Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un chrétien peut-il avoir une arme à feu , pour se protéger ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

papy

avatar
Un chrétien peut-il avoir une arme à feu, comme un pistolet ou un fusil, pour se protéger contre d’autres personnes ?

Les chrétiens peuvent prendre des mesures raisonnables pour assurer leur sécurité, mais ils doivent le faire en accord avec les principes bibliques. Ces principes condamnent l’utilisation d’armes à feu, comme des pistolets ou des fusils, pour se protéger contre d’autres personnes. Réfléchis aux principes suivants :

Pour Jéhovah, la vie humaine est sacrée. Le psalmiste David a écrit : « [Jéhovah] est la source de la vie » (Ps. 36:9). Par conséquent, si un chrétien décide de prendre des mesures pour se défendre, lui ainsi que ses biens, il fera tout ce qu’il peut pour ne pas se rendre coupable de meurtre (Deut. 22:8 ; Ps. 51:14).

Même si n’importe quel objet qu’on utilise pour se défendre peut causer la mort, il est plus facile de tuer quelqu’un avec une arme à feu, que ce soit accidentellement ou volontairement *. De plus, si un agresseur, qui est certainement déjà nerveux, constate que nous avons une arme, la situation risque fortement de dégénérer et d’aboutir à un meurtre.

Quand, au cours de sa dernière nuit sur terre, Jésus a dit à ses disciples de prendre avec eux une épée, il ne pensait pas à leur protection (Luc 22:36, 38). Il voulait plutôt leur enseigner une leçon : ses disciples ne doivent pas utiliser la violence, même face à une foule armée (Luc 22:52). Après que Pierre s’est servi d’une épée contre l’esclave du grand prêtre, Jésus lui a ordonné : « Remets ton épée à sa place. » Puis il a enseigné une vérité fondamentale, qui guide encore ses disciples aujourd’hui : « Tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée » (Mat. 26:51, 52).

Conformément à Mika 4:3, les serviteurs de Dieu « forge[nt] leurs épées en socs et leurs lances en cisailles ». Les chrétiens sont connus pour être pacifiques. Ils obéissent à ce commandement que Dieu a donné par l’intermédiaire de l’apôtre Paul : « Ne rendez à personne le mal pour le mal [...]. Si possible, pour autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes » (Rom. 12:17, 18). Paul a connu de nombreuses épreuves, notamment les « dangers des brigands », mais il n’a jamais fait passer sa sécurité avant les principes bibliques (2 Cor. 11:26). Il a plutôt mis sa confiance en Dieu et dans la sagesse des Saintes Écritures, sagesse qui « vaut mieux que des engins de combat » (Eccl. 9:18).

Pour les chrétiens, la vie est bien plus précieuse que les biens matériels. La vie de quelqu’un « ne provient pas des choses qu’il possède » (Luc 12:15). Par conséquent, si parler avec douceur ne suffit pas à arrêter un voleur armé, nous suivons ce conseil de Jésus : « Ne vous opposez pas à celui qui est méchant. » Cela signifiera peut-être laisser le voleur prendre tout ce qu’il veut * (Mat. 5:39, 40 ; Luc 6:29). Bien sûr, le mieux est de tout faire pour ne pas être la cible de criminels. Si nous n’étalons pas nos « moyens d’existence » et si nos voisins savent que nous sommes de paisibles Témoins de Jéhovah, il y a moins de risques qu’on nous attaque (1 Jean 2:16 ; Prov. 18:10).

Les chrétiens respectent la conscience des autres (Rom. 14:21). Si des membres de la congrégation apprennent qu’un autre chrétien possède une arme à feu pour se protéger contre d’autres personnes, ils pourraient être choqués, voire chuter. Même si la loi nous autorise à avoir une arme, l’amour nous poussera à mettre les intérêts des autres avant les nôtres (1 Cor. 10:32, 33 ; 13:4, 5).

Les chrétiens font tout ce qu’ils peuvent pour être exemplaires (2 Cor. 4:2 ; 1 Pierre 5:2, 3). Si, après avoir reçu des conseils basés sur la Bible, un chrétien continue d’avoir une arme à feu pour se protéger contre d’autres personnes, il ne peut plus être considéré comme exemplaire. On ne pourra donc pas lui confier de responsabilités ou de privilèges spéciaux dans la congrégation. Il en est de même pour un chrétien qui continue de porter une arme à feu dans le cadre de son travail *. Il ferait bien mieux de chercher un autre emploi !

La façon dont un chrétien décide de se protéger lui, sa famille ou ses biens, est bien sûr une question en grande partie personnelle, tout comme le choix d’un emploi. Cela dit, les principes bibliques reflètent la sagesse de Dieu et son amour pour nous. Par respect pour ces principes, les chrétiens spirituellement mûrs choisissent de ne pas avoir d’arme à feu pour se protéger contre d’autres personnes. Ils savent que ceux qui mettent leur confiance en Dieu en vivant en accord avec ses principes connaissent une sécurité véritable et durable (Ps. 97:10 ; Prov. 1:33 ; 2:6, 7).

Des chrétiens attaqués durant la grande tribulation s’appuient sur Jéhovah pour être protégés
Durant la grande tribulation, les chrétiens devront rechercher l’aide de Jéhovah, et non essayer de se défendre eux-mêmes.
https://www.jw.org/fr/publications/revues/tour-de-garde-etude-juillet-2017/avoir-arme-a-feu-pour-protection/

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Non, ce n'est pas chrétien de porter une arme à feu sur soi.
Pas d'arme à feu sur un chrétien. Du reste, les mormons sont pour l'inverse, et leur faux prophète tua des hommes.


Ce n'est pas chrétien.

vulgate


[quote="Marmhonie"[/quote]Smith a réussi à tuer trois soldats avec cette poivrière ? C'est surprenant. Selon Wikipédia il aurait été, non pas fusillé, mais assassiné par une foule hostile.

Josué

avatar
Administrateur
Quoi qui l'en soit il n'a pas réagit comme Jésus quand ses opposants sont venu le chercher la nuit pour le condamner ensuite.
Jean 18:12 Alors la troupe de soldats et le commandant et les agents des Juifs se saisirent de Jésus et le lièrent, 13 et ils le conduisirent d’abord chez Anne ; car il était beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là. 14 Or Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : qu’il était dans leur intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple.

Josué

avatar
Administrateur
Un autre chrétien et mort l'arme à la main , et Zwingli

,Le 6 octobre de la même année, les cinq cantons publièrent leur manifeste et entrèrent en campagne. Les protestants s'armèrent aussi, et Zwingli reçut du sénat l'ordre de les accompagner. Il obéit. Un pressentiment funeste le tourmentait ; mais il n'en fit pas moins tous ses efforts pour encourager les Zurichois. « Notre cause est bonne, leur dit-il, mais elle est mal défendue. Il m'en coûtera la vie et celle d'un grand nombre d'hommes de bien, qui désiraient rendre à la religion sa simplicité primitive, et à notre patrie ses anciennes mœurs. N'importe : Dieu n'abandonnera pas ses serviteurs ; il viendra à leur secours, lorsque vous croirez tout perdu. Ma confiance repose sur lui seul et non sur les hommes. Je me soumets à sa volonté. » II arriva le 10 à Kappel am Albis avec les siens. Le combat s'engagea vers les trois heures de l'après-midi. Dans les premiers moments de la mêlée, il reçut un coup mortel et tomba sans connaissance. Revenu à lui, il se soulève, croise ses mains sur sa poitrine, fixe ses regards vers le ciel et s'écrie - Qu'importe que je succombe. : ils peuvent bien tuer le corps, mais ils ne peuvent rien sur l'âme.

Quelques soldats catholiques, qui le voient dans cet état, lui demandent s'il veut se confesser ; il fait un signe négatif, mais qu'ils ne comprennent pas. Ils l'exhortent à recommander son âme à la sainte Vierge ; et d'après son refus plus expressif, un d'entre eux lui plonge l'épée dans le cœur, en lui disant : « Meurs donc, hérétique obstiné ! ». Le lendemain, Jean Schonbrunner, qui s'était éloigné de Zurich par attachement pour la religion catholique, ne put s'empêcher de dire en le voyant : « Quelle qu'ait été ta croyance, je sais que tu aimas ta patrie, et que tu fus toujours de bonne foi ; Dieu veuille avoir en paix ton âme ». La soldatesque fut moins tolérante et moins humaine : elle déchira son cadavre, livra ses lambeaux aux flammes et jeta les cendres aux vents. Zwingli avait 47 ans au moment de sa mort.

Bossuet a dit de lui, d'après Léon de Juda : « C'était un homme hardi, et qui avait plus de feu que de savoir. II y avait beaucoup de netteté dans son discours, et aucun des prétendus réformateurs n'a expliqué ses pensées d'une manière plus précise, plus uniforme et plus suivie : mais aussi aucun ne les a poussées plus loin ni avec autant de hardiesse » Luther, opposé à Zwingli sur un certain nombre de points dont l'Eucharistie, propose pour Zwingli, non sans provocation, la piquante épitaphe que voici "Celui qui tira l'épée, périra par l'épée".
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ulrich_Zwingli#Seconde_Guerre_de_Kappel_et_mort_de_Zwingli_.281531.29

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum