Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

riffifi pour une Mosquée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 riffifi pour une Mosquée. le Ven 18 Nov - 12:57

samuel

avatar
Administrateur
[img] [/img]

2 Re: riffifi pour une Mosquée. le Ven 18 Nov - 12:59

samuel

avatar
Administrateur
journal Le MESSAGER.
[img] [/img]

3 Re: riffifi pour une Mosquée. le Lun 21 Nov - 18:26

chico.

avatar
le problème vient que se sont souvent des pays d'Afrique du nord qui finances les mosquées alors si un pays donne beaucoup ceux qui sont d'origines de ses pays exigent un droit de regard qui pour eux sont justifier.d'ou ses problèmes internes.

4 Re: riffifi pour une Mosquée. le Dim 6 Déc - 17:20

samuel

avatar
Administrateur
Mosquée fermée par les autorités à Lagny : des balles de kalachnikov et des vidéos de propagande jihadiste ont été saisies


Une école coranique non déclarée a aussi été découverte.

Par Francetv info
Mis à jour le 06/12/2015 | 17:11 , publié le 06/12/2015 | 17:11
Des munitions pour kalachnikov, des vidéos de propagande et du matériel pédagogique ont été saisis lors des perquisitions menées dans le cadre de la fermeture, mercredi, de la salle de prière de Lagny-sur-Marne, annonce dimanche 6 décembre le préfet de Seine-et-Marne. Le préfet précise, dans son communiqué, que les forces de l'ordre ont trouvé "des munitions de calibre 7,62, munitions pour arme de guerre de type kalachnikov, ainsi que des vidéos de propagande" du groupe jihadiste Etat islamique.

Une vaste opération de police avait visé mercredi une mosquée présentée comme salafiste à Lagny-sur-Marne, entraînant la fermeture du lieu de culte. Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, un revolver et des document sur le jihad avaient alors été découverts chez des dirigeants de la mosquée. Les perquisitions avaient conduit à la notification de 22 interdictions de sortie du territoire et à "neuf mesures d'assignation à résidence d'individus radicalisés".

Une madrassa (école coranique) non déclarée avait aussi été découverte, sur laquelle le préfet a donné plus de précisions. "Des installations propres à l'exercice d'un enseignement pour enfants, du mobilier, du matériel pédagogique" ont été découverts, "tant dans les locaux de prière, objets de la fermeture, qu'au domicile de l'un des habitués". A titre d'exemple figurent, dans ce matériel pédagogique, "des disques de chants religieux à la gloire des martyrs du jihad liés à l'organisation terroriste Jabhat Al Nosra", branche syrienne d'Al-Qaïda, selon le communiqué.

5 Re: riffifi pour une Mosquée. le Jeu 21 Jan - 16:27

Josué

avatar
Administrateur
Contre les idées reçues sur le financement des mosquées en France
On croit que les Saoudiens financent largement l'islam en France. On imagine que ces dons ne vont pas sans contrepartie. Pas si simple, explique un spécialiste.
PROPOS RECUEILLIS PAR CLÉMENT PÉTREAULT
PuBernard Godard, ancien haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur et des Cultes, connaît parfaitement les rouages du financement de l'islam en France. Il nous éclaire sur le rôle joué par l'Arabie saoudite dans l'Hexagone.
Le Point.fr : L'islam en France est-il majoritairement financé par l'Arabie saoudite ?
Bernard Godard : Non. On ne peut pas dire que l'islam en France est majoritairement financé par l'Arabie saoudite. Elle y contribue un peu, mais beaucoup moins que des pays comme le Qatar ou le Koweït… Il y a eu une période faste pour les promoteurs de mosquées financées par les Saoudiens pendant les années 1980, jusqu'à la première guerre du Golfe. Le symbole, c'est la mosquée d'Évry. Après 1991, il y a eu un petit infléchissement, car les Saoudiens ont été déçus du manque de soutien des musulmans de France. Et puis c'était aussi le début des attentats islamiques en France, le contexte devenait tendu. La plus spectaculaire et la dernière mosquée cathédrale construite fut celle de Lyon (inaugurée en 1995). Elle fut payée entièrement par l'Arabie saoudite sur la cassette personnelle du roi Fahd. Depuis, seule la mosquée de Mantes-la-Jolie a obtenu quelques fonds en provenance de l'Arabie saoudite, mais c'était à l'initiative de particuliers. Des financements de mosquées, il y en a toujours, qui transitent par Genève ou par Londres. Mais il ne faut pas trop les surestimer.
Le financement d'une mosquée par un pays étranger est-il accompagné de contraintes idéologiques ?
Contrairement aux idées reçues, l'argent du Golfe n'est jamais accompagné d'une contrainte doctrinale. C'est même l'inverse. Les Saoudiens ne cherchent pas à exporter le wahhabisme et ils n'ont aucune confiance dans le salafisme que l'on croise en France. Les salafistes se comportent comme des coucous : ils font leur nid dans une mosquée existante qu'ils reprennent en main. La plupart des mosquées identifiées comme telles (Longjumeau, Noisy, ou Stains) sont en fait des communautés qui ont été prises en main par des salafistes locaux. La seule exception connue est celle de la mosquée de Marseille, tenue par un leader salafiste saoudien. De jeunes prédicateurs français salafistes comme l'imam de Brest se rendent régulièrement en Arabie saoudite. Ils ne recueillent aucun fonds officiel et essayent de bricoler des financements parmi leurs réseaux de relations. Ils essayent de trouver les religieux qui ont l'oreille du prince... qui a les fonds. Mais, globalement, ce n'est pas parce que des gens d'ici ont un lien privilégié avec le mufti de Médine que cela leur permettra d'obtenir des fonds... Les Saoudiens sont méfiants, ils se sont fait arnaquer plus d'une fois !
L'Arabie saoudite ne s'occupe-t-elle donc pas d'affaires religieuses en France ?
Si, mais sans imposer de dogme ou négocier la construction de mosquées. À l'ambassade d'Arabie saoudite en France, il y a un chargé des affaires religieuses. Croyez-moi, il ne cherche pas les problèmes, au contraire. La preuve, l'Arabie saoudite a même renoué avec la mosquée de Paris, qui n'est pas franchement réputée pour son fanatisme. Le canal classique de financement des mosquées par l'Arabie saoudite aujourd'hui, c'est la Ligue islamique mondiale. Cette institution, qui dispose d'un bureau à Paris, n'aide pas à la construction initiale de mosquées. Elle paye, sur présentation de factures, des frais d'électricité ou d'entretien de locaux. Pendant longtemps, elle cherchait à encourager les convertis, il y a même eu un délégué de la Ligue islamique qui était un converti, mais cela semble aujourd'hui révolu.blié le 21/01/2016 à 11:42 | Le Point.fr

6 Re: riffifi pour une Mosquée. le Ven 26 Fév - 17:50

Josué

avatar
Administrateur
25|02|2016
Fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne

Le juge des référés du Conseil d’Etat, statuant sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, a rejeté la demande de suspension de l’arrêté préfectoral ordonnant la fermeture de la salle de prière dite « Mosquée de Lagny-sur-Marne ». D’une part, celle salle a servi à des activités de prêche et d’enseignement en faveur d’un islamisme radical, prônant le rejet des valeurs de la République et de l’Occident, l’hostilité aux chrétiens et aux chiites et faisant l’apologie du djihad armé ainsi que de la mort en martyr. Elle a également servi de lieu d’endoctrinement et de recrutement de combattants volontaires, dont plusieurs ont rejoint les rangs de Daech et ont combattu en Irak et en Syrie. Par la suite, elle a été gérée par trois associations propageant la même idéologie et qui ont été dissoutes comme provoquant à la discrimination, à la haine ou à la violence envers un groupe de personnes à raison de leur non-appartenance à une religion, et comme se livrant à des agissements en vue de provoquer des actes de terrorisme en France ou à l’étranger. Certaines des personnes fréquentant la mosquée ont été interpellées, mises en examen ou incarcérées en raison de leur participation à des filières terroristes. Le fait que les prêches faits à la mosquée ne comportaient plus de caractère radical depuis plusieurs mois, de même que les tentatives actuelles de création d’une nouvelle association de gestion de la salle de prière, ne sont pas de nature à établir que la menace grave à l’ordre et à la sécurité publics fondant l’arrêté litigieux ne serait plus réelle. La mosquée demeure donc fermée.
Conseil d’Etat (ord. réf.), 25 février 2016, n° 397153
http://www.gazettedupalais.com/e-docs/00/00/2D/65/document_actu_jur.phtml

7 Re: riffifi pour une Mosquée. le Ven 1 Juil - 9:38

Josué

avatar
Administrateur
Mosquée à Nice: le Conseil d'Etat ordonne au maire d'autoriser l'ouverture
Le Conseil d'Etat a confirmé une ordonnance du juge des référés du tribunal administratif début juin. Et ordonne l'ouverture de la mosquée de Nice financée par l'Arabie Saoudite.

Christian Estrosi, l'ancien maire de Nice, n'en voulait pas. Mais le Conseil d'Etat a confirmé ce jeudi dans un communiqué l'injonction faite à l'édile d'ouvrir la mosquée située à l'ouest de Nice. Une décision qui confirme celle l'ordonnance du juge des référés du tribunal administratif début juin. Et permet "au juge d'ordonner, dans un délai de quarante-huit heures, toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d'une liberté fondamentale à laquelle une administration aurait porté (...) une atteinte grave".

"Atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte"
Le Conseil d'Etat a estimé que "les lieux de prières existants ne permettent pas aux fidèles du culte musulman d'exercer leur culte dans des conditions normales de dignité et de sécurité", ajoutant que cette situation est "aggravée en période de Ramadan". La plus haute juridiction administrative affirme également que le refus de Christian Estrosi porte "une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte", ajoutant que l'ancien maire "ne peut légalement se fonder que sur des motifs de sécurité pour refuser une autorisation".

LIRE AUSSI >> Mosquée à Nice: Christian Estrosi veut attaquer l'Etat en justice

Ce projet de mosquée a été initié en 2002 par l'ancien édile de droite, Jacques Peyrat. Le propriétaire du bâtiment est le ministre saoudien des Affaires islamiques Cheikh Saleh ben Abdel Aziz Al-Cheikh. Mais depuis le début de l'affaire, Christian Estrosi estime qu'"aucune autorisation n'a été accordée à ce lieu de culte". En avril, il avait par ailleurs exigé que la mosquée "ne dépende en aucune façon d'une influence étrangère" et "que sa gouvernance s'inscrive clairement dans le cadre de la loi de 1905, en y associant la collégialité représentative du culte musulman à Nice et dans le département".
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/mosquee-a-nice-le-conseil-d-etat-ordonne-au-maire-d-autoriser-l-ouverture_1807955.html?PMSRC_CAMPAIGN=20160701081602_26_nl_nl_lexpress_quotidienne_57760a684c964dd1498b4567&xtor=EPR-181-[20160701081602_26_nl_nl_lexpress_quotidienne_57760a684c964dd1498b4567_001MUC]-20160701-[Voir_003YNI3]-[RB2D106H0014YABA]-20160701061800#PMID=YWxhaW4ubWVkaWNvQHdhbmFkb28uZnI=

8 Re: riffifi pour une Mosquée. le Ven 1 Juil - 14:51

chico.

avatar
C'est bien car pourquoi les musulmans n'aurait pas de lieu de culte ?

9 Re: riffifi pour une Mosquée. le Mar 14 Fév - 13:30

samuel

avatar
Administrateur
a justice se penche à nouveau sur la mosquée de Fréjus
Coralie Bonnefoy (à Fréjus), le 14/02/2017 à 11h40
La légalité de la construction de cet édifice cultuel musulman sera de nouveau en question, mardi 14 février, devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence. Retour sur un feuilleton politico-judiciaire complexe qui dure depuis plus de 3 ans

Le dossier de la mosquée de Fréjus (Var) revient devant la justice. La cour d’appel d’Aix-en-Provence réexamine mardi 14 février, à partir de 14 heures, le permis de construire de ce lieu de culte, au cœur d’un complexe feuilleton politico-judiciaire depuis 2013.

Un permis de construire contesté

Les juges aixois se penchent sur le volet pénal de l’affaire, née, il y a quatre ans, à la suite de la plainte déposée par la commune de Saint-Raphaël. La municipalité varoise, voisine de celle de Fréjus, dénonce le caractère frauduleux du permis de construire de la mosquée. En première instance le 26 février 2016, le tribunal correctionnel de Draguignan reconnaît des irrégularités. Le permis était périmé et donc caduc au moment où ont débuté les travaux et certaines dispositions relatives au risque d’inondation n’ont pas été respectées.

À LIRE : La mosquée de Fréjus échappe à la démolition

À ce titre, l’association El Fath qui gère la mosquée est condamnée à payer 60 000 € d’amende et à verser 7 500 € de dommages et intérêts à la commune de Fréjus. Son président, Driss Maaroufi, écope d’une peine de 15 000 € d’amende. L’ancien maire de la ville, Elie Brun (ex UMP), qui a délivré le permis frauduleux en août 2013, est condamné, lui, à 18 mois de prison avec sursis, 100 000 € d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique.

En revanche, le tribunal n’a pas ordonné la destruction complète des 1 500 m² pouvant accueillir jusqu’à 700 fidèles. Raison pour laquelle, début mars 2016, le parquet a fait appel de sa décision. La justice doit donc, de nouveau, statuer sur la question de fond du caractère légal ou non de la construction.

Un bras de fer avec la mairie

Le dossier pénal se double, par ailleurs, d’un volet administratif tout aussi étoffé. Les travaux d’édification du lieu de culte musulman, situé dans le quartier populaire de La Gabelle, démarrent au début de l’année 2014. À trois mois des élections municipales. Le candidat Front national, David Rachline, fait de son opposition à la mosquée un thème majeur de sa campagne électorale. Sitôt élu, le maire FN, a engagé un bras de fer avec l’association El Fath pour faire cesser le chantier. Arrêtés municipaux et décisions judiciaires se succèdent.

À LIRE : Imbroglio sur le sort de la mosquée de Fréjus :

En octobre 2015, alors que l’édifice est terminé, la mairie refuse de délivrer l’agrément pour accueillir du public à l’association El Fath. Le 9 novembre 2015, le Conseil d’État ordonne une première fois au sénateur-maire David Rachline d’autoriser la mosquée à ouvrir à titre provisoire, sous huit jours et sous astreinte de 500 € par jour de retard. L’instance voit dans le refus municipal une « atteinte grave et illégale aux libertés fondamentales ». La mairie ne respecte pas l’ordonnance au motif qu’une autre procédure, sur le fond, est en cours. Le lieu reste fermé.

Le feuilleton judiciaire n’est pas terminé

Finalement, saisi en urgence le 14 janvier 2016, le juge des référés du Conseil d’État – plus haute juridiction administrative – fait appliquer les décisions jusqu’alors ignorées par la commune. Le 19 janvier 2016, il ordonne à la préfecture du Var de se substituer au pouvoir municipal, et d’ouvrir à titre provisoire la mosquée qui accueille, alors, ses premiers fidèles. Dans l’attente d’une autorisation permanente…

Dans l’un comme l’autre volet, les décisions pourront prendre plusieurs mois avant de trouver une issue définitive.

Coralie Bonnefoy (à Fréjus)

10 Re: riffifi pour une Mosquée. le Jeu 9 Mar - 18:59

papy

avatar
La mosquée du Cinquantenaire veut devenir l'un des bâtiments les plus écolos de Bruxelles
La grande mosquée du parc du Cinquantenaire à Bruxelles s'apprête à subir un lifting important. L'AISBL Centre islamique et culturel de Bruxelles (CICB) vient d'introduire une demande de permis visant à transformer le bâtiment en un lieu de culte basse énergie et éco-responsable. L'enquête publique se termine ce vendredi et la commission de concertation est prévue pour le 21 mars.

En quoi consiste ce projet, selon les informations qu'a pu récolter la RTBF? Le gros du chantier portera sur les façades et les toitures de l'édifice dont les fondations remontent à la fin du 19e siècle, à l'époque de l'ancien pavillon du Panorama du Caire, érigé pour l'Exposition universelle de 1897. Cet édifice devenu vétuste et cédé à l'Arabie Saoudite en 1967, subira une transformation entre 1975 et 1977. Depuis, pas de grande évolution. Aujourd'hui, l'objectif des gestionnaires de la mosquée est de la faire entrer dans le 21e siècle.

Nouvelle peau en alu sculptée façon moucharabieh
Première idée: poser une isolation thermique sur les façades d'un bâtiment qui n'est pas du tout isolé. Pas n'importe quelle épaisseur: 20 centimètres. Cette isolation sera ensuite recouverte d'un "parement en granit flammé de teinte clair". Par-dessus, le projet envisage d'ériger une structure en aluminium. Telle une deuxième peau, cette tôle enveloppera l'édifice, à quelques centimètres de la façade. Pour lui conférer un accent plus oriental, elle sera découpée et sculptée façon moucharabieh (grillage serré typique dans l'art islamique). "Cela donnera un aspect dentelle au bâtiment", se réjouit Lhoussaine Ghailani, maître d'ouvrage délégué.

La deuxième intervention portera sur le dôme de la grande mosquée: elle sera isolée, pourvue d'une nouvelle étanchéité et de panneaux photovoltaïques. "Nous utiliserons la même technique que celle du bâtiment de Bruxelles Environnement à Tour et Taxis. A savoir une toiture zinguée dans laquelle sont intégrés des panneaux photovoltaïques", ajoute M. Ghailani. Pour leur part, les parties plates de la toiture deviendront vertes (intensives).
https://www.rtbf.be/info/regions/detail_la-mosquee-du-cinquantenaire-transformee-pour-devenir-l-un-des-batiments-les-ecologiques-de-bruxelles-esquisse?id=9546738

11 Re: riffifi pour une Mosquée. le Mar 21 Mar - 14:44

Josué

avatar
Administrateur
La mosquée de Fréjus échappe à la démolition, décide la cour d'appel d'Aix-en-Provence
L'association musulmane qui gère la mosquée, son président et l'ancien maire (LR) Elie Brun, qui avait accordé les permis de construire litigieux, ont en revanche été condamnés à des peines de 5 000 à 20 000 euros d'amende.
http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/la-mosquee-de-frejus-echappe-a-la-demolition-decide-la-cour-d-appel-d-aix-en-provence_2107958.html#xtor=EPR-51-[la-mosquee-de-frejus-echappe-a-la-demolition-decide-la-cour-d-appel-d-aix-en-provence_2107958]-20170321-[bouton]

12 Re: riffifi pour une Mosquée. le Mar 21 Mar - 16:05

samuel

avatar
Administrateur
Encore une affaire de gros sous et de corruption.

13 Re: riffifi pour une Mosquée. le Mer 22 Mar - 14:08

Josué

avatar
Administrateur
La mosquée de Fréjus échappe de nouveau à une démolition
Par Stéphane Kovacs Mis à jour le 21/03/2017 à 19:42 Publié le 20/03/2017 à 19:29

Alors que le maire FN demandait la destruction du bâtiment, édifié sans permis de construire régulier, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a décidé mardi de son maintien.
C'est un feuilleton judiciaire qui n'en finit pas de rebondir. La mosquée de Fréjus (Var), malgré sa construction dans des conditions irrégulières, a de nouveau échappé, mardi, devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à la démolition réclamée par la mairie Front national. La cour n'a pas retenu les infractions relatives aux permis de conduire, dont le tribunal de Draguignan avait estimé qu'ils avaient été obtenus frauduleusement grâce à la mairie. Les juges ont simplement estimé que la construction de la mosquée n'avait pas respecté les obligations du plan de protection des risques d'inondation (PPRI) et qu'il n'était pas nécessaire pour autant de détruire le bâtiment.
L'association musulmane El-Fath qui gère la mosquée, son président Driss Maaroufi et l'ancien maire (LR) de Fréjus, Élie Brun, qui avait accordé les permis de construire litigieux, ont en revanche été condamnés à des peines de 5000 à 20.000 euros d'amende, moins élevées qu'en première instance.
Malgré plusieurs décisions de justice déclarant irréguliers ou illégaux les permis délivrés par l'ancienne municipalité Les Républicains, cet édifice de 1500 m2, ouvert en janvier 2016, a jusqu'ici toujours échappé à une démolition. «Encore heureux: on ne va pas détruire la maison de Dieu!, s'offusque Driss Maaroufi. Vous pensez vraiment que la mosquée va être détruite? Alors qu'il y a 500 à 600 personnes qui viennent y prier le vendredi? Ce serait du racisme!»
«La loi doit être la même pour tous»

Directeur de campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle, le maire FN de Fréjus David Rachline estime que «la loi doit être la même pour tous». «La situation n'est pas régularisable, car la zone est inondable, plaide le maire. N'importe quel Fréjusien aurait construit sa maison là, elle aurait été détruite dans le quart d'heure!» Le 8 mars, dans une procédure distincte de celle menée devant la cour d'appel, le tribunal administratif de Toulon avait jugé le permis de construire modificatif de 2013 illégal, le permis initial de 2011 étant quant à lui périmé quand les travaux avaient débuté. En première instance, en février 2016, le tribunal correctionnel de Draguignan avait condamné l'association El-Fath à 15.000 euros d'amende. L'ancien maire de Fréjus, Élie Brun, jugé coupable d'avoir délivré le permis de construire de façon frauduleuse, avait, lui, écopé d'une peine d'emprisonnement de dix-huit mois avec sursis et d'une interdiction d'exercer une fonction publique. Mais les juges du tribunal n'avaient pas suivi les réquisitions du parquet qui demandait la démolition du bâtiment.
«La situation n'est pas régularisable, car la zone est inondable. N'importe quel Fréjusien aurait construit sa maison là, elle aurait été détruite dans le quart d'heure!»
Le maire FN de Fréjus, David Rachline
Le ministère public est à l'origine de l'appel. Il a expliqué n'avoir pas assez d'éléments pour dire si la construction pouvait être régularisée a posteriori au regard du plan de prévention du risque d'inondation (PPRI) et a requis un supplément d'information. «Et les bâtiments tout autour de la mosquée, l'école, on va les détruire aussi?, interroge Driss Maaroufi. Nous, on a dépensé trop d'argent pour cette mosquée ; on ne s'arrêtera pas là. Est-ce que le maire a pensé à tous ces fidèles qui se retrouveraient sans lieu de prière? Si on n'a plus de mosquée, on ira prier à la mairie cinq fois par jour!»

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum