Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

pourquoi le tétragramme a disparue dans le NT?

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 5 sur 5]

Josué

avatar
Administrateur
Rappel du premier message :

mab affirme que Chouraqui c'est servit que du texte hébreu pour sa traduction se qui n'est pas tout a fait exacte.
dans son introduction de l'évangile de Luc il parle du document Q et se document a servie de base pour son évangile ,document qui est basé sur Matthieu et aussi Marc.et les deux se sont servie de la septante pour leurs écrits.
[img] [/img]
autre chose voilà l'introduction de Luc.

(Luc 1:2-4) [...] , 3 j’ai décidé, moi aussi, parce que j’ai recherché toutes choses avec exactitude depuis le début, de te les écrire dans un ordre logique, très excellent Théophile, 4 pour que tu connaisses pleinement la certitude des choses qu’on t’a enseignées de vive voix.
si il a écrit avec exactitude il a mit les tétragramme qui se trouvait dans ses sources.quoi de plus normale pour quelqu'un qui écrit avec exactitude?
C'est pourquoi au verset 6 il dit ceci.
(Luc 1:5-6) [...] . 6 Tous deux étaient justes devant Dieu, parce qu’ils marchaient de façon irréprochable selon tous les commandements et exigences légales de Jéhovah [...]
et Luc fait une citation des écritures ou le tétragramme apparaît.
(Lévitique 18:5) 5 Vous devez garder mes ordonnances et mes décisions judiciaires : si un homme les pratique, il doit aussi vivre par leur moyen. Je suis Jéhovah.
ou selon la bible des peuples
5 Vous observerez mes coutumes et mes commandements, car celui qui les met en pratique vit grâce à eux : je suis Yahvé !




Josué

avatar
Administrateur
tien un bon lien sur cette question.
http://www.areopage.net/name.html

bouboule


Jésus, les Premiers Chrétiens et le Nom:

Résumé

Ce chapitre commence par faire le point sur la question au coeur du débat : le Seigneur Jésus est-il celui que l'Ancien Testament nomme YHWH ? Autrement dit, Jésus est-il Jéhovah ? Cette question se pose car le NT cite régulièrement l'AT (à raison de 10% de son corpus), et certaines citations qui concernaient jadis le Dieu d'Israël semblent désormais, par le truchement du terme "Seigneur", s'appliquer à Jésus. Il suffit de comparer les textes de Joël 3:5 et Romains 10:13 pour comprendre que si le nom divin figurait initialement dans l'épître aux Romains, son retrait a contribué à la confusion qu'on observe aujourd'hui. Beaucoup de personnes estiment en effet que le nom du Seigneur dont il est question ici, c'est Jésus, alors qu'il s'agit bien de יהוה.

En dehors des citations, de nombreux autres textes prètent également à confusion. Ainsi, de quel Seigneur est-il fait mention en Révélation 11:17 ? Il faut déjà éclaircir les sens du terme grec κύριος. Il est montré que ce dernier s'applique tant à des humains, des anges, Jésus, que Dieu, et que sa signification s'étend de monsieur à Seigneur. C'est la progression du culte impérial, le désir des Chrétiens de surenchérir vis-à-vis des cultes concurrents, la dissonance religieuse provoquée par les attentes eschatologiques d'un peuple en désarroi et son échec au supplice, entres autres, qui ont contribué à sacraliser le terme κύριος (cf. Philippiens 2:9-11).

De fait, pour comprendre dans quelle sphère idéologique évoluaient les Premiers Chrétiens, quel monothéisme était le leur, et comment ils voyaient Jésus (leur christologie), il faut se remémorer qu'ils ne pensaient pas adhérer à une religion nouvelle, mais plutôt porter l'ancienne à sa perfection (Matthieu 5:17). Pour eux, Jésus était le Messie envoyé par Dieu. Ils ne confondaient pas le Messie avec le Dieu Un ! Dans cette perspective, et bien que les manuscrits du Nouveau Testament qui nous soient parvenus ne le révèlent pas explicitement, il faut se résoudre à penser que les premiers rédacteurs inspirés du Nouveau Testament ont employé le nom divin en hébreu dans leurs écrits en grec, de la même manière que les premiers copistes juifs de la Septante avaient conservé le nom divin en hébreu au sein de cette traduction grecque. Par exemple, dans le verset de Matthieu 22:44, si incompréhensible de nos jours (et déjà malmené par Tertullien au IIe s.), ils n'ont pas écrit :




Le Seigneur a dit à mon Seigneur : 'Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.' - Louis Segond




mais :




יהוה a dit à mon Seigneur : 'Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.' *
----------------------------------------------------------------------------

On est en mesure de l'affirmer sur la base de nombreux indices, à commencer par le fait que le verset en question est une citation de Psaume 110:1, où figure le tétragramme. Or, que Matthieu ait cité le texte depuis l'hébreu, comme nous le pensons puisque c'est en hébreu qu'il a rédigé son évangile, ou bien depuis la Septante grecque, dans les deux cas il rencontrait le tétragramme en hébreu. Etant Juif, le respect pour le Nom lui était inné, viscéral. Il ne pouvait y toucher.

Voilà donc la première facette, qui permet de comprendre que, lorsqu'ils citaient les Ecritures, les rédacteurs du NT conservaient le Nom dans leurs écrits. Le chapitre 4 présente l'ensemble des éléments qui appuient cette constatation :

- tous les rédacteurs (ou quasiment tous) étaient Juifs : ils connaissaient le Nom, et l'employaient (certes parcimonieusement) avec respect,

- certains écrits du NT ont d'abord été rédigés en hébreu (Matthieu de manière certaine, les autres évangiles, ou quelques-unes de leurs parties, probablement), comme on peut s'en apercevoir à la revue des sémitismes,

- il existe de très nombreuses variantes impliquant des termes aussi simples que Dieu, Seigneur et Jésus, qui mettent en évidence une confusion grandissante quant à l'identité des deux personnages. Si le tétragramme figurait initialement dans le NT, son retrait explique parfaitement l'ensemble de ces étonnantes variantes.

Le chapitre 4 reprend donc en détails, et appuie de nombreux exemples originaux, la thèse de George Howard, formulée en 1977 dans un article intitulé "The Tetragram and the New Testament" (Journal of Biblical Literature 96, 1977, pp.63-83). Cet article montre que 1) la pratique juive de reprendre le Nom en hébreu au sein d'un texte grec s'observe dans la LXX et dans les manuscrits de la Mer Morte, 2) les Premiers Chrétiens, de souche juive, firent sans doute de même lors de leurs citations ou allusions aux Ecritures hébraïques, ainsi que 3) en témoigne la tradition manuscrite et ses variantes.

Mais les sémitismes et les variantes ne sont pas les seuls éléments probants. Lors de sa "tentation", il est clair que Jésus emploie trois fois le Nom (Matthieu 4:4, 7, 10), tandis que Satan, même s'il cite les Ecritures, le proscrit minutieusement (Matthieu 4:3, 6). Il existe aussi des procédés littéraires qui prouvent que le Nom devait figurer. Quand on compare certains versets parallèles (par ex. Matthieu 13:31,32 et Luc 13:18,19) on comprend que le Nom apparaissait au moins dans les logia servant de support, si ce n'est dans les autographes eux-mêmes : la fluctuation autour du "royaume des cieux" ou "royaume de Dieu" relève clairement d'une pratique bien connue, l'euphémisme. De plus, tel que rapporté par Matthieu, le dernier cri de Jésus (Matthieu 27:50) ressemble et suggère celui du grand prêtre énonçant le nom divin le jour du Yom Kippour (cf. LaCocque). A des degrés divers, tous les rédacteurs du Nouveau Testament (Matthieu, Marc, Luc, Jean, Paul, Pierre, Jacques et Jude ; tous étaient Juifs, sauf peut-être Luc) montrent un usage du Nom, que ce soit par l'emploi d'expressions hébraïques familières comme יהוה צבאות (YHWH des armées ; cf. Romains 9:29 ou Jacques 5:4) ou carrément le nom divin יה (Révélation 19:1,3,4,6). Le chapitre 4 considère systématiquement tous les versets où pouvait paraître le Nom, en explicitant leur contexte.

Enfin, il existe une version hébraïque de Matthieu, conservée indépendamment du texte grec et qui n'en est pas une traduction (cf. les articles de G. Howard à ce propos), conservant le nom divin sous le forme de l'euphémisme ה״ ou d'un triple yod ייי encerclé (cf. couverture de l'ouvrage, 2e ligne) . Cela est particulièrement probant dans la mesure où l'on a retrouvé ce témoignage dans un traité juif anti-chrétien (Even bochan de Shem Tob). Dans la copie de l'évangile de Matthieu qu'il a faite, Shem Tob n'a certainement pas inséré le Nom, si précieux et si sacré, dans l'évangile qu'il dénigrait, si la copie du texte hébreu de Matthieu qu'il avait sous les yeux ne la comportait pas. On connaît d'ailleurs bien le scrupule des Massorètes, au Moyen Âge, à ne rien ajouter ou retrancher au texte biblique (AT), même en cas d'erreur, et qui entraîné la création du système ketib (כתיב, ce qui est écrit) - qeré (קרי, ce qu'il faut lire).

De ce texte hébreu de Matthieu subsistent plusieurs éditions : celle de Shem Tob [trad. Howard], celle de J. du Tillet [trad. Schonfield] et celle de S. Münster. Quelques autres écrits du Moyen Âge présentent ainsi le nom divin sous l'euphémisme ה״, tels le Sepher Nestor Hakomer, les Milhamot Hashem, le Sepher Joseph Hamekane et le Nizzahon Vetus.
----------------------------------------------------------------


Josué le lien que tu as mis va servir grandement . merci donc !!..

Josué

avatar
Administrateur
Je possède aussi le livre.

Josué

avatar
Administrateur
Pourquoi les noms sacrés retirés des Écritures? - 7000 fois dans l'Ancien Testament et 1000 fois dans le Nouveau Testament? La restauration est celle-ci inonde le monde - Vous pouvez partager elle aussi!

Note Copyright Cliquez ici pour lire la note d'auteur
Nom Sacré - Cliquez ici pour en savoir pourquoi nous utilisons les noms sacrés
Version Traduction de la Bible - Cliquez ici pour plus d'informations de la version utilisée ici


Introduction

L e il l'utilisation du nom sacré par les commentateurs, les prédicateurs et les publications spéciales sacrés Bible nom, ont été rapidement augmenté au cours des dernières décennies. Donc intensive a cette augmentation des connaissances été, que l'utilisation de l'hébreu ou des noms juifs du Très-Haut et le Messie, sont devenus de domaine presque commun à l'éducation religieuse et les institutions et entre les adorateurs dévoués.

Selon la tradition juive orthodoxe, le nom sacré ne doit pas être prononcé et, en conséquence, le formulaire «Dieu» est utilisé dans l'écriture ou l'impression. Au lieu de prononcer le nom sacré dans la prière, l'adoration et la discussion, sous la forme «Adonaï» (le mot hébreu pour «Seigneur») est utilisée.

Avec le respect dû à nos lecteurs juifs et le Tout-Puissant, nous enseignons, d'utiliser et d'imprimer le nom sacré pour les raisons suivantes, que nous estimons ne remplacent toutes les autres considérations:
Pour identifier et, par conséquent exalter le porteur de ce nom que le PERSONNELS Dieu d'Israël et de l'univers, par opposition à l'interprétation générale d'un lieu mystique, Être presque non identifiable, comme l'a jugé la plupart des religions.
De proclamer et de faire connaître ce nom à la masse des croyants qui prétendent le suivre, mais ne savez pas son nom - afin qu'ils puissent sanctifier et de sanctifier son nom que son nom soit honoré parmi les nations (Malachie 1:11; Esaïe 12: 4).
Pour se conformer à ce qui peut vraiment être le plus correctement interprété l'instruction de Exod. 20h07 concernant l'utilisation de son nom: à savoir. "Ne faites pas de son nom sans valeur" " Lo tisah et Shem YHVH Eloheicha l'shav . " En refusant la proclamation de Son Nom, nous pourrions bien être coupable de «faire son nom sans valeur." Pour un aperçu plus complet de cette interprétation et le sujet en général, s'il vous plaît se référer à l'étude: Faut-il s'abstenir d'utiliser le nom sacré de Dieu comme le judaïsme insiste sur le fait?
La Torah et Tanach (la «vieille» Testament) enregistre clairement comment Patriarches et prophètes hébraïques effectivement proclamé et prononça le Nom Sacré comme un témoignage de la non-juifs et les non-croyants et la façon dont ses disciples viennent à connaître Son Nom et invoquez-le, l'utilisation de ce nom! S'il vous plaît se référer à: Faut-il s'abstenir d'utiliser le nom sacré de Dieu?
La Bible présente dans de nombreux endroits un mandat explicite et claire divin pour en soulignant et en publiant une bonne connaissance de son nom. Voici deux exemples de telles:
Jérémie 33:2 " YHVH qui a fait la terre, Qui l'a formée et réglez l'entreprise - YHVH est son nom - dit ceci: «Appelez-Moi et Je vous répondrai ...»
Isaïe 12:4 "Rendez grâce à YHVH - Appelle son nom à haute voix proclamer ses actions vers les nations,. déclarer son nom sublime . Chantez de YHVH, car il a fait des choses merveilleuses - l et il est connu dans le monde entier! ".

Josué

avatar
Administrateur
commentaire de la nouvelle bible Segond.

[img][/img]

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Et oups Jésus est devenue pour la chrétienté Jéhovah!!!
Et après on va nous dire que le retrait du nom de Dieu n'est pas grave!
Quelle ineptie!
a+

Psalmiste

avatar
Si Jésus est Jéhovah alors le Ps 2.2 pose probleme !

On a bien vu que karnar ne pou vait pas repondre a ça, et 1 catholique ou 1 evangelique ne pourrait pas y repondre non plus !

Michael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Psalmiste a écrit:Si Jésus est Jéhovah alors le Ps 2.2 pose probleme !

On a bien vu que karnar ne pou vait pas repondre a ça, et 1 catholique ou 1 evangelique ne pourrait pas y repondre non plus !

Un tres beau verset, c`est vrai qu`il est incontestable.

Psalmiste

avatar
imaginamick a écrit:
Psalmiste a écrit:Si Jésus est Jéhovah alors le Ps 2.2 pose probleme !

On a bien vu que karnar ne pou vait pas repondre a ça, et 1 catholique ou 1 evangelique ne pourrait pas y repondre non plus !

Un tres beau verset, c`est vrai qu`il est incontestable.

En plus les trinitaires ne peuvent même pas soutenir la trinité avec ce verset, car il parle bien du Père et du Fils, mais pas de l'esprit saint !!!

Michael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Psalmiste a écrit:
imaginamick a écrit:
Psalmiste a écrit:Si Jésus est Jéhovah alors le Ps 2.2 pose probleme !

On a bien vu que karnar ne pou vait pas repondre a ça, et 1 catholique ou 1 evangelique ne pourrait pas y repondre non plus !

Un tres beau verset, c`est vrai qu`il est incontestable.

En plus les trinitaires ne peuvent même pas soutenir la trinité avec ce verset, car il parle bien du Père et du Fils, mais pas de l'esprit saint !!!
hahaha tbd

Josué

avatar
Administrateur
le baptême et fait au nom de Dieu.
alors les chrétiens invoquaient le nom de Jésus et pas celui de Dieu est vraiment un non sens.

Josué

avatar
Administrateur
nouvelle bible Segond.
[img][/img]

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Salut les frères.
Si ma trouvaille est établie alors çà peut faire un peu de bruit...
Attention la pensée unique qui veut que le tétragramme et ses abréviations aient disparus TOTALEMENT DU NT ET DES Mss grecs peut être remise en cause...

Mais avant de publier l'info je vous invite à aller sur le titre suivant:"Codex Bezae Cantabrigiensis-A la découverte d'une source.."

Ensuite dans cette approche vous aller au sou-titre:"l'importance de l'étymologie des noms hébreux:

Le 3 ème paragraphe stipule au sujet du nom de Jean:" c'est bien ce que donne à entendre l'ordre des phrases dans le codex Bezae"il écrit:YH-orannan est son nom"

Ainsi comme vous le voyez il semble (je reste prudent) qu'on trouve dans ce Codex grec-latin qui date au environ des années 380-420 de notre ère selon l'analyse paléographique (voir 2)en bas de page de la note ENCORE UNE RACINE DU TETRAGRAMME.

Si cette info est confirmé alors c'est une preuve certes petite qui prouve que le tétragramme(est sa racine) dans sa totalité n'a pas disparu de tous les manuscrit grec!

Et si le Codex Bezae contient comme le laisse entendre cette information alors c'est une petite perle qui peut faire grincer les dents de certains... ttrouge ET EN REJOUIR D'AUTRES... bonheur

A+ et confirmer moi si l'info tient la route si c'est le cas j'ai bien l'intention de l'envoyer vous savez ou...
Bonne lecture.

Martur

avatar
Je ne comprend pas...

Jean est un nom qui contient le nom de Jéhovah, comme Jésus d'ailleurs.
Donc tout les manuscrits l'ont.
Le Bezae est en grec/latin, pas en hébreu pourra-t-on ergoter.

Josué

avatar
Administrateur
voilà le lien.
http://www.youscribe.com/catalogue/tous/savoirs/religions/codex-bezae-cantabrigiensis-a-la-decouverte-d-une-source-366486

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Salut Martur.
Tu as raison il ne faut pas ergoter mais le petit détail c'est que le Codex Bezae écrit le nom Jean non en grec mais dans son sens hébreu! ce qui donne YH-orannan ! la présence de l'abbréviation du tétragramme dans ce nom écrit dans du grec montre que celui-ci n'a pas complétement disparu comme veulent nous le faire croire certains dans le NT. Ce qui signifie aussi que ce n'est pas seulement dans l'expression "alléluia" que se trouve la racine du tétragramme mais aussi dans les noms des personnes comme Jean, Joseph,Jésus...
Merci Josué pour le renvoi
a+

Josué

avatar
Administrateur
voilà un bon lien.
http://www.areopage.net/PDF/P52%20%28P.%20Rylands.Gr.457%29_NominaSacra_Fontaine.pdf

Martur

avatar
J'aime bien son site, même s'il est assez libéral.

Josué

avatar
Administrateur
voici ce que dit la bible Darby.
Le nom de Seigneur :
Les Septante ont employé le mot kurioV, pour "Jéhovah", traduit habituellement par "Éternel", dans l'Ancien Testament. Ce mot est rendu en français par "Seigneur", dans le Nouveau Testament, et se confond avec le même nom appliqué à Jésus, envisagé comme homme. "Dieu l'a fait, est-il dit, Seigneur et christ" (Act. 2:36). Ne doutant pas que ce mot ne soit souvent le nom propre de "Jébovah", nous croyons rendre service au lecteur, en lui fournissant une liste des passages où kurioV présente ce sens ; ceux d'entre ces passages qui, sous ce rapport, paraissent plus ou moins douteux, sont suivis d'un point d'interrogation.

Matth. 1:20, 22, 24 ; 2:13, 15, 19 ; 3:3 ; 4:7, 10 ; 5:33 ; 21:3 (?), 9, 42 ; 22:37, 44 ; 23:39 ; 27:10 ; 28:2.

Marc 1:3 ; 11:3 (?), 9 ; 12: 11, 29, 29, 30, 36 ; 13:20 ; 16:20 (?).

Luc 1:6, 9, 11, 15, 16, 17, 25, 28, 32, 38, 45, 46, 58, 66, 68, 76 ; 2:9, 9, 15, 22, 23, 23, 24, 26, 38, 39 ; 3:4 ; 4:8, 12, 18, 19 ; 5:17 ; 10:27 ; 13:35 ; 19:38 ; 20:37, 42.

Jean 1:23 ; 12:13, 38.

Actes 1:24 (?) ; 2:20, 21, 25, 34, 39, 47 (?) ; 3:20, 22 ; 4:26, 29 ( ?) ; 5:9, 19 ; 7:31, 33, 37, 49 ; 8:25 (?), 26, 39 (?) ; 9:31 (?) ; 10:4 (?), 14 (?) ; 11:8 (?) ; 12:7, 11 (?), 17 (?), 23 ; 15:17, 17.

Romains 4:8 ; 9:28, 29 ; 10:9, 12, 13, 16 ; 11:3, 34 ; 12:19 ; 14:11 ; 15:11.

1 Corinth. 1:31 ; 2:16 ; 3:20 ; 10:26 ; 14:21.

2 Corinth. 3:17, 18 (caractère particulier) ; 6:17, 18 ; 10:17.

Hébreux 1:10 ; 7:21 ; 8:2, 8, 9 10, 11 ; 10:16, 30, 30 ; 12:5, 6.

Jacques 5:4, 11, 11.

1 Pierre 1:25 ; 3:12, 12, 15.

2 Pierre 2:9 ( ?), 11 ; 3:8.

Jude 5, 9.

Apoc. 4:8 ; 11: 15, 17 ; 15:3, 4 ; 16:5, 7 ; 18:8 ; 19:6 ; 21:22 ; 22:5, 6.

Dans les Actes, le mot est employé d'une manière absolue et générale, et appliqué à Christ. Il en est de même dans les Epîtres en général. Voyez 1 Cor. 8:5, 6.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 5 sur 5]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum