Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les fous de Dieu à travers les âges

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Les fous de Dieu à travers les âges
Par Philippe Delaroche (Lire) (Lire), publié le 01/11/2006
Deux historiens pointent les ressorts communs aux guerres de religion, du duc de Guise à Ben Laden.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/les-religions-meurtrieres_811669.html#E248rg55fwK5kSm3.99

Josué

avatar
Administrateur

chico.

avatar
C'est quand même triste de voir des gens qui se disent chrétien s'entretuer depuis des décenies.

Josué

avatar
Administrateur

 "Le djihad prêche la conquête ; la croisade, la reconquête"
 Méditation et bienveillance : entretien avec Sharon Salzberg
 Peut-on représenter le Prophète en islam ?
 Quand la foi s'embrase
 "Juifs et musulmans ont une histoire culturelle riche et commune"


LES FOUS DE DIEU
"Le djihad prêche la conquête ; la croisade, la reconquête"
Propos recueillis par Virginie Larousse - publié le 18/12/2014

Trois questions à Jean Flori, historien médiéviste, spécialiste des relations entre chrétienté et islam, auteur de Guerre sainte, jihad, croisade (Seuil, 2002).
.

Qui a inventé le concept de guerre sainte ?

Le judaïsme et l’islam sont des sociétés théocratiques dans lesquelles on admet que Dieu peut ordonner à ses fidèles de faire la guerre, et récompenser de la couronne du martyre ceux qui perdent la vie en combattant. C’est manifeste dans l’islam, puisque le Prophète est à la fois porte-parole de la Révélation divine, chef d’État et chef de guerre. Au contraire, dans le christianisme des origines, les premiers chrétiens, à l’imitation de Jésus de Nazareth, rejetaient l’usage des armes, fût-ce pour se défendre, préférant périr par les armes que de s’en servir. La notion de guerre sainte, dans leur cas, n’a évidemment aucun sens. Ce concept apparaît dans l’Occident catholique romain lorsque se crée une forme inédite de théocratie grâce à la collusion du pouvoir civil (l’empereur) et du pouvoir religieux (le pape). Cette évolution se poursuit seulement là, au prix d’une révolution doctrinale qui aboutit à la croisade : la guerre ordonnée par le pape au nom de Dieu sanctifie ceux qui meurent au combat, mais aussi ceux qui tuent les « infidèles ».

Qu’est-ce qui distingue la guerre sainte chrétienne du djihad ?

En 1095, lorsque le pape prêche la croisade, on peut dire que la guerre sainte, dans la chrétienté latine, a rejoint le djihad musulman. Il n’en va pas de même dans les Églises orientales, bien plus anciennes. Lors des invasions musulmanes (au début du VIIe siècle), ces Églises admettent bien que les chrétiens se défendent par les armes, mais refusent d’accorder la couronne des martyrs à ceux qui meurent au combat. Sans vouloir justifier la croisade occidentale et ses monstruosités, on peut relever quelques différences entre croisade et djihad. Le djihad prêche la conquête ; la croisade, la reconquête de territoires massivement chrétiens. Le but de la croisade est de libérer Jérusalem, premier des lieux saints du christianisme, et seulement troisième des lieux saints de l’islam. À l’époque où le pèlerinage prend dans la spiritualité une place grandissante, le « scandale » de l’occupation de Jérusalem par les musulmans était comparable à celui qu’aurait eu, pour ceux-ci, l’occupation de La Mecque par les « infidèles ».

La réelle motivation de ce type de conflit n’est-elle pas plutôt de nature politique ?

Pour nos esprits sécularisés, la motivation la plus plausible des conflits de ce genre est d’ordre économique ou politique. Et il est vrai, par ailleurs, qu’il y avait une dimension politique dans la croisade comme dans le djihad. Toutefois, dans les mentalités des masses populaires, particulièrement dans les pays musulmans du Proche-Orient, la dimension religieuse demeure primordiale.

Cette dimension, que nous jugeons « médiévale », rendait depuis toujours très précaire la situation des chrétiens orientaux, Araméens, Chaldéens, populations autochtones dont la présence en ces lieux est bien antérieures aux conquêtes musulmanes. Seule leur religion fait d’eux « des hommes en trop », selon l’expression de l’essayiste Jean-François Colosimo ; des populations isolées dans un environnement devenu totalement musulman, vouées à disparaître. Les monstrueuses exactions des djihadistes actuels ne font qu’accélérer leur massacre programmé, dans l’indifférence générale.
http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/le-djihad-preche-la-conquete-la-croisade-la-reconquete-18-12-2014-4423_110.php

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum