Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le stress n'est pas nécessairement une émotion subie.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Le stress n'est pas nécessairement une émotion subie, c'est aussi une énergie à maîtriser, voire à manager. Laurent Odoux, auteur de l'ouvrage Stress en entreprise - Les cinq dimensions du stress a répondu aux questions de LEXPRESS.fr
Selon un récent sondage, un salarié sur trois se dit prêt à quitter son entreprise. Le stress et les problèmes de management sont régulièrement mis en cause dans le mal-être des salariés. Laurent Oddoux, président et cofondateur du cabinet de conseil en management Trajectives, propose d'apprendre à gérer le stress dans son livre Stress en entreprise - Les cinq dimensions du stress (InterEditions).
Quelle est votre définition du stress?
Le stress, c'est la réaction d'un organisme qui cherche à s'adapter à quelque chose qui vient de l'environnement extérieur. Je considère que le stress est une énergie, c'est même le combustible du salarié. Il n'est pas possible qu'une vie soit plate et sans stress. Il est d'ailleurs impossible de l'éliminer. Donc il faut apprendre à le gérer. Dans le stress il y a un aspect négatif et un autre positif. C'est de celui-ci que je parle dans mon livre.
Le stress est généralement subi. Le côté positif n'est-il pas limité? Comment le décririez-vous?
Je compare le stress au courant électrique. Il peut électrocuter mais il permet aussi de donner de la lumière!
Prenons le cas d'un sprinteur lors des Jeux olympiques. Sur la ligne de départ, celui-ci est en situation de stress intense, un lequel est source de stimulation. C'est un stress positif. Je trouve que tous les livres et articles, généralement écrits au sujet du stress, vont toujours dans le même sens, celui de donner plus de soutien aux salariés stressés.
Former les employés n'est pas suffisant, il faut aussi former les managers. Et à mes yeux on ne s'intéresse pas assez à l'amont, au travail qui est demandé au salarié par le manager! Je considère que le stress n'est ni négatif, ni positif. Mais il est diabolisé en permanence.
Je le compare au courant électrique. Celui-ci peut électrocuter c'est vrai mais il permet aussi de donner de la lumière. Il suffit d'apprendre à gérer le stress en entreprise pour qu'il soit moins subi et vécu de manière négative. La méthode que je propose n'est pas centrée sur les employés, elle se concentre sur les managers.
Qu'entendez-vous par "concentrer l'effort sur les managers"?
Aujourd'hui, ce qui domine c'est le management des employés par le stress. Fixer des objectifs à atteindre, mettre les salariés sous tension. Cette approche du stress est anti-productive.
C'est pour cela que je dis qu'il ne faut pas manager par le stress mais manager le stress lui même. C'est un mode d'emploi du stress avec des témoignages concrets que je propose. Les managers ont un impact sur le stress de leurs salariés. Par exemple, leur communication est une source de stress. Pour remédier à cela, ils peuvent travailler sur les cinq dimensions du stress qui constitue une sorte de pentagramme. C'est en utilisant une ou plusieurs des cinq dimensions du stress que le manager peut se mettre en position de gérer celui de ses salariés!
Pouvez-vous donner une description de ces cinq dimensions du stress qui compose votre grille de lecture?
Il y a tout d'abord le rôle et la place qu'on occupe et qu'on se donne dans l'entreprise. Un changement peut être une source de stress. Passer d'un niveau d'exécutant à des missions managériales.
Vient en suite la reconnaissance dont on jouit, dans son travail et avec ses collègues. Les récompenses éventuelles et l'ambiance au quotidien, le degré d'intégration ou de solitude. C'est la dimension affective du stress.
Le stress peut être engendré par le décalage de perception entre le travail demandé et la capacité à le faire
En troisième vient le décalage de perception entre le travail demandé et sa capacité à le faire. Quand on ne se sent pas capable de remplir la mission que l'on s'est vue confier ou parce qu'on considère le temps imparti trop court.
Une autre dimension concerne les valeurs personnelles du salarié. Sont-elles en adéquation avec son poste et l'entreprise dans laquelle il travaille?
En dernier, les moyens que l'on met à la disposition du salarié. A-t-il le matériel adéquat, le confort nécessaire pour effecteur son travail dans les meilleurs conditions?
Concrètement quel est le principal levier de management du stress?
Quand un salarié est en souffrance ou en tension sur un pôle, il faut essayer de voir comment celui-ci, en difficulté, peut s'appuyer sur les autres pour être soulagé.
Pourquoi ne pas lui donner à faire une tâche qui lui conviendrait mieux dans l'entreprise? Le manager doit agir là où il le peut, c'est son rôle!
Pourquoi avoir choisi d'écrire un livre sur le stress en entreprise?
Nous sommes partis du constat qu'il y avait trop de situation de stress mal gérées. Et selon ma propre expérience, cela concerne deux états en particulier: les situations de crise et celles de burnout que peuvent vivre les salariés. De là nous sommes partis sur le projet d'écrire un livre. L'idée étant d'aller s'intéresser en amont, au-delà du salarié lui-même, à cette question du stress. Je dirai que comme les saumons, nous avons remonté la rivière.

samuel

avatar
Administrateur
il y a du bon stress et aussi du mauvais.

Josué

avatar
Administrateur
La meilleure arme contre le stress : l'eau !
On dit souvent qu'écouter de la musique ou être au calme détend. Oui... mais d'après une étude publiée dans Plos One, le plus efficace contre le stress serait le clapotis de l'eau.



Sport, carré de chocolat, musique zen... On a tous notre "truc" pour se détendre rapidement en cas de gros stress. Mais les plus connus ne sont pas toujours les plus efficaces. C'est ce que prouvent des chercheurs de l'Université de Zurich dans une étude menée auprès de 60 jeunes femmes. Après les avoir réparti en trois groupes, ils leur ont fait écouter de la musique, le bruit de l'eau qui coule ou alors les ont mis dans le silence. Puis elles ont été exposées à une situation de stress en devant se présenter à l'oral puis effectuer un exercice de calcul mental. Les chercheurs ont mesuré la quantité de cortisol (hormone du stress) dans leur salive et ont constaté avec étonnement que les niveaux les plus élevés étaient enregistrés chez celles écoutant de la musique. A l'opposé, celles bercées par le clapotis de l'eau étaient les plus détendues. Selon les scientifiques, le cerveau aurait appris à associer l'environnement naturel à une source de vie, donc à l'apaisement. Ils nuancent cependant leurs résultats en expliquant qu'ils auraient pu varier en fonction du morceau de musique choisi.

Source : Thoma MV, La Marca R, Brönnimann R, Finkel L, Ehlert U, et al. (2013) The Effect of Music on the Human Stress Response. PLoS ONE 8(Cool: e70156. doi:10.1371/journal.pone.0070156

samuel

avatar
Administrateur
Le chocolat noir réduit le stress, mais pas son appréciation
Mis à jour le 7.04.14
Manger du chocolat noir réduit le stress, comme on le savait déjà, mais pas son appréciation, comme ont pu l'établir des chercheurs de Berne et de Zurich. Selon ceux-ci, le chocolat noir pourrait même prévenir les infarctus.

(Photo: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION)
D'anciennes recherches effectuées sur la consommation de chocolat noir ont déjà mis en évidence qu'un pigment végétal nommé flavanoïde serait responsable de vertus antistress, a indiqué lundi l'Hôpital universitaire de Berne (Inselspital). Mais l'explication de ces effets protecteurs n'est que partiellement connue.

«Les personnes ayant participé au test ne se sentent pas mieux, seul leur corps a réduit sa réaction au stress», a déclaré la responsable de l'étude Petra Wirtz, de l'Institut de psychologie de l'Université de Berne. Nous pouvons uniquement avancer que le corps ne résorbe pas le stress rien que grâce aux flavanoïdes, précisent les chercheurs, qui estiment que d'autres études sur le sujet doivent être menées.

Le taux d'hormone de stress dans le sang a été testé au terme d'une expérience. Les résultats montrent que chaque cobaye qui a mangé du chocolat noir produit d'une part moins de cortisol et d'adrénaline, deux hormones du stress, et d'autre part davantage de flavanoïdes.

Josué

avatar
Administrateur
Les e-mails : source de stress ?
Un homme consultant ses e-mails trois fois par jour et paraissant calme ; un autre homme consultant souvent ses e-mails et paraissant stressé
D’après une étude menée à Vancouver (Canada), il est possible de réduire son stress en ne consultant ses e-mails que trois fois par jour au lieu de le faire en permanence. Parlant des conclusions de cette étude, Kostadin Kushlev, qui a dirigé les recherches, dit : « Les gens trouvent difficile de résister à la tentation de consulter leurs e-mails alors qu’y résister réduirait leur stress. »

Josué

avatar
Administrateur
[size=32]Le stress : comment le gérer[/size]


00:00
[size=11]


10:57
[/size]
« J’avais l’impression d’être comme une souris qui court dans sa roue, mais qui ne va nulle part. Je travaillais souvent 16 heures par jour, et même le week-end en général. J’étais en colère contre moi-même parce que je ne voyais ma petite fille que lorsqu’elle dormait. Le stress me rendait malade ! » (Kari, Finlande).

CE QU’A vécu Kari n’est pas une exception. D’après une organisation caritative pour la santé mentale, 1 employé britannique sur 5 a déclaré que le stress l’avait déjà rendu malade au cours de sa carrière, et 1 sur 4 a pleuré au travail tellement la pression était forte. En 2009, une année de récession économique, le nombre de prescriptions d’antidépresseurs a connu une augmentation sans précédent.
Qu’est-ce qui vous stresse ?

  • L’insécurité, financière ou autre.
  • Un emploi du temps surchargé.
  • Les conflits avec les autres.
  • Des évènements traumatisants.

[size]
Quel effet le stress a-t-il sur vous ?
[/size]

  • Des problèmes de santé.
  • L’épuisement émotionnel.
  • Des troubles du sommeil.
  • La dépression.
  • De moins bonnes relations.

[size]
 Le stress déclenche un incroyable mécanisme dans votre corps, une sorte de système d’intervention d’urgence. La libération d’hormones accélère votre respiration et votre rythme cardiaque, et augmente votre pression artérielle. Des stocks de cellules sanguines et de glucose se déversent dans votre système circulatoire. Ces réactions en chaîne vous aident à faire face à la cause de votre stress. Si la source de stress disparaît, votre corps retrouve son fonctionnement normal. Sinon, vous pouvez rester dans un état d’anxiété chronique, comme un moteur qui tourne en surrégime. Il est donc important que vous appreniez à gérer votre stress, tant pour votre bien-être physique que mental.

Gérer son stress

Le stress en lui-même n’est pas forcément mauvais. Dans un article, l’Association américaine de psychologie compare le stress à la tension d’une corde de violon. Pour que le son soit agréable, il faut que la corde soit tendue dans une mesure raisonnable. Trop peu, rien ne se passe. Trop, la corde casse. Conclusion : « Le stress peut soit signer votre arrêt de mort, soit mettre du piment dans votre vie. Tout dépend de la façon dont vous le gérez. »
De plus, nous n’avons pas tous le même tempérament ni la même santé. Ce qui est source de tension pour l’un ne l’est peut-être pas pour l’autre. Quoi qu’il en soit, si votre emploi du temps vous crée du stress au point que vous n’arrivez pas à vous détendre ni à répondre aux petites urgences, c’est sans doute que votre dose de stress est excessive.
Pour « faire face » à leur stress chronique, certains se réfugient dans l’alcool, la drogue ou le tabac. D’autres adoptent de mauvaises habitudes alimentaires, ou s’assoient passivement devant la télévision ou un ordinateur. Mais loin de régler le problème de fond, tous ces comportements risquent plutôt de l’aggraver. Alors, comment apprendre à gérer son stress efficacement ?
Beaucoup y sont parvenus en appliquant les conseils pratiques contenus dans la Bible. Ces conseils peuvent-ils vous aider ? Pour le savoir, revenons sur quatre sources courantes de stress.

 1 L’INSÉCURITÉ


Personne ne connaît la sécurité absolue. Comme la Bible le dit, « temps et événement imprévu [nous] arrivent à tous » (Ecclésiaste 9:11). Comment surmonter un sentiment d’insécurité ? Essayez ceci :
[/size]

  • Confiez-vous à un membre de votre famille ou à un ami. Les études montrent invariablement que le soutien de proches protège dans une certaine mesure des troubles causés par le stress. « Un véritable compagnon aime tout le temps et c’est un frère qui est né pour les jours de détresse » (Proverbes 17:17).
  • N’imaginez pas constamment le pire. Cela finirait par vous épuiser émotionnellement. En plus, ce que vous redoutez n’arrivera peut-être pas ! C’est avec raison que la Bible conseille : « Ne vous inquiétez jamais du lendemain, car le lendemain aura ses propres inquiétudes » (Matthieu 6:34).
  • Priez. « Rejetez sur [Dieu] toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous », lit-on en 1 Pierre 5:7. Dieu montre qu’il se soucie de nous en nous donnant la paix intérieure et en promettant qu’il n’abandonnera jamais ceux qui, de tout cœur, recherchent auprès de lui réconfort et soutien (Hébreux 13:5 ; Philippiens 4:6, 7).

[size]

2 UN EMPLOI DU TEMPS SURCHARGÉ


Un rythme de vie incessant — se déplacer, travailler, étudier, s’occuper des enfants ou de parents âgés — peut maintenir votre stress à un niveau élevé. Et tirer un trait sur certaines de ces activités n’est peut-être même pas envisageable (1 Timothée 5:8). Alors, comment faire face ?
[/size]

  • Essayez de prendre le temps de souffler, et dormez suffisamment. La Bible affirme : « Mieux vaut une poignée de repos qu’une double poignée de dur travail et de poursuite du vent » (Ecclésiaste 4:6).
  • Fixez-vous des priorités et menez une vie modeste (Philippiens 1:10). Pouvez-vous simplifier votre vie, peut-être en réduisant vos dépenses ou votre temps de travail ? (Luc 21:34, 35).

[size]
Kari, cité en introduction, a réexaminé sa situation : « Je me suis rendu compte que je menais une vie égoïste. » Il a vendu son affaire et a choisi un emploi qui lui permet d’être plus souvent chez lui. « Notre niveau de vie a un peu baissé, reconnaît-il, mais ma femme et moi ne vivons plus dans le stress. Nous passons plus de temps en famille et entre amis. Aucune affaire, aussi juteuse soit-elle, ne me fera renoncer à la paix intérieure que je ressens aujourd’hui. »

 3 LES CONFLITS AVEC LES AUTRES


Les conflits avec les autres, surtout au travail, peuvent être très éprouvants. Si vous êtes dans cette situation, voici quelques suggestions utiles :
[/size]

  • Quand quelqu’un vous contrarie, essayez de rester calme. Ne jetez pas d’huile sur le feu. « Une réponse, lorsqu’elle est douce, détourne la fureur » (Proverbes 15:1).
  • Réglez le problème en privé et parlez de façon respectueuse. Vous honorerez ainsi votre interlocuteur (Matthieu 5:23-25).
  • Efforcez-vous de comprendre ses sentiments et son point de vue. Une telle perspicacité « retarde [la] colère » parce qu’elle permet de se mettre à la place de l’autre (Proverbes 19:11). Elle aide aussi à se voir comme l’autre nous voit.
  • Essayez de pardonner. Le pardon n’est pas seulement beau, c’est aussi un bon médicament. D’après une étude de 2001, « la rancune » provoque « une forte augmentation » du rythme cardiaque et de la pression artérielle, tandis que le pardon réduit le stress (Colossiens 3:13).

[size]

4 DES ÉVÈNEMENTS TRAUMATISANTS


Nieng, qui vit au Cambodge, a connu une série de tragédies. En 1974, elle a été blessée par l’explosion d’une bombe dans un aéroport. L’année suivante, ses deux enfants, sa mère et son mari sont morts. En 2000, sa maison et tous ses biens ont disparu dans un incendie. En 2003, son second mari est mort. C’en était trop... Elle a alors voulu mourir.
« Mieux vaut une poignée de repos qu’une double poignée de dur travail. »
Toutefois, Nieng a trouvé le moyen de faire face. Comme Kari, elle a examiné la Bible. Ce qu’elle a appris lui a fait tellement de bien qu’elle s’est mise à son tour à aider d’autres personnes à étudier la Bible. Son histoire illustre bien les résultats d’une étude britannique de 2008 : une façon de développer « la capacité à surmonter le stress » consiste à « donner aux autres, d’une manière ou d’une autre » — un remède préconisé dans la Bible depuis longtemps (Actes 20:35).
Nieng a aussi découvert une espérance solide, celle d’un avenir meilleur où toutes les difficultés qui accablent les humains auront disparu. Elle sait que bientôt la paix régnera sur la terre (Psaume 72:7, 8).
Une espérance véritable et la sagesse qui permet de faire face aux nombreuses tensions de la vie : voilà deux choses inestimables qu’on trouve dans la Bible. Des millions de personnes se sentent déjà mieux grâce à l’étude de ce livre formidable. Voulez-vous essayer ?

« La première chose à faire »


« La première chose à faire [pour soulager son stress], c’est d’apporter quelques changements à son mode de vie, explique l’Institut américain de la santé (NIH). Mangez sain et équilibré. Dormez suffisamment et faites de l’exercice. Limitez votre consommation de caféine et d’alcool, et n’absorbez pas de nicotine, de cocaïne, ni d’autres drogues. » Le NIH conseille aussi de prendre des vacances, de passer du temps avec sa famille et ses amis, et d’apprendre à faire des choses de ses mains ou à jouer d’un instrument.
[/size]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum