Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

CHRISTIANISME CONVERSION INDONESIE ISLAM RELIGION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
CHRISTIANISME CONVERSION INDONESIE ISLAM RELIGION

"Deux millions de Musulmans deviennent chrétiens chaque année" : c’est l’argument choc mis en avant dans le cadre d’une campagne de communication sur internet, "Save Maryam", qui dénonce une annihilation de l’islam en Indonésie. Lancée à l’initiative d’une organisation non gouvernementale islamique, "Mercy Mission", cette opération utilise toutes les ressources du marketing web : clips vidéos, pages Facebook, tweets rassemblés autour du mot-clé #SaveMaryam…



Le ton est alerte : l’islam pourrait devenir minoritaire d’ici à 2035, alors que l’Indonésie compte aujourd’hui la plus importante population musulmane au monde. Seul problème, les données de l’Agence centrale des statistiques indonésienne — une organisation gouvernementale — indiquent au contraire que la situation est stable. Entre 1990 et 2010, leurs recensements montrent que les musulmans ont toujours représenté environ 87 % de la population, les chrétiens et les catholiques 9 %.

La part des premiers a certes diminué de 0,03 %, quand celle des seconds a augmenté de 0,25 %. Mais l’Agence ne compte que 6 millions de chrétiens supplémentaires, contre 50 millions de musulmans de plus. La population totale, elle, enregistre une progression de 60 millions d’individus. De nombreux internautes s’appuient sur ces statistiques pour dénoncer comme mensongère la campagne de "Mercy Mission".

Sur Facebook notamment, "Les musulmans unis pour remettre en question SaveMaryam" ont créé une page trois jours après le lancement de la campagne. "Mercy Mission" a répliqué dans un communiqué, affirmant que son estimation s’appuie, entre autres, sur un rapport de l’International Crisis Group — un organisme de recherches et de prévention des conflits armés. Mais cette ONG a aussitôt publié un démenti : " La vidéo sur le site savemaryam.com dénature sérieusement un rapport de l’International Crisis Group, écrit-elle sur Facebook, et nous vous demandons de retirer immédiatement toute référence à notre organisation."

Spécialiste du Sud-Est asiatique à l’International Crisis Group, Sidney Jones dénonce également la manœuvre : "Mercy Mission" s’appuie sur une note de bas de page dans un rapport de 2010, où les statistiques d’une seule ville témoignent d’une légère augmentation de la population chrétienne par rapport aux Musulmans, en partie suite à la migration de travailleurs venus d’autres régions du pays.

Selon Sidney Jones, la campagne "Save Maryam" extrapole à partir de ces chiffres pour l’ensemble du pays, de surcroît sans tenir compte du phénomène migratoire. Le fondateur de "Mercy Mission", Tawfique Chowdhury, rétorque sur sa page facebook qu’il s’agit là d’une interprétation basée sur d’autres indicateurs, cités dans le communiqué. Néanmoins, ce document est pour le moins elliptique en la matière : des sources "locales", des "autorités islamiques", des "missionnaires chrétiens"… Rien de très précis.

samuel

avatar
Administrateur

En Indonésie, un scrutin test pour la tolérance religieuse
Dorian Malovic, le 19/04/2017 à 7h48
Le second tour de l’élection du gouverneur de Djakarta se déroule mercredi 19 avril sur fond de campagne très tendue. Le scrutin oppose le chrétien d’origine chinoise Basuki Tjahaja Purnama, gouverneur, arrivé en tête après le premier tour, et son rival musulman et ancien ministre de l’éducation Anies Baswedan.

Manifestation de protestation en décembre 2016 après les propos sur l’islam du gouverneur sortant, Basuki Thahaja Purnama.
ZOOM
Manifestation de protestation en décembre 2016 après les propos sur l’islam du gouverneur sortant, Basuki Thahaja Purnama. / Beawiharta Beawiharta/REUTERS

Au lendemain d’une longue campagne dans le plus grand pays musulman du monde, très tendue sur les plans politique et religieux, les électeurs indonésiens votent mercredi 19 avril pour élire le prochain gouverneur de Djakarta, immense capitale de plus de 11 millions d’habitants.

« Un test pour le pluralisme religieux »

Les sondages donnent les deux finalistes de ce deuxième tour au coude à coude : d’une part le gouverneur sortant Basuki Tjahaja Purnama, 50 ans, issu d’une double minorité chrétienne et chinoise, jugé depuis décembre 2016 pour « blasphème » à l’encontre de l’islam ; de l’autre l’ancien ministre de l’éducation Anies Baswedan, 47 ans, de confession musulmane.

« Il s’agit d’un véritable test pour le pluralisme religieux en Indonésie », affirme le politologue Wimar Witoelar, qui fut le conseiller de l’ancien président modéré Abdurrahman Wahid décédé en 2009. « Les électeurs vont-ils résister à des groupes religieux fondamentalistes et populistes minoritaires ? L’Indonésie, je dis bien l’Indonésie et pas seulement Djakarta, est à la croisée des chemins », insiste-t-il.

Plus de sept millions d’électeurs sont enregistrés pour cette élection où le taux de participation, lors du premier tour le 15 février, avait été de 77 %. Une majorité simple suffit pour l’emporter et le résultat définitif sera annoncé par la Commission électorale le 5 mai prochain, même si des estimations à la sortie des bureaux de vote seront connues dès cmercredi soir.

Des déclarations controversées du gouverneur sortant

Depuis sa prise de position très controversée sur l’islam en pleine campagne électorale, le gouverneur sortant, Basuki Thahaja Purnama, a provoqué une vague de contestation dans le pays de 255 millions d’habitants, dont 90 % sont musulmans. Il avait en effet déclaré en 2016 que l’interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d’un verset du Coran selon lequel un musulman ne doit élire qu’un dirigeant musulman était erronée.

Des manifestations, en novembre et décembre derniers, avaient suivi, réunissant des centaines de milliers de participants qui exigeaient l’arrestation du gouverneur, surnommé « Ahok ». Depuis, la contestation s’était nettement estompée.

RELIRE : Le procès pour « blasphème » du gouverneur chrétien de Djakarta s’est ouvert

Premier gouverneur non musulman depuis un demi-siècle, et premier tout court issu de la minorité chinoise, « Ahok » avait accédé automatiquement aux fonctions de gouverneur en 2014, après l’élection à la présidence de son prédécesseur à Djakarta, Joko Widodo, dont il était l’adjoint. Sa popularité n’avait cessé de croître dans la capitale, car il s’est attaqué aux graves problèmes d’infrastructures et d’inondations qui la paralysent régulièrement.

Ses déclarations sur le Coran ont toutefois été exploitées par les groupes fondamentalistes musulmans qui l’ont traîné devant la cour. Les islamistes radicaux du groupe Islamic Defenders Front (FPI), qui se sont déjà attaqués à des églises et temples chrétiens, ont ainsi organisé les manifestations contre lui. Si ce groupe reste très minoritaire en Indonésie où l’islam modéré domine, le FPI sait utiliser son pouvoir de nuisance.


Dorian Malovic
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir l'essentiel de l'actualité de La Croix.


3 L’apostasie le Jeu 20 Avr - 1:06

Talab-al-ilm

avatar
Bonjour Samuel

Le Coran indique qu’il faut négliger le sort de l’apostat, en ce sens que Dieu dédommagera la Communauté de la perte de cet apostat et de ses semblables. Dieu dit en effet :

« Ô les Croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Dieu fera venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier de Dieu, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce de Dieu. Il la donne à qui Il veut. Dieu est Immense et Omniscient. » Sourate 5 intitulée la Table servie, Al-Mâ’idah, verset 54

À la lumière de cette directive coranique appelant à négliger le sort de l’apostat, nous voulons indiquer que cela prive en outre les apostats de ce à quoi aspire un grand nombre d’entre eux, à savoir la renommée et la célébrité. Ainsi, la directive coranique à la négligence qu’il faut leur témoigner fait partie de la politique légale, qui les abandonne ainsi dans les vallées de l’oubli, sans personne pour les regretter.

.

http://www.aimer-jesus.com

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Que dit le Coran quand un musulman devient chrétien ?
Comment sa famille le considère t'il ?

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum