Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Est-ce que les TJ mettent le voile ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Coeur de Loi

avatar
Bonjour

Dans la Bible, les femmes chrétiennes doivent mettre le voile, et ce que vous le faite et si non, pourquoi ?

1 Corinthiens 11.5 :
mais toute femme qui prie ou qui prophétise la tête découverte fait honte à son chef, car c’est exactement comme si elle était une [femme] à la tête rasée.
6
Car si une femme ne se couvre pas, qu’elle se tonde aussi ; mais s’il est honteux pour une femme d’être tondue ou rasée, qu’elle soit couverte.
7
Car un homme ne doit pas avoir la tête couverte, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l’homme.
8
En effet, l’homme ne vient pas de la femme, mais la femme de l’homme ;
9
et qui plus est, l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme à cause de l’homme.
10
Voilà pourquoi la femme doit avoir un signe d’autorité sur la tête, à cause des anges.

Josué

avatar
Administrateur
il peut arriver qu'une soeur pour x raisons remplace un frère et dans ce cas de figure elle doit se couvrir la tête.

Coeur de Loi

avatar
Tu veux dire pour parler à la communauté.

Mais le texte suppose qu'elle soit voilée pour toute occasion publique, comme signe d'autorité sur elle.

Josué

avatar
Administrateur
Coeur de Loi a écrit:Tu veux dire pour parler à la communauté.

Mais le texte suppose qu'elle soit voilée pour toute occasion publique, comme signe d'autorité sur elle.
oui dans la communauté .le texte ne dit pas que ça doit être en toutes occasions mais plutôt dans l'exercice du culte.
(1 Corinthiens 11:4, 5) 4 Tout homme qui prie ou qui prophétise en ayant quelque chose sur la tête fait honte à son chef ; 5 mais toute femme qui prie ou qui prophétise la tête découverte fait honte à son chef, car c’est exactement comme si elle était une [femme] à la tête rasée [...]
il question ici de prié et de prophétisé pas de préparer le repas à la maison.
par contre si son maris est absent pour faire la prière devant les enfants elle doit se couvrir la tête car elle représente son maris dans se cas de figure.

chico.

avatar
en lisant le contexte il me semble que le port du voile est requis que pendant le culte si la femme prend la parole.

Josué

avatar
Administrateur
Le voile dévoilé
Élodie Maurot, le 27/04/2017 à 9h01 Envoyer par email

L’historienne italienne Maria Giuseppina Muzzarelli retrace l’histoire du voile dans l’Occident chrétien, déplaçant le regard des polémiques actuelles. Signe de pudeur et de modestie, il permit aux femmes de s’affirmer.

Image issue de la série "Hijab".
Image issue de la série "Hijab". / Françoise Huguier / Agence VU
• Histoire du voile, des origines au foulard islamique, de Maria Giuseppina Muzzarelli, Traduit de l’italien par Martine Segonds-Bauer, Bayard, 258 p., 21,90euros

Si le proverbe prétend que « l’habit ne fait pas le moine », le voile fit, lui, longtemps la femme respectable. Dans une passionnante enquête mêlant histoire religieuse et histoire des mœurs, histoire des femmes et de la mode, l’historienne italienne Maria Giuseppina ­Muzzarelli retrace l’histoire du voile dans l’Occident chrétien.

On l’aurait presque oublié, tant l’attention s’est aujourd’hui déplacée sur le voile des musulmanes, mais cette pièce d’étoffe a eu une très longue histoire dans nos pays, avant de s’effacer dans la seconde moitié du XXe siècle.

L’ouvrage rappelle d’abord que le « voilement-couverture » de la tête des femmes n’est pas historiquement lié à l’islam, ni même aux religions monothéistes. C’est en reprenant une tradition antique que le christianisme a répandu la prescription de se couvrir la tête, s’appuyant sur la première lettre de Paul aux Corinthiens (11, 2-16). « Le voile a ainsi fait son entrée dans le monothéisme, immédiatement interprété comme élément distinctif du genre féminin et symbole de soumission des femmes à l’homme », souligne l’historienne.

A LIRE : « Le voile se retrouve dans presque toutes les cultures »

Symbole de modestie et d’obéissance

Pourtant, si les femmes se conformèrent au port du voile sans le discuter, elles « ignoraient à peu près tout » de sa justification théologique, pense l’historienne. Elles se couvraient « par esprit pratique mais surtout par tradition, par habitude, pour se conformer à une règle implicite qui exigeait que le corps des femmes, y compris leur tête, soit caché. »

Concentrant son analyse sur la période allant du Moyen Âge au XVIe siècle, Maria Giuseppina Muzzarelli analyse les mille et un usages du voile. Elle s’intéresse à tous les voiles, notamment aux « voiles des lamentations » (celui des veuves), à celles « qui prennent le voile » (religieuses et moniales), aux voiles du jour des noces…

Symbole de modestie et d’obéissance à travers les siècles, le voile est néanmoins ambivalent et ambigu. Par l’étoffe choisie et par la façon de le placer, il aboutit à des résultats contradictoires, « couvrir sans couvrir vraiment, cacher, protéger, occulter en attirant l’attention et les regards, en embellissant et donc en dévoilant », relève Maria Giuseppina Muzzarelli, qui montre avec finesse combien ces usages détournés font partie de l’histoire du voile.

« Un “élément de résistance” positive »

À partir du XIIIe siècle, l’histoire du voile bascule ainsi progressivement. La naissance de la mode le met en crise. L’art de le décorer, de le porter, la diversité et le raffinement des étoffes et des parures offrent de multiples occasions d’en contourner la raison première. « Les femmes n’avaient pas le droit à la parole en public, mais leurs couvre-chefs, souvent très voyants, parlaient pour elles : soit qu’elles se contentent de les porter, soit qu’elles en assurent la production (…). »

Pour l’historienne, le vêtement fut ainsi l’un des très rares instruments qui permit aux femmes d’apparaître sur la scène sociale et « de déstabiliser, au moins en partie, la rigide distribution des rôles imposée par le pouvoir masculin. » Derrière le respect formel d’une obligation, le voile fut, juge-t-elle, « un “élément de résistance” positive ».

Élodie Maurot
http://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Le-voile-devoile-2017-04-27-1200842812

papy

avatar
Les femmes dans nos lieux de cultes mettent le voile uniquement quand il y a pas de membre masculin pour présider une réunion.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum