Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La Scientologie, je vous raconte en bref

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Yirmeyah Jérémie

avatar
C'est quoi la théorie religieuse de l'église de scientologie ? Nous savons que ce mouvement fonctionne surtout grâce à de l'argent et les riches prospèrent, mais cela s'explique. Voici donc leurs croyances en bref...

La scientologie prétend qu'à l'origine, avant que la terre soit peuplée, il y avait des super puissances dans l'univers, divers peuple et que lors d'une bataille importante, un peuple a perdu et a été livré à l'exil sur la planète terre.

Pour que les esprits avancés que ce peuple condamné était ne puissent pas échappé à la terre, des champs de forces extraordinairement puissants ont été disposé autour de la terre. Ce peuple a aussi privé de leur corps et condamné à errer sur terre. Dès qu'il y eut la vie, les esprits ont pris possession des corps disponibles. Les plus adaptés sont présentement l'évolution vers les humains.

Ils prétendent que c'est le fait d'être prisonnier d'un corps qui n'est pas le leur, que les humains, étant en fait un peuple plus évolué, sont condamné à trouver une solution pour s'échapper à la terre. Parce que des esprits puissants et intelligents sont enfermés dans une limitation charnelle aussi disproportionné, cela causerait les divers conflits d'amour propre, de conflits sociaux, écologique etc... et expliquerais pourquoi la terre va si mal.

La solution est donc d'investir en science pour un jour parvenir à s'échapper à cette prison et redevenir le peuple que les humains auraient été. C'est pourquoi cela coûte cher. DAns le fond, ils prétendent qu'on est plus que ce qu'on pense être et que nous sommes donc aussi immortel...

Bon fini les histoires pour enfants, on va tous se coucher ! bonne nuit.. lol

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

Invité


Invité
merci de nous faire decouvrir ces choses.

Cependant, bizarrement, ils sont non seulement dans les champs de carottes mais ils se basent en plus sur la bible pour leurs dires c'est pas croyable!.

Yirmeyah Jérémie

avatar
Oui, je crois que la Bible est genre la parole des anciens, les premiers à avoir été condamnés pour eux. je suis pas trop sûr, c'est un sciento qui m'a raconté l'histoire trouvé palpitante, un peu plus que le prophète James des Mormons qui lui a découvert des plaquettes d'or contenant la parole de Christ, tablettes qu'il est le seul à avoir vu et ont mystérieusement disparu... Ça aussi c'est une bonne histoire.

Bon dodo et bon rêve..

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

Josué

avatar
Administrateur
Invité a écrit:merci de nous faire decouvrir ces choses.

Cependant, bizarrement, ils sont non seulement dans les champs de carottes mais ils se basent en plus sur la bible pour leurs dires c'est pas croyable!.
ils se basent avant tout sur leurs livres.tout comme les Mormons.

Psalmiste

avatar
J'ai 1 livre de cette église chez moi.

Josué

avatar
Administrateur
tu la payer combien ?

Josué

avatar
Administrateur
La Cour de cassation a rejeté mercredi le pourvoi formé par l’Église de scientologie contre sa condamnation en appel pour «escroquerie en bande organisée», ce qui la rend définitive en France.
L’organisation va toutefois déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

A l’audience du 4 septembre, les avocats de la scientologie avaient invoqué une atteinte à la liberté religieuse alors que pour l’avocat général près la Cour de cassation, seules «des infractions à la loi pénale» sont à l’origine de sa condamnation. Le magistrat avait préconisé le rejet des pourvois de l’organisation.

«C’est un coup très dur porté à la scientologie», s’est félicité Olivier Morice, avocat de l’Unadfi, association de lutte contre les dérives sectaires dont la cour a aussi confirmé qu’elle ne pouvait être considérée comme partie civile.

«C’est la première fois en France que l’organisation est touchée en son coeur, que c’est la personne morale qui est condamnée», a-t-il souligné.

Pour Claire Waquet, autre avocate de l’Unadfi, «ce qui est important, c’est que la cour ait écarté ce langage de religiosité plaqué sur ce qui constitue une infraction que le juge pénal a justement réprimé».

«Cette étiquette religieuse que l’on brandit pour tenter de paralyser le raisonnement juridique et faire échec à l’ordre public français, cela ne marche plus», a-t-elle lancé.

Le représentant en France de la scientologie Éric Roux a pour sa part dénoncé «un acharnement judiciaire» et «un viol de la liberté religieuse» en se disant convaincu que la CEDH jugera «sans pression» pour dire «le droit et rien que le droit».

«La Cour de cassation nous dit aujourd’hui qu’il n’y a pas d’atteinte à la liberté religieuse parce que cette liberté ne justifie pas l’accomplissement d’une escroquerie», a expliqué Louis Boré, avocat de scientologues.

'Dissolution pur et simple'

«Mais nous n’avons jamais contesté que la foi ne pouvait pas justifier des infractions. Ce que nous soutenons et défendrons à Strasbourg, c’est que lorsqu’une escroquerie est retenue contre une religion au motif que cette religion serait fausse, alors là, il y a une atteinte incontestable à la liberté religieuse», a-t-il assuré en accusant l’État d’outrepasser «la neutralité qui devrait être la sienne dans un Etat laïc».

La cour d’appel de Paris avait confirmé le 2 février la condamnation des deux structures parisiennes de la scientologie, le Celebrity Centre et sa librairie SEL, à des amendes de respectivement 200.000 et 400.000 euros.

Reprochant aux prévenus d’avoir profité de la vulnérabilité d’anciens adeptes pour leur soutirer de fortes sommes d’argent, la justice avait condamné cinq scientologues.

Parmi eux, Alain Rosenberg, «dirigeant de fait» de la scientologie parisienne, et Sabine Jacquart, ex-présidente du Celebrity Center, condamnés à deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende pour escroquerie en bande organisée.

L’arrêt de la Cour de cassation fragilise la situation de l’Église de scientologie en France.

«Ce sont ses méthodes: tests de personnalité, cure de purification, pressions, électromètre... qui fondent l’escroquerie en bande organisée. Et, on est en droit de se demander, si ces méthodes perdurent, s’il faudra laisser l’église de scientologie être présente en France», a estimé Me Morice.

«En cas de nouvelle condamnation, l’Eglise de scientologie s’expose à une dissolution pure et simple», a abondé le député Georges Fenech, président du groupe d’étude sur les sectes de l’Assemblée nationale.

Le recours de la scientologie devant la CEDH n’est pas anecdotique. Si la cour de Strasbourg condamne la France par la CEDH, la commission de réexamen des décisions pénales peut être saisie et décider éventuellement un réexamen du pourvoi par la Cour de cassation ou un renvoi devant une cour d’appel.

Classée en France parmi les sectes par plusieurs rapports parlementaires, l’Église de scientologie est considérée comme une religion aux États-Unis et dans quelques pays européens, comme l’Espagne, l’Italie, la Hollande ou la Suède. Fondée par l’écrivain américain de science-fiction Ron Hubbard, elle revendique 12 millions d’adeptes dans le monde et 45.000 dans l’Hexagone.

AFP

Martur

avatar
Autant ça me fait rager de voir cette association stupide qu'est l'UNADFI, autant je suis assez rassuré concernant le cas de la Scientologie.

Josué

avatar
Administrateur

Scientologie: Genèse, Exode, et numéros - Nouvelles faux sur les statistiques de la Scientologie

Massimo Introvig

Combien de scientologues sont là dans le monde, et aux États-Unis? Et la Scientologie gagne ou perd des membres? Ces questions peuvent sembler simples, mais ne sont pas. Tout d'abord, la réponse dépend de la façon dont on définit un « scientologue ». La circonscription de scientologie peut être décrit comme en cercles concentriques. Un cercle de base de « membres » considère la Scientologie comme son identité religieuse primaire et consacre à la religion une quantité importante de temps. Un autre cercle comprend ceux qui visitent le centre de Scientologie (les « orgs ») avec une certaine régularité. Et il y a un plus grand cercle de ceux qui ne visitent une org de temps en temps. D'un certain point de vue, il y a des problèmes de définition des « membres » propre à la scientologie. Mais d'autre part, la définition des « membres » n'est pas facile par rapport à beaucoup d'autres religions. Par exemple, l'Eglise catholique publie des statistiques mondiales sur la base de ceux qui ont été baptisés. Cependant, beaucoup quittent l'église après le baptême ou deviennent inactifs. En Italie, 97,9% de la population a été baptisé dans l'Eglise catholique romaine (Introvigne et Zoccatelli 2013, sur la base des données fournies à CESNUR par la Division de statistique des évêques catholiques italiens Conférence), mais ceux qui assistent régulièrement la messe sont environ 18 % (Introvigne et Zoccatelli 2010). L'Eglise catholique italienne elle-même, depuis l'an 2000, a reconnu que ses statistiques officielles font référence à une « communauté de baptême », tandis que la « communauté Eucharistique » (ceux en fait assister à la messe) est beaucoup plus petit (Conferenza Episcopale Italiana 2000, n 46. ).

Même si un accord serait conclu sur la façon de définir un « membre » de la scientologie, le comptage ne serait pas facile. Bien que le nombre impossible, un détail nécessiterait la coopération de l'Eglise de Scientologie, les auditeurs indépendants et universitaires. En 2006, l'Eglise italienne de Scientologie « a appelé un recensement afin de déterminer les paroissiens associés pourraient effectivement être considérés comme tels. Les résultats du recensement ont été publiés en 2007 au sein de l'Association nationale et ont été communiqués à ses dirigeants »(Chiesa Nazionale di Scientologie d'Italia 2011, 82). Ces résultats ont été rendus publics en 2011 (Chiesa Nazionale di Scientologie d'Italie 2011). La méthodologie utilisée semble être convaincante, mais les données sont maintenant plus de dix ans. En 2014, l'Eglise de Scientologie a parrainé une étude menée par des chercheurs de l'Université Florida State sur l'impact économique de son siège sur la zone Clearwater (Harrington, Niekus et Glassner 2014), montrant que le nombre de scientologues se déplaçant là à cause de la présence de l'église ou Visiting était à la fois importante et croissante. Pas de façon inattendue, anti-cultistes rejeté le rapport de la propagande, à la fois parce qu'elle a été parrainée par la scientologie (qui a été clairement indiqué) et les auteurs ont travaillé sur les chiffres fournis par l'église et ses comptables. Cependant, les auteurs ont été respectés et savants sur ce que d'autres chiffres, ils auraient pu travaillé n'a pas été expliqué. Anti-cultistes et ex-scientologues offrent des commentaires parfois intéressants, mais ils extrapolent souvent et généralisent à partir des données micro.

Une question complètement différente est la diffusion de fausses nouvelles par certaines sources anti-sectes, et répété sans discernement par les médias ligne principale, Wikipedia, et même les érudits respectables. Un exemple est l'article intitulé « La croissance et les défis de la Scientologie » par Brian Schmied, publié par le Digest de politique internationale en 2013 (Schmied 2013). Ici, nous sommes au - delà des opinions et fermement dans le domaine des fausses nouvelles. Schmied écrit que « l'enquête American Religious Identification (ARIS) a constaté une forte baisse de 55 000 à 45 000 membres entre 1990 et 2001. » Schmied fournit un lien. Le lien, cependant, décide sur le tableau comparatif des enquêtes ARIS pour 1990 et 2001 tel que reproduit dans un site Web anti-scientologie . Ce n'est pas la pire partie de l'article Schmied, comme les anti-scientologues ne pas falsifier la source d' origine, bien qu'il aurait été préférable de le citer directement (Kosmin, Mayer et Keysar 2001, 13). Cependant, en lisant la table, on découvre que Schmied, nous ne savons pas si à cause de la malveillance ou l' incompétence, avait tout faux. En fait, le tableau montre exactement le contraire de ce que prétend Schmied. Le chiffre de 45.000 membres se réfèrent à 1990 et l'un des 55.000 membres à 2001. Par ses propres critères, Schmied aurait dû mentionner « une forte croissance » plutôt que « une forte baisse » Malheureusement, Schmied continue à être cité. Même un chercheur principal et sérieux, Hugh Urban, dans un article récent (dont le thème principal est pas de statistiques de la Scientologie) mentionne Schmied comme si elle était une source fiable (Urbain 2017, 35, note 86).

Urban mentionne également que « les chiffres de l'Église avaient chuté de 55 000 en 2001 à environ 25 000 en 2008 » (Urbain 2017, 27). Ceci est en bas de page avec une référence à Schmied. Cependant, la référence à « 25 000 en 2008 » ne vient pas de Schmied. En fait, Schmied a écrit que « l'enquête American Religious Identification (ARIS) a constaté une forte baisse de 55 000 à 45 000 membres entre 1990 et 2001, mais mystérieusement leur enquête ne parvient pas à rendre compte de ses conclusions sur les religions mineures dans son enquête de 2008 » (Schmied 2013) .
Plutôt que de Schmied, la demande souvent citée que l'enquête American Religious Identification trouvé seulement 25 000 scientologues aux États - Unis, vient d' un article paru dans le New York Times écrit par Fred A. Bernstein en 2010 et affirmant que « l'enquête American Religious Identification trouvé que le nombre de scientologues a chuté à 25 000 en 2008 , contre 55 000 en 2001. » sur la base de l'article de Bernstein, au moment de la rédaction Wikipedia rapporte encore que « la 2008 enquête American Religious identification a constaté que le nombre de scientologues américains était tombé à 25 000. » la référence, en fait, est de ne pas l'enquête mais ARIS à l'article de Bernstein. Malheureusement, plusieurs études scientifiques rapportent également le chiffre de 25 000 comme si elle venait de ARIS.

En fait, l'enquête American Religious Identification n'a pas « trouvé » ce chiffre. Son rapport sur les 2008 a été publié en 2009 et est public (Kosmin et Keysar 2009). Dans ce rapport, le nombre de scientologues américains n'est pas mentionné, et il n'y a rien « mystérieux » à ce sujet. Le rapport explique clairement qu'il ne comptait plus autonome scientologues , mais les a inclus dans une catégorie plus large de « nouveaux mouvements religieux et d' autres religions, » y compris « la Scientologie, New Age, Eckankar, spiritualiste, unitarienne universaliste, déiste, Wiccan, Pagan, Druide , la religion indienne, Santeria, rastafari »(Kosmin et Keysar 2009, 23). La figure générale pour cette catégorie était en fait de plus en plus, de 1,7 en 2001 à 2,8 millions en 2008 (Kosmin et Keysar 2009 5) et on peut supposer que la scientologie était une composante de cette croissance.
D' où vient l'information du New York Times vient? La source a été le babillard d'un site Web anti-scientologie où, le 28 Mars 2009, quelqu'un a appelé Plockton a affirmé qu'il a donné un appel (ou écrit) à l'équipe enquête d' identification religieuse américaine et a dit que le chiffre pour la scientologie était 25 000 . Cependant, « Plockton » a également été dit que ceux - ci étaient pas de données fiables (ce qui est la raison pour laquelle ils ne sont pas les publier). « Plockton » a rapporté : « Si vous conclure de ces données que la scientologie membres a plus que diminué de moitié entre 2001 et 2008? NON! Encore une fois, il y a une chance significative d'erreur ([...] peut - être autant que +/- 40%) dans les résultats pour les religions de ces petites adhésions »( « Plockton » 2009).

Dans la même page, anti-scientologue Hartley Patterson, qui a une obsession de tri dans « prouver » que la scientologie perd des membres, a déclaré que le chiffre non publié de sondage American Religious Identification (dont la seule base, encore une fois, est une communication privée présumée entre quelqu'un dans leur équipe et un anti-scientologue) était basée sur des entretiens avec « une demi - douzaine scientologues » et que, en tant que tels, pas très utile. Patterson, dans le même poste, laissé entendre que le chiffre était devenu quelque peu « officielle » en étant reproduit dans le site Web du Bureau du recensement des États - Unis ( « Hartley » 2009). Ce fut, encore une fois, inexact. Il a donné un mauvais lien (ou peut - être celui qui a expiré dans l'intervalle) , mais la table est toujours sur le site Web du Bureau du recensement des États - Unis et ne mentionne pas du tout la Scientologie.

Il est bien connu des spécialistes des nouveaux mouvements religieux que les enquêtes générales telles que ARIS, précieux, car ils peuvent par ailleurs, ne sont pas un outil précieux pour l'évaluation de l'appartenance à de petites religions. ARIS a interviewé en 2008 (54461 répondants Kosmin et Keysar 2009, 2). Ceci est certainement un échantillon valable pour évaluer les tendances du nombre des plus grands corps religieux, mais pas suffisant pour évaluer avec précision les membres en petits groupes (et tis tout à fait à part le problème crucial de la façon dont on définit un « scientologue »). ARIS admet lui-même.

Est-ce que « Plockton », ou quelqu'un d'autre associé à des sites Web anti-scientologie, a parlé à l'équipe ARIS en 2009? Peut-être que oui. Mais ce étaient-ils dit exactement? J'ai soulevé la question avec l'auteur principal des rapports ARIS, le professeur Barry Kosmin, directeur de l'Institut pour l'étude de sécularisme dans la société et la culture au Trinity College à Hartford, Connecticut. Il m'a écrit que « nous ne avons jamais rapporté les chiffres adhérents pour petits groupes religieux ARIS 2008 en raison de leur manque de fiabilité. Nous avons été approchés par plusieurs chercheurs et médias intéressés par la scientologie. Notre réponse informelle - mise en garde emptor- était que nos données suggèrent 25 000 +/- 300” 000 (Kosmin 2017). Une gamme de principe entre 25 000 et 300 000 se est transformée en une entreprise « 25 000 » par « Plockton » et ses amis, et le chiffre de 25 000 a été acceptée à leur valeur nominale par des journalistes et des universitaires.

De cette façon, le nombre de 25.000 scientologues que les mêmes anti-scientologues décrit comme très probablement inexact, après avoir communication mal interprété ou déformé de l' ARIS voyage d'un de leurs conseils de message au New York Times et de là à Wikipédia et articles par chercheurs respectés, où il a été traité comme un fait.

Ces commentaires, de toute évidence, ne résolvent pas le problème de la façon de calculer le nombre de scientologues, ils n'étaient pas destinés à le résoudre. Ils ne montrent que ce poison faux nouvelles bien et que, pour aborder ce domaine très délicat, les médias et les chercheurs seraient bien avisés de revérifier leurs sources.

RÉFÉRENCES
Bernstein, Fred A. 2010. « Dans Pasadena, un modèle pour le Plan de croissance de la Scientologie. » Le New York Times , le 9 Novembre 2010. http://www.nytimes.com/2010/11/10/business/10scientology.html . Dernière consulté le 2 mai 2017.

Église de Scientologie de l' Italie. 2011. « Le recensement de 2006 / Le recensement de 2006 ». La liberté / Les Cahiers Cahiers de la liberté 1 (Juin-Juillet 2011), 77-86.

Conférence épiscopale italienne. 2000. Communiquer l'Évangile dans un monde changeant . Rome: la Conférence épiscopale italienne.

Harrington, Julie, Martijn Niekus et David Glassner. 2014. L'impact économique de l'Eglise de Scientologie sur Clearwater, en Floride et ses environs . Tallahassee, Floride: Florida State University, Centre de prévision économique et de l' analyse.

« Hartley » [Hartley Patterson]. 2009. Répondre au poste de « Plockton » à bord des messages de fonctionnement Clambake.s. http://ocmb.xenu.net/ocmb/viewtopic.php?t=30372 . Dernière consulté le 2 mai 2017.

Introvigne, Massimo et PierLuigi Zoccatelli. 2010. La messe est finie? la pratique catholique et les minorités religieuses dans le centre de la Sicile. Caltanissetta et Rome: Salvatore Sciascia.

Introvigne, Massimo et PierLuigi Zoccatelli. 2013. Encyclopédie des religions en Italie . Turin: Elledici.

Kosmin, Barry A. 2017. Communication par courrier électronique à Massimo Introvigne, 5 mai 2017.

Kosmin Barry A., Egon Mayer et Ariela Keysar. 2001. Enquête sur American Religious Identification 2001 . New York: Le Graduate Center de la City University de New York.

Kosmin Barry A., et Ariela Keysar. 2009. Enquête sur American Religious Identification (ARIS de 2008): Rapport sommaire . Hartford, Connecticut: Trinity College.

« Plockton. » 2009. « 2008 étude ARIS sur l' adhésion Scn aux États - Unis. IMPORTANT DE DONNEES. » Post sur le babillard de l' opération Clambake. http://ocmb.xenu.net/ocmb/viewtopic.php?t=30372 . Dernière consulté le 2 mai 2017.

Schmied, Brian. 2013. « La croissance et les défis pour la scientologie. » Digest politique internationale , le 16 Juillet 2013. https://intpolicydigest.org/2013/07/16/growth-and-challenges-for-scientology/ . Dernière consulté le 2 mai 2017.

Urban, Hugh B. 2017. « Le troisième mur de feu»: la Scientologie et l'étude des religieux Secrecy. » Nova Religio: Le Journal des religions alternatives et Emergent , 20: 4, 13-36.
http://www.cesnur.org/2017/scientology_numbers.htm

Josué

avatar
Administrateur
Perquisitions et arrestations à l’Église de scientologie de Saint-Pétersbourg
Aïda Delpuech, le 09/06/2017 à 16h38

Quatre membres de l’Église de scientologie ont été arrêtés pour « extrémisme » et « commerce illégal » à Saint-Pétersbourg, jeudi 8 juin, deux jours après des perquisitions au siège de cette organisation.

Policiers russes dans le centre de Moscou, le 3 avril 2017.
Policiers russes dans le centre de Moscou, le 3 avril 2017. / Sergei Karpukhin / Reuters
Deux adeptes de l’Église de scientologie russe ont été placés en détention mercredi 7 et deux autres jeudi 8 juin. Ces interpellations interviennent à la suite de perquisitions, mardi 6 juin, par les services de sécurité russes au siège de cette organisation, à Saint-Pétersbourg. Ces événements interviennent aussi quelques mois après l’interdiction des Témoins de Jéhovah, également qualifiés « d’extrémistes » par la justice russe.

Enregistrée en Russie depuis 1994, l’Église de scientologie est entrée ces dernières années dans le collimateur de la justice russe, qui la qualifie de « secte extrémiste ». Le pays a déjà été condamné à deux reprises par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour avoir refusé d’enregistrer des centres de scientologie en tant qu’organisations religieuses.

À LIRE : Un tribunal russe ferme le seul centre de Scientologie de Moscou

La loi antiterroriste menace la liberté religieuse

En juillet 2016, le parlement russe a adopté à la quasi-unanimité une loi « antiterroriste » qui comprend les mesures les plus restrictives pour la liberté religieuse depuis l’ère soviétique, sous couvert de lutte contre les activités menaçant la sécurité nationale.

Toute activité missionnaire et d’évangélisation comme la prédication ou l’enseignement religieux est désormais interdite hors des sites ouvertement religieux, tels les églises et autres lieux de culte. L’institution d’un contrôle sévère pour éviter tout prosélytisme affecte particulièrement les Églises chrétiennes non orthodoxes et autres minorités religieuses, alors que le partage de la foi est au cœur de toute vie religieuse.

À LIRE : Russie : manifestation contre une nouvelle loi antiterroriste

Hors de l’Église orthodoxe, point d’évangélisation

Aujourd’hui, seule l’Église orthodoxe est donc en mesure d’exposer publiquement sa foi en Russie. Pour Nikolaï Mitrokhine, chercheur en religion orthodoxe russe, la hiérarchie ecclésiastique veut « être au centre de la définition des valeurs morales et éthiques du pays », et lutte pour cela contre la progression des organisations sectaires.

Depuis une vingtaine d’années, le Patriarcat de Moscou s’engage notamment dans une violente campagne contre les Témoins de Jéhovah et autres mouvements minoritaires.

Alexis II, l’ex-patriarche de Moscou et de toutes les Russies, mort en 2008, ne se cachait d’ailleurs pas d’être l’instigateur des persécutions antireligieuses par décret, cherchant à éliminer la concurrence au nom de l’unité du peuple russe. « Les sectes cherchent à diviser notre peuple », s’était-il inquiété.

Des liens étroits avec le pouvoir

Principale communauté religieuse du pays, l’Église orthodoxe jouit d’une préférence politique évidente. Ses dirigeants collaborent activement avec le pouvoir politique et une place de choix lui est réservée dans la conception et la révision des lois, au nom d’une longue tradition de connivence avec le pouvoir en place. Pour bon nombre d’experts, Vladimir Poutine s’appuierait sur le nationalisme et l’Église orthodoxe russe pour cimenter son pouvoir, se donnant pour objectif de “rénover” la société russe en lui redonnant un fondement religieux.

Jusqu’alors, l’Église orthodoxe dénonçait le « prosélytisme agressif » de certaines sectes. Celles-ci pouvaient à la rigueur exister, mais tout militantisme leur était interdit. Aujourd’hui, le mouvement s’accélère et c’est désormais l’existence des minorités religieuses qui est menacée. « Si l’on arrive à transformer l’orthodoxie en idéologie, ce sera un retour au totalitarisme », s’inquiétait déjà il y a quelques années Anatoli Krassikov, directeur du Centre de recherches socioreligieuses de l’Institut de l’Europe.

Aïda Delpuech
http://www.la-croix.com/Religion/Perquisitions-arrestations-lEglise-scientologie-Saint-Petersbourg-2017-06-09-1200853813

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Aujourd’hui, seule l’Église orthodoxe est donc en mesure d’exposer publiquement sa foi en Russie. Pour Nikolaï Mitrokhine, chercheur en religion orthodoxe russe, la hiérarchie ecclésiastique veut « être au centre de la définition des valeurs morales et éthiques du pays », et lutte pour cela contre la progression.

C'est une vrais dictature religieuse.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum