Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

génocide tsiganes.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 génocide tsiganes. le Jeu 28 Mar - 16:27

Josué

avatar
Administrateur
Entre 1938 et 1945, des centaines de milliers de Tsiganes ont été exterminés par les nazis et leurs alliés : sur les sept cent mille vivant en Europe, la moitier ont été assassinés et beaucoup ont été Victime des expériences médicales nazies. Pourtant, une gêne systématique entoure ce génocide. On ne lui accorde qu'un mot entre deux virgules. Pour combattre >>cette amnésie criminelle <<, il faut faire lumière sur l'extermination dont ce peuple a été victime.

Pourtant, si la France a admis sa responsabilité dans la Shoah, elle continue de l'éluder en ce qui concerne le Samudaripen, le génocide des Tsiganes mais comme les Juifs, les Tsiganes (ou Roms), peuple errant, ont toujours été persécutés. Mais, contrairement aux Juifs, ils n'ont jamais reçu de signes de repentance des nations européennes.les Tziganes furent parmi les « oubliés » du procès de Nuremberg. De son ouverture, jusqu'à son verdict, le 1er octobre 1946, aucun Tzigane ne sera appelé à témoigner. Les victimes tziganes du régime hitlérien ne seront pas une seule fois mentionnées durant le procès de Nuremberg et plusieurs pays européens continueront de garder ces populations dans les camps d'internement pendant plusieurs mois.

Elle a de bonnes raisons pour cela: la déportation des Tsiganes de France fut surtout intérieure.
En France, les nazis ont pu disposer du fichage initié bien avant la guerre par la 3e République, et de la collaboration active du régime de Vichy. ce qui renvoie a une véritable responsabilité dans une démarche ségrégationniste instigué par la France avant la venu des nazi
Et en 1944,, il n'y a pas eu de libération pour eux, contrairement aux autres déportés de Vichy. Ce ne fut qu'après juillet 1945 qu'on s'est préoccupé de leur sort, et les derniers n'ont été libérés qu'en mai 1946...

Aujourd'hui, soixante-huit ans après les premières exactions nazies, il serait grand temps que la représentation nationale française reconnaisse le génocide des Tziganes (« Samudaripen ») ;ces voyageurs francais ,ces Gitans, ces Manouches et ces Roms assassinés pour leur singularité : être des « nomades ».
Ne faites plus confiance aux livres d histoires qui vous cache certaines vérités quand la responsabilité de son pays est mise en cause et Rejoignez-nous pour stopper cette indifférence collective et aidez ce groupe à sa diffusion dans le monde entier.

Nous rappelons qu'aujourd'hui encore les Tziganes continuent d'être marginalisés, victimes d'exclusion sociale, et font toujours l'objet de discriminations et de racisme dans de nombreux États européens.

Pour ne citer qu'un exemple de cet acharnement en France: le carnet anthropométrique, devenu carnet de circulation avec la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969 est toujours en vigueur. Il impose que toute personne de plus de 16 ans n'ayant pas de résidence fixe soit en possession d'un carnet de circulation si elle n'a pas de ressources régulières ou d'un livret de circulation si elle exerce une activité professionnelle. Le premier doit être visé tous les trois mois par un commandant de police, de gendarmerie ou une autorité administrative ; le second tous les ans. Or, l'obligation de détenir un tel document ainsi que celle de le faire viser régulièrement constitue une discrimination administrative flagrante.

(" Samudaripen ", en langue romani, veut dire génocide.)

2 Re: génocide tsiganes. le Sam 29 Oct - 13:31

Josué

avatar
Administrateur
Tsiganes internés de 1940 à 1946 : Hollande reconnaît la responsabilité de la France
"La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande", a dit le président à Montreuil-Bellay.
SOURCE AFP
Modifié le 29/10/2016 à 13:20 - Publié le 29/10/2016 à 11:45 | Le Point.fr
L'hommage est attendu, car souvent oublié. François Hollande a reconnu samedi la responsabilité de la France dans l'internement de milliers de Tsiganes par le régime de Vichy jusqu'en 1946 lors de la première visite présidentielle sur le site de cet ancien camp d'internement de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire). « Le jour est venu et il fallait que cette vérité soit dite », a déclaré le président français. « La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame », a-t-il poursuivi lors d'une cérémonie d'hommage, où étaient présents plusieurs survivants.
Soixante-dix ans après la libération des derniers Tsiganes internés en France, leurs descendants et les associations attendaient avec émotion une reconnaissance officielle de leurs souffrances. François Hollande est aussi revenu sur la discussion en cours au Parlement du projet de loi Égalité et citoyenneté, émettant l'espoir que la législation d'exception sur les gens du voyage, dénoncée par les associations, soit bientôt abolie. Le député socialiste de Loire-Atlantique et président de la commission nationale consultative des gens du voyage Dominique Raimbourg, a-t-il rappelé, « a proposé l'abrogation de la loi de 1969, dans le cadre du projet de loi Égalité et citoyenneté. Il en sera, je l'espère, décidé par le Parlement, pour que les gens du voyage n'aient plus ce livret de circulation à produire, pour qu'ils soient des citoyens comme les autres. »
"Mieux vaut tard que jamais"

Dès 1912, dans le but de les sédentariser, les autorités françaises avaient imposé aux « nomades » un carnet anthropométrique d'identité. Supprimé en 1969, il a été remplacé par des carnets et livrets de circulation que doivent détenir les « gens du voyage » sous peine d'amende, et une obligation de rattachement à une commune. Outre le chef de l'État, assistaient à la cérémonie d'hommage Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l'Habitat durable, et Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État aux Anciens Combattants et à la Mémoire. Plus de 500 invités participaient à la cérémonie, dont de nombreux descendants d'internés.
"C'était important pour nous d'avoir cette reconnaissance. Ca représente des milliers et des milliers de familles itinérantes", a salué, ému, Fernand Delage, qui préside l'association France Liberté Voyage. "C'est tard, mais mieux vaut tard que jamais." Lucien Violet, 69 ans et dont les parents ont été internés à Montreuil-Bellay, était venu d'Angoulême pour l'occasion. "C'est le premier président venu rendre hommage aux voyageurs. Nous sommes vraiment touchés par sa présence", a confié l'homme de 69 ans à l'issue du discours présidentiel. "Nos familles ont souffert énormément et ça ne s'oubliera jamais, même si c'est pardonné." "Pratiquement toutes les familles de gens du voyage ont au moins un membre qui est passé par Montreuil-Bellay", avait rappelé le président quelques minutes plus tôt, après s'être rendu auprès de l'oeuvre commémorative "Instant nomade" de l'artiste-céramiste Armelle Benoît, un portique de huit colonnes sur lesquelles ont été gravés les patronymes de 473 familles internées.
« Travail de mémoire »

Soixante-dix ans après la libération des derniers Tsiganes internés en France, leurs descendants et les associations attendaient une reconnaissance officielle de leurs souffrances. Selon la présidence, cette visite « s'inscrit dans le travail de mémoire que le chef de l'État a engagé depuis le début de son quinquennat pour réconcilier toutes les mémoires et n'en constituer qu'une seule, celle de la France ». Montreuil-Bellay était le plus grand des 31 camps gérés par les autorités françaises jusqu'en 1946, dans lesquels furent internés entre 6 000 et 6 500 nomades.
Plus de 2 000 nomades, des Tsiganes, mais aussi des sans domicile fixe de Nantes, y furent internés de novembre 1941 à janvier 1945. Une centaine périrent. L'État avait franchi un premier pas vers la reconnaissance de la participation de la France dans cet internement familial en juillet 2010, par la voix de l'ancien secrétaire d'État aux Anciens Combattants Hubert Falco, en l'évoquant lors d'une « Journée nationale de la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français ».
http://www.lepoint.fr/politique/hollande-va-rendre-hommage-aux-tsiganes-internes-de-1940-a-1946--29-10-2016-2079435_20.php?M_BT=52544877662&m_i=rEIrri21giHuM405LMUBX31cdMr%2ByXkYnztrxHY6wwfieI0sNn5oYZgOWbU0t9ievKeJawyavcayPpzJTZJgJdLRW4_rrL#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20161029

3 Re: génocide tsiganes. le Sam 29 Oct - 13:42

Josué

avatar
Administrateur
La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés", déclare Hollande
Le chef de l'Etat se rend sur le site de l'ancien camp d'internement de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire).
voir la vidéo.
http://www.francetvinfo.fr/sciences/histoire/regardez-l-hommage-aux-tsiganes-internes-par-le-regime-de-vichy_1895545.html#xtor=EPR-51-[francois-hollande-reconnait-la-responsabilite-de-la-france-dans-l-internement-des-tsiganes-durant-la-seconde-guerre-mondiale-suivez-notre-direct_1895545]-20161029-[bouton]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum