Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

2-8 juillet LUC 6-7

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 2-8 juillet LUC 6-7 le Lun 2 Juil - 13:50

Josué

avatar
Administrateur
2-8 juillet

LUC 6-7

On pouvait probablement traverser les champs en empruntant des sentiers, qui servaient peut-être également à séparer les parcelles les unes des autres ; en effet, il est très improbable que Jésus et ses disciples aient marché au beau milieu d’un champ de céréales, piétinant du grain. S’ils l’avaient fait, les Pharisiens les auraient assurément attaqués à ce sujet aussi (Lc 6:1-5). Peut-être Jésus pensait-il à ce genre de sentiers quand, dans son exemple du semeur, il parla des grains tombés le long de la route. — Mt 13:4.

2 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Lun 2 Juil - 18:27

samuel

avatar
Administrateur
il arriva, au sabbat second-premier, qu'il passait au travers des blés ; et ses disciples arrachaient les épis, et, les froissant entre leurs mains, ils les mangeaient.
 Chapitre 6.

1 à11 Deux violations du sabbat.
Comparer Matthieu 12.1-8, notes, et Marc 2.23-28, notes.
Ce mot étrange : sabbat second-premier, ne se retrouvant nulle part ni dans l'Ancien ni dans le Nouveau Testament, ni dans la littérature classique, reste à peu prés inintelligible.
Toutes les explications qu'on s'est efforcé d'en donner, depuis les Pères de l'Eglise jusqu'à nos jours, ne reposent que sur des hypothèses sans preuves historiques.
On peut voir plusieurs de ces tentatives d'explication dans le Commentaire de M. Godet sur ce passage, ou dans celui de Meyer, qui n'en expose pas moins de dix, sans en accepter aucune.
La plus vraisemblable, due à Scaliger, est exposée ainsi par de Wette, qui parait l'adopter : "Le premier sabbat après le second jour de la Pâque. Depuis ce second jour jusqu'à la Pentecôte, on comptait, d'après Lévitique 23.15, sept sabbats, dont le premier serait celui que Luc mentionne. Ce temps convient au récit, car la moisson mûrissait à cette époque, et c'était au second jour de Pâque qu'on en offrait les prémices."

3 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Mer 4 Juil - 8:18

samuel

avatar
Administrateur
Or, il arriva, un autre sabbat, qu'il entra dans la synagogue, et qu'il enseignait ; et il y avait là un homme, et sa main droite était sèche.
 Voir, sur ce second récit, Matthieu 12 ; 9-14, notes, et surtout Marc Matthieu 3.1-6, notes.

C'est ce dernier évangéliste qui dépeint la scène de la manière la plus vive et la plus complète.
Le texte reçu avec A, majuscules, porte : il arriva aussi.
6.7Or les scribes et les pharisiens l'observaient pour voir s'il guérissait le jour du sabbat, afin de trouver de quoi l'accuser.
 

4 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Jeu 5 Juil - 10:16

samuel

avatar
Administrateur
Et lui, levant les yeux sur ses disciples, disait : Heureux vous pauvres, parce que à vous est le royaume de Dieu !
 20 à 49 Le discours sur la montagne.

Matthieu et Luc marquent, chacun à sa manière, avec une certaine solennité, ce moment où Jésus commence un discours prolongé, Matthieu dit : "Et ouvrant la bouche, il les enseignait en disant ;" Luc : "Et lui, levant ses yeux sur ses disciples, disait".
L'un et l'autre font ainsi attendre une instruction importante du Sauveur. La situation, d'ailleurs, l'exigeait. Jésus, parvenu au faite de son activité messianique, entouré de foules immenses attirées auprès de lui par son enseignement et ses miracles, pouvait-il ne pas saisir une telle occasion de les initier plus complètement à la vérité divine qu'il était venu révéler ?
Ce discours a donc été réellement prononcé par Jésus. Il n'est pas une composition de Matthieu et de Luc, dans laquelle chacun d'eux aurait fait entrer des enseignements donnés par Jésus en diverses occasions.
Comparer Matthieu 5.2, note, au sujet de certains éléments du discours que Luc place dans des situations différentes. (Luc 11.9-13 ; 12.22-34,58,59 ; 13.24 ; 16.17,18)

5 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Ven 6 Juil - 14:12

samuel

avatar
Administrateur
Après qu'il eut achevé tous ses discours devant le peuple qui l'écoutait, il entra dans Capernaüm.
 Jésus guérit et délivre.

Chapitre 7.
1 à 10 Le serviteur du centenier de Capernaüm.
Grec : accompli tous ses discours aux oreilles du peuple.
Il y a quelque chose de solennel dans cette expression ; elle signifie que l'enseignement de Jésus-Christ avait été complet, qu'il n'y manquait rien, et que tout le peuple l'avait bien entendu.
7.2Or, un centenier avait un serviteur malade qui s'en allait mourir, et qui lui était cher.
 Voir, sur ce récit, Matthieu 8.5-13, notes.

Nous avons reconnu quelques différences notables qui existent entre ces deux narrations du même fait.
D'après Matthieu, qui, comme toujours, abrège, supprime les détails secondaires et va droit au fait principal ; le centenier de Capernaüm se présente personnellement à Jésus et lui adresse sa prière.
D'après Luc, il fait tout cela par l'intermédiaire d'anciens des Juifs, qui s'acquittent de leur mission avec une grande bienveillance. Et ensuite il envoie à Jésus des amis pour lui dire qu'il ne se sent pas digne de le recevoir sous son toit.

6 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Ven 6 Juil - 15:03

chico.

avatar
*** w63 1/3 p. 139-140 § 8 Pourquoi se soumettre aux “ autorités supérieures ” ? ***
Satan le Diable lui-même prétend exercer de l’autorité. Pour tenter Jésus-Christ, il lui offrit le règne et la domination du monde. Il déclara à Jésus : “ Je te donnerai toute cette autorité [éxousia] et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. ” Mais Jésus refusa de marchander le pouvoir mondial avec l’adversaire principal de Dieu (Luc 4:6-8, Da). Plus tard, un centurion romain à Capernaüm implora Jésus de guérir son serviteur et utilisa certains des termes que l’on trouve dans Romains 13:1. Il dit à Jésus : “ Dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri ; car moi aussi, je suis un homme placé sous l’autorité d’autrui, ayant sous moi des soldats ; et je dis à l’un : Va, et il va. ” — Mat. 8:5-9, Da ; Luc 7:8.

7 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Sam 7 Juil - 8:20

Josué

avatar
Administrateur
Nous sommes en l’an 31 de notre ère. Jésus se rend à Naïn, en Galilée (verset 11). Probablement vers le soir, il parvient aux abords de la ville. “ Quand il arriva près de la porte de la ville, relate la Bible, eh bien, voyez, on portait dehors un mort, le fils unique-engendré de sa mère. De plus, elle était veuve. Une foule considérable de la ville était aussi avec elle. ” (Verset 12). Pouvez-vous imaginer la peine qu’éprouve cette mère, de surcroît veuve ? À présent que son unique enfant est décédé, la voilà privée pour la deuxième fois de celui qui pourvoyait à ses besoins et qui la protégeait.
Jésus porte toute son attention sur cette femme effondrée, qui marche certainement à côté de la civière sur laquelle gît le corps de son fils. Le récit poursuit : “ Quand le Seigneur l’aperçut, il fut pris de pitié pour elle, et il lui dit : ‘ Cesse de pleurer. ’ ” (Verset 13). Jésus est profondément ému par la triste condition de cette veuve. Peut-être a-t-il une pensée pour sa propre mère, qui avait probablement perdu son mari à ce moment-là et qui bientôt pleurerait son fils.
Jésus s’avance, mais pas pour se joindre à la procession. Avec autorité, il “ touch[e] la civière ”. La foule s’arrête. Puis, avec la voix de quelqu’un qui a reçu pouvoir sur la mort, il déclare : “ ‘ Jeune homme, je te le dis : Lève-toi ! ’ Et le mort se redressa et commença à parler, et il le donna à sa mère. ” (Versets 14, 15). Lorsque la mort l’a emporté, ce jeune homme a été arraché à sa mère. Quand donc Jésus le “ donn[e] à sa mère ”, ils forment de nouveau une famille. Le chagrin qui accablait cette veuve a sans nul doute cédé la place à des larmes de bonheur.
Avez-vous hâte de vivre un moment si heureux, celui de retrouver un être cher ? Soyez certain que Dieu est sensible à ce que vous ressentez. L’empathie que Jésus a manifestée envers cette veuve affligée laisse transparaître la compassion de Dieu, car Jésus a reflété à la perfection la personnalité de son Père (Jean 14:9). La Bible nous enseigne que Dieu languit de ramener à la vie les morts qu’il préserve dans sa mémoire (Job 14:14, 15). Sa Parole nous offre une espérance merveilleuse, celle de vivre dans un paradis terrestre et d’être là lorsque nos chers disparus ressusciteront (Luc 23:43 ; Jean 5:28, 29). Pourquoi n’en apprendriez-vous pas davantage sur Celui qui redonne la vie et sur la façon dont vous pouvez, vous aussi, avoir cette espérance ?

8 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Dim 8 Juil - 8:00

Josué

avatar
Administrateur
Lorsqu’il vit la foule en deuil et la mère éplorée, Jésus fut ému de pitié pour cette dernière. Son cœur fut touché par la profonde tristesse de cette femme. Avec douceur, mais aussi avec une fermeté qui donnait confiance, il lui dit: “Cesse de pleurer.” Son attitude et son intervention retinrent l’attention de la foule, de sorte que, lorsqu’il ‘s’avança et toucha la civière, les porteurs s’arrêtèrent’. Tout le monde devait se demander ce que Jésus allait faire.
Il est vrai qu’une bonne année plus tôt, dans le village de Cana, à quelques kilomètres de là, Jésus avait changé de l’eau en vin au cours d’un festin de mariage. Certaines personnes, dans la foule, avaient peut-être entendu dire aussi que, dans des villes et des villages des environs, Jésus avait miraculeusement guéri des malades. Mais le récit biblique ne dit pas que Jésus eût déjà ressuscité quelqu’un. En était-il capable?
S’adressant au mort, Jésus ordonna: “Jeune homme, je te le dis, lève-toi!” Alors, ô miracle, “le mort se dressa sur son séant et commença à parler; et il le donna à sa mère”.
Quel événement! Imaginez ce que la mère a dû ressentir! Quels auraient été vos sentiments? Que dit-on en pareille circonstance? ‘Merci d’avoir ressuscité mon fils’? Non, il n’y a pas de mots pour exprimer la reconnaissance qu’inspire une telle action. C’est vraiment un miracle.

9 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Dim 8 Juil - 9:00

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Jésus vient d'inviter ses auditeurs à faire le bien à tous ,meme leurs ennemis.
Il agit conformément à son enseignement en guérissant l'esclave d'un officier Romain.

10 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Dim 8 Juil - 15:09

samuel

avatar
Administrateur
Et voici, une femme de la ville, qui était pécheresse, ayant appris qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum ;
 Il ressort évidemment de cette histoire, et surtout du verset 39, que les péchés de cette femme avaient acquis une notoriété publique. C'est ce que nos versions ordinaires ont rendu par cette périphrase : une femme de mauvaise vie.

Une variante dans l'ordre des mots, dans Sin., B, accentue cette idée : "Et voici, une femme qui était pécheresse dans cette ville," ce qui paraît vouloir dire qu'elle exerçait cette honteuse profession.
- La ville n'est point nommée. Des interprètes ont supposé que c'était Magdala et ont identifié la pécheresse avec Marie-Madeleine.
Ainsi est née dans l'Eglise latine, dès les temps anciens, la légende célèbre dans la littérature religieuse et dans les arts, de la Madeleine pénitente. Mais l'identification de ces deux femmes ne repose sur aucun fondement, et tout dans l'Evangile parait y être contraire.
Luc Luc 8.2 mentionne pour la première fois Marie-Madeleine avec d'autres femmes que Jésus avait "délivrées de malins esprits et d'infirmités" et nous apprend, en particulier, que Madeleine avait été, plus que d'autres, en proie à la puissance des ténèbres. Or, rien, dans notre récit, ne montre que Jésus se trouve en présence d'une possédée dont il chasse le démon.
Luc ajoute que Marie-Madeleine était au nombre de ces femmes qui suivaient Jésus et ses disciples et "les assistaient de leurs biens." La pécheresse pouvait-elle être admise à jouer un tel rôle ? Non, l'Evangile a tût, par délicatesse, le nom de cette femme. L'exégèse ne peut faire mieux que de respecter son silence.

11 Re: 2-8 juillet LUC 6-7 le Lun 9 Juil - 12:09

samuel

avatar
Administrateur
Et voici, une femme de la ville, qui était pécheresse, ayant appris qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum ;
 Il ressort évidemment de cette histoire, et surtout du verset 39, que les péchés de cette femme avaient acquis une notoriété publique. C'est ce que nos versions ordinaires ont rendu par cette périphrase : une femme de mauvaise vie.

Une variante dans l'ordre des mots, dans Sin., B, accentue cette idée : "Et voici, une femme qui était pécheresse dans cette ville," ce qui paraît vouloir dire qu'elle exerçait cette honteuse profession.
- La ville n'est point nommée. Des interprètes ont supposé que c'était Magdala et ont identifié la pécheresse avec Marie-Madeleine.
Ainsi est née dans l'Eglise latine, dès les temps anciens, la légende célèbre dans la littérature religieuse et dans les arts, de la Madeleine pénitente. Mais l'identification de ces deux femmes ne repose sur aucun fondement, et tout dans l'Evangile parait y être contraire.
Luc Luc 8.2 mentionne pour la première fois Marie-Madeleine avec d'autres femmes que Jésus avait "délivrées de malins esprits et d'infirmités" et nous apprend, en particulier, que Madeleine avait été, plus que d'autres, en proie à la puissance des ténèbres. Or, rien, dans notre récit, ne montre que Jésus se trouve en présence d'une possédée dont il chasse le démon.
Luc ajoute que Marie-Madeleine était au nombre de ces femmes qui suivaient Jésus et ses disciples et "les assistaient de leurs biens." La pécheresse pouvait-elle être admise à jouer un tel rôle ? Non, l'Evangile a tût, par délicatesse, le nom de cette femme. L'exégèse ne peut faire mieux que de respecter son silence.
Quels mobiles furent assez puissants pour amener cette femme dans une maison étrangère, où elle savait bien qu'elle ne rencontrerait qu'un orgueilleux mépris ? Ce n'était probablement pas sa première rencontre avec Jésus. Pressée par le remords, animée d'une vraie repentance, elle avait cherché déjà à le voir, à l'entendre, et sans doute, par la parole ou par le regard, le Sauveur lui avait témoigné une compassion qui avait été pour elle la révélation de la miséricorde divine. Un rayon d'espérance avait pénétré dans son âme ; il fallait qu'elle revit, qu'elle entendit encore

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum