Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les pasteurs qui ont prié avec Donald Trump accusés d'hérésie

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

chico.

avatar
Les pasteurs qui ont prié avec Donald Trump accusés d'hérésie
Le révérend William Barber II marque la réunion de prière du bureau ovale '' maltraitance théologique ''
Un groupe de personnes se sont présentés la main sur le président américain Donald Trump, avec le vice-président Mike Pence, participant à la séance de prière du bureau ovale à la Maison-Blanche à Washington Johnnie Moore / Reuters
Être président des États-Unis est difficile, et on pourrait soutenir que la personne qui se trouve dans le bureau ovale a besoin de toute l'aide qu'il peut obtenir - terrestre ou divin.

Donald Trump a été prié pour la campagne électorale. Barack Obama a appelé sa foi chrétienne «une force de maintien». Et George W. Bush a commencé son deuxième mandat avec la prière et la réflexion à la cathédrale nationale de Washington.

Mais une image des pasteurs évangéliques qui ont pris la main et prié le président Trump la semaine dernière a frappé un accord particulièrement visqueux avec les critiques de Trump et ses politiques.

Les chefs religieux du Bureau ovale ont déclaré qu'ils priaient pour que Dieu donnât l'orientation de Trump, la sagesse et la protection surnaturelles.
http://www.independent.co.uk/news/world/americas/donald-trump-christian-pastors-prayer-heresy-white-house-oval-office-evangelism-a7844516.html

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Et aucun de ses pasteurs ont pensé pour que le royaume de Dieu vienne !

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR

EN IMAGES. Genou à terre, poing levé... Les footballeurs protestent contre Trump
Actualité Monde  Amérique du Nord
Juliette Redivo, publié le 25/09/2017 à 13:35 , mis à jour à 19:24

Des joueurs de football américain ont défié de manières différentes Donald Trump, pour dénoncer le racisme. Le président avait insulté ces athlètes de "fils de pute".

Les images inondent les chaînes de télévision et les réseaux sociaux. Des footballeurs posant un genou à terre pendant l'hymne national, des joueurs se tenant les bras, d'autres restés dans les vestiaires... C'est tout le football américain qui a répondu à Donald Trump, ce week-end. Des Falcons d'Atlanta, aux Lions de Détroit ou aux Colts d'Indianapolis, beaucoup de joueurs de la National Football League (NFL) ont protesté contre le président américain.

LIRE AUSSI >> Bras de fer entre Trump et le football américain

Donald Trump est en guerre depuis vendredi contre les athlètes qui, selon lui, ne respectent pas l'hymne national. D'après la tradition, les joueurs doivent porter une main sur le coeur au moment de l'hymne. Le président américain avait alors menacé de "virer" ces "fils de pute". Sportifs, artistes et membres d'équipes ont trouvé différents moyens de lui répondre.

papy

avatar
Les conseillers évangéliques du président Trump rencontrent le chef égyptien al-Sissi au Caire
Par Michelle Boorstein 3 novembre à 6h00

Les dirigeants évangéliques américains rencontrent le président Abdel Fatah al-Sissi, au centre. (Palais présidentiel égyptien)
Une demi-douzaine de membres du comité consultatif évangélique du président Trump se sont réunis cette semaine au Caire avec le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi, une partie de ce que les participants ont dit être une première rencontre entre Sissi et un groupe d'évangélistes américains.

La réunion est une extension du changement dans la politique américaine sous Trump. Trump a accueilli et félicité Sissi - sa visite en avril à la Maison Blanche était la première d'un dirigeant égyptien en huit ans - tandis que le président Barack Obama a refusé de l'inviter en raison de préoccupations concernant les violations des droits humains. Sissi est considéré comme plus sympathique à la minorité chrétienne de son pays que ses prédécesseurs.

Environ 12 dirigeants évangéliques américains au total ont assisté à la réunion mercredi au palais présidentiel égyptien. Le rassemblement a duré trois heures et a touché à tout, du terrorisme et de l'éducation au pluralisme et aux droits de l'homme, a déclaré Johnnie Moore, un pasteur californien et directeur des affaires publiques qui a participé et sert de porte-parole du conseil ad hoc de Trump.

[ Depuis la visite de Trump au Moyen-Orient, les exécutions extrajudiciaires ont fait un bond en Egypte ]

Le rassemblement a été couvert par les médias israéliens et était en première page au Caire jeudi. Un communiqué de presse publié jeudi par le gouvernement a indiqué que la réunion reflétait «le souci de l'Égypte de renforcer les ponts de communication et de compréhension avec les différents secteurs de la société américaine».

L'Egypte a d'anciennes communautés chrétiennes, y compris les coptes, qui constituent la grande majorité des chrétiens du pays. Les protestants sont, comparativement, relativement nouveaux dans la région, avec la première présence majeure dans les années 1800. L'Egypte est majoritairement musulmane sunnite, et les minorités religieuses - y compris les bahá'ís, les chiites, les juifs et les athées - signalent la discrimination des secteurs public et privé, selon de récents rapports sur la liberté religieuse du Département d'Etat américain.

Selon une photo de l'événement, les participants évangéliques américains étaient Joel Rosenberg, un écrivain américain qui vit à Jérusalem; le lieutenant-général américain à la retraite Jerry Boykin, sous-secrétaire adjoint à la défense des renseignements dans la deuxième administration Bush; Tony Perkins, président du Conseil de la recherche sur la famille; Le pasteur de San Diego Jim Garlow; Le pasteur de Floride Mario Bramnick; Le commentateur du Moyen-Orient Michael Evans; le directeur des communications Larry Ross; militant politique Robert Vander Plaats; Dela Adadevoh, vice-présidente du leadership mondial de Campus Crusade for Christ; ancien représentant Michele Bachmann (R-Minn.); Le pasteur égypto-américain d'Atlanta Michael Youssef; et Moore.

Tous sont conservateurs et beaucoup travaillent avec des groupes de défense. Bachmann, Evans, Perkins, Bramnick, Garlow et Moore servent de conseillers informels à Trump.

Ils ont rencontré Sissi et Andrea Zaki, qui dirigent la communauté protestante d'Égypte. Il y a quelques centaines de milliers de protestants en Egypte, un pays de 95 millions d'habitants.

Sissi est considéré comme plus ami des chrétiens égyptiens que son prédécesseur, et fut le premier président à assister à la messe de Noël des chrétiens coptes égyptiens en 2015. C'était deux ans après avoir dirigé la démission militaire sanglante du président islamiste Mohamed Morsi, le premier démocrate du pays. leader élu. Il a ordonné à son gouvernement d'aider à réinstaller les chrétiens qui ont fui le Sinaï dans la crainte de l'État islamique. Mais la discrimination privée et publique contre les chrétiens se poursuit en Égypte, tout comme la menace de la violence des extrémistes.

Alors que certains saluent Sissi comme un allié des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme, les groupes de défense des droits de l'homme disent qu'il est un dictateur répressif dont les prisons sont remplies de prisonniers politiques dont des dizaines de journalistes détenus sans jugement.

Trump a fait l'éloge de Sissi à plusieurs reprises, et a déclaré lors de la visite de Sissi ce printemps que le général "a fait un travail fantastique dans une situation très difficile".

[L' Egypte peut être le nouveau front dans la bataille de Trump avec la Corée du Nord ]

Moore a déclaré que la réunion de cette semaine a été organisée par Rosenberg, qui vit en Israël et écrit sur les prophéties bibliques et comment il croit qu'ils se rapportent à la politique et au terrorisme.

La semaine dernière, le vice-président Pence a annoncé lors d'un rassemblement de chrétiens à Washington qu'il se rendrait à la demande du président en Egypte et en Israël le mois prochain. Le voyage mettra l'accent sur les persécutions des chrétiens et d'autres minorités religieuses, a déclaré Pence lors du gala annuel du groupe de défense des chrétiens.

M. Moore a indiqué que le groupe s'était rendu au Caire avec Jehan Sadat, la veuve d'Anwar Sadat, assassinée en 1981, quelques années après la signature d'un accord de paix avec Israël. Ils ont également visité des érudits musulmans, a-t-il dit.

Moore a dit qu'il y a environ 60 groupes évangéliques en Egypte.

La première chose que Sissi a dit au groupe était une condoléance pour l'attaque meurtrière cette semaine dans le Lower Manhattan, a déclaré Moore. Il a également promis de protéger les églises.

Bulletin d'information sur les actes de foi
Conversations sur la foi et les valeurs.
S'inscrire
"Quand les terroristes détruisirent les églises, son gouvernement les reconstruisit. Il a dit que [la destruction] ne se reproduira plus jamais ", a déclaré M. Moore.

Interrogé si un groupe a soulevé la question des violations des droits de l'homme, Moore a dit qu'ils l'ont fait, et "étaient très satisfaits" de la réponse de Sissi.

"Il a dit:" Ce pays n'est pas parfait, nous avons beaucoup, beaucoup de défis, s'il vous plaît aidez-nous avec nos défis ", a rappelé Moore. Certains membres du groupe ont fait l'éloge de Sissi sur le sujet - notant son soutien aux minorités religieuses.

"Le droit de vivre libre et de croire librement, c'est incroyable", a déclaré M. Moore, un pasteur a déclaré au président. Leur conversation sur le sujet "était collégiale".
https://www.washingtonpost.com/news/acts-of-faith/wp/2017/11/03/president-trumps-evangelical-advisors-meet-with-egyptian-leader-al-sissi-in-cairo/?utm_term=.fa0553953bb9

samuel

avatar
Administrateur
Le sabre et le goupillon font aussi bon ménage chez les évangéliques.

JOWEL

avatar
Bonjour,
Jésus déclara à ses contemporains: "Vous sondez les écritures pace que vous pensez avoir en elle la vie éternelle, ce sont elles qui rendent témoignage de moi." Jean 5:39
Si de nos jours nos ecclésiastiques faisaient de même ,il  en aurait moins de confusion dans la chrétienté.
"Celui qui détourne l'oreille pour ne pas écouter la loi de l'Eternel, sa prière même est une abomination", pouvons nous lire dans le livre des proverbes 28:9
et "celui qui ferme son oreille au cri du pauvre criera lui-même et n'aura point de réponse." Proverbes 22:13

Une sincère réflexion s'impose à nous chrétiens!

Josué

avatar
Administrateur
Que veux-tu ils ont un voile devant leurs yeux.

(2 Corinthiens 3:15) 15 Oui, jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse, un voile se trouve sur leur cœur.

Josué

avatar
Administrateur
La presse a rapporté une scène surréaliste — du moins à nos yeux d’Européens — qui s’est déroulée à la Maison Blanche ce mercredi 20 décembre : le secrétaire au Logement du cabinet de Donald Trump y a récité, en pleine réunion gouvernementale et à la demande du président américain, une prière de gratitude pour remercier Dieu de la victoire politique obtenue au Congrès sur la réforme fiscale voulue par l’administration Trump. 
En septembre dernier les Américains avaient déjà été appelés à une journée nationale de prière en solidarité avec les victimes de l’ouragan Harvey qui s'était abattu sur le Texas, et le président des États-Unis s'était entouré de leaders spirituels pour un moment de méditation dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche. « Mon père, je te remercie d’avoir un président Donald Trump qui croit au pouvoir de la prière », s’était alors félicité le pasteur Jeffress, la main sur l’épaule du président américain. Même si le président Obama et ses prédécesseurs nous ont habitués à ce que leur recueillement spirituel soit mis en image et participe de la mise en scène de leur pouvoir, les nombreuses prières d’intercession, l’attitude de profonde méditation du président, l’imposition charismatique des mains des présents sur le corps du président Trump renvoient à un tout autre topos de la sacralisation du pouvoir, celui de l’appel à l’intercession divine pour stimuler l’efficacité de la décision politique.
Cette réaffirmation du sentiment religieux au cœur du pouvoir, cette irruption de la superstition dans le rituel politique constituent une signe supplémentaire des rapports nouveaux — ou de l’actualisation de rapports anciens — qui se tissent aujourd’hui entre le politique et le religieux, et surtout des usages de symboles et pratiques religieuses dans la construction d’un « récit » politique qui s’essouffle sur le plan idéologique. À la sortie sociologique du religieux qui caractérise notre monde occidental se superpose son retour politique et symbolique, dans une modernité en crise profonde, qui peine à trouver des resssources dans la rationalité politique.
En 1965, le sociologue américain Harvey Gallagher Cox, dans son livre The Secular City. Secularization and Urbanization in Theological Perspective, avait forgé sa théorie de la sécularisation, qui fera florès. Mais trente ans plus tard, comme le rappelait récemment le journaliste Henri Tincq, Cox remettait en cause son intuition initiale dans un ouvrage intitulé Fire from Heaven: The Rise of Pentecostal Spirituality and the Re-shaping of Religion in the 21st Century (1994), traduit en français sous le titre Le retour de Dieu. Dans notre monde occidental sécularisé — notre ultra-modernité comme la nomme Jean-Paul Willaime —,  ce « renouveau religieux » contribue à reconstruire les identités, concourt pour d’aucuns à compenser les frustrations sociales et se conjugue avec des sociétés plurielles, culturellement mondialisées, où se tracent de nouvelles frontières entre politique et religion.
Cette image du président Trump priant dans le lieu par excellence où le rituel politique se met en scène, le Bureau ovale, comme bien d’autres images qui forgent ce qu’est le religieux en cette fin d’année 2017, dans un contexte d’angoisses sociales, de logiques d'incertitude, d’inquiétudes environnementales et d’incertitudes grandissantes sur le plan géostragétique, nous convainct plus que jamais que le rôle et la mission de notre Observatoire demeurent essentiels : décrire, expliquer et analyser le phénomène religieux contemporain en le mettant en contexte, de manière critique et non partisane. Cette mission sera toujours la nôtre en 2018, dans la continuité et le renouvellement : dans l’intervalle, nous nous mettons en vacances jusqu’au 8 janvier 2018, en souhaitant à tous nos lecteurs de très belles fêtes de fin d’année…
L’équipe ORELA.

chico.

avatar
[size=56]«Marcher sur une ligne»: la tactique astucieuse du portier évangélique de la Maison Blanche[/size]








Par Michelle Boorstein et Sarah Pulliam Bailey 8 janvier à 07h43  


Johnnie Moore, porte-parole officieux du groupe de conseillers évangéliques du président Trump, devant l'hôtel Trump International à Washington. (Bill O'Leary / Le Washington Post)


Alors qu'Israël s'est hissé au sommet de l'ordre du jour du président Trump, les dirigeants du monde entier ont cherché la perspective de l'un des blocs électoraux les plus importants et les plus fiables de Trump. Et Johnnie Moore, le gardien évangélique de la Maison Blanche, a été là pour le fournir.

Moore, un éminent exécutif PR, a servi à travers la candidature et la présidence Trump comme le berger de nombreuses conversations entre les aides de Trump et les dirigeants évangéliques conservateurs qui, comme Moore, considèrent l'Etat juif - et le statut de Jérusalem en particulier - être au haut de leur liste de priorités. À 34 ans, Moore a été consulté sur le sujet au 1600 Pennsylvania Ave. et lors de rencontres privées avec des dirigeants arabes. Il était dans le bureau ovale il y a quelques semaines pour une cérémonie privée honorant Trump pour avoir déclaré que les Etats-Unis considéraient officiellement Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Pour les évangéliques, "ceux qui bénissent Israël seront bénis", a déclaré Moore aux responsables de la Maison Blanche.

 2:59

Discours du président Trump sur Jérusalem en tant que capitale d'Israël, en 3 minutes


Le président Trump a déclaré le 6 décembre que les Etats-Unis reconnaîtraient Jérusalem comme la capitale d'Israël et déplaceraient l'ambassade américaine là-bas. Voici les moments clés de ce discours. [size=12](Le Washington Post)
[/size]



Interrogé sur la façon dont l'Amérique reconnaissait Jérusalem disputée comme capitale d'Israël, il répondait par une longue pause puis une courte réponse: «Il y a de meilleures personnes pour poser cette question». Et après que Trump ait récemment menacé de financer les Palestiniens? "Je ne suis pas en train de suivre ça de près car je viens juste de rentrer", dit-il.

C'est un Moore classique: pousser et manœuvrer passionnément pour atteindre ses objectifs, puis se détourner ou se taire sur des sujets qu'il considère comme périphériques. Avec un pragmatisme qu'il a appris il y a des années au genou de l'icône de la majorité morale, le Rév. Jerry Falwell Sr., il part pour les priorités qu'il pense pouvoir atteindre et laisse le reste tranquille.

Dans un quart de travail, l'administration Trump dit que les lieux de culte peuvent obtenir un financement direct de la FEMA après les catastrophes ]

La course au Sénat en Alabama et le nationaliste chrétien Roy Moore? "Je ne suis pas impliqué." Le penchant de Trump pour le mensonge? "Je ne veux pas entrer dans ça. Parce que je ne me concentre pas sur ces choses. "La loi fiscale GOP qui a amèrement divisé les chefs religieux? "Je ne pense pas qu'il y ait une réponse."

"Pour moi, c'est du bruit", a-t-il dit. "Ce n'est pas que ce n'est pas important, mais je n'ai pas le temps pour tout ça. . . Si j'avais creusé dedans, j'aurais peut-être des opinions plus fortes, et ce serait une distraction pour moi. "

Moore voit son approche comme un pragmatisme avisé; d'autres y voient un opportunisme. Quoi qu'il en soit, cela explique beaucoup la trajectoire ascendante rapide de sa carrière. En quelques années, le jeune pasteur jovial jailli d'un jeune débatteur compétitif en Virginie rurale à un protégé de Falwell, puis au chef d'état-major de la télé-réalité et militant chrétien Mark Burnett, et maintenant conseiller de Trump. En tant qu'homme de référence pour les évangéliques cherchant l'accès à la Maison Blanche, Moore est souvent celui qui choisit les dirigeants qui participent au conseil consultatif, un groupe officieux et peu organisé d'évangéliques conservateurs qui est le seul important pipeline de commentaires religieux à la Maison Blanche .

Pour certains, le pragmatisme de Moore est en retard, et aussi astucieux - un amerrissage des tests décisifs de l'ère du droit religieux combiné à une volonté de Trump de faire des affaires. Pour d'autres, cependant, les calculs de Moore symbolisent la désintégration du témoignage chrétien et la volonté de laisser les églises ne rien représenter autant que le pouvoir politique. Il reflète également une époque où les institutions religieuses ont perdu leur influence, faisant place au courtier du pouvoir chrétien qui n'a pas d'électorat clair - pas d'église, d'auditoire à but non lucratif ou de télévision - mais l'un des plus grands Rolodex du christianisme conservateur.

"Johnnie marche sur une ligne", a déclaré Chris Seiple, un défenseur évangélique de longue date et conseiller du gouvernement sur la liberté religieuse internationale qui a travaillé avec Moore et Burnett. "Il pourrait dire, 'Hey, je suis appelé à aimer tout le monde', et cette condamnation publique [de Trump] ne fait rien. Mais il y a des seuils d'intégrité publique. À l'heure actuelle, seuls les évangéliques y ont accès, et cela fait dire aux gens: «Ces foutus évangéliques, tout ce qu'ils font, c'est le culte à l'autel de l'accès politique et de l'opportunité». "


Un groupe de dirigeants évangéliques a rencontré le président Trump le 10 juillet 2017 et lui a imposé les mains alors qu'il s'inclinait en prière dans le bureau ovale. (Rodney Howard-Browne)


Alors que les électeurs évangéliques blancs soutiennent massivement Trump, de nombreux leaders évangéliques conservateurs éminents, notamment des leaders du millénaire, sont restés à l'écart ou ont condamné le président pour avoir menti, ciblé des immigrants et des réfugiés et se vantant d'abus sexuels, entre autres choses. La décision récente de Trump sur Jérusalem, par exemple, était source de discorde parmi les évangéliques américains.

Le pragmatisme de Moore fait appel au rabbin Abraham Cooper, doyen associé du Centre Simon Wiesenthal, un groupe juif de défense des droits humains. Cooper est devenu étroit avec Moore depuis que Moore a déménagé avec sa famille de la Virginie à Orange County, en Californie, il y a quelques années. Maintenant, les deux voyagent ensemble à des endroits qui comprennent DC et Bahreïn pour promouvoir la tolérance religieuse, en particulier des Juifs et des chrétiens.

Aujourd'hui, a dit Cooper, les alliances changent - l'antisémitisme monte en Europe et sur les campus universitaires américains, dit-il, et parfois de nouveaux partenaires émergent, même dans des endroits auxquels vous ne vous attendez pas.

"Avec Johnnie, il a accès [au pouvoir] et est aussi un faiseur, est juste, n'a pas de hache à broyer. . . Je cherche plus de Johnnie Moores, et partout où nous les trouverons, nous travaillerons avec eux. "

La montée de Paula White - le télévangéliste qui a l'oreille de Trump ]

Au genou de Falwell Sr.

Moore était un champion débatteur lycée à Lynchburg, en Virginie, quand il dit qu'un juge de débat l'a pénalisé après avoir plaidé pour les Dix Commandements dans ses classes d'école publique. Moore a transmis l'incident à son pasteur local - Falwell, célèbre télévangéliste et militant conservateur de l'époque. Un lien s'est tissé entre eux, et quelques années plus tard, alors que Moore n'avait que 20 ans, Falwell l'a nommé pasteur à l'université Liberty, puis responsable des communications pour l'école géante, puis responsable du programme mondial de sensibilisation. Dans cette dernière position, Moore a emmené des centaines d'étudiants de Liberty dans des pays allant de l'Inde à la Tunisie.

Mais la position qui a le plus fait Moore était quand Falwell l'a chargé de choisir des orateurs pour la convocation, le rassemblement hebdomadaire d'étudiant de Liberty. Au cours des dernières années, la convocation est passée d'un service de chapelle massive à une discussion hebdomadaire de haut niveau devant des milliers de candidats à la présidence du GOP - ainsi que certains candidats démocrates, dont Bernie Sanders (Moore dit que la plupart des démocrates ont renversé Liberty).

Au début, Moore n'était pas intéressé à amener des politiciens, et a choisi plus de haut-parleurs de type pasteur. Mais en 2008, il a vu comment le candidat républicain à la présidentielle, Mike Huckabee, a été élu dans les sondages après avoir participé à une convocation à la Liberté.

"J'étais comme: Wow, nous avons des conséquences nationales", a-t-il dit.

Falwell a enseigné à Moore sur le pragmatisme, dit-il. "La plus grande leçon que j'ai apprise de lui était: ne vous inquiétez pas de ce que vous n'êtes pas d'accord, vous vous inquiétez de ce sur quoi vous êtes d'accord et travaillez sur ces choses" avec d'autres, dit-il.

L'intérêt de Moore pour les chrétiens du Moyen-Orient a commencé au hasard, en 2013, quand il voyageait avec le pasteur Rick Warren, un mentor (et maintenant pasteur de Moore à Saddleback Church à Lake Forest, Californie), et s'est retrouvé en Jordanie. Moore a été frappé, et humilié, par le fait qu'il savait peu de choses sur le christianisme au Moyen-Orient - majoritairement orthodoxe et catholique - le berceau de sa foi.

En un an ou deux, Moore a commencé à lire et à écrire sur la violence et la persécution des chrétiens du Moyen-Orient, principalement par des extrémistes islamiques sunnites qui ciblent tous les opposants, des chiites aux yazidis en passant par les kurdes. À la vitesse de l'éclair, Moore devint une sorte de porte-parole de facto.

C'est parce que, disent les militants de longue date, si peu d'évangélistes américains ont publiquement abordé le problème, et encore moins qui ont le charme public et les compétences de communication de Moore, qui porte un sourire facile et un costume chic et qui apporte le émotionnel, accessible, prêchant style de votre megachurch évangélique américaine typique pour le sujet dense de la religion du Moyen-Orient.

Certains militants de longue date sur les tensions religieuses au Moyen-Orient affirment que Moore n'a aucun rôle à jouer dans l'élaboration de politiques ou même dans le conseil, et sert plutôt de défenseur passionné et extrêmement bien connecté.

La différence entre Moore et certains autres est "pour être franc, beaucoup d'entre eux ne quittent pas le Beltway. . . . Il y a beaucoup de gens qui font le travail, mais vous avez aussi besoin de gens qui cherchent et atteignent une plate-forme publique ", a déclaré Andrew Doran, vice-président du conseil du groupe de défense In Defense of Christians, qui a honoré Moore.


Johnnie Moore, porte-parole de facto du conseil consultatif évangélique de Trump, se rend à une réunion à Washington en décembre. (Photo par Bill O'Leary / The Washington Post)


Moore décrit sa vie entière changeante alors qu'il plongeait plus profondément dans son travail au Moyen-Orient, un sentiment de compréhension du christianisme pour la première fois - à travers la persécution. Dans son dernier livre, "The Martyr's Oath", qui a été publié à l'automne, il retient les chrétiens dont la vie est en danger comme les vrais croyants et fustige les chrétiens américains comme "auto-médication sur la religion, donc nous ne le sentons pas tout à fait mauvais au sujet de notre égocentrisme total. "

"Je ne pense pas que vous puissiez comprendre complètement le christianisme si vous n'êtes pas persécuté ou si vous aidez des gens qui sont persécutés", a-t-il déclaré lors d'une récente interview à Washington.

Tenir la cour à l'hôtel Trump

Que Moore ait dit que cette séance dans le hall luxueux de Trump International Hotel, qui lui sert de bureau officieux pendant ses fréquents voyages dans le district, alors qu'il est servi par le personnel toujours présent, est exactement le genre d'ironie que ses critiques notent. Moore se présente comme un défenseur de la liberté religieuse, notent-ils, alors même qu'il sert Trump, qui a hésité à critiquer les nazis après le violent rassemblement de Charlottesville en août et a appelé à l'interdiction des musulmans venant en Amérique.

Ce contraste est au cœur de la controverse autour du groupe consultatif évangélique de Trump. Bien qu'informel et ad hoc, il est le seul organe consultatif religieux connu du président, et est homogène dans sa composition - aucun autre groupe religieux n'est représenté. Alors qu'il y avait un conseil consultatif évangélique spécifique d'environ 25 personnes pendant la campagne, depuis l'élection, ses membres ont été fluides, et Moore dit que des centaines d'évangéliques ont été amenés à la Maison Blanche pour des réunions d'Israël sur la santé mentale.

Il est difficile d'évaluer le véritable pouvoir du groupe, mais il ne fait aucun doute que les membres ont un accès régulier et que leurs opinions politiques et leur amitié sont recherchées par la Maison Blanche. Les dirigeants sont supposés être Moore, le pasteur de la mégachurch de la Floride Paula White et Tim Clinton, le chef de la plus grande association mondiale des conseillers chrétiens de santé mentale.

Environ sept ou huit habitués sont des clients de la firme de communication Moore fondée en 2015. L'entreprise, qui sert des clients religieux, s'appelle Kairos, le mot grec pour «un moment opportun».

'Une bataille spirituelle:' Comment Roy Moore a testé l'allégeance évangélique blanche au Parti républicain ]

En tant que gardien de la Maison Blanche, les partisans de Moore disent que son rôle est de mettre les gens en relation, d'être le gars qui peut faire bouger les choses.

"Il fait ressortir les points de l'ordre du jour des autres", a déclaré James MacDonald, un pasteur de la région de Chicago qui a siégé au conseil en 2016. Robert Jeffress, un pasteur de Texas megachurch au conseil, a déclaré que la «valeur» de Moore est celle qui questions spécifiques pour les membres du conseil "pour voir si c'est quelque chose que nous aimerions parler ou non."

Jerry Falwell Jr., actuel président de l'Université Liberty et un habitué des conversations du groupe évangélique de la Maison-Blanche, affirme que les évangéliques montrés par Moore peuvent être de «bons chrétiens» et être impliqués dans la politique. "Son rôle est moins d'influencer la politique que d'influencer les évangéliques", a déclaré M. Falwell. "Il a été une bonne rebuffade pour les évangéliques qui critiquent Trump."

Le don de Moore est de pouvoir parler à différents types de personnes, de respirer la chaleur et l'énergie collaborative au cours de l'une des périodes les plus conflictuelles de l'Amérique moderne.

"Je pense qu'il se rend utile dans DC, et à Washington, il est rare d'obtenir des courriels comme:" Comment puis-je être utile pour vous? " "A déclaré Michael Wear, un consultant évangélique qui a travaillé pour le président Barack Obama.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
On se rappelle JFK, seul Président des USA qui fut catholique. C'était autre chose.

chico.

avatar
[size=62]Pourquoi la droite religieuse américaine soutient Israël[/size]
Donald Trump et le pasteur Robert Jeffress à Washington, le 1er juillet 2017. (Olivier Douliery/NEWSCOM/SIPA)

Si Donald Trump a décidé de déménager l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, c'est en partie pour plaire aux chrétiens évangéliques, qui rêvent d'accélérer la fin du monde.

Par Pascal Riché
Publié le 14 mai 2018 à 19h49




Ami de Donald Trump, Robert Jeffress, le pasteur qui a lu ce lundi la prière lors de l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, est un drôle de zig. Selon lui, les défenseurs des droits des homosexuels sont des "militants de la pédophilie" et l’islam est une "hérésie sortie du puits de l’enfer". Et puis, il est convaincu que les juifs qui ne se convertissent pas ne connaîtront pas le salut : logiquement, ils devraient connaître les flammes du châtiment éternel…
Cette dernière conviction du pasteur est conforme avec le récit futuriste de la fin des temps, que de nombreuses églises évangéliques américaines promeuvent depuis une vingtaine d’années et dans laquelle Jérusalem et le peuple juif jouent un rôle central.  

Lechercheur


Les évangéliques américains pèsent un grand poids dans l'entoure du président.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum