Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Gens du voyage , Manouches ou Gitans.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Il y a plusieurs sortes de "gens du voyage", très différents les uns des autres.

Josué

avatar
Administrateur
J'ai ouvert ce sujet car il concerne un membre qui s'appel Manouche et qui fait partie de cette communauté , elle pourra nous en dire plus si il (elle) le veut bien.
Ce documentaire passe le mercredi 8 Mars sur la chaîne C8 à 21 heures.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Très intéressant Josué. Je verrai si je peux regarder l'émission. J'ai eues plusieurs occasions de les côtoyer. Il y en a aussi dans notre ville de temps en temps.

samuel

avatar
Administrateur
Il y beaucoup de Manouches qui sont évangéliques.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:Il y beaucoup de Manouches qui sont évangéliques.
Je confirme, et beaucoup ont du mal à lire et écrire

samuel

avatar
Administrateur
Mais aussi de grand guitariste comme Djengo Reinart.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:Mais aussi de grand guitariste comme Djengo Reinart.
Un génie ce guitariste, toute ma jeunesse

papy

avatar
Une belle musique.

RT2,


Ils sont dans une culture voir un mode de vie différent (nomade). Mais tous les comportements de saccage commis par les uns et les autres, leur ont fait beaucoup de tort. On vit dans un monde qui se cherche des boucs émissaires.

papy

avatar
RT2, a écrit:Ils sont dans une culture voir un mode de vie différent (nomade). Mais tous les comportements de saccage commis par les uns et les autres, leur ont fait beaucoup de tort. On vit dans un monde qui se cherche des boucs émissaires.
Que veux tu le monde de violence ou nous vivons agis aussi sur le comportement!

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
J'ai visionné ce document et je n'ai pas aimé la façon des gens du voyages qui fore une entrée d'un stade pour pour pouvoir y stationné.
Par contre la suite sur les gitans sédentarisés et une honte pour les autorités qui les ont parqués dans un ghetto.

manouche


fier d'être un manouche & faut l'assumer d'avoir sa dans le sang merci & comprenne nous somme pas méchant on veut juste un bon terrain pour no caravane & no familles c'est tou........ il ne f@ut pas confondre voyageurs et roms -- parce que les roms -- il est vrai qu'ils n'utilisent pas de toilettes & qu'ils portent assez souvent les mêmes habits lollll le contraire de nous les voyageurs Manouche

manouche


La différence majeure est qu'une fois installé & dans la mesure du possible - les Roms ne sont pas nomades -- ils restent donc au meme endroit contraire de nous....

manouche


Rene philippe oui la plupart des anciens voyageurs ne savent pas lire & écrire mais la plupart de la nouvelle géneration si......... REGARDE rene meme vous les gadjo vous savez pas bien lire lolll
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/un-quart-des-enfants-en-6e-ne-savent-ni-lire-ni-ecrire_1781925.html

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
manouche a écrit:La différence majeure est qu'une fois installé & dans la mesure du possible - les Roms ne sont pas nomades -- ils restent donc au meme endroit contraire de nous....
En fait il y des gitans sédentaires et aussi des gens du voyages.

Josué

avatar
Administrateur
Prés de chez moi il y avait des gens du voyages sédentarisés et qui allaient a l'école.

Josué

avatar
Administrateur
*** g03 8/1 p. 18-19 Je n’ai plus de haine ***
Je n’ai plus de haine
PAR JOSÉ GOMEZ
JE SUIS né le 8 septembre 1964 à Rognac, une petite ville du sud de la France. Mes parents et grands-parents étaient des gitans d’Andalousie nés en Afrique du Nord (Algérie et Maroc). Comme c’est souvent le cas dans la culture gitane, nous avions une notion très, très large de la famille.
Mon père était violent, et d’aussi loin que je me souvienne je le revois frapper ma mère. Elle a fini par demander le divorce, ce qui est rare chez les gitans, et nous a emmenés, mon frère, ma sœur et moi, en Belgique, où nous avons connu pendant huit ans une vie sans histoire.
Et puis les choses ont changé. Comme nous voulions voir notre père, maman a décidé de rentrer en France et s’est remise en ménage avec mon père. Revivre avec papa n’a pas été facile pour moi. En Belgique, nous suivions maman partout. Mais dans la famille du côté de mon père, on estimait que les hommes devaient rester avec les hommes. Dans leur mentalité “ macho ”, les hommes avaient tous les droits, les femmes tous les devoirs. Par exemple, un jour que je voulais aider ma tante à faire la vaisselle, mon oncle m’a traité d’homosexuel. Dans sa famille, c’était un travail de femme. Petit à petit, cet état d’esprit a déteint sur moi.
Ma mère n’a pas tardé à subir de nouveau le tempérament violent de mon père. Plus d’une fois, quand nous tentions de nous interposer, mon frère et moi avons dû fuir par la fenêtre pour éviter les coups paternels. Ma sœur non plus n’était pas épargnée. Résultat : je passais le plus clair de mon temps dehors. À 15 ans, je n’avais pas de but dans la vie.
Je me suis fait une réputation de bagarreur. J’aimais être brutal. Parfois je provoquais exprès d’autres garçons, mais peu osaient m’affronter, surtout parce que j’étais souvent armé d’un couteau ou d’une grosse chaîne. Puis je me suis mis à voler des voitures, soit pour les vendre, soit, parfois, simplement pour y mettre le feu, histoire de voir les pompiers éteindre les flammes. Plus tard, je suis passé au cambriolage de magasins ou d’entrepôts. J’ai été arrêté à plusieurs reprises. Et chaque fois je priais Dieu de m’aider !
Eh oui, je croyais en Dieu. En Belgique, j’avais fréquenté une école privée. Je savais donc que ce que je faisais était mal. Mais ma croyance en Dieu n’avait pas d’influence sur ma conduite. Je pensais que je n’avais qu’à demander pour que mes péchés soient pardonnés.
En 1984, j’ai été condamné pour recel à 11 mois d’incarcération et envoyé aux Baumettes, la prison de Marseille. C’est pendant cette période que je me suis fait faire plusieurs tatouages, dont l’un proclamait “ haine et vengeance ”. La prison ne m’a pas réformé ; au contraire, je me suis endurci dans ma haine de l’autorité et de la société en général. Je n’ai purgé que trois mois de ma peine, mais à ma libération j’étais plus rempli de haine que jamais. C’est alors qu’un drame a fait basculer ma vie.
La vengeance devient mon but
Un jour, une dispute a éclaté entre ma famille et une autre famille gitane. Je me suis joint à mes oncles qui avaient décidé de se battre pour régler l’affaire. Tout le monde était armé. Dans la fusillade, mon oncle Pierre et un cousin de mon père sont morts. J’étais tellement hors de moi que je hurlais de rage dans la rue, le fusil à la main. Un autre oncle m’a arraché mon arme.
Mon oncle Pierre était comme mon père. Mon chagrin était atroce. J’ai pris le deuil selon la coutume gitane : je suis resté des jours et des jours sans me raser, sans manger de viande, sans regarder la télévision ni écouter la radio. Je me suis juré de venger la mort de mon oncle, mais ma famille m’a empêché de mettre la main sur une arme.
En août 1984, j’ai été appelé sous les drapeaux. À 20 ans, je devenais Casque bleu dans une unité basée au Liban. Tuer ou être tué : tels étaient les risques que j’acceptais. À l’époque, je fumais beaucoup de haschisch, ce qui me donnait une sensation de bien-être et l’impression d’être invincible.
Comme il était facile d’obtenir des armes au Liban, j’ai décidé d’en faire passer en France pour concrétiser mon projet de venger mon oncle. J’ai acheté deux pistolets et des munitions à des résidents du pays. J’ai caché les pistolets, en pièces détachées, dans deux radios que j’ai envoyées chez moi.
Deux semaines avant la fin de mon service militaire, je me suis absenté sans permission avec trois autres soldats. Dès notre retour, on nous a mis en cellule. Là, dans un accès de rage, je m’en suis pris à un garde. Pour moi, il était inconcevable de me faire rabaisser par un payo, un non-gitan. Le lendemain, j’ai eu encore un violent accrochage avec, cette fois, un gradé. J’ai donc été envoyé à Montluc, la prison de Lyon, jusqu’à la fin de mon service militaire.
http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/102003007

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je connais des familles des gens du voyage qui sont devenus témoins de Jéhovah.

Josué

avatar
Administrateur

*** g86 22/5 p. 15 Les Tziganes: sont-ils des incompris? ***
“LES gitans sont arrivés!” Une telle nouvelle est rarement bien accueillie dans un quartier ou un village. Pour de nombreuses personnes, les Tziganes, communément appelés gitans, sont des voleurs, des asociaux. On les accuse de dégrader affreusement certains lieux en installant des campements négligés et malpropres. Toutefois, ce sentiment de mépris est tout à fait réciproque. En effet, les Tziganes appellent les non-Tziganes gaji ou gorgios. Ces mots et leurs variantes signifient “péquenauds” ou “barbares”.
Mais qui sont au juste les Tziganes? Pourquoi ont-ils tant de mal à préserver des relations amicales avec la population sédentaire? Sont-ils vraiment des asociaux, ou simplement des incompris?

manouche


Les Tziganes sont un nom génerique pour @ppeler 3 nations -- les Roms les Manouches & les Gitans -- Les Gitans vivent princip@lement en Espagne & leur culture a marquer l'@ndalousie -- les Manouches viennent des pays de l'Est & les Roms ég@lement & ces derniers sont installés un peu partout en Europe

samuel

avatar
Administrateur
Et les gens du voyage tu les mets dans quelle catégorie ?

samuel

avatar
Administrateur
En Thaïlande il existe les gitans des mers , les Mokens.

samuel

avatar
Administrateur
Notre ami Manouche est en voyage car nous ne le voyons plus?

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:Notre ami Manouche est en voyage car nous ne le voyons plus?
Il est sûrement en voyage !
Comme le dit la chanson ( voyage , voyage )

Josué

avatar
Administrateur
Reda Kateb dans la peau de Django Reinhardt
Par Margaux Destray | Le 15 avril 2017
Depuis Un prophète, de Jacques Audiard, il imprime son charisme singulier aux films qu’il choisit d’abord par éthique. Aujourd'hui, il incarne Django Reinhardt, pape du jazz manouche.
En ce moment
Remportez votre linge de maison de luxe avec Yves Delorme
Remportez votre linge de maison de luxe avec Yves Delorme
La rencontre a lieu sur ses terres (Montreuil), où il vit désormais, au café La Station Services, dont le patron dresse les tables pour le déjeuner. Reda Kateb - taulard bluffant chez Audiard, terroriste terrorisé chez Kathryn Bigelow, praticien algérien chez Thomas Lilti - débarque à l’heure, avec sa douceur palpable et son chien, Paulo. Il n’a pas fixé le rendez-vous au hasard. C’est ici qu’il a organisé le pot de début de tournage de Django (en salles le 26 avril), d’Étienne Comar, après avoir travaillé comme un damné le swing du plus célèbre des guitaristes manouches. « J’avais besoin de donner un concert devant l’équipe pour éteindre mon trac, briser la glace, devenir Django », souligne ce bloc de sagesse tranquille attentif aux mots. Le film commence en 1943 : les nazis persécutent les Tsiganes, Django Reinhardt - demi-dieu insouciant - enflamme les salles, la propagande rêve de l’expédier jouer en Allemagne. Il s’achève en 1945 : entre-temps, Django aura acquis une conscience politique.
http://madame.lefigaro.fr/celebrites/reda-kateb-dans-la-peau-de-django-reinhardt-120417-130908

Josué

avatar
Administrateur

samuel

avatar
Administrateur
Je suis aller à l'école avec des gens du voyage sédentarisés et comme il habitaient à moins la d'un km de chez moi j'allais aussi jouer chez eux le Jeudi.
Ils se disaient gens du voyage et pas manouche.

Josué

avatar
Administrateur
Voilà le programme d'unes personne qui se présente aux législatives.
.
Il ne doit pas aimer les gens du voyage.

chico.

avatar
Il y des fois qu'ils exagèrent et que leurs comportements énervent les gens .

Josué

avatar
Administrateur

Un guitariste de rêve nommé Django Reinhardt

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/annemasse

samuel

avatar
Administrateur
A part les spécialistes du jazz qui connaît ce musicien ?

Josué

avatar
Administrateur
France: des tombes de gens du voyage profanées
AFP Publié le mercredi 27 septembre 2017 à 21h22 - Mis à jour le mercredi 27 septembre 2017 à 21h22

Neuf tombes, pour la plupart de membres de la communauté des gens du voyage, ont été profanées dans un cimetière près de Paris, ont indiqué les autorités.

"Un des cercueils a été ouvert et des traces de pesée ont été découvertes sur les tombes", a précisé à l'AFP une source policière.

L'incident s'est produit dans le cimetière de la commune de Bondy, dans la banlieue nord-est de Paris.

Une enquête, confiée au commissariat de Bondy, est en cours pour tenter d'identifier les auteurs qui pourraient avoir agi pour un "motif crapuleux", a ajouté cette source.

Mi-septembre, cinq jeunes hommes ont été condamnés à des peines de 8 à 18 mois de prison avec sursis pour avoir saccagé, alors qu'ils étaient encore adolescents, quelque 250 tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union (est de la France) en février 2015.

AFP

Josué

avatar
Administrateur
Sur Canal + Mardi  27 Février.

papy

avatar
Par contre hier sur la  chaine 23 il y a eu un documentaire sur les Roms qui venaient faire la manche en France et envoyaient l'argent récolté a leurs familles en Roumanie pour qu'ils puissent ce contruirent des maisons.
Ceux qui faisaient celà avaient un niveau de vie supérieurs que ceux qui restaient au pays.

samuel

avatar
Administrateur
Il y en a qui profite du système et en vivre mais bien.

manouche


Django etait un petit cousin @ ma grand mere il était manouche & fier puis @ propos des gens du voyages y'a de tout même des gadjos qui voyage lollll c'est tres varié les gens du voyages

Invité


Invité
Tout un bain de culture nouvelle pour moi. Merci de l'ouverture du sujet. zizik

Josué

avatar
Administrateur
Connect : Gérez vos services et abonnements

Chablais

Django Reinhardt, réfugié à Thonon à l'automne 1943
PUBLIÉ LE 05/09/2013 À 14H00
Le Messager, - Le roi du swing avait quitté la capitale à cause de la guerre. Il voulait essayer de passer en Suisse. Au cours de l'été 1943, en pleine occupation allemande, Django Reinhardt est au sommet de sa gloire.

Django Reinhardt, réfugié à Thonon à l'automne 1943
Le roi du swing avait quitté la capitale à cause de la guerre. Il voulait essayer de passer en Suisse.
Au cours de l'été 1943, en pleine occupation allemande, Django Reinhardt est au sommet de sa gloire.
Le guitariste réputé pour son jazz manouche se produit régulièrement dans les plus grands cabarets parisiens, autour de la place Pigalle. Même quelques officiers nazis assistent à ses représentations.
Se refusant à y croire dans un premier temps, le musicien sent finalement le vent tourner : les ennemis déportent des tziganes et veulent mobiliser les artistes pour du travail obligatoire en Allemagne. « C'est alors qu'il décide de se barrer, de quitter Pigalle pour Annecy puis Thonon, où des cousins, les Hoffman, campent sur la place de Crête », raconte Alexis Salatko, qui vient de consacrer un livre à l'artiste.
Arrivé au bord du Léman, le guitariste a fréquenté les lieux en vue à l'époque, comme le Savoy Bar où il s'est produit : « Il remplissait la salle. Il a créé quelque chose d'extraordinaire dans la ville, poursuit Alexis Salatko qui a pu rencontrer, entre autres, un témoin de l'époque, aujourd'hui décédé. Il a aussi donné un concert à Amphion en présence de nazis, et jouait au billard au café du Général, place du Château. » Ce passage à Thonon du roi du swing, de septembre à fin novembre 1943, n'avait rien d'une quelconque tournée. Django Reinhardt expliquait alors qu'il était venu ici composer une « messe pour ses frères romanichels » déportés : « Il a répété son oeuvre sur l'orgue de la basilique Saint-François et ne l'a jouée qu'une seule fois à Paris, en rentrant. La seule partition qui existait a été perdue », soupire l'écrivain, ému et passionné par cette histoire.
Mais la fugue de l'artiste dans le Chablais n'avait rien de musicale à la base : il voulait passer en Suisse. Deux essais et l'aide d'une femme tombée sous le charme, Maggie, ne furent pas suffisants pour parvenir au but et le malheureux a finalement dû rejoindre la capitale française avant de voir sa carrière décliner, puis de mourir à peine dix ans plus tard.

Un livre puis un film
tourné à Thonon
Auteur prolifique, c'est cette histoire que raconte Alexis Salatko dans son dernier livre, "Folles de Django". Thononais de coeur, l'écrivain a découvert Django Reinhardt à l'occasion d'un salon du livre à Evian : « Un monsieur d'un certain âge était venu faire dédicacer un livre. Il m'a parlé de la période de l'occupation allemande et m'a raconté comment il avait accueilli Django à Thonon. » Ce monsieur, qui se faisait appeler "Rossignol" à l'époque, a constitué le point de départ de cette biographie romancée réalisée au terme de deux ans et demi de recherches.
Passionné par cette histoire, Alexis Salatko ambitionne d'adapter son roman au cinéma. Il travaille actuellement sur le scénario et commence à s'entourer des services de producteurs et d'acteurs célèbres. Le tournage pourrait avoir lieu dans les deux ans, en partie à Thonon : « Je veux concentrer le scénario autour de cette fuite en Haute-Savoie et l'écriture de la messe pour les frères romanichels. Comme il n'en reste que quelques portées, je veux la faire réécrire par un grand compositeur. » Plus encore que de porter Django sur grand écran, Alexis Salatko espère surtout voir la ville de Thonon mettre « enfin » à l'honneur le célèbre jazzman. A chaque fois qu'il revient dans la cité thermale, l'écrivain s'étonne de n'y trouver ni statue ni place au nom du guitariste qui ne jouait qu'avec les trois doigts restants à sa main gauche.
EMMANUEL ROUXEL

Invité


Invité
T\'zen

Il est le roi, l'omniscient, le sage. Voici que le rossignol du paradis chante sur les branches de l'arbre d'éternité de saintes et douces mélodies, annonçant aux âmes sincères les joyeuses nouvelles de la proximité de Dieu.

Extrait d'une phrase tirée de l'une des tablettes d'Ahmad.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Le rapport avec les manouches où il est?

Invité


Invité
Mikael a écrit:Le rapport avec les manouches où il est?

Dans la signification que je donne au texte signé EMMANUEL ROUXEL que Josué nous a offert en guise de partage. Plein d'expressions dont le Rossignol rejoignent mon Antique préexistence.

samuel

avatar
Administrateur
Tu es un vrais troll.
Je vais faire un nettoyage en attendant je te met au vert pour 24 heures.
Le temps de prendre une décision te concernant.



chico.

avatar
Oiseau du paradis a écrit:Tout un bain de culture nouvelle pour moi. Merci de l'ouverture du sujet. zizik

Super. cheers

Josué

avatar
Administrateur
Gens du voyage: débats inachevés à l'Assemblée sur un texte LR
 Par AFP , publié le 06/04/2018 à 07:44 ,

Paris - L'Assemblée nationale n'est pas allée au bout de l'examen, dans la nuit de jeudi à vendredi, d'une proposition de loi LR qui visait initialement à durcir la lutte contre les installations illicites de gens du voyage.


Comme le prévoit le règlement de l'Assemblée, la séance a été levée à 1H00 du matin, au milieu de l'examen des articles de ce texte, qui figurait dans une "niche" réservée au principal groupe d'opposition. Cela rend son sort très incertain. 
La proposition de loi issue du Sénat, où elle avait été adoptée en première lecture en octobre, prévoyait notamment d'augmenter la taxe sur les caravanes, de doubler les peines en cas d'occupation illicite d'un terrain et d'exonérer des petites communes de leur obligation de participer à la politique d'accueil des gens du voyage.  


Ces dispositions avaient été supprimées par la majorité, dès le stade de l'examen en commission à l'Assemblée. 
"Il y a urgence, la situation se dégrade sur le terrain" du fait de campements illégaux et "nous voulons des actes", sans attendre "un drame", avait lancé la rapporteure LR Virginie Duby-Muller (Haute-Savoie) à l'ouverture des débats dans l'hémicycle, en déplorant la suppression des articles clés, ou le fait que d'autres aient été "vidés de leur substance". 

La secrétaire d'Etat Geneviève Darrieussecq a reconnu une "multiplication des stationnements illicites", nourrissant "un climat délétère", mais étant le fait de "groupes isolés". "Le gouvernement est déterminé à pouvoir effectivement lutter contre les campements illicites", en utilisant "au maximum" les outils juridiques existants, a-t-elle ajouté. 
Quelque 30% des collectivités ne satisfont pas à leurs obligations en matière d'accueil, a aussi souligné la secrétaire d'Etat.  
"Nous souhaitons un plus grand soutien aux communes", lui a rétorqué Mme Duby-Muller, première vice-présidente du groupe LR à l'Assemblée, pointant "les multiples attaques contre les territoires" en cours. 
La députée a également critiqué un "procès d'intention" de la majorité alors que le texte ne visait pas à "stigmatiser les gens du voyage". 
Au cours d'échanges qui ont duré près de cinq heures, des députés FN et UAI sont allés dans le sens des Républicains, tandis que la gauche était plutôt sur la même ligne que LREM et MoDem, dont plusieurs élus, y compris d'anciens maires, ont pointé de la "démagogie" à droite.  
La ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault a aussi critiqué dans la soirée "ceux qui politisent tout sans arrêt".  

Josué

avatar
Administrateur

Josué

avatar
Administrateur
19.06.2018

[size=32]Regards sur les mondes tsiganes

Marie Chabbert - publié le 26/02/2018
Comment la photographie a-t-elle contribué au regard porté sur les populations tsiganes du XIXe siècle à nos jours ? Quel rôle a-t-elle encore à jouer ? C'est à ces questions que tente de répondre le Musée national de l'histoire de l'immigration à travers plus de 800 photographies de ceux que l'on nomme aussi bien «gens du voyage», «bohémiens», «Roms», «manouches» que «Gitans».

[/size]

Dans ces termes équivoques, comme dans les photographies exposées, la fascination pour l'exotisme d'un peuple sans frontières se mêle à la crainte d'une communauté sans attaches. Chaque photographie devient alors une clé pour comprendre de quelle manière se sont créés les stéréotypes associés à une population dont l'identité est pourtant complexe, et donne un nouvel éclairage à son histoire mouvementée.
Sortir du folklore
La fabrique photographique de l'altérité tsigane apparaît clairement, à en juger par l'intérêt de la presse du début du XXe siècle pour la spiritualité des « gens du voyage ». Comme souligne le co-commissaire de l'exposition Ilsen About, bien qu'étant généralement ancrés dans la tradition catholique ou musulmane, « les moments de dévotion collective des Tsiganes sont systématiquement reliés aux pratiques profanes de divination désignées comme spectaculaires et archaïques ». En seulement quelques photographies se construit une véritable stratégie d'exclusion par l'image, qui assigne les Tsiganes aux marges des croyances et de la société. Au fil de l'exposition, cependant, le regard porté change et raconte une autre histoire. Celle notamment de la famille Gorgan, photographiée avec une grande sensibilité par Mathieu Pernot entre 1995 et 2015. En nous donnant à voir l'intimité familiale de ce clan gitan d'Arles sans céder à l'exotisme, le photographe redonne une individualité à tous ceux que l'on tend à réduire à « la question rom », et qui suscitent encore tant de fascination ou de rejets racistes. 
Pratique 
"Mondes tsiganes. Une histoire photographique"
Du 13 mars au 26 août 
Musée national de l'histoire de l'immigration 
Palais de la Porte Dorée 
293, avenue Daumesnil 
75012 Paris 
Du mardi au vendredi de 10 h à 17 h 30. 
Samedi et dimanche jusqu'à 19 h. 
www.histoire-immigration.fr

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:


La photo me paraît bizarre, pour la France en tout cas Suspect

papy

avatar
La revue et bien française en tout qu'a.

samuel

avatar
Administrateur
Rene philippe a écrit:
Josué a écrit:


La photo me paraît bizarre, pour la France en tout cas Suspect
C'est l'ancien policier qui parle!

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum