoins inspiré au même titre que les autres récit car l’église en a reconnu l'inspiration divine pendant ce concile ecunemique.

Attention Josué avant de repondre Very Happy Very Happy Very Happy



Dernière édition par gnosis le Ven 25 Sep - 9:29, édité 1 fois

Josué


Administrateur

Marmhonie


MODERATEUR
MODERATEUR
Il me semble que vous mélangez un peu tout entre la traduction de St Jérôme, un pape, la définition d'un apocryphe, etc.

Soyons clairs.
1) St Jérôme a été à juste titre indigné par le grec vulgaire du NT, et a souhaité à juste titre proposer via le latin littéraire médiéval, rendre le plus bel exemplaire du NT en latin, langue très proche du grec. Les papes n'ont jamais rien eu à voir avec cela.

2) St Jérôme a puisé aux meilleurs sources, usant du terme latin Apocryphus, i, pour désigner ces Livres "cachés" & "secrets" qui étaient des faux pour diverses raisons :
- L'auteur ne pouvait être l'auteur, comme par exemple l'évangile selon Judas.
- Le texte était tardif alors qu'on le prétendait aux origines.
- Le texte était issu d'une toute autre mouvance hérétique, comme le écrits gnostiques, dont parle à merveille St Irénée qui apporta le Codex Bezae en France, issu de St Jean lui-même.

3) St Jérôme est un traducteur, le meilleur au monde qui fut jamais, usant des meileures sources que nous n'avons plus. Il n'a jamais établi au 5e siècle le canon catholique des 73 Livres.

4) Cette histoire de Canon catholique arrive seulement au 15e siècle avec un très grave antisémite, Martin Luther, qui est à l'origine de l'antisémitisme allemand et à ce qu'il a produit en Allemange au 20e siècle. Sa haine maladive des juifs, lui fait rejeter des textes authentiques, mais trop juifs pour lui. Il enflammera le monde chrétien dans une guerre de religion qui trouvera son apothéose dans le couple homo Calvin/Bèze. L'un est un refoulé, l'autre un pervers qui ne songeait qu'à brûler toutes les bibliothèques des plus merveilleux manuscrits. Au final, il ne nous reste plus grand chose d'autre maintenant que l'archéologie. Dommage.

Je vous rappelle que dans le Canon de Luther, de 66 Livres, le Nom divin de Jéhovah fut désormais interdit !

Ne l'oubliez jamais... Jéhovah est un terme latin inventé par un catholique ibère, Martin Raymond, au 13e siècle. On n'a jamais fait mieux depuis.


Il a fixé les voyelles d'Adonai aux consonnes de JHVH. C'est génial et c'est certainement le plus juste qui soit.

Au contraire, les protestants et Luther en premier, ont combattu le Nom divin, y préférant le terme "Eternel" qui ne signifie plus rien, mais qui permet d'effacer toute trace juive du Nom divin.

Josué


Administrateur
la source et un dictionnaire catholique.

Marmhonie


MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:la source et un dictionnaire catholique.
Oui, je ne disais pas cela pour toi Smile
Tes sources sont touours excellentes, quelles qu'elles soient. C'est un vrai forum ici, très sérieux. C'est un espace de vérité & de partage.

gnosis


MODERATEUR
MODERATEUR
Salut Marmhonie plaisir de converser avec toi.


Soyons clairs.
1) St Jérôme a été à juste titre indigné par le grec vulgaire du NT, et a souhaité à juste titre proposer via le latin littéraire médiéval, rendre le plus bel exemplaire du NT en latin, langue très proche du grec. Les papes n'ont jamais rien eu à voir avec cela.

Et surtout les livres deutérocanoniques qui avaient étaient écrits en grecque hormis Siracide écrit initialement en hébreux, Comme je disais Jérôme étudiant avec des rabbins et devenant un de leurs acolytes nourrit de grand doutes concernant ces livres mais il l'ai traduisit également  car il était persuadé qu'il valait mieux se disputer avec des pharisiens qu'avec les évêques.


2) St Jérôme a puisé aux meilleurs sources, usant du terme latin Apocryphus, i, pour désigner ces Livres "cachés" & "secrets" qui étaient des faux pour diverses raisons :
- L'auteur ne pouvait être l'auteur, comme par exemple l'évangile selon Judas.
- Le texte était tardif alors qu'on le prétendait aux origines.
- Le texte était issu d'une toute autre mouvance hérétique, comme le écrits gnostiques, dont parle à merveille St Irénée qui apporta le Codex Bezae en France, issu de St Jean lui-même.

Dans ce cas nous ne parlons pas de livre gnostique comme l’évangile de Thomas ou l’évangile de Philippe qui on était rejeté par l’église catholique (universelle) mais bel et bien de livres deutérocanonique incorporés dans la bible officielle du clergé d'ou Jérôme et d'autre Père de l’église nourrissait de grand doutes


3) St Jérôme est un traducteur, le meilleur au monde qui fut jamais, usant des meileures sources que nous n'avons plus. Il n'a jamais établi au 5e siècle le canon catholique des 73 Livres.

Le premier qui a listé le canon c'est Athanase au IV siècle et ce canon est  reconnu officiellement au synode de Carthage en 397 et au concile D'Hyppone. Mais cela ne veut pas dire que le kérygme n’était pas établit des la fin du premier siècle et comme disait Jésus, la torah, les écrits et les prophètes étaient bien déjà identifiés et permettait de rejeter tout livre qui enseigné un kérygme différent.


4) Cette histoire de Canon catholique arrive seulement au 15e siècle avec un très grave antisémite, Martin Luther, qui est à l'origine de l'antisémitisme allemand et à ce qu'il a produit en Allemange au 20e siècle. Sa haine maladive des juifs, lui fait rejeter des textes authentiques, mais trop juifs pour lui. Il enflammera le monde chrétien dans une guerre de religion qui trouvera son apothéose dans le couple homo Calvin/Bèze. L'un est un refoulé, l'autre un pervers qui ne songeait qu'à brûler toutes les bibliothèques des plus merveilleux manuscrits. Au final, il ne nous reste plus grand chose d'autre maintenant que l'archéologie. Dommage.

Je dirai que Luther avec ses collaborateurs on traduit en allemand selon l'entendement de leurs théologie, on a toujours su que traduire c'est trahir. C'est une grande responsabilité.

Par contre c'est au 16 siècle que l’église reconnaîtra au concile de Trente que la vulgate de Jérôme est inspiré dans toutes ses parties et ne peut contenir d'erreur doctrinaire même si  la critique textuelle à reconnu certains versets et certains récit comme des ajouts ne faisant pas partie du texte d'origine

Ne l'oubliez jamais... Jéhovah est un terme latin inventé par un catholique ibère, Martin Raymond, au 13e siècle.

Oui mais il est bien présent dans des manuscrits précédent cette date .
Dans le manuscrit massorétique LenB19a, le plus ancien des manuscrits massorétiques complets, qui fut utilisé comme base pour l’édition renommée BHS,8 le nom est écrit Yehovah 50 fois sur un total de 6828 occurrences du nom.

Gertoux, Fontaine et Nehemia Gordon on écrit des choses intéressantes sur la forme YeHOWAH et font remonté cette prononciation bien avant
les manuscrits cités ci-dessus. Il est difficile d'avoir des certitudes.

 
Il a fixé les voyelles d'Adonai aux consonnes de JHVH.


Les voyelle de Adonai sont AOA celle de Jehovah sont EOA

Alors, pourquoi le E, O, A et non pas A, O, A si le système qere-ketib, normalement, ne permet pas d'interaction linguistique ?

Justement, ce n'est pas normal !!!!

A+

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum