Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pro et anti avortement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Pro et anti avortement le Mer 12 Juin - 15:06

Coeur de Loi

avatar
Concours d'éloquence :

ANTI :

Elle s'appelle Lia. Elle a 12 ans. Elle habite à Toronto, Canada, et elle a choisi l'avortement pour son discours de classe. Son professeur, une femme «pro-choix», lui demandait de choisir un autre sujet. Sa mère aussi (quoique contre l'avortement). Elle a tenu bon. Le professeur a dû reconnaître qu'elle était la meilleure, ce qui la qualifiait pour le concours de l'école.



"Qu'est-ce que vous diriez si je vous disais que à cet instant précis quelqu'un est en train de "choisir" si vous devez vivre ou mourir ? Qu'est-ce que vous diriez si je vous disais que ce "choix" n'est pas basé sur ce que vous pouvez faire ou ne pas faire, ce que vous avez fait dans le passé, ou ce que vous ferez dans l'avenir ? Et qu'est-ce que vous diriez si je vous disais que vous ne pouvez rien faire contre cela ? Chers élèves et chers maîtres, des milliers d'enfants sont en ce moment même dans cette situation. Quelqu'un est en train de "choisir" - sans même les connaître - s'ils vont vivre ou s'ils vont mourir. Ce quelqu'un, c'est leur mère. Et ce "choix", c'est l'avortement."

http://www.avortementivg.com/article-28227273.html

---

PRO :

Tee-shirt avec un slogan habituel, "c'est mon corps donc je choisis", l'embettant c'est que le corps des enfants, c'est pas son corps.



"Si tu peux me dire ce que je peux faire de mon corps, je peux te dire ce que tu peux faire de ta Bible ?"

http://feudeprairie.wordpress.com/2012/08/07/pro-choix/

---

Notez que le sujet n'est pas le corps de la femme, mais le corps du foetus, et que le débat ce résume à : Est-ce un humain ?

De plus il y a un aspect légal : À qui appartient le corps du foetus ?
- Aux 2 parents normalement, dans le cadre de la loi, car les enfants aussi appartiennent aux parents mais ils peuvent pas en faire ce qu'ils veulent.

2 Re: Pro et anti avortement le Mer 12 Juin - 18:06

Josué

avatar
Administrateur
Que veux tu la ss rembourse igv a 100¨% alors qu'elle donne que 20 euros pour une paire de lunette.c'est le monde à l'envers.

3 Re: Pro et anti avortement le Mer 12 Juin - 18:20

Coeur de Loi

avatar
Et cela touche de plus en plus de mineurs.

4 Re: Pro et anti avortement le Mer 12 Juin - 18:22

Josué

avatar
Administrateur
Coeur de Loi a écrit:Et cela touche de plus en plus de mineurs.
malheureusement.
Selon la revue Choices, on estime que “chaque minute une femme meurt durant sa grossesse ou au cours d’un accouchement”. La revue ajoute que, “chaque année, plus d’un demi-million de mères meurent pour une raison ou pour une autre liée à la grossesse. Et, pour chaque femme qui décède, 100 autres resteront malades ou infirmes”. En Amérique latine, environ une femme sur 73 meurt de complications dues à la grossesse. En Asie, la proportion serait de une sur 54, en Afrique de une sur 21. Ces chiffres sont très élevés en comparaison du taux de 1 pour 10 000 enregistré en Europe occidentale. Parmi les causes de décès liés à la grossesse, “l’avortement [est] à lui seul responsable de plus de 200 000 morts sur les 500 000 enregistrées chaque année dans le monde”.

5 Re: Pro et anti avortement le Mer 12 Juin - 19:37

Josué

avatar
Administrateur
Journal d’une fillette qui n’a jamais vu le jour
5 OCTOBRE:
Ma vie a commencé aujourd’hui. Mes parents ne le savent pas encore, mais je suis déjà là. Et je serai une fille. J’aurai les cheveux blonds et les yeux bleus. Tout mon patrimoine est déjà fixé, même mon attirance pour les fleurs.
19 OCTOBRE:
Certains disent que je ne suis pas encore un être véritable, que seule ma mère existe. Mais je suis une personne bien réelle, de même qu’une petite miette de pain n’en est pas moins du pain. Ma mère existe, c’est une chose, mais moi aussi j’existe.
23 OCTOBRE:
Ma bouche commence à présent à s’ouvrir. Pensez que dans un an je me mettrai à rire et puis qu’un peu plus tard je parlerai. Je sais que mon premier mot sera: “MAMAN!”
25 OCTOBRE:
Aujourd’hui, mon cœur s’est mis à battre tout seul. Désormais, il va battre durant toute ma vie sans jamais s’arrêter. Au bout de plusieurs années, il finira par se fatiguer. Quand il s’arrêtera, je mourrai.
2 NOVEMBRE:
Je grandis tous les jours un peu plus. Mes bras et mes jambes commencent à prendre forme. Mais il faudra encore du temps avant que maman me serre dans ses bras sans se baisser, et que j’arrive à tenir un bouquet de fleurs et à embrasser papa.
12 NOVEMBRE:
Des doigts minuscules commencent à apparaître sur mes mains. Comme ils sont petits! Plus tard, je pourrai caresser les cheveux de maman avec.
20 NOVEMBRE:
C’est seulement aujourd’hui que le docteur a dit à maman que j’étais là, sous son cœur. Comme elle doit être contente! Tu es heureuse, dis, maman?
25 NOVEMBRE:
Papa et maman doivent sûrement me chercher un prénom. Ils ne savent pas encore que je suis une petite fille. Moi, j’aimerais bien m’appeler Catherine. Je commence déjà à être grande.
10 DÉCEMBRE:
Mes cheveux poussent. Ils sont fins, souples et brillants. Je me demande bien de quelle couleur sont ceux de maman.
13 DÉCEMBRE:
Ça y est; je commence à voir. Tout est sombre autour de moi. Quand maman me mettra au monde, il y aura du soleil et des fleurs. Mais ce qui me plairait le plus, c’est de voir maman. Dis, maman, comment es-tu?
24 DÉCEMBRE:
Je me demande si maman entend les faibles battements de mon cœur. Certains enfants arrivent au monde avec un handicap. Quant à moi, j’ai le cœur solide et en parfaite santé. Il bat régulièrement: boum-pa, boum-pa. Maman, tu as une petite fille en excellente santé!
28 DÉCEMBRE:
Aujourd’hui ma mère m’a tuée.
— Anonyme.

6 Re: Pro et anti avortement le Jeu 13 Juin - 16:42

Josué

avatar
Administrateur
En Colombie, environ un million et demi de femmes se sont fait avorter au moins une fois. Ce chiffre représente près de 20 % de la population féminine en âge de procréer. De nombreuses femmes meurent des complications liées à l’intervention. La revue colombienne Semana révèle qu’à l’“Institut obstétrique de Bogotá, ce sont les avortements qui causent le plus grand nombre de décès liés à la maternité”. Environ 400 000 avortements par an seraient pratiqués dans ce pays, soit environ 45 par heure.

7 Re: Pro et anti avortement le Mar 12 Nov - 11:48

Josué

avatar
Administrateur
L'épiscopat français relance le débat social sur l'avortement
Dans son discours de clôture de l'assemblée plénière de Lourdes, le 10 novembre 2013, Mgr Georges Pontier est monté au créneau sur la question sociale liée à l'avortement, répondant implicitement à la récente mobilisation du gouvernement pour "sacraliser" l'IVG.

C’est sur une note volontariste que s’est achevée l’assemblée plénière des évêques français, réunis à Lourdes du 4 au 10 novembre. Comme il y a un an, sur le dossier du “mariage pour tous”, les évêques montrent qu’ils s’intéressent aux questions liées à la sexualité ou aux moeurs pour leur dimension sociale, et non pas pour défendre une morale catholique, comme en témoigne le discours de clôture du nouveau président de la Conférence des évêques, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, qui est revenu sur la question de l’avortement, un sujet qui fait ces temps-ci l’objet d’une mobilisation pro-active du gouvernement : “Nous ne pouvons pas faire comme si nous n'étions pas auditeurs, témoins des souffrances multiformes de femmes ayant connu un avortement et qu'elles n'expriment parfois que longtemps après. Ce sont des pages douloureuses de vies humaines qui nous sont confiées. Entendre les cris de ceux et celles qui souffrent est une de nos premières missions”.

La question du phénomène social de l'avortement était au menu de cette rencontre de Lourdes, suite aux travaux d'un groupe mené par Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble, travaux lancés bien avant que le gouvernement ne se positionne pour la promotion de l'avortement, comme en témoigne le tout récent rapport du Haut Conseil à l'égalité, et à la "cyberguerre" qui vise les sites pro-life, dont la plupart sont animés par des croyants.

De même que l’an dernier, l’offensive des évêques contre la loi Taubira avait voulu “décomplexer” croyants et non-croyants qui étaient contre la loi mais n'osaient pas le dire, l’Eglise entend se faire le porte-parole d'une vision qui ne s'exprime guère dans l'espace public et médiatique : “Des médecins, des infirmières, des psychologues, de nombreux prêtres, des membres d'associations confirment ce même constat : avorter n'est pas banal, avorter ne laisse pas indemne, avorter n'élimine pas qu'un amas de cellules. La femme enceinte sait bien qu'elle porte une vie humaine en son commencement. Il s'agit bien de cela. Il n'est pas aisé pour bien des praticiens de faire de l'avortement un acte thérapeutique. On ne peut se satisfaire de le ramener à une manière de réparer les dysfonctionnements d'une contraception inefficace ou de le proposer comme la seule solution possible face à une nouveauté inattendue et perçue comme dérangeante. Il n'est pas porteur de liberté profonde pour la femme. Aucune d'entre elles ne devrait vivre ces moments dans la solitude, la précipitation ou les pressions de toutes sortes."

Cette parole forte de Mgr Pontier qui se positionne en faveur du bien-être des femmes, mais sans viser explicitement personne, est évidemment une réponse à la forte volonté gouvernementale de "sacraliser" l'IVG. Elle témoigne aussi d'une évolution au sein de la planète catholique. “Un sujet comme l’avortement n’aurait sans doute pas pu être abordé entre nous avec autant de sérénité il y a dix ans, car nous étions plus divisés idéologiquement. Je crois que c'est vrai pour tous les catholiques" remarquait un évêque.

8 Re: Pro et anti avortement le Mar 17 Déc - 8:10

Psalmiste

avatar
Josué a écrit:Que veux tu la ss rembourse igv a 100¨% alors qu'elle donne que 20 euros pour une paire de lunette.c'est le monde à l'envers.

Ca c'est vrai que c'est honteux  ttrouge 

9 Re: Pro et anti avortement le Ven 20 Déc - 9:08

Josué

avatar
Administrateur
VIDEO. "Noël est annulé", crie une Femen au Vatican
Inna Schevchenko, 23 ans, a fait irruption sur la place Saint-Pierre. Elle a rapidement été entourée par les policiers. Les Femen ont déjà manifesté à plusieurs reprises au Vatican, pour le droit à l'avortement.
http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/video-noel-est-annule-crie-une-femen-au-vatican_486956.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20131220-[lesimages/image2]-[]

10 Re: Pro et anti avortement le Sam 21 Déc - 15:20

Psalmiste

avatar
Les femens ne sont pas des références :-/

11 Re: Pro et anti avortement le Sam 21 Déc - 17:28

Josué

avatar
Administrateur
Oui ,mais leurs actions des fois sont justifiées.

12 Re: Pro et anti avortement le Sam 21 Déc - 17:32

Psalmiste

avatar
Oui mais il y a d'autres façon que de montrer sa poitrine pour se faire entendre !

13 Re: Pro et anti avortement le Sam 21 Déc - 17:56

Josué

avatar
Administrateur
Je te l'accorde' je te l'accorde.

14 Re: Pro et anti avortement le Sam 21 Déc - 18:03

Psalmiste

avatar
Smile

15 Re: Pro et anti avortement le Dim 22 Déc - 10:02

Josué

avatar
Administrateur
Le gouvernement conservateur espagnol a adopté vendredi un projet de loi limitant fortement l’avortement et revenant à un système similaire à celui de 1985, en dépit de l’opposition des féministes et de la gauche qui dénoncent un « retour en arrière de 30 ans ».
Cette future loi, qui devrait être approuvée au Parlement où le Parti populaire détient la majorité absolue, annule une loi de l’ex-gouvernement socialiste de 2010 qui autorisait l’avortement jusqu’à 14 semaines et jusqu’à 22 semaines en cas de malformation du foetus.
Elle fixe « deux conditions pour autoriser l’avortement: la première, que celui-ci soit nécessaire en raison d’un grave danger pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, et la deuxième, que la grossesse soit une conséquence d’un délit contre la liberté ou l’intégrité sexuelle de la femme », a expliqué le ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardon, à l’issue du Conseil des ministres.
En dehors de ces conditions, il ne sera pas possible d’avorter, selon ce texte qui impose aussi une autorisation parentale pour les mineures.
Le gouvernement de droite revient donc, dans les grandes lignes, à la loi de 1985, même s’il ne fait plus de l’avortement un crime passible de prison.
Avorter ailleurs en Europe
Promesse de campagne en 2011 du chef conservateur espagnol Mariano Rajoy mais retardé depuis, ce projet de loi a d’ores et déjà été dénoncé par les féministes et la gauche qui dénoncent un « retour en arrière de 30 ans ».
Plusieurs députées de gauche ont ainsi signé mardi un « pacte pour le droit à l’interruption volontaire de grossesse » émanant d’un collectif de 200 associations de femmes, appelant les députées du PP à les rejoindre.
Le président de la Fédération du planning familial, Luis Enrique Sanchez, a lui affirmé que la future loi pourrait signifier « un retour en arrière à la situation des années 1980, avec des femmes espagnoles qui vont en France ou en Angleterre » pour avorter lorsqu’elles en ont les moyens.
Un total de 118.359 IVG ont été enregistrées en Espagne en 2011, après 113.031 en 2010. La quasi-totalité des pays d’Europe autorisent l’avortement.
Selon une étude de l’institut Metroscopia publiée en mai dans le journal El Pais (gauche), 46% des Espagnols sont favorables au maintien de la loi de 2010 contre 41% en faveur de la limitation de l’avortement. ■

16 Re: Pro et anti avortement le Dim 22 Déc - 19:21

Psalmiste

avatar
Concernant l'avortement, j'ai 1 question à vous poser (il s'agit d'une question qui se trouve dans 1 de mes livres de théologie) :

Imaginez qu'une petite fille de 10 ans se fasse violer, et que celle ci tombe enceinte !

Imaginez maintenant que cette grossesse non désiré mette en danger la vie de cette petite fille !

Que faire ?

Avorter en sachant que Dieu condamne l'avortement, ou obliger cette enfant a garder ce bébé, en sachant que cette grossesse risque de nuir fortement à la santé de cette petite fille, qui dans l'histoire est 1 victime !

17 Re: Pro et anti avortement le Dim 22 Déc - 19:48

Josué

avatar
Administrateur
Gros cas de conscience.je cherche avant  d'appronfondir.

18 Re: Pro et anti avortement le Dim 22 Déc - 21:34

Psalmiste

avatar
Ok, merci.

19 Re: Pro et anti avortement le Lun 23 Déc - 17:01

Josué

avatar
Administrateur
Même dans le cas le plus triste où le violeur arrive à ses fins, la résistance et les cris n’auront pas été inutiles. Au contraire, ils prouvent que la victime a fait tout son possible pour se défendre (Deutéronome 22:26). Bien que la femme ait subi l’agression, sa conscience est nette, sa dignité intacte, et elle peut être certaine qu’elle est pure aux yeux de Dieu. Même si elle garde des séquelles affectives, sa certitude d’avoir résisté au maximum contribuera grandement à sa guérison progressive.
Dans l’analyse de l’application de Deutéronome 22:23-27, nous devons bien comprendre que ce bref récit ne recense pas tous les cas de figure. Par exemple, il n’évoque pas celui où la femme agressée n’a pu crier parce qu’elle est muette, ou qu’elle était inconsciente ou paralysée de peur, ou encore bâillonnée par une main ou du ruban adhésif. Cependant, Jéhovah étant capable de peser tous les facteurs en cause, même les intentions, dans ces cas-là il juge avec discernement et justice, car “ toutes ses voies sont justice ”. (Deutéronome 32:4.) Il sait exactement ce qui s’est passé et a vu que la victime s’est débattue pour échapper à son agresseur. Par conséquent, une victime qui a été empêchée de crier mais qui, par ailleurs, a fait tout son possible compte tenu des circonstances peut s’en remettre à Jéhovah. — Psaume 55:22 ; 1 Pierre 5:7.
Cela dit, des chrétiennes qui ont été violentées demeurent ensuite rongées par un sentiment de culpabilité. Rétrospectivement, elles se disent qu’elles auraient dû faire plus pour empêcher un tel drame. Toutefois, au lieu de s’en prendre à elles-mêmes, il vaut mieux qu’elles prient Jéhovah, lui demandent son aide et fassent confiance à son immense bonté de cœur. — Exode 34:6 ; Psaume 86:5.

20 Re: Pro et anti avortement le Ven 9 Sep - 10:48

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
En région parisienne, une lycéenne sur dix a déjà avorté
Par Fanny Lauzier Publié le 06/09/2016 à 16:27
Le nombre d’avortements est en forte hausse chez les jeunes. C’est ce que révèle la dernière enquête de la Smerep. Les étudiantes sont autant touchées que les lycéennes.

Pas moins de 6% des lycéennes françaises ont déjà eu recours au mois une fois à une interruption volontaire de grossesse (IVG) et parfois même deux fois pour certaines. Un chiffre qui grimpe lorsqu’il s’agit des jeunes adolescentes en Ile-de-France puisqu’une lycéenne sur dix y aurait déjà subi une IVG. C’est l’un des constats alarmants que dresse l’étude commandée par l’organisme de sécurité sociale étudiante Smerep. L’enquête, parue le lundi 5 septembre dernier, a été menée par OpinionWay auprès de 507 étudiants de toute la France et 707 en Ile-de-France et de 403 lycéens sur tout le territoire et 368 d’Ile-de-France.

Une lycéenne sur cinq a déjà eu recours à une contraception d’urgence
Ainsi, malgré les opérations de prévention, de plus en plus nombreuses dans les lycées et universités, plus d’une lycéenne française sur cinq déclare avoir déjà eu recours à une contraception d’urgence, autrement dit, à la pilule du lendemain. Et 7% d’entre elles y ont déjà eu recours deux fois et 2% plus de 5 fois. Un chiffre qui grimpe encore nettement lorsque l’on se concentre sur la population lycéenne francilienne: près d’un tiers des lycéennes d’Ile-de-France (31%) déclare avoir déjà pris la pilule du lendemain. Des résultats inquiétants qui rappellent ceux d’une autre enquête de la Smerep, publiée au mois de novembre dernier. Celle-ci avait révélé que 9% des lycéens ne se protégeaient jamais lors d’un rapport, tandis qu’un jeune Francilien sur cinq déclarait ne jamais se protéger.

16 % des étudiantes ne prennent pas la pilule par peur de problèmes de santé
Des comportements à risques également présents au sien de la population étudiante. En effet, selon la Smerep, si 87% des étudiantes françaises déclarent utiliser le préservatif pour éviter une grossesse, 70% d‘entre elles ne l’utilisent pas systématiquement. Par ailleurs, seulement un tiers des étudiantes interrogées et ayant déjà eu des rapports sexuels déclarent ne pas prendre de pilule contraceptive. Et 16% d’entre elles déclarent ne pas avoir opté pour ce mode de contraction à cause de son impact négatif sur la santé et une étudiante sur dix ne lui fait pas suffisamment confiance.
http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/en-region-parisienne-une-lyceenne-sur-dix-a-deja-avorte-21381/

21 Re: Pro et anti avortement le Mar 29 Nov - 10:08

Josué

avatar
Administrateur
Délit d'entrave à l'IVG : l’Église vent debout contre le gouvernement
HENRIK LINDELL ET JEAN-PIERRE DENIS publié le 28/11/2016

La volonté du gouvernement de créer un « délit d'entrave numérique » à l'IVG suscite les inquiétudes des défenseurs des libertés publiques et la colère des évêques. Le président de l'épiscopat français, Georges Pontier, vient d'envoyer à Hollande une protestation énergique.
La majorité a mis le turbo. Le projet de la loi instituant le « délit d'entrave numérique » devrait être examiné en accéléré ce jeudi par l'Assemblée nationale, après avoir été rejeté en octobre par le Sénat. Le texte, inscrit dans le cadre du projet de loi Égalité et citoyenneté, vise à fermer les sites alternatifs d'information sur l'IVG, jugés coupables de diffuser de fausses informations. Sont visés des sites tels sosgrossesse.org ou afterbaiz.com qui véhiculeraient des « allégations ou une présentation faussées, pour induire en erreur dans un but dissuasif sur la nature et les conséquences d'une IVG ». Ces sites seraient des « leurres » et relèveraient de la « propagande anti-avortement », selon la ministre Laurence Rossignol, qui défend le texte. Les peines encourues pourraient aller jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.
Les sites en question viennent pourtant combler un vide, alors que les services de la ministre de la Santé mettent l’accent sur « le droit à l’IVG », mais donnent fort peu de conseils qui permettraient d’éviter d'y avoir recours. Sur ivg.gouv.fr, le ministère prend même soin d’avertir les utilisateurs contre ceux qui informent sur les risques : « Méfiez-vous systématiquement des sites et numéros verts consacrant par exemple une grande part de leur contenu à la maternité et aux soi-disant complications et traumatismes liés à une IVG » (sic). Si certains des sites visés ressemblent un peu à des sites officiels, on ne peut pourtant pas dire qu'ils avancent masqués. En fait, ils offrent bel et bien des informations sur l'avortement (200.000 par an en France, pour 800.000 naissances) et s’évertuent surtout à faire ce que les sites gouvernementaux évitent soigneusement : alerter sur les risques liés au recours à l'IVG, comme le syndrome post-traumatique, et prévenir contre les décisions précipitées et les pressions qu’exercent parfois les hommes sur les femmes.
Laurence Rossignol affirme qu'il ne s'agit pas d'interdire « le fait d'être hostile à l'IVG ». Mais la nuance ne convainc pas certains défenseurs des libertés publiques. « Favorable au droit à l'IVG, j'estime que la décision d'y recourir est d'une extrême gravité. Mon opinion est en passe de devenir un délit », commentait ainsi Dominique Reynié, professeur des universités à Sciences Po, dans une chronique publiée par Le Figaro du 27 septembre. C'est également le point de vue de l'épiscopat français. Vendredi, sur Radio Notre-Dame, le cardinal Vingt-Trois, n'a pas mâché ses mots : « Si on arrive à interdire de s’exprimer sur les conséquences de l’avortement, on entrera complètement dans la police des idées et dans la dictature d’une vision totalitaire sur l’avortement », s'est écrié l'archevêque de Paris.
Signe des temps, le très modéré président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier, vient d'écrire une lettre au président de la République. « Cette proposition de loi met en cause les fondements de nos libertés et tout particulièrement de la liberté d’expression qui ne peut être à plusieurs vitesses suivant les sujets. Faudrait-il nécessairement exclure toute alternative à l’avortement pour être considéré comme un citoyen honnête ? Le moindre encouragement à garder son enfant peut-il être qualifié sans outrance de "pression psychologique et morale" ? » s'interroge l'archevêque de Marseille. Selon lui, « la proposition de créer un délit d’entrave numérique à l’interruption volontaire de grossesse contribuerait à rendre cet acte de moins en moins "volontaire", c’est-à-dire de moins en moins libre. Surtout, elle constituerait, malgré ce qu’affirment ses dépositaires, un précédent grave de limitation de la liberté d’expression sur internet. Une limitation d’autant plus grave qu’elle touche à des questions de liberté de conscience. Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie ».
La lettre de Mgr Pontier à François Hollande

Une semaine après la controverse entre François Fillon et Alain Juppé sur l'IVG, l'avortement revient donc au centre du débat. Et surtout, la polémique entre l'Église catholique et le gouvernement reprend à un niveau jamais vu depuis les affrontements sur le mariage pour tous, comme en témoigne la fin de la lettre, indiquant la « grande préoccupation » de Mgr Pontier « devant cet empressement de la majorité législative, relayant une initiative gouvernementale, pour faire passer en force une mesure qui mettrait à mal, un peu plus encore, les justes règles du dialogue pour construire une vie en société respectant les uns et les autres ».
« J’ose donc espérer que, sensible aux libertés en cause, vous ne laisserez pas une telle mesure arriver à son terme », conclut même très explicitement le président de l'épiscopat, quelques semaines à peine après la publication d'un texte appelant à retrouver « le sens du politique », document salué à gauche comme à droite pour son ton mesuré et son analyse de la situation dans notre pays.
En cherchant à souder par un texte très idéologique une majorité divisée et démoralisée, François Hollande a-t-il mesuré qu'il ouvrait un nouveau front ?
http://www.lavie.fr/actualite/societe/delit-d-entrave-a-l-ivg-l-eglise-vent-debout-contre-le-gouvernement-28-11-2016-78118_7.php

22 Re: Pro et anti avortement le Mer 30 Nov - 4:19

Josué

avatar
Administrateur
IVG/délit d'entrave: Mgr Pontier saisit Hollande
Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 28/11/2016 à 23:06 Publié le 28/11/2016 à 23:03

Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, en a appelé directement à François Hollande pour qu'il fasse échec à la création d'un délit d'entrave numérique à l'IVG, en dénonçant une atteinte "grave" aux libertés, dans une lettre publiée ce lundi soir.
La proposition de loi pour élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse aux sites internet diffusant des informations "biaisées" sur l'avortement, soutenue par la ministre des Familles Laurence Rossignol, doit être débattue jeudi à l'Assemblée.
Ce texte provoque une vive opposition dans les milieux catholiques et les rangs d'une partie de la droite parlementaire. Il a nourri un clash entre députés LR et PS la semaine dernière en commission, au détour de l'évocation par un socialiste de la polémique sur l'IVG entre Alain Juppé et François Fillon.
Vent debout, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a dit ne pas comprendre "l'obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l'avortement comme point d'intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste".
Dans un courrier adressé au président Hollande transmis à l'AFP, Mgr Pontier estime lui aussi que la proposition de loi "constituerait, malgré ce qu'affirment ses dépositaires, un précédent grave de limitation de la liberté d'expression sur internet", qui "ne peut être à plusieurs vitesses suivant les sujets".
"Une limitation d'autant plus grave qu'elle touche à des questions de liberté de conscience. Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie", martèle l'archevêque de Marseille. Qui s'interroge: "Le moindre encouragement à garder son enfant peut-il être qualifié sans outrance de +pression psychologique et morale+?"
"Ces questions mériteraient pour le moins, comme cela a été le cas sur la fin de vie, un vrai débat parlementaire et citoyen", conclut le président de la CEF, qui "ose espérer" que François Hollande ne laissera "pas une telle mesure arriver à son terme".
Lefigaro.fr avec AFP

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum