Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

4-10 juin MARC 15-16

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 4-10 juin MARC 15-16 le Lun 4 Juin - 14:33

Josué

avatar
Administrateur
4-10 juin

MARC 15-16

Dès le matin, c’est-à-dire dès le moment où il était légal de s’occuper d’affaires, une brève réunion officielle du Sanhédrin fut convoquée pour confirmer la décision de la session irrégulière de la nuit, et remettre le jugement au gouverneur romain, avant l’immolation des agneaux de la Pâque, l’après-midi. Le fait de livrer Jésus à Pilate marque le début du procès civil. Ponce Pilate fut procurateur de Judée, sous l’autorité du légat de Syrie, de 26 à 36 après Jésus-Christ. Il résidait habituellement à Césarée, mais il était venu à Jérusalem pour le temps de la Pâque, afin d’y maintenir l’ordre, à une époque de l’année où le sentiment national était surexcité. L’histoire nous le dépeint comme étant corrompu et cruel, mais les évangiles ne semblent pas donner de lui une si mauvaise impression. Sans cacher la faiblesse déplorable de cet homme, Marc paraît vouloir le justifier autant que possible, en attribuant aux Juifs la plus grande responsabilité dans la crucifixion. Il devait être particulièrement important que les lecteurs romains apprennent qu’aux yeux de leur propre procurateur, Jésus était tenu pour innocent et ne pouvait être condamné en tant qu’agitateur politique.

2 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Mar 5 Juin - 8:00

Josué

avatar
Administrateur
Les principaux sacrificateurs déversèrent un torrent d’accusations contre Jésus. Pilate n’arrivait pas à comprendre comment Jésus pouvait conserver son calme en présence de telles charges. Il lui demanda pourquoi Il ne se défendait pas, mais Jésus refusa de répondre à toutes ces critiques.

3 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Mar 5 Juin - 8:45

chico.

avatar
1 Le démoniaque. Jésus, débarquant au pays des Gadaréniens, voit venir à lui un démoniaque, qui hantait les sépulcres, ne pouvait être maîtrisé par personne et tournait sa fureur contre lui-même (versets 1-5).
2. Sa rencontre avec Jésus. Il accourt se prosterner devant Jésus ; puis il le supplie, en le proclamant Fils du Dieu Très-Haut, de ne point le tourmenter, car Jésus ordonnait à l’esprit impur de sortir de cet homme. Jésus demande à celui-ci son nom. Le démon répond qu’il se nomme Légion, parce qu’ils sont plusieurs (versets 6-10).

4 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Mar 5 Juin - 10:18

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Jésus est livré à Ponce Pilate pour un nouveau procès, qui ressemble étrangement au précédent .
Il est interrogé; es-tu le roi des juifs? 
Le grand prêtre lui avait demandé : es-tu le Messie ?
A nouveau une parodie de justice aboutit à un verdict forcé.
Pilate en est conscient mais laisse faire.

5 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Mer 6 Juin - 11:40

Josué

avatar
Administrateur
Cet homme, quoique meurtri et brisé, est le personnage le plus remarquable de l’Histoire, oui, le plus grand homme que la terre ait jamais porté. La dignité et le calme de Jésus sont le signe d’une grandeur que même Pilate doit reconnaître, car ses paroles présentent apparemment un mélange de respect et de pitié. Jean 18:39 à 19:5; Matthieu 27:15-17, 20-30; Marc 15:6-19; Luc 23:18-25.

6 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Jeu 7 Juin - 16:13

Josué

avatar
Administrateur
*** g 11/07 p. 7 3. Son harmonie interne ***
Certains récits présentent quelques différences, mais n’est-ce pas logique ? Supposez que plusieurs personnes aient été témoins d’un délit. Si toutes rapportaient les mêmes détails en utilisant les mêmes termes, ne les suspecteriez-vous pas d’être de connivence ? Il est normal que les témoignages des uns et des autres varient plus ou moins en fonction de leur vision de la situation. On peut en dire autant des rédacteurs de la Bible.
En voici une illustration. Le vêtement que Jésus portait le jour de sa mort était-il pourpre, comme le disent Marc et Jean (Marc 15:17 ; Jean 19:2) ? Ou bien était-il écarlate, comme le mentionne Matthieu (Matthieu 27:28) ? En fait, les deux peuvent être exacts. Le pourpre contient du rouge. Selon l’angle sous lequel on regarde le vêtement, les reflets de lumière et l’arrière-plan peuvent en atténuer certaines nuances, lui donnant des tons différents.

7 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Ven 8 Juin - 7:51

Josué

avatar
Administrateur
Le dimanche, de grand matin, Marie Madeleine et Marie, mère de Jacques, ainsi que Salomé, Jeanne et d’autres femmes apportent des aromates pour en enduire le corps de Jésus. En chemin, elles se disent entre elles: “Qui nous roulera la pierre de devant la porte du tombeau commémoratif?” Mais en arrivant au tombeau, elles découvrent qu’un tremblement de terre a eu lieu et que la pierre a été enlevée, roulée par l’ange de Jéhovah. Les gardes sont partis et le tombeau est vide! Matthieu 27:57 à 28:2; Marc 15:42 à 16:4; Luc 23:50 à 24:3, 10; Jean 19:31 à 20:1; 19:14; 12:42; Lévitique 23:5-7; Deutéronome 21:22, 23; Psaume 34:20; Zacharie 12:10.

8 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Ven 8 Juin - 8:19

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Verset 11: ne la crûrent pas,l'incredulité des disciples reflète la culture de leur époque qui donnait peu de crédits au témoignage d'une femme.

9 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Sam 9 Juin - 13:36

Josué

avatar
Administrateur
*** w74 15/3 p. 190-192 Questions de lecteurs ***
La Bible dit que Jésus a été dans la tombe “trois jours et trois nuits”. Cela signifie-t-il qu’il y est resté durant soixante-douze heures ?
Cette question est soulevée parce que Jésus déclara un jour : “De même, en effet, que Jonas fut dans le ventre de l’énorme poisson trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.” (Mat. 12:40). Pour beaucoup de lecteurs de la Bible, cela signifie trois jours et trois nuits complètes, soit soixante-douze heures. Cependant, les faits bibliques démontrent que Jésus est resté moins de soixante-douze heures dans la tombe.
Il mourut un 14 nisan, jour de la Pâque, correspondant à notre vendredi. Très tôt, le jour correspondant à notre dimanche, il était déjà ressuscité. Marc écrivit : “Très tôt, le premier jour de la semaine, elles [Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé] vinrent à la tombe commémorative, quand le soleil était levé. (...) Étant entrées dans la tombe commémorative, elles virent un jeune homme assis sur le côté droit, vêtu d’une robe blanche, et elles furent frappées de stupeur. Il leur dit : ‘Ne soyez plus dans la stupeur. Vous cherchez Jésus le Nazaréen, qui a été mis au poteau. Il a été ressuscité, il n’est pas ici.’” — Marc 16:2-6 ; Jean 20:1.
Si Matthieu 12:40 signifiait trois jours et trois nuits complets, quand Jésus aurait-il été mis au tombeau ? En comptant soixante-douze heures à partir du dimanche matin, nous arriverions au jeudi matin, très tôt. Mais puisque Jésus mourut vers 15 heures, cela nous amènerait au mercredi après-midi (Mat. 27:46, 50). Toutefois, le récit biblique concernant la mort et la résurrection de Jésus Christ n’indique en aucun cas que cette période s’étend du mercredi au dimanche. Examinons les faits.
Les femmes se sont rendues au tombeau pour oindre d’aromates le corps de Jésus. Elles ont acheté des aromates immédiatement après le sabbat (Marc 16:1 ; Luc 23:56). De quel sabbat s’agissait-il ? Si l’après-midi du mercredi avait été le 14 nisan, le jeudi, 15 nisan, aurait été le premier jour de la fête des pains sans levain, donc un autre jour de sabbat (Lév. 23:5-7). Le sabbat suivant aurait été le sabbat hebdomadaire, allant du vendredi soir au samedi soir, puisque les jours juifs commençaient le soir.
Il ne semble pas raisonnable de penser que Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé auraient acheté des aromates immédiatement après le 15 nisan (le jeudi soir d’après cette façon de compter) pour attendre ensuite jusqu’au matin du 18 nisan (le dimanche) avant de se rendre au tombeau. Il se serait ainsi écoulé plus de trois jours et demi complets depuis la mort de Jésus. Une onction d’aromates à ce moment-là aurait eu peu d’effet sur le cadavre (voir Jean 11:39). Il aurait également été étrange que ces femmes laissent passer le 16 nisan (qui n’aurait pas été un sabbat) sans rien faire, puis qu’elles se précipitent au tombeau dès que possible le dimanche matin, 18 nisan.
Puisque ces faits laissent entendre qu’il s’est écoulé moins de trois jours complets entre l’inhumation et la résurrection de Jésus, la question suivante se pose : Pourquoi Jésus a-t-il dit que “le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre” ? (Mat. 12:40.) C’est parce que l’expression “trois jours et trois nuits” peut désigner une partie de trois jours, comme cela ressort clairement de I Samuel 30:12, 13. Sous le mot “Jour”, l’Encyclopédie juive (angl.) déclare : “Dans la vie courante des Juifs, une partie d’un jour est parfois considérée comme un jour ; p. ex., le jour des funérailles, même si celles-ci ont lieu vers la fin de l’après-midi, est considéré comme le premier des sept jours de deuil ; une fraction du matin du septième jour est considérée comme le septième jour, la circoncision se fait le huitième jour, même si le premier jour s’est achevé seulement quelques minutes après la naissance de l’enfant ; celles-ci comptent comme un jour.” De même, Lightfoot, commentateur de la Bible, fait remarquer que trois jours et trois nuits “incluent n’importe quelle fraction du premier jour, la nuit suivante tout entière, le lendemain et sa nuit, et n’importe quelle fraction du jour suivant, le troisième”. Est-ce vrai dans le cas de Jésus ?
La réponse à cette question devient claire quand on connaît l’année de la mort de Jésus. Dans ce cas, il est possible de déterminer par une comparaison avec le calendrier juif le jour de la semaine correspondant au 14 nisan de cette année-là, même au premier siècle de notre ère. Heureusement, la Bible nous fournit suffisamment d’éléments nous permettant de déterminer cette année.
Selon Luc 3:1, Jean-Baptiste commença son ministère “la quinzième” année du règne de Tibère César”. Comme Luc utilise un mot grec signifiant littéralement “fonction de gouverneur”, certains en ont conclu que la “quinzième année” devait être comptée à partir du moment où Tibère est devenu corégent avec Auguste. Ainsi, ils placent le commencement du ministère de Jésus en l’an 27 de notre ère. Toutefois, la date exacte à laquelle commença cette corégence est mise en question.
Alors que la date de cette corégence est incertaine, celle du commencement du règne de Tibère en tant que César est bien établie : le 17 août 14 (selon le calendrier grégorien). Par conséquent, la quinzième année va du 17 août 28 au 16 août 29, ce qui situe le commencement du ministère de Jésus en l’an 29, environ six mois après le début de celui de Jean. Ce n’est qu’au moment de son baptême que Jésus fut oint de l’esprit de Dieu, devenant ainsi le Messie ou Christ. La prophétie biblique annonçait très exactement la date précise de cet événement (Dan. 9:25). La comparaison de cette prophétie aux dates historiques désigne également l’an 29 de notre ère comme l’année de l’apparition du Messie. — Voir le livre Auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible (angl.), pp. 137, 328-331, 348.
Le texte de Daniel 9:27 indique qu’au milieu de la “semaine”, ou trois ans et demi après le commencement de son ministère, le Messie allait faire “cesser le sacrifice et l’offrande”. C’est ce qu’il fit en offrant sa propre vie en sacrifice, enlevant ainsi aux sacrifices d’animaux toute valeur aux yeux de Dieu. Son ministère en tant que Messie a donc duré trois ans et demi, de l’automne de l’an 29 au printemps de l’an 33, au mois de nisan. Par comparaison, on s’aperçoit qu’en l’an 33 de notre ère, le jour de la Pâque ou 14 nisan a commencé un jeudi soir pour se terminer le vendredi soir.
Cela s’harmonise parfaitement avec le récit biblique de la mort et de la résurrection de Jésus. Il est mort le vendredi après-midi et a été enterré avant que commence le sabbat. Dans ce cas-là, le sabbat hebdomadaire a coïncidé avec le premier jour de la fête des pains sans levain, qui était aussi un sabbat. C’est pourquoi la Bible parle fort logiquement du jour qui suivit la mort de Jésus comme d’un “grand” sabbat (Jean 19:31, 42 ; Marc 15:42, 43 ; Luc 23:54). Dès que ce sabbat a été terminé (c’est-à-dire au coucher du soleil du 15 nisan), Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé ont acheté quelques aromates supplémentaires pour oindre le corps de Jésus. Elles ont pu les utiliser au plus tôt le dimanche matin, 16 nisan, au lever du jour. À ce moment-là, Jésus avait déjà été ressuscité après avoir passé une partie de trois jours dans la tombe.
Ce point de vue fondé sur les Écritures s’accorde avec de nombreuses déclarations bibliques indiquant que Jésus a été ressuscité “le troisième jour” et non le quatrième. — Mat. 16:21 ; 17:23 ; 20:19 ; Luc 9:22 ; 18:33 ; 24:7, 21, 46 ; Actes 10:40 ; I Cor. 15:4. Voir aussi l’article “Prémices de la résurrection !” dans The Watchtower du 15 mars 1944, plus particulièrement à partir de l’intertitre “Les prémices sont identifiées”. (De la page 86 à la fin de l’article.)

10 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Dim 10 Juin - 9:11

Josué

avatar
Administrateur
*** g88 8/5 p. 27 Rencontre entre la technologie moderne et un vieux manuscrit de la Bible ***
L’un des points intéressants concerne la conclusion de l’Évangile de Marc. Se termine-t-il en Marc 16:8, ou existe-t-il des versets supplémentaires comme le mentionnent un certain nombre d’autres manuscrits anciens? Si Marc 16:8 apparaissait au bas d’une page, on pourrait toujours supposer qu’il existe d’autres versets sur une page qui a disparu. Or sur le cliché obtenu par le procédé informatique, Marc 16:8 apparaît au milieu de la colonne de gauche. On trouve ensuite une ligne de petits ronds suivie d’un léger espace, et juste dessous commence l’Évangile de Luc. La fin du livre est donc clairement délimitée; il ne manque aucune page ni aucun verset.

11 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Dim 10 Juin - 9:29

samuel

avatar
Administrateur
encore, toute l'activité missionnaire des apôtres est exprimée par ce mot : ils prêchèrent partout.

Puis notre fragment se termine par cette remarque que le Seigneur opérait avec eux, par son Saint-Esprit de lumière et de vie et par

12 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Lun 11 Juin - 8:12

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
16:9-20 Des indices externes donnent de sérieuses raisons de penser que ces versets ne faisaient pas partie à l'origine de l'évangile de Marc.

13 Re: 4-10 juin MARC 15-16 le Lun 11 Juin - 9:38

Josué

avatar
Administrateur
*** si p. 186 § 31 Livre de la Bible numéro 41 — Marc ***
Grâce à ce tableau vivant de Jésus Christ, tous les lecteurs de Marc, du début du christianisme à nos jours, ont pu reconnaître l’accomplissement de nombreuses prophéties des Écritures hébraïques relatives au Messie. De la citation du début : “ Voyez ! J’envoie mon messager devant ta face ”, aux paroles de Jésus agonisant sur le poteau : “ Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ”, le récit tout entier de son ministère zélé, tel que Marc l’a composé, est en accord avec les prédictions des Écritures hébraïques (Marc 1:2 ; 15:34 ; Mal. 3:1 ; Ps. 22:1). De surcroît, ses miracles et ses œuvres prodigieuses, ses enseignements salutaires, ses réfutations parfaites, sa totale dépendance vis-à-vis de la Parole et de l’esprit de Jéhovah, et la tendresse avec laquelle il faisait paître les brebis, tout cela le désigne comme Celui qui est venu investi de pouvoir comme Fils de Dieu. Il a enseigné “ en homme qui a pouvoir ”, celui qu’il avait reçu de Jéhovah, et il a souligné que ‘ la prédication de la bonne nouvelle de Dieu ’, savoir “ le royaume de Dieu s’est approché ”, était sa tâche primordiale sur la terre. Son enseignement s’est révélé d’une utilité inestimable pour tous ceux qui en ont tenu compte. — Marc 1:22, 14, 15.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum