Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Synode sur l’Amazonie : le Vatican envisage un “type de ministère“ pour les femmes

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Synode sur l’Amazonie : le Vatican envisage un “type de ministère“ pour les femmes
BÉNÉDICTE LUTAUD publié le 08/06/2018
Sean SPRAGUE/CIRIC

Le document préparatoire du Synode sur l’Amazonie, rendu public le 8 juin, invite à réfléchir à de nouveaux types de ministères pour les laïcs, en particulier les femmes, pour pallier le manque de prêtres dans la région.

Le Vatican a publié, ce 8 juin 2018, le document préparatoire du Synode sur l’Amazonie. Ce texte, rédigé par le Secrétariat général du Synode des évêques et l’aide des 18 membres du Conseil pré-synodal (nommés par le pape François), pose les jalons de la grande assemblée des évêques prévues en octobre 2019, autour du thème « Amazonie : nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale ».
Divisé en trois parties, « Voir, Juger, Agir », le document de 17 pages cite abondamment l’encyclique Laudato Si’ du pape François, autour de l’écologie intégrale, et le document d’Aparecida (2007) – rédigé notamment à l’époque par le cardinal Bergoglio – sur l’évangélisation en Amérique latine. Si ce synode portera notamment sur les « chemins d’évangélisation » auprès des populations d’Amazonie et, « tout spécialement, pour et avec les peuples autochtones », ses réflexions devront aller « bien au-delà du cadre strictement ecclésial amazonien, car elles s’étendent à l’Église universelle et même au futur de toute la planète ».
(...)

La réflexion sur le diaconat féminin relancée ?


À ce stade, le document met surtout en avant la possibilité de faire davantage appel aux laïcs, et notamment aux femmes, déjà très présentes dans l’Église amazonienne : « Une priorité est de préciser les contenus, les méthodes et les comportements en vue d’une pastorale inculturée, capable de répondre aux grands défis de ce territoire. Une autre est de proposer de nouveaux ministères et services pour les différents agents pastoraux qui correspondent aux tâches et aux responsabilités de la communauté »« Dans cette ligne, il convient de discerner le type de ministère officiel qui peut être conféré aux femmes, en tenant compte du rôle central joué aujourd’hui par les femmes dans l’Église amazonienne », souligne le document préparatoire. Une proposition qui fait écho à la vaste réflexion sur le diaconat féminin relancée par le pape François, en mai 2016, en créant une commission chargée d’étudier la question des diaconesses. D’autant que l’évêque brésilien Erwin Kautler avait lui-même évoqué la possibilité d’ordonner des diaconesses, comme solution alternative aux viri probati.
Il convient de discerner le type de ministère officiel qui peut être conféré aux femmes, en tenant compte du rôle central joué aujourd’hui par les femmes dans l’Église amazonienne. – Document préparatoire

chico.

avatar
Bientôt par la force des choses cette pratique va se généraliser dans tous les pays pour faire face a la pénurie de prêtres.

Josué

avatar
Administrateur
[size=36]Le document préparatoire pour le synode sur l’Amazonie : anticolonialisme et prise en compte des spiritualités païennes[/size]
13 juin 2018 14 h 30 min·

 
La première chose qui saute aux yeux dans le document préparatoire pour le synode spécial sur Amazonie est son caractère horizontal – qui fut déjà la marque de celui destiné au synode des jeunes qui se tiendra en octobre à Rome. Un an plus tard, en octobre 2019, les évêques invités devront notamment se pencher sur la « conversion pastorale et écologique » dont ils sont appelés à discerner les contours, mais il ne s’agit pas de réfléchir à la meilleure manière d’apporter le salut et la rédemption aux peuples autochtones du bassin « pan-amazonien » : non, il s’agit avant tout de déterminer comment l’Eglise peut contribuer à sauvegarder leur environnement, la biodiversité, et au-delà prendre en compte leurs « cosmovisions » et spiritualités propres. On navigue sans cesse entre le mythe du bon sauvage – ces Amérindiens d’Amazonie ont décidément toutes les qualités – et la dénonciation de la colonisation passée et présente – sous la forme de la mondialisation néo-libérale – dont l’Eglise serait en quelque sorte appelée à panser les plaies.
 

Le document préparatoire du synode Amazonie est sorti en la Fête du Sacré-Cœur
 
Nous avons déjà décrypté le substrat théologique du document préparatoire pour le synode sur l’Amazonie, tout imprégné de « théologie indienne » qui consiste essentiellement à prendre en compte la vision autochtone du cosmos des peuples natifs de la forêt amazonienne dans l’affirmation du message chrétien. Ce regard spécifique sur Dieu et la nature aboutit à une forme d’immanentisme comme le montre de manière plus ou moins explicite le document préparatoire avec ses multiples références à Laudato si’.
 
Cela est manifeste dans ce premier extrait particulièrement révélateur :
 
« Pour les peuples autochtones d’Amazonie, le “bien vivre” existe lorsqu’ils sont en communion avec les autres personnes, avec le monde, avec les êtres qui les entourent, et avec le Créateur. Les peuples autochtones, en effet, vivent dans la maison que Dieu lui-même a créée et leur a donnée en cadeau : la Terre. Leurs diverses spiritualités et croyances les incitent à vivre en communion avec la terre, avec l’eau, avec les arbres, avec les animaux, avec le jour et la nuit. Les anciens sages, appelées indifféremment payés, mestres, wayanga ou chamanes – entre autres – encouragent l’harmonie des personnes entre elles et avec le cosmos. Tous sont “la mémoire vivante de la mission que Dieu nous a donnée à tous : sauvegarder la Maison Commune”. »
 
Où l’on perçoit un deuxième élément qui saute aux yeux par son absence dans le document préparatoire au synode sur l’Amazonie : outre l’absence de la notion du salut, il y celle de la perception d’une réalité païenne, préchrétienne, fortement marquée par des pratiques spiritistes et donc diaboliques propres aux payésmestreswayanga ou chamanes qui prétendaient commander à la nature en invoquant les forces surnaturelles.
 
Qu’on me permette ici d’invoquer le souvenir – tel que raconté il y a bien des années à mon père par un missionnaire néerlandais qui avait vécu cela dans ces terres hostiles – d’un prêtre sans cesse confronté à l’hostilité du sorcier local, aux pouvoirs étonnants. Celui-ci était capable de se déplacer de manière incompréhensible, quittant le bon père qui s’en allait sur le fleuve pour le retrouver à son arrivée, loin en aval, pour l’insulter copieusement dans son dialecte brabançon natal… Ce missionnaire n’avait absolument aucun doute par rapport à l’existence du démon. Et il savait à quel mal il cherchait à arracher les Indiens en les convertissant…

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum