Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ma chronologie de l'antitrinitarisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Ma chronologie de l'antitrinitarisme le Lun 28 Fév - 5:38

Invité


Invité
Un travail toujours en cours à lire sur l'un de mes 2 blogs :

http://libertedecroyance.blogspot.com/2008/02/chronologie-de-lantitrinitarisme.html

Michel Servet mourut par le feu parce qu’il était antitrinitaire.
Sébastien Castellion mourut de fatigue traqué qu’il était par ses ennemis de Genève, non pas parce qu’il pensait strictement comme Servet, mais parce qu’il s’était élevé contre le supplice de Servet et qu’il avait écrit contre l’obligation de croire au dogme trinitaire pour être sauvé.

Certaines personnes meurent pour avoir crues, d’autres pour n’avoir pas crues…
Des hommes sont morts au cours des siècles, des chrétiens dans les prisons et arènes romaines aux hérétiques et autres « sorciers » sur les bûchers du moyen-âge, parce qu’ils croyaient en autre chose que leurs contemporains.
Durant le 16ème siècle, siècle de lumière sur la condition de l’homme, on voit naitre un autre cas de figure.
Alors que jusque-là le crime suprême en matière de conscience était de croire en autre chose, le nouveau crime fut de ne pas croire en quelque chose de précis ou de croire mais autrement.

Les antitrinitaires étaient de ceux-là.
Pourtant chrétiens, ils furent considérés comme hérétiques par l’inquisition catholique d’abord puis par ceux que Rome avait combattue sans succès, les protestants se réclamant des trois grands courant, luthériens, calvinistes, zwinglistes.
Ces derniers, bien qu’ayant connu la persécution, prendront des mesures radicales contre l’antitrinitarisme allant jusqu’à réclamer la peine de mort contre ses tenants.
Le procès de Servet fut la plus grande démonstration de la haine que nourrissaient les trinitaires à l’encontre de leurs détracteurs.

Face à la découverte de toute cette intolérance à leur encontre, moi qui également rejette le dogme trinitaire, je me suis livré à quelques recherches historiques pour établir une chronologie qui, sans être exhaustive, soit la plus détaillée que possible de l’antitrinitarisme.

Cette chronologie retrace l’histoire de l’antitrinitarisme sans faire de distinction entre les différents courant de pensés. On trouvera donc parfois des courants strictement biblicistes mais également de tendance libérale ou rationaliste. Il sera nécessaire sous ce rapport de prendre en compte qu’il n’y a aucune relation directe entre la conception non trinitaire de l’Unitarisme et celle d’autres mouvements tels que les Etudiants de la Bible. Cependant un certain nombre sont liés historiquement comme le démontre le schéma ci-après.



318 – A Alexandrie le prêtre Arius prêche un Christ inférieur au Père.

Athanase, secrétaire de l’évêque Alexandre, sera son premier détracteur. Début de la controverse dite « arienne ».


325 – Au Concile de Nicée la controverse tourne au profit des tenants de la divinité totale du Christ (Jésus est déclaré égale à Dieu son père).


381 – Fin de la controverse arienne au concile de Constantinople qui place le Saint-Esprit sur le même plan que Dieu et le Christ.

Naissance officielle du dogme trinitaire.


[Bien qu’en certains endroit, notamment en Germanie, il faudra attendre le 9ème siècle pour que le dogme soit universellement reconnu et accepté, la Trinité ne sera plus remise en question ni par les Eglises Catholique et Orthodoxe ni par les premiers réformateurs officiels (tels Luther, Zwingli ou Calvin) mais au contraire développée.]


1440 – Le pré réformateur tchèque Petr Chelčický écrit Le filet de la foi.


1458 - Petr Chelčický persuade de petits groupes d’anciens hussites de diverses régions de la Tchéquie de partir de chez eux pour le suivre à Kunwald, où ils fondent la communauté religieuse de l’Unité des Frères moraves.

Par la suite, des groupes de vaudois tchèques et allemands les rejoignent.


1464 à 1467 – Développement de l’Unité des Frères. Rédaction des Acta Unitatis Fratrum.


1494 – L’Unité des Frères se scinde en deux groupes le parti majeur et le parti mineur.

C’est le parti mineur qui demeurera antitrinitaire.


1516 – Érasme supprime de son Nouveau Testament grec l’ajout trinitaire apocryphe de 1 Jean 5 :7.


1523 – Érasme émet des réserves à propos du caractère orthodoxe de la doctrine trinitaire dans sa préface pour l'édition du De Trinitate d'Hilaire de Poitiers (Voir Roland Bainton, Michel Servet – hérétique et martyr, chap. 2, page 22 de l'édition Droz 1953).


1524 – Jan Kalenec, dirigeant du parti mineur, est flagellé et torturé au moyen du feu et trois autres membres meurent sur le bûcher.


v. 1525- L’anabaptiste allemand Hans Denck publie un ouvrage dans lequel il remet en question l'enseignement « orthodoxe » de la Trinité.


1527 – L’anabaptiste allemand Martin Cellarius publie Sur les travaux de Dieu dans lequel il enseigne que Jésus était Dieu seulement dans le sens qu’il était rempli de l’esprit de Dieu.

Le chef des églises anabaptistes de Suisse Michael Sattler est brulé publiquement à Rottenburg am Neckar après avoir eu la langue coupée et avoir été partiellement écorché pour avoir remis en question le dogme trinitaire.


1528 – Le prédicateur anabaptiste allemand Jacop Kautz, défenseur des idées de Denck, est emprisonné à Strasbourg puis banni.


1530 - L’anabaptiste Conradin Bassen est décapité et exposé publiquement à Bâle pour avoir nié la déité du Christ.


1531 – L'étudiant et futur médecin espagnol Michel Servet écrit, vers l’âge de 20 ans, De Trinitatis erroribus dans lequel il pose le fondement réel de ce qui deviendra l’antitrinitarisme.

L’anabaptiste allemand Johannes Campanus publie En opposition au monde entier depuis les apôtres dans lequel il enseigne que seuls sont divins le Père et le Fils et que le Saint-Esprit n'est pas une personne mais représente la puissance divine.


1532 – Michel Servet écrit Dialogorum de Trinitate.


1533 – Arrestation de Johannes Campanus. Il passe 26 ans dans les prisons de Clèves.


1539 – Hélène Weigel, 80 ans, monte sur le bûcher à Cracovie pour avoir cru en l’unité de Dieu, après avoir passée dix ans dans une geôle où elle avait été jetée à la suite de la dénonciation de l'évêque.


1544 – L'anabaptiste néerlandais (flamand) David Joris publie Het wonderboeck dans lequel il enseigne que la Trinité tend à obscurcir notre connaissance de Dieu.


1550 – Synode anabaptiste de Venise pour définir la vrai nature du Christ auquel assistent des antitrinitaires.

Le premier article doctrinal déclare que le Christ n'est pas Dieu mais homme doté de puissances divines.

Mort des derniers Frères moraves.


1553 – Michel Servet écrit la Christianismi Restitutio dans lequel il réitère son rejet de la Trinité.

La même année il est arrêté et incarcéré une première fois à Lyon par l’inquisition Catholique puis une seconde fois à Genève par les Calvinistes où il sera jugé et condamné à être brulé vif.


1554 – L'anabaptiste italien Camillo Renato envoi à Calvin une poésie latine de protestation au brûlage de Servet.

Son système de pensée proche de celui des Sociniens influence son entourage dont un cercle, composé notamment de Biandrata, propage des idées antitrinitaires.

Le réformé italien Matteo Gribaldi, visiteur occasionnel de l'église italienne de Genève, exprime clairement ses opinions défavorables à la Trinité.


1556 – Mort à Bâle de David Joris connu sous le pseudonyme de Jan van Brugge.

Trois ans après que sa véritable identité ai été révélée, ses restes et ses ouvrages sont brulés après un procès posthume pour hérésie.


1558 – A Genève Calvin rédige pour l'église italienne une profession de foi très stricte opposée aux idées de ses membres antitrinitaires.


1563 – Le théologien réformé Sébastien Castellion écrit De l’art de douter et de croire, d’ignorer et de savoir dans lequel il oppose le symbole d’Athanase à la raison et à la Bible et conclu en disant que croire en la Trinité n’est en rien nécessaire au salut.


1565-1658 – Organisation de la Petite Eglise Polonaise, communauté réformé antitrinitaire, à la diète de Piotrkow.


1566 – Le hongrois Ferencz Dávid, ancien catholique, évêque luthérien puis surintendant calviniste devient antitrinitaire sous l’influence de Georges Biandrata et embrasse les idées de Michel Servet.


1567 – Ferencz Dávid et Georges Biandrata font publier un recueil de textes antitrinitaires.


1571 – Edit de tolérance du prince hongrois Jean Sigismond de Transylvanie et création de la première Eglise unitarienne de Transylvanie par Ferencz Dávid. Cette Eglise existe toujours.


1579 – Les Italiens Lelio et Fausto Socini (Sozzini) rejoignent la Petite Eglise polonaise. Ferencz Dávid décède en prison.


1594 – Fausto Socini publie, après un travail de vingt années, Jésus-Christ Sauveur qui inspirera le catéchisme de Rakow.


1605 – Catéchisme (antitrinitaire) de Rakow (par les Frères polonais).


1611 – Jan Tyskiewicz est brûlé sur le bûché à Varsovie.


1616 – Début de la persécution des sociniens. Certains sont expulsés d’Altdorf.


1647 – Le théologien anglais antitrinitaire John Biddle publie les XII Arguments.


1648 – John Biddle publie sa confession de foi.


1651 – A peine publié à Londres on ordonne de brûler le catéchisme de Rakow.


1654 – John Biddle publie son catéchisme (antitrinitaire).


1655 – Bannissement de John Biddle. Il part en Islande.


1693 – En Angleterre, la Chambre des Lords fait brûler un pamphlet contre la trinité et, l’année suivante, poursuit en justice son auteur ainsi que l’imprimeur.


1697 – Thomas Aikenhead, étudiant de dix-huit ans accusé de nier la trinité, est pendu à Édimbourg.


1711 – William Whiston, traducteur des œuvres de Josèphe et ami d’Isaac Newton, perd sa chaire à Cambridge pour son rejet de la Trinité.


1712 – Le théologien anglais et ami d’Isaac Newton, Samuel Clarke, publie un traité de la Trinité et provoque quelques foudres.


1754 – Parution, vingt sept ans après sa mort, du livre d’Isaac Newton An Historical Account of Two Notable Corruptions of Scripture où l’auteur oppose le grec du Nouveau Testament à la doctrine trinitaire.


1759 – Parution en Angleterre du livre Union de l’universaliste James Relly.


1779 – John Murray, disciple de James Relly, occupe la chair de l’Independent Christian Church of Gloucester (Massachusetts), première Eglise universaliste organisée aux Etats-Unis.

L’universalisme n’est pas antitrinitaire mais s'associera à l'unitarisme au 20ème siècle.


1782 – Le chimiste et théologien anglais Joseph Priestley publie Une histoire des corruptions du christianisme.

L’ouvrage sera officiellement brûlé en 1785 à cause de son caractère unitarien.


1794 – Joseph Priestley émigre aux Etats-Unis.


1796 – Formation, aux Etats-Unis, de la première Eglise unitarienne à Philadelphie par Joseph Priestley.


1805 – L’unitarien américain John Sherman publie One God in One Person Only.


1811 – Extinction du socinianisme proprement dit en Prusse.


1815 – Parution de American Unitarism.


1821 – Rencontre des antitrinitaires anglais et des unitariens de Transylvanie.


1824 – L’ancien pasteur baptiste Henry Grew rédige une réfutation de la Trinité intitulée An Examination of the Divine Testimony Concerning the Character of the Son of God.


1825 – Formation des associations unitariennes en Amérique et en Angleterre.


1830 – Organisation officiel de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (ou église mormone).

Joseph Smith, premier président et prophète de l’église, enseignera suite à sa vision de 1820 que le Père et le Fils sont deux êtres de chair distincts l’un de l’autre et suite à une révélation, que le Saint Esprit est une personne spirituelle.

Cette église est à considérer par conséquent comme antitrinitaire.


1831 – Le pasteur genèvois Jean-Jacques-Caton Chenevière publie un essai de 239 pages intitulé Du système théologique de la Trinité dans lequel il démontre que celle-ci est contraire à l'opinion générale de l'Église primitive, que ce système se forma graduellement, qu'il ne fut achevé qu'en 381 et qu'il est contraire à la raison ainsi qu'à l'Écriture sainte.


1833 – L’Unitarien Andrews Norton écrit Des Raisons de ne pas Croire aux Doctrines des Trinitaires, au Sujet de la Nature de Dieu et de la Personne de Christ.


1844 – Début de la collaboration entre Henry Grew et l’ancien pasteur méthodiste George Storss.


1850 – L'américain John Thomas, proche de la réforme radicale et de l'adventisme, publie Elpis Israel: an exposition of the Kingdom of God with reference to the time of the end and the age to come dans lequel il développe son interprétation des principales doctrines de la Bible et notamment son rejet de la Trinité.


1853 – Alexander Hislop, pasteur de la East Free Church of Arbroath (Écosse) publie un livre intitulé Les deux Babylone dans lequel il révèle, sans toutefois la condamner, les véritables origines de la croyance trinitaire.


1857 – Henry Grew rédige Un appel aux pieux trinitaires. En Autriche on tente de faire cesser l’unitarisme.


v.1860 à 1879 – George Storrs publie le magazine The Bible Examiner dans lequel sera régulièrement exposé le caractère non fondé du dogme trinitaire.

1860 - Fondation de l'Eglise adventiste du 7ème jour à Washington. Cette église sera officiellement antitrinitaire jusqu'en 1931, date à laquelle la foi trinitaire sera réintroduite. Il existe cependant aujourd'hui au sein de l'adventiste sabbatique de nombreux unitariens.

1865 – Réunion par John Thomas de divers groupes associés à lui, les Croyants, les Croyants Baptisés, l’Association Royale des Croyants, les Croyants Baptisés du Royaume de Dieu, les Antipas, sous le seul nom de Christadelphes.


1870 – Création du groupe des Etudiants de la Bible d’Allegheny sous l’impulsion de Charles Taze Russell, qui deviendra plus tard l’Association internationale des étudiants de la Bible. Dès l’origine le groupe adopte les conceptions antitrinitaires de Henry Grew et d’Isaac Newton.


1873 – Le centre de l’Eglise unitarienne se déplace à Budapest (Hongrie) pour s’organiser.


1875 – Mary Baker Eddy écrit Science et santé avec la clef des Ecritures dans lequel elle compare la trinité chrétienne à un trithéisme et rejette le dogme.


1879 – Première parution du magazine chrétien antitrinitaire Zion’s Watch Tower (aujourd’hui The Watchtower) par Charles Russell. Le tirage n’a jamais été interrompu jusqu’à ce jour et atteint 26 millions d’exemplaires par an.

Fondation de l’Eglise du Christ, Scientiste à Boston par Mary Baker Eddy. Cette église est officiellement antitrinitaire.


1914 - Fondation de l'Iglesia ni Cristo (Eglise du Christ) aux Philippines par Felix Y. Manalo. Cette église rejette la Trinité et revendique environ 1 million de fidèles principalement dans son pays d'origine.


1916 – Décès de Charles Taze Russell premier président de l’Association internationale des étudiants de la Bible et de la Watchtower Society.

La même année, le Suisse Alexandre Freytag, responsable de filiale, quitte les étudiants de la Bible et fonde l’association connue aujourd’hui sous le nom des Amis de l’Homme, mouvement demeuré antitrinitaire.


1918 – Un groupe de dissidents se sépare de l’Association internationale des étudiants de la Bible représentée par Joseph Rutherford (second président).

A partir de cette date une multitude de petits groupes d'Étudiants de la Bible se formeront. Tous conserveront leurs vues non trinitaires.


1922 – Ayant quitté l’Association internationale des étudiants de la Bible, Paul Johnson, ancien pasteur luthérien d’origine juive et orateur itinérant pour l’association, créé le Mouvement missionnaire intérieur laïque, mouvement demeuré antitrinitaire.


1925 – L’historien unitarien Earl Morse Wilbur président de la Pacific Unitarian School for the Ministry (aujourd’hui Starr King School for the Ministry) publie Our Unitarian Heritage.


1931 – Les Etudiants de la Bible rattachés à la Watchtower Society prennent officiellement le nom de Témoins de Jéhovah pour établir une distinction entre eux et les autres Etudiants de la Bible restés attachés uniquement aux travaux de Charles Russell.

L'Eglise adventiste du 7ème jour renoue officiellement avec le dogme trinitaire alors que ses fondateurs l'avaient rejetés à la fondation de l'église en 1860. Il existe cependant aujourd'hui au sein de l'adventiste sabbatique de nombreux unitariens.

1931 - Herbert W. Armstrong anime la Radio Church of God (future Église universelle de Dieu) diffusant des enseignements sabbatistes et anti-trinitaires pour le compte de l'Eglise de Dieu (une église adventiste du 7ème jour dissidente).

1932 – Earl Morse Wilbur traduit les deux premiers traités de Michel Servet en anglais.

1933 - Herbert W. Armstrong quitte l'Eglise de Dieu. La Radio Church of God fusionne avec l'Église de Dieu du Septième Jour.

1934 - Armstrong commence à éditer la revue 'La Pure Vérité'.

1937 - l'Église de Dieu du Septième Jour retire le ministère à Armstrong (il continu néanmoins la radio).

1940 - Scission entre la Radio Church of God et l'Église de Dieu du Septième Jour.

1945 – Earl Morse Wilbur publie History of Unitarianism: Socinianism and its Antecedents.

1946 - La Radio Church of God devient indépendante et prend le statut officielle d'église.

1948 – L'Eglise Réformé de France souscrit une réserve au principe trinitaire lors de son adhésion au Conseil œcuménique des Eglises.

1952 – Earl Morse Wilbur publie History of Unitarianism: in Transylvania, England, and America.

1955 - Des mouvements internes se forment autour de la position unitarienne de l'église. Certains semblent vouloir revenir à la doctrine trinitaire.

1961 – Fusion de l’Association unitarienne américaine avec l’Eglise universaliste et formation de l’Association unitarienne-universaliste.

L’UUisme ne se déclare plus strictement chrétien ni antitrinitaire mais des associations chrétiennes unitariennes (donc antitrinitaires) existent toujours.

1968 - La Radio Church of God devient l'Église universelle de Dieu. Dès les années 70 des groupes dissidents font leurs apparitions suite à des modifications de doctrines dans l'église (Église de Dieu, Église restaurée de Dieu, Église de Dieu sabbatiste, etc.).

1986 - Mort de Herbert W. Armstrong. De nouveaux groupes dissidents apparaissent (l'Église globale de Dieu, l' Église vivante de Dieu, l' Église unie de Dieu, l' Église restaurée de Dieu, etc.)

1989 – Les Témoins de Jéhovah publient une brochure internationale intitulée Doit-on croire en la Trinité ? (Jésus Christ est-il le Dieu Tout-puissant ?)

1994 - l'Église universelle de Dieu, pourtant anti-trinitaire depuis son origine, devient officiellement trinitaire et rejoint l'association nationale évangélique.

Naissance des Eglises Chrétiennes de Dieu, église sabbatiste et anti-trinitaire dissidente de l'Église universelle de Dieu.

1999 – Le professeur de sciences politiques Richard E. Rubenstein publie When Jesus Became God dans lequel il retrace tout l’historique de la controverse arienne.

Josué

avatar
Administrateur
L'Espagne et une partie de la GAULE étaient unitarien même du temps de CLOVIS.

samuel

avatar
Administrateur
Un homme qui rejetait aussi la trinité c'est Emmanuel de Swedenborg.( 1688-1772 théosophe et philosophe Suédois.



Dernière édition par samuel le Sam 12 Mar - 16:38, édité 1 fois

Invité


Invité
Merci Samuel pour cette indication, je vais faire quelques recherches et l'ajouter à ma chronologie.
Fabien

samuel

avatar
Administrateur
Fabien Girard a écrit:Merci Samuel pour cette indication, je vais faire quelques recherches et l'ajouter à ma chronologie.
Fabien
la société en a parlé ici.

*** dx50-85 Swedenborg, Emanuel ***
SWEDENBORG, EMANUEL
guidé par le monde des esprits: w58 237-238
malheureusement je ne possède pas la t g de 1958.

Josué

avatar
Administrateur
j'ais trouvé cela.
La vraie Religion Chrétienne (en 2 volumes)
Dernier ouvrage de Swedenborg, portant sur la nature du Christianisme Spirituel. Comparaison des différents dogmes chrétiens avec ce qu’enseigne la Bible dans son sens allégorique. Signification du Baptême, de la Sainte Cène, de la Trinité, du Décalogue, de la Vie éternelle, du Salut, du Retour du Christ, de la dégénérescence de l’humanité et de sa régénération, de l’Homme cosmique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Emanuel_Swedenborg
dés que possible je scanne la tg de 1958.

Invité


Invité
C'est bon les gars !
J'ai Watchtower Library en anglais.
les publications commencent en 1950.
L'article est daté du 1/12/1957

The Spirit World Guided Swedenborg
EMANUEL SWEDENBORG, widely known in the eighteenth century for his contributions in government, education and science, says that he also had ready access to the spirit world. He tells us that, having finished his dinner one evening, the Lord appeared to him. That night He appeared again and told Swedenborg that he had been chosen to explain to men the spiritual sense of the Scriptures. Whereupon the spirit world opened to his gaze, both heaven and hell and those in them. He did not drop his other pursuits, but religious interests dominated his activities.
In the introduction to his Arcana Cœlestia he says: “It has been granted me, now for several years, to be constantly and uninterruptedly in company with spirits and angels, hearing them converse with each other, and conversing with them.” That in some way he did see and hear things there seems to be little question. The question is, What were they and where did they originate? The good advice of God’s Word is: “Test the inspired expressions to see whether they originate with God.” (1 John 4:1) Because something is supernatural it is not necessarily only for superstitious people, nor is all that is supernatural from God.
The expressions that Swedenborg was inspired to make cover a wide field and many of them are found in some thirty works written by him. Briefly, some of the high lights are set out below. He rejects Christendom’s concept of the trinity. Setting aside the idea of the equality of three members in the Godhead, he replaces it with the teaching of the exclusive divinity of Jesus Christ, which is said to be the keynote of Swedenborg theology. Along with this he teaches that Jehovah God and Jesus Christ are not two Gods or two persons, but one God from different aspects. In referring to Jehovah he means the unapproachable and supreme Divine Being. Christ is termed the Divine Humanity. The book Divine Providence explains it in this way: “God is one in essence and in person. This God is the Lord. The Divinity itself, which is called Jehovah ‘the Father,’ is the Lord from eternity. The Divine Humanity is ‘the Son’ begotten from His Divine from eternity, and born in the world. The proceeding Divinity is ‘the Holy Spirit.’”
A different viewpoint toward the atonement is also presented, so that Christ is said, not to have provided a “ransom price” to be presented to God in order to redeem humanity, but rather to be a champion or exemplar who showed the way for man to overcome the spiritual enemies he confronts.
In a book published by the Swedenborg Foundation, George Trobridge makes the statement: “The Bible is truly the ‘Word of God.”’1 However, Swedenborg teaches that the Scriptures have an inner or spiritual sense, which is not immediately apparent on the surface. Since his work was to make known the “inner sense” of the Scriptures, it is understandable why he defined the “books of the Word” as being only “those which have an internal sense.” Thus the Bible is stripped down to about thirty-four books, instead of the usual sixty-six, according to the listing he gives in his Arcana Cœlestia.
Of those that are accepted such statements as the following are made: “He tells us that the early chapters of Genesis are purely allegorical in character and do not describe the creation of the universe and the history of the first human pair.”1 On this basis he has built up a doctrine of “correspondencies.” “The natural world is an image or mirror of the spiritual world, every object, fact, and phenomenon, representing, or ‘corresponding’ to, some immaterial idea which is its spiritual counterpart.”1
Thus everything on earth is said to correspond with those things in heaven, and even the different heavens of which he speaks are said to correspond with one another. On this idea he bases nearly all his Bible commentary and in it he presents what he terms the inner sense of the Word. The revealing of these things through Emanuel Swedenborg is said to fulfill the second coming of Christ. Not a personal coming, but a coming by means of revelation through Swedenborg of the interior sense of the Word.
His correspondencies are carried through even in other matters. Thus life in heaven is said to be merely a continuation of the natural human existence. “When the body is no longer able to perform its functions in the natural world, a man is said to die. Still the man does not die; he is only separated from the bodily part which was of use to him in the world. The man himself lives. . . . It is plain, then, that when a man dies, he only passes from one world into the other.”2 Swedenborg was fully convinced of the matter, because he himself claims to have spoken with some of his deceased friends.
In this other world one is said to carry on an existence much like the one he enjoyed on earth, but in a spirit form. Thus there is said to be heavenly marriage—a marriage of the minds, that is—which may be a continuation of the marriage union formed on earth. Children, all of whom are automatically said to be saved, are reared by angel women. He speaks of abodes in heaven with bedrooms, parlors, gardens and lawns. Even regular church services are said to be held there.
What are the heaven and hell of Swedenborgianism? Not merely places but also internal conditions. Anyone is free to ascend into heaven, but not all would want to stay, because each one after death goes the way of his love. Those who love good find their place in the society of heaven; those who love evil prefer the society of hell. For that reason he says: “Heaven is in a man; and they who have heaven within themselves, come into heaven. . . . Every angel receives the heaven which is around him according to the heaven which is within him.”2
The same holds true with respect to those bound for hell, so that “a man casts himself into hell, and not the Lord.” This leads to the further teaching that there is no individual in hell who is the Devil, nor is there any individual spirit anywhere else that was once perfect and who became the Devil, because, says Swedenborg, “there is not a single angel in the universal heaven who was originally created such, nor any devil in hell who was created an angel of light and afterwards cast down thither; but all, both in heaven and in hell, are from the human race.”1
WEIGHING THE EVIDENCE
One of Swedenborg’s books is entitled “The True Christian Religion,” and the religion that he taught and claims to have received by revelation from God out of heaven is said to fit that description. Does it? If so, it must conform to the teachings of Christ and to the example set by him. Is an organization that exalts the Son Christ Jesus above the Father Jehovah God following the example of Christ, who said to his Father: “I have glorified you on the earth”? (John 17:4) The inspired psalmist said: “That they may know that thou alone, whose name is Jehovah, art the Most High over all the earth.” (Psalm 83:18, AS) Jesus showed complete agreement with that divinely inspired expression when he said: “The Father is greater than I am.”—John 14:28.
When the foundation collapses, so does the system built upon it. “The foundation stone of the whole system is the doctrine of the supreme Divinity of Jesus Christ,” says the book Swedenborg—Life and Teaching. But that doctrine is not taught in the Bible, which is the truth. With a bad foundation stone, it should not surprise us to find further faulty workmanship in the structure.
Christ tells us that “the Son of man came, not to be ministered to, but to minister and to give his soul a ransom in exchange for many.” (Matt. 20:28) When he instituted the celebration in memorial of his death among his disciples he said: “This means my ‘blood of the covenant’ which is to be poured out in behalf of many for forgiveness of sins.” (Matt. 26:28) The apostle Paul supports the need for this provision, saying: “Unless blood is poured out no forgiveness takes place.” (Heb. 9:22) Can anyone deny these things and still claim to be a Christian? Swedenborg does, claiming that salvation is not based so much on a blood sacrifice as on the good that God has implanted in man.
Minimizing the need of paying attention to God when He speaks to us through his Word, Swedenborg declares: “The Lord provides that there shall be religion everywhere, and in each religion the two essentials of salvation, which are, to acknowledge God, and not to do evil because it is contrary to God.”3 He also says: “The heathen come into heaven with less difficulty than Christians.”2 Then why be a Christian?
No, Jesus did not teach that all religion is of God. To false religionists of his day he said: “You are from your father the Devil.” (John 8:44) Not every religious road, but only a narrow, cramped way leads to life. “Go in through the narrow gate; because broad and spacious is the road leading off into destruction, and many are the ones going in through it; whereas narrow is the gate and cramped the road leading off into life, and few are the ones finding it.” (Matt. 7:13, 14) True Christianity heeds the counsel of Christ Jesus.
The Bible sets forth the purpose of Almighty God in creating man and woman, when it says: “Be fruitful and become many and fill the earth and subdue it, and have in subjection the fish of the sea and the flying creatures of the heavens and every living creature that is creeping upon the earth.” (Gen. 1:28) It was God’s purpose for man to fill the earth, but Swedenborg’s inspired expression says: “The object of creation was an angelic heaven from the human race.”4 Obviously his inspiration came from another source. Lest someone answer that such a conclusion shows ignorance of the interior sense of the Word in Genesis, let it be noted that even Swedenborg, in Doctrine Concerning the Sacred Scriptures, said: “The doctrine of genuine truth can also be drawn in full from the literal sense of the Word.”
He further betrays the source of his inspiration when he makes the statement that “man has been so created that as to his inward being he cannot die.”5 The plain-spoken Word of God says that “all have sinned and fall short of the glory of God.” (Rom. 3:23) God’s judgment is that the sinning man “will positively die.” (Gen. 2:17) “The soul that sinneth, it shall die.”—Ezek. 18:4, AV.
The ideas set forth by Swedenborg may be fascinating to some persons, but they hold no interest for those who love God. While the group is called “The New Jerusalem descended from God out of heaven,” it has demonstrated that it is not of God, denying his supremacy and rejecting his Word. (Rev. 22:18, 19) Although claiming to be the true Christian religion, it has proved false to that boast by ignoring the teachings of Christ and rejecting his ransom sacrifice. Swedenborg claimed that there is no Devil, but in so doing he blinded himself to danger and fell into the trap. Although perhaps unknowingly, he served the interests of the adversary Satan the Devil by teaching his lie of immortality of the human soul, by distorting God’s purpose regarding man and by setting aside God’s Word.
Regarding those who thus make a show of godly devotion but prove false to its power, God’s Word says: “From these turn away.”—2 Tim. 3:5.
REFERENCES
 1 Swedenborg—Life and Teaching, by George Trobridge, pages 112, 129, 137, 179.
 2 Heaven and Its Wonders and Hell, by Emanuel Swedenborg, pp. 54, 319, 445, 447, 547, 324.
 3 Divine Providence, p. 328.
 4 True Christian Religion, pp. 66, 70.
 5 Heavenly Doctrine, p. 223.

Aude

avatar
C'est bien gentil mais on est en France Very Happy

Invité


Invité
Alors écris au Béthel pour qu'on ait aussi les publications depuis 1950 au lieu de 1970 !
Je rigole bien sûr !
Un peu d'humour entre nous ne fait pas de mal...
Fab'

Josué

avatar
Administrateur
Traduction (anglais > français)


Le Monde de l'Esprit Swedenborg guidée
Emanuel Swedenborg, largement connu au XVIIIe siècle pour ses contributions au sein du gouvernement, l'éducation et la science, dit qu'il avait aussi un accès facile au monde des esprits. Il nous dit que, après avoir terminé son dîner un soir, le Seigneur lui apparut. Cette nuit-là, il apparut de nouveau et dit Swedenborg qu'il avait été choisi pour expliquer aux hommes le sens spirituel des Écritures. Là-dessus, le monde des esprits ouverts à son regard, le ciel et l'enfer et ceux qui les occupent. Il n'a pas baissé ses autres activités, mais les intérêts religieux dominé ses activités.
Dans l'introduction à son Arcana CÉLESTES il dit: ". Il m'a été accordé, depuis plusieurs années, d'être constamment et sans interruption dans la société avec les esprits et les anges, les entendre converser entre eux, et converser avec eux que« dans certains façon dont il a fait voir et entendre des choses semble qu'il y ait peu de doute. La question est de savoir ce qu'ils étaient et où sont-ils originaires? Les bons conseils de la Parole de Dieu est: ". Éprouvez les paroles inspirées pour voir si elles viennent de Dieu» (1 Jean 4:1) Parce que quelque chose de surnaturel, il n'est pas nécessairement seulement pour les gens superstitieux, ni tout ce qui est surnaturel de Dieu .
Les expressions que Swedenborg a été inspiré de faire couvrent un champ large et beaucoup d'entre eux se trouvent dans une trentaine d'œuvres écrites par lui. En bref, quelques-unes des hautes lumières sont énoncées ci-dessous. Il rejette concept de la chrétienté de la trinité. Mettant de côté l'idée de l'égalité des trois membres de la Divinité, il le remplace par l'enseignement de la divinité de Jésus-Christ exclusive, ce qui est dit être le signe de la théologie Swedenborg. Avec cela, il apprend que Jéhovah Dieu et Jésus-Christ ne sont pas deux Dieux ou deux personnes, mais un Dieu de différents aspects. En se référant à l'Éternel, il entend l'inaccessible et suprême Être divin. Christ est appelé l'humanité divine. Le livre Divine Providence qu'il explique en ces termes: «Dieu est un en essence et en personne. Ce Dieu est le Seigneur. La divinité elle-même, qui est appelé Jéhovah le Père, «est le Seigneur de toute éternité. L'Humanité divine est né le «fils» de son Divin de toute éternité, et né dans le monde. La divinité procédure est «le Saint-Esprit."
Un point de vue différent vers l'expiation est également présentée, afin que le Christ dit-on, de ne pas avoir fourni un "prix de la rançon" qui sera présenté à Dieu pour racheter l'humanité, mais plutôt d'être un champion ou un exemplaire qui a montré la voie pour l'homme pour surmonter les ennemis spirituels, il affronte.
Dans un livre publié par la Fondation Swedenborg, George Trobridge fait la déclaration suivante: ". La Bible est véritablement la« Parole de Dieu "'1 Toutefois, Swedenborg enseigne que les Écritures ont un sens interne ou spirituel, qui n'est pas immédiatement apparente sur le surface. Depuis son travail était de faire connaître le «sens intérieur» de l'Écriture, il est facile de comprendre pourquoi il a défini les «livres de la Parole» comme étant seulement "ceux qui ont un sens interne." Ainsi, la Bible est dépouillé à une trentaine de -quatre livres, au lieu de l'habituel soixante-six, selon la liste qu'il donne dans son Arcana CÉLESTES.
Parmi ceux qui sont acceptés déclarations telles que les suivantes sont faites: «Il nous dit que les premiers chapitres de la Genèse sont purement allégorique de caractère et ne décrivent pas la création de l'univers et l'histoire du premier couple humain." 1 Sur cette base, il a construit une doctrine de «correspondencies." "Le monde naturel est une image ou le miroir du monde spirituel, chaque objet, un fait, et le phénomène, ce qui représente, ou« correspondant »à, une idée immatérielle qui est sa contrepartie spirituelle »1.
Ainsi, tout sur la terre qui est dit de correspondre avec ces choses dans le ciel, et même les cieux différents dont il parle sont dit de correspondre avec un de l'autre. Sur cette idée il fonde presque tous ses commentaires bibliques et dans lequel il présente ce qu'il appelle le sens intérieur de la Parole. La révélation de ces choses par Emanuel Swedenborg est dit de remplir la seconde venue du Christ. Pas une personnelle à venir, mais une entrée par le biais de la révélation par le biais de Swedenborg le sens intérieur de la Parole.
Son correspondencies sont effectuées par le biais même dans d'autres domaines. Ainsi, la vie dans le ciel est dit que la continuation de l'existence humaine naturelle. "Quand le corps n'est plus en mesure d'exercer ses fonctions dans le monde naturel, un homme dit à mourir. Pourtant l'homme ne meurt pas, il n'est séparé de la partie du corps qui a été d'utiliser pour lui dans le monde. L'homme vit lui-même. . . . Il est clair, alors, que quand un homme meurt, il ne passe d'un monde à l'autre. "2 Swedenborg était pleinement convaincu de la chose, car lui-même affirme avoir parlé avec certains de ses amis décédés.
Dans ce un autre monde est dit à l'exploitation d'une existence semblable à celui dont il jouissait sur la terre, mais dans une forme d'esprit. Ainsi, il est dit céleste mariage un mariage de l'esprit, c'est-qui peut être une continuation de l'union conjugale formée sur la terre. Les enfants, qui sont tous automatiquement dit être sauvés, sont élevés par des femmes ange. Il parle de demeures dans le ciel avec des chambres, salons, jardins et pelouses. Même les services religieux réguliers seraient détenus.
Quels sont les paradis et l'enfer de swedenborgisme? Non seulement des lieux mais aussi les conditions internes. Chacun est libre de monter au ciel, mais tous ne veulent rester, parce que chacun après la mort va le chemin de son amour. Ceux qui aiment bien trouver leur place dans la société du ciel, ceux qui aiment le mal préfèrent la société de l'enfer. Pour cette raison, il dit: «Le ciel est dans un homme, et ceux qui ont le ciel en eux-mêmes, venir dans le ciel. . . . Chaque ange reçoit le ciel qui est autour de lui selon le ciel qui est en lui. "2
La même chose est vraie à l'égard de ceux qui sont liés à l'enfer, de sorte que "un homme se jette dans l'enfer, et non pas le Seigneur." Ceci conduit à l'enseignement en outre qu'il n'y a pas d'individu dans l'enfer qui est le diable, et il n'existe aucune esprit individuel ailleurs qui a été une fois parfaite et qui est devenu le diable, parce que, dit Swedenborg, «il n'ya pas un seul ange dans le ciel universel qui a été créé à l'origine tels, ni diable en enfer qui a été créé un ange de lumière et par la suite baissés y, mais tous, à la fois dans le ciel et l'enfer, sont de la race humaine »1.
Le poids des données
Un des livres de Swedenborg est intitulé «The True religion chrétienne», et la religion qu'il a enseigné et affirme avoir reçu par la révélation de Dieu du ciel, dit-correspondent à cette description. Vraiment? Si c'est le cas, il doit être conforme aux enseignements du Christ et de l'exemple donné par lui. Est une organisation qui exalte le Fils Jésus-Christ au-dessus du Dieu Père Éternel suivant l'exemple du Christ, qui a dit à son Père: «Je t'ai glorifié sur la terre"? (Jean 17:4) Le psalmiste inspiré, a déclaré: ". Qu'ils sachent que toi seul, dont le nom est l'Eternel, l'art du Très-Haut sur toute la terre» (Psaume 83:18, AS) Jésus a montré d'accord avec cette divinement expression inspiré quand il a déclaré: «Le Père est plus grand que moi."-Jean 14:28.
Lorsque la fondation s'effondre, le fait le système construit sur elle. "La première pierre de l'ensemble du système est la doctrine de la divinité suprême de Jésus-Christ,» dit le livre Swedenborg-vie et l'enseignement. Mais cette doctrine n'est pas enseignée dans la Bible, qui est la vérité. Avec une pierre mal, il ne faut pas s'étonner de trouver d'autres malfaçons dans la structure.
Christ nous dit que «le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et pour donner son âme comme rançon en échange de beaucoup." (Matthieu 20:28) Quand il a institué la célébration en mémorial de sa mort parmi ses disciples, il dit: "Ceci représente mon" sang de l'alliance »qui doit être répandu en faveur de beaucoup pour le pardon des péchés." (Matthieu 26:28) L'apôtre Paul soutient la nécessité de cette disposition, en disant: : «A moins que le sang se répand pas de pardon a lieu." (Hébreux 9:22) Peut-on nier ces choses et encore prétendre être un chrétien? Swedenborg ne, affirmant que le salut n'est pas fondée tant sur un sacrifice de sang que sur le bien que Dieu a implanté dans l'homme.
Minimiser la nécessité de prêter attention à Dieu quand il nous parle à travers sa Parole, Swedenborg déclare: "Le Seigneur prévoit qu'il doit être la religion partout, et dans chaque religion les deux éléments essentiels du salut, qui sont, à reconnaître Dieu, et non pas . de faire le mal parce qu'elle est contraire à Dieu »3 Il dit aussi:« Les païens venir dans le ciel avec moins de difficultés que les chrétiens "2 Alors, pourquoi être chrétien.?
Non, Jésus n'a pas enseigné que toute religion est de Dieu. Pour religionnaires fausse de son jour, il dit: "Vous êtes de votre père le diable." (Jean 8:44) Pas toutes les routes religieuses, mais seulement un étroit chemin étroit mène à la vie. "Entrez par la porte étroite, car large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et nombreux sont ceux qui entrent par elle, tandis que étroite est la porte et resserrée la route qui mène à la vie, et rares sont les trouver elle. "(Matthieu 7:13, 14) Le vrai christianisme répond à l'avocat de Jésus-Christ.
La Bible énonce le but de Dieu Tout-Puissant dans la création de l'homme et la femme, quand il dit: "Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez la terre et soumettez, et ont dans la soumission les poissons de la mer et les créatures volantes des cieux et de . toute créature vivante qui se glisse sur la terre "(Gen. 1:28) Il a été le dessein de Dieu pour l'homme de remplir la terre, mais l'expression inspirée de Swedenborg dit:« L'objet de la création a été un ciel angélique de la race humaine ". 4 Évidemment son inspiration est venue d'une autre source. Devoir de répondre à quelqu'un qui à une telle conclusion montre l'ignorance du sens intérieur de la Parole dans la Genèse, que ce soit noté que même Swedenborg, dans la doctrine concernant la Sainte Ecriture, a déclaré: «La doctrine de la vérité authentique peut également être tirée intégralement de la sens littéral de la Parole. "
Il trahit en outre la source de son inspiration quand il fait la déclaration que «l'homme a été ainsi créée qui à son être intérieur, il ne peut pas mourir." 5 Le franc-parler Parole de Dieu dit que «tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. "(Rom. 3:23) le jugement de Dieu, c'est que le péché l'homme" mourras. "(Genèse 2:17)" L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra. "Ez-. 18:4, AV.
Les idées énoncées par Swedenborg peut être fascinant pour certaines personnes, mais ils ne détiennent aucun intérêt pour ceux qui aiment Dieu. Alors que le groupe s'appelle "La Nouvelle Jérusalem descend de Dieu du ciel», il a démontré qu'il n'est pas de Dieu, nier sa suprématie et le rejet de sa Parole. (Rev. 22:18, 19) Bien que prétendant être la vraie religion chrétienne, il s'est avéré faux qui se targuent d'en ignorant les enseignements du Christ et le rejet de son sacrifice de rançon. Swedenborg a affirmé qu'il n'y a pas de diable, mais ce faisant, il a fermé les yeux à un danger et est tombé dans le piège. Bien que peut-être inconsciemment, il a servi les intérêts de l'adversaire Satan le Diable, par l'enseignement de son mensonge immortalité de l'âme humaine, par effet de distorsion de Dieu sur l'homme et en mettant de côté la Parole de Dieu.
En ce qui concerne ceux qui ont ainsi faire une démonstration de la dévotion à Dieu, mais se révéler fausses à son pouvoir, la Parole de Dieu dit: "A partir de ces détourner." -2 Tim. 03:05.
REFERENCES
1 Swedenborg-vie et l'enseignement, par George Trobridge, pages 112, 129, 137, 179.
2 Heaven et de ses merveilles et l'enfer, par Emanuel Swedenborg, p. 54, 319, 445, 447, 547, 324.
3 Divine Providence, p. 328.
4 vraie religion chrétienne, p. 66, 70.
5 doctrine céleste, p. 223.
j'aimerais bien avoir le cd jusqu'aux années 1950.

Invité


Invité
Pour le cd-rom en anglais il suffit de le commander.

Sinon je vais voir, je crois qu'il nous en reste 2 ou 3 de l'année dernière à la Salle du Royaume.

Il y a un groupe anglophone à Chinon.

Fabien

Josué

avatar
Administrateur
Fabien Girard a écrit:Pour le cd-rom en anglais il suffit de le commander.

Sinon je vais voir, je crois qu'il nous en reste 2 ou 3 de l'année dernière à la Salle du Royaume.

Il y a un groupe anglophone à Chinon.

Fabien
merci mais je ne pratique pas la langue d'Albion.c'est un français que j'aimerais l'avoir.

Invité


Invité
Malheureusement les publications depuis 1950 en Français ne semble pas être à l'ordre du jour !

Aude

avatar
Le problème des articles en anglais c'est que personne ou presque ne va les lire. Même si on parle un anglais basique, c'est gonflant de lire surtout un pavé pareil.

Josué

avatar
Administrateur
il rejette concept de la chrétienté de la trinité. Mettant de côté l'idée de l'égalité des trois membres de la Divinité, il le remplace par l'enseignement de la divinité de Jésus-Christ exclusive, ce qui est dit être le signe de la théologie Swedenborg. Avec cela, il apprend que Jéhovah Dieu et Jésus-Christ ne sont pas deux Dieux ou deux personnes, mais un Dieu de différents aspects. En se référant à l'Éternel, il entend l'inaccessible et suprême Être divin. Christ est appelé l'humanité divine. Le livre Divine Providence qu'il explique en ces termes: «Dieu est un en essence et en personne. Ce Dieu est le Seigneur. La divinité elle-même, qui est appelé Jéhovah le Père, «est le Seigneur de toute éternité. L'Humanité divine est né le «fils» de son Divin de toute éternité, et né dans le monde. La divinité procédure est «le Saint-Esprit."
c'est quand assez ardu ça conception de DIEU.

Invité


Invité
En fait ce n'est ni plus ni moins qu'une reprise de la doctrine modaliste.

Beaucoup de théologiens ont partagés ce point de vue, même encore de nos jours.

Jean Leduc au Canada a adopté un point de vue assez proche du modalisme, bien qu'il s'en défende.

J'ai acheté son petit livre "Contradictions et aberrations trinitaires" : http://www.lulu.com/product/paperback/contradictions-et-aberrations-trinitaires/2466698

Pas très convaincant et surtout pas très clair...

Fabien

Invité


Invité
On peut télécharger le livre de Leduc gratuitement depuis la page que je donne en lien.

Josué

avatar
Administrateur
[img] [/img]
c'est ce livre ?
Le christianisme primitif a repris le Dieu hébreu, mais avec le temps, sous l'influence de dirigeants avides de pouvoir et de gloire personnel, il se développa une forme de christianisme qui sombra dans la mondanité et élabora la fausse notion de la Trinité. Tous les chrétiens (catholiques, orthodoxes, protestants, et sectes évangéliques) croient en Dieu Un et Trinité (un seul Dieu en trois personnes Père, Fils et Esprit). Comme nous allons voir dans ce document, leur foi repose non sur la révélation de Dieu en Jésus-Christ retrouvée dans les Écritures, mais sur des spéculations philosophiques sur l'existence de Dieu, sur la divinité de Christ et sur la personnalisation du Saint-Esprit.

Invité


Invité
Oui.
Je l'ai acheté pour ma collection d'ouvrages sur le sujet mais franchement ce n'est pas très brillant.
C'est du même niveau que sa pseudo révision de la Bible à l'épée (édition Tulipe) : http://godieu.com/epee/index.html

Par contre une bonne idée peut-être d'acquérir une version papier du livre de Chenevière : http://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=chenevi%E8re&sts=t&tn=trinit%E9&x=0&y=0

Josué

avatar
Administrateur
Fabien Girard a écrit:Oui.
Je l'ai acheté pour ma collection d'ouvrages sur le sujet mais franchement ce n'est pas très brillant.
C'est du même niveau que sa pseudo révision de la Bible à l'épée (édition Tulipe) : http://godieu.com/epee/index.html

Par contre une bonne idée peut-être d'acquérir une version papier du livre de Chenevière : http://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=chenevi%E8re&sts=t&tn=trinit%E9&x=0&y=0

merci ça me sera utile. Kdo

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Admin a écrit:
il rejette concept de la chrétienté de la trinité. Mettant de côté l'idée de l'égalité des trois membres de la Divinité, il le remplace par l'enseignement de la divinité de Jésus-Christ exclusive, ce qui est dit être le signe de la théologie Swedenborg. Avec cela, il apprend que Jéhovah Dieu et Jésus-Christ ne sont pas deux Dieux ou deux personnes, mais un Dieu de différents aspects. En se référant à l'Éternel, il entend l'inaccessible et suprême Être divin. Christ est appelé l'humanité divine. Le livre Divine Providence qu'il explique en ces termes: «Dieu est un en essence et en personne. Ce Dieu est le Seigneur. La divinité elle-même, qui est appelé Jéhovah le Père, «est le Seigneur de toute éternité. L'Humanité divine est né le «fils» de son Divin de toute éternité, et né dans le monde. La divinité procédure est «le Saint-Esprit."
c'est quand assez ardu ça conception de DIEU.
c'est la même que certains évangéliques qui pour eux aussi JESUS est DIEU mais ne parle pas de l'esprit saint comme étant une personne car l'esprit saint c'est aussi DIEU.

Josué

avatar
Administrateur
Tandis que le christianisme étend son emprise sur l'empire romain, un prêtre d'Alexandrie nommé Arius se met à prêcher une doctrine hétérodoxe. Bien qu'excommunié, c'est-à-dire exclu de l'Église, il poursuit avec un certain succès sa prédication.





L'empereur Constantin 1er craint un schisme qui mettrait à mal l'unité de l'empire. Pour l'éviter, il convoque le 20 mai 325 un concile oecuménique (ou universel) à Nicée (aujourd'hui Iznik, à 50 km de Bursa, sur la façade orientale du Bosphore).

Pour la première fois, les chefs élus de toutes les communautés chrétiennes, soit 220 évêques, se trouvent réunis.

Les partisans d'Arius professent que Jésus, fils de Dieu, est subordonné à son créateur, de même que le Saint Esprit. Ils le considèrent comme un relais existant de toute origine entre Dieu et l'humanité. Cette explication philosophique plaît à beaucoup de théologiens de culture grecque.

Les évêques latins font, eux, valoir que le Fils est consubstantiel au Père, c'est-à-dire «fait du même métal». Constantin leur accorde la victoire et condamne l'arianisme.

Toutefois, les Barbares qui vont agresser l'empire romain se laisseront, eux, séduire par l'hérésie... à l'exception notable des Francs de Clovis, baptisés dans la même religion que leurs sujets gallo-romains.

Notons que la liturgie catholique conserve le souvenir de ces débats en offrant à chaque messe le choix entre le Credo traditionnel («Symbole des Apôtres») et une autre prière qui met l'accent sur la consubstantialité du Père et du Fils («Symbole de Nicée»).

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=3250520

samuel

avatar
Administrateur
en fait de cette querelle Constantin n'en avait rien a faire mais comme elle pouvais diviser le rouyaume il a fait un choix . choix politique met pas religieux.

Invité


Invité
Incroyable cette aventure trinitaire.

Et le modalisme, le connaissez-vous ?

On l'appel aussi sabellianisme du nom de l'inventeur de ce système, Sabéllius.

C'est une autre approche de la divinité du Christ.

Alors que le trinitarisme enseigne que Dieu existe en 3 personnes, le modalisme enseigne que Dieu est une seule personne qui peut se révéler sous 3 modalités : Père, Fils ou Saint Esprit.

Cette doctrine a été condamnée à Nicée car elle implique le Père dans la souffrance sur le bois.

Le plus fou avec ce système c'est qu'il est un non-trinitarisme où le Fils est tout de même l'égal absolu du Père !

Comme disait Paul : "Mais les hommes méchants et les imposteurs avanceront vers le pire, gens qui égarent et qui s’égarent."

samuel

avatar
Administrateur
[img] [/img]
dictionnaires de hérésies

Invité


Invité
Chez les mormons c'est pas mal non plus !

Savez-vous que pour eux Jésus et Jéhovah sont la même personne ?

Et pourtant ils ne sont ni trinitariens ni modalistes.

Joseph Smith aurait vu 2 personnes de chair lors d'une révélation en 1830.

Jésus serait à la fois le Père et le Fils selon le rôle qu'il a joué.

Mais le Père céleste est un autre que Jéhovah, c'est celui qu'ils appellent Elohim.

Leur positionnement reste un peu flou attendu qu'ils appellent tout de même le Père, Jésus et le Saint-Esprit la Divinité.

En outre un texte donne vraiment le sentiment que la théologie mormone était trinitaire à ses débuts.

Il me faut le retrouver, il dit en substance "je suis le Père et le Fils".

Invité


Invité
Voilà les références du Livre de Mormons.

Vous constaterez qu'il semble que le rejet de la Trinité par cette église a dû graduelle car ces deux textes penchent plutôt en faveur d'une Trinité.

Alma 11:44 : "Or, ce rétablissement se fera pour tous, jeunes et vieux, esclaves et libres, hommes et femmes, méchants et justes; et pas même un seul cheveu de leur tête qui sera perdu; mais chaque chose sera rendue à sa forme parfaite, comme elle est maintenant, ou dans le corps, et ils seront amenés et traduits devant la barre du Christ, le Fils, et de Dieu le Père, et de l'Esprit-Saint, qui sont un seul Dieu éternel, pour être jugés selon leurs œuvres, qu'elles soient bonnes ou qu'elles soient mauvaises."

Ether 3:14 : " Voici, je suis celui qui a été préparé dès la fondation du monde pour racheter mon peuple. Voici, je suis Jésus-Christ. Je suis le Père et le Fils."

Josué

avatar
Administrateur
tu connais ce livre ?
[img] [/img]

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Salut Fabien.
Au sujet des mormons(saints des derniers jours) il suffit de prendre la préface de leur livre édition 1981,1985 pour noter que "JESUS CHRIST EST LE DIEU ETERNEL", ensuite selon le témoignage des trois témoins qu'il faut rendre gloire au" Père, au Fils et au S-E, QUI SONT UN DIEU".
scratch A+ Fabien pour d'autres infos si tu veux sur ce point si tu veux...

Invité


Invité
A Alain.

Oui je possède ce livre.

C'est surement le meilleur ouvrage de vulgarisation sur le sujet.

Je suis fan de Lenoir, c'est un super historien des religions.

Un peu plus complet est celui de Rubenstein "le jour où Jésus devint Dieu".

Fabien

Invité


Invité
A Philippe.

Tu as tout à fait raison, Jésus est le Dieu éternel pour les Mormons.

Mais le mot Dieu avec majuscule est employé de façon très large chez les mormons.

Ainsi Jésus est le "Dieu éternel" mais n'est pas Elohim qui est, lui, le "Père éternel".

Mais...

Jésus ayant été éprouvé est de toute façon devenu un Dieu et notre Père.

C'est un vrai casse tête théologique et c'est pourquoi j'affirme que les mormons sont des chrétiens polythéistes.

Cependant ils affirment ne pas croire en la Trinité comme me l'ont confirmé des missionnaires.

J'ai une passion pour cette église tant ses doctrines sont folles.

Si j'avais eu la chance d'être sociologue ou historien des religions j'en aurai fait mon thème de prédilection.

Ils flirtent tant avec le gnosticisme qu'ils finissent par en devenir la forme moderne.

Le livre de Mormon n'est finalement pas le pire sur le plan doctrinal.

Bien qu'il présente la naissance du christianisme de manière tout à fait anachronique (il confond espérance messianique et christianisme) le pire se trouve dans "La perle de grand prix".

C'est spécialement "Le livre d'Abraham" qui décroche le pompon.

On y trouve la doctrine de la pluralité des Dieux.

Voir mon article : http://alephetomega.blogspot.com/2010/09/leglise-mormone-un-christianisme.html

Pour lire le livre d'Abraham : http://scriptures.lds.org/fr/abr/contents

Parmi les livres

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Fabien Girard a écrit:A Alain.

Oui je possède ce livre.

C'est surement le meilleur ouvrage de vulgarisation sur le sujet.

Je suis fan de Lenoir, c'est un super historien des religions.

Un peu plus complet est celui de Rubenstein "le jour où Jésus devint Dieu".

Fabien
oui mais ce dernier et partisan de la trinité me semble et a fait ce livre pour contrecarrer LENOIR?

Invité


Invité
Mikael,

Rubenstein, comme son nom l'indique, est Juif !

Je ne vois pas par quel miracle il serait trinitarien.

Au delà du fait qu'il soit Juif on voit mal pourquoi il aurait écrit un livre retraçant la véritable origine de la Trinité dans le christianisme...

Invité


Invité
J'oubliai...

Le livre de Rubenstein date de 1999.

Celui de Lenoir de 2010.

Pour avoir lu les deux je peux témoigner de leur richesse.

Ils sont indispensable pour qui se passionne pour l'anti-trinitarisme.

Josué

avatar
Administrateur
je crois qu'il y a confusion de livre et d'auteur.

Josué

avatar
Administrateur
voila j'ais trouvé.
Réponse à Frédéric Lenoir

Dans un petit ouvrage passionnant, le théologien jésuite Benard Sesboüé, répond avec courtoisie mais fermeté aux thèses défendues par Frédéric Lenoir dans son livre Comment Jésus est devenu Dieu. Pour lui, cette « réduction du christianisme » est « suicidaire » pour le croyant.



La parution du livre de Bernard Sesboüé m’avait échappé. Un déjeuner chez mon éditeur (DDB) pour évoquer quelques projets et la sortie, récente, de Sylvanès histoire d’une passion écrit avec mon ami le père André Gouzes (il faudra que je revienne sur cette réactualisation dans un blog prochain)… et me voilà reprenant le métro, ce « petit livre » en poche. Dévoré en deux jours. Un vrai bonheur d’intelligence théologique et de pédagogie. Ce qui ne surprendra guère les lecteurs habituels de Bernard Sesboüé.

Tenons-nous en à l’essentiel de sa réfutation des thèses de Frédéric Lenoir pour lequel la « divinisation de Jésus » ne se serait imposée dans l’Eglise qu’aux IVe et Ve siècles, sur décision de conciles convoqués, en fait, par les empereurs romains pour des motifs essentiellement politiques (voir mon blog du 9 octobre). A son « partenaire », l’auteur objecte : »La confession de Jésus Christ, fils de Dieu et Dieu, appartient au Nouveau Testament, et cela bien avant le témoignage de Jean ». Et de citer Saint-Paul dont les épitres sont les textes les plus anciens du NT ; mais aussi les Evangiles qui multiplient les « signes » de la divinité de Jésus : il remet les péchés, prétend corriger la loi de Moïse, s’adresse à Dieu en termes filiaux « abba » (p.28 et suivantes) … autant de signes validés, a posteriori, par la Résurrection. Quant à la conscience Trinitaire, les apôtres n’ont-ils pas rapporté l’injonction de Jésus lui-même : »Allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » Mt 28,19 ( p.70)

Quant au rôle des empereurs, mis en avant par Frédéric Lenoir, Benard Sesboüé ne le conteste pas mais estime nécessaire de le remettre à sa juste place : »Le point important, pour les empereurs, était de maintenir l’unité et la paix de leur empire car tout conflit religieux avait des conséquences politiques qu’ils ne pouvaient négliger. Le contenu dogmatique ou la vérité de la foi leur importait peu. » (p.175) Autant dire que les différents théologiques, démontre l’auteur, ont bien été tranchées… par des théologiens.

Mais à mes yeux, la partie la plus éclairante – la plus passionnante – de la démonstration de Bernard Sesboué, est de montrer pourquoi et comment l’Eglise en est venue à « devoir formuler » les dogmes sur la nature divine de Jésus. Je le cite ici : »La divinité du Christ et le mystère de la Trinité sont l’objet d’une foi très ferme au début du IVe siècle. Ce sont cependant des affirmations paradoxales et, de ce fait, l’objet d’une recherche constante d’intelligibilité. LA FOI VEUT COMPRENDRE CE QU’ELLE CROIT (c’est moi qui souligne). Un autre fait capital est à prendre en compte : la foi qui s’est exprimée jusqu’alors dans un langage à dominante scripturaire et sémitique (…) s’est développée de manière très majoritaire dans le milieu hellénistique. Les chrétiens sont désormais des Grecs et des Latins et ILS VEULENT RENDRE COMPTE DE LEUR FOI DANS LE CADRE DE LEUR CULTURE (id) en se servant des catégories culturelles philosophiques de cette culture. En d’autres termes, IL FALLAIT TRADUIRE DANS UN LANGAGE COMPLETEMENT NOUVEAU (id) la foi véhiculée jusqu’à présent dans la tradition de type biblique ». (p.112-113) Pardon pour la longueur de la citation.

La mis en perspective de Bernard Sesboüé est éclairante pour la compréhension du passé, mais peut-être aussi pour celle du présent. Lorsqu’il note, en conclusion, qu’au cours des premiers siècles, hormis avec Arius, la divinité du Christ n’a jamais été remise en cause mais que : »C’est la manière de comprendre l’incarnation qui divisait les chrétiens », on peut se demander s’il en va différemment aujourd’hui. Et si la requête de nos contemporains, dans le monde occidental, n’est pas la même que celle des communautés hellénistiques du IVe siècle : pouvoir » rendre compte de leur foi dans le cadre de leur culture ». Une culture qui « a du mal » avec les formulations classiques contenues dans le catéchisme romain auquel, pourtant, nous renvoie Benoît XVI, en appui de sa nouvelle évangélisation (voir mon blog du 13 octobre ).

Au final, le succès de librairie de l’ouvrage de Frédéric Lenoir, dans son « relativisme » même, n’est-il pas, d’une certaine manière, révélateur d’une quête renouvelée de réappropriation de la foi dans le langage d’une nouvelle culture ? Lorsque Paul VI, dans Evangelii Nuntiandi soulignait que l’action évangélisatrice devait »chercher constamment les moyens et le langage adéquats pour proposer ou reproposer la révélation de Dieu et la foi en Jésus Christ » (n°56, cité par Benoît XVI dans son motu proprio) n’avait-il pas l’intuition de cette requête ? En ouverture de son livre, Bernard Sesboüé convient : »On peut reconnaître que la catéchèse chrétienne, depuis que les grandes questions modernes sur l’identité du Christ se sont introduites sur la place publique, ne s’est pas préoccupée suffisamment de présenter la pédagogie de la révélation de Dieu en Jésus de Nazareth. » (p.16)

Le paradoxe serait donc qu’à l’heure même où des rapprochements théologiques significatifs s’opèrent entre Eglises, mettant un terme à des divisions parfois multi-séculaires (Sesboüé en fournit maints exemples), le dogme paraisse pour une part incompréhensible à un nombre croissant de catholiques, pour des motifs essentiellement culturels.

Ecoutons une dernière fois Bernard Sesboüé : »A la fin du IVe siècle la foi chrétienne en la divinité du Christ et en un seul Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit n’a pas changé. Elle a seulement surmonté victorieusement le danger d’une fatale hémorragie de sens. Le paradoxe chrétien est bel et bien maintenu. La foi a su trouver à se dire de manière rigoureuse et culturellement compréhensible aux esprits Grecs et Latins. Ce travail a été laborieux et difficile, mais on peut parler à son sujet d’une « inculturation » réussie. En même temps, les chrétiens ont pris conscience d’une manière plus réfléchie du contenu vivant de leur foi. » (p.139) Là est sans doute – et encore – , quinze siècles plus tard, le « vrai défi » de la nouvelle évangélisation.
http://www.renepoujol.fr/dinculturation-en-inculturation-2/

Invité


Invité
Ah voilà !

J'aime mieux en effet.

J'avais moi-aussi posté le 23 décembre sur mon blog le math théologique Séboüé contre Lenoir :

http://libertedecroyance.blogspot.com/2010/12/bernard-sesboue-frederic-lenoir-le.html

Josué

avatar
Administrateur
Fabien Girard a écrit:Ah voilà !

J'aime mieux en effet.

J'avais moi-aussi posté le 23 décembre sur mon blog le math théologique Séboüé contre Lenoir :

http://libertedecroyance.blogspot.com/2010/12/bernard-sesboue-frederic-lenoir-le.html

Deux vaut mieux qu'un .
je suis abonné a la revue Le Monde des religions ou F LENOIR intervient souvent. ceci dit je ne suis pas toujours d'accord avec se qu'il dit.

Invité


Invité
Je ne lis pas souvent Lenoir.

En même temps il n'est pas du même bord que nous...

Ses réflexions sont celles d'un libéral comme le sont la plupart des protestants historiques (ERF).

samuel

avatar
Administrateur
concernant Swedenborg dont nous avons parlé plus haut il n'a pas fondé d'église.car la'Nouvelle Eglise' a été fondé après sa mort par des disciples désireux de perpétuer ses révélations.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:concernant Swedenborg dont nous avons parlé plus haut il n'a pas fondé d'église.car la'Nouvelle Eglise' a été fondé après sa mort par des disciples désireux de perpétuer ses révélations.
il avait quand même une drôle de conception.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum