Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

article sur le sang

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

1 article sur le sang le Dim 5 Fév - 9:59

Josi


Rappel du premier message :

Article paru dans Le Progrès (Lyon) ce dimanche 5/02/2012

http://www.leprogres.fr/rhone/2012/02/05/va-t-on-vendre-notre-sang


51 Re: article sur le sang le Mer 14 Mar - 14:47

Josué

avatar
Administrateur
si c'est un argument et les toubibs commencent maintenant a y regarder à deux fois avant de faire une transfusion.

52 Re: article sur le sang le Mer 14 Mar - 15:02

alexandre



si c'est un argument et les toubibs commencent maintenant a y regarder à deux fois avant de faire une transfusion.

Encore cette contradiction que vous ne réalisezdans le discours TdJ, deux logiques contradictoires, qui finissent par se télescoper:
1) Je refuse le sang, même au risque de ma vie, parce que c'est interdit.
2) Je refuse le sang parce que c'est dangereux, pour ne pas risquer ma vie.








Qui veut répondre à ce raisonnement :

Par contre Jésus place la VIE au dessus de la loi, on peut trangresser la loi, quand il s'agit de sauver une vie ou de soigner une personne. Le message est clair et limpide, à la question "Est-il permis, le sabbat, de guérir ?", Jésus répond : "combien un homme vaut plus qu’une brebis !"

La même idée ressort de 1 Sam 21,5 ss :

Le prêtre répondit : " Je n'ai pas de pain ordinaire sous la main, il n'y a que du pain consacré - pourvu que tes hommes se soient gardés de rapport avec les femmes. " (...)
Alors le prêtre lui donna ce qui avait été consacré, car il n'y avait pas d'autre pain que le pain d'oblation, celui qu'on retire de devant Yahvé pour le remplacer par du pain chaud, quand on le prend."

Pourtant Lev 23,20 précise :

"Le prêtre les offrira en geste de présentation devant Yahvé, en plus du pain des prémices. En plus des deux agneaux, ce sont choses saintes pour Yahvé, qui reviendront au prêtre."

C'est Jésus lui-même qui donne la leçon :

" Mais il leur dit : " N'avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu'il eut faim, lui et ses compagnons ? Comment il entra dans la demeure de Dieu et comment ils mangèrent les pains d'oblation, qu'il ne lui était pas permis de manger, ni à ses compagnons, mais aux prêtres seuls ?" Mt 12,3 ss

Et Jésus de conclure en répondant à la question : " Est-il permis de guérir le jour du sabbat ?" , l'affirmation suivante : "Or, combien un homme vaut plus qu'une brebis ! Par conséquent il est permis de faire une bonne action le jour du sabbat. " (Mt 12,12)

Donc la VIE d'un individu selon Jésus est au dessus de la LOI.

53 Re: article sur le sang le Mer 14 Mar - 15:05

Josué

avatar
Administrateur
ou il y a une contradiction?
les médecin regarde a deux fois car ils savent maintenant qu'il y à d'autres possibilités.a moins que se soient des bouchers patentés.

54 Re: article sur le sang le Mer 14 Mar - 15:10

alexandre



ou il y a une contradiction?
les médecin regarde a deux fois car ils savent maintenant qu'il y à d'autres possibilités.a moins que se soient des bouchers patentés.

Un TdJ dit qu'il refuse le sang, même au risque de sa vie, parce que c'est interdit et dans le même temps il formule l'idée contraire, je refuse le sang parce que c'est dangereux, pour ne pas risquer ma vie ... Vous ne voyez pas la contradiction ? Shocked

Qui veut répondre à ce raisonnement :

Par contre Jésus place la VIE au dessus de la loi, on peut trangresser la loi, quand il s'agit de sauver une vie ou de soigner une personne. Le message est clair et limpide, à la question "Est-il permis, le sabbat, de guérir ?", Jésus répond : "combien un homme vaut plus qu’une brebis !"

La même idée ressort de 1 Sam 21,5 ss :

Le prêtre répondit : " Je n'ai pas de pain ordinaire sous la main, il n'y a que du pain consacré - pourvu que tes hommes se soient gardés de rapport avec les femmes. " (...)
Alors le prêtre lui donna ce qui avait été consacré, car il n'y avait pas d'autre pain que le pain d'oblation, celui qu'on retire de devant Yahvé pour le remplacer par du pain chaud, quand on le prend."

Pourtant Lev 23,20 précise :

"Le prêtre les offrira en geste de présentation devant Yahvé, en plus du pain des prémices. En plus des deux agneaux, ce sont choses saintes pour Yahvé, qui reviendront au prêtre."

C'est Jésus lui-même qui donne la leçon :

" Mais il leur dit : " N'avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu'il eut faim, lui et ses compagnons ? Comment il entra dans la demeure de Dieu et comment ils mangèrent les pains d'oblation, qu'il ne lui était pas permis de manger, ni à ses compagnons, mais aux prêtres seuls ?" Mt 12,3 ss

Et Jésus de conclure en répondant à la question : " Est-il permis de guérir le jour du sabbat ?" , l'affirmation suivante : "Or, combien un homme vaut plus qu'une brebis ! Par conséquent il est permis de faire une bonne action le jour du sabbat. " (Mt 12,12)

Donc la VIE d'un individu selon Jésus est au dessus de la LOI.

55 Re: article sur le sang le Mer 14 Mar - 17:03

chico.

avatar
ma belle soeur et morte à 50 ans pourtant elle à reçu plusieurs unités de sang.

56 Re: article sur le sang le Jeu 15 Mar - 4:06

Yirmeyah Jérémie

avatar
Tu es très redondant, à peu près comme une balle rebondissante qui répète sans cesse des inutilités. Depuis quand, veux-tu me dire que le Sabbat est encore en vigueur ?

Pourquoi ignores-tu ma réponse ? Sabbat = journée de congé où il était permi de sauver des vies ou ses biens ! ! Non ? C'est les pharisiens qui inventaient n'importe quoi, pas Dieu et ils n'ont pas encore changé.

Le sang = s'en abstenir complètement, pas qu'un peu comme-ci comme-ça...

Où est le lien ? Tu racontes n'importe quoi.

http://communautetjfrancoph.forum-canada.com/

57 Article paru dans SENIOR ACTU.COM le Jeu 15 Mar - 18:09

Josi


http://www.senioractu.com/La-securite-de-la-transfusion-sanguine-est-elle-menacee-Tribune-Libre-d-Axel-Kahn_a14714.html

58 Re: article sur le sang le Jeu 15 Mar - 18:15

Josué

avatar
Administrateur
Josi a écrit:http://www.senioractu.com/La-securite-de-la-transfusion-sanguine-est-elle-menacee-Tribune-Libre-d-Axel-Kahn_a14714.html
merci

et Axel Kahn c'est de quoi il parle. sxoxs

59 Re: article sur le sang le Jeu 15 Mar - 18:24

Josi


Sur la transfusion sanguine

Lundi 12 Mars 2012
La sécurité de la transfusion sanguine est-elle menacée ? Tribune Libre d’Axel Kahn
Axel Kahn, hématologiste et ancien membre du Comité Consultatif National d’Ethique, s’inquiète des possibles conséquences pour la sécurité sanitaire de la transfusion sanguine d’une réforme envisagée avant l’échéance électorale de mai.

La contamination en France et dans le monde de centaines de milliers de personnes transfusées par des virus divers et des dysfonctionnements importants du système transfusionnel ont conduit dans notre pays à une réforme essentielle en 1993 et 1998 :
- les activités de collectes et de transformation du sang sont confiées à l’Etablissement Français du sang (EFS).
- l’Institut National de la Transfusion Sanguine (INTS) est une instance indépendante qui assure la veille et la sécurité sanitaire de la transfusion en lien avec les principes éthiques auxquels la France se réfère : anonymat et gratuité du don, etc.

Or, l’INTS pourrait être supprimé dans les jours qui viennent avant même les prochaines échéances électorales. L’équilibre entre un établissement chargé de la collecte, de la transformation et de la commercialisation du sang et de ses dérivés, d’une part, un dispositif indépendant chargé du contrôle de la sécurité et du respect des principes éthiques, d’autre part, apparait essentiel à Axel Kahn.

La rupture de cet équilibre lui semble faire planer des menaces sur le système transfusionnel français.

La pratique de la transfusion sanguine a été rendue possible par la découverte des groupes sanguins, en 1900, par Karl Landsteiner. Pratiquée sur une très petite échelle dès 1918, elle se répand durant la guerre de 39-45. Il s’agit surtout jusqu’en 1944 d’une transfusion directe d’un donneur à un receveur. Ensuite, cette méthode héroïque laisse la place à la collecte et à la conservation du sang, selon deux logiques. L’une est commerciale, elle fait appel à des donneurs rémunérés et s’impose aux Etats-Unis, dans de nombreux pays du monde en dehors de l’Europe et en Allemagne où stationnent les troupes américaines. En dehors de notre voisin d’Outre-Rhin, s’impose sur notre continent le principe du don anonyme et gratuit. Il est consigné dans la loi française de 1952 qui organise le système transfusionnel national dont les fondements éthiques deviendront une référence.

Selon cette vision, la beauté et la grandeur du don exigent son caractère bénévole. Sinon, il ne s’agirait pas d’un don, mais d’un commerce. Le don du liquide de vie représente une forme sublimée de solidarité, les donneurs sont valorisés à leurs propres yeux et à ceux de la société. Dans les entreprises, les travailleurs se rendent en groupe aux collectes organisées, conscients de la signification de leur engagement collectif. Les camions de prélèvement sillonnent les chemins, les routes et les rues du pays, et nul doute que ceux qui s’y rendent ressentent cette sorte d’ivresse légère, de dilatation de l’âme née de l’accomplissement d’une bonne action, surtout lorsque la société toute entière la valorise à ce point.

Cet exemple du don du sang et de ses principes constituera le socle de la réflexion éthique dans notre pays. Le fait que le premier Président du Comité Consultatif National d’Ethique créé par François Mitterrand en 1983 soit le Professeur Jean Bernard, un hématologiste célèbre rompu aux pratiques et à l’esprit de la transfusion sanguine, y contribue.

Les éléments essentiels de cette pensée éthique « à la française » sur le corps et ses dérivés sont les suivants : la personne ne saurait se réduire à son corps mais ne peut non plus en être dissociée. Qui attente au corps attente aussi à la personne, à sa dignité et/ou à sa sécurité. Il convient par conséquent de protéger des personnes mues par l’état de nécessité contre l’usage qu’elles pourraient elles-mêmes être amenées à faire de leurs corps et de ses produits. De ce fait, les produits, les parties et les organes du corps doivent impérativement être préservés d’une logique commerciale. Certes, la personne doit impérativement consentir à tout usage de son corps et de ses produits, elle ne peut cependant les aliéner au titre d’un contrat commercial.
La valeur morale élevée de cette pensée devait hélas contribuer à affaiblir la vigilance des professionnels quant aux questions de sécurité : sans doute pensaient-ils de manière inconsciente qu’une action aussi bonne ne pouvait se révéler dangereuse. La transmission dramatique des virus de l’hépatite B, de l’hépatite C et du Sida à des centaines de milliers de personnes allaient constituer un électrochoc pour notre pays.


En particulier, les soubresauts du scandale du sang contaminé, les dysfonctionnements graves au sein du Centre National de la Transfusion Sanguine (CNTS) allaient aboutir à une totale réorganisation du système transfusionnel français. L’un de ses fondements est la séparation entre, d’une part, la collecte par l’Etablissement Français du Sang (EFS) et, d’autre part, l’évaluation et la veille sur la sécurité transfusionnelle au sein de l’Institut National de la Transfusion Sanguine (INTS). L’INTS est d’un point de vue juridique un groupement d’intérêts public dont le mandat est arrivé à expiration le 31 décembre dernier. Une décision urgente doit par conséquent être prise qui peut être de reconduire la structure, de la transformer ou de la liquider.

De son côté l’EFS est soumis à des contraintes redoutables : alors que la promesse d’émergence de sang artificiel ou de production en culture des éléments figurés du sang tardent à être exaucées, il existe dans notre pays une tendance forte à la démobilisation des donneurs volontaires qui trouve sans doute ses origines dans la stigmatisation générale de l’action collective et solidaire. De façon parallèle, les techniques de transformation du sang en toute une série de produits fractionnés et plus ou moins modifiés confèrent à l’EFS une position charnière dans la mise en œuvre d’un véritable « projet industriel » reposant sur le sang et ses dérivés.

Les pressions sont de ce fait lourdes pour qu’évolue le principe de la gratuité des dons, voire qu’il y soit mis fin de manière à garantir un approvisionnement sécurisé d’un véritable process industriel aux retombées commerciales considérables. De nombreuses sociétés privées sont impliquées dans cette industrie biotechnologique et pharmaceutique reposant sur le sang. Elles font bien entendu pression en faveur de l’évolution vers un marché du sang, de sa collecte à la vente de ses produits.

Dans ce contexte, l’INTS apparait un peu comme une entrave dont beaucoup rêve de se débarrasser. Il se pourrait bien que sa mise à mort définitive soit déjà programmée de manière à devenir effective avant les prochaines échéances électorales en France. Ce serait un désastre. Le passé a démontré avec cruauté le risque de pratiques transfusionnelles reposant sur la seule logique du marché, les principes gestionnaires l’emportant sur ceux de la réflexion éthique et la meilleure sécurité.


Eviter la réédition des dérives du CNTS dans les années 83-86 exige que persiste, à côté d’un EFS doté des moyens de ses légitimes ambitions, une instance indépendante chargée d’assurer la continuité en termes de veille sanitaire et de discussions sur les possibles évolutions du corpus éthique dont notre pays a toutes les raisons de s’enorgueillir. Cette dernière pourrait de manière logique être adossée à l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments.

Evitons qu’à la faveur de la compétition électorale en cours, dans une atmosphère délétère de fin de règne et pour céder à d’indicibles pressions, un ultime règlement de compte ne mette à mort une instance dont le seul objectif est de se prononcer de manière indépendante sur les principes de l’éthique et de la meilleure sécurité des patients.

60 Re: article sur le sang le Lun 19 Mar - 17:10

samuel

avatar
Administrateur
d'après la revue Santé magazine.
on enregistre environs une centaine d'incidents sérieux par an à la suite d'une transfusion.

61 Re: article sur le sang le Sam 24 Mar - 16:35

Josué

avatar
Administrateur
[img] [/img]
"Je veux donner mon appréciation à tous les ministères qui ont été impliqués dans ma chirurgie pour leur excellence des soins», a déclaré M. Allen, l'un des Témoins de Jéhovah

62 Re: article sur le sang le Lun 26 Mar - 13:19

Josué

avatar
Administrateur
Toute transfusion de sang est un traitement mé-
dical invasif ayant des bénéfices et risques
potentiels. Il s’agit de les peser soigneusement.
L’indication à la transfusion doit d’une part être
bien posée. Il est d’autre part essentiel que tous
les partenaires intervenant dans le processus de
la transfusion (patient, médecin, soignants, laboratoire) soient parfaitement orientés sur les risques, ce qui permet, dans le meilleur des cas, de
prévenir toute complication. Mais si une réaction
se présente malgré tout après la transfusion, son
tableau clinique doit en être connu et surtout elle
doit être diagnostiquée. Et enfin le traitement
doit être mis en route sans délai.
http://www.medicalforum.ch/pdf/pdf_f/2006/2006-06/2006-06-353.PDF

63 Re: article sur le sang le Lun 14 Mai - 13:49

Josué

avatar
Administrateur
De nombreuses transfusions sanguines sont inutiles | LeFigaro.fr - Santé
Chaque jour, la transfusion sanguine sauve des milliers de vies. Pratiquée pour pallier un déficit en globules rouges qui apportent l'oxygène aux tissus, son utilité est déterminée en fonction du seuil transfusionnel. Ce point critique, basé sur le taux d'hémoglobine du patient, est généralement compris entre 7 et 10 g/dL (grammes par décilitre) de sang. Mais ces valeurs prêtent à discussion, d'autant que la transfusion n'est pas un geste dénué de risque.
«Les recommandations américaines indiquent qu'une transfusion est nécessaire lorsque le taux d'hémoglobine chute au dessous de 6 ou 7 g/dL et inutile lorsque ce taux est à 10 g/dL. Entre ces deux valeurs, il n'y a pas de consensus», constate le professeur Steven Franck, anesthésiste à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore. En observant les seuils transfusionnels des 2981 patients transfusés dans cet établissement de février 2010 à août 2011, il a pu constater de grandes variations du taux d'hémoglobine limite retenu par les praticiens pour transfuser, celui-ci étant globalement trop élevé.

Un acte médical non dénué de risque
«Depuis 5 ans, les travaux portant sur la transfusion incitent à abaisser le seuil transfusionnel. Une étude récente confrontant des seuils de 7 g/dL et de 10 g/dL chez des patients stables en réanimation a ainsi montré l'absence de différence de survie des patients*. Mais les médecins n'ont vraisemblablement pas encore adapté leur pratique». Selon le chercheur, l'usage excessif de la transfusion est pourtant problématique. «Non seulement le sang est une denrée rare et coûteuse, mais les patients ne se portent pas mieux et même parfois plus mal, lorsque la transfusion est faite prématurément ou inutilement».

L'introduction de sang étranger dans le corps initie une série de réactions immunitaires chez le patient qui développe des anticorps contre les globules rouges importés. Ce mécanisme de défense rend l'obtention d'une compatibilité plus difficile lors d'éventuelles transfusions ultérieures. La transfusion a également un effet suppressif sur le système immunitaire, qui augmente le risque de contracter des maladies opportunistes. Sans compter le risque, rarissime mais pas inexistant, de transmission d'une infection virale ou bactérienne ou encore d'être victime d'une erreur de groupe sanguin.

Des seuils plus hauts en France qu'aux États-Unis
En France, la transfusion sanguine se base sur les recommandations de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex-Afssaps) de 2003. Les seuils transfusionnels y sont globalement plus hauts que leurs homologues américains (7 ou 9 g/dL en fonction de l'âge et de l'état clinique du patient). "Mais comme aux États-Unis, les recommandations n'empêchent pas une variabilité dans les pratiques", constate le Docteur Lionel Velly, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital de la Timone à Marseille.

«Toutefois, l'indication d'une transfusion sanguine en cours d'opération en cas de saignement brutal ne peut se résumer à la question du taux d'hémoglobine. L'hémoglobine n'est pas un reflet très fidèle du saignement actif, car son taux chute avec un certain retard par rapport à la perte sanguine. Ce facteur ne doit pas être pris en compte isolément. La vitesse de saignement, la réaction du patient, et le volume sanguin perdu ont également leur importance», explique le docteur Velly.

Enfin, si le choix ou non d'effectuer une transfusion doit se décider à la lumière des bénéfices et des risques encourus, il importe de rappeler que le risque de survenue de complications liées à la transfusion est inférieur, et de très loin, aux dangers liés à la sous-transfusion ; l'anémie et l'hémorragie restant les principales causes d'arrêt cardiaque au cours d'une opération.

*Hebert PC et al. N Engl J Med. 1999;340(6):409-17.

**Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, ex- AFSSAPS - Recommandations. Transfusion de globules rouges homologues: produits, indications, alternatives. Ann. Fr. Anesth. Réanim., 2003 ; 22: 67-81.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/05/11/18178-nombreuses-transfusions-sanguines-sont-inutiles

64 Re: article sur le sang le Lun 11 Juin - 12:23

Josué

avatar
Administrateur
Le ministère de la Santé met en oeuvre une nouvelle politique pour encourager les dons de sang
2012-05-18 21:05:02 xinhua
Les donneurs de sang pourront se faire rembourser leurs frais en cas de transfusion sanguine en dehors des établissements où ils ont fait don de leur sang, selon une circulaire publiée vendredi par le ministère chinois de la Santé pour encourager les dons de sang.
Cette politique ne s'applique actuellement que dans les différents établissements d'une même région de niveau provincial. Cependant, le ministère encourage les provinces à promouvoir les remboursements inter-provinciaux pour l'utilisation de produits sanguins.

Le ministère a exhorté les centres de don du sang, les établissements de santé et les autres départements compétents à désigner des employés chargés d'examiner les remboursements et à ne pas refuser de rembourser des patients sous prétexte qu'ils n'ont pas fait don de leur sang dans la région.

Un total de 12,32 millions de donneurs ont fait don de 4 164 litres de sang en 2011 en Chine, en hausse de respectivement 5,18% et 3,71% par rapport à l'année 2010, selon le ministère.

L'approvisionnement en sang est encore insuffisant dans certaines régions, a indiqué le ministère, ajoutant qu'environ 120 000 donneurs de sang seront nécessaires chaque jour pour approvisionner tous les établissements de santé du pays en 2015.

65 Re: article sur le sang le Mar 12 Juin - 10:50

Josué

avatar
Administrateur
transfusion sanguine présente certains risques (infections ...)
Comme toute thérapeutique, la transfusion sanguine ou de médicament dérivés du sang présente certains risques, liés à des erreurs de manipulation, de preblockedion ou à l'ignorance scientifique. Les transfusions de sang ont la particularité de pouvoir transmettre des agents infectieux.

La transfusion sanguine est constituée en médecine, comme une thérapeutique substitutive destinée à corriger le déficit en un ou plusieurs des constituants du sang. Mais, les effets de la transfusion sont transitoires en raison de la courte durée de vie des cellules ou des protéines plasmatiques des produits sanguins labiles. Ce caractère transitoire implique une multiplication des transfusions et donc le recours à plusieurs donneurs.

L'un des risques les plus importants à l'heure actuelle n'est pas l'agent infectieux, mias l'erreur humaine lors de la pratique de la transfusion. La thérapeutique transfusionnelle implique de nombreux intervenants depuis le donneur jusqu'au receveur. Ces nombreuses étapes accroient les risques liés à l'erreur humaine. Il peut y avoir également un risque sur la réalisation d'une transfusion inadaptée due à un mauvais diagnostic clinique.

Mais, la transmission d'une maladie infectieuse lors de la transfusion reste la crainte la plus importante chez les personnes ayant besoin de transfusion sanguine. Alors qu'elle est peut fréquente en France. Ce risque est lié au fait que tout agent pathogène à une phase d'incubation qui le rend non détectable avec les tests au laboratoire. Mais, le risque non évaluable à ce jour est la transmission par des produits sanguins d'agents infectieux non identifiés.

Aujourd'hui, les produits sanguins labiles en France sont très sûrs grâce notamment aux test biologiques de plus en plus performants, des pratiques en transfusion sanguine très maîtrisées. Mais l'apparition d'un nouvel agent infectieux, qui passerait à travers les mesures de protection actuelles, est malgré tout toujours possible;

Josué

avatar
Administrateur
[img] [/img]

Le plasma lyophilisé au secours des soldats
INFO E1 - Cette technologie française, utilisée en Afghanistan, pourrait être généralisée au civil.

ll a notamment permis d'apporter les soins d'urgence aux cinq blessés de l'attaque-suicide en Afghanistan samedi. Le plasma lyophilisé, fabriqué exclusivement par le centre de transfusion sanguine de l'hôpital militaire Percy de Clamart, dans les Hauts-de-Seine, est une technologie médicale de pointe, 100% française.

Elle présente un avantage de taille : elle se transporte et s'utilise facilement, contrairement au plasma congelé. "Dans la première heure de prise en charge, on doit pouvoir apporter du plasma. Sur le terrain, avoir un congélateur et un décongélateur à proximité du blessé est impossible. Par contre, avoir du plasma lyophilisé, c'est possible", souligne sur Europe 1 le médecin-chef des services et directrice du centre de transfusion sanguine, Anne Sailliol.

Des besoins multipliés par cinq

Depuis 2010, les besoins en plasma des troupes engagées en Afghanistan ont été multipliés par cinq. Quant au choc hémorragique, il reste la première cause de décès au combat. Le plasma lyophilisé est donc une révolution pour la prise en charge des blessés.

Conditionné dans les sous-sols sécurisés de l'hôpital, dans une zone classée "Défense", la recette du plasma lyophilisé, est précieusement gardée au coffre.

A première vue, cela ressemble à du lait pour bébé. Et, pour passer de cette poudre à un plasma injectable au blessé, trois minutes suffisent. Pour décongeler du plasma, il faut compter entre 45 minutes et 1h30. Un gain de temps précieux car plus les blessés sont transfusés rapidement, plus leurs chances de survie augmentent.

Un plasma universel

"Ce flacon est sous vide. Vous avez l'eau qui va permettre la reconstitution du produit et vous avez le système qui va vous permettre de transvaser l'eau dans le flacon", précise le pharmacien-en-chef Anne-Virginie Gachet. "De fait, comme il y a un vide dans les produits, l'eau va couler instantanément dans le flacon de poudre", ajoute-t-il.

Pour l'instant, ce plasma est destiné aux soldats français uniquement. Utilisé par l'armée, notamment en Afghanistan, ce plasma pourrait rapidement bien servir aux accidentés de la route ou encore aux victimes d'un séisme. Car cette préparation cumule les atouts : universel, ce plasma convient à tout blessé en cas d'hémorragie, quel que soit son groupe sanguin. En outre, il se conserve à température ambiante, pendant deux ans.

67 Re: article sur le sang le Sam 14 Juil - 14:37

Josué

avatar
Administrateur
Ministère des Affaires étrangères, 5 juillet 2012
Convention européenne - Biomédecine - Dignité de l’être humain - Consentement


Signée par le France le 4 avril 1997, la Convention d’Oviedo a finalement été ratifiée le 13 décembre 2011 par le ministre français chargé des Affaires européennes. Conformément au décret n° 2012-855 du 5 juillet 2012, la Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine vient d’être publiée au Journal officiel en date du 7 juillet 2012.

Cette Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine, entrée en vigueur à l’égard de la France le 1er avril 2012, établit les dispositions nécessaires à la garantie du respect de la dignité et de l’intégrité de la personne, ainsi que la protection des droits et libertés fondamentaux dans le domaine de la biologie et de la médecine.

D’abord, elle rappelle en son article 2 la primauté de l’être humain : « L’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science. »

En matière de consentement éclairé, l’article 5 dispose le principe général qui suit :

« Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé.

Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques.

La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement. »

S’il est possible d’intervenir en situation d’urgence, faute de pouvoir obtenir un consentement approprié (article Cool, l’article 9 rappelle de prendre en considération les instructions anticipées que le patient aurait éventuellement exprimées :

« Les souhaits précédemment exprimés au sujet d’une intervention médicale par un patient qui, au moment de l’intervention, n’est pas en état d’exprimer sa volonté seront pris en compte. »

68 Re: article sur le sang le Mar 14 Aoû - 17:14

Coeur de Loi

avatar
Alternative hypotétique : L'eau de Quinton

"Le Dr François Epineuze explique une méthode peu chère, rapide et durable pour la plupart des problèmes de colonne vertébrale : Le sérum ou plasma de Quinton.
En boisson, injection, et même transfusion, le plasma de Quinton prévient, soigne et guérit... Le plasma de Quinton est un extrait d'eau de mer préservé et dilué avec de l'eau de source, en mesure de renforcer la santé et l'immunité cellulaire chez l’être humain."

René Quinton - Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Quinton

Le plasma de quinton - le remplacement du sang par de l'eau de mer ...
http://www.zen-blogs.com/fr/quinton.php

---

http://www.dailymotion.com/video/xdr0ne_l-eau-de-quinton-comment-remplacer_lifestyle?ralg=meta2-only#from=playrelon-9

---

On parle des TJ à la moitié du doc.

69 Re: article sur le sang le Mar 14 Aoû - 17:17

samuel

avatar
Administrateur
merci du lien.

70 Re: article sur le sang le Mar 14 Aoû - 17:31

Josué

avatar
Administrateur
je n'ai jamais vue un article fait par les tj sur se monsieur et ses recherches.

71 Re: article sur le sang le Mar 28 Aoû - 10:26

Josué

avatar
Administrateur
Le groupe sanguin augmenterait le risque de maladies cardiaques
Le 24/08/2012 - Marion Guégan, rédactrice santé
Réagissez ! - 1 commentaire
Le tabac, les antécédents familiaux, le régime alimentaire ont déjà été incriminés comme facteurs de risque des maladies cardiaques. Aujourd'hui, c'est au tour du groupe sanguin ! Selon une étude menée par le Dr Meian He de l'Ecole de santé publique de Harvard (Etats-Unis), le groupe sanguin influencerait le risque cardio-vasculaires. Ainsi, après avoir analysé les données de 89 500 personnes, il s'est aperçu que les personnes les moins à risque sont celles du groupe 0. Par rapport à ces dernières, celles du groupe A ont un risque cardiaque majoré de 5%, celles du groupe B de 11% et celles du groupe AB de 23% ! Pourquoi ? Les mécanismes semblent encore flous et compliqués. Néanmoins, il peut être intéressant pour les personnes à risque de surveiller plus particulièrement leur taux de cholestérol, de triglycérides, leur tension artérielle... pour éviter l'accident.

72 alternative à la transfusion. le Dim 2 Sep - 8:59

Josué

avatar
Administrateur
http://www.jw.org/fr/publications/revues/g201209/alternatives-medicales-a-la-transfusion-sanguine/

73 Re: article sur le sang le Dim 5 Mai - 22:27

Josué

avatar
Administrateur
Les Témoins de Jéhovah se rétablissent plus rapidement de la chirurgie »

Une nouvelle étude médicale a trouvé les Témoins de Jéhovah se remettre de la chirurgie cardiaque plus rapide et avec moins de complications que les autres patients.
Mais les Archives of Internal Medicine, qui a publié l'étude, ne dit pas que les résultats sont à cause d'une puissance supérieure.
chercheurs disent que les Témoins de Jéhovah sont interdits de subir des transfusions sanguines, ils se préparent pour la chirurgie avec des techniques de conservation du sang qui pourrait conduire à une meilleure récupération.
Cardiologues dit qu'il C'est un résultat intéressant, mais plus de recherches sont nécessaires.
L'étude portait sur ​​la chirurgie cardiaque pour environ 90.000 patients à la Clinique de Cleveland dans l'Ohio, dont 322 Témoins de Jéhovah.
Elle a constaté qu'ils avaient moins de complications et des séjours hospitaliers plus courts et un meilleur taux de survie à un an out.
Professeur Garry Jennings est un cardiologue et directeur et chef de la direction de la Baker IDI Heart and Diabetes Institute.
Selon lui, il s'agit d'un résultat intéressant, mais doit être traitée avec prudence.
"Je pense que vous avez à revenir à la étude originale, où 87.000 personnes qui n'étaient pas des Témoins de Jéhovah et ont pu avoir des transfusions sanguines ont été comparés avec les Témoins de 300 impair Jéhovah ", at-il dit.
«Parce que la décision que vous prenez comme un cardiologue pour savoir si quelqu'un est prêt et à droite pour la chirurgie est susceptibles d'être très différent de ce groupe si vous savez que la transfusion sanguine n'est pas une option.
http://www.abc.net.au/news/2012-07-04/jehovahs-witnesses-recover-better-from-heart/4109754

74 Re: article sur le sang le Jeu 6 Juin - 18:50

Josué

avatar
Administrateur
Sauvée grâce au sang synthétique.
C’est arrivé en Australie, où a été utilisé pour la première fois le produit issu par la recherche sur des bovins, relativement à une femme témoin de Jéhovah. La bénéficiaire se nomme Tamara Coakley, agée de 33 ans, qui avait été blessée gravement dans un accident de la route et hospitalisée à l’Alfred Hospital de Melbourne.
L’intervention sans laquelle la femme serait morte, remonte au mois d’octobre dernier et elle a été rapportée dans le dernier numéro du Médical Journal of Australia. On relève dans l’article, le premier cas connu dans le quel le sang synthétique ait permis d' oxygéner le sang, et, avec lui, le cœur et les autres organes, a propos d' une victime d’un traumatisme.
A cause de ses convictions religieuses, la femme ne pouvait recevoir les transfusions sanguines. Il lui était permis de recevoir seulement des remplaçants. Ainsi les médecins de l’Alfred Hospital utilisèrent 10 unités d’une substance appelée HBOC-201, qui transporte l’oxygène de façon semblable à ce que fait l’hémoglobine dans le sang humain.
Basé sur une molécule dérivée du sang de bovin, la substance a été obtenue d’urgence par voie aérienne depuis les Etats Unis, et une fois administrée, a restauré le niveau d'oxygène dans le sang de la patiente.
Pour le directeur du Service Traumatologique de l’hôpital australien, Mark Fitzgerarld, cela représente un pas important dans le développement d’une alternative faisable pour affronter la pénurie dans la réserve du sang humain à l’échelle mondiale.
A la différence du sang donné, le sang synthétique ne nécessite point de compatibilité avec le groupe sanguin et peut-être conservé sans réfrigération jusqu’à trois années, le rendant ainsi adapté à l’usage dans des zones isolées ou dans les champs de bataille, explique le docteur Fitzgerarld.
« Nous voudrions voir ces produits de sang synthétique disponibles dans des zones très éloignées et près des nos forces armées, lorsque il n’y a pas d’autres recours ou solutions » ajoute-t-il, précisant toutefois que de tels produits se trouvent encore dans la phase d’expérimentation et qu’il devrait encore franchir d’autres essais avant de passer d’ une phase de prototype a celle de routine.

Source : Cet article a été publié sur le site du quotidien gratuit « Leggo » en date du 5 mai 2011, dans la rubrique « Etranger » (www.leggo.it)

75 Re: article sur le sang le Lun 24 Juin - 7:42

Josué

avatar
Administrateur
Le groupe sanguin déterminerait la personnalité
Réagissez ! - 3 commentaires
groupe sanguin,régime
Selon plusieurs cultures notamment coréennes et japonaises, notre personnalité varierait beaucoup  en fonction de notre groupe sanguin. 
Découvrez la vôtre !



[color][font]
Avant d'écrire son livre Eat Right For Your Type, qui établit le régime alimentaire en fonction du groupe sanguin, le Dr Peter Adamo a mené une étude mettant en relation des traits de la personnalité avec le groupe sanguin.

Groupe A
Ils sont plutôt introvertis, patients avec le goût du travail bien fait. Ils peuvent aussi être obsessionels, complexés, tétus et souvent nerveux. Ils possèdent le sens de la loyauté et restent assez discrets voier même trop, et n'arrivent pas à exprimer leurs sentiments.
Régime : 
Un régime plutôt végétarien.
Groupe B 
Créatives, souples et à tendance individuelle, les personnes de groupe B sont passionnées et optimistes. Mais aussi rancunières et irresponsables. En amitié, elles sont ouvertes et compréhensives et se confrontent rarement aux autres. En Corée du Nord, le groupe B a une réputation négative d'égoïstes, de manipulateurs et de lunatiques.
Régime : Selon le Dr Adamo il faut un régime bien particulier. Eviter par exemple le poulet car il contiendrait une levure coagulante pour le groupe sanguin B qui pourrait causer des faiblesses immunitaires.
Groupe AB
Connues pour être rancunières, les personnes de groupe AB sont aussi introverties, rationnelles et réfléchies. Elles ont la réputation d'être charmantes et populaires. Souvent à l'écart des autres, elles ne supportent pas les étiquettes.
Régime : Avec un sytème digestif sensible, les personnes de groupe AB doivent éviter la consommation de viande, de poulet, de boeuf et de porc. il faut privilégier les fruits de mer et le tofu.
Groupe O
Ils sont ambitieux, sûrs d'eux, même souvent arrogants et insensibles. Ce sont des meneurs nés et des passionnés. Ils n'ont pas peur de prendre des risques et croient en leurs chances de réussite.
Régime : Dotés d'un métabolisme rapide,ils doivent privilégier les viandes maigres, les volailles et le poisson, et limiter les céréales et le pain.

Source : www.dadamo.fr[/font][/color]

76 Re: article sur le sang le Dim 27 Avr - 8:10

Josué

avatar
Administrateur
Des scientifiques britanniques ont créé une machine révolutionnaire qui recycle le sang perdu dans les opérations.
L'invention va permettre aux Témoins de Jéhovah d'avoir une chirurgie majeure, car elle exclut la nécessité de transfusions sanguines, qui interdit leur foi.
La technologie peut aussi sauver des millions de NHS en réduisant la demande pour les dons de sang.
. L'appareil de filtrage Hemosep a été utilisé récemment sur le témoin Julie Penoyer de Jéhovah, 50 médecins ont dit à la traductrice elle avait besoin d'avoir une partie de son aorte - le plus grand navire de sang dans le corps - remplacé car il pourrait éclater à tout moment, la tuant.
Elle souffre d'une maladie rare héréditaire appelée syndrome de Marfan, qui fait son cartilage très extensible, ce qui signifie les murs de la partie supérieure de son aorte étaient dangereusement mince.
Mais elle a dit qu'elle serait d'accord pour la chirurgie seulement si elle pourrait avoir l'opération sans transfusion. Les Témoins de Jéhovah croient que c'est contre la volonté de Dieu à «ingérer sang» en aucune façon.
L'équipe du Centre cardiaque Trent de Nottingham a ensuite mentionné la machine Hemosep.
Contrairement à d'autres dispositifs de récupération de sang, il permet la collecte non seulement des globules rouges mais aussi des cellules essentielles et des enzymes qui aident à ce caillot, ce qui signifie Mme Penoyer pourrait avoir l'opération sans recevoir de produits sanguins.
Elle a subi l'opération de sept heures à la fin de Janvier et se remet bien après avoir passé seulement 13 jours à l'hôpital. Hier soir, elle a dit: «Les gens me disent qu'ils ne peuvent pas croire que j'ai récemment eu la chirurgie cardiaque. Je peux enfin respirer à nouveau correctement.
Lors de l'opération Mme Penoyer perdu plus de deux litres de sang. Mais cela a été pompé vers l'arrière dans son corps.
La machine travaille en filtrant le sang à travers une membrane plastique qui capture les cellules vitales de globules rouges, des cellules de la coagulation appelées plaquettes et des enzymes appelées facteurs de coagulation.
Jonathan Bain, qui a opéré la machine, a expliqué: «Nous devions avoir tout relié à une boucle continue, de sorte qu'à aucun moment serait le sang ont laissé la circulation de son corps. Nous sommes allés très loin pour s'assurer que la boucle n'était pas cassé.
Découverte: La machine exclut le besoin de transfusions sanguines et pourrait sauver des millions de NHS en réduisant la demande pour les dons de sang
2
Découverte: La machine exclut le besoin de transfusions sanguines et pourrait sauver des millions de NHS en réduisant la demande pour les dons de sang
Il a ajouté: «Ce fut une opération de sauvetage, car le danger était que son aorte aurait rompu à tout moment. Cela aurait été catastrophique. Mais il aurait été presque impossible pour sauver sa vie après une rupture sans avoir recours à une transfusion de sang, at-il ajouté.
La machine a été conçu par Terry Gourlay, professeur de génie biomédical à l'Université de Strathclyde à Glasgow.
Il a pris son idée de Brightwake, une firme Midlands, ce qui rend les pansements et autres produits médicaux de haute technologie.
Fondateur Steve Cotton a déclaré: «Il montre ce qui est possible avec un peu d'ingéniosité britannique." Il a calculé que le dispositif pourrait sauver le NHS plus de 10 millions de livres par an en réduisant la demande pour les dons de sang.



Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2614169/UK-blood-recycling-breakthrough-let-Jehovahs-Witnesses-major-surgery.html#ixzz3042yqqXB
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

77 Re: article sur le sang le Dim 8 Fév - 10:04

Josué

avatar
Administrateur
Le don du sang ne sera pas rémunéré... Pour l'instant
Par Cécile Casciano publié le 07/02/2015 à 15:21, mis à jour à 17:44

Donner et recevoir du sang en France, dans quelques années, sera-t-il aussi sécurisé qu'aujourd'hui? Un audit commandé par le ministère de la Santé sur la filière plasma inquiète les syndicats de l'Etablissement français du sang.
Le don du sang ne sera pas rémunéré... Pour l'instant
Un audit commandé par le ministère de la Santé, mené conjointement par l'Inspection générale des affaires sociales et l'Inspection générale des finances cristallise les angoisses des personnels de l'Etablissement français du sang.
REUTERS/Michael Buholzer
Les Français payés pour donner leur sang, une sécurité mise à mal, le spectre d'une nouvelle affaire du sang contaminé en toile de fond... De nombreuses craintes sur la filière du don du sang en France ont émergé alors que la production d'un type de plasma (la partie liquide du sang) est géré depuis le 1er février par une société privée et non plus par l'Etablissement français du sang (EFS).

image: http://deliv.lexpress.fr/5/express/SOCIETE_SANTE_RG/L24/1371305654/x20/ExpressRoularta/1113_ADVIDEUM_INREAD_BACKFILL_XPR_ACTU/testinread.html/56744735796c54584a66384142725a50?_RM_EMPTY_&

Ce changement a entraîné beaucoup d'amalgames, regrettent les acteurs du secteur. A tel point que l'établissement s'est fendu d'un communiqué mercredi pour mettre fin à certaines rumeurs: non, l'EFS ne perd pas le monopole de la collecte et non, les donneurs ne seront pas payés.



"Des pratiques que l'on ne cautionne pas"
En revanche, l'établissement public n'a plus le droit de produire du plasma SD, un mélange de plasma de différents donneurs que l'on congèle et traite pour réduire la présence de virus. Ce produit est désormais considéré comme un médicament après une décision du Conseil d'Etat pour mettre la France en conformité avec la législation européenne. Cela signifie que seuls les laboratoires pharmaceutiques sont aujourd'hui autorisés à fabriquer ce produit.

En France, c'est Octapharma, un laboratoire spécialisé dans les médicaments dérivés du sang, qui reprend la main. "On fait entrer sur le marché français des firmes pharmaceutiques qui ont des pratiques dans le monde que l'on ne cautionne pas", dénonce Jean-Paul Nallatamby, représentant CFDT à l'EFS Rhône-Alpes.

Il fait allusion aux nombreux pays, comme les Etats-Unis, où les donneurs sont rémunérés pour leur sang. Un système qui va totalement à l'encontre de l'éthique du don en France, où l'on considère que seul le don gratuit, et donc désintéressé, peut permettre sa sécurité. Comme l'Organisation mondiale de la santé, qui a lancé un plan d'action en 2010 pour parvenir à 100% de dons de volontaires. "Les dons rémunérés font peser des menaces graves sur la santé et la sécurité aussi bien des receveurs que des donneurs eux-mêmes", justifie l'organisation.

L'éthique du don remise en cause?
De son côté, Octapharma France assure que conformément à la règlementation française, tous leurs produits dérivés du sang sont issus de dons de plasma dits "éthiques", c'est-à-dire "collectés auprès de donneurs volontaires et non rémunérés dans des centres de collecte type Croix-Rouge en Allemagne, en Suisse, en Suède ou aux Etats-Unis".

Si cette éthique du don et le monopole de la collecte par l'EFS ne sont pas remis en cause par la privatisation de la fabrication du plasma SD, les craintes d'une partie des acteurs du secteur semblent cependant bien fondées. "La filière plasma en France est effectivement très fortement questionnée", reconnaît Stéphane Noël, directeur général délégué de production et opérations de l'EFS. Un audit commandé par le ministère de la Santé, mené conjointement par l'Inspection générale des affaires sociales et l'Inspection générale des finances cristallise les angoisses des personnels de l'Etablissement français du sang.

"Les inspecteurs essayaient de nous convaincre"
Habituellement, les discussions lors de ce type d'audit sont très ouvertes, soulignent plusieurs responsables syndicaux, qui ont manifesté le 27 janvier devant le ministère de la Santé contre la "marchandisation du sang". Cette fois, l'ambiance était vraiment différente. "Les inspecteurs nous posaient des questions bien orientées, explique Régine Basty, déléguée centrale de la CFDT à l'EFS. Ils essayaient de nous convaincre." Notamment du bien-fondé de confier la collecte du plasma à une structure publique, le Laboratoire de fractionnement des biotechnologies (LFB), qui fabrique des médicaments dérivés du plasma. Une décision qui pourrait non seulement menacer des centaines d'emplois, mais aussi la sécurité des patients, estiment les syndicats.

Or, la loi de 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine votée après l'affaire du sang contaminé a instauré la séparation entre ceux qui prélèvent et traitent le sang (l'EFS) et ceux qui fabriquent des médicaments à partir de ces produits (le LFB). "L'absence de séparation est d'ailleurs l'une des causes identifiées dans le scandale des années 80, rappelle Serge Dominique, délégué central Force ouvrière à l'EFS. Je crains qu'un industriel soit moins regardant sur la qualité puisqu'il faut être compétitif face aux multinationales." La concurrence fait effectivement rage dans le domaine des médicaments issus du sang et le laboratoire doit pouvoir répondre aux appels d'offres des hôpitaux pour ne pas perdre de parts de marché.

"L'éthique, c'est ringard"
Cette "industrialisation" fait aussi craindre aux syndicats la fin de la gratuité du don. Paradoxalement, comme il est plus difficile à organiser, le "sang gratuit coûte plus cher que le sang rémunéré", explique au Monde Angèle Hermitte, directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

"Un inspecteur m'a demandé ce que je pensais de la gratuité du don puis a fini par me dire: 'L'éthique, c'est ringard',affirme Régine Basty. Leur argument, c'est que la gratuité du don ne fait pas la sécurité." Certes, la crainte de voir des donneurs dissimuler leur état de santé pour gagner de l'argent n'est pas justifiée: en France, "les règles de sécurité sont bien supérieures à celles des autres pays", rappelle Serge Dominique. En revanche, "indemniser le donneur -c'est ce que l'on dit en termes politiquement correct", ironise Régine Basty, "c'est ouvrir la voie à une marchandisation du corps humain."






En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/le-don-du-sang-ne-sera-pas-remunere-pour-l-instant_1649071.html?PMSRC_CAMPAIGN=20150208081510_06_nl_lexpress_quotidienne_11238&xtor=EPR-181-[20150208081510_06_nl_lexpress_quotidienne_11238_000Y6V]-20150208-[Le_don_du_sang_ne_sera_pas_r_eacute_mun_eacute_r_eacute_____Pour_l_instant_002SJLM]-[RB2D106H0014YABA]-20150208072100#rUzC8rWpFdyR7chY.99

78 Re: article sur le sang le Jeu 26 Mar - 7:52

Josué

avatar
Administrateur
Infectées dons de sang: ignoré les avertissements
Le rapport d'un juge a conclu que le NHS ignoré les avertissements sur les dons de sang infectés, Sky Nouvelles apprend.
10h55, Royaume-Uni,
mercredi 25 Mars 2015
Lire la vidéo "NHS Damned cours sang infecté"

Une enquête publique sur pourquoi des milliers de personnes ont été infectées par des dons de sang contaminé a trouvés avertissements ont été ignorés par le NHS, Sky Nouvelles a appris.

Le rapport, rédigé par Lord Penrose, critique également une équipe médicale à Edimbourg pour avoir omis d'informer les patients qu'ils étaient séropositifs que plusieurs années après le diagnostic.

Le juge a publié ses conclusions aujourd'hui, à la suite d'une enquête publique sur le scandale.

Il a été ordonné par le gouvernement écossais et a examiné environ 480 cas écossais.

Robert Mackie
Robert Mackie est en colère, il n'a pas été dit au sujet de son diagnostic de VIH plus tôt

Il ya eu aucune enquête équivalente au sud de la frontière, même si les militants espèrent que le processus écossais contribuer à la lutte pour l'indemnisation des victimes autour de 7000 au Royaume-Uni.

Nouvelles Sky comprend que, après la publication du rapport d'enquête Penrose, le gouvernement écossais est de présenter des excuses aux personnes touché

Les victimes sont pour la plupart des hémophiles qui ont été infectées par le VIH et l'hépatite C après avoir reçu du sang ou des produits sanguins contaminés dans les années 1970 et 80.

Les hémophiles ont besoin d'un agent pour aider leur caillot de sang, mais, agents de coagulation il ya 30 ans, beaucoup ont reçu du sang infecté.

Les dons étaient venus faite à partir d'une variété de groupes à risque, y compris des prisonniers dans les prisons américaines qui avaient donné du sang pour de l'argent qui a été a été ensuite vendu sur le NHS en Grande-Bretagne.

Lord Penrose a établi qu'une série d'avertissements ont été ignorés par le NHS.

Après le premier cas de la Grande-Bretagne du sida à Cardiff au début des années 80, un haut fonctionnaire appelé pour le ministère de la Santé pour interdire les importations des États-Unis de l'agent de coagulation, le facteur 8, en raison du risque d'infection.

groupes de campagne hémophilie croient que si les avertissements avaient été entendus, un «désastre» aurait pu être évitée.

Bill Wright, président de l'hémophilie Ecosse, a déclaré à Sky Nouvelles:. "Pour beaucoup trop de gens, il ya trop de questions sans réponse avec toute cette catastrophe Une des choses que je pense que les gens se sentent généralement qu'ils veulent voir, ce est la vérité, quelle ce est. "

"Que ce soit réalisable reste à voir, franchement, parce que beaucoup trop de gens sont morts, beaucoup trop de dossiers médicaux ont disparu, il ya un ou deux documents officiels clés qui ont disparu, et certains des témoins experts clés sont ne est plus avec nous non plus. "

Lord Penrose est essentiel d'une unité de l'hémophilie NHS à Edimbourg pour ne pas dire les patients ont été infectés par le VIH.

L'un d'eux, Robert Mackie, est devenu séropositif en 1984 mais n'a pas été informé par le personnel médical jusqu'en 1987.

Heureusement, il n'a pas passé le virus à sa femme, la famille ou quelqu'un d'autre.

M. Mackie déclaré à Sky Nouvelles: «Il est inacceptable que je aurais pu infecté mon épouse, je aurais pu la famille infecté, je pourrais avoir des amis infectés..

"Heureusement pour la communauté internationale, je ne étais pas la promiscuité. Les risques étaient horribles."
http://news.sky.com/story/1452013/infected-blood-donations-warnings-ignored?utm_source=French+-+JW&utm_campaign=a9d4497191-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_8f11c4f971-a9d4497191-38191901

79 Re: article sur le sang le Ven 30 Oct - 8:34

Josué

avatar
Administrateur
Don du sang - Les tatoués interdits par Swissmedic !
Que nous cache-t-on ? Les encres métalliques utilisées toxiques... ?

L'utilisation des métaux : ARSENIC, BARYUM, CADMIUM, COBALT, CHROME, CUIVRE, MERCURE, NICKEL, PLOMB, SELENIUM; ANTIMOINE, ETAIN, ZINC... a fait son temps !
Il existe des alternatives naturelles sans risque cancérigène ou allergique comme énoncé dans l'article ci-dessous :
Lire l'article

Les individus fraîchement tatoués ne peuvent donner leur sang selon Swissmedic !
"Swissmedic doit contrôler la sécurité des médicaments et également le sang des donneurs, indique-t-il encore pour défendre la position de l'institut thérapeutique. C'est pourquoi certains groupes, comme les individus fraîchement tatoués et les femmes enceintes, ne peuvent donner leur sang."
Lire l'article
Pourquoi les individus porteurs d'amalgames dentaires au mercure et ceux badigeonnés par le mercurochrome et autres médicaments contenant du mercure, de même que ceux vaccinés de nombreuses fois avec des vaccins contenant du mercure et de l'aluminium ne sont pas interdits de donner leur sang par Swissmedic ? Un sujet tabou ?

Cristiano Ronaldo pas tatoué !
C'est le cas de Cristiano Ronaldo qui ne possède aucun tatouage car il effectue régulièrement des dons du sang !

Du bon sens...
Il est déjà assez difficile d'éliminer les tatouages liés aux amalgames dentaires sur les gencives et les joues (MERCURE, ARGENT, ETAIN, CUIVRE) des personnes concernées. Oui c'est possible grâce au traitement naturel de désintoxication proposé dans le livre "Maladies liées aux métaux lourds. Plombages, vaccins, médicaments... quand le mercure et l'aluminium pètent un plomb !"

80 Re: article sur le sang le Mar 21 Fév - 11:33

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Ce soir sur la chaîne Arte "Buisnnes sur le Sang" voir la page du Figaro pour les commentaires
A+

81 Re: article sur le sang le Mar 21 Fév - 11:35

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Merci pour l'info fréro.

82 Re: article sur le sang le Mar 21 Fév - 11:36

Elqana


Merci pour l'info.

83 Re: article sur le sang le Mar 21 Fév - 12:01

samuel

avatar
Administrateur
Le commentaire de TV magazine n'est pas des plus élogieux concernant la pratique aux Etats-Unis de pouvoir vendre son sang aux grandes multinationales qui le commercialisent en Europe.
Dommage je ne pourrais pas visionner ce reportage , car c'est un soir de réunion.

84 Re: article sur le sang le Mar 21 Fév - 17:26

papy

avatar
Voila le lien sur Arte.
http://future.arte.tv/fr/sang

85 Re: article sur le sang le Mer 22 Fév - 8:25

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
J'ai regardé la fin de l'émission sur le sang et il a bien été démontrer les dangers des transfusions et que il des années en arrière il en faisaient à tour de bras, mais que maintenant si ils peuvent éviter d'en faire que c'est mieux pour le malade.
Et le reportage parlait aussi de pénurie de sang , car il y moins de donneurs.

86 Re: article sur le sang le Mer 22 Fév - 16:41

papy

avatar
Rien que le titre en dit long sur le filon du sang.
( enquête sur le business du sang.)

87 Re: article sur le sang le Ven 24 Fév - 17:52

samuel

avatar
Administrateur
Enquête sur le business du sang aux États-Unis
Par Soline Roy Mis à jour le 22/02/2017 à 18:25 Publié le 22/02/2017 à 18:25

16 commentaires
Un documentaire proposé par Arte offre un aperçu effrayant des dessous du business du plasma, un composé du sang permettant de fabriquer des médicaments aussi lucratifs qu’utiles.

«Aujourd’hui, j’ai de la tension, ils n’ont pas voulu de moi. Je vais devoir demander un prêt à un ami…» Mark vit à Cleveland (Ohio) et donne son sang deux fois par semaine à l’entreprise suisse Octapharma. Donne… ou plutôt vend: ici, les donneurs sont rémunérés, et ce n’est pas un hasard si les centres de collecte des quatre leaders mondiaux du plasma thérapeutique sont situés dans les quartiers les plus pauvres de la ville, offrant aux «donneurs» un revenu qui leur est devenu essentiel.
C’est l’effrayant voyage auquel Arte nous a convié mardi soir dans Le Business du sang, un documentaire proposé dans le cadre d’une soirée «Thema». Les journalistes Marie Maurisse et François Pilet ont plongé dans le business de l’or rouge et nous racontent les arcanes de ce «nouveau cannibalisme». Au cœur de ce marché à 17 milliards de dollars annuels, le plasma, un composé essentiel du sang. Constitué à 90 % d’eau, il recèle aussi des protéines permettant de fabriquer des médicaments: albumine (pour les grands brûlés, les blessés graves…), immunoglobuline (délivrée aux patients atteints de déficits immunitaires ou de maladies auto-immunes), facteurs de coagulation (contre les maladies hémorragiques). Des médicaments très coûteux à fabriquer… mais surtout très lucratifs !
Don, vente ou dédommagement?

En France, comme dans beaucoup de pays européens, le don du sang est gratuit: les 1 645 325 personnes ayant participé en 2015 aux collectes de l’Établissement français du sang (EFS), organisme public ayant le monopole de la collecte sur le territoire, n’ont reçu pour tout salaire que la satisfaction d’avoir participé à sauver une vie. Mais «sous ces bons sentiments se cache une tout autre réalité», assènent les auteurs du documentaire.
Car il est des pays où la rémunération des donneurs est autorisée, comme aux États-Unis, où de véritables «supermarchés du prélèvement» voient se succéder tout au long de la journée ces donneurs qui n’en sont plus vraiment. Entre les deux, certains pays, comme l’Allemagne, autorisent le dédommagement des donneurs. Une subtilité sémantique qui permet aux leaders du marché de commercialiser leurs médicaments dérivés du plasma dans les pays où la rémunération du don est interdite, notamment en France. Depuis 2015, l’entreprise suisse Octapharma a ainsi l’autorisation de vendre ses produits aux hôpitaux français.
Questions éthiques

La sécurité des receveurs est-elle mise en danger par ce système? La population drainée par le centre visité à Cleveland, plus à risque du fait de sa pauvreté et des contrôles réalisés a priori, laisserait penser que oui. En réalité, rassurent les auteurs, les techniques utilisées pour trier et nettoyer le sang collecté sont extrêmement efficaces. Et l’histoire a montré avec l’affaire du sang contaminé que même dans un système de don gratuit, le risque zéro n’existe pas…
Reste que de nombreuses questions éthiques sont soulevées par ce reportage, à commencer par cette exploitation de la pauvreté qui voit le sang du pauvre couler dans les veines du riche. À Cleveland, Mark donne son plasma deux fois par semaine, lorsque l’EFS autorise un maximum d’un don tous les quinze jours ; difficile d’imaginer que cela n’a aucune conséquence sur la santé de cet homme victime d’un infarctus trois ans auparavant. La soirée se poursuit par un entretien avec François Toujas, président de l’EFS, et par un documentaire sur les substituts du sang.

88 Re: article sur le sang le Sam 25 Fév - 9:16

samuel

avatar
Administrateur
Seul 4% des Francais en âge de donner leur sang le font.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum