Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L’alcool, un fléau social

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 L’alcool, un fléau social le Lun 24 Jan - 18:12

Josué

avatar
Administrateur
L’alcool,
un fléau social

LES boissons alcoolisées offrent deux visages : l’un gai, et l’autre triste. La Bible dit que l’alcool en quantité modérée peut réjouir le cœur de l’homme (Psaume 104:15). Mais elle indique aussi que, telle la morsure d’un serpent venimeux, il peut causer du tort, voire la mort (Proverbes 23:31, 32). Examinons de plus près les ravages que l’alcool fait aujourd’hui.

“ Un automobiliste ivre a fauché une mère de famille de 25 ans et son enfant de 2 ans, samedi, lisait-on dans Le Monde. La jeune femme, qui était enceinte de six mois, est décédée dimanche, son fils, grièvement blessé, souffre d’un traumatisme crânien. ” Malheureusement, de tels drames sont loin d’être rares. Vous-même connaissez peut-être quelqu’un qui a été victime d’un accident dû à l’abus d’alcool. Chaque année, l’alcool tue ou blesse des milliers de personnes sur les routes.


Les vies fauchées

Dans le monde entier, l’alcool fait payer un lourd tribut en vies humaines. Troisième cause de mortalité en France, après le cancer et les maladies cardiovasculaires, l’alcool tue directement ou indirectement 50 000 personnes par an dans ce pays, “ l’équivalent du crash de deux à trois Boeings par semaine ” d’après un rapport du ministère de la Santé.

C’est la jeunesse qui paie le prix fort. Selon un rapport publié en 2001 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’alcool est la première cause de mortalité des hommes de 15 à 29 ans en Europe. On estime que, dans certains pays d’Europe de l’Est, l’alcool tuera prochainement un tiers de la jeunesse masculine.
https://watch002.securesites.net/f/20051008/article_01.htm

2 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 25 Jan - 9:27

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
S’il peut parfois être bénéfique, l’alcool contient des éléments assez forts pour nuire au fonctionnement de l’esprit et du corps. Boire trop, c’est s’exposer à l’un ou l’autre des problèmes suivants :
Altération du jugement : ‘ l’esprit devient confus ’. (Proverbes 23:33, BFC.) Allen, mentionné dans l’article précédent, explique : “ L’alcoolisme n’est pas seulement une maladie du corps ; c’est aussi une maladie de l’esprit et de la pensée. Vous refusez de voir le mal que vous faites aux autres. ”
Manque de retenue. Les Écritures nous avertissent : “ Vin et vin doux, voilà ce qui ôte les bons mobiles. ” (Hoshéa 4:11). Comment cela ? Quand nous sommes sous l’influence trompeuse de l’alcool, les pensées et les désirs que nous chassons habituellement peuvent nous sembler acceptables, voire attirants. Notre détermination à nous attacher à ce qui est droit risque de s’émousser. L’alcool peut saper nos barrières morales et nous mener à la catastrophe spirituelle.

3 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 4 Fév - 17:26

Josué

avatar
Administrateur
Le vin sans alcool ne permet pas forcément de passer les tests d'alcoolémie
Boire du vin sans alcool ne permet pas nécessairement de montrer patte blanche aux tests d'alcoolémie
OSLO C'est ce que révèle une étude publiée vendredi par l'Institut norvégien de la Santé publique.

Une équipe de chercheurs de l'institut a étudié sur 12 sujets les effets sur les mesures d'alcoolémie de l'utilisation d'une solution de rinçage de la bouche contenant 21,6% d'alcool et de la consommation de vin sans alcool.

Le sujet est d'autant plus important que dans certaines professions, comme ouvrier offshore ou chauffeur routier, ou dans certaines entreprises, la consommation d'alcool est bannie et des contrôles sont régulièrement effectués, a expliqué l'institut.

Aucune trace d'alcoolémie n'a pu être observée dans les fluides de la bouche, dans le sang ou encore dans l'urine des sujets utilisant des solutions de rinçage, ont noté les chercheurs.

Ces derniers ont en revanche décelé dans l'urine des consommateurs de vin sans alcool un marqueur biologique de consommation aiguë --c'est-à-dire occasionnelle et plus ou moins abondante-- d'alcool.

"L'explication est probablement que le vin sans alcool, comme les vins alcoolisés, contient du sulfate d'éthyle qui est absorbé par le corps et excrété dans l'urine", avance l'une des chercheuses, Gudrun Hoiseth, dans un communiqué.

"Dans les tests urinaires, il n'est pas possible de faire la différence entre le sulfate d'éthyle absorbé avec le vin sans alcool et le sulfate d'éthyle produit par le corps après consommation d'alcool. On risque donc d'avoir un test positif de manière erronée", a-t-elle ajouté.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue spécialisée Journal of Analytical Toxicology.
© La Dernière Heure 2011

4 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 10 Mar - 18:56

Josué

avatar
Administrateur
Le danger, ce n'est pas seulement de boire trop - c'est aussi de boire trop souvent. Cette pratique est dans le colimateur de la nouvelle campagne de l'INPES. Que pensez-vous de ce message?

"Boire un peu trop tous les jours, c'est mettre sa vie en danger", c'est le slogan de la nouvelle campagne de l'INPES sur la sensibilisation à l'usage régulier et excessif d'alcool. La secrétaire d'Etat chargée de la santé, Nora Berra, la présente ce jeudi à 12h. Le directeur général de la Santé et la directrice générale de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) seront également présent. La diffusion de la campagne débutera à partir du 13 mars à la télévision.
5% des hommes de plus de 40 ans ont une consommation régulière d'alcool excessive. Parmi les plus de 40ans, plus du quart d'entre eux boivent de l'alcool quotidiennement et 15% d'entre eux ont une consommation régulière excessive, selon des chiffres du Baromètre Santé 2010 (lire le pdf ici) publiés ce jeudi.
La consommation quotidienne d'alcool est presque inexistante avant 40 ans (3,4% des 15-39 ans). Elle concerne en revanche 16,6% des 40-75 ans : plus d'un quart des hommes (25,1%) et moins d'une femme sur dix (8,7%).
Parmi les hommes de plus de 40 ans, 15% ont une consommation régulière excessive, un niveau bien supérieur à celui des femmes (3,2%). Ils gardent par ailleurs des habitudes de consommation ponctuelle : 45% des hommes de plus de 40 ans déclarent avoir bu au moins une fois 6 verres ou plus en une même occasion au cours des 12 derniers mois (contre 15% des femmes).
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-lutter-contre-la-consommation-reguliere-d-alcool_970707.html?xtor=EPR-181

5 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 12 Mar - 14:52

Josué

avatar
Administrateur
Lutte contre l'abus d'alcool

Plus d'un quart des hommes de plus de 40 ans boivent de l'alcool quotidiennement, selon des chiffres du Baromètre Santé 2010.
afp.com/Leon Neal
Le danger, ce n'est pas seulement de boire trop - c'est aussi de boire trop souvent: "Boire un peu trop tous les jours, c'est mettre sa vie en danger", clame la nouvelle campagne de l'INPES sur la sensibilisation à l'usage régulier et excessif d'alcool.
[Lire: Comment lutter contre la consommation régulière d'alcool?]
"Tout dépend de la manière dont est consommé cet alcool, s'il s'agit d'alcool fort ou non... Ayant eu un frère alcoolique, je fais excessivement attention à ça et pour moi et pour mes proches. Cela ne signifie pas que boire un verre avec des amis pour passer une bonne soirée est un crime, bien au contraire!"

6 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 13 Avr - 19:04

Josué

avatar
Administrateur
Russie: l'alcool, fléau à l'impact majeur pour la démographie
L'alcool est un fléau auquel la Russie doit s'attaquer sérieusement si elle veut lutter contre le déclin de sa population, selon une étude présentée mardi à Berlin.


AFP
En Russie, "l'alcool est le facteur le plus important d'explication de l'évolution négative" de l'espérance de vie, a indiqué Reiner Klingholz, directeur du Berlin-Institut pour la Population et le Développement, en présentant cette étude intitulée "Puissance mondiale en déclin".

L'espérance de vie en Russie est de 69 ans, mais de seulement 62,8 ans pour les hommes, soit moins qu'au Bangladesh, souligne l'étude.

Le Russe Sergei Sacharow, co-auteur de l'enquête, voit dans la lutte contre l'alcool l'un des "défis démographiques principaux" pour son pays, si ce n'est le principal. Les autorités doivent "se concentrer sur ce point", en jouant "évidemment sur le prix et les conditions d'accès à l'alcool", plaide-t-il.

"Dans aucun autre pays qu'en Russie on ne constate une telle baisse de l'espérance de vie sur plusieurs décennies" et "aucun autre pays au monde" ne connaît un écart aussi important (13 ans) entre l'espérance de vie des femmes et celle des hommes. Dans les deux cas, l'alcool est un facteur majeur d'explication, insiste le Berlin-Institut.

La Russie s'est attaquée en douceur au problème de l'alcool l'an dernier, en introduisant notamment l'interdiction de vente de vodka après 22H00 à Moscou.

Mais les prohibitions ont jusque-là toutes échoué, comme celle tentée à la fin des années 1980 par Mikhaïl Gorbatchev.

D'un point de vue démographique toutefois, on observe une nette amélioration de l'espérance de vie "quand l'alcool a été rationné à la fin des années 1980", a remarqué M. Klingholz.

Aujourd'hui, un Russe vit en moyenne six ans de moins qu'un Chinois et 13 ans de moins qu'un Allemand.

L'état de santé de la population masculine s'est dégradé depuis la fin du Rideau de fer.

"Parmi les causes les plus fréquentes de décès figurent les maladies cardiaques et vasculaires, suivies par les morts violentes (meurtres, suicides et accidents)", et "dans les villes russes industrielles typiques, entre un tiers et la moitié des morts violentes chez les hommes adultes sont à mettre au compte de l'alcool, directement ou indirectement", relève l'étude.

Aujourd'hui en Russie, l'espérance de vie de la population est plus basse que dans les années 1960-70, souligne encore l'étude. Dans les pays industrialisés que sont la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou encore les Etats-Unis, elle a augmenté continuellement depuis la guerre.

Le problème de l'alcool "a aussi des conséquences sur la productivité du pays", a souligné M. Klingholz.

La population de la Russie décline depuis l'implosion de l'URSS en 1991, passée de 148 millions il y a vingt ans à 142,9 millions au recensement de 2010. L'Agence russe des statistiques (Rosstat) prévoit un effondrement de la population, qui pourrait tomber à 127 millions en 2031. Le Berlin-Institut évoque une projection de 116 millions en 2050, qui reléguerait la Russie au 14e rang mondial, derrière le Mexique ou les Philippines.
http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/article.aspx?cp-documentid=156999264

7 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 29 Avr - 1:46

Psalmiste

avatar
Concernant l'alcool, je pense que l'état devrais être plus sévère.

Par exemple aujourd'hui on tolère 0,5 gramme d'alcool dans le sang pour 1 conducteur, mais moi je pense que le taux d'alcool pour 1 conducteur devrait être nul !

De plus je pense que ceux qui se font prendre avec 1 taux d'alcool superieur à la norme, devraient être automatiquement suspendu de leur permis de conduir, quitte à ce qu'ils perdent leur emploi et se retrouvent au chomage (ils ont cas y penser avant de predre le volant) !

Puis concernant ceux qui tuent des innoçants à cause qu'ils ont bu, alors eux devraient être en prison à vie (et pas la prison 5 étoiles, mais des prisons à la dure / le bagne) !

8 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 29 Avr - 8:37

Josué

avatar
Administrateur
débat difficile a tranché dans un pays ou le vin fait partie de la culture.

9 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 29 Avr - 9:38

Psalmiste

avatar
La culture n'est pas 1 excuse pour prendre le volant après avoir bu, tu ne crois pas ?

10 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 29 Avr - 9:53

Josué

avatar
Administrateur
Psalmiste a écrit:La culture n'est pas 1 excuse pour prendre le volant après avoir bu, tu ne crois pas ?
TOUT A FAIT.

11 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 15:56

samuel

avatar
Administrateur
Maître ou esclave de l’alcool ?
Demandez-vous :
• Est-ce que je bois plus qu’avant ?
• Est-ce que je bois plus souvent qu’avant ?
• Est-ce que maintenant je bois des alcools plus forts ?
• Est-ce que je bois pour lutter contre le stress ou échapper à des problèmes ?
• Un ami ou un membre de ma famille s’est-il inquiété de ma consommation ?
• Ai-je eu des problèmes à la maison, au travail ou en voyage à cause de la boisson ?
• Ai-je du mal à me passer d’alcool pendant une semaine ?
• Est-ce que je me sens mal à l’aise quand les autres ne boivent pas ?
• Est-ce que je cache aux autres la quantité d’alcool que je consomme ?
Si vous répondez oui à l’une ou à plusieurs de ces questions, vous devez peut-être prendre des mesures pour maîtriser votre consommation.

12 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 18:08

Psalmiste

avatar
ATTENTION :

Toute personne qui a eu 1 problème sérieux avec l'alcool et qui par chance, suite à 1 cure, s'en est sortie, sait qu'il ne doit plus JAMAIS toucher à 1 seul verre d'alcool (même les apéritif sans alcool, ou les plats du style coq au vin).

Ces personnes savent aussi qu'elles doivent éviter d'aller dans 1 café, ou de passer dans le rayon ou se trouve les bouteilles au super marché !

En revanche, là ou certain ne font pas attention, c'est à ce qu'il se mettent comme parfum ou après-rasage sur la peau. Si je donne cet avertissement, c'est parce que j'ai personnellement connu 1 monsieur qui bien qu'ayant décroché de l'alcool pendant des années, et malheureusement retombé dedans, à cause de ce qu'il s'est mis sur le visage (son après rasage qui contenait de l'alcool).

Ca peu paraitre fou, mais l'alcool que contiennent ces produit traversent la peau, et déclanche chez les abstinants 1 réaction leur redonnant l'envie de boire !

Donc si vous connaissez des personnes ayant ce problème, faites leur part de cela !

Car ce serait trop bête qu'après des années de sevrage, elle retombe dans ce fléau, à cause d'un parfum !

13 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 20:19

VENT

avatar
samuel a écrit:Maître ou esclave de l’alcool ?
Demandez-vous :
• Est-ce que je bois plus qu’avant ?
• Est-ce que je bois plus souvent qu’avant ?
• Est-ce que maintenant je bois des alcools plus forts ?
• Est-ce que je bois pour lutter contre le stress ou échapper à des problèmes ?
• Un ami ou un membre de ma famille s’est-il inquiété de ma consommation ?
• Ai-je eu des problèmes à la maison, au travail ou en voyage à cause de la boisson ?
• Ai-je du mal à me passer d’alcool pendant une semaine ?
• Est-ce que je me sens mal à l’aise quand les autres ne boivent pas ?
• Est-ce que je cache aux autres la quantité d’alcool que je consomme ?
Si vous répondez oui à l’une ou à plusieurs de ces questions, vous devez peut-être prendre des mesures pour maîtriser votre consommation.
Tu as oublié le teste du verre de vin à table.

Ce teste consiste à mettre un verre de vin et un verre d'eau sur la table devant soit pendant que l'on prend son repas. Si nous avons pu prendre notre repas sans boire une seule goûte de vin, nous pouvons dire ne pas avoir d'addiction à l'alcool. bouff

14 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 21:24

Psalmiste

avatar
Si nous avons pu prendre notre repas sans boire une seule goûte de vin, nous pouvons dire ne pas avoir d'addiction à l'alcool.

Ouf...

Alors ça veut dire que je n'ai pas de problème de ce coté là alors, bien qu'ayant toute ma famille habitant au pays du bon vin (la Bourgogne), et bien que vivant dans la région de france le plus touché par ce problème (le Nord) !

15 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 21:48

VENT

avatar
Psalmiste a écrit:
Si nous avons pu prendre notre repas sans boire une seule goûte de vin, nous pouvons dire ne pas avoir d'addiction à l'alcool.

Ouf...

Alors ça veut dire que je n'ai pas de problème de ce coté là alors, bien qu'ayant toute ma famille habitant au pays du bon vin (la Bourgogne), et bien que vivant dans la région de france le plus touché par ce problème (le Nord) !
Oui mais attention !

C'est un teste à faire personnellement, pour soit même. Il ne faut pas s'amuser avec ce teste dans une réunion familiale ce n'est pas le but et sa fausse complètement le teste qui n'a aucun sens en cette circonstance pp

16 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 22:01

Psalmiste

avatar
De toute façon je ne bois pas d'alcool, je n'aime pas ça !

17 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 22:09

VENT

avatar
Psalmiste a écrit:De toute façon je ne bois pas d'alcool, je n'aime pas ça !
Il n'y a pas besoin d'aimer l'alcool pour devenir alcoolique

18 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 22:16

Psalmiste

avatar
Maisje ne sais même pas avaller 1 verre de biere, tellement je trouve cela mauvais !

En plus, j'ai pas d'argent à dépenser la-dedans, voila pourquoi c'est impossible que je devienne alcoolique !

19 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 23:09

VENT

avatar
Psalmiste a écrit:Maisje ne sais même pas avaller 1 verre de biere, tellement je trouve cela mauvais !

En plus, j'ai pas d'argent à dépenser la-dedans, voila pourquoi c'est impossible que je devienne alcoolique !
Mais mon cher Psalmiste je ne faisais pas allusion à toi !
J'ai donné une réponse en rapport avec le sujet de ce fil c'est tout Smile

20 Re: L’alcool, un fléau social le Sam 11 Juin - 23:12

Psalmiste

avatar
Ok !

21 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 1 Juil - 18:07

samuel

avatar
Administrateur
la proportion de femmes de 18 à 25 ans qui ont connu au moins une ivresse au cours de l'année est passée de 20à 34%en cinq ans.

22 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 18 Juil - 15:13

samuel

avatar
Administrateur
[img] [/img]

23 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 19 Sep - 9:11

Josué

avatar
Administrateur
Cultivez la maîtrise de soi. La Bible rapporte que, dans la congrégation chrétienne, d’anciens buveurs ont été lavés “ avec l’esprit de notre Dieu ”. (1 Corinthiens 6:9-11.) Comment ? Ils ont reçu de l’aide pour abandonner soûleries et orgies en cultivant la maîtrise de soi, qualité que l’on acquiert grâce à l’esprit de Dieu. “ Ne vous enivrez pas de vin, dans lequel il y a de la débauche, mais continuez à vous remplir d’esprit. ” (Éphésiens 5:18 ; Galates 5:21-23). Jésus Christ a promis : “ Le Père au ciel donnera [...] de l’esprit saint à ceux qui le lui demandent. ” C’est pourquoi “ continuez à demander, et on vous donnera ”. — Luc 11:9, 13.
Quiconque veut rendre un culte acceptable à Jéhovah doit apprendre à se maîtriser en lisant et en étudiant la Bible, et en priant souvent et du fond du cœur. Au lieu de sombrer dans le découragement, ayez foi dans cette promesse divine : “ Celui qui sème pour l’esprit moissonnera de l’esprit la vie éternelle. Ne renonçons donc pas à faire ce qui est excellent, car le moment venu nous moissonnerons, si nous ne nous laissons pas gagner par la fatigue. ” — Galates 6:8, 9.

24 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 20 Sep - 13:06

Josué

avatar
Administrateur
Près de chez moi

Contrôle d'alcoolémie : 361 personnes positives en une nuit
20/09/2011 à 08h39 - mis à jour le 20/09/2011 à 10h49 | 4616 vues | 29 réactions



Un gendarme effectuant un contrôle de véhicule. Illustration | maxppp

C'est à Toulouse que ce triste record a été atteint ce week-end.

Les gendarmes ont procédé, dans la nuit de samedi à dimanche, à une vaste opération contre l'alcool au volant et 361 conducteurs se sont révélés positifs, relate La Dépêche.

Parmi les personnes présentant un taux d'alcoolémie positif, 174 étaient à plus de 0,80 gramme par litre de sang, et se sont vus confisquer leur permis sur le champ.

Les gendarmes ont noté aussi pas mal de comportements vraiment irresponsables.

Un père de famille au volant de sa voiture avait un taux de 1.40 g/l d'alcool dans le sang, à ses coté : sa femme, ivre aussi, et sur la banquette arrière deux enfants en bas âge.

Un autre automobiliste a fait demi-tour à l'approche du contrôle et a foncé sur cinq gendarmes qui ont pu s'écarter à temps. Il a fini sa course dans un talus.

Après une course poursuite les gendarmes ont dû déployer une herse pour arrêter cet autre conducteur sans permis, avec un taux de 1.60 g/l.

Le record a été de 2 g/litre... c'est à dire 2 ans sans permis.

En tout, une douzaine de personnes ont été placées en garde à vue cette nuit là.

Ça fait un peu froid dans le dos... car ce qui a été constaté à Toulouse pourrait bien l'être ailleurs !

25 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 5 Oct - 15:36

Josué

avatar
Administrateur
La combinaison alcool et tabac est particulièrement néfaste.
L’Institut National du Cancer doit prochainement lancer en France des campagnes d'information sur le caractère néfaste de l'association des facteurs de risque que sont l'alcool et le tabac pour de nombreux cancers.

Dans un article publié par le Figaro, le Professeur Michel Reynaud, chef du service de psychiatrie et d’addictologie de l’hôpital Paul Brousse, indique
que le problème de dépendance (addiction) le plus important en France est celui de l’alcool.

Quelque 4 millions de personnes ont une consommation pathologique ou problématique d'alcool et 1,5 million en sont dépendantes, indique-t-il.

Vient ensuite le tabac avec 30 à 35% de fumeurs réguliers.

Le tabac reste la principale cause de cancer, étant responsable de 33% des décès par cancer chez l'homme et 10% chez la femme, selon l'Académie nationale de médecine.

Alors que l'alcool est à l’origine d’environ 9% des décès par cancer chez l’homme et 3% chez la femme.

Concernant les effets néfastes de l'association alcool et tabac sur la santé, une étude américaine (Université de l'Alabama), publiée ce mois-ci, montrait que la combinaison alcool et fumée secondaire de cigarette augmente les dommages de la fumée sur le coeur.

Par ailleurs, l'association tabac et alcool peut être particulièrement néfaste du fait que la consommation de l'un peut augmenter la consommation de l'autre. Une étude américaine parue en 2006, que rapportait PsychoMédia, montrait que le tabac réduit la concentration d'alcool dans le sang, réduisant ainsi les effets de l'alcool et incitant à boire davantage pour atteindre les sensations attendues.

Pour l'Institut national de la santé américain, le mélange alcool - tabac comporte des risques spécifiques en favorisant la synthèse de substances toxiques et en diminuant à long terme l’efficacité de certains médicaments sur l’organisme. "Les interactions entre ces substances sont souvent imprévisibles et dangereuses", affirmait une responsable de l'Institut.
http://www.psychomedia.qc.ca/toxicomanies/2007-11-27/la-combinaison-alcool-et-tabac-est-particulierement-nefaste

26 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 22 Déc - 10:23

Josué

avatar
Administrateur
La consommation d'alcool, et en particulier de vin ou de bière, soulève des passions multiples. Interdit religieux - chez les musulmans -, l'alcool est aussi directement associé à un certain nombre de maladies, en particulier cirrhose et cancer, ou joue le rôle de cofacteur, notamment avec le virus des hépatites. Des débats passionnés en France se font entre ceux qui souhaitent voir sa place se réduire le plus radicalement possible et ceux qui ne l'acceptent pas. Le débat est d'autant plus difficile que les recherches rapportant les conséquences sur la santé de la consommation de vin et d'alcool ont souvent été controversées.

La plus grande étude au monde sur le sujet vient d'être publiée dans European Journal of Epidemiology. Ses auteurs ont analysé près d'une centaine de publications pour ne conserver que celles qui permettaient une analyse fine des effets directs du vin, de la bière et des autres alcools. La conclusion générale est que, dans certaines conditions, le vin est associé à une augmentation de l'espérance de vie ! La bière, faiblement consommée, a des effets qui sont à peu près comparables. Les autres alcools n'ont aucun effet protecteur.

Pour ce qui est des effets bénéfiques du vin :

Le vin protège des affections cardio-vasculaires, en particulier de la mortalité cardiaque et de l'infarctus du myocarde. Cette protection est avérée pour une consommation qui ne dépasse pas une bouteille par jour par personne. C'est donc seulement à partir d'une bouteille de vin par jour que le risque cardio-vasculaire rejoint celui des non-buveurs.

Le vin diminue le risque d'accidents vasculaires cérébraux de manière significative. Là encore, la consommation d'une bouteille de vin par jour fait baisser le risque d'accidents vasculaires cérébraux.

Le vin réduit la mortalité. Si l'on intègre à la fois ses bénéfices sur le système cardio-vasculaire et cardiaque et ses inconvénients dans le domaine des affections chroniques - cirrhose et cancer -, mais aussi des accidents et des suicides, le vin a un effet extrêmement protecteur contre la surmortalité jusqu'à une consommation de 40 grammes par jour. L'effet maximal se situe entre 14 et 34 grammes par jour. Soit environ deux à trois verres de vin par jour. Cette réduction de la mortalité totale est liée à la diminution des accidents vasculaires cérébraux et des accidents cardiaques. Concernant la bière, beaucoup moins d'études ont été réalisées, mais les données sont à peu près comparables.

Au total, l'excès de consommation d'alcool est lié à un certain nombre d'accidents de la route, de cancers et de maladies chroniques. En contrepartie, le vin exerce un effet protecteur spectaculaire sur les problèmes cardio-vasculaires. De façon générale, une consommation modérée de vin allonge l'espérance de vie d'une manière très significative.

Ce qui est rassurant. Mon maître, le microbiologiste Louis Pasteur, dont les premiers travaux ont porté sur la fermentation des boissons alcoolisées, prétendait que le vin était la plus saine des boissons.

Dans ce pays, qui est l'un des plus grands producteurs de vin et l'un des plus grands exportateurs, peut-être est-il temps d'avoir un jugement plus nuancé sur la consommation de vin. Il suffit de compiler tous les articles publiés dans la littérature scientifique mondiale ces dernières années !
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/pasteur-le-vin-et-la-sante-21-12-2011-1411006_445.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20111222

27 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 22 Déc - 10:33

Absent


Josué a écrit:
qui ne dépasse pas une bouteille par jour par personne

Ca fait beaucoup, une bouteille par jour, moi qui n'a pas l’habitude de boire du vin déjà au bout de 2 verres je suis pompette, alors une bouteille je marche a 4 pattes. Very Happy estrop

28 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 22 Déc - 11:45

samuel

avatar
Administrateur
oui une bouteille ça fait beaucoup.ce prof doit avoir des actions dans un vignolble. hum

29 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 30 Déc - 15:24

chico.

avatar
j'ai trouvé ceci sur le site des témoins.
Les pratiques que Dieu déteste

Que faut-il penser des choses qui sont mauvaises aux yeux de Dieu ? (1)
Citez plusieurs exemples de mauvaise conduite sexuelle. (2)
Qu’est-ce qu’un chrétien doit penser du mensonge ? (3) des jeux d’argent ? (3) du vol ? (3) de la violence ? (4) du spiritisme ? (5) de l’ivrognerie ? (6)
Comment se débarrasser des pratiques mauvaises ? (7)
1. Les serviteurs de Dieu aiment ce qui est bien. Mais ils doivent aussi apprendre à haïr ce qui est mal (Psaume 97:10). Cela veut dire qu’il faut rejeter les pratiques que Dieu déteste. Quelles sont quelques-unes de ces pratiques ?

2. La fornication : Les relations sexuelles avant le mariage, l’adultère, la bestialité, l’inceste et l’homosexualité sont tous des péchés graves contre Dieu (Lévitique 18:6 ; Romains 1:26, 27 ; 1 Corinthiens 6:9, 10). Si deux personnes vivent ensemble sans être mariées, elles doivent se séparer ou alors se marier légalement. — Hébreux 13:4.



3. Le mensonge, les jeux d’argent, le vol : Jéhovah Dieu ne peut pas mentir (Tite 1:2). Pour être approuvé par lui, il faut rejeter le mensonge (Proverbes 6:16-19 ; Colossiens 3:9, 10). Il y a de l’avidité dans tous les jeux d’argent. C’est pourquoi les chrétiens ne participent à aucun jeu d’argent, comme les loteries, les courses de chevaux ou le loto (Éphésiens 5:3-5). Les chrétiens ne volent pas non plus. Ils n’achètent pas du matériel qu’ils savent être volé, et ils n’empruntent pas les choses sans permission. — Exode 20:15 ; Éphésiens 4:28.
http://www.watchtower.org/f/rq/article_10.htm

30 Re: L’alcool, un fléau social le Dim 1 Jan - 22:46

Invité


Invité
Bientôt chacun devra être muni d'un éthylo.. dans sa voiture.
Encore un truc qui ne sert à rien. Sinon ce sera la contravention.
Si on veut boire, on boira, et on se lancera sur le ring, et on sera trop défoncer pour souffler dans le manicrack (pas sûr de l'orthographe).

Et dire que tout citoyen lambda Mormon devra en avoir un. Ouais c'est vrai que c'est pas écrit sur notre front que l'on est mormon, et que l'alcool c'est interdit. Rolling Eyes

31 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 2 Jan - 0:56

Josué

avatar
Administrateur
pschitt a écrit:Bientôt chacun devra être muni d'un éthylo.. dans sa voiture.
Encore un truc qui ne sert à rien. Sinon ce sera la contravention.
Si on veut boire, on boira, et on se lancera sur le ring, et on sera trop défoncer pour souffler dans le manicrack (pas sûr de l'orthographe).

Et dire que tout citoyen lambda Mormon devra en avoir un. Ouais c'est vrai que c'est pas écrit sur notre front que l'on est mormon, et que l'alcool c'est interdit. Rolling Eyes
pourquoi tu es mormon?

32 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 2 Jan - 18:40

Invité


Invité
Oui. bb

33 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 3 Jan - 1:13

Pro-TJ

avatar
BJR

Même ceux qui boivent pas devront avoir un éthylo !

Faut bien que la bête marque sa marque ...


... Et elle oblige tous les gens, les petits et les grands, et les riches et les pauvres, et les hommes libres et les esclaves, pour qu’on donne à ceux-ci une marque sur leur main droite ou sur leur front ...

34 Re: L’alcool, un fléau social le Dim 22 Jan - 21:00

Josué

avatar
Administrateur
ALCOOLISME

Bases d'un traitement médico-psycho-social de la maladie alcoolique
Du Québec... une nouvelle technique de traitement de la maladie alcoolique introduite en France.
Tous les praticiens confrontés au problème de l'alcoolisme se heurtent à la redoutable et mortelle persévérance de leurs malades. C'est pourquoi nombre d'entre eux connaissent le découragement et il existe souvent dans les milieux médicaux un fatalisme qui ne va pas parfois sans un rejet de ces patients.
Notre recul de plus de 7000 cures avec 63% de guérison à 5 ans nous permet de proposer quelques bases d'un traitement possible de la maladie alcoolique.

La méthode que nous mettons en oeuvre trouve son origine et sa raison d'être dans l'évolution propre à notre institution et ne prétend nullement devoir être exportée ni imposée à d'autres services ou établissements, d'autant plus que ce genre de démarche ne serait pas exempte de danger. Elle mérite cependant d'être connue.
La notion même de maladie alcoolique est d'ailleurs encore loin d'être bien assimilée, tant par le grand public que par le corps médical lui-même qui ne s'intéresse généralement qu'aux séquelles de la maladie (cirrhose, polynévrite, encéphalopathie...) ou à ses complications. Trop souvent, un vain discours moralisateur et culpabilisant, quand il n'est pas franchement rejetant ou agressif est opposé à la souffrance profonde du malade alcoolique qui, de ce fait, demeure un être très solitaire.


L'alcoolisme: une toxicomanie.

De nombreux phénomènes cliniques nous ont donné la conviction que chez nos patients existait une authentique toxicomanie à l'alcool: qu'il s'agisse de l'inexorable fatalité de la rechute après une imprudence dérisoire, ou du caractère de priorité absolue que prend sur toute autre considération la nécessité de répéter les ingestions d'alcool, ou encore du désespoir qui se laisse percevoir chez l'alcoolique réduit à cacher son secret honteux et sa soumission à un chantage inavouable.
La mise en évidence en 1970, par VAVIS et WALSH, de la déviation du métabolisme des neuroamines cérébrales est venue confirmer sur le plan biochimique ces observations cliniques courantes. Les neuroamines cérébrales peuvent en effet se condenser avec l'acétaldéhyde (métabolite de l'éthanol) pour donner des alcaloïdes tetrahydro isoquinoliques. La condensation de l'acétaldéhyde avec la dopamine donne le salsolinol, qui possède une structure chimique voisine de celle de l'alcaloïde hallucinogène du peyotl. De même, la dopaldéhyde, qui provient de la désamination oxydative de la dopamine, voit son métabolisme inhibé compétitivement par l'acétaldéhyde et peut alors se combiner avec la dopamine elle-même pour aboutir à la tétra-hydro papavéroline, précurseur structuralement très proche de la morphine base. Toutes ces substances morphiniques agissent comme de faux neurotransmetteurs, notamment au niveau des très nombreux récepteurs des enképhalines et des endorphines.
Le mécanisme de la dépendance physique du malade alcoolique se laisse dès lors entrevoir comme une inhibition de la sécrétion naturelle des endorphines, créant le malaise, le manque et annonçant l'assuétude, associée à une diminution de réactivité des récepteurs, entraînant l'accoutumance.
L'alcoolisme est donc pour nous une toxicomanie endogène dure, induite chez certaines personnes par la consommation de boissons alcoolisées et l'alcoolique un toxicomane authentique, mais qui ne s'est pas voulu toxicomane. Cette double dépendance, à la fois physique et psychique, transforme le simple buveur excessif en malade alcoolomaniaque (accès au dossier "toxicomanie").
http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/document/pathologie/alcoolisme.htm

35 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 23 Jan - 8:37

samuel

avatar
Administrateur
j'ai un proche qui est alcoolique et qui est partie dans un centre près de Lyon est qui pratique cette nouvelle méthode.
il vient de rentrer et ça dure 5 semaines.

36 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 1 Mar - 6:45

Josué

avatar
Administrateur
Ces publicités d'autrefois qui seraient censurées aujourd'hui.
[img] [/img]

37 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 2 Mar - 6:41

Josué

avatar
Administrateur
Les automobilistes devront obligatoirement avoir un éthylotest dans leur voiture à partir du 1er juillet 2012. D'après un décret paru jeudi au Journal officiel, le défaut de possession d'un tel équipement sera sanctionné à partir du 1er novembre 2012.

'Tout conducteur d'un véhicule terrestre à moteur, à l'exclusion d'un cyclomoteur, doit justifier de la possession d'un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement' et 'l'éthylotest mentionné au premier alinéa respecte les conditions de validité, notamment la date de péremption, prévues par son fabricant' indique le décret.

L'obligation de la détention d'un éthylotest pour tous les conducteurs avait été annoncée le 30 novembre 2011 par le président Nicolas Sarkozy afin de lutter contre l'alcool au volant (31 % des accidents mortels), sans donner de date précise. Les éthylotests sont obligatoirement mis à la disposition du public dans tous les bars de nuit et discothèques depuis novembre dernier.

Des éthylotests anti-démarrage équipent les autocars neufs depuis le 1er janvier 2010 et ils doivent être installés sur l'ensemble du parc pour la rentrée scolaire 2015.

Un total de 3 970 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2011, en baisse minime par rapport à 2010 (- 0,55 %, soit 22 vies sauvées). L'année 2011 est la 10e année de baisse consécutive de la mortalité routière.

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

38 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 2 Mai - 15:08

samuel

avatar
Administrateur
[img] [/img]

39 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 3 Mai - 7:53

Josué

avatar
Administrateur
Le designer français Philippe Starck et le scientifique franco-américain, David Edwards ont mis au point un petit aérosol qui permet de ressentir une légère sensation d'ivresse, mais sans avoir les effets néfastes de l'alcool !
Baptisé "Wahh Quantum Sensations", le produit délivre 0,075 ml d'alcool à chaque pulvérisation. Suffisamment pour stimuler le cerveau et offrir quelques sensations au palais. En comparaison, un verre d'alcool contient 40 à 60 ml d'alcool. Il faudrait ainsi presque 1000 pulvérisations pour obtenir les effets d'un verre. "Il libère jusqu'à 21 pulvérisations. C'est réellement un spray alimentaire nouvelle génération. Cela augure un développement vers d'autres formes de nutrition" a expliqué David Edwards dans un communiqué.
du n'importe quoi maintenant.

40 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 7 Mai - 15:17

samuel

avatar
Administrateur
[img] [/img]

41 Re: L’alcool, un fléau social le Ven 22 Nov - 8:52

Josué

avatar
Administrateur
Alcool : les 4 régions où l'ivresse est la plus fréquente
Réagissez ! - 4 commentaires
Dans quelle région consomme-t-on le plus d'alcool ? Après avoir interrogé plus de 26 000 Français sur leurs habitudes de consommation, l'Inpes publie un atlas géographique des pratiques addictives. Quatre régions présentent des pourcentages particulièrement élevés d'ivresse sur une année.

Le plus gros nombre d'ivresses enregistré en Bretagne

42 Re: L’alcool, un fléau social le Lun 16 Déc - 15:03

Josué

avatar
Administrateur
Quand Guillaume Canet dégaine face à l’alcoolTECH - MÉDIAS | 15/12/2013 - 22:58 | Véronique RICHEBOIS+ VIDEO - Guillaume Canet met en scène une série de tranches de vie pour dissuader les 18-24 ans, qui représentent le quart des accidents mortels, de prendre le volant en ayant bu.
Guilaume Canet lors du tournage de son court-métrage « Ivresse ». L’acteur et réalisateur a perdu un ami proche dans un accident de la route. - DR
Le court-métrage réalisé par Guillaume Canet démarre dans la légèreté, à la manière d’une bulle de savon qui s’envolerait en douceur. Deux jeunes se rencontrent, s’apprivoisent, tombent amoureux. Ils connaissent « l’ivresse » de vivre, de s’aimer, d’avoir un enfant, puis... d’un dîner entre copains, ponctué de fous rires mais un peu trop arrosé. Des tranches de vie insouciantes, fourmillant de promesses, qu’interrompt la dernière image : un écran noir, derrière lequel on discerne juste le fracas d’une voiture broyée.
« C’est l’histoire d’une vie qui aurait pu être et qui n’a pas été »,commente l’acteur Patrick Chesnais, à l’initiative du clip. En février 2007, son fils Ferdinand disparaissait à 20 ans dans un accident de voiture. Il était assis à côté d’un conducteur en état d’ébriété.

43 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 17 Déc - 13:44

Josué

avatar
Administrateur
Alcool aux urgences: les fêtards doivent-ils passer à la caisse?
Par Languin Irène. Mis à jour à 11h52 7 Commentaires
Les personnes ayant abusé de la bouteille devraient assumer elles-mêmes les frais médicaux engendrés par leurs excès. C'est du moins ce que préconise un projet de loi actuellement en consultation. Les milieux de la prévention s'en indignent. Laurence Fehlmann Rielle (PS) et Yves Nidegger (UDC) confronteront leurs vues sur la question jeudi à 12h30 aux Savoises
L'excès d'alcool pourrait bientôt nuire... au porte-monnaie. La Commission de la santé du Conseil national a en effet mis en consultation un projet de loi sanctionnant ceux qui abusent par trop de la boisson. Les personnes s'enivrant jusqu'au coma éthylique pourraient bientôt devoir assumer les conséquences financières de leurs actes. Ils pourraient prendre en charge leur hospitalisation d'urgence ou leur séjour en cellule de dégrisement, par exemple.

Elaboré en réponse à une initiative parlementaire de Toni Bortoluzzi (UDC/ZH), le texte entend renforcer la responsabilité individuelle. Lorsqu'il y a une causalité immédiate entre la prise d'alcool et la perte de conscience, l'assurance maladie n'a pas à casquer pour les fêtards, selon les partisans de cette mesure. Laquelle ne devrait pas, par conséquent, toucher les personnes alcoolodépendantes, reconnues comme malades. Le système devrait être testé sur cinq ans et faire l'objet d'un bilan.

Une «bêtise» dont on meurt

Les milieux de la prévention et les professionnels de la santé se déclarent catastrophés par cette idée qu'ils considèrent comme inapplicable, inefficace et dangereuse. Ils soulignent que les urgences sont aussi une fenêtre propice pour faire de la prévention et repérer les personnes fragiles. Si les frais ne sont plus remboursés, il y a un risque que les individus fortement alcoolisés, notamment les très jeunes, ne se rendent plus à l'hôpital mais restent dans la rue et se mettent en danger. Le coma éthylique est une «bêtise» dont on meurt, rappellent encore les opposant à la démarche.

Très préoccupée par ce projet fédéral, la Société suisse de médecine de l'addiction a d'ailleurs recommandé aux parlementaires de le rejeter. D'autant qu'il met à mal le principe de solidarité de l'assurance maladie et ouvre la voie vers la sanction d'autres comportements à risques, comme l'excès de tabac ou une mauvaise alimentation. Pour les milieux de la prévention, d'autres mesures concrètes sont plus efficace pour lutter contre le fléau de l'intoxication alcoolique: augmenter le prix des alcools et réduire les horaires de vente, comme c'est le cas à Genève depuis 2005.

Ce jeudi 19 décembre à 12h30, Laurence Fehlmann Rielle, secrétaire générale de la Fédération genevoise pour la prévention de l'alcoolisme (FEGPA) et conseillère municipale socialiste, confrontera ses vues avec Yves Nidegger, conseiller national UDC, sur cette question de santé publique. Ce débat public sera animé par Irène Languin, journaliste à la Tribune de Genève, au Café des Savoises (9bis, rue des Savoises, Maison des Associations) à Plainpalais.

Les lecteurs sont invités à assister à l’échange. Ils pourront poser sur place leurs questions ou dès à présent via notre site internet en envoyant un courriel à info@tdg.ch. Les internautes ont aussi la possibilité de donner dès maintenant leur opinion via les commentaires.

Le face à face durera environ 30 minutes et est suivi par les questions de l'audience. Il fera l’objet d’un compte rendu avec photos et réactions du public dans la Tribune de Genève du lendemain et sur le site www.tdg.ch.

44 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 17 Déc - 14:47

Psalmiste

avatar
Là ou j'habite le carnaval va bientot repartir pour 3 mois Sad

Alors la de janvier a mars on va voir des personnes ivres mortes chaque week end !

Et parmis ces personnes, de nombreux jeunes de 14 - 15 ans qui se retrouvent soit completement défoncé sur le trotoire (bien souvent dans leur vomis), soit carrément dans le coma éthylique !

45 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 7 Jan - 16:13

chico.

avatar
Je ne bois jamais à outrance . Je ne sais pas où c'est.

46 Re: L’alcool, un fléau social le Mar 7 Jan - 18:19

samuel

avatar
Administrateur
chico. a écrit:Je ne bois jamais à outrance . Je ne sais pas où c'est.
Tu es nul en géographie! Very Happy 

47 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 8 Jan - 19:30

chico.

avatar
Pourquoi vaut-il mieux enlever ses lunettes lors d'un alcotest?
Ça fait déjà deux verres en moins!

Au dessert, Toto mange un kiwi pour la première fois.Son papa lui demande :
- Alors Toto, ce kiwi, il est bon ?
Après un instant d'hésitation, Toto répond.
- Peut-être Kiwi

- Est-ce que M. Leveau est ici?
- Y'a pas de M. Leveau ici. Y'a seulement un M. Leboeuf.
- Ça doit être lui, ça fait 10 ans que je ne l'ai pas vu !....

48 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 8 Jan - 19:32

Psalmiste

avatar
samuel a écrit:
chico. a écrit:Je ne bois jamais à outrance . Je ne sais pas où c'est.
Tu es nul en géographie! Very Happy 

Dans ma ville on a la rue de la soif  sxoxs 

49 Re: L’alcool, un fléau social le Mer 8 Jan - 19:40

chico.

avatar
Chez moi il chez moi il y avait un bar qui s'appelait 0 bon 20 10 20 100 0

50 Re: L’alcool, un fléau social le Jeu 16 Jan - 8:18

chico.

avatar
Trop d'alcool nuit à la mémoire des hommes
Mis à jour le 15.01.14
SANTE - Selon une étude publiée mercredi, les hommes qui boivent régulièrement trop d'alcool à l'âge adulte s'exposent à un déclin accéléré de la mémoire.



Selon cette étude, les gros buveurs montrent un déclin de la mémoire et des fonctions exécutives plus rapide que les buveurs modérés. (Photo: AFP)[/center]
Les hommes qui boivent régulièrement trop d'alcool à l'âge adulte s'exposent à un déclin accéléré de la mémoire, entraînant une diminution de leurs capacités d'attention et de concentration, selon une étude publiée mercredi.
Ce risque concerne des hommes buvant plus de 36 grammes (plus de 3,5 verres) d'alcool par jour, selon l'étude épidémiologique conduite par des chercheurs de l'Inserm et l'University College London (Royaume-Uni) chez 5054 hommes et 2099 femmes.
Différents tests sur 10 ans
Les résultats, parus dans la revue Neurology, suggèrent qu'une forte consommation d'alcool en milieu de vie (40 à 60 ans) pourrait entraîner un déclin cognitif plus rapide au cours de la vieillesse.
Les participants ont été interrogés à 3 reprises sur une période de 10 ans sur leur consommation habituelle d'alcool (vin, bière, spiritueux, etc.). Les premiers tests ont eu lieu lorsque ils étaient âgés en moyenne de 56 ans. Ces tests ont ensuite été répétés à 2 reprises à 5 et 10 ans d'intervalle.
Capacités de mémorisation et d'attention
Les chercheurs ont étudié leurs capacités de mémorisation et leurs fonctions exécutives, c'est-à-dire les capacités d'attention et de raisonnement utilisées pour atteindre un objectif. Le test de mémoire consistait à se rappeler en une minute du plus de mots possibles parmi la liste des 20 mots qui étaient énoncés juste auparavant.
Les fonctions exécutives étaient évaluées à partir de 3 tests : un test de raisonnement logique constitué de 65 questions et de 2 tests de «fluence verbale» durant lesquels les participants devaient écrire respectivement le plus de mots commençant par S et de mots d'animaux, en une minute.
Pas de danger pour les buveurs modérés
Chez les hommes, aucune différence dans le déclin de la mémoire n'a été observée entre ceux qui ne boivent pas, les anciens buveurs, et les buveurs légers à modérés.
En revanche, les gros buveurs montrent un déclin de la mémoire et des fonctions exécutives plus rapide que les buveurs modérés. Cette différence correspond, selon les tests, à l'équivalent d'un vieillissement intellectuel («cognitif») de 1,5 à 6 années supplémentaires. Par exemple, un gros buveur de 55 ans aurait un déclin de mémoire comparable à celui d'un sujet de 61 ans.
Les effets apparaissent d'autant plus marqués que la consommation est élevée, relève Séverine Sabia de l'University College London qui rappelle plus généralement que le déclin cognitif commence à 45 ans.
Trop peu de grandes buveuses
L'impact d'une forte consommation n'a pu être évaluée chez les femmes, car trop peu d'entre elles buvaient de grandes quantités d'alcool, même s'il semble qu'il y ait un déclin plus rapide des fonctions exécutives chez celles buvant plus de 2 verres d'alcool par jour.
En termes de santé publique, cette étude, en accord avec les précédentes, suggèrent qu'il est peu probable que boire avec modération soit délétère pour le vieillissement cognitif, selon les chercheurs.
BC/ces/ei

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum