Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Dieu considère-t-il une race comme supérieure aux autres ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Dieu considère-t-il une race comme supérieure aux autres ?
▪ En aucun cas. La Bible dit clairement : “ Dieu n’est pas partial, mais [...] en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui. ” — Actes 10:34, 35.
Le point de vue de Dieu sur cette question est bien plus élevé que celui des humains imparfaits. Beaucoup pensent qu’une race en particulier (le plus souvent la leur) est supérieure aux autres. Cette opinion va dans le sens de la pensée de Charles Darwin qui a écrit : “ Dans quelque période future, [...] les races civilisées de l’homme extermineront et remplaceront presque certainement les races sauvages. ” Malheureusement, bon nombre de gens ont été maltraités par des individus d’autres races qui se croyaient supérieurs.
Mais le sentiment de supériorité raciale est-il fondé ? Par exemple, la science a-t-elle prouvé que certaines races sont génétiquement supérieures ? Bryan Sykes, généticien et professeur à Oxford, affirme au contraire : “ Il n’y a de fondement génétique à aucune sorte de classification ethnique ou raciale. [...] On me demande souvent s’il existe un ADN grec ou un gène italien, mais bien sûr que non. [...] Nous sommes tous de proches parents. ”
Cette conclusion correspond à ce que nous lisons dans la Bible. Elle enseigne que Dieu a créé un seul homme et une seule femme, dont tous les humains sont les descendants (Genèse 3:20 ; Actes 17:26). Pour Dieu, il n’y a donc qu’une seule race, la race humaine.
Jéhovah ne s’arrête pas du tout à la couleur de la peau ni aux traits du visage. Il s’attache à ce qui a bien plus d’importance : le cœur symbolique, la personne intérieure. Il déclare : “ Les gens font attention à ce qui se voit, mais moi, je regarde le fond du cœur. ” (1 Samuel 16:7, Parole de Vie). Cette pensée est très encourageante. En quel sens ?
Quelle que soit leur origine raciale, beaucoup d’entre nous sont mécontents de certains aspects de leur physique, sans pouvoir y changer grand-chose. Par contre, il nous est possible d’améliorer l’essentiel : les pensées et les sentiments de notre cœur (Colossiens 3:9-11). Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, peut-être nous apercevrons-nous que nous avons tendance à nous sentir ne serait-ce que légèrement supérieurs, ou inférieurs, aux personnes d’une autre race. Puisqu’aucun de ces deux points de vue n’est compatible avec la pensée de Dieu, nous devrions faire de notre mieux pour éliminer tout sentiment de ce genre. — Psaume 139:23, 24.

Josué

avatar
Administrateur
Le calvinisme afrikaner est, selon la théorie, un développement culturel unique qui combinait la religion calviniste avec les aspirations politiques des sud-africains blancs parlant l'afrikaans.
De 1652 à 1835, les colons venus à l'origine des Pays-Bas et les protestants calvinistes émigrés et réfugiés venus de France, d'Allemagne, d'Écosse et d'ailleurs en Europe, se réunirent en Afrique du Sud pour former un peuple distinct1 appelé les Afrikaners. Un nombre significatif des ascendants français du peuple afrikaner étaient huguenots et commencèrent à arriver entre 1687 et 1691 en raison de la persécution en France qui durait depuis une centaine d'années après la révocation de l'édit de Nantes2. Entre la fin du xviiie siècle et la fin du xxe siècle, ces derniers se considéraient comme afrikaners plutôt qu'européens. Ils parlaient leur propre langue autochtone, l'afrikaans, et étaient liés par une forme de religion calviniste. Les Afrikaners négocièrent un accord d'autonomie dans les quatre colonies britanniques d'Afrique australe, huit ans après la Seconde Guerre des Boers, et s'établirent résolument comme la minorité dirigeante en Afrique du Sud jusqu'à ce que la pression internationale et le désordre croissant au sein de ce pays les obligèrent à démanteler leur politique de domination exclusive nommée apartheid.

Josué

avatar
Administrateur
Pour ce qui est de la malédiction de Cham, "le Livre noir du colonialisme " sous la direction de Marc FERRO , rappelle ceci :
Citation : "Page 652 - L’esclavage des Noirs fut justifié par les théologiens en raison de la « malédiction de Cham ». Celle-ci se réfère à l’épisode selon lequel le jeune home regarda dormir nu son père Noé, qui s’était enivré au jus fermenté de la première qu’il avait plantée. Cham appela ses frères aînés, mais ceux-ci, à la différence de lui, se précipitèrent à reculon pour couvrir la nudité de leur père sans avoir à le regarder. Noé, réveillé de son ivresse, maudit son plus jeune fils pour son insolence : « Maudit soit Canaan (fils de Cham) ! Qu’il soit pour ses frères le dernier des esclaves ! » Ma Bible s’arrête là. Il n’en fut pas de même pour ses commentateurs. Au texte sacré s’ajoutèrent une série de contes dont celui de Koush, autre fils de Cham. Celui-ci, à nouveau, aurait désobéi à Noé qui avait interdit à sa descendance d’avoir des rapports sexuels dans l’Arche. Or Cham conçut un enfant pendant le déluge : Koush. Dieu le maudit et le fit naître noir. De lui naquirent les Ethiopiens et tous les Noirs africains. L’histoire, dont l’origine serait à repérer chez l’un des Pères de l’Eglise, Origène, fut d’abord développée chez les Arabes au Xè siècle par l’érudit al-Tabari.Elle fut retransmise en Occident au XVIè siècle et officialisée au XVIIIè par le Dictionnaire historique de la Bible, de Dom Augustin Calmet. Cette fiction pénétra surtout au début du XIXè siècle dans le monde catholique."
mais que dit exactement la bible sur cette question?

samuel

avatar
Administrateur
honte à certaines églises qui on justifier que les noirs étaient maudits en se servant de la bible comme support.

christelle

avatar
samuel a écrit:honte à certaines églises qui on justifier que les noirs étaient maudits en se servant de la bible comme support.

Oui tu as raison

Psalmiste

avatar
christelle a écrit:
samuel a écrit:honte à certaines églises qui on justifier que les noirs étaient maudits en se servant de la bible comme support.

Oui tu as raison

Les Mormons blancs ont durant des années considérés leurs frères de foi noirs, comme étant des chrétiens qui ne méritaient pas d'avoir les mêmes privilèges que les autres Sad

Tu trouveras 1 article là-dessus en allant sur ce lien : www.meilleurforum-net.meilleurforum.net/t3480-le-mormonisme-et-les-noirs

Josué

avatar
Administrateur
Psalmiste a écrit:
christelle a écrit:
samuel a écrit:honte à certaines églises qui on justifier que les noirs étaient maudits en se servant de la bible comme support.

Oui tu as raison

Les Mormons blancs ont durant des années considérés leurs frères de foi noirs, comme étant des chrétiens qui ne méritaient pas d'avoir les mêmes privilèges que les autres Sad

Tu trouveras 1 article là-dessus en allant sur ce lien : www.meilleurforum-net.meilleurforum.net/t3480-le-mormonisme-et-les-noirs
oui mais il n'y a pas que les mormons .

Psalmiste

avatar
Les catholiques traditionalistes qui défilent avec le Front National le 1er Mai, doivent eux aussi penser que les blancs sont superieurs aux noirs, et surtout aux arabes Sad

Josué

avatar
Administrateur
Psalmiste a écrit:Les catholiques traditionalistes qui défilent avec le Front National le 1er Mai, doivent eux aussi penser que les blancs sont superieurs aux noirs, et surtout aux arabes Sad
oui mais c'est plus subtil.

Psalmiste

avatar
Josué a écrit:
Psalmiste a écrit:Les catholiques traditionalistes qui défilent avec le Front National le 1er Mai, doivent eux aussi penser que les blancs sont superieurs aux noirs, et surtout aux arabes Sad
oui mais c'est plus subtil.

Et lorsqu'en 1939-1945 le Vatican marchait main dans la main avec le IIIème Reich, c'était subtil ???

Parce c'est 1 période ou c'est triste a dire, mais il ne faisait pas bon d'être noir ou arabe Sad

Josué

avatar
Administrateur
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. — Article 4.
Sur le papier, l’esclavage a été aboli. Les gouvernements ont signé de nombreux traités qui l’interdisent. Toutefois, selon la Société antiesclavagiste de Grande-Bretagne, connue pour être la plus ancienne organisation de défense des droits de l’homme, “ le monde compte aujourd’hui plus d’esclaves que jamais auparavant ”. L’esclavage moderne inclut tout un éventail de violations des droits de l’homme.

samuel

avatar
Administrateur
le botaniste suédois Carl von Linné, publia en 1735 un ouvrage intitulé Systema Naturae, dans lequel il désignait l’homme par l’expression Homo sapiens (“homme le sage”), une définition qui, de l’avis d’un auteur, est peut-être la plus stupide et prétentieuse jamais donnée d’une espèce. Linné divisa l’humanité en cinq types, dont il fit les descriptions suivantes:
AFRICAIN: Noir, flegmatique, détendu. Chevelure noire, crépue; peau soyeuse; nez épaté, lèvres bouffies; habile, indolent, négligent. S’enduit de graisse. Gouverné par des caprices.
AMÉRICAIN: Teint cuivré, cholérique, debout. Cheveux noirs, droits, épais; narines larges, visage dur, barbe clairsemée; obstiné, vide d’esprit. Se badigeonne de traits rouges et fins. Régi par des coutumes.
ASIATIQUE: Teint fuligineux, atrabilaire, rigide. Chevelure noire; yeux sombres; sévère, hautain, avide. Habillé de vêtements amples. Gouverné par des opinions.
EUROPÉEN: Teint clair, sanguin, musclé. Chevelure blonde ou brune tombante; yeux bleus; doux, fin, inventif. Habillé de vêtements serrés. Gouverné par des lois.
HOMME SAUVAGE: Quadrupède, muet, velu.
Remarquez que Linné associait des caractéristiques héréditaires (couleur de la peau, texture des cheveux, etc.) et des traits de personnalité relevant d’une analyse subjective. Par exemple, il jugeait les Européens ‘doux, fins, inventifs’, mais les Asiatiques ‘sévères, hautains, avides’ et les Africains ‘habiles, indolents, négligents’

piopio

avatar
LA DIFFERENCE N'EST NI SUPERIEUR NI INFERIUER.Wink

Josué

avatar
Administrateur
RACE. Qu’évoque ce mot pour vous? Pour certains, il est synonyme de discrimination et d’oppression. Pour d’autres, de haine, d’émeutes et même de meurtre.
Des émeutes raciales aux États-Unis à l’apartheid en Afrique du Sud, des guerres ethniques en Europe de l’Est aux luttes qui déchirent Sri Lanka ou le Pakistan, la question raciale est devenue cause de souffrances et de destructions sans nom.
Pourquoi? Pourquoi, même dans les pays où l’on semble tolérant dans de nombreux domaines, l’appartenance raciale est-elle un sujet si sensible? Pourquoi est-elle le détonateur de tant de troubles et d’injustices? En d’autres termes, pourquoi les gens de races différentes n’arrivent-ils pas à s’entendre?
Pour répondre à ces questions, il ne suffit pas de savoir ce qu’est une race ni en quoi les races diffèrent les unes des autres. Il faut aussi comprendre le rôle qu’a joué l’Histoire dans les relations interraciales que nous connaissons aujourd’hui. Mais avant toute chose, voyons ce que la science nous apprend sur le sujet.
De la difficulté de classer les humains
Les humains qui vivent en différents endroits du monde présentent des caractéristiques physiques différentes, touchant, par exemple, la couleur de la peau, le faciès ou la texture des cheveux. Ces particularités physiques distinguent une race d’une autre.
Ainsi, on parle communément des Blancs et des Noirs, en référence à la couleur de l’épiderme. Mais on parle aussi d’Hispaniques, d’Asiatiques, de Scandinaves, de Juifs ou de Russes, dénominations qui sont fondées moins sur des critères physiques que sur des différences géographiques, nationales ou culturelles. Pour la plupart des gens, la race est donc déterminée non seulement par des caractéristiques physiques, mais aussi par les coutumes, la langue, la culture, la religion et la nationalité.
Certains auteurs qui écrivent sur le sujet sont mal à l’aise avec le mot “race”; ils le mettent systématiquement entre guillemets. D’autres s’interdisent même de l’employer, lui préférant des expressions comme “ethnies”, “groupes”, “populations” ou “variétés”. Pourquoi cela? Parce que le mot “race”, tel qu’il est compris communément, est tellement chargé de nuances et de sous-entendus que son utilisation, faute d’une définition claire, a fréquemment pour effet d’obscurcir la discussion.
En biologie et en anthropologie, une race est souvent définie comme “la subdivision d’une espèce qui hérite de caractéristiques physiques la distinguant des autres populations de l’espèce”. Or toute la difficulté est précisément de trouver les caractéristiques qui permettraient de diviser l’espèce humaine en groupes.
Des critères comme la couleur de la peau, la couleur et la texture des cheveux, la forme des yeux et du nez, le volume du cerveau et le type sanguin ont été proposés, mais aucun n’a donné totale satisfaction. À cela une raison: il n’existe pas à l’état naturel de groupe d’individus dont tous les membres soient uniformément semblables au regard de ces critères.
Prenons l’exemple de la couleur de la peau. La plupart des gens croient qu’on peut facilement diviser l’humanité en cinq races sur la base de ce critère: blanche, noire, brune, jaune et rouge. Le Blanc type aurait la peau blanche, les cheveux clairs et les yeux bleus. Or, dans la réalité, il existe une grande variété de couleurs de cheveux, d’yeux et de peau au sein de la race dite blanche. D’après le livre L’espèce humaine (angl.), “non seulement il n’y a pas aujourd’hui en Europe de populations dont la majorité des éléments soient d’un même type, mais il n’y en a jamais eu”.
En réalité, classifier l’espèce humaine est bien difficile. C’est le constat que fait le livre Populations humaines (angl.): “Tout ce que nous semblons être en mesure de dire, c’est ceci: bien qu’aucun être humain ne ressemble à un autre, et bien qu’il y ait quantité de caractéristiques évidentes qui distinguent les gens les uns des autres, les scientifiques ne sont toujours pas d’accord sur le nombre de catégories que compte l’espèce humaine. Ils ne savent même pas quel critère retenir pour classer quelqu’un dans une race ou dans une autre. Certains seraient partisans d’abandonner purement et simplement, jugeant le problème par trop complexe et insoluble.”
Voilà qui peut sembler étonnant. En effet, alors qu’ils n’ont apparemment guère de difficultés à classer les animaux et les plantes en genres, en espèces et en sous-espèces, pourquoi les scientifiques ont-ils tant de mal à diviser l’humanité en races?

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum