Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le chameau et la Bible

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le chameau et la Bible le Ven 15 Sep - 9:38

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Le chameau et la Bible


Chameau
Animal très-commun dans l'Arabie, dans la Judée, et dans les pays voisins. L'Ecriture l'appelle gamal, et il n'y a nulle difficulté sur la signification de son nom. Moïse le met au nombre des animaux impurs (De 14 :7 Le 11 :4). On peut distinguer trois espèces de chameaux. Les uns sont gros et corpulents, et propres à porter des fardeaux dit qu'ils portent jusqu'à mille livres pesant. Les autres ont deux bosses sur le dos, comme une selle naturelle, qui les rend propres, soit à porter des fardeaux, ou à servir de monture aux hommes ; enfin les troisièmes sont plus maigres, et d'une taille plus déliée, et on les appelle dromadaires, à cause de leur vitesse. C'est la monture ordinaire des gens de qualité.
 
Dromadaire, et non chameau
Il est dit dans la Genese, (Ge XII, 16), que les Egyptiens firent présent à Abraham de diverses sortes d'animaux parmi lesquelles sont nommés les chameaux ; et dans l'Exode, (Ex IX, 3), on voit encore mentionnés les chameaux avec les animaux que Dieu menace de frapper de la peste si le pharaon ne donnait aux Hébreux la liberté réclamée par Moïse. Cependant il semble que le chameau était, non pas inconnu aux anciens Egyptiens, mais repoussé par eux. «Un fait très-digne de remarque, dit M.Champollion-Figeac (Histoire d'Egypte, dans l'Univers Pittoresque, publié par Didot, pag: 106, col. 1), c'est qu'on ne trouve sur aucun monument la figure ni la mention du chameau; habitant de l'Arabie, ce précieux animal paraît avoir été inconnu aux anciens Egyptiens pour leur service.» En effet, durant la famine qui désola l'Egypte sous l'administration de Joseph, les Egyptiens engagèrent leurs troupeaux, tous leurs animaux utiles et même leur liberté pour avoir du blé; le texte fait mention de leurs chevaux, deleurs brebis, de leurs boeufs, de leurs ânes, mais nullement de leurs chameaux Voyez (Ge XLVII, 14-17) : donc ils n'avaient probablement point de chameaux. Cette conclusion, dont on voit la réserve, n'eit encore que conjecturale, et sans lui accorder plus de valeur, on pourrait dire que, probablement aussi, les textes cités présentent une contradiction. M. Delaborde a vu cette difficulté, et voici en quels termes s'exprime:
 
Les auteurs grecs et latins (Hérodote, Diodore de Sicile, Strabon, Pline, Pomponius Méla, Dion Cassius, Plutarque, etc.), l'histoire de toutes les guerres de l'antiquité, dans la Perse, la Médie, la Phrygie (Hérodote, Diodore, Elien, Plutarque, Frontin, Hérodieu, etc.), concourent avec la Genèse entière pour nous apprendre que le chameau était en usage dans l'Asie dès la plus haute antiquité, et dès lors nous devons croire qu'il est originaire de cette partie du monde.
 
Les Egyptiens, qui avaient des rapports commerciaux avec les peuplades de la Syrie, voyaient arriver chaque jour sur leurs frontières les innombrables caravanes de chameaux qui apportaient les matières premières et les esclaves que les Madianites et les Ismaélites échangeaient contre les objets manufacturés. Ils voyaient aussi ceux qui venaient, soit de la côte de la mer Rouge, soit de l'intérieur de l'Afrique ; ils souffraient dans leur voisinage, et sur les terrains qu'ils concédaient, que des peuples nomades élevassent ces animaux. Un de leurs pharaons fait chercher, dans ces tribus de pasteurs; des chameaux pour les donner à Abraham (Ge XII, 16); et cependant tout porte à croire qu'un préjugé ou un précepte religieux s'opposait à ce qu'ils en fissent usage.
 
Nous n'avons ni une explication de ce préjugé, ni un document qui cite ce précepte, ni une preuve positive que les chameaux n'aient pas été employés alors, comme ils le sont maintenant, dans le pays qui semble eu être, la patrie, tant la race en est belle aujourd'hui et l'usage général. Deux faits seulement, doivent nous faire croire à l'existence de ce préjugé et de ce précepte et à l'absence complète des chameaux sur les terres de l'Egypte proprement dite. Pour le premier fait, M. Delaborde cite textuellement la (Ge XLVII, 14-17), dont nous avons rapporté ci-dessus les traits nécessaires.

Le Coran confond dromadaire et chameau
Le Coran parle de Kamel. Le chameau, alors que la Bible parle de Gamal, le dromadaire !

En second lieu, dit-il, les peintures, bas-reliefs et sculptures égyptiennes ne représentent jamais le chameau. Cet animal n'a point été admis parmi les signes hiéroglyphiques, et il ne figure pas dans les innombrables scènes qui retracent si complètement toute la vie privée et les habitudes domestiques des Egyptiens.
 
De ces deux faits, aussi positifs, aussi significatifs l'un que l'autre, nous devons conclure que les Egyptiens ne firent point usage des chameaux à l'époque du séjour des Hébreux sur la frontière de leur pays, mais qu'ils étaient entourés de peuples pasteurs dont ils avaient les habitudeset probablement aussi l'animal de prédilection en abomination. Nous n'allons donc pas aussi loin que M. Desmoulin, auteur d'un mémoire sur la patrie du chameau, qui prétend prouver que les Egyptiens n'auraient pas même connu de vue le chameau lorsque Ptolémée, fils de Lagus, au rapport de Lucien, fit paraître au théâtre, devant la population d'Alexandrie, un chameau bactrien noir.

Juifs et égyptiens avaient en horreur le chameau

Cette aversion des Egyptiens pour le chameau et l'absence de cet animal parmi leurs bestiaux, prouvées par les monuments et confirmées par un passage de la Bible, ne forment donc point une contradiction avec l'Exode (Ex IX, 3). L'épidémie qui frappait les animaux de l'Egypte s'étendait sur tous ceux qui naissaient sur son sol, aussi bien sur les rives du Nu que sur la lisière des terrains cultivés; la terre des Hébreux, le pays de Goshen, fut seul préservé, et Moïse veut faire entendre que tous les chameaux des peuples nomades, fixés, comme les Hébreux, sur la frontière de l'Egypte, moururent de l'épidémie, en même temps que les chevaux, les ânes, les brebis et les bœufs des Egyptiens.

Perses et arabes usaient seuls du chameau
Les Arabes, les Perses, et d'autres peuples mangeaient de la viande de chameau, et on en servait sur les meilleures tables.

Mais l'usage du chameau était interdit aux Hébreux
Comme nous l'avons déjà dit. Il se met sur ses genoux, pour se reposer. Eliézer, serviteur dAbraham, fit plier les genoux à ses chameaux, pour les faire reposer près la fontaine de Haran (Ge 24 :10).

Arabe est sans rapport avec juif, Coran est sans rapport avec la Bible
Au Coran, un prophète arabe non reconnu par la Bible et tous les prophètes juifs. Et des contes sans rapport avec l'Histoire, inconnu en archéologie.

À la Bible, une lignée cohérente de prophète, une continuité historique respectée et prouvée par l'archéologie.

Le vrai Dieu ne ment pas, Satan est le Diviseur et le Menteur.

Qui pouvait venir après le Christ, sinon l'antéchrist Mahomet ?
Lisez la Bible, elle est gratuite neuve dans toutes les langues.
Source

2 Re: Le chameau et la Bible le Ven 15 Sep - 10:39

samuel

avatar
Administrateur
Le chameau est impur selon la bible.
Deutéronome 14:3-8.
La même question et posée dans la section musulman.

3 Re: Le chameau et la Bible le Ven 15 Sep - 19:03

Josué

avatar
Administrateur
*** it-1 p. 421-422 Chameau ***
(héb. : gamal ; békhèr, ‘ jeune chameau ’ [Is 60:6] ; bikhrah, “ jeune chamelle ” [Jr 2:23] ; kirkarôth, “ chamelles rapides ” [Is 66:20] ; gr. : kamêlos).
Animal qui sert depuis longtemps de bête de somme et de moyen de transport à l’homme, surtout dans les régions désertiques. Il en existe deux espèces : le chameau de Bactriane et le dromadaire. Le chameau de Bactriane (Camelus bactrianus), qui a deux bosses sur le dos, est plus fort et peut porter des charges plus lourdes que le dromadaire (Camelus dromedarius) ; ce dernier, qu’on pense être celui dont il est le plus souvent question dans la Bible, n’a qu’une bosse.
Les caractéristiques du chameau font qu’il est admirablement adapté à la vie dans les régions désertiques, où il occupe la place habituellement réservée au cheval ou à l’âne dans d’autres contrées. Son poil épais le protège de la chaleur. Il peut fermer à volonté ses longues narines en fentes, précaution utile contre les vents de sable. Ses yeux sont protégés des cinglantes tempêtes de sable par de lourdes paupières et de longs cils. Ses pieds sont pourvus d’une peau calleuse et ressemblent à des coussinets, forme remarquablement adaptée à la marche sur le sable meuble. Des callosités, dont il est doté dès sa naissance, lui protègent la poitrine et les genoux lorsqu’il se repose. Ses dents solides lui permettent de mâcher à peu près n’importe quoi. Comme il n’a pas besoin de beaucoup de grain et qu’il peut vivre de la végétation commune du désert, cet animal est très économique.
La bosse du chameau constitue pour lui une sorte de garde-manger portatif. Il y emmagasine la plus grande partie de ses réserves nutritives sous forme de graisse. Si le chameau est obligé de vivre trop longtemps sur ses réserves, la peau de sa bosse, au lieu de rester dressée, s’affaisse et pend sur le côté de son arête dorsale comme un sac vide. Dans les temps anciens, comme de nos jours, on plaçait les charges sur les bosses des chameaux (Is 30:6). L’Écriture mentionne également “ la corbeille de la selle du chameau ”, qui était sans aucun doute placée sur la bosse. — Gn 31:34.
On raconte que le chameau emmagasine de l’eau dans sa bosse, mais ce n’est pas le cas. De l’avis général, s’il peut rester pendant une longue période sans s’abreuver, c’est parce qu’il a la faculté de retenir la plus grande partie de l’eau qu’il boit. Cette faculté est due entre autres à la conception de son nez qui lui permet d’extraire la vapeur d’eau quand il expire. Le chameau peut supporter une perte d’eau égale à 25 % de son poids, alors que pour les humains la limite est de 12 %. Il se déshydrate moins rapidement que d’autres animaux par la transpiration, car la température de son corps peut varier de 6 °C sans effets notables. Il a un sang exceptionnel dont la perte de fluidité est négligeable même quand la pénurie d’eau dure plusieurs jours. Il peut aussi récupérer le poids qu’il a perdu en buvant jusqu’à 135 l en dix minutes.
On sait que des chameaux se sont déplacés à une vitesse surprenante. En 1 Samuel 30:17, il est fait allusion à la rapidité des chameaux. Seuls les 400 jeunes hommes qui montèrent ces bêtes échappèrent lorsque David abattit les pillards amaléqites.
Selon la Loi, le chameau était un animal impur ; il ne servait donc pas de nourriture aux Israélites (Lv 11:4 ; Dt 14:7). Toutefois, on tissait son poil. Jean le baptiseur portait un vêtement en poil de chameau (Mt 3:4 ; Mc 1:6). Encore aujourd’hui, on se sert de tissu en poil de chameau pour confectionner des vêtements.

4 Re: Le chameau et la Bible le Ven 15 Sep - 23:28

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Il y a de petites erreurs dues à des faiblesses de traductions certainement.

Dans ton texte, cher Josué, tu n'as pas conscience que trop de traductions de la Bible citent 60 fois un seul terme qui dans les textes originaux, sont deux vocables bien distincts. Confondre chameau et dromadaire et tout traduire par chameau est fautif.

Le chameau ne va pas vite par exemple, c'est le dromadaire qui est si rapide.

Vous voyez, quand vous ne revenez pas aux textes initiaux, vous ne pouvez savoir les nuances entre les mots qui sont distincts et pourtant traduits sans distinction, chameau trop souvent associe par erreur dromadaire qui est un coursier rapide et chameau qui ne l'est point, est le cheval de labour du désert. Laurence d'Arabie n'a pas fait ses conquêtes avec des chameaux, mais bien des dromadaires !

Relisez bien mon texte humble, il est très précis.
Chameau : גמלים
Dromadaire : גָמָל


Enfin, que nous importe ce que le Coran dit puisque ces faux propos bibliques nous indignent par rapports aux faits réels de la Parole de Jéhovah Dieu qui est salie.

5 Re: Le chameau et la Bible le Sam 16 Sep - 5:43

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Alors cité nous les bibles qui traduisent où il le faut dromadaire et pas chameau.

6 Re: Le chameau et la Bible le Sam 16 Sep - 9:05

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je n'en ai pas besoin, ma Bible est hébreu/grec pour base.


Ce serait un sujet idéal d'étude biblique, non ? C'est un travail énorme pour un groupe.

7 Re: Le chameau et la Bible le Sam 16 Sep - 17:58

Josué

avatar
Administrateur
Dromadaire (latin dromedarius, du grec dromas, qui court). Hébreu beKher (#Esa 60:6 ; #Jér 2:23). L’arabe bakr désigne un jeune chameau vigoureux. Le dromadaire est une variété de chameau à une bosse (Camelus dromedarius) ; on l’élève à cause de sa rapidité et de son endurance : il peut parcourir environ 150 km en une journée. Voir Chameau.

Copyright Editions Emmaüs

8 Re: Le chameau et la Bible le Sam 16 Sep - 18:33

Josué

avatar
Administrateur
(Isaïe 60:5, 6) [...] . 6 La masse tumultueuse des chameaux te couvrira, les jeunes chameaux de Madiân et d’Épha. Tous ceux de Sheba — ils viendront. Ils porteront de l’or et de l’oliban. Et ils annonceront les louanges de Jéhovah.
Bible Osty.
6 Une multitude de chameaux couvrira ton pays, les dromadaires de Madian et d’Épha ; tous ils viendront de Shéba ; ils apporteront de l’or et de l’encens, et publieront les louanges de l’Éternel.
BFC
6 Ton pays se couvre d’une foule de chameaux : ce sont les caravanes de Madian et d’Éfa, arrivant toutes de Saba. Elles apportent de l’or et de l’encens en chantant les hauts faits du Seigneur.
Bible de Jérusalem.
6 Des multitudes de chameaux te couvriront, des jeunes bêtes de Madiân et d’Épha ; tous viendront de Saba, apportant l’or et l’encens et proclamant les louanges de Yahvé.
ce qui montrent que toutes les traductions n'utilisent pas forcément le mot dromadaire !

9 Re: Le chameau et la Bible le Mer 17 Jan - 17:14

Josué

avatar
Administrateur
des versions disent chamelle d'autres dromadaire.
Bible LSG.
23  Comment dirais–tu : Je ne me suis point souillée, Je ne suis point allée après les Baals ? Regarde tes pas dans la vallée, Reconnais ce que tu as fait, Dromadaire à la course légère et vagabonde !
Mais celà change t-il la compréhension du texte ?

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum