Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Animaux sauvages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 3:47

Yirmeyah Jérémie

avatar
Dans le métier que je fais, je suis amené à croiser ces animaux involontairement et tristement, souvent ils sont en danger. Certains sont communs, d'autre moins.


Le chevreuil, téméraire.


L'orignal, sale bête, mauvais caractère.


Le castor, innocent et insouciant, emblème national canadien.


Le coyote, rusé bien plus qu'un renard. Seul il est inoffensif, en groupe méfiez-vous.


Le carcajou (ou Glouton), le plus féroce animal au monde en égalité avec l'ours blanc, extrêmement rare.


L'ours noir, moins dangereux qu'on le croirait, joueur.


Pyguargue à tête blanche, rare oiseau, emblème national américain, peureux.


Le grand corbeau, ajoutons aussi la corneille, le moineau.

la mésange, plus intelligente qu'un moineau.


Le gaie bleu, élégant.


Le porc-épic, animal moins innofensif qu'il en a l'air


Le raton laveur


La marmotte commune (Marmotta monax)

J'oublie certains, c'est sûr, mais c'est les plus fréquents. Je pense aussi à certains comme le pic-bois, le colibri, le loup, la belette etc.

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

2 Re: Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 3:57

Lepetiqohéleth


Paix, faveur et miséricorde divines,

Oh ! Que c'est beau tout ça ! C'est une chance ton métier, on s'en régalerait chaque jour devant tant de beauté de la création. Plus souvent que nous autres peut-être tu as l'occasion de rendre gloire à Dieu en live !

http://www.jehovahyhwh.org/

3 Re: Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 4:41

Yirmeyah Jérémie

avatar

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

4 Re: Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 6:54

Josué

avatar
Administrateur
merci.et beau métier que le tien.

5 Re: Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 8:24

VENT

avatar
Incroyable !

C'est la première foi que je vois des bouquetins sur le flan d'un barrage !

On se demande comment ils font pour tenir ?

En tout cas merci pour ces belles photos, j'ai encore appris quelque chose aujourd'hui Very Happy

6 Re: Animaux sauvages le Ven 13 Avr - 17:33

chico.

avatar
VRAIMENT MAGNIFIQUE.

7 Re: Animaux sauvages le Sam 14 Avr - 4:05

Yirmeyah Jérémie

avatar
Cette photo des bouquetins ne vient pas de moi, c'est une rareté d'un autre pays.

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

8 Re: Animaux sauvages le Sam 14 Avr - 4:19

Yirmeyah Jérémie

avatar
Notez que je ne travaille pas avec la faune, je rencontre la faune toujours accidentellement et j'en profite parfois.

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

9 Re: Animaux sauvages le Sam 14 Avr - 9:25

VENT

avatar
Yirmeyah a écrit:Cette photo des bouquetins ne vient pas de moi, c'est une rareté d'un autre pays.
Je me suis posé la question si ce n'était pas une photo truquée ? parce que tu as vu la hauteur que les bouquetins montent ? et le mur du barrage est très raide

10 Re: Animaux sauvages le Dim 15 Avr - 1:04

Yirmeyah Jérémie

avatar
Je me suis posé la question aussi. Impossible à savoir. Je sais qu'ils peuvent grimper aussi bien, mais à cette hauteur, cela semble du suicide, car ces bêtes manquent aussi parfois leur marche. L'article dit qu'ils sont attirés par des plantes fraiches poussant sur le mur.

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

11 Re: Animaux sauvages le Dim 15 Avr - 9:29

VENT

avatar
A la différence que personne ne peut prouver qu'un animal peut se suicider. Maintenant je comprend mieux si les bouquetins sont attirés par des plantes fraîches, et l'article ne doit pas parler des bêtes qui se tuent quand ils loupent une marche ? parce que le mur d'un barrage n'est pas une montagne. Encore une construction qui menace la vie animale

12 Re: Animaux sauvages le Lun 29 Déc - 8:38

samuel

avatar
Administrateur
CHANGEMENT CLIMATIQUE
Les oiseaux s’habituent à la douceur et migrent de plus en plus tardivement
Par  Adrià Budry Carbó | Mis à jour le 28.12.14
La météo pousse certaines espèces à se sédentariser, altérant ainsi les équilibres locaux




Au "chaud" dans le Nord ou Est de l'Europe, la buse variable n'a pas encore beaucoup pointé le bout de son bec dans nos contrées. (Photo: Pierre Abensur)
«Y’a plus de saison.» Un constat également tiré par certaines espèces d’oiseaux qui renoncent à migrer vers des contrées plus chaudes ou le font plus tard. C’est le cas par exemple du pigeon ramier ou de l’étourneau sansonnet, habitués à passer les hivers dans le sud de l’Europe ou au Maghreb. On en trouve actuellement de grands groupes autour du Léman, au grand dam des agriculteurs.

«Nous avons constaté depuis plusieurs années déjà un phénomène de sédentarisation. Les oiseaux s’adaptent d’autant plus facilement à ce climat que l’on retrouve un grand potentiel nutritif dans la région lémanique, avec des cultures, des algues ou des moules zébrées, toujours accessible puisque le lac ne gèle pas l’hiver», explique le directeur du Centre ornithologique de réadaptation de Genthod, Patrick Jacot.
Or, ces «nouveaux locataires» peuvent s’avérer gênants. Les étourneaux, par exemple, ont tendance à «squatter» les cavités normalement prisées par d’autres espèces pour leur reproduction. «Le rouge-queue à front blanc qui revient de sa migration transsaharienne fin mars début avril se trouve ainsi privé de nid», expose Patrick Jacot. A l’inverse, d’autres espèces n’ont pas encore montré le bout de leur bec dans nos régions, comme les buses du nord et de l’est de l’Europe.
Le fondateur du centre, qui fêtera ses 40 ans l’an prochain, est plus préoccupé par l’augmentation du nombre d’oiseaux pris en charge. Cette année, la barre des 1100 interventions a déjà été dépassée, contre une moyenne annuelle de 950 à 1000 par le passé. Cet afflux d’oiseaux à «l’infirmerie» est notamment dû à l’été humide qui a provoqué de nombreuses chutes, en particulier des bébés martinets tombés du nid.En cause également: la fermeture du Centre de sauvegarde de la faune sauvage de Haute-Savoie. «Nous avons reçu des dizaines d’oiseaux supplémentaires. Nous les soignons, et les ramenons dans leur région d’origine après leur avoir fait passer des analyses bactériologiques et virales. Les oiseaux ne connaissent pas de frontière.» Coût de la démarche? Jusqu’à 600 francs pour un oiseau grièvement blessé. Entre 150 et 350 francs pour un rapace de taille moyenne. De quoi accentuer la pression sur les finances du centre dont les revenus proviennent principalement de dons ou de legs.
(Tribune de Genève)

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum