Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Messagers de l’apocalypse écologique?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Auteur: Lionel Obadia
Mercredi 22 Mars 2017
Messagers de l’apocalypse écologique? Les religions et le débat environnemental
La publication de l’encyclique Laudato Si du pape François a été un peu partout saluée comme un fait révélateur : celui d’une volonté des organisations religieuses de s’impliquer plus avant et surtout de manière plus explicite et significative dans les débats autour de l’écologie et, par extension, des questions relatives aux effets de la globalisation. Mais le catholicisme romain est loin d’être le premier ou le seul à s’être manifesté. Un peu partout sur la planète, les organisations religieuses ou « spirituelles » paraissent empressées de montrer qu’elles peuvent elles aussi (au même titre que des acteurs économiques, comme les grosses entreprises industrielles, ou politiques, comme les États) contribuer à limiter le préjudice environnemental de l’activité humaine.

Si toutes les traditions religieuses semblent s’exprimer d’une même voix pour dénoncer la destruction de l’environnement par l’Homme, toutes n’ont néanmoins pas le même « potentiel » de réponses à la crise environnementale, ni le même positionnement idéologique et politique par rapport à elle. Et dans la course à la religion la plus « écologique », le christianisme accuse, avec les autres monothéismes, un certain retard. D’autres traditions occupent en effet une place bien plus en vue et enviable dans les débats autour des enjeux environnementaux du monde actuel. C’est précisément l’objet de cet article que d’essayer de comprendre ces écarts.

Toutes les traditions religieuses engagées dans le grand débat écologique n’ont pas, loin s’en faut, de mêmes représentations de ce qu’on appelle la Nature, dont il faut rappeler que la notion – telle qu’on la pense actuellement comme cadre biotique et abiotique d’existence des populations humaines – a connu de significatifs changements de signification depuis la Phusis grecque jusqu’aux théories écologiques modernes. La « Nature » au sens écologique du terme, c’est bien connu, est un concept d’apparition tardive et qui est aussi le fruit d’une sécularisation de la pensée. Pourtant, les voix religieuses (des grandes ou petites organisations) affirment que les ressources de sens et d’action que leurs philosophies offrent pourraient et même devraient participer à réduire l’impact humain sur l’environnement, en suscitant des comportements vertueux de préservation ou de conservation des espaces naturels, de réduction des volumes de production alimentaire et de biens de consommation, de diminution des polluants atmosphériques ou terrestres…

Bref, être des modèles d’écologie. Comme si les religions, qui produisent essentiellement des choses symboliques, des croyances et des rites, et de manière dérivée seulement, des choses matérielles (art, architecture monumentaire, objets liturgiques, produits économiques…), pouvaient infléchir les problèmes environnementaux qui sont principalement liés à l’activité économique des grosses industries ou à la consommation des ménages des sociétés les plus développées, qui sont aussi les plus sécularisées. Les débats sur l’écologie, en France, mais aussi ailleurs, ont donné lieu à un étonnant mouvement d’œcuménisme puisque les voix religieuses se sont exprimées en même temps et d’ailleurs sur invitation des politiques à la COP 21, en 2015. Étonnamment, les religions sont depuis invitées à s’exprimer sur des questions séculières alors qu’en retour, les instances séculières (États, organisations internationales, observatoires, groupes de recherche…) résonnent toujours plus d’accents eschatologiques, donc religieux, lorsqu’ils évoquent par exemple une « apocalypse » écologique…

Curieux croisement des répertoires, donc, qui explique sans doute en partie la collusion de ces registres séculier et religieux, à une époque où le concept d’Anthropocène offre de nouveaux horizons, voire de nouvelles cosmologies, et que les milieux académiques (Bruno Latour et Philippe Descola en tête) entreprennent de réviser les multiples rapports entre les « natures » et les systèmes de croyances associés dans les sociétés traditionnelles hors de l’Occident moderne — alors que, précisément, se constitue progressivement dans l’imaginaire collectif l’image de sociétés spirituelles « primordiales » écologiquement plus responsables que les sociétés séculières modernes. En Europe, les grandes politiques climatiques intéressent désormais les religions, et le sociologue et politologue Raphaël Liogier (2013) évoque même le softpower des traditions religieuses qui montrent actuellement un activisme militant dans les lieux de décision politique, alors que parallèlement « l’hypothèse Gaïa » (la terre comme être vivant) de Lovelock (1970) se dissémine toujours plus dans les pensées culturelles qui furent, un temps, alternatives, et qui sont désormais largement acceptées.

Les religions qui sont ainsi partie toujours plus prenante des débats publics et politiques à échelle globale, ne parlent néanmoins pas toujours d’écologie avec une même voix, n’expriment pas les mêmes vues et n’entendent pas promouvoir les mêmes choses, et la notion de « nature » est déclinée sous des formes et à des échelles différentes, de l’univers jusqu’à l’environnement. En examinant de manière précise les contenus philosophiques, les représentations cosmologiques et les prescriptions et proscriptions, il apparait que les monothéismes défendent, au-delà de leurs différences de théologies ou de liturgies, l’idée que l’ordre du monde est un donné, inaliénable, ontologique, car issu d’une volonté divine : le sacré est transcendant, dominé par une figure anthropomorphe et omnipotente, qui impose une relation verticale (des cieux à la Terre et réciproquement) fondée sur l’obéissance : c’est Dieu qui dicte aux Hommes (et aux Femmes) les modalités d’utilisation de leur environnement, et c’est donc lui, et pas les Hommes, qui a le pouvoir de détruire ou de maintenir le monde en l’état.

Les traditions asiatiques, du monde indien (hindouisme, bouddhisme) comme du monde sinisé (confucianisme, taoïsme), et d’Extrême-Orient (shintoïsme) dans une moindre mesure, sont au contraire des traditions cosmiques pour lesquelles l’Univers est aussi un donné, mais non déterminé. L’Homme y est dans un rapport d’horizontalité avec le sacré dont le monde est pétri, il s’y inscrit travers une « participation » méditative ou rituelle à l’unité fondamentale du monde. Dans ce contexte spirituel, il convient donc d’avoir à l’endroit de la nature (environnante) des attitudes respectueuses parce que cette écologie immédiate est la transposition, sur un plan microcosmique, d’un ordre plus large qui est celui du macrocosme, dont il est parfois la transposition terrestre.

L’observance des principes éthiques et spirituels inhérents à ces traditions induit donc un respect des espaces naturels, de la faune et de la flore, une relation esthétique à la géographie, une certaine modération et même une frugalité dans les consommations alimentaires ou énergétiques — qui sont des idéaux ascétiques poursuivis au sein de petites communautés mais bien difficiles à mettre en œuvre à l’échelle de sociétés entières… Ce n’est toutefois pas seulement en vertu de ces principes que les religions de l’Asie apparaissent plus eco-friendly que d’autres. Elles profitent aussi grandement des idéologies et imaginaires à travers lesquelles elles ont été pensées en Occident et dont elles ont pris les couleurs : humanisme, sécularisme, scientisme et désormais écologisme. Traditions asiatiques qui doivent enfin, et surtout, d’être mobilisées dans les débats actuels en vertu d’un fantasme orientaliste qui les a constituées comme des alternatives spirituelles en phase avec les valeurs de la modernité et les grands défis sociétaux, là où les anciennes traditions ont été affrontées de manière bien plus conflictuelle et abrasive à cette même modernité.

Il y a donc au regard de ces éléments, de sensibles écarts de positionnement et d’attitude des religions envers les enjeux écologiques et climatiques. Si les monothéismes ont tardivement décidé de s’engager dans la vague environnementaliste, ce n’est pas exactement pour les mêmes raisons que les polythéismes, qui n’ont pas la même trajectoire dans les imaginaires de la modernité. Dans le grand jeu actuel à somme nulle de l’écologisation des religions et de la religionisation de l’écologie, ce sont les polythéismes asiatiques qui semblent le mieux tirer leur épingle du jeu : non seulement les principes qui régissent leurs cosmologies participent d’une conception englobante et interdépendante du monde en phase avec la conscience globale de l’environnementalisme, mais la vague de sympathie qui les porte, et l’imagination orientaliste qui les transfigure depuis un siècle et demi en font des candidats plus à même de proposer des solutions spirituelles à une crise écologique qui ne l’était pas…

Lionel Obadia (Université de Lyon – Agence nationale de la Recherche, Paris)
http://www.o-re-la.org/index.php?option=com_k2&view=item&id=1851:messagers-de-l%E2%80%99apocalypse-%C3%A9cologique-?-les-religions-et-le-d%C3%A9bat-environnemental&Itemid=85&lang=fr

papy

avatar
Il question des hindous dans cet article , mais il faut savoir que l'Inde est un grand pays pollueur.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
papy a écrit:Il question des hindous dans cet article , mais il faut savoir que l'Inde est un grand pays pollueur.
C'est le propre des pays émergeant , comme le Pakistan et le plus grand pays pollueur la Chine.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Le titre est vraiment trompeur. Il est question d'écologie, d'attitudes positives responsables et non de l'Apocalypse.

papy

avatar
Mikael a écrit:
papy a écrit:Il question des hindous dans cet article , mais il faut savoir que l'Inde est un grand pays pollueur.
C'est le propre des pays émergeant , comme le Pakistan  et le plus grand pays pollueur la Chine.
La preuve.
En Inde, les vieux ordinateurs polluent massivement l’air et les sols
Livré au secteur informel, le recyclage des appareils électroniques effectué avec des moyens rudimentaires est une catastrophe sanitaire.

LE MONDE | 10.04.2017 à 10h52 • Mis à jour le 10.04.2017 à 12h20 |
Par Intérim (Bombay, correspondance)
Abonnez vous à partir de 1 € Réagir AjouterPartager (5)Tweeter
A Bombay, en 2015.
Ils sont chaque jour des centaines à venir déposer leur vieil ordinateur ou leur téléphone portable usagé dans l’une des petites boutiques qui s’égrènent le long de Lamington Road. Le marché de l’électronique de Bombay, situé à deux pas de la gare de Grant Road, est l’un des plus grands réceptacles d’équipements destinés à la casse, de toute l’Inde. « Quand les gens arrivent avec leur PC qui ne fonctionne plus, je le leur achète pour 500 roupies [7 euros]. Si je détecte quelques composants récupérables, je peux parfois proposer jusqu’à 2 000 roupies [28 euros] », explique Dinesh, l’un des innombrables négociants du quartier. Et ensuite, que devient ce matériel ? « Il y a des types qui font le ramassage tous les soirs. Ils revendent à des transporteurs qui emportent tout ça à Nehru Place, le grand marché de l’électronique de Delhi », explique Dinesh.

Dans le magasin attenant, Vikram exerce le même métier. Officiellement vendeur de matériel informatique neuf, il consacre une bonne partie de ses journées à collecter des ordinateurs hors service. Il parle lui aussi de Nehru Place mais, au bout de dix minutes de conversation, il avoue qu’il écoule en réalité la quasi-totalité de ses rebuts ici même, à Lamington Road. « Dans les ruelles derrière, il y a des tas de petits ateliers qui démontent et essaient d’écouler tout ce qu’ils peuvent. Va voir sous le pont qui enjambe les voies ferrées, tout se passe là-bas », nous dit-il.

Le long de Frere Bridge, nous découvrons, quelques instants plus tard, un chapelet de minuscules pas de porte, à l’intérieur desquels s’entassent des centaines d’ordinateurs, de téléviseurs et de chaînes hi-fiplus poussiéreux les uns que les autres. A même le trottoir, des planches posées sur deux tréteaux, rapides à replier lorsque la police débarque, étalent au grand jour des cartes mères, des chargeurs et des écrans cherchant repreneur. Personne ne veut savoir où partent les invendus.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/10/en-inde-les-vieux-ordinateurs-polluent-massivement-l-air-et-les-sols_5108811_3244.html

Josué

avatar
Administrateur
Chine : notre honorable partenaire pour la lutte contre le « changement climatique » construit des centaines de centrales charbon
La défection des Etats-Unis de Trump de l’Accord de Paris a laissé la place libre à la Chine pour prendre la tête de la lutte contre le « changement climatique ». La Chine est pourtant le premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, loin devant l’Amérique et l’Union européenne. Drapée de vertu, la Chine communiste se fait aujourd’hui donneuse de leçons – et reçoit à ce titre les hommages de l’ensemble du petit monde des meneurs du globalisme. Mais non seulement elle construit ou fait construire, en Chine ou dans les pays où elle avance ses pions, des centaines de centrales charbon, mais elle continue de polluer gravement cette planète comme nul autre, non pas avec du CO2 (qui n’est pas un poison !) mais avec de nombreuses toxines provenant de son industrie.

Les centrales charbon tant décriées par les environnementalistes sont en tête des projets industriels chinois. Or la lutte contre le réchauffement climatique exige la fin des énergies fossiles. Pourquoi ne le lui reproche-t-on pas ? On peut évidemment discuter la validité des arguments autour des « gaz à effet de serre », et même souligner que l’on peut construire aujourd’hui des centrales charbon « propres », mais tel n’est pas le point de vue des réchauffistes. Force est donc de constater l’incohérence de ces globalistes qui exaltent la Chine en omettant de critiquer ce fait : « Au total, 1.600 centrales charbon ont été planifiées ou sont déjà en construction dans 62 pays », révèle ainsi le Times de Londres. Dont 45 % réalisés par des sociétés chinoises – SPIC, China Datang, Shenhua, China Huadian, China Huaneng, China Guodian… – qui construisent actuellement 700 nouvelles usines en Chine et ailleurs (20 % des constructions sont réalisées à l’étranger).

La Chine, ses centrales charbon et ses industries polluantes


Certaines usines sont construites « dans des pays qui aujourd’hui ne brûlent guère de charbon, voire pas du tout, comme le soulignent les comptes réalisés par Urgewald, un groupe environnemental basé à Berlin ».

Et le Times lâche même : « La flottille de nouvelles centrales charbon rend quasiment impossible de remplir les objectifs fixé par les Accords de Paris sur le climat ».

Comment se fait-il dès lors que la Chine communiste, Etat voyou à l’aune des exigences des réchauffistes, puisse apparaître comme leur icône incontestée ? The New American y voit surtout un moyen de promouvoir l’hostilité à l’égard de Donald Trump et de faire pression sur les Américains afin qu’ils contestent sa décision de sortir des accords de la COP 21.

Cela montre surtout, comme le souligne The New American, que la fiction de l’Accord de Paris – dont les retombées seront quasi nulles même à l’aune des réchauffistes – vise bien d’autres objectifs.

Non contraignant, l’Accord de Paris permet à ses signataires de faire de simples déclarations d’intention ; d’après la sienne, la seule Chine, plus gros émetteur de CO2 au monde, entend en vérité doubler ses émissions annuelles tout en touchant, comme l’Inde, des subsides versés par les pays développés afin de rendre son économie plus verte. Le Fonds vert pour le climat représente 100 milliards de dollars par an… Les « contributions prévues déterminées au niveau national » fixées par l’Accord de Paris permettent déjà l’évaluation de la hausse des émissions de CO2 : + 46 % au cours des 13 années à venir.


La Chine à la tête de la lutte contre le changement climatique, quelle blague !


Autrement dit, la lutte contre le réchauffement climatique est une mascarade – qui servira entre autres à porter la Chine communiste au pinacle et qui au meilleur des cas, en supposant que chaque nation tienne toutes ses promesses d’ici à 2030, aboutira à une réduction totale de la température de la planète de 0,048° C (oui, moins de 5 % d’un degré) d’ici à 2100, selon le Dr Bjørn Lomborg, climatologue danois qui n’est en aucun cas climatosceptique.

En réalité, l’Accord de Paris sert avant tout un transfert de capitaux et de pouvoir depuis les nations développées vers les pays émergents, dans une sorte de socialisme global dont la Chine apparaît comme le champion. The New American rappelle ce qu’en disait Christiana Figueres, ancien secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Elle déclarait lors de la conférence de l’ONU à Doha en 2012 : « Il faut comprendre que ce qui se passe ici, pas seulement à Doha mais dans l’ensemble du processus du changement climatique, c’est une transformation complète de la structure économique du monde ».


Anne Dolhein
http://reinformation.tv/chine-changement-climatique-centrales-charbon-dolhein-72974-2/

Josué

avatar
Administrateur
Depuis aujourd’hui, l’humanité vit à crédit
Mercredi, nous avons consommé toutes les ressources naturelles que la planète peut produire en une année. Ce « jour du dépassement de la Terre » intervient toujours plus tôt.
La date est fatidique, et toujours plus précoce. Depuis mercredi 2 août, l’humanité vit à crédit : elle a consommé, en seulement sept mois, toutes les ressources que la Terre peut produire en une année. Jusqu’à la fin 2017, pour continuer à boire, à manger, à nous chauffer ou à nous déplacer, nous allons donc surexploiter les écosystèmes et compromettre leur capacité de régénération.

Ce « jour du dépassement de la Terre » (« Earth overshoot day » en anglais) est calculé chaque année par le Global Footprint Network, un institut de recherches international basé à Oakland (Californie). Grâce à plus de 15 000 données des Nations unies, il compare l’empreinte écologique de l’homme, qui mesure l’exploitation des ressources naturelles de la Terre, avec la biocapacité de la planète, c’est-à-dire sa capacité à reconstituer ses réserves et à absorber les gaz à effet de serre. Selon ses calculs, la consommation de l’humanité dépasse de 70 % les ressources disponibles. Autrement dit, l’équivalent de 1,7 planète est nécessaire pour assouvir les besoins des humains.

Nous contractons cette dette car nous coupons des arbres à un rythme supérieur à celui de leur croissance, nous prélevons plus de poissons dans les mers qu’il en naît chaque année, et nous rejetons davantage de carbone dans l’atmosphère que les forêts et les océans peuvent en absorber. Les conséquences de cette surconsommation se font déjà sentir : déforestation, déclin de la biodiversité, pénuries en eau, acidification des océans, érosion des sols, accumulation des déchets ou encore élévation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère affectent l’ensemble du globe.

Lire aussi : La sixième extinction de masse des animaux s’accélère

Une date toujours plus précoce

Le "jour du dépassement" de la Terre n'a cessé d’avancer depuis 1969.
Encore excédentaire en 1961, avec un quart de ses réserves non consommées, la Terre est devenue déficitaire au début des années 1970. Et le jour du dépassement intervient toujours plus tôt. Cette date tombait le 5 novembre en 1985, le 1er octobre en 1998, le 20 août en 2009. Depuis le début de la décennie, toutefois, l’accélération du calendrier est moins rapide. Reste qu’à ce rythme, nous aurons besoin de deux planètes en 2030. En cause, la croissance démographique mondiale, mais surtout des modes de vie toujours plus gourmands en ressources et dépendants des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

L'empreinte écologique par pays.
Tous les humains ne sont toutefois pas responsables dans les mêmes proportions. Avec le train de vie australien ou américain, il faudrait plus de cinq planètes pour vivre. Les Français, eux, en ont besoin de trois, les Chinois de 2,1, bien au-dessus de la frugalité indienne (0,6 planète). Rapporté aux ressources nationales, le Japon aurait besoin de sept fois son pays pour satisfaire sa consommation actuelle, l’Italie et le Royaume-Uni de quatre fois. Au total, l’empreinte écologique des pays développés est cinq fois supérieure à celle des pays pauvres.

Les besoins en ressources naturelles des pays du monde.
« Notre planète est limitée, mais les possibilités humaines ne le sont pas. Vivre selon les moyens que nous accorde notre planète est technologiquement possible, financièrement bénéfique et notre seule chance pour un avenir prospère », avertit Mathis Wackernagel, le président de Global Footprint Network. Si nous parvenons à faire reculer la date du jour du dépassement mondial de 4,5 jours chaque année, calcule l’ONG, nous retrouverons l’équilibre en consommant les ressources d’une seule Terre d’ici à 2030.

Indicateur imparfait mais pertinent

S’il a le mérite de sensibiliser le grand public, l’indicateur de l’empreinte écologique est critiqué. Plusieurs études scientifiques ont montré qu’il simplifie la réalité et utilise des méthodes de calcul et des données parfois incomplètes. Il ne tient par exemple pas compte de la destruction de la biodiversité ou de l’épuisement des sous-sols et ne comptabilise pas directement la consommation d’eau.

« Comme tous les indicateurs agrégés, il pâtit de limites : c’est aussi le cas du produit intérieur brut, remarque Dominique Bourg, philosophe et enseignant à l’université de Lausanne. Cela ne délégitime pas pour autant l’empreinte écologique : c’est un instrument pédagogique qui montre des tendances, à savoir que nous vivons au-dessus de nos moyens, et qui peut guider les gens vers le changement. »

« L’outil est imparfait mais reste pertinent. Il tend même à minimiser la réalité », confirme Aurélien Boutaud, consultant et coauteur de L’Empreinte écologique (La Découverte, 2009). Selon lui, il a permis de « prendre conscience des limites planétaires » et de généraliser une forme de comptabilité par empreinte – carbone, eau, azote ou biodiversité – qui « impute la responsabilité de l’impact environnemental au consommateur final ». « Si on regarde les seules émissions de gaz à effet de serre, par exemple, on peut avoir l’impression que les pays riches les ont réduites. En réalité, ils en ont délocalisé une partie vers les pays pauvres, détaille-t-il. L’empreinte carbone de la France est ainsi d’environ 40 % supérieure à ses rejets carbonés. »

Réduire les empreintes carbone et alimentaire

Comment inverser la tendance ? D’abord, en limitant les émissions de gaz à effet de serre qui représentent à elles seules 60 % de l’empreinte écologique mondiale. Pour réussir à maintenir la hausse des températures bien au-dessous de 2 °C – objectif inscrit dans l’accord de Paris sur le climat de décembre 2015 –, « l’humanité devra s’affranchir des énergies fossiles avant 2050 », rappelle Mathis Wackernagel.

« L’enjeu est d’atteindre un pic des émissions d’ici à 2020, complète Pierre Cannet, le responsable du programme climat et énergie au Fonds mondial pour la nature (WWF) France, l’un des partenaires de l’opération. Ce point d’inflexion doit être trouvé pour la production d’électricité mais également dans la consommation des transports et l’ensemble des activités industrielles. » Les mesures sont connues, qu’il s’agisse de plafonner puis de réduire la production des centrales à charbon, de déployer plus rapidement les énergies renouvelables ou d’améliorer l’efficacité énergétique. Réduire les rejets carbonés de 50 % permettrait de reporter le jour du dépassement de près de trois mois.

Autre levier d’action : limiter l’empreinte alimentaire. « Pour cela, il est indispensable de stopper la déforestation, de diminuer notre consommation de produits dérivés des animaux, de lutter contre le gaspillage alimentaire et d’opter pour des modes de production plus durables, comme le bio, l’agroécologie ou la permaculture », avance Arnaud Gauffier, responsable de l’agriculture et de l’alimentation au WWF.

Signes encourageants

Le Global Footprint Network comme le WWF notent des signes encourageants. Ainsi, l’empreinte écologique par habitant des Etats-Unis a diminué de près de 20 % entre 2005 (son point le plus haut) et 2013 (les dernières données disponibles) grâce à la baisse des émissions de carbone, et ce malgré la reprise économique. De même, la Chine, qui affiche la plus grosse empreinte écologique nationale, développe massivement les énergies renouvelables, tandis que sa consommation intérieure de charbon est en baisse – malgré la construction de nouvelles centrales.

Dans l’Hexagone, l’expansion des surfaces en agriculture biologique (+ 17 % en 2016) et la hausse de la consommation de produits bio (+ 22 % pour les ménages, à domicile, en un an) « constituent des signaux positifs » pour Arnaud Gauffier, même si « ces efforts sont encore trop faibles ».

« On n’a pas de pays qui se présenterait comme un champion de la révolution des modes de production, juge Pierre Cannet. Le risque est que les pays en développement voient leur empreinte écologique augmenter rapidement et que cette hausse ne soit pas compensée par une baisse suffisante de la pression des pays développés. Il faut parvenir à un équilibre. » Pour espérer vivre de nouveau, un jour, dans les limites de notre planète.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/08/01/a-compter-du-2-aout-l-humanite-vit-a-credit_5167232_3244.html

chico.

avatar
Riz, blé… Le réchauffement climatique menace la valeur nutritive des récoltes
LES ECHOS Le 02/08 à 11:19 2 2 2 Partager par mail

Au niveau mondial, 76 % population satisfont besoins quotidiens protéines provenant plantes.
Au niveau mondial, 76 % de la population satisfont leurs besoins quotidiens en protéines provenant de plantes. - Shutterstock
Une étude avertit sur les risques de carences chez les populations qui en dépendent.

C'est l'une des nombreuses conséquences du réchauffement climatique : l'augmentation des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère pourrait d'ici 2050 réduire la valeur nutritive des récoltes clefs comme le riz et le blé.

Un vrai problème pour les populations des pays émergents, qui basent majoritairement leur alimentation sur ces céréales peu chères et largement disponibles.

Carences en protéines

La plupart des plantes réagissent aux variations du CO2, qui affecte non seulement leur croissance mais aussi leur transpiration, rappellent les scientifiques dont les travaux sont publiés dans la revue « Environmental Health Perspectives » et en partie financés par la fondation Bill & Melinda Gates .

L'étude suggère que les populations de 18 pays pourraient ainsi perdre plus de 5 % de leur apport en protéines d'ici le milieu du siècle en raison de la réduction de la valeur nutritive du riz, du blé et d'autres récoltes importantes, ont déterminé ces chercheurs de la faculté de santé publique de l'Université de Harvard.

Ils ont aussi estimé qu'environ 150 millions de personnes de plus pourraient courir le risque de carence en protéines en raison des concentrations élevées de CO2.

« Cette recherche met en lumière le besoin pour les pays les plus vulnérables de s'assurer que leur population puisse satisfaire ses besoins nutritifs et, ce qui est encore plus important, qu'ils agissent pour réduire leurs émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre résultant des activités humaines », souligne Samuel Myers, un scientifique du département de santé environnementale de la faculté de santé publique de Harvard, principal auteur de la publication.

Aggravation de la situation en Afrique sub-saharienne

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/010162937391-riz-ble-le-rechauffement-climatique-menace-la-valeur-nutritive-des-recoltes-2105792.php#Q5loUYhCJ7jRv8ll.99

papy

avatar
Nous avons dilapider notre patrimoine et maintenant la question se pose : combien de temps allons nous pouvoir survivre ?

Josué

avatar
Administrateur
Les 5 mauvaises nouvelles de l'été 2017 pour la planète
OLIVIER NOUAILLAS publié le 02/08/2017

1. « La 6e extinction de masse des espèces s'accélère nettement ».

Tel était le titre à la Une du Monde daté du 12 juillet. Dans une une étude publiée par la revue américaine Proceedings of National Academy of Sciences, trois chercheurs s'alarment d'un « anéantissement » biologique « aux conséquences catastrophiques ».
Les chiffres révélés sont éloquents : en 2016, par exemple, les guépards africains n'étaient plus que 7000 et les lions 35.000, soit une diminution de 43% par rapport à 1993. À Bornéo, la population d'orangs-outans a chuté de 25% en 10 ans : il n'en reste plus que 80.000. Celle des girafes est, elle, passée de 115.000 en 1985 à 97.000 aujourd'hui. Mais cette disparition ne touche pas que les animaux « emblématiques » ou « exotiques ». En Europe, 30% des espèces dites « communes » sont en voie de disparition, notamment les oiseaux. Ainsi, en France, le chardonneret a vu ses effectifs baisser de 40% en dix ans.
D'une façon générale, cette nouvelle étude confirme et amplifie d'autres chiffres déjà publiés par le WWF dans son dernier rapport « Planète Vivante » (en 2016) et dans ceux de la célèbre « liste rouge » de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN). Ainsi, 58% des vertébrés ont disparus en 40 ans ! Et les causes, multiples, sont pointés du doigt par les auteurs de cette étude : urbanisation, déforestation, agriculture intensive, extraction minière, braconnage, changement climatique, surpopulation, surconsommation… Rappelons juste que la cinquième extinction massive eut lieu il y a 65 millions d'années, avec la disparition de 65% des espèces, dont les célèbres dinosaures, et fut probablement liée à la collision d'une météorite avec la Terre. Cette fois, il semblerait que ce soient bien les êtres humains, et surtout leur mode de vie, qui soient responsables de cette menace de sixième extinction.
2. La dérive du plus grand iceberg du monde

Les photos publiés par les journaux le 13 juillet sont spectaculaires. On y voit une immense étendue blanche, celle de l'Antarctique, zébrée d'une immense fracture sur des dizaines de kilomètres. Les chercheurs de l'université de Swansea, au Royaume-Uni, nous apprennent qu'il s'agit d'un iceberg de mille milliard de tonnes (!), soit 5800 kilomètres carrés – ce qui représente 55 fois la surface de Paris, ou la taille d'un département français comme la Corrèze.
http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/les-5-mauvaises-nouvelles-de-l-ete-2017-pour-la-planete-02-08-2017-84046_8.php

Josué

avatar
Administrateur
VIDEO. Cette infographie montre l'inquiétante accélération du réchauffement climatique depuis 1900
La conclusion du climatologue finlandais à l'origine de cette vidéo est simple : il fait de plus en plus chaud partout dans le monde.
http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/video-cette-video-montre-l-inquietante-acceleration-du-rechauffement-climatique-depuis-1900_2314948.html

Josué

avatar
Administrateur
Sale temps pour la planète !
Indonésie, paradis en danger
Informations
Genre : Série documentaire - Nature Année : 2017
Résumé de Sale temps pour la planète ! : Indonésie, paradis en danger
Baigné par l'océan Indien à l'ouest, le Pacifique à l'est, et s'étendant de part et d'autre de l'équateur en Asie du Sud-Est, l'Indonésie est, avec ses quelque 14 000 îles, le plus grand archipel du monde. Situé à la convergence des plaques pacifique, eurasienne et australienne, ce pays aux 257 millions d'habitants doit régulièrement faire face à des phénomènes naturels extrêmes. En 2004, le tsunami qui dévaste la région n'épargne pas la province d'Aceh, au nord de l'île de Sumatra, et fait près de 170 000 morts. Une tragédie encore très présente dans la mémoire de la population, qui redoute la survenue d'autres catastrophes naturelles
http://programme.tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/programme/sale-temps-pour-la-planete-f154086269?utm_source=AM2&utm_medium=email&utm_campaign=TVMag

Josué

avatar
Administrateur
Vidéo sur les oiseaux qui disparaissent.
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/les-oiseaux-des-campagnes-disparaissent-a-une-vitesse-vertigineuse_1993768.html?utm_source=ocari&utm_medium=email&utm_campaign=20180321173101_12_nl_nl_lexpress_videos_5ab2888d4c964d4d5e8b4567&xtor=EPR-850-[20180321173101_12_nl_nl_lexpress_videos_5ab2888d4c964d4d5e8b4567_0027CG]-20180321-[_004VI9H]-[RB2D106H0014YABA]-20180321043200#EMID=109614767c7d4272963054217c72ff9415096149ba5cafcdfeef212668bd50e6

Diminution de la ressource alimentaire pour les oiseaux

Les chercheurs mettent principalement en cause "l'intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009". La période de ces dix dernières années correspond "entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d'avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants", décrit le communiqué.  
Dans Le Figaro, Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au CNRS, confirme que le principal facteur de cette disparition progressive est "la diminution de la ressource alimentaire pour les oiseaux, avec un effondrement du nombre d'insectes". Or, cette disparition est principalement due à l'intensification de l'agriculture qui entraîne une diminution des insectes". L'utilisation accrue des néonicotinoïdes est selon lui un "facteur plausible mais non démontré".  

Les agriculteurs "ont les clés pour infléchir la tendance"

Dans leur communiqué, le CNRS et le MNHN appellent donc à "travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques et d'abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd'hui les clés pour infléchir la tendance".  
Reste que la situation n'est pas propre à la France, et les exemples des autres pays n'incitent pas à l'optimisme. "On est dans la continuité d'une tendance lourde qui touche l'ensemble des pays de l'Union européenne", confirme Frédéric Jiguet, professeur de biologie de la conservation au Muséum et coordinateur du réseau d'observation STOC, dans Le Monde.  
Alors que selon lui, trois pays, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni, "ont mis en oeuvre des politiques nationales volontaristes pour inverser cette tendance lourde en aménageant à la marge le modèle agricole dominant", le chercheur note "qu'aucun de ces trois pays n'est parvenu à inverser la tendance". 

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
301 catastrophes naturelles qui se sont produites dans le monde l'an dernier ont coûté 337 milliards de dollars, dont 144 milliards aux assureurs, du jamais vu.

Ouragans, violents incendies, tremblement de terre: l'année 2017 restera immanquablement dans les annales des catastrophes naturelles. Certes leur nombre dans le monde a légèrement diminué par rapport à 2016 (301 contre 329 en 2016), mais elles ont étaient beaucoup plus intenses et dévastatrices. Résultat, le coût des catastrophes naturelles et des désastres causés par l'homme (tels que les incendies ou les accidents industriels) s'est élevé à 337 milliards de dollars (273 milliards d'euros), un niveau historiquement élevé, selon les statistiques du réassureur Swiss Ré, qui, comme il l'avait prévu, a revu à la hausse ses premières estimations. 
Les pertes prises en charge par les assureurs après les catastrophes ont, elles, atteint 144 milliards de dollars, ce qui en fait l'année la plus coûteuse pour les assureurs enregistrée jusqu'à aujourd'hui, a précisé Swiss Re qui réalise une évaluation chaque année depuis 50 ans. 

Plus de 11.000 personnes ont perdu la vie

Après un début d'année plutôt calme, trois ouragans, Harvey, Irma et Maria, ont en quelques semaines seulement ravagé les Caraïbes et le sud-est des États-Unis et engendré à eux seuls 217 milliards de dollars de pertes économiques, selon l'étude de Swiss Re, le numéro un mondial du secteur de la réassurance. La facture aurait pu être encore plus élevée si l'ouragan Irma n'avait pas dévié sa trajectoire au dernier moment, épargnant la cote de Floride, la plus densément peuplée. Pour les assureurs, la note est aussi très salée, puisqu'elle s'élève à 92 milliards de dollars, ce qui en fait la deuxième année la plus coûteuse depuis les ouragans Katrina, Rita et Wilma en 2005. 
L'année 2017 a aussi été marquée par le cyclone Debbie en Australie et les tremblements de terre au Mexique, ainsi que par de très violents et longs incendies en Californie mais aussi au Canada et au Portugal. Les pertes humaines ont aussi été très importantes. Plus de 11.000 personnes ont perdu la vie ou disparu lorsque les événements se sont déchaînés l'année dernière (dont 8000 en raison des catastrophes naturelles), et plusieurs millions de victimes se sont retrouvées sans abri. La facture colossale des catastrophes naturelles a lourdement pesé sur les résultats des réassureurs l'an dernier (Munich Ré, SCOR, Swiss Re, Lloyd's). 

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Qui croit encore ces charlots de métérologues ?
Ils nous prédisent l'apocalypse avec le réchauffement planétaire dans 100 ans et ils ne sont pas capables de nous pronostiquer la météo exacte du lendemain !

Les climatologues, eux, font des carotages dans l'antartique pour avoir la mémoire des climats depuis des millions d'années. Et tout est normal, nous sommes entrés dans une micro période glaciaire au XVII siècle, en Europe, et nous en sortons à peine.

La prétention de l'humain moderne à se mettre au centre du monde est incohérente.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Ce n'est pas encore une science exacte mais il faut reconnaître que les conditions climatiques ne s'améliore pas du tout.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Mikael a écrit:Ce n'est pas encore une science exacte
Ce n'est pas une science exacte !
Elle est une science humaine !

Mikael a écrit:il faut reconnaître que les conditions climatiques ne s'améliore pas du tout.
Au contraire, jamais la terre n'a été aussi froide, sauf dans les villes où elle augmente trop.

samuel

avatar
Administrateur
Tout va très bien dans le meilleure des monde.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je ne dis pas ça, je dis que la nature est plus forte que nous.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
C'est bien vrais c'est pourquoi il faut la respecter.

Josué

avatar
Administrateur
Climat: des négociations pour graver l'accord de Paris dans  le marbre.

 Par AFP , publié le 28/04/2018 à 07:54 , 


 
afp.com/LUDOVIC MARIN


Paris - Comment éviter un réchauffement hors de contrôle: environ 200 pays se retrouvent lundi à Bonn pour avancer vers la mise en oeuvre de l'accord de Paris, première étape d'une année "cruciale" dans la lutte contre le dérèglement climatique.


"2018 est une année clé pour faire avancer l'action climatique", le moment "le plus critique" depuis la COP21 qui a donné naissance à l'accord de Paris en 2015, commente David Waskow, expert au World Resources Institute.  
Cet accord vise à contenir le réchauffement mondial sous les 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle. Mais les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre pris jusqu'à présent par les Etats signataires conduiraient à un monde à +3°C. 


Dans les conditions actuelles, le monde atteindrait déjà +1,5°C d'ici les années 2040, selon un projet de rapport du groupe des experts climat de l'ONU (Giec), qui estime "extrêmement improbable" de ne pas dépasser 1,5°C sans transformations drastiques et immédiates. 
Alors que les trois dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées et que les émissions de CO2 sont reparties à la hausse en 2017, les appels à agir plus vite et plus radicalement se multiplient, à quelques mois de la 24e conférence climat de l'ONU (COP24) de décembre en Pologne, qui permettra d'évaluer la volonté politique des Etats à s'engager plus. 

"Un succès dépendra d'un accord ou non des Etats sur un mode d'emploi musclé de l'accord de Paris, et de leur volonté à rehausser leurs engagements nationaux d'ici 2020", insiste David Waskow. 
L'accord prévoit un premier bilan mondial en 2023, mais la communauté internationale a déjà lancé un dialogue pour encourager les Etats à présenter d'ici 2020 des engagements révisés. 
Ce processus baptisé "Talanoa" - mot utilisé dans les îles Fidji qui président actuellement la COP pour qualifier un dialogue permettant de construire la confiance "par l'empathie et la compréhension" - sera officiellement lancé pendant la réunion de Bonn qui commence lundi pour deux semaines. 
- Tensions Nord-Sud - 
Les contributions déposées en amont témoignent, selon l'ONU, d'un constat récurrent: "L'ampleur et le rythme de l'action climatique doivent être augmentés radicalement et immédiatement", parce qu'ils ne permettent même pas de respecter les engagements nationaux des Etats. 
Avec le retrait annoncé des Etats-Unis de l'accord de Paris, les regards seront tournés vers la Chine, principal émetteur de CO2, mais aussi vers l'ensemble des pays développés, en particulier l'UE que plusieurs capitales européennes viennent d'appeler à rehausser ses ambitions, voire à poser l'objectif de neutralité carbone pour 2050. 
"Il est frustrant d'entendre certains pays développés célébrer leur leadership sur le climat alors qu'ils ne sont pas la hauteur des engagements modestes annoncés au fil des années", a dénoncé le ministre de l'Environnement des Maldives Thoriq Ibrahim, qui préside le groupe des petites îles (Aosis). 
"Jusqu'à ce que les pays développés joignent le geste à la parole, notre survie sera menacée", a-t-il insisté. 
Les pays du Nord sont également régulièrement rappelés à leur promesse de porter à 100 milliards d'euros par an d'ici 2020 leur aide aux politiques climatiques de ceux du Sud. 
Ces tensions récurrentes entre pays riches et pauvres devraient également être un point de friction des négociations sur les règles d'application de l'accord de Paris, qui doivent être finalisées d'ici la fin de l'année pour permettre l'application du traité en 2020. 
Ces règles concernent notamment la "transparence", c'est-à-dire la façon dont les Etats rendent compte de leurs actions, de leurs financements, de leurs résultats. Et le degré de flexibilité qui sera accordé aux pays les plus pauvres focalise les discussions. 
Ce mode d'emploi "doit donner une crédibilité à l'accord", insiste Lucile Dufour, du Réseau Action Climat.  
D'autres événements diplomatiques importants jalonneront les mois conduisant à la COP24, du G7 en juin à la publication du rapport du Giec à l'automne, en passant par le "sommet" organisé par le gouverneur de Californie en septembre. 

prisca**

avatar
Les problèmes causés à la planète sont la conséquence directe de la course à l'argent pour avoir économiquement le pouvoir et donner aux citoyens l'addiction nécessaire pour qu'eux confondent nécessité et superflu.

Pourquoi les églises n'ont elles pas commencé par boycotter les supermarchés puisqu'elles savent que Dieu ne veut pas favoriser le pouvoir de l'argent sur la spiritualité ?

Pourquoi ne manifestent ils pas leur désapprobation ?

Ils vont même à créer des multinationales dans les monastères, vendre du vin partout dans le monde, de la confiture du miel du génépi de la Chartreuse etc....

Où est l'exemple ?

Se réveille t on lorsqu'on est prêtres maintenant que c'est trop tard ?

Et pourquoi vendre des bougies dans les églises avec un contenant en plastique qui est jeté à la poubelle sans être trié ?

Je le dis parce que l'église où j'habite ne recycle rien.

Et après la bouche en cœur on s'insurge avec des mots ? Et les actions ? Pourquoi ne pas dire à la messe : boycotter Auchan ? Achetez que des produits sans emballages ?

De qui se moque t on ?

Et puis faute à l'église si nous en sommes là, parce que l'homme est à mille lieux de se douter qu'il existe une "Terre Nouvelle" alors se disant que la seule existence qu'il connaitra c'est celle qui est sur terre, lui qui est athée, il s'en donne à cœur joie, et après lui le déluge, par la mort signe le néant pour lui alors à quoi bon ne pas polluer, ses enfants à lui y penseront bien.... l'égoisme est né à partir du moment où un homme se dit qu'il y a le néant à sa mort terrestre.

Faute aux prêtres qui, s'ils avaient annoncé l'Evangile avec "la sagesse du langage" mise de côté, c'est à dire sans faire des pages et des pages de philosophie qui n'ont ni queue ni tête, les gens auraient compris tout de suite ce qui les attend à leur mort, et ils auraient eu une attitude chrétienne et non pas paienne.

Je pense, pour ma part, que ces signes, sont des dommages collatéraux si je peux me permettre, parce que les signes les plus démonstratifs en matière de dévastation sont ceux qui sont relatifs à la foi.

Puisque la terre a pour office de donner à l'homme l'occasion de se parfaire, et si elle n'a plus ce rôle face à la montée de l'apologie des bienfaits de la vie économique au détriment de la prise de conscience individuelle et collective de l'importance de la spiritualité chrétienne, pour ma part, ce n'est pas l'homme qui s'auto détruira, mais bien Dieu qui mettra un terme à la terre.

[ltr]H[/ltr]

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Est-ce que Dieu réparera la terre bientôt ou laissera t’il detruit la planète par les humains?

Dieu avait demandé au premier couple humain de “ le cultiver et [de] s’en occuper ”. (Genèse 2:8, 9, 15.)

Pour ce faire, Jéhovah Dieu a pris une disposition magnifique : il a mis en place un gouvernement céleste pour diriger tous les humains, et il a établi son Fils, Jésus Christ ressuscité, Roi de ce Royaume. Ce gouvernement veillera à ce que le dessein de Dieu pour la terre s’accomplisse. — Matthieu 6:9, 10.

[Dieu va] causer la ruine de ceux qui ruinent la terre. ” — RÉVÉLATION 11:18.

Et il rétablira le paradis pour l’eternite ...

samuel

avatar
Administrateur
C'est dans ce but que nous prions :que ton royaume vienne.

Josué

avatar
Administrateur
Inde: le bilan des tempêtes s'établit autour de 150 morts

 Par AFP , publié le 04/05/2018 à 10:29 , mis à jour à 10:29


Des Indiens tronçonnent un arbre tombé en travers d'une route lors d'une tempête, le 3 mai 2018 à Agra
 
afp.com/CHANDAN KHANNA


Agra (Inde) - Une série de puissantes tempêtes a fait environ 150 morts en Inde cette semaine, ont rapporté vendredi les autorités dans un nouveau bilan, alors que plusieurs régions restent en état d'alerte.


Une tempête de sable d'une rare intensité a coûté la vie à 121 personnes dans le nord du pays, principalement en Uttar Pradesh et au Rajasthan. La foudre de violents orages dans le sud, en Andhra Pradesh et au Telangana, a elle fait 21 victimes au cours d'un épisode météorologique distinct. 
Dans le nord, des vents de tempête de sable soufflant jusqu'à 130 km/h ont déraciné des arbres, abattu des murs de maisons et renversé des pylônes électriques dans la nuit de mercredi à jeudi. 


Rien que pour le seul district d'Agra, où se situe le célèbre Taj Mahal de marbre blanc, au moins 43 personnes ont péri dans ces tempêtes de sable d'une violence rarement vue. 24 villeagois ont été tués pour la seule localité de Kheragarh, a rapporté la presse locale. 
Les habitants de la région restent sur leurs gardes alors que les prévisions météos annoncent d'éventuelles nouvelles tempêtes jusqu'à lundi. 

"Nous n'avons pas pu dormir, nous étions inquiets que la tempête frappe à nouveau. Nous avons pris des précautions et tout placé en sécurité mais rien ne peut résister à la furie de la nature", a confié à l'AFP vendredi matin Munna Lal Jha, un résident d'Agra. 
Cette tempête résulte de la conjonction d'une dépression, de températures inhabituellement hautes et d'humidité apportée par les vents. Ce type d'événement violent pourrait devenir de plus en plus fréquent avec le changement climatique, a rapporté la presse indienne. 
Tempêtes et orages font tous les ans des victimes en Inde mais ceux de cette semaine figurent parmi les plus meurtriers de ces dernières décennies. 
Les autorités ont ainsi recensé 79 décès dans le grand État pauvre d'Uttar Pradesh, et 39 dans la région touristique voisine du Rajasthan.  
La chute de poteaux électriques dans certaines zones a entraîné des coupures de courant, un retour à la normale pourrait nécessiter plusieurs jours. 

papy

avatar
Cette semaine c'est pas triste avec les volcans qui se réveillent à la Réunion et dans une île du Pacifique.

Josué

avatar
Administrateur
[size=45]VIDEO - À Hawaï, l’éruption du volcan Kilaue provoque un gaz toxique[/size]
https://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/VIDEO-A-Hawai-leruption-volcan-Kilaue-provoque-gaz-toxique-2018-05-22-1200940875?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=welcome_media&utm_content=2018-05-23

Josué

avatar
Administrateur
[size=33]Chine : le boom des voitures électriques augmente la pollution ?[/size]


  • Hugo LARA



Flickr – Bafac – Pollution sur la cité interdite de Beijing
Pour lutter contre la pollution extrême de l’air, la Chine incite à l’achat de véhicules électriques. Problème : avec une production largement issue du charbon, les centrales électriques tournent à plein régime et augmentent donc leurs rejets. D’après une étude récente, les comportements de recharge des électromobilistes chinois ne sont pas adaptés au mix énergétique encore trop carboné du pays.
La Chine fait-elle fausse route sur l’électrification de ses transports ? Si le pays diminue peu à peu la part des énergies fossiles et augmente celle des énergies renouvelables dans sa production électrique, 70% du courant est toujours issu des centrales à charbon. Une électricité « sale » qui alimente un parc de véhicules électriques engagé dans une croissance explosive.


Recharger rapidement en heure de pointe, le mauvais réflexe


Selon une étude conjointe d’universitaires chinois et américains publiée en avril 2018, les habitudes de recharge des utilisateurs de véhicules électriques chinois auraient pour conséquence d’augmenter les émissions polluantes. En effet, la plupart des automobilistes privilégieraient la recharge rapide pendant les heures de pointe pour faire le plein de leurs véhicules. Un comportement qui sollicite davantage les centrales à charbon au détriment des énergies renouvelables, lors des pics de consommation.

Flickr – Gustavo M – Centrale électrique au charbon en Chine
Pour diminuer la pollution indirecte des véhicules électriques, les chercheurs recommandent de les recharger lentement, en plusieurs heures, le soir ou en heures creuses en journée et sur les lieux de travail. Ainsi, les batteries peuvent faire le plein d’électrons plus largement issus, entre autres énergies renouvelables, des éoliennes. L’étude insiste également sur l’utilité des autobus électriques, bien moins polluants que les moyens de transports individuels.


Éduquer les électromobilistes à la recharge responsable


Avec un quota de production de 10% de véhicules hybrides ou électriques fixé pour 2019 et 20% pour 2025, la Chine va devoir éduquer les nouveaux conducteurs à la recharge responsable. Des mesures simples, comme la tarification incitative de l’électricité en fonction des heures et des pics de consommation et la facturation majorée sur les bornes de recharge rapide, peuvent changer rapidement les comportements.
L’augmentation du nombre de bornes de recharge lentes dans les lieux publics et parkings d’entreprises peut également inciter les automobilistes à ne pas faire escale sur les chargeurs rapides.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
La mienne ne pollue pas, elle utilise l’energie cinétique lors des descentes ou des freinages pour recharger la batterie, donc, l’énergie récupérée est gratuite au lieu d’etre gaspillée dans des plaquettes de frein Wink et sert dans les petites vitesses, surtout en ville

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
C'est quoi ta voiture ?

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Mikael a écrit:C'est quoi ta voiture ?
Toyota prius+ hybride

samuel

avatar
Administrateur
N'empêche que l'exemple de la Chine concernant les recharges des batteries et pas vraiment un bon point pour ce genre de voitures.

BenFis

avatar
Et l’énergie pour alimenter ces batteries provient d’où, si ce n’est de la combustion des énergies fossiles et du nucléaire ?

papy

avatar
Le monde se trouve devant une impasse, le charbon pollue le nucléaire est dangereux et les gens ralent quand il faut installer des éoliennes car ça défigure le paysage.
Mais ils veulent quand même avoir de l'électricité chez eux.

Josué

avatar
Administrateur

En Chine où la production d'électricité utilise bien souvent des procédés très polluants, les autos électriques polluent au moins autant que les thermiques.






Tout le monde le sait, une voiture électrique ne rejette aucune émission polluante mis à part les particules dégagées par son système de freinage et le frottement de ses pneu. Mais il n'existe cependant pas de miracle électrique, un véhicule de ce type émettant toujours du CO2 et de la pollution lors de sa fabrication et de la production de son électricité.

Plus l'électricité qu'elle consomme est issue de procédés polluants, et moins bon sera le bilan écologique global de l'utilisation de la voiture électrique. A ce sujet, les experts se divisent depuis quelques années, certains spécialistes (contestés par ailleurs) estimants qu'ils posent même plus de problèmes écologiques que les véhicules à moteur thermique.


PUBLICITEPEUGEOT 108 SURÉQUIPÉE
Les Jours Suréquipés PEUGEOT : 108 Style dès 79 €/mois

Le problème de la Chine


La Chine fait partie des pays qui misent le plus sur les automobiles électriques, jusqu'à influer sur le marché automobile mondial. Mais là-bas, la production d'électricité utilise toujours en grande partie des usines au charbon (72% de l'électricité totale en 2015) ce qui complique sensiblement le bilan écologique des autos électriques actuelles.

Ainsi d'après une étude de l'institut de recherche des transports à l'université du Michigan (Etats-Unis), tout véhicule thermique chinois consommant moins de 7 litre de carburant aux 100 kilomètres polluerait moins qu'une voiture électrique chinoise. Par ailleurs, des chercheurs de l'université d'Harvard et de Tsinghua en Chine estiment que la production des véhicules électrifiés en Chine produit 50% de gas à effet de serre en plus que celle des véhicules thermiques classiques.


Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
C'est un peu jouer avec les mots. Sur ma voiture hybride, je visualise en temps réel la forme d'énergie utilisée; essence, courant, et la charge de la batterie selon la configuration de la route. Quand je freine, ou que la voiture descend une côte, même très légèrement, on voit l'énergie récupérée de l'énergie cinétique; or, quand c'est le moteur thermique (essence) qui prend le relais, ma consommation est inférieure ou égale à environ 5l/100 km, mais je sens et je vois aussi l'apport du moteur électrique qui "aide" le thermique. Or, l'énergie électrique utilisée vient en grande partie de la récupération, et donc sans pollution de quelque sorte aucune.

BenFis

avatar
Rene philippe a écrit:C'est un peu jouer avec les mots. Sur ma voiture hybride, je visualise en temps réel la forme d'énergie utilisée; essence, courant, et la charge de la batterie selon la configuration de la route. Quand je freine, ou que la voiture descend une côte, même très légèrement, on voit l'énergie récupérée de l'énergie cinétique; or, quand c'est le moteur thermique (essence) qui prend le relais, ma consommation est inférieure ou égale à environ 5l/100 km, mais je sens et je vois aussi l'apport du moteur électrique qui "aide" le thermique. Or, l'énergie électrique utilisée vient en grande partie de la récupération, et donc sans pollution de quelque sorte aucune.

Puisque l'énergie électrique utilisée vient en grande partie de la récupération de l’énergie cinétique, d’où vient l’autre partie ? Et sais-tu quel est le ratio de chacune des parties ?

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Pas facile ta question. Quand on lance la voiture, soit elle démarre avec le moteur électrique, soit le moteur essence, soit les deux si on appuie fort (elle a de la reprise). Quand on freine, la voiture, au lieu de gaspiller l'énergie cinétique pour user les plaquettes de freins (elle en use quand même), elle transmet cette énergie au même moteur électrique comme un alternateur, qui recharge donc l'accu. La résistance du moteur électrique sert donc de frein et d'alternateur. Même chose quand on est en côte descendante, mon régulateur force la voiture à garder la vitesse programmée, et donc le moteur électrique récupère l'énergie. Quand au ratio, je ne sais pas, ce qui est sûr, c'est que c'est surtout en ville qu'on dépense le moins, le moteur thermique n'ayant pratiquement pas besoin de fonctionner.

BenFis

avatar
Effectivement, je découvre que ce dispositif de récupération l’énergie inertielle permet de faire des économies substantielles de carburant allant de 10 à 20% à puissance de motorisation égale; c’est bien plus que je ne l'imaginais.

Si les véhicules du monde entier en étaient équipés, cela permettrait d’économiser en moyenne, disons 15% de pétrole, et d'éviter d'envoyer dans l’atmosphère une bonne proportion de CO² inutile.

Malheureusement, ce n’est pas avec cette solution qu’on va sauver la planète, du fait notamment que le parc automobile augmente de 3,5% par an; ce qui fait que le bénéfice environnemental serait rattrapé par le nombre supplémentaire de véhicules en circulation... au bout de 5 ans seulement.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Entièrement d'accord avec toi Benfis.

Josué

avatar
Administrateur
papy a écrit:Le monde se trouve devant une impasse, le charbon pollue le nucléaire est dangereux et les gens ralent quand il faut installer des éoliennes car ça défigure le paysage.
Mais ils veulent quand même avoir de l'électricité chez eux.
La preuve.

Le département est l’un des derniers en France à ne compter aucune éolienne. Mais plusieurs projets sont à l’étude au grand dam d’élus locaux.

Les éoliennes de Bridoré pourraient bien être les premières dans le sud de la Touraine, qui compte moult châteaux et parcs. Si le département d’Indre-et-Loire est sans doute celui qui abrite le plus de monuments au mètre carré, c’est aussi l’un des derniers en France à ne compter aucune éolienne.
« On peut pourtant mêler l’ancien et le moderne, clame Christian Baritaud, maire de Bridoré, fervent défenseur des énergies renouvelables. A Paris, la tour Eiffel a bien été implantée en vue de monuments classés ! »
Un projet de 5 machines porté par la société Soleil du midi devrait voir le jour prochainement dans un bois de sa commune.
Non loin de là, à Brizay, le conseil municipal a validé un autre projet compris entre 4 et 8 éoliennes.

«On ne peut pas brader notre paysage pour des impôts»

Dans le département limitrophe de la Vienne, c’est le projet de Nueil-sous-Faye qui fait bondir Hervé Novelli, maire de Richelieu et ancien secrétaire d’Etat au Tourisme : « Conçue au XVIIe, ma ville compte 103 monuments classés intra-muros. Si les éoliennes se font, on les verra depuis le parc. Qui viendra encore le visiter ? Je ne souhaite pas un encerclement de ce patrimoine. »
L’élu, qui a porté l’affaire en justice, craint surtout un « appel d’air » pour d’autres, d’autant plus que les investisseurs promettent des retombées fiscales substantielles aux élus locaux.

chico.

avatar
[size=36]La France n'en a pas fini avec les orages "diluviens" [/size]

H.F. avec AFP

Depuis la mi-mai, la vague orageuse a concerné toutes les régions. Le feuilleton orageux devrait se poursuivre toute la semaine encore, week-end prochain inclus.
   ©️ LAURENT DARD, AFP Quartier inondé à Adé près de Tarbes, le 3 juin 2018
Atmosphère électrique, trombes d'eau et risque d'inondations-éclair : la France n'en a pas fini avec des orages qui s'accrochent et peuvent de nouveau s'annoncer "diluviens".

Rare zone jusqu'ici épargnée, le Finistère a été particulièrement touché dimanche, notamment Morlaix et des communes environnantes, où les dégâts se sont concentrés.

Depuis la mi-mai "la vague orageuse a concerné toutes les régions, un peu moins les plages bretonnes ou normandes, mais ce week-end elles se sont malheureusement bien rattrapées", note le prévisionniste Etienne Kapikian.

Dans la région de Morlaix, les pompiers ont reçu 250 appels entre 16h et 19h dimanche, surtout pour des caves et commerces inondés. 
   ©️ Fred TANNEAU, AFP Une rue inondée à Morlaix, le 4 juin 2018

450 interventions de pompiers



Lundi après-midi, un orage a touché le nord de Tarbes (Hautes-Pyrénées) durant 30 à 45 minutes provoquant des inondations de rues et de caves, a-t-on appris auprès des pompiers. Selon Météo65, il est tombé un peu plus de 30 mm d'eau en 30 minutes.

Un orage a aussi touché le secteur de Montréjeau (Haute-Garonne), à l'est de Tarbes, nécessitant une quinzaine d'interventions des pompiers pour des caves et des rues inondées.

Les orages ont été particulièrement nombreux sur le Haut-Rhin entre 19h et 20h. De la grêle a été observées sous certaines cellules orageuses, notamment à Spechbach-le-Bas (Haut-Rhin). De fortes intensités de pluie sont également relevées, de l'ordre de 20 à 40 mm par endroit en moins d'une heure. Plus de 450 interventions de pompiers ont été dénombrées.


182.000 impacts de foudre ce mois-ci



Ce mois de mai aura été "exceptionnellement foudroyé", avec 182.000 impacts relevés au sol, doublant quasiment le précédent record (datant de mai 2009), relève Météo-France.




"Et on ne voit pas d'accalmie particulière", poursuit Etienne Kapikian, qui décrit "une situation de blocage" avec de hautes pressions accrochées sur le nord de l'Europe et de basses pressions sur le sud, du côté de la péninsule ibérique.




La situation, qui dure depuis début mai et s'est encore renforcée en milieu de mois, s'est notamment nourrie de températures plus élevées, en particulier au nord.




"On a des anomalies chaudes un peu partout en Europe", explique l'expert de Météo-France. "L'Allemagne par exemple a eu un mois de mai exceptionnellement chaud. La France a bénéficié de flux (de chaleur) continentaux et de secteur sud, qui tournaient facilement à l'orage" car l'atmosphère était humide.







Des orages toute la semaine



Nationalement la température a ainsi été d'1,3°C au-dessus de la normale (par rapport à la période 1981-2010), bien que loin du record absolu (11e mois de mai le plus chaud depuis 1900).

Une anomalie encore plus marquée au nord de la Seine : +2°C par rapport à la normale. Ce mois a été le plus chaud depuis 1917 sur le nord-est. En revanche les régions proches de l'Espagne ont connu un mai proche des moyennes, "voire presque frais" sur les Pyrénées.

Côté pluviométrie aussi, le bilan est excédentaire par rapport à un mois de mai moyen, mais seulement de 11 % à l'échelle nationale, souligne Météo-France.

Le feuilleton orageux devrait se poursuivre toute la semaine encore, week-end prochain inclus.

Josué

avatar
Administrateur
[size=40]Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?[/size]
>[size=10][size=10]Société[/size]|Ronan Tésorière (@RonTesoriere)|07 juin 2018, 13h45|MAJ : 07 juin 2018, 14h35|2[/size]

Sargasses sur la plage de Sainte-Anne en Martinique (illustration). AFP






Depuis plusieurs mois, des amas d’algues brunes s’amoncellent sur les plages antillaises. Les élus demandent un classement en catastrophe naturelle.


[size=13]C’est une invasion. Une invasion d’algues qui empoisonne au sens propre comme au figuré la vie des Antilles françaises et plus particulièrement les archipels de la Guadeloupe et de la Martinique. Ces algues brunes toxiques, plus connues sous le nom de sargasses, débarquent par vagues successives sur les plages et bords de mer de la région depuis plusieurs semaines. Une situation catastrophique à tout point de vue pour l’économie du tourisme local mais aussi l’écologie.
[/size]

Les sargasses, qu’est-ce que c’est ?

[size=13]
La sargasse, Sargassum en latin, est un type d’algues brunes. Selon l’hydrographe et météorologiste du XIXe siècle Matthew Fontaine Maury, auteur de « la Géographie physique de la mer », le nom de sargasse vient du mot espagnol sargazo, qui signifie varech. Il décrit la sargasse comme un « varech-nageur » qui forme principalement le « banc immense » de la mer des Sargasses, dans l’Atlantique Nord. Ces algues seraient drainées par les courants circulaires de l’océan.
La mer des Sargasses aurait été observée en 1492 par les équipages de Christophe Colomb. Elle s’étend sur plus de trois millions de kilomètres carrés à l’est de la Floride et des îles des Bermudes.

Mais depuis 2011, les sargasses prolifèrent aussi dans les Caraïbes. Un phénomène qui inquiète scientifiques et élus locaux. Les algues sargasses dégagent du sulfure d’hydrogène en se décomposant. Ce gaz toxique peut provoquer des intoxications aiguës chez l’homme mais est aussi dangereux pour la faune et la flore locale.




/

[/size]

Pourquoi les sargasses inquiètent-elles les Antilles ?

[size=13]
Depuis le début de la semaine, les invasions d’algues portées par les courants venus du Sud-Est ont repris de plus belle en Guadeloupe. Plusieurs communes ont subi des échouages exceptionnels. En conséquence, de nombreuses communes ont interdit la baignade sur leurs plages dont certaines emblématiques comme les Salines, sur la commune du Gosier.





[/size]
[ltr]


[/ltr]



CargoParis16@CargoParis16



10:32 PM - Jun 5, 2018






  • See CargoParis16's other Tweets


[ltr]
Twitter Ads info and privacy[/ltr]



Selon Guadeloupe Première, à Sainte-Anne, le maire a fermé jusqu’à nouvel ordre une maternelle et une crèche. La décomposition de ces algues engendre un risque sanitaire pour les jeunes enfants, particulièrement vulnérables. Un collège et un lycée ont été fermés pendant quatre jours dans la commune de Petit-Bourg.
En Martinique, une majorité de la côte Atlantique reste sérieusement impactée, du Marigot à Sainte-Anne, de même que le littoral Sud, entre Sainte-Luce et Le Diamant, selon France Antilles. Des « radeaux » de sargasses étaient par ailleurs toujours visibles au large de la côte Caraïbes.





[ltr]


[/ltr]



Audrey PULVAR

✔️@AudreyPulvar





[ltr]Si vous vous interrogiez sur l’ampleur du phénomène #Sargasses en Martinique... (précisons qu’en plus de la largeur, il y a la profondeur du banc d’algues toxiques... le truc marronnasse là...)[/ltr]

Toujours selon les médias locaux, à la Deal (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement), la veille est quotidienne et quasi permanente grâce à « toutes les ressources technologiques existantes ». Son but : faire des prévisions pour déterminer quelles plages précises seront impactées et dresser des points de situation.
Selon Franck Robine, le préfet de Martinique, une centaine de personnes et 35 engins sont mobilisés pour le ramassage quotidien. « Cela a coûté 1,6 million d'euros en mars et avril », précise-t-il. Les communes martiniquaises touchées ont déjà estimé à plus de 1,5 million d’euros les dégâts et coûts divers. Pour le tourisme local, c’est un énorme manque à gagner à l’heure de la saison estivale.
Résultat : ce mercredi, les élus de la Martinique ont demandé un classement en catastrophe naturelle face à l’invasion continue des sargasses. Dans ce contexte tendu, la venue aux Antilles de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, les 10 et 11 juin prochains, est fortement attendue, avec l’espoir d’annonces pour un plan à long terme.





[ltr]
[/ltr]

Josué

avatar
Administrateur

Pourquoi des manifestants ont lancé des algues avant la visite de Nicolas Hulot aux Antilles

Les sargasses, qui envahissent les plages des îles, sont considérées comme un problème de santé publique par les élus et la population.



  • Par Jade Toussay





[size=15]SARGASSES - Samedi 9 juin, environ 70 personnes se sont réunies devant la préfecture de Fort-de-France en Martinique, où ils ont lancé des sacs de "sargasses" -des algues nauséabondes- pour dénoncer "l'immobilisme" de l'état face à ce qu'ils considèrent comme une catastrophe sanitaire. Une action qui est intervenue à la veille de l'arrivée des ministres de la Transition Ecologique et des Outre-mer pour se pencher sur ce problème.


Les manifestants se présentés devant l'hôtel de ville munis de sacs remplis de sargasses, qu'ils ont ensuite lancés par-dessus les grilles du bâtiment, comme le rapporte La 1ère. Ces algues dont l'origine reste encore incertaine et qui en se décomposant dégagent une odeur incommodante, ont envahi les plages de Martinique, de Guadeloupe, de Saint-Martin et même de Guyane ces derniers mois, provoquant la colère des populations qui critiquent l'inaction des pouvoirs publics.

[/size]


[ltr]
Voir l'image sur Twitter
[/ltr]




RCI Martinique@RCI_MQ




Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum