Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Faire payez l'entée des cathédrales.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
[size=45]Faire payer l’entrée des cathédrales ? La réponse de Mgr Jacques Habert[/size]

Recueilli par Emmanuelle Giuliani , le 13/11/2017 à 16h57[email=?subject=Faire%20payer%20l%E2%80%99entr%C3%A9e%20des%20cath%C3%A9drales%C2%A0%3F%20La%20r%C3%A9ponse%20de%20Mgr%20Jacques%20Habert&body=%C3%89v%C3%AAque%20de%20S%C3%A9ez%20et%20responsable%20du%20groupe%20de%20travail%20%C2%AB%C2%A0Les%20%C3%A9glises%2C%20un%20nouvel%20enjeu%20pastoral%C2%A0%C2%BB%2C%20Mgr%C2%A0Jacques%20Habert%2C%20r%C3%A9agit%20%C3%A0%20la%20proposition%20de%20St%C3%A9phane%20Bern%20de%20%C2%AB%C2%A0faire%20payer%20l%E2%80%99entr%C3%A9e%20des%20cath%C3%A9drales%C2%A0%C2%BB.%0D%0A%0D%0Ahttps%3A%2F%2Fwww.la-croix.com%2FReligion%2FCatholicisme%2FFrance%2FFaire-payer-lentree-cathedrales-reponse-Mgr-Jacques-Habert-2017-11-13-1200891665]l[/email]
 



[size=20]Évêque de Séez et responsable du groupe de travail « Les églises, un nouvel enjeu pastoral », Mgr Jacques Habert, réagit à la proposition de Stéphane Bern de « faire payer l’entrée des cathédrales ».[/size]


ZOOM 
Cathédrale de Lyon / pcalapre - stock.adobe.com


La Croix : Comment réagissez-vous la proposition de Stéphane Bern – chargé par le président de la République d’une mission sur le patrimoine – de faire payer l’entrée des cathédrales pour en financer l’entretien et la restauration ?

Jacques Habert : D’emblée, une telle proposition entre en contradiction avec la loi de 1905 sur la séparation entre l’Église et l’État. La loi spécifie, en effet, que l’État, propriétaire des lieux de cultes construits avant 1905 (1) en donne l’affectation « gratuite, exclusive et permanente » à l’Église. En faire payer l’entrée contreviendrait donc à la première de ces conditions. Or, nous devons garder à l’esprit que cette loi, fruit d’un long processus engagé dès la Révolution, garantit depuis plus de 110 ans un équilibre entre les pouvoirs publics et l’Église qui vivent ainsi en bonne intelligence. Toute décision qui la remet en cause pourrait être lourde de conséquences…

Pour autant, Stéphane Bern soulève une vraie et bonne question, celle de l’entretien très coûteux des édifices religieux, petits et grands, célèbres ou moins connus. Cette question financière se pose en permanence comme nous l’avons constaté en travaillant sur ce dossier, en 2012-2013, avec le ministère de la culture pour identifier les problèmes et imaginer des solutions.

A LIRE : En Europe, faire payer l’entrée des cathédrales est courant

Stéphane Bern dit s’inspirer de modèles étrangers comme le Royaume-Uni ou l’Italie…

Jacques Habert : Certes. Mais dans ces pays, l’Église est propriétaire des édifices et définit donc elle-même ses choix quant à leur accès, payant ou gratuit. On ne peut donc calquer ces exemples sur notre réalité singulière régie par la loi de 1905.

Certains lieux de culte font pourtant déjà payer la visite de leur trésor ou de leurs tours, organisent des concerts payants… Qu’en pensez-vous ?

Jacques Habert : Une fois bien spécifié qu’une église ou une cathédrale n’est pas un musée, mais un lieu de recueillement ouvert à tous, il est vrai que, sous certaines conditions qui n’entravent pas cette ouverture, tel ou tel espace bien défini peut se visiter en payant un droit d’entrée dans la mesure où cela ne gêne pas l’accès général. Il s’agit alors d’une pratique culturelle et non plus cultuelle.

A LIRE : Vol dans le Trésor de la cathédrale d’Angoulême

Ressentez-vous un intérêt du public, chrétien ou non, pour le patrimoine religieux ?

Jacques Habert : Indéniablement ! Ce dimanche, dans mon diocèse, nous avons célébré la rénovation du clocher de l’église de Seton en présence du maire du village, d’un représentant du sénateur… de catholiques et de beaucoup d’autres personnes. Tous étaient réunis par leur attachement à ce patrimoine qui concerne chacun, pratiquant ou non. Voyez l’engagement et le courage des innombrables associations qui font vivre ce patrimoine. Elles déplorent souvent le manque de moyens mais ne baissent pas les bras pour autant.

Recueilli par Emmanuelle Giuliani

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
A Strabourg pour visiter l'horloge qui ce tient dans la cathédrale il faut payer un droit d'entrer.

Josué

avatar
Administrateur
[size=36]France: les cathédrales ne sont pas des musées[/size]

14 novembre 2017 par Jean-Jacques Durré


Alors que la question de rendre payante l’entrée des cathédrales a été posée, la Conférence des évêques de France (CEF) a tenu à rappeler certains points importants pour l’Eglise catholique. Pour la CEF, les cathédrales sont d’abord et avant tout des lieux de cultes.
En France, la séparation entre l’Eglise er l’Etat est régie par une loi de 1905. Selon cette loi, les cathédrales érigées avant 1905 sont propriété de l’Etat tandis que l’Eglise catholique en est affectataire. Et même si l’Etat est propriétaire des lieux de culte, ceux-ci restent affectés au culte de façon permanente, totale et gratuite. La loi précise encore que « la visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance ».  Mais, leur entretien coûte cher. Du coup, certains ont pensé faire payer pour visiter les cathédrales.
La CEF a rappelé qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, et sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre. « En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous », estiment les évêques français. Dès lors, rendre leur accès payant entamerait la dimension de gratuité que comporte la proposition de la foi, la rencontre avec Dieu, dont les édifices religieux peuvent constituer un cadre. « Parce que les cathédrales sont des lieux d’expression de la spiritualité catholique – notamment dans sa dimension artistique -, leur accès libre est aussi un accès libre à la foi chrétienne. Les cathédrales sont des lieux d’expression d’une foi vivante, pas des musées ».
J.J.D.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Mikael a écrit:A Strabourg pour visiter l'horloge qui ce tient dans la cathédrale il faut payer un droit d'entrer.
Pour visiter l'horloge, et pour l'avoir fait, c'est périlleux de monter cet escalier si étroit par un professionnel, avant d'admirer l'horlogerie extraordinaire. De plus, on peut monter encore plus haut et se retrouver sur le toit, bonjour le vertige et les risques.
Quand on me fit cet honneur, c'était une exclusivité personnelle.
Je trouve bien formidable que ce privilège soit à portée de tout le monde, et comprenons-nous bien, monter dans un tel exercice demande d'avoir la santé, et pour le professionnel qui conduit la visite, ce ne doit pas être amusant.

La cathédrale est entièrement gratuite, l'horloge est un nec plus ultra qu'on fera une fois dans sa vie pour quelques euros, et le souvenir est si impressionnant que cela reste dans votre mémoire à jamais, croyez-moi.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Pas besoin de monter des escaliers , il y a une grande horloge en bas avec des personnages ,et cette horloge est très célèbre en Alsace.

Josué

avatar
Administrateur

Josué

avatar
Administrateur
Pourquoi l'entrée payante des cathédrales fait (presque) l'unanimité contre elle


©️ EHStock / iStock

L’idée émise le 10 novembre par Stéphane Bern, chargé d'une mission de sauvegarde du patrimoine par le chef de l'État, a suscité une levée de boucliers chez les catholiques. Au-delà des postures, peut-on envisager de laisser gratuite l’entrée des cathédrales, alors que l’État et l’Église peinent à trouver les fonds pour les entretenir ?


On a rarement vu une telle unanimité chez les catholiques : faire payer l’entrée des cathédrales, c’est non ! L’idée lancée par Stéphane Bern le week-end dernier, dans un entretien au Parisien, de « faire payer [d’urgence] l’entrée des cathédrales » a même fait réagir la Conférence des évêques de France qui a publié un texte très ferme intitulé « Laisser gratuit l’accès aux cathédrales ».
Touristes et fidèles : vaine opposition
Un peu sonné par l’ampleur de la contestation contre une mesure qui s’applique pourtant chez la plupart de nos voisins européens, Stéphane Bern a tenté de calmer le jeu sur Twitter : « Je suggérais de faire payer l'entrée de Notre-Dame aux visiteurs touristiques – qui empêchent du reste les croyants de se recueillir – en dehors des heures où s'y rendent les fidèles. » « J’aurais aimé de votre part plus de mansuétude d’autant que je me bats au quotidien pour sauver le patrimoine religieux, tant les églises sont menacées de destruction », a-t-il par ailleurs ajouté sur le même réseau social, répondant notamment à l’historien catholique Jean Sévilla.

Sauver le patrimoine religieux


Le débat oppose deux camps : celui des pragmatiques, qui entendent faire feu de tout bois pour sauvegarder le patrimoine religieux de la ruine (imminente), et celui des défenseurs du principe de la gratuité du lieu de culte (intangible).
Du côté des pragmatiques, l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR), dont s’est inspiré Stéphane Bern pour formuler sa proposition, souhaite « ouvrir un débat » sur la question de l’entrée payante dans les églises. « On constate qu’il y a de plus en plus d’édifices religieux en danger qui doivent être impérativement restaurés, explique Marie-Laure Caze, déléguée générale de l’OPR. Or, ce n’est pas fait parce qu’il y a moins de subventions et que le budget des communes baisse. Il faut donc trouver des ressources complémentaires. » D’où l’idée d’une entrée payante dans certains édifices religieux, au cas par cas selon les besoins et le contexte local. En laissant l’entrée gratuite, ces monuments passent à côté d’une manne importante qu’il serait bien dommage de négliger au vu du contexte actuel, avertit l’OPR.
On constate qu’il y a de plus en plus d’édifices religieux en danger qui doivent être impérativement restauré. Il faut trouver des ressources complémentaires.
– Marie-Laure Caze, de l’Observatoire du patrimoine religieux
« Mais cela ne doit pas impacter le culte », concède Marie-Laure Caze. Il faut donc penser à des aménagements afin de distinguer touristes et fidèles. Plusieurs systèmes sont envisagés : réserver le parcours payant à certaines sections, comme c’est déjà le cas à la basilique Saint-Denis, ou bien laisser la gratuité lors des heures de célébration… Une réflexion doit en tout cas être menée, estime l’OPR.

La cathédrale n’est pas un musée


Réflexion faite ! répond l’Église catholique, qui – une fois n’est pas coutume – brandit en premier lieu la loi de 1905. « La visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance », précise en effet l’article 17, cité par la Conférence des évêques de France.
Après l’argument légal, la critique porte sur le principe même de faire payer l’entrée d’un lieu de prière. « En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous, affirment les évêques dans l’article. Rendre leur accès payant entamerait la dimension de gratuité que comporte la proposition de la foi, la rencontre avec Dieu, dont les édifices religieux peuvent constituer un cadre. »
« Faire payer les gens pour entrer dans la cathédrale, cela veut dire transformer la cathédrale en musée, note aussi Mgr Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, sur KTO. Or je suis persuadé que nombre de touristes entrent dans la cathédrale pour faire une rencontre avec le transcendant. » En somme, derrière le touriste se cache peut-être un fidèle en devenir… Il n’est donc pas possible de les « trier » à l’entrée.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum