Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pleuvait-il avant le Déluge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 10:05

Attila


Les Témoins de Jéhovah croient-ils toujours que Dieu ne fit pleuvoir qu'aprés le Déluge...?

Croient-ils toujours qu'au tout commencement la terre n'était irriguée que grâce à une sorte de "brume" ...?

2 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 10:38

Mikael


MODERATEUR
MODERATEUR
la première mention de la pluie dans la bible n'est fait qu'a partir du déluge.
tu as autre chose a nous proposer?

3 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 11:05

Attila


Jérémie le prophète ne semble pas partager votre point de vue dites-moi !

Jérémie 10/” 12 Il est Celui qui a fait la terre par sa force, Celui qui a solidement établi le sol productif par sa sagesse, et Celui qui, par son intelligence, a étendu les cieux. 13 À [sa] voix il se produit grâce à lui un tumulte d’eaux dans les cieux, et il fait monter des vapeurs de l’extrémité de la terre. Il a fait des vannes pour la pluie, et il fait sortir le vent de ses magasins.

4 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 11:12

Josué


Administrateur
il ne dit pas non plus qu'il pleuvait avant le déluge.
Au début de l’histoire de l’aménagement de la terre, “ Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre ”, mais “ une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol ”. L’époque dont il est question se situe sans doute au début du troisième “ jour ” de création, avant que la végétation n’apparaisse (Gn 2:5, 6 ; 1:9-13 

5 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 11:58

Attila


Admin a écrit:il ne dit pas non plus qu'il pleuvait avant le déluge.
Au début de l’histoire de l’aménagement de la terre, “ Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre ”, mais “ une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol ”. L’époque dont il est question se situe sans doute au début du troisième “ jour ” de création, avant que la végétation n’apparaisse (Gn 2:5, 6 ; 1:9-13 

...et bien sur pour vous la brume en question ne peut pas être la pluie au stade de l'évaporation ?

6 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 13:16

Josué


Administrateur
c'est comme pour la rosé a par qu'elle ne vient pas des nuages.
donc la terre pouvait être arrosé sans la pluie.

7 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 13:54

Attila


Admin a écrit:c'est comme pour la rosé a par qu'elle ne vient pas des nuages.
donc la terre pouvait être arrosé sans la pluie.

La rosée qui alimenterai le système fluvial ?!

C'est une blague Laughing ?

Même Jérémie vous contredit et vous vous en moquez

8 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 14:00

samuel


Administrateur
Attila a écrit:Les Témoins de Jéhovah croient-ils toujours que Dieu ne fit pleuvoir qu'aprés le Déluge...?

Croient-ils toujours qu'au tout commencement la terre n'était irriguée que grâce à une sorte de "brume" ...?
je ne sais pas ou tu as été cherché se genre de sornettes?
une chose est sur dans le livre auxiliaire de la bible de 1971 il est dit ceci à la page 1085.
il ressort des paroles divinement inspirées consignées en Genèse 2:5 que jusqu'au déluge les hommes n'avaient probablement jamais vu pleuvoir.
il est dit probablement donc c'est pas une certitude.
autre citation celle de la tg de1956 page 207
afin de rendre possible la vie végétale,animale ou humaine . il ne pleuvait pas ici-bas.Afin de rendre la vie végétale,Jéhovah établit_outre les fleuves cités dans Genèse 2:10-14-un système d'irrigation s'étendant à la terre entière ,non par la pluie mais par une vapeur d'eau.

9 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 14:10

samuel


Administrateur
Jérémie parle t'il de la pluie de la création d'avant le déluge?
Rien n'est moins certains

Parmi les questions que Jéhovah posa à Job pour souligner les limites de la compréhension que les hommes ont des forces et des lois de la création et de la terre, il y avait celle-ci : “ Existe-t-il un père pour la pluie ? ” (Jb 38:28). ceci dit explique nous le sens des ses paroles!
(Genèse 2:5-6) 5 Or il n’y avait encore sur la terre aucun buisson des champs, et aucune végétation des champs ne germait encore, car Jéhovah Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. 6 Mais une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol.

10 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:13

Attila


Jérémie parle de se qui se passa lors de la création de la terre.

Libre à toi d'interpréter ses dires selon tes idées.

11 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:22

Josué


Administrateur
Libre a toi aussi d'interpréter comme tu veux mais cela ne t'empêche pas de répondre a la question de Samuel.

12 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:31

Attila


Admin a écrit:Libre a toi aussi d'interpréter comme tu veux mais cela ne t'empêche pas de répondre a la question de Samuel.

Vous en êtes au point de ne même plus voir les péponses qui vous sont faites.

Jérémie 10/11 Voici ce que vous leur direz : “ Les dieux qui n’ont pas fait les cieux et la terre, ceux-là disparaîtront de la terre et de dessous ces cieux. ” 12 Il est Celui qui a fait la terre par sa force, Celui qui a solidement établi le sol productif par sa sagesse, et Celui qui, par son intelligence, a étendu les cieux. 13 À [sa] voix il se produit grâce à lui un tumulte d’eaux dans les cieux, et il fait monter des vapeurs de l’extrémité de la terre. Il a fait des vannes pour la pluie, et il fait sortir le vent de ses magasins.

Magasins pour la pluie : Les nuages

Dieu a fait la terre et son système pluvial dès la création.
A moins que tu me trouves un texte qui affirme qu'aprés le déluge il se mit à pleuvoir pour la première fois...

13 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:34

Josué


Administrateur
pourquoi tu ne répond pas a la question de Samuel
explique nous se verset.

(Genèse 2:5-6) 5 Or il n’y avait encore sur la terre aucun buisson des champs, et aucune végétation des champs ne germait encore, car Jéhovah Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. 6 Mais une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol.

14 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:47

Attila


Genèse 2/5. Tout buisson du champ n’était pas encore en terre,
toute herbe du champ n’avait pas encore germé:
oui, IHVH-Adonaï Elohîms n’avait pas fait pleuvoir sur la terre,
et de glébeux, point, pour servir la glèbe.
6. Mais une vapeur monte de la terre,
elle abreuve toutes les faces de la glèbe.

Sans l'évaporation de l'eau, pas de nuage, sans nuage pas de pluie, et sans pluie pas de système hydraulique terrestre.
Le phénomène de l'évaporation ( la brume ) est à la base, sans lui rien ne se produit; aucune réaction.

15 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:49

Josué


Administrateur
tien regarde ça
Il résulte de notre explication du v. 4 que le v. 5 commence une phrase nouvelle. Aucun arbrisseau des champs. Le mot hébreu siach signifie arbrisseau, et non plante, comme on l’a quelquefois traduit. Comparez Gen. 21, 15; Job 30, 4. 7. Aucune herbe des champs : légumes, céréales ; le mot hébreu (ésev) est le même qui est employé au ch. 1. Le récit n’exclut pas le gazon, la verdure du sol (désché), mais seulement les plantes pour lesquelles la main de l’homme est nécessaire, et les arbres. Cette stérilité avait deux causes : le manque de pluie d’une part (l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir) et de l’autre l’absence du travail humain (il n’y avait pas d’homme … ). On ne comprend bien la liaison de ces deux causes, en apparence complètement hétérogènes, que si l’on rapporte la seconde à l’absence de canaux d’irrigation que l’homme seul peut établir et qui sont indispensables pour remplacer la pluie dans un pays très chaud et habituellement privé de l’eau du ciel.
bible annotée.
la brume existe s'en avoir besoin de pluie .
et tu fuies la question de Genèse 2:5.pas mal ta méthode de jésuite.

16 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:56

Attila


On ne comprend bien la liaison de ces deux causes, en apparence complètement hétérogènes, que si l’on rapporte la seconde à l’absence de canaux d’irrigation que l’homme seul peut établir et qui sont indispensables pour remplacer la pluie dans un pays très chaud et habituellement privé de l’eau du ciel.

L'auteur de ce texte semble prétendre que le rédacteur du livre de la Genèse fût influençé par son milieu d'habitation ( aride et peu arrosé ...)

Expliques !



17 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 15:59

Attila


Sais-tu seulement que la brume n'est que le système normal d'évaporation révélé par un phénomène thermique ..?

L'évaporation est constante sur la terre, elle se voit ou pas en fonction des contrastes thermiques ( le plus souvent le matin ou le soir ...)

18 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:01

samuel


Administrateur
alors Atilla c'est si difficile ma question que tu ne me répond pas ?
je suppose que tu n'en sais rien .ce qui n'est pas une honte en sois.

19 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:04

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Et n'oublions pas non plus la possibilité de sources d'eau souterraines.... qui peuvent permettre de faire monter de la brume!
D'ailleurs la LXX et la Vulgate traduisent par :"une source".
A+

20 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:09

Attila


philippe83 a écrit:Et n'oublions pas non plus la possibilité de sources d'eau souterraines.... qui peuvent permettre de faire monter de la brume!
D'ailleurs la LXX et la Vulgate traduisent par :"une source".
A+

Puisque l'eau des océans sont salés, d'où vient l'eau douce des nappes phréatiques...?

21 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:17

Josué


Administrateur
BRUME
Particules d’eau en suspension dans l’air ; elles ressemblent à une pluie très fine. Quand de l’air chaud et humide s’élève de la terre et se refroidit jusqu’à ce qu’on appelle le point de rosée, la vapeur d’eau se condense, car l’air froid ne peut retenir autant d’eau que l’air chaud. Quand cette condensation se produit près du sol, on l’appelle brouillard ; quand elle se produit dans le ciel, elle forme ce qu’on appelle un nuage (Ps 135:7 ; Pr 25:14 ; Jr 10:13 ; 51:16). Si la vapeur d’eau se condense sur des objets froids, comme le sol ou la végétation (généralement la nuit), on la qualifie de rosée (Ex 16:13, 14 ; Jg 6:36-40 

et sache que la brume de l'eau de mer se transforme en eau douce.c'est comme un effet de distillation.
http://www.sequovia.com/ecoamerica-chili-eau-et-brume.php

22 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:21

Attila


Ben vala...t'as tout compris, la brume c'est de l'eau en suspension et qui redescend sous forme de flotte

23 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:29

Josué


Administrateur
je t'ais pas attendue pour le savoir.
donc pas besoin de pluie pour arrosé.
dans le désert de Namibie au bord de la mer les animaux vivent de la rosé du matin et il ne pleuve pratiquement jamais.

24 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:43

Absent


PLUIE: Au début de l'histoire de l'aménagement de la terre, "Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre", mais "une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol". L'époque dont il est question se situe sans doute au début du troisième "jour" de création, avant que la végétation n'apparaisse( Gn 2:5,6; 1:9-13). La première fois qu'il est fait mention explicitement de chute de pluie dans la Bible, c'est dans le récit du déluge. Alors "les écluses des cieux s'ouvrirent", et "la pluie torrentielle se déversa sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits" (Gn 7:11,12; 8:2)

BRUME: Particules d'eau en suspension dans l'air; elles ressemble à une pluie très fine. Quand de l'air chaud et humide s'élève de la terre et se refroidit jusqu'à ce qu'on appelle le point de rosée, la vapeur d'eau se condense, car l'air froid ne peut retenir autant d'eau que l'air chaud. Quand cette condensation se produit prés du sol, on l'appelle brouillard; quand elle se produit dans le ciel ,elle forme ce qu'on appelle un nuage (Ps 135:7; Pr 25:14; Jr 10:13; 51:16). Si la vapeur d'eau se condense sur des objets froids, comme le sol ou la végétation (généralement la nuit), on la qualifie de rosée (Ex 16:13,14; Jg 6:36-40). En revanche, la brume se compose de particules d'eau en suspension dans l'air qui sont légèrement plus grandes que celles du brouillard, mais plus petites que les gouttes de pluie.
La description poétique qu'offre la Bible de ces phénomènes géophysiques s'accorde avec les découvertes scientifiques. Elihou dit comment Jéhovah, la Source de toute chaleur et énergie, fait d'abord en sorte que la vapeur d'eau s'élève de la terre, puis la laisse ruisseler lentement et retomber sous forme de pluie et de brume (héb.: 'édh, comme filtrée (Jb 36:27,28)
La seule autre occurrence du mot hébreu 'édh (brume) figure dans le récit de la Genèse relatif aux conditions qui régnaient sur la terre à un moment donné, pendant les "jours" de création. "Jéhovah Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre [...]. Mais une brume montait de la terre [comprenant les cours d'eau, les lacs et les mers] et elle arrosait toute la surface du sol". (Gn 2:5,6). Toutefois, les traducteurs de versions anciennes (LXX; Vg; Sy) comprenaient qu'il était question d'une source plutôt que d'une brume, donnant à penser que l'arrosement se faisait au moyen d'un cours d'eau souterrain.

ROSÉE: Gouttelettes d'eau produites par la condensation de l'humidité présente dans l'air, de la vapeur d'eau montant du sol et de l'humidité dégagée par les plantes. Le mot hébreu pour "rosée", tal, signifie également "pluie légère". (Pr 3:20). Lorsque la température de la couche d'air en contact avec le sol tombe à 0°C, la rosée se transforme en givre, de couleur blanc argenté. Jéhovah est l'Auteur des gouttes de rosée et la Bible dit qu'il disperse le givre "comme de la cendre". Ps 147:16; Jb 38:28
La rosée se forme lorsque l'air nocturne chargé de vapeur d'eau se refroidit et dépose la vapeur, qui revient par condensation à l’état liquide, sur les objets plus froids. Elle apparaît également lorsque de la vapeur chaude s'élève du sol et rencontre l'air qui se refroidit. La Bible explique qu'à une époque reculée de l'histoire de la terre, avant qu'il ne pleuvent, "une brume [vapeur] montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol". (Gn 2:6) La rosée est également produite lorsque de l'humidité provenant de la végétation s'évapore dans l'air. Une plante continue d'évacuer l'eau tirée su sol par ses racines jusqu'à ce que soit atteint l'équilibre entre la température de la pointe des feuilles et celles des racines. La nuit, on peut souvent entendre dégoutter la grande quantité de rosée produit par certains arbres. Il semble que la rosée matinal provient essentiellement de ce phénomène. Job dit: " Ma racine est ouverte aux eaux, et la rosée passera la nuit sur ma branche." (Jb 29:19)

25 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 16:55

samuel


Administrateur
jplussoi
merci gérard.

26 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 17:25

philippe83


MODERATEUR
MODERATEUR
Et la Tg de 1955 page 26,27 précise selon une découverte faite au laboratoire Farhart pour recherches végétales de l'institut de Tecnologie Californien, Pasadena, Calif USA selon le New York Times, p,E11, 17 mai 1953...."Que des plantes flétries par la chaleur se raniment plus rapidement lorsque la rosée se dépose sur elles que sous l'action d'un arrosage. Elles absorbent tellement de rosée nocturne qu'elles peuvent subsister toute la journée sans arrosage.On a été étonné de constater l'importance de la quantité d'eau provenant de la rosée et qu'elles exsudent dans le sol par les racines; l'eau ainsi mise en réserve sous terre se mesure même pour les petites plantes, en millimètres cubes, et parfois son poids égale celui de la plante entière."
C'est peut-être ainsi que la plus grande partie de la végétation de la terre fut arrosée le 3ème jour de la création jusqu'au déluge.(Gen 2:5,6)
a+

27 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 18:17

Attila


philippe83 a écrit:Et la Tg de 1955 page 26,27 précise selon une découverte faite au laboratoire Farhart pour recherches végétales de l'institut de Tecnologie Californien, Pasadena, Calif USA selon le New York Times, p,E11, 17 mai 1953...."Que des plantes flétries par la chaleur se raniment plus rapidement lorsque la rosée se dépose sur elles que sous l'action d'un arrosage. Elles absorbent tellement de rosée nocturne qu'elles peuvent subsister toute la journée sans arrosage.On a été étonné de constater l'importance de la quantité d'eau provenant de la rosée et qu'elles exsudent dans le sol par les racines; l'eau ainsi mise en réserve sous terre se mesure même pour les petites plantes, en millimètres cubes, et parfois son poids égale celui de la plante entière."
C'est peut-être ainsi que la plus grande partie de la végétation de la terre fut arrosée le 3ème jour de la création jusqu'au déluge.(Gen 2:5,6)
a+

Pour Jérémie c'est pas "peut-être une brume" c'est :

12. Le faiseur de la terre, en sa force, affermit le monde;
en sa sagesse, en son discernement, il a tendu les ciels.
13. De la voix, il donne le tumulte des eaux aux ciels;
il fait monter les cumulus des confins de la terre;
il fait les éclairs pour la pluie, et sort le souffle de ses trésors.

28 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Lun 25 Juil - 19:05

Josué


Administrateur
bien oui JEHOVAH et l'auteur de la pluie mais cela il la fait après le déluge et tu ne peux pas prouver le contraire.
la preuve tu éludes la question posé sur Genèse :2:5.

29 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 10:50

Attila


Selon Chouraqui la "vapeur" qui monte de la terre et l'arrose ne fait pas de doute. Cette "vapeur" constitue l'amorce du phénomène de la pluie.

Entête2/5. Tout buisson du champ n’était pas encore en terre,
toute herbe du champ n’avait pas encore germé:
oui, IHVH-Adonaï Elohîms n’avait pas fait pleuvoir sur la terre,
et de glébeux, point, pour servir la glèbe.
6. Mais une vapeur monte de la terre,
elle abreuve toutes les faces de la glèbe.



30 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 14:20

Josué


Administrateur
mais cette brume ne provient pas des nuages .
la brume se produit par la différence de chaleur tout comme la rosé.
tu t'enfonces pour ne rien dire.

31 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 17:55

Attila


Admin a écrit: mais cette brume ne provient pas des nuages .
la brume se produit par la différence de chaleur tout comme la rosé.
tu t'enfonces pour ne rien dire.

Very Happy Qui s'enfonce dans l'absurde ? moi qui cite Chouraqui et qui prétend selon Genèse 2/5 qu'une vapeur monte du sol pour former les nuages necessaires à la pluie, ou toi avec tes remarques insensées...?


32 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 18:08

samuel


Administrateur
mais la pluie ne vient pas des nuage du ciel mais de la brume qui se trouve sur la terre.
toute comme la rosé. mais tu n'en a cure.
la nouvelle Segond dit ceci aussi.

6 Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.
et la Chouraqui dit ceci exactement
Mais une vapeur monte de la terre.
s t p vérifie tes sources.

33 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 18:40

Attila


Que serait la vapeur d'eau qui monte de la terre et surtout de la mer si elle ne se concentre pas en nuage...?

En vérité la vapeur d'eau ne peut que se condenser en nuage sinon elle ne peut jouer le rôle de la pluie qui arrose tel ou tel région en son temps .

34 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 18:44

Josué


Administrateur
mais la bible ne rien c'est toi qui veux interpréter.
ceci tu as vue que ta citation de CHOURAQUI n'était pas bonne car il ne parle pas de pluie mais de brume.
ou as tu été cherché ça ?

35 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 18:52

Attila


Mais bien sur ...et Jérémie aussi il interpréte Very Happy
ah oui...Jérémie ne parlait pas de la création...c'est curieux parce -que quand je lis " Il est Celui qui a fait la terre par sa force, Celui qui a solidement établi le sol productif par sa sagesse, et Celui qui, par son intelligence, a étendu les cieux." ça se passe pas à la création selon toi ??

36 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mar 26 Juil - 19:30

Josué


Administrateur
mais tu ne dit rien sur ta fausse citation de Chouraqui nous avons bien fait de vérifier.
et tu t'accroche a Jérémie comme sur une branche sciée .
car il ne fait pas allusion à Genése 2:5.
verset que je remet ici car tu nous à jamais répondu.
(Genèse 2:5-6) 5 Or il n’y avait encore sur la terre aucun buisson des champs, et aucune végétation des champs ne germait encore, car Jéhovah Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. 6 Mais une brume montait de la terre et elle arrosait toute la surface du sol.
alors explique nous se verset car il est bien dit.
Jéhovah Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre
explique nous s t p.

37 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 8:16

Attila


Tu nies l'évidence et tu te cantonnes à des questions débiles...
Joues sans moi!
Il est facile de constater que Jérémie évoque la naissance du monde et pas un je ne sais quel instant mystérieux ne faisant pas partie des six jours de création .
Tu t'accroches, toi, à des questions élémentaires et sans intétét sur l'intervention de la pluie sur la terre ( pluie indispensable à la germination de la flore ) car tu ne peux pas admettre avoir été induit en erreur par tes enseignants.
Je dois dire que ce comportement immature est assez pitoyable pour une personne se prenant pour le sel de la terre, le redresseur de la vérité et le phare qui éclaire les ténèbres de ce monde...

38 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 11:16

Absent


Comment ce forme la ROSÉE ?

L’absence de nuage et de vent en cours de nuit favorisent le refroidissement important de la terre et de l’air près du sol. La rosée se produit généralement en fin de nuit, quand la température du sol s’abaisse, jusqu’au point de déclencher la condensation de la vapeur d’eau contenue dans la couche d'air voisine, entraînant la formation de gouttelettes d’eau qui se déposent sur le sol ou les végétaux. (source - Météo France)

Comment ce forme la BRUME ou le BROUILLARD ?

Le brouillard, constitué de fines gouttelettes d’eau en suspension dans l’air, est un phénomène météorologique qui réduit la visibilité à moins de 1000 mètres (distance à laquelle on distingue correctement un objet). Au delà de 1000 mètre, on parle de brume jusqu’à une visibilité de 5 kilomètres.

Les fines gouttelettes du brouillard sont identiques à celles qui constituent les nuages. Il s’agit en fait d’un nuage, un stratus, en contact avec le sol. Le brouillard se présente sous la forme d’un voile opaque, parfois très dense, mais il peut aussi se présenter sous la forme de bancs, circulant à travers les campagnes.

Pour se former, le brouillard nécessite un taux d’humidité élevé, permettant la condensation de la vapeur d’eau par un refroidissement ou encore par un apport en humidité. Le vent ne doit être ni trop fort, pour éviter la dispersion des gouttelettes d’eau, ni trop faible pour empêcher leur suspension dans l’air. (source: Station-météo)

________________

En aucun cas la brume(ou brouillard) ou la rosée donne de la pluie, mais par contre la rosée et la brume arrose le sol comme la pluie. (bon s'il y a encore certain qui comprennent pas ça il ferait mieux de retournée a l'école pp)

39 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 16:04

Josué


Administrateur
gerard a écrit:Comment ce forme la ROSÉE ?

L’absence de nuage et de vent en cours de nuit favorisent le refroidissement important de la terre et de l’air près du sol. La rosée se produit généralement en fin de nuit, quand la température du sol s’abaisse, jusqu’au point de déclencher la condensation de la vapeur d’eau contenue dans la couche d'air voisine, entraînant la formation de gouttelettes d’eau qui se déposent sur le sol ou les végétaux. (source - Météo France)

Comment ce forme la BRUME ou le BROUILLARD ?

Le brouillard, constitué de fines gouttelettes d’eau en suspension dans l’air, est un phénomène météorologique qui réduit la visibilité à moins de 1000 mètres (distance à laquelle on distingue correctement un objet). Au delà de 1000 mètre, on parle de brume jusqu’à une visibilité de 5 kilomètres.

Les fines gouttelettes du brouillard sont identiques à celles qui constituent les nuages. Il s’agit en fait d’un nuage, un stratus, en contact avec le sol. Le brouillard se présente sous la forme d’un voile opaque, parfois très dense, mais il peut aussi se présenter sous la forme de bancs, circulant à travers les campagnes.

Pour se former, le brouillard nécessite un taux d’humidité élevé, permettant la condensation de la vapeur d’eau par un refroidissement ou encore par un apport en humidité. Le vent ne doit être ni trop fort, pour éviter la dispersion des gouttelettes d’eau, ni trop faible pour empêcher leur suspension dans l’air. (source: Station-météo)

________________

En aucun cas la brume(ou brouillard) ou la rosée donne de la pluie, mais par contre la rosée et la brume arrose le sol comme la pluie. (bon s'il y a encore certain qui comprennent pas ça il ferait mieux de retournée a l'école pp)
c'est d'une simplicité évangélique. Laughing

40 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 17:27

Attila


"La rosée arrose le sol comme la pluie..."

Gag ppmdr !

...dis Né de Nouveau, j'ai une bonne nouvelle pour tes champs, désormais à part la rosée du matin t'auras plus une goutte de flotte ! clap

Comment ça "pas suffisant scratch ! " ?



41 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 17:41

Invité


Invité
Bonjour à tous,
La Bible nous décrit la terre avant le déluge comme entourée d'une voute d'eau ce qui induit un effet de serre total sur terre. Qui dit effet de serre dit abscence de contraste thermique et donc abscence de perturbations et de précipitations.
Pour qu'il pleuve, il faut que la vapeur d'eau monte en altitude dans les couches d'air plus froides où elle se condense. Dans le cas de l'effet de serre, il n'y a pas de couche froide et donc la vapeur d'eau stagne et se condense au niveau du sol.
Le fait que l'arc en ciel soit inconnu des humains avant le déluge est une preuve supplémentaire qu'il n'avait jamais plu avant le déluge.
Bonne soirée,
Pierre

42 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 17:44

Invité


Invité
Attila a écrit:"La rosée arrose le sol comme la pluie..."

Gag ppmdr !

...dis Né de Nouveau, j'ai une bonne nouvelle pour tes champs, désormais à part la rosée du matin t'auras plus une goutte de flotte ! clap

Comment ça "pas suffisant scratch ! " ?



Si j'étais en effet de serre total, cela ne me poserait aucun problème.
Sortir les choses de leur contexte amène fatalement à de mauvaises conclusions.
Quant à l'agriculture, l'irrigation en micro aspersion ou le goutte à goutte tiennent plus de la rosée que de la pluie !
Au plaisir,
Pierre
Au plaisir,
Pierre

43 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 27 Juil - 17:58

Absent


La rosée : de l’eau pour toute la planète ! par La Singette Missdinguette

À l’heure où l’eau est source de conflits dans le monde, j’ai rencontré à Pessac (banlieue de Bordeaux), deux éminents chercheurs : Daniel Beysens et Jalil Ouazzani. Ils œuvrent au sein de l’Organisation Pour l’Utilisation de la Rosée (OPUR) afin que la rosée soit bue et donne à boire aux champs et cultures, même dans les pires conditions géographiques. Ils nous relatent leurs aventures dans un langage clair et limpide comme de l’eau de source. Leur optimisme et leur générosité donnent du cœur à l’ouvrage, d’autant que leurs démarches conjuguées sont dénuées du carnaval commercial.

Le Mague : Quel a été l’élément déclencheur de votre fascination pour les études des phénomènes de rosée ?

Daniel Beysens : Je suis de formation "physique et optique" et il y a une quinzaine d’années je m’intéressais aux phénomènes de changement de phase. Par exemple, comment la vapeur se transforme en liquide et le liquide en vapeur. Un beau jour, ma voiture est tombée en panne. J’ai pris le bus. C’était le matin au mois de février et il y avait beaucoup de buée sur les vitres. Au loin se trouvait un lampadaire et ça faisait un halo lumineux autour de la lampe. Je me suis demandé : s’il y a un halo, cela signifie que les gouttes de buée sur la vitre ont toutes la même taille et sont séparées d’à peu près une distance égale à leur taille. Je me suis aussi dit : si je souffle dessus, les gouttes vont grossir. Que va-t-il se passer ? J’ai soufflé et miracle, l’anneau a rétréci. Comme les gouttes avaient grossi, cela voulait dire qu’elles conservaient durant leur croissance une distance égale à leur diamètre.

J’ai trouvé que cette propriété, cet ordre dans la croissance était extraordinaire, et j’ai donc commencé à étudier ce phénomène de façon systématique. C’est comme cela que tout a démarré. Nous avons découvert des propriétés physiques statistiques très intéressantes et quelques années après nous nous sommes demandés si cela ne pouvait pas être utilisé dans la vie de tous les jours. C’est grâce à Alain Gioda, un hydrologue qui m’a signalé qu’en Crimée, les Grecs récupéraient la rosée dans l’Antiquité. Nous avons monté une expédition en Ukraine. Nous avons trouvé les traces d’un condensateur de rosée du début du XXème siècle (nous avons fait un livre avec Iryna Milimouk, la Directrice de l’expédition : À la Poursuite des Fontaines aériennes). Après coup, nous avons décidé de créer l’OPUR. Nous avons commencé à étudier de façon systématique la formation de la rosée. Comment récupérer plus, quelle était la quantité maximum disponible et quelles étaient les limitations de la collecte ?

Le Mague : Et à quel moment vous est venu l’idée de monter votre société ?

Daniel Beysens : Avec Jalil Ouazzani, nous sommes lauréats du concours "Émergence" du ministère de la Recherche. Nous avons donc reçu un petit peu d’argent et nous avons essayé de voir si on pouvait monter une petite société de façon à valoriser cette technologie. C’est pourquoi, vous voyez ici des appareils. Nous travaillons avec des architectes pour essayer d’avoir de jolies choses qui en même temps fonctionnent bien. Nous testons aussi un certain nombre de nouveaux matériaux ou des matériaux qui sont des déchets pour certaines industries et que ces industries essaient de les valoriser.

Le Mague : Vous avez parlé de l’OPUR. Qu’est-ce que c’est ? Qui est-ce ? Comment ça fonctionne ?

Daniel Beysens : C’est une Association loi 1901 que nous avons fondé en 1999. J’en suis le président et l’un des fondateurs. Elle a pour but de promouvoir l’utilisation de la rosée, que ce soit au niveau scientifique ou artistique. Nous avons des plasticiens dans notre association. On vit grâce aux cotisations et aux dons. OPUR : ça veut dire Organisation Pour l’Utilisation de la Rosée. C’est une organisation internationale. Le vice-président est un israélien de Jérusalem. Nous avons des membres dans le monde entier notamment en Inde où nous avons réalisé des usines de rosée. Nous venons d’avoir une demande pour installer des condensateurs de rosée sur les 38.000 mètres carrés de toit d’une usine de voitures. Ca fait de l’eau et ça évite à des tas de camions remplis d’eau d’aller et venir.

Le Mague : Quand et comment apparaît la rosée ?

Daniel Beysens : Le ciel est clair et tout d’un coup le matin, mystère on s’aperçoit qu’il y a de l’eau. La rosée se forme dès que le soleil n’est plus là. On sait maintenant que l’eau se dissout dans l’air depuis Charles Leroy (1750) qui a compris que l’eau pouvait être dissoute dans l’air comme le sucre dans le café. Et plus la température est élevée et plus on peut en dissoudre. Vous imaginez que vous avez de l’air à 20°C. Dedans il y a 80% d’humidité, ça veut dire qu’on peut encore diluer 20% d’eau. Si vous baissez la température de l’air, par exemple à 18°C, vous pouvez dissoudre moins d’eau. Avec la même quantité d’eau dans l’air qu’a 20°C, vous allez saturer l’air et atteindre 100% d’humidité. Si vous baissez encore un peu la température, par exemple à 17°C, l’air ne peut plus contenir toute l’eau qu’il a déjà dissous à 18°C. Donc il va rejeter son eau sur tout ce qu’il peut, c’est le phénomène de condensation, qui se fait préférentiellement sur des poussières en suspension (c’est le brouillard) ou sur des parois (c’est la buée ou la rosée).

Le Mague : Vous nous avez parlé de la buée au début de notre entretien. Je voulais savoir quelle était la différence entre la buée et la rosée ?

Daniel Beysens : La buée est semblable à la rosée. Le mot buée, ça vient du mot buanderie, un mot apparu en France vers le XIème siècle. En fait, la buée c’est la condensation qui se forme à l’intérieur d’un local. La rosée c’est de la buée qui se forme à l’extérieur, grâce à un refroidissement qui s’appelle le refroidissement radiatif. La nuit, la terre reçoit moins d’énergie qu’elle n’en émet (par rayonnement infrarouge). Par conséquent, le sol va se refroidir à une température plus basse que l’air alentour. Le sol va pouvoir atteindre la température du point de rosée, la température où l’humidité relative est de 100%. C’est comme cela que se forme la rosée. Il faut donc qu’il n’y ait pas de nuages (pour ne pas recevoir d’eux un rayonnement infrarouge qui chauffe) et pas de vent (qui empêche de refroidir sous la température de l’air).

Le Mague : Et au niveau de vos recherches et de l’élaboration de matériaux pour récolter la rosée, vous pouvez nous dire où vous en êtes ?

Daniel Beysens : Pour faire un maximum de rosée, il faut avoir un matériau qui émette un maximum d’énergie. Cela s’appelle un corps noir, parce qu’il émet et absorbe toutes les couleurs. Il faut aussi que l’eau glisse sur le support. Nous avons donc mis au point des matériaux qui permettent ce phénomène. Et il faut en plus que ces matériaux ne soient pas chers et en même temps qu’ils soient faciles à mettre en œuvre.

Jalil Ouazzani : C’est une sorte de poudre que l’on peut rajouter à n’importe quelle peinture. C’est rayonnant, ça perd son énergie.

Daniel Beysens : C’est intéressant, ça rend la peinture hydrophile. Si vous mettez une goutte dessus, ça va faire un film et l’eau va glisser. Ce qui très intéressant aussi, c’est que cette propriété est liée à une réaction chimique avec les ultraviolets solaires, par conséquent, plus la peinture est vieille, meilleure elle est. Vu qu’on est à Bordeaux, c’est un peu comme le vin.

Jalil Ouazzani : Autre avantage des matériaux, vu leur côté hydrophile, par exemple s’il y a des petites pluies ou des bruines, ils collectent ces eaux. Alors qu’un toit ne les collecterait pas parce qu’il n’est pas complètement recouvert d’eau. Cela collecte aussi le brouillard radiatif. C’est à dire le brouillard qui se forme le matin quand le ciel a été clair.

Le Mague : Ciel de ciel, mais alors quels sont les inconvénients de ces matériaux ?

Daniel Beysens : Ces matériaux sont plus souvent inclus dans un film plastique peu cher (polyéthylène basse densité), qui se dégrade au bout d’un certain temps sous l’effet du soleil, même si on y met des additifs anti UV. C’est quelque chose à laquelle on doit remédier. Mais, en même temps, ces matériaux déclinés en films plastiques restent moins chers qu’en peinture. La peinture n’a pas de gros inconvénients si ce n’est que son coût assez élevé. Cependant, pour choisir un revêtement on doit compter le coût de la peinture et de la main d’œuvre. Le film polyéthylène est moins cher mais il est plus difficile à mettre en œuvre que la peinture.

Le Mague : Pour aller dans le sens du très concret. Une de mes amies, Fred Romano, vit à l’année sur l’île de Formentera aux Baléares. Il s’avère qu’à chaque été, elle souffre d’énormes sécheresses donc d’un manque flagrant d’eau. Si Fred désirait équiper sa maison pour récolter la rosée, comment devrait-elle procéder et combien ça lui coûterait ?

Jalil Ouazzani : Pour les particuliers, ils peuvent s’adresser directement à l’association OPUR qui les dirigera vers une entité commerciale. Le coût du matériel va varier autour de quelques euros le m², en prenant en compte les frais de transport. C’est très abordable. Pour un toit de 200 m², ça va lui coûter environ entre 300 et 500 euros.

Daniel Beysens : Le rendement qu’elle pourra escompter, comme elle est sur une île peut varier entre 20 à 30 litres par jour (petites rosées) et beaucoup plus entre 100 à 200 litres (grandes rosées). Ces variations bien sûr sont liées aux conditions météo, changeantes par nature.

Le Mague : Et cette eau est-elle buvable ?

Daniel Beysens : On ne peut pas édicter de règles générales. Ca dépend de la composition chimique et bactériologique de l’air. La rosée dépend de l’endroit où vous vous trouvez. En règle générale, elle sera toujours un peu acide à la base, parce qu’elle va absorber le gaz carbonique de l’air. Mais elle sera moins acide que la pluie parce qu’elle va absorber du CO2 durant seulement une nuit, alors que les gouttes de pluie, avant de tomber, restent toujours longtemps en suspension. On trouve aussi dans la rosée un peu d’acide sulfurique, d’acide nitrique dans des quantités plus faibles que dans la pluie et en général infinitésimales. La rosée se forme sur un support et il y a donc des aérosols, c’est-à-dire des poussières transportées par le vent qui vont se déposer. Ces poussières vont se dissoudre dans la rosée notamment et elles sont calcaires comme le carbonate de calcium. Cela va empêcher l’acidité de la rosée d’être trop forte.

Le Mague : Même que si ça tombe, elle est si bonne que les bébés peuvent la boire ?

Daniel Beysens : En général l’acidité des rosées que l’on a mesurées avaient un pH (le pH mesure l’acidité : un pH de 7 correspond à une eau neutre, un pH beaucoup plus petit que 7, à une eau acide, un pH beaucoup plus grand que 7 à une eau alcaline), entre 6 et 7 1/2 de PH, c’est-à-dire que la rosée était quasiment neutre ou légèrement acide. C’est excellent. C’est une eau qui est très peu minéralisée. Les caractéristiques en Europe ne sont pas très éloignées de l’eau de source du Mont Roucous dont l’eau est préconisée pour les bébés et l’eau des biberons parce qu’elle est très peu minéralisée. Maintenant du point de vue bactériologique, c’est une eau qui est récoltée à l’extérieur. On y trouve pas mal de spores de bactéries végétales et s’il y a des insectes ou si des précautions élémentaires d’hygiène ne sont pas prises pour la récolter, elle peut être polluée par des bactéries d’origine animale ou humaine. Au niveau bactériologique, pour la boire, il vaut mieux la stériliser.

Jalil Ouazzani : Si on la filtre, elle est potable. On dit aussi que l’eau de rosée à des propriétés curatives. Peut-on y croire ? C’est une eau, mais parmi des milliers d’eaux, elle est une eau très particulière.

Daniel Beysens : Suivant l’endroit où vous êtes, les caractéristiques de l’eau de rosée peuvent changer. Nous avons effectué des mesures en Polynésie Française sur les atolls du Pacifique et là elle est beaucoup plus minéralisée. On y trouve beaucoup plus de sel dû à la présence de l’océan et aux vents forts les alizés qui apportent sur les supports des embruns, des petits cristaux de sel marin.

Jalil Ouazzani : Dans la région du pays Basque, une fois par an il y a des boulangers qui se réunissent et qui collectent l’eau de rosée et qui font un pain. C’est le pain de rosée et ils disent que le pain est différent.

Daniel Beysens : C’est un pain où il n’y a pas de crottes de souris (rires).

Le Mague : Non mais sans dec, nom d’une cacahuète, je ne mange pas de ce pain sec là ! Quels sont vos projets pour le futur proche de l’OPUR ?

Daniel Beysens : C’est d’abord d’améliorer les matériaux que nous avons mis au point, les rendre moins chers et plus pérennes. C’est aussi d’analyser la composition chimique de la rosée avec de nouveaux matériaux, pour voir si ces matériaux sont de qualité alimentaire ou pas. La feuille de polyéthylène qu’on a développé est assez complexe. On y trouve un surfactant, c’est à dire un matériau qui migre en surface et rend la surface glissante pour l’eau. Cette feuille est alimentaire, elle a été agréée par le Département de l’Énergie des États-Unis (DOE), par conséquent, avec cette feuille, on peut boire la rosée sans problème. Avec la peinture, il faut faire attention. Il faut que la peinture soit agrée pour son côté alimentaire. Cependant, la rosée n’est pas toujours récoltée pour être bue. En Inde, des toitures d’écoles on été équipées. Si les gamins peuvent boire la rosée, ils n’ont pas à aller chercher à des kilomètres de l’eau, cela permet aussi d’arroser les jardins autour.

Une journaliste de Libération y est allée il y a quelques mois. Elle m’a dit : c’est formidable. Tout autour, c’est sec comme tout et lorsqu’on arrive à l’école, tout est vert ! Et ceci grâce à la rosée. Comme quoi, même si la rosée ne va pas faire reverdir le désert… Quoi que… dans le désert du Néguev, si les dunes sont stabilisées, c’est grâce à la rosée qui nourrit ce qu’on appelle la croûte biologique. Ce sont des bactéries cyanophiles qui se développent à la surface du sol et qui fixent les dunes. Et quand les dunes sont stabilisées, des herbes, des buissons, etc… peuvent se développer. C’est très important. D’autant plus, que dans ce désert (comme dans d’autres) on récolte autant d’eau de rosée que d’eau de pluie. La pluie tombe deux ou trois jours par an — quand il y en a !

Le Mague : Si vous avez un dernier commentaire à faire, ce sera toujours avec plaisir !

Daniel Beysens : Oui, juste une petite remarque. Il faut connaître le prix de revient du litre d’eau de rosée. A l’heure actuelle, son prix de revient est plus élevé que celui des usines de dessalement d’eau de mer. Simplement, la différence essentielle est la suivante : les usines de dessalement d’eau de mer ont besoin de beaucoup d’énergie, c’est de l’ordre de plusieurs KWh par m³. Quand elles fonctionnent avec du fioul, elles rejettent du carbone et du souffre dans l’atmosphère, ce qui n’est pas le cas pour notre technique qui est une technique naturelle. Il faut voir aussi que pour construire une usine de dessalement d’eau de mer il faut des milliards d’euros, tandis que l’investissement pour nos systèmes, n’est de l’ordre que de quelques centaines voire à quelques milliers d’euros. On ne joue pas dans la même gamme, on n’est pas du tout concurrent. Nous on est petit et délocalisé et on utilise une énergie plus que renouvelable qui est permanente (sourire), qui utilise le déficit radiatif. Nous sommes complémentaires et pas concurrents.

Daniel Beysens : Directeur de Recherches de l’Institut nanosciences et cryogénie du Commissariat à l’énergie atomique, chercheur à l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie-Paris-Tech et Président de l’OPUR.

44 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. le Mer 30 Nov - 15:42

chico.


merci Gérard un peu compliqué mais qui explique bien des choses.
je suis quand même étonné de l'acharnement de certains de vouloir dénigré a tout prix le récit de la création.

45 Re: Pleuvait-il avant le Déluge. Aujourd'hui à 1:00

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum