Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

comment les églises tentent de faire le plein en attirant les hipsters

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
[size=39]Canada : comment les églises tentent de faire le plein en attirant les hipsters[/size]

  • CANADA

  • COURRIER INTERNATIONAL - PARIS


Publié le 24/01/2018 - 15:27
La  Cathédrale Saint-Michel de Toronto, en août 2011. [size=11]PHOTO BRETT GUNDLOCK/REUTERS[/size]
Au Québec et dans le reste du pays, certaines paroisses catholiques et pentecôtistes s’adaptent pour attirer et retenir des ouailles d’un genre nouveau.
Lumières multicolores, ambiance Arcade Fire, cantiques sur PowerPoint, sermons lus sur tablettes électroniques, horaires aménagés : l’Église canadienne, délaissée pendant des décennies, a embrassé le XXIe siècle et, miracle, elle reprend du service auprès d’un nouveau public.
‘‘Je sens que la foi me rend meilleur, ce qui m’amène un plus grand bonheur’’, confie Jean-Philippe Murray, 22 ans, au journal montréalais Le Devoir. Cet étudiant en philosophie dit que sa vision a changé lorsque son frère s’est converti au christianisme après un séjour en France. ‘‘J’ai découvert la rationalité chrétienne, des croyants éloquents et intelligents’’, clame-t-il, avant d’ajouter que plusieurs de ses amis ont également adopté la religion catholique.

De la coke à la Bible


Adepte de soirées bien arrosées et de la cocaïne, Aimee Burke, une coiffeuse de 26 ans résidant à Toronto, déclare de son côté au quotidien anglophone The Globe and Mail que sa vie a commencé à changer il y a deux ans, après avoir vu une image du Christ tatouée sur le poignet d’une cliente qu’elle coiffait. Questionnée par Aimee sur son tatouage, la cliente lui répond qu’elle appartient à une nouvelle Église.
La Torontoise dit avoir pleuré lors de son premier service dans l’Église pentecôtiste Christian City Church, ou C3, présente dans 64 pays, dont la France. ‘‘Tout le monde était de mon groupe d’âge. Ils parlaient de Dieu et ressemblaient à des gens avec qui je pouvais faire la fête.’’ Désormais, Aimee est sobre ; elle prie tous les jours, lit la Bible et rêve de mariage.
Pourquoi adopter la religion si jeune ? ‘‘Je vois chez les jeunes une soif de grands désirs, de faire quelque chose de grand dans leur vie’’, explique dans les colonnes du quotidien Le Devoir Alex Deschênes, qui accompagne les jeunes dans le diocèse de la ville de Rimouski (est du Québec).
À LIRE AUSSI La diversité musulmane du Québec au-delà des préjugés
La messe des jeunes de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin, à Sainte-Foy (dans la région de Québec), attire chaque semaine entre 300 et 400 personnes et une cinquantaine de bénévoles chargés de l’accueil, de la musique et de la quête.

Messes nocturnes et rock chrétien


Le curé de l’église Saint-Jean-Baptiste, à Montréal, Alain Mongeau, souligne pour sa part que certaines églises ont adapté leurs horaires pour cette nouvelle clientèle. Des messes sont célébrées plutôt le soir, au goût du jour : ‘‘On soigne l’aspect visuel, on fait des sermons plus courts, mais bien préparés, un peu comme les protestants.”
L’église C3, qui compte désormais 3 000 fidèles à travers le Canada, sait très bien comment s’adresser à ces paroissiens d’un nouveau genre, relate le Globe and Mail.
La congrégation de Toronto est présente sur Instagram et produit des podcasts. Les services du dimanche s’ouvrent avec des concerts de rock chrétien. ‘‘Des millions de personnes habitent la région de Toronto, explique l’un des fidèles, Mike Sexsmith, âgé de 32 ans, mais c’est aussi l’un des endroits où l’on se sent le plus seul au monde. Chez C3, les gens vous invitent à venir simplement pour y passer du temps.”

De la “coupe à blanc” au renouveau ?


Longtemps omniprésente dans l’organisation sociale du Québec, l’Église catholique peut-elle vraiment espérer ainsi sortir de son passage à vide provoqué par la sécularisation de la Belle Province dans les années 1960 ? s’interroge Le Devoir.
Le conseiller spirituel au Cegep (établissement pré-universitaire) de Sainte-Foy, Marcel Pellerin, interrogé par le quotidien montréalais, y croit. Il affirme qu’après cette “coupe à blanc”, on observe maintenant des “repousses” sur les “souches” de la religion catholique. Comme il n’y avait plus rien dans le paysage, des gens ont aussi planté des graines qui venaient d’ailleurs… de l’hindouisme, de l’islam, de l’évangélisme… On ne sait pas encore ce que ça va donner comme forêt. Mais une chose est certaine, cela va donner un paysage nouveau.”

Martin Gauthier

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Punaise que ne faut pas t-il faire pour retenir les ouailles !

papy

avatar
[size=32]hipster[/size]
nom
[list=lr_dct_sf_sens]
[*]anglicisme
Jeune urbain qui affiche un style vestimentaire et des goûts empreints de second degré, à contre-courant de la culture de masse.
[/list]

Lechercheur


C'est faire feu de tout bois.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum