Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les témoins de Jéhovah bannis de Russie.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 6 sur 7]

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Rappel du premier message :

Les TJ & la Watchtower bannis de la Russie fin 2016


La situation est claire
Le "tsar" Poutine, chrétien orthodoxe pratiquant, en a fini avec les "intrusions" de la Watchtower américaine en bannissant définitivement cette organisation et ses membres.


Interdiction des Témoins de Jéhovah en Russie
Le bras de fer entre la Watchtower de s'imposer au nom de Dieu en Russie, a rencontré la colère de l'Église Orthodoxe russe qui a mis fin à l'existence légale de la Watchtower russe.


Désormais, tout témoin de Jéhovah surpris en Russie ira finir sa vie en prison, ou pire.


Josué

avatar
Administrateur
arrêt de la Cour d'affaiblir les Témoins de Jéhovah l'influence en Russie, religieux dit

Société et culture 03 mai, 03h35 UTC + 3
Metropolitan Hilarion a souligné sa conviction que les Témoins de Jéhovah étaient une secte totalitaire lourdement les Évangiles mal interpréter et, en plus de cela, la destruction des familles.
MOSCOU, 2 mai / TASS /. Eglise orthodoxe russe se félicite de la décision de la Cour suprême d'interdire les activités des Témoins de Jéhovah en Russie, car il détruit la famille traditionnelle, le métropolite Hilarion, le chef du département du Patriarcat de Moscou pour l'église des relations extérieures a déclaré TASS.
LIRE AUSSI

Tout ce que vous devez savoir sur les Témoins de Jéhovah
Comme il a parlé de « l'Église et dans le monde » émission a été diffusée par la chaîne de nouvelles Rossiya24, il dit que l'impact des Témoins de Jéhovah sera affaibli maintenant, mais encore il ne serait guère possible d'éliminer complètement.
« Il ne faut guère avoir de doute les adeptes de la secte resteront ici et continueront leur activité, » Monseigneur Hilarion dit. « Mais en tout cas ils cesseront de s'assimilant avec des dénominations chrétiennes ouvertement. Pour paraphraser, ce produit ne sera pas représenté plus sur le marché des dénominations existantes du christianisme. »
« Cela permettra d'économiser les familles et la vie des gens et je pense que (tribunal) décision de ce genre n'est le bienvenu », at-il dit.
Metropolitan Hilarion a souligné sa conviction que les Témoins de Jéhovah étaient une secte totalitaire lourdement les Evangiles mal interprété et, en plus de cela, la destruction des familles.
« Le vrai danger est pas dans leurs distorsions de la foi », at-il dit. « Le danger est dans leur être une secte totalitaire qui se concentre toute son activité sur la manipulation de la conscience humaine. Ils détruisent la psyché humaine, ils détruisent les familles. »
La doctrine religieuse des Témoins de Jéhovah interdit les transfusions sanguines. Aussi les membres d'une même famille ne peuvent pas prendre place à la même table avec un parent si, pour une raison quelconque, il avait décidé de quitter l'organisation.
LIRE AUSSI
OSCE préoccupé par la déclaration des témoins de l'organisation extrémiste de Jéhovah de la Russie

tribunal de Moscou refuse l'offre des Témoins de Jéhovah pour combattre l'interdiction du ministère de la Justice

Expert met en garde contre l'interdiction russe sur les Témoins de Jéhovah peuvent déclencher le jeu dans l'UE

UE se précipite pour défendre les Témoins de Jéhovah interdits par la Cour suprême de Russie

La Cour suprême russe interdit les Témoins de Jéhovah comme organisation extrémiste

les anciens membres des Témoins de Jéhovah disent tribunal, ils ont été soumis à « contrôle total »

tribunal russe refuse de candidature pour « Témoins de Jéhovah statut victime de la répression »

Les Témoins de Jéhovah en Russie a suspendu sur l'extrémisme

Metropolitan Hilarion a dit qu'il pensait que la décision doit être saluée, il dit que l'Eglise n'a pas pris part en aucune façon dans sa formulation. « Personne ne se tourna vers nous pour des consultations », at-il dit.
« D'une manière générale, l'Eglise appelle jamais pour soumettre des hérétiques ou des sectes ou d'autres adeptes dissidents à la persécution criminelle », at-il dit. « Lorsque l'Etat prend de telles décisions, il est la décision de la justice sur la base de constater que la secte est impliquée dans des activités extrémistes. »
« Le cas dans la main dans cette situation est empiètement pas sur des fondations de l'une ou l'autre religion d'aucune façon, mais plutôt sur la législation autorisation d'atteintes », a déclaré Metropolitan Ilarion.

More:
http://tass.com/society/9443

Josué

avatar
Administrateur
La chancelière allemande presse Poutine pour défendre les Tchèques Tchétchènes et les Témoins de Jéhovah

2 mai 2017 - 17:54 - Mise à jour: 17:54
La chancelière Angela Merkel a tenu une conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine aujourd'hui à Sotchi, où le leader allemand a demandé à Poutine d'utiliser son influence pour protéger les droits des homosexuels en Tchétchénie, où des journalistes indépendants disent que les forces de sécurité locales ont détenu et torturé plus de 100 hommes homosexuels . Merkel a également exprimé ses inquiétudes au sujet des Témoins de Jéhovah en Russie et de la récente décision de la Cour suprême de la Russie de proscrire le groupe religieux.

Poutine n'a pas répondu aux commentaires de Merkel concernant les homosexuels ou les Témoins de Jéhovah. Le Kremlin a été soutenu par des fonctionnaires de l'État tchétchène, qui nient l'existence même des homosexuels en Tchétchénie.
https://themoscowtimes.com/news/german-chancellor-pressures-putin-to-defend-chechen-gays-and-jehovahs-witnesses-57884

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
La main de l'église orthodoxe derrière tout ça est des plus manifeste.

Josué

avatar
Administrateur
MYTHES ET FAITS. QUELLE EST LA SITUATION POUR LES TÉMOINS DE JEHOVAH EN RUSSIE MAINTENANT?
Par Anton Chivchalov
Portal-Credo.Ru, 9 mai 2017

Mythe: la Cour suprême de la RF a interdit les Témoins de Jéhovah.

Faits: Les Témoins de Jéhovah sont des citoyens de Russie, auxquels il est impossible d'interdire conformément à la législation en vigueur. La Cour suprême a interdit (plus précisément, liquidé) et non les citoyens, mais 396 entités juridiques [personnes morales] que ces citoyens utilisent. Le tribunal déclare: «Pour liquider l'organisation religieuse centralisée des Témoins de Jéhovah en Russie et aussi les 395 organisations religieuses locales».

Mythe: les Témoins de Jéhovah ont été interdits parce qu'ils rompent des familles, volent des appartements, se jettent dans l'esprit des gens, ne célèbrent pas les vacances, ne servent pas dans l'armée, ne participent pas aux élections, n'acceptent pas les transfusions sanguines et sont financés par les États-Unis

Fait: la seule base de la décision de la Cour suprême est la distribution de la littérature extrémiste. La seule raison pour que cette littérature soit extrémiste est la «propagande de la nature exceptionnelle de leur religion».

Mythe: la Cour suprême a interdit la religion des Témoins de Jéhovah.

Fait: Rien n'est dit dans la décision de la cour sur les doctrines, les opinions ou les convictions des Témoins de Jéhovah ou d'autres citoyens. Même le demandeur (le ministère russe de la Justice) n'a exigé aucune sanction fondée sur l'identité des confessions religieuses. De telles sanctions violeraient la constitution de la RF, ce qui interdit la discrimination religieuse (article 19).

Mythe: l'activité des Témoins de Jéhovah est interdite en Russie.

Faits: le tribunal n'a pas soumis l'activité religieuse des Témoins de Jéhovah à l'évaluation, et beaucoup moins à l'interdiction. Cette activité est garantie par l'article 28 de la constitution de RF, et l'interdiction est hors de la compétence de la Cour suprême.

Mythe: la Cour suprême a déclaré que les Témoins de Jéhovah étaient des extrémistes.

Fait: en Russie, la foi des Témoins de Jéhovah, par divers points, est professée de 160 à 400 000 personnes. Aucun tribunal n'a la compétence de déclarer tous les extrémistes à la fois. Pour cela, des procédures judiciaires individuelles sont nécessaires pour chaque citoyen particulier.

Mythe: il est impossible d'être un témoin de Jéhovah en Russie.

Faits: La Cour suprême n'a pas établi les religions que les citoyens russes peuvent professer et qu'ils ne peuvent pas. Le tribunal n'a pas non plus annulé l'action de la constitution de la RF, dont le 28e article garantit à tous les citoyens, y compris les Témoins de Jéhovah, le droit d'avoir, de professer et de répandre toute religion.

Mythe: Maintenant, les Témoins de Jéhovah seront en position illégale.

Faits: Selon la législation russe, une association religieuse peut être enregistrée (auquel cas elle s'appelle une organisation religieuse) et non enregistrée (auquel cas elle s'appelle un groupe religieux). La cour a liquidé l'organisation enregistrée des Témoins de Jéhovah, mais ils ont le droit d'agir sans enregistrement, ce qu'ils ont fait plus tôt; Maintenant, ils le feront plus souvent. Cela respecte pleinement la loi.

Mythe: en parlant des Témoins de Jéhovah, les médias doivent mentionner qu'ils sont interdits en Russie.

Faits: les Témoins de Jéhovah ne sont pas une organisation, mais sont des citoyens. Les citoyens n'ont pas été interdits, mais l'organisation sous le nom «Centre administratif des témoins de Jéhovah en Russie» a été. Par conséquent, il est nécessaire de parler de l'interdiction seulement en mentionnant cette organisation, et non pas les Témoins de Jéhovah en général. (Tr. Par PDS, publié le 9 mai 2017)

Russie Religion News Current News Items

Indication de responsabilité éditoriale: RRN n'a pas l'intention de certifier l'exactitude des informations présentées dans les articles. RRN a simplement l'intention de certifier l'exactitude de la traduction en anglais du contenu des articles tels qu'ils apparaissaient dans les médias d'information de pays de l'ex-URSS.

Si le matériel est cité, veuillez créditer la publication à partir de laquelle il est venu. Il n'est pas nécessaire de créditer cette page Web. Si le matériel est transmis par voie électronique, veuillez inclure une référence à l'URL, http://www.stetson.edu/~psteeves/relnews/.

Josué

avatar
Administrateur
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU

contact@coordiap.com

La persécution des Témoins de Jéhovah en Russie : des députés du parti démocrate posent des questions au Parlement italien

Source : Raffaella Di Marzio

mai 2017
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU


De nombreuses ONG ont dénoncé au niveau international les graves persécutions de la Congrégation des Témoins de Jéhovah qui ont lieu en Russie.

Ce sujet a également été soulevé en Italie lors de deux importantes conférences qui se sont tenues à la Chambre des Députés, organisées respectivement par l’AIDLR (International Association for the Defence of Religious Liberty) le 26 octobre 2016 et par le CESNUR (Center for Studies on New Religions) le 22 mars 2017.

La situation actuelle de cette organisation religieuse en Russie est lourdement affectée par l’adoption et l’entrée en vigueur de la controversée « Loi Yarovaya », qui frappe sans discrimination toutes les églises sauf l’Église orthodoxe russe. Un concert international de voix s’est fait entendre au cours des derniers mois pour défendre la Congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah.

Cinq membres du Parlement italien ont décidé de joindre leurs voix à ce concert qui dénonce les graves violations de la liberté religieuse des Témoins de Jéhovah en Russie, posant des questions au Parlement italien (Législature 17, Question n. 2/01744 – publiée le 3 avril 2017, séance N. 772)

Les députés Rostellato, Lacquaniti, Paola Boldrini, Oliviero and Tieri ont rappelé que :

« La Constitution de la Fédération de Russie -Art. 28- garantit la liberté de religion, y compris le droit de professer sa foi individuellement, collectivement, ou de n’en professer aucune, de choisir librement, d’avoir et de disséminer des croyances religieuses. La Constitution - Art. 30 – prévoit que chacun a le droit de s’associer librement. »

De plus, les Témoins de Jéhovah sont reconnus légalement dans plus de 220 pays du monde ; leurs activités religieuses sont pacifiques et respectueuses de la liberté des autres et des lois, comme l’a établi la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans plus de 47 jugements.

Par conséquent, à la lumière de ce qui précède, les Députés demandent : « Si le Gouvernement italien est conscient des faits présentés dans l’introduction et s’il a l’intention de prendre des initiatives diplomatiques pour sensibiliser le Gouvernement russe au respect des professions de foi sur le territoire russe ».

Source : Source : Raffaella Di Marzio http://cs.dimarzio.it/index.php/en/

Josué

avatar
Administrateur
14.05.2017
Dr. Hubert Seiwert

‘All accusations against Jehovahˊs Witnesses presented at the many court hearings were unfounded.’

Professor at the Institute of Religious Studies at the University of Leipzig
https://www.jw.org/en/news/legal/by-region/russia/dr-hubert-seiwert-interview/

Josué

avatar
Administrateur
Il n’était plus une fois… les Témoins de Jéhovah en Russie
« Ce qui dérange les autorités russes, chez les Témoins de Jéhovah, est leur propagande de l’exceptionnalisme et de la suprématie. »
Le Courrier de Russie : Depuis quand les Témoins de Jéhovah existent-ils en Russie ?

Alexandre Neveev : Les Témoins de Jéhovah sont actifs aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, mais il a fallu attendre le début des années 1990 pour pouvoir parler d’une existence officielle de ce mouvement religieux en Russie. Suite à la chute de l’Union soviétique, où la religion était bridée, beaucoup de cultes, tels l’Association internationale pour la conscience de Krishna ou l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, ont connu un véritable essor en Russie.

LCDR : Les Témoins de Jéhovah de Russie sont-ils différents de leurs analogues étrangers ?

A.N. : Pas à ma connaissance, puisque les dogmes sont les mêmes et doivent être strictement respectés, peu importe l’endroit où le culte est pratiqué. Selon les croyances du mouvement, Dieu s’appelle Jéhovah et Jésus-Christ n’est qu’un ange, seuls les témoins de Jéhovah seront sauvés lors de la fin du monde, les fidèles ne doivent en aucun cas donner leur sang à autrui ou accepter le sang d’un autre, et chaque témoin a pour mission de répandre la foi de Jéhovah auprès d’un maximum de monde.

LCDR : Pourquoi la Cour suprême russe a-t-elle décidé d’interdire le mouvement dans tout le pays ?

A.N. : Dans un pays multiculturel comme la Russie, la paix entre les différents groupes religieux demeure une préoccupation nationale majeure. Ce qui dérange les autorités russes, chez les Témoins de Jéhovah, est leur propagande de l’exceptionnalisme et de la suprématie. Dans les près de cent supports de propagande saisis par la justice, les Témoins de Jéhovah prétendent être une exception, une religion supérieure aux autres, dont seuls ses adeptes seront sauvés au jour du jugement dernier. Du point de vue de la Cour suprême, cela constitue un élément « pouvant attiser la haine » et le mouvement est donc considéré comme un culte destructeur, à bannir. Cette interdiction s’inscrit en outre dans une campagne gouvernementale plus vaste de lutte contre les dérives sectaires, lancée il y a quelques années. À mon avis, nous sommes face au début d’une guerre contre l’extrémisme religieux.

LCDR : Comment la société russe perçoit-elle les Témoins de Jéhovah ?

A.N. : Les Russes, d’une manière générale, voient d’un mauvais œil les cultes religieux venus de l’étranger. Les Témoins de Jéhovah sont assez connus du grand public, mais peu appréciés. À cause de leur prosélytisme du porte-à-porte et des drames causés par leur interdiction sur la transfusion sanguine dans le passé, beaucoup de Russes considèrent ce mouvement comme une secte.

LCDR : Quels sont les autres mouvements religieux largement considérés comme des sectes en Russie ?

A.N. : La liste est longue. Les plus connus sont le mormonisme, l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, l’Association internationale pour la conscience de Krishna, les mouvements charismatiques, l’Église du Dernier testament et la Scientologie.

LCDR : Quelle est l’attitude des autorités russes vis-à-vis de la Scientologie, d’ailleurs ?

A.N. : Juridiquement parlant, la Scientologie n’existe plus comme mouvement religieux en Russie. En novembre 2015, le tribunal municipal de Moscou a ordonné la fermeture de l’Église de scientologie de Moscou suite à un scandale d’espionnage [des dispositifs d’écoute et de filature avaient été découverts dans leurs locaux, ndlr]. Depuis, leurs organisations ne peuvent plus être que de nature commerciale et sont obligées de payer des impôts à l’État russe, comme toute autre entité commerciale.

Les Témoins de Jéhovah en Russie en sept dates
27 mars 1991 : le mouvement des Témoins de Jéhovah est officiellement enregistré à Moscou.

20 juin 1996 : première procédure judiciaire lancée contre le mouvement des Témoins de Jéhovah par le Comité pour la protection de la jeunesse contre les fausses religions, qui les accuse d’être une « secte ».

23 février 2001 : le tribunal municipal de Moscou accorde aux Témoins de Jéhovah le droit de poursuivre leurs activités à Moscou.

17 décembre 2004 : un tribunal de district moscovite dissout une congrégation de Témoins de Jéhovah en raison de plusieurs de leurs enseignements et pratiques, jugés « extrémistes ».

27 juillet 2015 : la Russie bloque le site internet officiel des Témoins de Jéhovah.

9 juin 2016 : les activités de la société Watchtower, éditeur des publications des Témoins de Jéhovah, sont interdites en Russie.

20 avril 2017 : la Cour suprême russe interdit le mouvement religieux des Témoins de Jéhovah dans tout le pays.

Les Témoins de Jéhovah revendiquent 175 000 fidèles pratiquants en Russie.
La situation religieuse en Russie

Selon les résultats d’un sondage mené en 2013 par le centre Levada, 76 % de la population russe adhèrent à une religion, 19 % des personnes interrogées se déclarant « sans religion ». 68 % des Russes sont chrétiens orthodoxes, 7 % sont musulmans, 1 % de la population est de confession catholique et 1 % de confession protestante. (Source : centre Levada)

La constitution du 12 décembre 1993 stipule que la Russie est un pays laïc, et que l’État garantit la liberté religieuse de chacun. Tout citoyen est libre de pratiquer la religion de son choix, à condition que cela ne contrevienne pas à l’ordre public. En vertu de la loi de 2002 « sur la lutte contre l’extrémisme », tout discours public ou texte affirmant la supériorité, l’infériorité ou l’exclusivité d’un ou plusieurs citoyens au nom de préceptes religieux est passible de poursuites pénales. En 2006, la Douma d’État a élargi cette loi sur l’extrémisme, qui définit désormais l’activité extrémiste comme une « incitation à la haine raciale, nationaliste ou religieuse et à l’hostilité sociale ».

Selon la loi de 2007 « sur la liberté de conscience et des associations religieuses », l’État russe reconnaît le christianisme orthodoxe, l’islam, le bouddhisme et le judaïsme comme « religions traditionnelles » de la Russie.
Le Courrier de Russie : Depuis quand les Témoins de Jéhovah existent-ils en Russie ?

Alexandre Neveev : Les Témoins de Jéhovah sont actifs aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, mais il a fallu attendre le début des années 1990 pour pouvoir parler d’une existence officielle de ce mouvement religieux en Russie. Suite à la chute de l’Union soviétique, où la religion était bridée, beaucoup de cultes, tels l’Association internationale pour la conscience de Krishna ou l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, ont connu un véritable essor en Russie.

LCDR : Les Témoins de Jéhovah de Russie sont-ils différents de leurs analogues étrangers ?

A.N. : Pas à ma connaissance, puisque les dogmes sont les mêmes et doivent être strictement respectés, peu importe l’endroit où le culte est pratiqué. Selon les croyances du mouvement, Dieu s’appelle Jéhovah et Jésus-Christ n’est qu’un ange, seuls les témoins de Jéhovah seront sauvés lors de la fin du monde, les fidèles ne doivent en aucun cas donner leur sang à autrui ou accepter le sang d’un autre, et chaque témoin a pour mission de répandre la foi de Jéhovah auprès d’un maximum de monde.

LCDR : Pourquoi la Cour suprême russe a-t-elle décidé d’interdire le mouvement dans tout le pays ?

A.N. : Dans un pays multiculturel comme la Russie, la paix entre les différents groupes religieux demeure une préoccupation nationale majeure. Ce qui dérange les autorités russes, chez les Témoins de Jéhovah, est leur propagande de l’exceptionnalisme et de la suprématie. Dans les près de cent supports de propagande saisis par la justice, les Témoins de Jéhovah prétendent être une exception, une religion supérieure aux autres, dont seuls ses adeptes seront sauvés au jour du jugement dernier. Du point de vue de la Cour suprême, cela constitue un élément « pouvant attiser la haine » et le mouvement est donc considéré comme un culte destructeur, à bannir. Cette interdiction s’inscrit en outre dans une campagne gouvernementale plus vaste de lutte contre les dérives sectaires, lancée il y a quelques années. À mon avis, nous sommes face au début d’une guerre contre l’extrémisme religieux.

LCDR : Comment la société russe perçoit-elle les Témoins de Jéhovah ?

A.N. : Les Russes, d’une manière générale, voient d’un mauvais œil les cultes religieux venus de l’étranger. Les Témoins de Jéhovah sont assez connus du grand public, mais peu appréciés. À cause de leur prosélytisme du porte-à-porte et des drames causés par leur interdiction sur la transfusion sanguine dans le passé, beaucoup de Russes considèrent ce mouvement comme une secte.

LCDR : Quels sont les autres mouvements religieux largement considérés comme des sectes en Russie ?

A.N. : La liste est longue. Les plus connus sont le mormonisme, l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, l’Association internationale pour la conscience de Krishna, les mouvements charismatiques, l’Église du Dernier testament et la Scientologie.

LCDR : Quelle est l’attitude des autorités russes vis-à-vis de la Scientologie, d’ailleurs ?

A.N. : Juridiquement parlant, la Scientologie n’existe plus comme mouvement religieux en Russie. En novembre 2015, le tribunal municipal de Moscou a ordonné la fermeture de l’Église de scientologie de Moscou suite à un scandale d’espionnage [des dispositifs d’écoute et de filature avaient été découverts dans leurs locaux, ndlr]. Depuis, leurs organisations ne peuvent plus être que de nature commerciale et sont obligées de payer des impôts à l’État russe, comme toute autre entité commerciale.

Les Témoins de Jéhovah en Russie en sept dates
27 mars 1991 : le mouvement des Témoins de Jéhovah est officiellement enregistré à Moscou.

20 juin 1996 : première procédure judiciaire lancée contre le mouvement des Témoins de Jéhovah par le Comité pour la protection de la jeunesse contre les fausses religions, qui les accuse d’être une « secte ».

23 février 2001 : le tribunal municipal de Moscou accorde aux Témoins de Jéhovah le droit de poursuivre leurs activités à Moscou.

17 décembre 2004 : un tribunal de district moscovite dissout une congrégation de Témoins de Jéhovah en raison de plusieurs de leurs enseignements et pratiques, jugés « extrémistes ».

27 juillet 2015 : la Russie bloque le site internet officiel des Témoins de Jéhovah.

9 juin 2016 : les activités de la société Watchtower, éditeur des publications des Témoins de Jéhovah, sont interdites en Russie.

20 avril 2017 : la Cour suprême russe interdit le mouvement religieux des Témoins de Jéhovah dans tout le pays.

Les Témoins de Jéhovah revendiquent 175 000 fidèles pratiquants en Russie.
La situation religieuse en Russie

Selon les résultats d’un sondage mené en 2013 par le centre Levada, 76 % de la population russe adhèrent à une religion, 19 % des personnes interrogées se déclarant « sans religion ». 68 % des Russes sont chrétiens orthodoxes, 7 % sont musulmans, 1 % de la population est de confession catholique et 1 % de confession protestante. (Source : centre Levada)

La constitution du 12 décembre 1993 stipule que la Russie est un pays laïc, et que l’État garantit la liberté religieuse de chacun. Tout citoyen est libre de pratiquer la religion de son choix, à condition que cela ne contrevienne pas à l’ordre public. En vertu de la loi de 2002 « sur la lutte contre l’extrémisme », tout discours public ou texte affirmant la supériorité, l’infériorité ou l’exclusivité d’un ou plusieurs citoyens au nom de préceptes religieux est passible de poursuites pénales. En 2006, la Douma d’État a élargi cette loi sur l’extrémisme, qui définit désormais l’activité extrémiste comme une « incitation à la haine raciale, nationaliste ou religieuse et à l’hostilité sociale ».

Selon la loi de 2007 « sur la liberté de conscience et des associations religieuses », l’État russe reconnaît le christianisme orthodoxe, l’islam, le bouddhisme et le judaïsme comme « religions traditionnelles » de la Russie.
https://www.lecourrierderussie.com/societe/2017/05/temoins-jehovah-interdit/

Josué

avatar
Administrateur
RUSSIE: LA DÉCISION DE LA COUR SUPRÊME CONCERNANT L'EXTRÉMISME MENACE LE DROIT D'OBJECTION DE CONSCIENCE
PAR ADMIN_HRWFLE 15 MAI 2017
Le droit constitutionnel à un service de remplacement refusé pour les jeunes après la décision de la Cour suprême de liquidation de l'organisation des Témoins de Jéhovah

Témoins de Jéhovah en Russie (11.05.2017) - http://bit.ly/2qne2i1 - Le 6 avril 2017, une réunion du projet de commission a eu lieu dans le commissariat militaire de la ville de Zelenodolsk (Tatarstan) en ce qui concerne l'affaire D'un adhérent de 18 ans de la religion des Témoins de Jéhovah, Damir Galeev, pour qui le service militaire contredit ses convictions. Un membre du projet de commission, A. Tygin (le maire de la ville), a commencé à faire valoir aux autres membres de la commission qu'il fallait refuser au croyant ses droits constitutionnels de remplacer un service civil alternatif pour le service militaire sur la base du fait que le La jeunesse aurait un «extrémiste». Lorsque le croyant a noté que la Cour suprême n'avait toujours pas rendu une décision concernant la liquidation de l'organisation des Témoins de Jéhovah,

Le 28 avril 2017, dans le village de Kugesi (Chuvashia), le projet de commission pour les districts de Cheboksary et Marposad, sous la présidence de V. Nikolaev, a nié un témoin de Jéhovah de 18 ans, Evgeny Vladimirov, son droit constitutionnel à un service civil alternatif . Le fait de faire fonctionner le service militaire contredit ses convictions. Dans son cas, il existait un certificat d'une organisation religieuse selon lequel, à l'âge de la responsabilité, il a reçu le baptême dans la religion des Témoins de Jéhovah. Les membres de la commission ont déclaré que ce certificat "confirme que le conscrit est un extrémiste". Le jeune homme a été promis que son cas serait transféré au FSB pour vérification. Le croyant a l'intention de faire appel de la décision de la commission devant les tribunaux.

........................................

Si vous souhaitez être régulièrement informé des différentes violations des droits de l'homme dans le monde, cliquez ici pour un abonnement gratuit à nos bulletins d'information!

Aussi:

Base de données HRWF sur les nouvelles et les informations sur plus de 70 pays: http://hrwf.eu/newsletters/forb/ Liste des centaines de cas documentés de croyants de diverses croyances dans 20 pays: http://hrwf.eu/forb/forb- Et-blasphème-prisonniers-liste /

papy

avatar
Depuis l'interdiction, la persécution des Témoins de Jéhovah est «pire que jamais»
Par Lauren Markoe | 18 mai 2017
Les juges de la Cour suprême de Russie assistent à une audience à Moscou le 23 janvier 2014. Photo courtoisie de Reuters / Maxim Shemetov
(RNS) Puisque la Cour suprême de Russie a qualifié les Témoins de Jéhovah d'un groupe "extrémiste", les vandales ont ciblé les adeptes et leurs comptes bancaires ont été gelés. Des pierres ont été jetées dans une salle de réunion de Saint-Pétersbourg et quelqu'un a essayé de brûler la maison de Moscou d'un témoin de Jéhovah sur le sol, a déclaré un porte-parole de l'église.

Le jugement semble avoir encouragé ceux qui se ressentent et craignent les Témoins, une minorité religieuse qui a souffert plus que la plupart de la Russie du président Vladimir Poutine, où l'Église orthodoxe russe jouit du soutien de l'État et le harcèlement des homosexuels et d'autres groupes marginalisés a augmenté dans les années récentes.

"Nous espérions que la cour se rendrait compte que nous ne sommes pas une menace", a déclaré Robert Warren, un porte-parole des Témoins basé dans leur quartier général mondial de New York. "Mais maintenant, l'environnement est pire que jamais".

La décision du tribunal, selon les responsables des témoins de Jéhovah et les experts des droits de l'homme, n'a pas été pleinement appliquée. Adoration, les rapports du pays indiquent, se poursuit dans certains des "Salons du Royaume" qui servent les plus de 100 000 Témoins de Russie.

Mais la possibilité que le gouvernement ferme complètement les Témoins de Jéhovah se profile.

LISEZ: Qui sont les Témoins de Jéhovah?

Alors que les Témoins de Jéhovah préparent un appel - et prennent courage dans la condamnation de la décision judiciaire des organes nationaux et internationaux, y compris le Département d'Etat américain -, ils ne sont pas optimistes quant au renversement de la décision. Et ils s'inquiètent pour leurs frères au bord de la frontière au Kazakhstan, une ancienne république soviétique.

"À certains égards, la situation au Kazakhstan s'est détériorée encore plus rapidement", a déclaré Felix Corley, un militant des droits religieux basé à Oslo qui édite le Forum 18 News Service , qui traite des abus dans l'ex-Union soviétique et en Europe de l'Est.

Plus tôt ce mois-ci, un témoin de Jéhovah de 61 ans du Kazakhstan - un chauffeur de bus à la retraite qui lutte contre le cancer - a été condamné à cinq ans de prison et a été exclu de la prédication pendant trois ans après son départ.


Teymur Akhmedov, témoin de Jéhovah, âgé de soixante-un ans, a été jugé à Astana, au Kazakhstan, le 27 mars 2017. Photo gracieuseté de Svetlana Glushkova (Radio Free Europe / Radio Liberty)
Un tribunal a condamné Teymur Akhmedov d'incitation à la «haine ethnique, sociale, religieuse, familiale et raciale». Les témoins de Jéhovah ont déclaré qu'il partageait paisiblement ses croyances avec un groupe de jeunes hommes qui lui a posé des questions sur sa foi.

Des témoins travaillent sur l'appel d'Akhmedov et disent que depuis la décision de la Cour suprême de Russie, la propagande anti-témoins s'est propagée au Kazakhstan. Récemment, une chaîne de télévision populaire a rapporté que les Témoins de Jéhovah en Russie ont planifié un attentat à la bombe et ont spéculé que cela pourrait se produire au Kazakhstan, a déclaré Bekzat Smagulov, témoin de Jéhovah et porte-parole de l'affaire Akhmedov.

"La plupart des gens ont peur", a déclaré M. Smagulov sur les 18 000 Témoins du Kazakhstan.

En Russie, où les autorités ont déclaré officiellement le groupe illégal, les craintes dépassent encore. La surveillance et la poursuite des Témoins ont commencé il y a plusieurs décennies et impliquent tous les ordres de gouvernement et d'application de la loi - du ministère de la Justice au FSB (le successeur au KGB) à la police locale.

LIRE: Commission des États-Unis: la Russie est un grave contrevenant à la liberté religieuse

Mais la Russie ne peut honnêtement craindre la violence des Témoins de Jéhovah, a déclaré Corley. "Je ne peux pas croire qu'ils pensent qu'ils vont sortir et tuer des gens".

Pourtant, le tribunal, le mois dernier, après six jours et 30 heures de témoignage, considérait les Témoins de Jéhovah comme une menace pour l'État, a arrêté toute leur activité et a permis la saisie de leurs biens.


Rachel Denber de Human Rights Watch. Photo gracieuseté de Rachel Denber
Rachel Denber, directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch, à but non lucratif à l'échelle internationale, a qualifié l'affaire contre les Témoins de "l'absurde".

Plus précisément, les procureurs russes ont accusé le groupe de violer une loi anti-extrémisme de 2002 - une loi de défense des droits de l'homme disent que le gouvernement utilise pour harceler les groupes que Poutine et ses alliés défendent.

Cette loi interdit à tout groupe, à l'exception de l'Église orthodoxe et de quelques autres traditions, de revendiquer le véritable chemin vers le salut. Les témoins de Jéhovah, comme beaucoup de dénominations, font une telle revendication, a déclaré Denber, mais pas d'une manière qui devrait les atterrir sur la même liste de hors-la-loi qui comprend Al-Qaïda et le groupe de l'État islamique.

Les liens occidentaux des Témoins sont également particulièrement suspects dans la Russie d'aujourd'hui, qui cherche à défier l'Occident en tant que courtier en pouvoir international, a déclaré Denber.


Plus de témoins vivent aux États-Unis que n'importe quel autre pays. Et bien que les Témoins de Jéhovah considèrent le Christ comme leur fondateur, le groupe moderne s'est formé à Pittsburgh, où un groupe d'étudiants de la Bible à la fin du 19ème siècle a commencé à écrire les croyances des Témoins.

Parmi ces croyances: le pacifisme.

Les 8 millions de Témoins du monde - qui peuvent être trouvés dans les Amériques, en Europe, en Afrique et en Asie - évitent la violence et ne se joignent pas à l'armée, ce qui fait des interrogations sur leur patriotisme même lorsqu'ils trouvent d'autres moyens de servir leurs pays.

Mais leur pacifisme rend également le label extrémiste encore plus confus à ceux du monde occidental qui connaissent les Témoins comme les gens bien élevés qui sonnent à la porte et leur demandent s'ils peuvent partager une copie de The Watchtower, le journal du groupe.

Et bien que les témoins aient été harcelés dans de nombreuses nations, en Russie, ils souffrent plus fortement et sont généralement décrits comme un culte - un groupe qui rejette une grande partie du christianisme orthodoxe, y compris sa compréhension trinitaire de Dieu.

Un autre attribut des témoins peut menacer leurs persécuteurs.

"Ils sont très bien organisés", a déclaré Denber.

Le siège russe des Témoins près de Saint-Pétersbourg est affilié à près de 400 organisations locales à travers le pays. À l'international, le groupe dispose d'une presse active et d'une littérature colorée.

Les autorités russes ont restreint de nombreux autres groupes religieux, dont diverses sectes protestantes, les Falun Gong et Hare Krishnas, ainsi que les athées, ajoute Corley. Mais ces groupes ne font pas l'élimination en tant qu'organisation religieuse comme les Témoins de Jéhovah, parce que - contrairement aux témoins - ils n'ont jamais eu à s'inscrire auprès du gouvernement.

"Ils ne peuvent pas être liquidés en tant qu'entité juridique parce qu'ils n'ont jamais eu de statut juridique", a déclaré M. Corley.

Si les appels en Russie et au Kazakhstan échouent, les Témoins de Jéhovah disent qu'ils porteront les affaires devant la Cour européenne des Droits de l'Homme.
http://religionnews.com/2017/05/18/since-ban-persecution-of-jehovahs-witnesses-is-worse-than-ever/

Josué

avatar
Administrateur
Par l’intermédiaire du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Martin Schaefer, le gouvernement allemand a exprimé ses inquiétudes au sujet de la décision de la Cour suprême de condamner les Témoins de Jéhovah en tant qu’organisation extrémiste et d’interdire ses activités, selon l’agence de presse russe TASS [10]. De son côté, le gouvernement britannique s’est dit « alarmé » par cette interdiction et a lancé un appel à Vladimir Poutine pour défendre la liberté religieuse, comme le rapporte The Independent [11]. Joyce A. Anelay, ministre des Affaires étrangères, estime que la décision de la Cour suprême « criminalise le culte pacifique de 175 000 citoyens russes » et qu’ainsi la Russie contrevient aux droits consacrés par sa propre constitution. Aussi conclut-elle : « Le Royaume-Uni appelle le gouvernement russe à respecter son engagement international en faveur de la liberté de religion ». Plus récemment à l’OSCE, le directeur du Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l’Homme (BIDDH) Michael Georg Link s’est dit « profondément préoccupé par cette criminalisation injustifiée des activités pacifiques des membres des communautés de Témoins de Jéhovah en Russie [12] ». Il a ajouté en toute franchise : « Cette décision de la Cour suprême constitue une menace pour les valeurs et les principes sur lesquels reposent les sociétés démocratiques, libres, ouvertes, pluralistes et tolérantes. » Dans le même communiqué, Ingeborg Gabriel, représentant personnel du Président en exercice de l’OSCE sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et la discrimination, en se concentrant sur l’intolérance et la discrimination à l’égard des chrétiens et des membres d’autres religions, a fermement condamné ces entraves aux libertés religieuses : « Cette interdiction persécutant des personnes pacifiques pour de simples actes cultuels viole clairement le droit fondamental à la liberté religieuse et avec elle les normes internationales relatives aux droits de l’homme, également garanties par la Constitution de la Fédération de Russie. Elle doit donc être revue dès que possible. »

© Source : https://www.droit-tj.fr/spip.php?article474

Josué

avatar
Administrateur
Décision de la Cour suprême de Russie : nouvelle vidéo

Le 20 avril 2017, la Cour suprême de Russie a condamné les Témoins de Jéhovah et a fait droit à la requête du ministère de la Justice de dissoudre le Centre administratif des Témoins de Jéhovah. Les Témoins ont l’intention de faire appel de cette décision. Pour plus d’informations concernant cette décision et la réponse du Collège central des Témoins de Jéhovah, vous pouvez consulter une vidéo mise à jour sur JW Télédiffusion.
https://www.jw.org/fr/nouveautes/cour-supreme-russie-condamne-temoins-de-jehovah/

Josué

avatar
Administrateur
RUSSIE: les amendes, le vandalisme suivent la liquidation du témoin de Jéhovah
Par Victoria Arnold, Forum 18

Alors que les Témoins de Jéhovah contestent la liquidation de la Cour suprême de toutes leurs organisations en tant que "extrémistes", leur Centre est fermé, la police a scellé certaines salles du Royaume et les comptes bancaires sont gelés. Les individus continuent de faire face aux amendes, les enfants font face à la pression et les lieux de culte font face à un vandalisme accru.

La pression sur les enfants, les amendes supplémentaires pour les individus et une recrudescence des incidents de vandalisme contre les lieux de culte ont suivi la décision de la Cour suprême du 20 avril selon laquelle le Centre administratif des Témoins de Jéhovah et toutes ses organisations religieuses locales en Russie devraient être liquidés comme «extrémistes». Les activités du Centre sont suspendues, la police a scellé certaines salles du Royaume et tous les comptes bancaires ont été gelés. Un premier refus d'une alternative civile au service militaire peut annoncer des difficultés futures pour les objecteurs de conscience de témoins de Jéhovah.

Le 25 mai, les agents du service de sécurité du FSB à Oryol ont arrêté le citoyen danois Dennis Christensen en soupçonnant de "poursuivre les activités d'une organisation extrémiste interdite" (article 282.2, partie 1 du Code pénal). C'est la première affaire pénale à engager depuis la décision de liquidation de la Cour suprême.

Selon les rapports des témoins de Jéhovah, quinze hommes armés ont attaqué un bâtiment dans lequel se réunissaient les témoins locaux de Jéhovah, prenaient les détails du passeport des adorateurs et saisissaient leurs appareils électroniques. Plusieurs ont ensuite été emmenés au quartier général local du FSB, où ils ont été gardés jusqu'au matin. Les agents d'application de la loi ont également effectué des recherches sur les maisons de croyants.

Jusqu'à présent, seuls Christensen a été accusé. Il est actuellement détenu, «sans nourriture», au bâtiment FSB. Le 26 mai, le tribunal de district soviétique à Oryol a accédé à la requête du FSB pour le maintenir en détention préventive pendant deux mois.

Les nombreux problèmes découlent à la fois de la décision de liquidation du 20 avril et de l'ordre antérieur du ministère de la Justice de suspendre les activités des témoins de Jéhovah pendant la durée des procédures judiciaires.

Le 19 mai, les avocats du Centre administratif ont déposé un recours contre la décision de liquidation de la Cour suprême du 20 avril. On ne sait pas quand la Cour suprême entendra l'appel.

Bien que la décision de la Cour suprême ne soit pas encore entrée en vigueur, les organisations religieuses locales semblent déjà avoir été retirées des registres du service fiscal fédéral. Dans les enregistrements vus par le Forum 18, les communautés locales dans plusieurs régions ont déjà été classées comme «liquidées» et leurs activités comme «terminées», avec les dates de résiliation (prekrashcheniye) du 28 avril au 12 mai. Le Centre administratif lui-même est coté en liquidation le 27 avril.

Le Forum 18 a tenté d'atteindre Svetlana Borisova, qui a présenté l'affaire du ministère de la Justice devant la Cour suprême pour demander comment les Témoins de Jéhovah en Russie peuvent exercer leur droit constitutionnel à la liberté de religion et à la conviction maintenant que toutes leurs organisations ont été dissoutes et leurs activités interdites . La femme qui a répondu au téléphone au département Borisova pour les affaires des organisations religieuses le 26 mai a refusé de répondre aux questions du Forum 18, en renvoyant toutes les demandes de renseignements au service de presse.

La décision de liquidation a suivi l'ordonnance de suspension

Le juge de la Cour suprême, Yury Ivanenko, a rendu la décision de liquidation après près de 30 heures d'audience pendant 6 jours. Il déclare le Centre administratif et " Le ministère de la Justice a déposé son procès devant la Cour suprême le 15 mars. Le même jour, le ministère a également émis une ordonnance suspendant sommairement la plupart des activités des Témoins de Jéhovah, y compris toutes les réunions publiques et les opérations financières du Centre administratif (voir F18News 21 mars 2017 http://www.forum18.org/ archive.php? Article_id = 2265 ). Bien que le service de presse du ministère de la Justice ait prétendu au Forum 18 que l'Ordonnance de suspension ne s'appliquait pas aux réunions pour le culte, les Témoins de Jéhovah ont décrit au Forum 18 plusieurs exemples d'agents d'application de la loi qui arrêtent les services. Certains de ces incidents ont entraîné des poursuites en vertu de l'article 20.28, partie 1, du code administratif ("Organisation ou participation aux activités d'une association publique ou religieuse, Il souligne également que la décision porte atteinte aux droits non seulement du Centre lui-même, mais aussi des personnes physiques et morales qui n'ont pas été autorisés à participer à l'affaire et le condamne comme inconstitutionnel et en contradiction avec le droit international. La Cour suprême n'a pas encore fixé de date pour l'audience d'appel, mais les Témoins de Jéhovah croient que cela pourrait avoir lieu jusqu'à septembre 2017. Entre-temps, les témoins de Jéhovah ont également contesté le refus du juge Ivanenko, lors de la procédure en avril, De rejeter le procès du ministère de la Justice. La Cour suprême devrait entendre cette contestation le 13 juin. La décision de liquidation "dérangeante" Les commentateurs des droits de l'homme ont continué à condamner l'interdiction des Témoins de Jéhovah en Russie. " Que l'on soit ou non d'accord avec l'idéologie des Témoins de Jéhovah n'est pas pertinent ", a déclaré le« Rapporteur spécial des Nations Unies (ONU) sur les droits à la liberté de paix et l'Association Maina Kiai », a déclaré le Forum 18 le 21 avril. La décision est troublante en raison du précédent qu'elle définit. En définissant l'extrémisme de manière si légère et subjective, il ouvre la voie au gouvernement pour liquider pratiquement toute organisation religieuse qu'il choisit de cibler. Il s'inscrit dans des pensées et des opinions criminelles, ce qui est une pente très dangereuse et glissante ". Michael Georg Link, Directeur du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE (BIDDH), a déclaré dans un communiqué de presse le 25 avril qu'il était " A scellé certains Salons du Royaume appartenant à des organisations religieuses locales. Le Centre reste sur la liste des organisations "terroristes et extrémistes" maintenues par le Service fédéral de surveillance financière (Rosfinmonitoring), sur lequel il a été placé lors de la procédure de liquidation et ses transactions financières ont été bloquées. Il reste également sur la liste du ministère de la Justice des organisations publiques et religieuses dont les activités ont été suspendues en raison de l'implication dans l'extrémisme. La seule autre entrée sur cette liste est la communauté des Témoins de Jéhovah de Chapayevsk dans la région de Samara (par ordre du Procureur régional de Samara le 22 mars 2017). Le Centre n'a pas encore été ajouté à la liste du ministère de la Justice des organisations extrémistes interdites (sur lesquelles huit organisations locales de Jéhovah ' Les organisations de témoins apparaissent déjà), parce que la décision de la Cour suprême n'est pas encore en vigueur. Vandalisme La décision de liquidation a déclenché «une vague d'actions agressives» contre les Salons du Royaume et les maisons des croyants, les Témoins de Jéhovah se plaignent. Sur leur site de nouvelles jw-russia.org (hébergé en dehors de la Russie), ils ont enregistré des cas de vandalisme à Saint-Pétersbourg (20 avril), Gukovo (région de Rostov, 22 avril), Achinsk (région de Krasnoyarsk, 30 avril), Penza (30 Avril), Lutsino (région de Moscou, 30 avril), Kaliningrad (2 mai), Novomoskovsk (région de Tula, 5 mai), Novokhopyorsk (région de Voronoezh, 6 mai), Ekaterinbourg (14 mai) et Izhevsk (République d'Udmurt, 20 mai) ). Bien que les dommages causés à Kingdom Halls et à d'autres biens aient été un problème de longue date, Ces dix cas sur un mois semblent marquer une augmentation de ces incidents depuis la décision de la Cour suprême du 20 avril. Dans un rapport de septembre 2016, les Témoins de Jéhovah ont déclaré que Kingdom Halls avait été vandalisé huit fois dans les huit mois de janvier à août de cette année, alors qu'ils avaient enregistré en moyenne en moyenne deux ou trois incidents par mois entre septembre 2009 Et juillet 2013. Le premier des incidents récents a eu lieu seulement quelques heures après la décision de la Cour suprême. Deux hommes ont bloqué l'entrée d'un St Petersburg Kingdom Hall avec leurs voitures. Ils ont ensuite attaqué le bâtiment avec des pavés qu'ils ont amenés avec eux, brisant les portes et les fenêtres en verre et "criant des insultes à la religion des Témoins de Jéhovah et des menaces de dommages physiques". Au cours de la dernière attaque signalée, à Izhevsk, un homme a fait irruption dans le bâtiment utilisé pour le culte par la communauté locale de témoins de Jéhovah. Il a brisé les meubles, les portes et les équipements électriques avec un «objet de métal lourd» et déclenché des extincteurs avant d'être capturé par les membres de la communauté. La police a ensuite arrêté l'homme. Pression exercée par les enfants Les enfants des familles des Témoins de Jéhovah ont connu une «pression sans précédent des enseignants et de la police», souvent à l'école, depuis le début de la procédure de la Cour suprême, les témoins de Jéhovah se plaignent. Dans la capitale de Bashkortostan, Ufa, le 28 mars, un policier s'est rendu chez un témoin de Jéhovah et a demandé au fils aîné de confirmer la religion de la famille par écrit. Quand la mère du garçon est arrivée, L'officier a demandé une explication écrite quant à la raison pour laquelle elle «impliquait des mineurs dans une activité extrémiste» qu'elle refusait de donner. Le 17 avril, une jeune fille de quatorze ans a été appelée au bureau de la direction de son école dans le district de Rodionovo-Nesvetayskaya dans la région de Rostov. Là, son téléphone a été confisqué et un officier de police en uniforme et un homme en civil "a parlé à la jeune fille de la façon dont sa mère l'oblige à aller à une« organisation terroriste »dans laquelle« ils sont volés »et« sont enseignés à tuer des gens » ". Les hommes ont affirmé que les Témoins de Jéhovah «l'envoient pour faire exploser l'école» et lui a dit de ne pas aller à des réunions, mais de rester à la maison et de «lire notre Bible, de l'église». Quand deux sœurs d'un Jéhovah ' La famille témoin dans le district de Pizhanka, dans la région de Kirov, a refusé de chanter une chanson sur la guerre, leur professeur de classe leur a dit: "Vous êtes maintenant banni et nous avons déjà marre de votre religion". Plus tard, elle a dit à leur mère: "Vous êtes maintenant extrémistes et il n'y aura pas d'indulgence". Service de remplacement refusé Le 12 mai, un bureau de conscription militaire dans la République de Chuvash a refusé de donner un témoin de Jéhovah de 18 ans de Shumerla à l'autorisation d'effectuer un service civil alternatif au lieu d'être enrôlé dans l'armée. Selon les rapports des témoins de Jéhovah, un membre du groupe de conscription se réfère à la décision de la Cour suprême et a déclaré au requérant: «Vous pouvez garder vos croyances à vous-même et votre foi aussi». Le jeune homme a l'intention de faire appel de la décision. La conscription aux forces armées est obligatoire d'un an pour tous les hommes de 18 à 27 ans, mais un service civil de remplacement est disponible pour ceux dont les croyances ne leur permettent pas de s'engager dans une activité militaire (voir le sondage sur la liberté de religion en Russie du Forum 18 http: // www .forum18.org / archive.php? Article_id = 2246 ). Un porte-parole du témoin de Jéhovah a déclaré au Forum 18 en 2016 que les jeunes témoins de Jéhovah n'avaient généralement aucun problème à choisir un autre service. Outre le refus de services alternatifs, comme cela s'est produit à Shumerla, il reste peu clair quelles conséquences pourraient survenir si un homme cite l'appartenance à une association religieuse «extrémiste» interdite pour justifier l'enlèvement. Le procès d'interdiction d'Arzamas retiré Les Procureurs ont retiré leur demande d'interdiction des activités d'un groupe de Témoins de Jéhovah non inscrit à Arzamas (région de Nizhny Novgorod). Les audiences ont eu lieu (après quelques retards) les 3 et 4 mai au tribunal municipal d'Arzamas. Lors de la dernière audience, les procureurs ont abandonné le procès avec l'accord du juge. La décision écrite, vue par le Forum 18, ne donne aucune explication à ce sujet. Dans l'opposition officielle du Centre administratif au procès du ministère de la Justice, publié le 4 avril, les Témoins de Jéhovah notent que le ministère de la Justice a demandé des détails sur tous ces groupes le 20 février dans le cadre de leur inspection du Centre administratif: "Le but de cette demande Est évident. C'est pour interdire la profession collective de foi dans ces groupes ... Y compris la perturbation du culte par la police armée dans plusieurs endroits à travers le pays (voir F18News 20 avril 2017 http://www.forum18.org/ archive.php? Article_id = 2274 ). Certains dirigeants locaux des Témoins de Jéhovah ont été poursuivis en vertu de l'article 20.28, partie 1, du Code administratif ("Organisation ou participation aux activités d'une association publique ou religieuse, à l'égard de laquelle une décision sur la suspension de ses activités est en cours Obliger"). Cela porte une amende de 500 à 1 000 roubles. Le 15 mai, Uchaly et Uchaly District Magistrate's Court No. 2 ont été condamnés à une amende de Sh. Gataullin, président d'une communauté de Témoins de Jéhovah dans le district d'Uchaly de Bashkortostan, un montant inconnu en vertu du Code administratif Article 20.28, partie 1. Selon un communiqué de presse du 18 mai sur le site du bureau du Procureur de la République, le bureau du Procureur inter-district d'Uchaly a procédé à une inspection du «respect de la législation sur les associations religieuses et de la lutte contre les activités extrémistes». Cela a révélé que Gataullin avait tenu un rassemblement dans des locaux loués en mars, "en violation de" la suspension des activités des témoins de Jéhovah. De même, le 19 avril, la Cour n ° 2 de Kyzyl Magistrate dans la République de Tyva a infligée une amende à Marat Sharakhov, chef d'une organisation locale de Témoins de Jéhovah, 1 000 Roubles pour avoir un service. Selon les rapports des témoins de Jéhovah, la police a reçu un appel téléphonique le 5 avril en disant que les gens «se rassemblaient, parlaient de sujets religieux et discutaient de la fin possible du monde» Dans une maison située sur la rue Churgui-oola de la ville. Le 4 mai, le Juge Nataliya Vasilaki de la Cour de première instance du District des chemins de fer n ° 3 a infligé une amende à Stanislav Glotov, président de la communauté Ulan-Ude dans la République de Buryatia, 1 000 Roubles en vertu de l'article 20.28, partie 1. Le 4 avril, il a donné un bref Interview sur la chaîne de télévision locale Alternativnoye Televideniye Buryatii (à la demande d'un journaliste) sur les procédures de liquidation imminentes devant la Cour suprême de Moscou. Les procureurs et les juges ont interprété cela comme «utilisant des médias étatiques et municipaux» (explicitement interdit dans l'ordre de suspension). Les procureurs ont également cité l'ordonnance de suspension comme preuve de l'illégalité des actions du défendeur dans une affaire au titre de l'article 5.26, partie 4, du code administratif, qui sanctionne les " Et le droit à la liberté de religion a été violé ". Selon le verdict, vu par le Forum 18, la juge Nelli Rubtsova a décidé que l'ordonnance de suspension était" légale et fondée, dans la mesure où le ministère de la Justice a agi dans l'intérêt de la Fédération de Russie , Ainsi que pour les droits, les libertés et les intérêts juridiques d'un cercle de personnes indéterminé ... les droits, les libertés et les intérêts juridiques de [le Centre administratif] n'ont pas été violés, puisque l'organisation a le droit d'utiliser les comptes bancaires Pour payer [frais, factures, taxes, amendes] ". Le juge Rubtsova a conclu:" La décision de la Cour suprême du 20 avril 2017 a confirmé le procès du ministère de la Justice. Ce tribunal ne trouve donc aucun motif pour la satisfaction de la demande [du Centre administratif]. " L'avocat Bogdanov croit que «cela révèle une tendance dangereuse: à la suite de la Cour suprême, tous les tribunaux inférieurs pourraient entériner les témoins de Jéhovah dans la défense de leurs droits constitutionnels». Autre poursuite d'interdiction continue Malgré la décision de la Cour suprême concernant les activités de toutes les organisations locales de Témoins de Jéhovah, les procureurs du Kamtchatka poursuivent la liquidation comme «extrémistes» de la communauté Petropavlovsk-Kamchatsky. Le tribunal régional de Kamchatka entend entendre le procès le 2 juin (reporté à partir du 23 mai). Le procès semble être fondé sur la condamnation antérieure de la communauté en vertu de l'article 20. 29 le 9 février 2017 (confirmé en appel le 22 mars) après qu'une inspection de l'application de la loi aurait trouvé trois disques contenant le texte banni de «Qu'est-ce que la Bible enseigne vraiment? Le 13 novembre 2016. Le 19 février 2016, les procureurs avaient signalé «l'interdiction de l'activité extrémiste», après que les résidents locaux aient accusé les membres de la communauté de distribuer des publications extrémistes dans un parc l'été précédent. La tentative de liquidation ne semble donc pas être une conséquence directe de l'interdiction au niveau national, mais le site Web de la Cour régionale note la décision de la Cour suprême dans son communiqué de presse du 4 mai. La dernière organisation locale des Témoins de Jéhovah à être dissoute comme "extrémiste" Avant que le ministère de la Justice n'ait intenté une action contre le Centre administratif, il y avait la communauté de Cherkessk, dans la République du Caucase du Nord du Karachai-Cherkessiya, le 10 février. La communauté a déposé un recours contre cette décision devant la Cour suprême, qui doit être examinée le 26 mai, selon le site web de la Cour. Autres conséquences Si l'appel du Centre administratif échoue, il sera ajouté à la liste fédérale des organisations extrémistes du ministère de la Justice, qui comprend principalement des groupes nationalistes violents et d'extrême droite. À l'heure actuelle, 59 organisations interdites ou liquidées figurent sur la Liste. Il s'agit notamment de huit communautés témoins de Jéhovah: Taganrog, Samara, Abinsk, Stariy Oskol, Belgorod, Elista, Oryol et Birobidzhan (voir l'extrémisme du Forum 18) Russie enquête de la liberté religieuse http://www.forum18.org/ archive.php? Article_id = 2215 ). L'Etat confisquera également la propriété du Centre - et celle de toutes les organisations religieuses locales. Si les témoins de Jéhovah continuent de se rencontrer pour la prière ou l'étude de la Bible après la liquidation, ils seraient passibles de poursuites pénales en vertu de l'article 282.2 du Code criminel («organisation» ou «participation aux activités d'une organisation extrémiste interdite»). Seize Témoins de Jéhovah à Taganrog ont été jugés et condamnés pour ces accusations en novembre 2015 après que leur communauté est devenue la première à être liquidée comme extrémiste (voir F18News 3 décembre 2015 http://www.forum18.org/ archive.php? Article_id = 2128 ) . Le dernier recours est actuellement en instance devant la Cour suprême. Les individus qui sont impliqués dans des cas criminels d'extrémisme - qu'ils soient reconnus coupables, accusés ou simplement soupçonnés - peuvent également être placés sur la «Liste des terroristes et des extrémistes» maintenue par le Service fédéral de surveillance financière (Rosfinmonitoring) de ceux «contre lesquels il existe Preuve de leur participation à une activité extrémiste ou à un terrorisme ". Les banques sont obligées de geler les biens des personnes qui apparaissent sur la liste, ce qui signifie qu'elles ne peuvent pas retirer ou transférer de l'argent, recevoir des paiements de salaire ou utiliser leurs cartes bancaires. Depuis le 30 janvier 2014, cela a été assoupli pour permettre aux petites transactions ne dépassant pas 10 000 roubles par mois (voir l'enquête sur la liberté religieuse de la Russie "extrémisme" du Forum 18 : http: http://www.forum18. Org / archive.php? Article_id = 2215 ). Si la décision de liquidation entre en vigueur, il est probable que les témoins de Jéhovah confrontés à des poursuites criminelles "d'extrémisme" seront ajoutés à la Liste. Depuis juillet 2016, la loi sur la religion - parmi de nombreuses autres restrictions sévères à la liberté de religion et de croyance - interdit aux anciens membres des organisations religieuses «extrémistes» interdites de mener une «activité missionnaire» largement définie. Des sanctions peuvent être imposées en vertu du Code administratif Article 5.26 («Mener l'activité missionnaire»). Des personnes telles que les Témoins de Jéhovah qui partagent publiquement leurs croyances sont également passibles de poursuites en vertu du Code administratif Article 20.2 ("Violation de la procédure établie pour organiser ou mener une réunion, réunion, Php? Article_id = 2246 , et du déclin dramatique de cette liberté liée à la loi extrémiste de l'extrémisme à http://www.forum18.org/ Archive.php? Article_id = 2215 . Un commentaire personnel d'Alexander Verkhovsky, Directeur du Centre SOVA pour l'Information et l'Analyse http://www.sova-center.ru , sur les problèmes systémiques de la législation anti-extrémisme russe, est à F18News 19 juillet 2010 http: // www .forum18.org / Archive.php? Article_id = 1468 . Un commentaire personnel d'Irina Budkina, rédacteur en chef du site http://www.samstar.ucoz.ru Old Believer, sur la poursuite du déni d'égalité pour les minorités religieuses russes, est à F18News 26 mai 2005 http: http://www.forum18. Org / Archive.php? Article_id = 570 . De plus amples rapports sur la liberté de pensée, de conscience et de croyance en Russie peuvent être trouvés à http://www.forum18.org/ Archive.php? Query = & religion = all & country = 10 . Une compilation des engagements de la liberté de religion et de croyance de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se trouve à http://www.forum18.org/ Archive.php? Article_id = 1351 . Une carte conviviale de la Russie est disponible sur http://nationalgeographic.org/ education / mapping / outline-map /? Map = Russia . Twitter: @ Forum_18 Suivez-nous sur Facebook: @ Forum18NewsService Tout le matériel du Forum 18 peut être mentionné , cité à partir de,

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Inutile d'aller bien loin comme en Russie pour constater que les Témoins de Jéhovah sont persécutés avant tout sur des forums francophones sur l'internet, n'est-ce pas ?
Et vous n'en dites rien, pourquoi ?

Il faut au contraire dénoncer toutes les discriminations contre les témoins de Jéhovah qui sont pacifiques. Pacifique ne veut pas dire passif.

Boycottez les forums de religions qui persécutent les témoins de Jéhovah !

Patrice1633

avatar
Les Temoins de Jehovah ne boycotte pas contre les forums mais s'unissent ensemble pour precher la Bonne Nouvelle.


Marc 13:9
9 Quant à vous, prenez garde à vous-mêmes ; on vous livrera à des tribunaux locaux, et vous serez battus dans des synagogues, et vous serez traduits devant des gouverneurs et des rois, à cause de moi, en témoignage pour eux.  10 De plus, il faut d’abord que la bonne nouvelle soit prêchée dans toutes les nations

papy

avatar
Un premier témoin de Jéhovah arrêté en Russie
Samuel Lieven avec AFP, le 30/05/2017 à 17h12 Envoyer par email

Officiellement interdite depuis le mois d’avril en Russie, l’organisation a annoncé l’arrestation d’un de ses membres pour « extrémisme »

Les gens assistent à la conférence internationale pour les Témoins de Jéhovah, à Gent, Belgique, le 3 juillet 2015.
Les gens assistent à la conférence internationale pour les Témoins de Jéhovah, à Gent, Belgique, le 3 juillet 2015. / NICOLAS MAETERLINCK/AFP
C’est la première condamnation depuis l’interdiction des Témoins de Jéhovah en avril par le pouvoir russe. Un membre danois de cette organisation a été condamné à deux mois de prison en Russie pour « extrémisme ».

Avec cinquante autres Témoins de Jéhovah, Dennis Christensen avait été arrêté jeudi 25 mai pendant un office religieux par « des membres armés du FSB (services de sécurité russes) à Orel », ville située à 350 km au sud de Moscou, selon un responsable russe des Témoins de Jéhovah, Iaroslav Sivoulski. « Toutes les personnes détenues ont été relâchées peu après sauf lui », a-t-il précisé.

A LIRE AUSSI : Les Témoins de Jéhovah considérés comme "extrémistes", interdits en Russie

Vendredi, un tribunal local a reconnu le Danois coupable de « participation à des activités extrémistes » et l’a condamné à deux mois de prison, a dit M. Sivoulski en précisant que que l’avocat de l’accusé avait fait appel.

« Un retour en arrière, pour le pire »

« C’est la première fois qu’un Témoin de Jéhovah est condamné à une peine de prison depuis l’URSS », a regretté M. Sivoulski, soulignant « un retour en arrière, pour le pire ».

Il s’agit également de la première condamnation depuis que la Cour suprême russe a interdit en avril cette organisation, qui revendique quelque 175 000 membres en Russie. Cette décision de la justice russe a ouvert la voie à la liquidation des 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe et à la confiscation de leurs biens.

Mouvement fondé en 1873 aux États-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se réclament du christianisme. Mais aux yeux de la puissante Église orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte dangereuse en raison notamment de l’interdiction des transfusions sanguines pour ses membres.

Concurrence et prosélytisme

Plus globalement, le patriarcat orthodoxe craint la concurrence et le prosélytisme des autres mouvements religieux, comme par exemple les évangélistes.

La Russie avait déjà ordonné la dissolution en 2004 d’une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée « injustifiée » par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui a condamné ce pays à 70 000 euros de dommages et intérêts en 2010 dans cette affaire.

À LIRE : La liberté religieuse recule dans le monde

En 2007, la Russie avait également été condamnée pour avoir violé le droit à la liberté de religion d’une centaine de Témoins de Jéhovah en annulant en 2000 une réunion religieuse dans l’auditorium d’un collège de Tcheliabinsk, en Sibérie.

En France, des croyances « problématiques »

En 2010, les Témoins de Jéhovah revendiquaient 7,5 millions de « proclamateurs » réguliers. Leur filiation chrétienne leur est toutefois refusée par les confessions chrétiennes car ils ne croient pas en la divinité du Christ.

Sans être considérés comme une secte, les Témoins de Jéhovah font l’objet en France d’une vigilance de la part des autorités qui considèrent certaines de leurs croyances comme « problématiques ».

Leur souhait d’une plus grande normalisation au sein de la société se heurte notamment à leur refus de la transfusion sanguine, à leur propension à traiter en interne ce qui relève de la sphère publique et à leur repli communautaire.

Samuel Lieven avec AFP
http://www.la-croix.com/Religion/Orthodoxie/Un-premier-temoin-de-Jehovah-arrete-en-Russie-2017-06-29-1200851303?utm_term=660561

Josué

avatar
Administrateur
Les Témoins de Jéhovah interdits en Russie
FOREF - Europe / HRWF, 5 mai 2017

Publié le 31 mai 2017

Les organisations de droits de l’homme font appel à la Cour suprême et à l’administration présidentielle de la Russie.

VIENNE / BRUXELLES, le 5 mai 2017 5. 2017 (FOREF - Europe / HRWF) - Le Forum pour la liberté religieuse - Europe (FOREF) et Droits de l’homme sans frontières (HRWF) demandent instamment à la Cour suprême de Russie de revenir sur la décision du 20 avril 2017 d’interdire à les témoins de Jéhovah du pays en saisissant leurs biens. FOREF et le HRWF appellent aussi le président Poutine et son administration à nouer un dialogue « transparent et franc » pour arriver à mieux comprendre la nature des Témoins de Jéhovah, comme le propose ce groupe religieux.

« L’allégation qui voit dans les Témoins de Jéhovah un groupe extrémiste est manifestement fausse, et l’interdiction doit être abrogée », affirme le docteur Aaron Rhodes, président du FOREF. « La décision viole non seulement les obligations fondamentales en matière de droits de l’homme, elle expose chaque citoyen russe au risque de jugements arbitraires. Cela bafoue le système juridique de la Russie et l’expose à une réprobation mondiale. »

Les enquêtes des Nations Unies et d’autres experts conviennent que ni les doctrines ni la conduite des Témoins de Jéhovah ne peuvent raisonnablement passer pour « extrémistes ». Au contraire, le groupe préconise le respect des autorités politiques et gouvernementales et se tient à l’écart des questions politiques.

Les quelques 170 000 Témoins de Jéhovah de la Fédération de Russie comportent environ 400 communautés. Le ministère russe de la Justice a allégué que le groupe « menace les droits des citoyens, l’ordre public et la sécurité publique ». Mais le rejet de la violence est un trait connu des Témoins de Jéhovah.

De fait, tout observateur indépendant voit bien la faiblesse de l’instruction du Procureur général contre les Témoins de Jéhovah, un groupe qui connaît depuis longtemps la persécution en Russie. Il y a des allégations vagues et sans preuve, pas de motif. On a l’impression que les Témoins de Jéhovah se voient refuser leurs droits internationalement garantis en vertu de l’article 28 de la Constitution fédérale russe, du simple fait de leurs différences doctrinales avec l’Église orthodoxe russe.

Si la Cour suprême maintient sa décision, la participation aux activités du groupe sera passible d’une amende maximale de 600 000 roubles (plus de 9300 euros) et d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à dix ans.

Pour plus d’informations et / ou d’entretiens :

Peter Zoehrer (Directeur exécutif, FOREF) +43 664-523-8794
Aaron Rhodes (Président, FOREF) + 49-170-323-8314
Email : foref.office@gmail.com
Blog : foref- Europe.org

Willy Fautré (Directeur exécutif, HRWF)
Email : international.secretariat.brussels@hrwf.net
Site web : www.hrwf.eu

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Société


Il n’était plus une fois… les Témoins de Jéhovah en Russie


« Ce qui dérange les autorités russes, chez les Témoins de Jéhovah, est leur propagande de l’exceptionnalisme et de la suprématie. »






Propos recueillis par Junzhi Zheng
, publié le 10 mai 2017.


Le 20 avril, la Cour suprême russe a interdit les activités du mouvement religieux des Témoins de Jéhovah, jugé « extrémiste » au terme d’un procès initié par le ministère russe de la Justice. Cette décision implique la fermeture du siège national du groupe, près de Saint-Pétersbourg, la liquidation de ses 395 branches locales et de plus de 2 000 groupes affiliés à travers le pays, ainsi que la confiscation de leurs biens. Alexandre Neveev, spécialiste des cultes religieux et docteur en psychologie sociale, revient pour Le Courrier de Russie sur les raisons de cette sanction. 
« Tu seras avec moi au paradis » – affiche des Témoins de Jéhovah en Russie. Crédits : Yandex Photo


Le Courrier de Russie : Depuis quand les Témoins de Jéhovah existent-ils en Russie ? 
Alexandre Neveev : Les Témoins de Jéhovah sont actifs aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, mais il a fallu attendre le début des années 1990 pour pouvoir parler d’une existence officielle de ce mouvement religieux en Russie. Suite à la chute de l’Union soviétique, où la religion était bridée, beaucoup de cultes, tels l’Association internationale pour la conscience de Krishna ou l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, ont connu un véritable essor en Russie. 
LCDR : Les Témoins de Jéhovah de Russie sont-ils différents de leurs analogues étrangers ? 
A.N. : Pas à ma connaissance, puisque les dogmes sont les mêmes et doivent être strictement respectés, peu importe l’endroit où le culte est pratiqué. Selon les croyances du mouvement, Dieu s’appelle Jéhovah et Jésus-Christ n’est qu’un ange, seuls les témoins de Jéhovah seront sauvés lors de la fin du monde, les fidèles ne doivent en aucun cas donner leur sang à autrui ou accepter le sang d’un autre, et chaque témoin a pour mission de répandre la foi de Jéhovah auprès d’un maximum de monde.
LCDR : Pourquoi la Cour suprême russe a-t-elle décidé d’interdire le mouvement dans tout le pays ? 
A.N. : Dans un pays multiculturel comme la Russie, la paix entre les différents groupes religieux demeure une préoccupation nationale majeure. Ce qui dérange les autorités russes, chez les Témoins de Jéhovah, est leur propagande de l’exceptionnalisme et de la suprématie. Dans les près de cent supports de propagande saisis par la justice, les Témoins de Jéhovah prétendent être une exception, une religion supérieure aux autres, dont seuls ses adeptes seront sauvés au jour du jugement dernier. Du point de vue de la Cour suprême, cela constitue un élément « pouvant attiser la haine » et le mouvement est donc considéré comme un culte destructeur, à bannir. Cette interdiction s’inscrit en outre dans une campagne gouvernementale plus vaste de lutte contre les dérives sectaires, lancée il y a quelques années. À mon avis, nous sommes face au début d’une guerre contre l’extrémisme religieux.

LCDR : Comment la société russe perçoit-elle les Témoins de Jéhovah ? 
A.N. : Les Russes, d’une manière générale, voient d’un mauvais œil les cultes religieux venus de l’étranger. Les Témoins de Jéhovah sont assez connus du grand public, mais peu appréciés. À cause de leur prosélytisme du porte-à-porte et des drames causés par leur interdiction sur la transfusion sanguine dans le passé, beaucoup de Russes considèrent ce mouvement comme une secte.
LCDR : Quels sont les autres mouvements religieux largement considérés comme des sectes en Russie ?
A.N. : La liste est longue. Les plus connus sont le mormonisme, l’Église de l’Unification de Sun Myung Moon, l’Association internationale pour la conscience de Krishna, les mouvements charismatiques, l’Église du Dernier testament et la Scientologie.
LCDR : Quelle est l’attitude des autorités russes vis-à-vis de la Scientologie, d’ailleurs ? 
A.N. : Juridiquement parlant, la Scientologie n’existe plus comme mouvement religieux en Russie. En novembre 2015, le tribunal municipal de Moscou a ordonné la fermeture de l’Église de scientologie de Moscou suite à un scandale d’espionnage [des dispositifs d’écoute et de filature avaient été découverts dans leurs locaux, ndlr]. Depuis, leurs organisations ne peuvent plus être que de nature commerciale et sont obligées de payer des impôts à l’État russe, comme toute autre entité commerciale.

Les Témoins de Jéhovah en Russie en sept dates


27 mars 1991 : le mouvement des Témoins de Jéhovah est officiellement enregistré à Moscou.
20 juin 1996 : première procédure judiciaire lancée contre le mouvement des Témoins de Jéhovah par le Comité pour la protection de la jeunesse contre les fausses religions, qui les accuse d’être une « secte ».
23 février 2001 : le tribunal municipal de Moscou accorde aux Témoins de Jéhovah le droit de poursuivre leurs activités à Moscou.
17 décembre 2004 : un tribunal de district moscovite dissout une congrégation de Témoins de Jéhovah en raison de plusieurs de leurs enseignements et pratiques, jugés « extrémistes ».
27 juillet 2015 : la Russie bloque le site internet officiel des Témoins de Jéhovah.
9 juin 2016 : les activités de la société Watchtower, éditeur des publications des Témoins de Jéhovah, sont interdites en Russie.
20 avril 2017 : la Cour suprême russe interdit le mouvement religieux des Témoins de Jéhovah dans tout le pays.
Les Témoins de Jéhovah revendiquent 175 000 fidèles pratiquants en Russie.

La situation religieuse en Russie
Selon les résultats d’un sondage mené en 2013 par le centre Levada, 76 % de la population russe adhèrent à une religion, 19 % des personnes interrogées se déclarant « sans religion ». 68 % des Russes sont chrétiens orthodoxes, 7 % sont musulmans, 1 % de la population est de confession catholique et 1 % de confession protestante. (Source : centre Levada)
La constitution du 12 décembre 1993 stipule que la Russie est un pays laïc, et que l’État garantit la liberté religieuse de chacun. Tout citoyen est libre de pratiquer la religion de son choix, à condition que cela ne contrevienne pas à l’ordre public. En vertu de la loi de 2002 « sur la lutte contre l’extrémisme », tout discours public ou texte affirmant la supériorité, l’infériorité ou l’exclusivité d’un ou plusieurs citoyens au nom de préceptes religieux est passible de poursuites pénales. En 2006, la Douma d’État a élargi cette loi sur l’extrémisme, qui définit désormais l’activité extrémiste comme une « incitation à la haine raciale, nationaliste ou religieuse et à l’hostilité sociale ».
Selon la loi de 2007 « sur la liberté de conscience et des associations religieuses », l’État russe reconnaît le christianisme orthodoxe, l’islam, le bouddhisme et le judaïsme comme « religions traditionnelles » de la Russie.




[ltr]favorite[/ltr]
75





https://www.lecourrierderussie.com/societe/2017/05/temoins-jehovah-interdit/

chico.

avatar
Hubert Seiwert

« Toutes les accusations portées contre les Témoins de Jéhovah devant les tribunaux étaient infondées. »

Professeur à l’Institut des études religieuses de l’université de Leipzig
consulté la vidéo.
https://www.jw.org/fr/actualites/juridique/par-region/russie/hubert-seiwert-interview/

Patrice1633

avatar
Etant donné que Jehovah prend plaisir à ce que nous lui démontrons notre foi eprouver, alors elle dois avoir subis certaine epreuves pour lui demontrer notre vrai foi ...
Toutes personnes peut dire qu'il aime Jehovah, mais aussitôt une petite epreuve et hop, voila, nous doutons ...

La foi des Russe est eprouver en ce moment, alors ce n'est pas un désastre, ils on a prouver leur foi ...

Comme dans le passé, ce n'est pas le premier pays où il y a eu interdiction ...
Alors attendons, et Laissons-les prouver a Jehovah leur foi ...
Et quand cela sera rendu à notre tour alors nous aurons la preuve certaine que c'est faisable de servir Jehovah dans n'importe quel situation ...

Ca ne dire jamais beaucoup d'année, alors encore un peu de temps et Jehovah vas s'en occuper personnelement de cette situation, alors regardons notre victoire sans même  combattre ...

Quelqu'un dans cette salle en doute?

samuel

avatar
Administrateur
De toute façon il ne faut pas s'étonner outre mesure car il faut s'attendre à être persécuté, l'élève n'est pas plus grand que le maître sur cette question et Jésus nous avait bien prévenu que nous serions persécutés.

Patrice1633

avatar
En fait je faisait reference a notre etude de cette semaine a la salle

papy

avatar
La cour régionale d’Oriol va examiner le recours introduit en appel contre la décision de mise en détention provisoire de Dennis Christensen

Le 7 juin 2017, à 14 heures, la cour régionale d’Oriol examinera le recours introduit en appel contre la décision de mise en détention provisoire du ressortissant danois Dennis Christensen. M. Christensen, un des ministres du culte de l’assemblée des fidèles d’Oriol, a été arrêté le 25 mai 2017 à la suite d’une descente de police lors d’un service religieux tenu en semaine.

Dans le cadre de l’attaque lancée depuis longue date par le gouvernement russe contre la liberté de religion des Témoins de Jéhovah, l’association cultuelle locale d’Oriol a été accusée d’« activités extrémistes » et dissoute en juin 2016. Maintenant que la Cour suprême a dissous le Centre administratif et les associations cultuelles des Témoins de Jéhovah de Russie, le Service fédéral de sécurité (FSB) prétend qu’en se réunissant pour pratiquer leur culte, les Témoins d’Oriol perpétuent les activités d’une organisation extrémiste illégale.

Le FSB a lancé une enquête pénale contre M. Christensen, alléguant son appartenance à l’association cultuelle d’Oriol, aujourd’hui dissoute. Cependant, M.Christensen n’a jamais été membre de cette entité juridique. Il a été placé en détention provisoire jusqu’au 23 juillet 2017, parce que le procureur estime qu’en tant que ressortissant étranger, il pourrait fuir avant que le FSB ait le temps de rassembler les preuves à l’appui de leur accusation.

Outre le recours contre l’incarcération de M. Christensen, les Témoins de Jéhovah sont en train d’actualiser les plaintes qu’ils ont déposées auprès de tribunaux internationaux. À la suite de la décision de la Cour suprême, de nombreux Témoins de Russie subissent sur le plan collectif une violation de leurs droits, ainsi que les répercussions désastreuses des mesures prises par les autorités.
https://www.jw.org/fr/actualites/juridique/par-region/russie/detention-provisoire-appel-recours-02062017/

Josué

avatar
Administrateur
Pourquoi Poutine s’en prend aux témoins de Jéhovah

19h20 , le 21 avril 2017, modifié à 20h24 , le 21 avril 2017
LE GRAND ANGLE DIPLO - La nouvelle a surpris jeudi mais c’est bien les fidèles de ce mouvement religieux qui ont été purement et simplement interdits de pratiquer leur religion par la Cour suprême de Russie.

Le débat d'Europe Soir - 21/04/2017par Europe1fr
Partager sur :
Cela faisait des années que le pouvoir russe avait les témoins de Jéhovah dans le viseur. On se demande bien en quoi les 170.000 fidèles de cette Eglise peuvent être dangereux dans un pays où ils sont extrêmement minoritaires puisque l’Eglise orthodoxe russe recense près de 100 millions de pratiquants. Aux yeux de la justice, les témoins de Jéhovah sont des extrémistes qui se sont coupés de la société avec leurs propres règles dans le domaine de l’éducation et du travail et qu’ils représentent donc une menace à l’ordre public. Autrement dit, le pouvoir russe considère les témoins de Jéhovah, non seulement comme une secte mais comme un foyer d’extrémisme qui nuit à la stabilité de l’Etat. Conséquence du verdict de la Cour, le quartier général de l’organisation et ses 395 églises réparties dans le pays seront saisies et confisquées, les activités pastorales et évangéliques interdites et quiconque osera défier cette sentence sera passible de six à dix ans de prison.

Les témoins de Jéhovah, en Russie comme ailleurs, sont inoffensifs…
Cela dépend des pays. Aux Etats-Unis où ils sont nés au 19e siècle, ils sont tolérés et même respectés tant qu’ils respectent les règles d’un pays dans lequel la liberté de religion est extrêmement large. En France, ils sont surveillés car il y a eu des témoignages de membres affirmant avoir été sous influence ou menacés lorsqu’ils ont voulu quitter le mouvement. Mais il s’agit globalement d’une religion où la Bible est au cœur de tout et même s’ils sont assez méfiants vis-à-vis du monde extérieur, ils vont à sa rencontre en pratiquant un prosélytisme aussi pacifique que buté. Ce que ne supportent pas les autorités russes, c’est qu’il s’agit là de 170.000 citoyens russes qui ne votent pas, refusent de faire le service militaire, refusent de glorifier la violence d’Etat, l’annexion de la Crimée par exemple. Bref, ils sont considérés comme des adversaires politiques manipulés et étrangers à la culture russe. C’est donc un signal de plus du serrage de vis de la part d’un gouvernement autoritaire et de plus en nationaliste.

C’est ce que disent les organisations des droits de l’homme qui s’inquiètent désormais d’une menace de l’Etat russe vis-à-vis des minorités religieuses et des ONG. Il se trouve que des lois ont été votées contre les associations de défense des droits civiques ou pour la promotion de la démocratie dès lors qu’elles reçoivent le moindre kopeck de l’étranger, notamment des Etats-Unis. Idem pour la Fondation Soros qui a été fermée l’an dernier et qui risque de l’être cette année en Hongrie où la même démesure s’applique vis-à-vis des ONG étrangères sourcilleuses du respect de l’Etat de droit. En d’autres termes, cela s’appelle de la persécution.

Par François Clemenceau
http://www.lejdd.fr/international/europe/pourquoi-poutine-sen-prend-aux-temoins-de-jehovah-3307556

https://www.jw.org/en/news/releases/by-region/russia/authorities-raid-peaceful-religious-meeting-jehovahs-witnesses/

Josué

avatar
Administrateur
Russie : les Témoins de Jéhovah subissent les répercussions de la décision de la Cour suprême

La décision rendue le 20 avril 2017 par la Cour suprême de Russie se traduit dans tout le pays par des répercussions désastreuses pour les Témoins de Jéhovah. Les autorités violent les droits fondamentaux des Témoins et considèrent leurs activités religieuses comme illégales. Par ailleurs, certains citoyens russes estiment que cette décision les autorise à faire preuve de discrimination envers les Témoins et même à leur faire subir des actes criminels haineux.
https://www.jw.org/fr/actualites/juridique/par-region/russie/russie-temoins-de-jehovah-subissent-repercussions-decision-cour-supreme/

VENT

avatar
Faut pas exagérer, le gouvernement russe récompense aussi les Témoins de Jéhovah quand ils le mérite, exemple le président Poutine a décoré Valeriy et Tatiana Novik, de la « Gloire parentale », c'est l'essentiel.

https://www.jw.org/fr/actualites/actualites/par-region/russie/president-poutine-recompense-parents-temoins-de-jehovah/#?insight[search_id]=b2824e7a-ad39-47dc-b28c-9cec8f470564&insight[search_result_index]=0

samuel

avatar
Administrateur
Que veux tu depuis l'interdiction il y des abus et certains le font car ils savent que la police ferme les yeux sur ses excès.

Josué

avatar
Administrateur
Rejet du recours en appel contre la détention provisoire de Dennis Christensen

Le 21 juin 2017, le tribunal régional d’Oriol a rejeté le recours introduit en appel contre la mise en détention provisoire de Dennis Christensen. Ce ressortissant danois a été arrêté le 25 mai 2017 lors d’une descente d’agents du FSB (Service fédéral de sécurité) et de policiers masqués et armés, pour avoir participé à un office des Témoins de Jéhovah.

La Cour suprême de la Fédération de Russie a récemment jugé que les entités légales des Témoins de Jéhovah de ce pays sont « extrémistes » et décidé de dissoudre immédiatement leurs activités. Les forces de l’ordre qui ont fait irruption le 25 mai durant l’office religieux des Témoins ont dit aux assistants qu’ils seraient inculpés au motif d’avoir poursuivi les activités d’une organisation dissoute pour extrémisme. M. Christensen est un citoyen pacifique et sans antécédents judiciaires. Malgré cela, le FSB a requis une ordonnance du tribunal pour le garder en détention provisoire jusqu’au 23 juillet 2017 et ainsi avoir le temps de constituer un dossier permettant de le condamner pour extrémisme.

Les Témoins de Jéhovah ont fait appel de cette décision injuste de la Cour suprême et se préparent à défendre leur droit de continuer à pratiquer leur culte paisible sans entrave, comme le garantit la Constitution russe et la Convention européenne des droits de l’homme.

papy

avatar
26 JUIN, 2017
RUSSIE

Les fonctionnaires en Russie honorent les témoins de Jéhovah, y compris le citoyen danois emprisonné, pour un service communautaire exceptionnel
Note des fonctionnaires d'Oryol: "En reconnaissance pour une bonne action pour la communauté et pour l'environnement".
NEW YORK - Le 2 juin 2017, les fonctionnaires de la ville russe d'Oryol ont accordé une reconnaissance spéciale à la congrégation locale des Témoins de Jéhovah, exprimant leur gratitude pour leur participation aux efforts annuels de nettoyage de la ville le 22 avril 2017. Il y avait 70 témoins qui se sont portés volontaires Pour passer la journée à enlever les ordures des rues d'Oryol et de la rivière Orlik qui traversent la ville. En guise d'appréciation, les fonctionnaires de la ville ont présenté aux témoins un petit cadeau et une note manuscrite indiquant en partie: «En gratitude pour une bonne action pour la communauté et pour l'environnement».

Cependant, un mois après le nettoyage, et une semaine avant d'être formellement remerciés par les officiels de la ville, l'un des volontaires du témoin, Dennis Christensen (représenté dans l'encart ci-dessus), a été arrêté pour l'activité dite extrémiste lors d'une réunion religieuse pacifique en mai 25. Les autorités russes ont utilisé la revendication d'activités extrémistes pour cibler les témoins de Jéhovah dans tout le pays.


Dennis Christensen a assisté à un nettoyage précédent de la ville en octobre 2011.
"Ce n'est pas une surprise pour ceux qui connaissent les Témoins de Jéhovah que Dennis et les autres membres de la congrégation participeraient volontairement au nettoyage de leur ville. Ils ont accompli ce service pendant de nombreuses années, continuant même après la liquidation de leur entité juridique en 2016 ", déclare David A. Semonian, porte-parole du siège mondial des Témoins. "Les Témoins de Jéhovah à Oryol et dans d'autres villes du monde entier sont connus pour être des citoyens modèles. C'est pourquoi il est ironique que Dennis, un chrétien diligent et respectueux des lois, soit traité comme un criminel peu après avoir apporté une contribution positive à sa communauté reconnue comme honorable par les fonctionnaires d'Oryol.

L' arrestation de M. Christensen a eu lieu près d'un an après que la personne morale locale utilisée par les Témoins à Oryol a été liquidée le 14 juin 2016. Les accusations portées contre M. Christensen sont également intervenues lors de la décision du 20 avril 2017 De la Cour suprême de la Fédération de Russie pour liquider le Centre administratif des Témoins de Jéhovah en Russie, près de Saint-Pétersbourg. M. Christensen est toujours détenu en détention préventive par les autorités d'Oryol.

Contact aux médias

David A. Semonian, Bureau de l'information publique, + 1-845-524-3000
https://www.jw.org/en/news/releases/by-region/russia/officials-honor-jehovahs-witnesses-outstanding-community-service/

Josué

avatar
Administrateur
Un membre danois des Témoins de Jéhovah a été condamné à deux mois de prison en Russie pour "extrémisme", première condamnation depuis l'interdiction en avril par Moscou de cette organisation, a annoncé lundi cette dernière.
Avec cinquante autres Témoins de Jéhovah, Dennis Christensen a été arrêté jeudi soir pendant un office religieux par "des membres armés du FSB (services de sécurité russes) à Orel", ville située à 350 km au sud de Moscou, a raconté à l'AFP un responsable russe des Témoins de Jéhovah, Iaroslav Sivoulski. "Toutes les personnes détenues ont été relâchées peu après sauf lui", a-t-il précisé.

Vendredi, un tribunal local a reconnu le Danois coupable de "participation à des activités extrémistes" et l'a condamné à deux mois de prison, a dit M. Sivoulski qui a précisé que l'avocat de l'accusé avait fait appel.

L'ambassade du Danemark à Moscou n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

"C'est la première fois qu'un Témoin de Jéhovah est condamné à une peine de prison depuis l'URSS", a regretté M. Sivoulski, soulignant "un retour en arrière, pour le pire".

Il s'agit également de la première condamnation depuis que la Cour suprême russe a interdit en avril cette organisation qui revendique quelque 175.000 membres en Russie. Cette décision de la justice russe a ouvert la voie à la liquidation des 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe et à la confiscation de leurs biens.

Mouvement fondé en 1873 aux Etats-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se revendiquent du christianisme. Aux yeux de la puissante Eglise orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte dangereuse en raison notamment de l'interdiction des transfusions sanguines pour ses membres.

La Russie avait déjà ordonné la dissolution en 2004 d'une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée "injustifiée" par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), qui a condamné ce pays à 70.000 euros de dommages et intérêts en 2010 dans cette affaire.

Lire aussi
Les Témoins de Jéhovah, une "secte extrémiste" désormais bannie en Russie

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3169425/2017/05/29/Premiere-condamnation-contre-un-Temoin-de-Jehovah-en-Russie.dhtml

papy

avatar
Appel au Danemark pour plaider en faveur de la libération de Dennis Christensen

Droits de l'homme sans frontières internationale

Nous souhaitons faire appel au Danemark, au nom de M. Dennis Christensen, un ressortissant danois qui a été injustement arrêté et détenu dans Orlovsky, la Russie, pour avoir exercé son droit à la liberté de religion et / ou de conviction et son droit à la liberté de culte et la liberté de montage.
M. Christensen a été placé en état d'arrestation suite à une descente de police le soir du 25 mai 2017. Les autorités ont perturbé un service religieux pacifique des Témoins de Jéhovah, les copies recueillies des documents d'identité de tous les participants, et a saisi leurs appareils électroniques.
L'arrestation de M. Christensen a été exécuté après une décision de la Cour suprême de la Fédération de Russie le 20 Avril 2017 qui interdit les Témoins de Jéhovah de pratiquer leur religion et les a classés comme une organisation extrémiste. L'arrestation de M. Christensen viole les protections qui lui est accordée en vertu du droit international. Une telle action ne peut être justifiée comme étant nécessaire ou proportionnée.
Nous craignons que la Fédération de Russie ne respecte pas ses obligations en tant que signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention européenne des droits de l'homme.
M. Christensen demeurera en détention provisoire jusqu'à son procès le 23 Juillet 2017. Si reconnu coupable, il pourrait faire face à une peine de six à dix ans d'emprisonnement.
Le Danemark continue de collaborer avec la Fédération de Russie par l'intermédiaire de leurs ambassades, des pourparlers diplomatiques et économiques et commerciales, nous les exhortons à plaider en faveur de la libération immédiate et inconditionnelle de M. Christensen.
signataires
Droits de l'homme sans frontières internationale
Cette pétition sera remise à:
Le Premier ministre danois
Lars Løkke Rasmussen
Le ministre danois des Affaires étrangères
Anders Samuelsen
L' ambassadeur du Danemark en Russie
Thomas Winkler
Lire la lettre de pétition
Droits de l'homme
La liberté de religion
Les Témoins de Jéhovah
Russie
Danemark
Human Rights Without Frontiers International a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 15 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.
https://www.change.org/p/danish-prime-minister-lars-l%C3%B8kke-rasmussen-call-to-denmark-to-advocate-for-the-release-of-dennis-christensen

Josué

avatar
Administrateur
Statut juridique des Témoins de Jéhovah en Russie Dissolution des associations comme « organisations extrémistes » - Interdiction des activités cultuelles - Persécution religieuse Publié le 21 janvier 2013 - Modifié le 5 juillet 2017 Les Témoins de Jéhovah représentent en Fédération de Russie une communauté chrétienne rassemblant presque 300 000 fidèles et sympathisants, dont 170 000 pratiquants réguliers. Après avoir été officiellement enregistrés le 27 mars 1991 par un document officiel signé par le ministre de la Justice de Russie [1], les Témoins de Jéhovah ont obtenu du ministère de la Justice le renouvellement de leur enregistrement au niveau fédéral comme organisation religieuse le 29 avril 1999. Conformément à la loi de 1997 sur « La liberté de conscience et les organisations religieuses », le nom officiel Centre administratif pour les Témoins de Jéhovah de Russie, par l’emploi du mot « Russie », indique que leur mouvement existe dans le pays depuis plus de 50 ans [2]. Selon les données du ministère de la Justice russe en 2009, 409 associations cultuelles des Témoins de Jéhovah figuraient parmi les 23 313 organisations religieuses enregistrées [3]. À l’inverse, les juridictions de Moscow ont décidé de dissoudre leur association locale à la demande d’une association proche de l’Église orthodoxe, ce qui a entraîné l’interdiction de leurs activités dans la capitale russe. Quant au département de la Justice moscovite, il a rejeté à plusieurs reprises les demandes de réinscription des Témoins de Jéhovah, comme l’exigeait la loi de 1997 pour pouvoir poursuivre la pratique de leur culte. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné unanimement la Russie pour violation des articles 9 (droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion) et 11 (liberté de réunion et d’association) de la Convention européenne des droits de l’homme [4]. Son arrêt fort étayé du 10 juin 2010 a logiquement conclu que « la dissolution de la communauté a constitué une sanction excessivement sévère et disproportionnée par rapport au but légitime poursuivi par les autorités », puisqu’elle « ne reposait pas sur une base factuelle adéquate ». La juridiction siégeant à Strasbourg a pris la peine de reprendre une par une toutes les accusations portées contre les Témoins de Jéhovah et les a rejetées en apportant des arguments solides : Selon elle, « les juridictions internes n’ont pas avancé de motifs pertinents et suffisants pour montrer que la communauté requérante avait forcé des individus à rompre avec leur famille, qu’elle avait porté atteinte aux droits et libertés de ses membres ou de tiers, qu’elle avait incité ses adeptes à se suicider ou à refuser des soins, qu’elle avait porté atteinte aux droits des parents ne faisant pas partie de ses membres ou à leurs enfants, ou encore qu’elle avait encouragé ses membres à refuser de respecter une quelconque obligation légale ». Les supposées contraintes imposées, que ce soient la prière, l’activité d’évangélisation ou les choix en matière de divertissements, « ne sont pas fondamentalement différentes de contraintes analogues imposées par d’autres religions à leurs fidèles dans la sphère privée ». Le refus des transfusions sanguines n’apparaît pas suffisant pour justifier « une mesure aussi radicale que l’interdiction de ses activités », d’autant que le droit russe assure la liberté de choix thérapeutique. Finalement, en application de cet arrêt de la CEDH, le ministère de la Justice russe a enregistré officiellement la Communauté religieuse des Témoins de Jéhovah de Moscou le 27 mai 2015 [5]. Tandis qu’au 1er janvier 2017 le culte des témoins de Jéhovah comptait 398 organisations religieuses officiellement enregistrées [6], le ministère de la Justice a demandé à la Cour suprême de « déclarer extrémiste l’organisation religieuse des Témoins de Jéhovah (leur Centre administratif), interdire ses activités et la dissoudre », selon ce qui était indiqué le 15 mars 2017 sur le site de la juridiction [7]. Le 20 avril 2017, la Cour suprême a accédé à la demande des autorités russes en prononçant non seulement la fermeture du siège national, l’interdiction de ses activités, la clôture de ses comptes bancaires et la confiscation de ses biens immobiliers, mais encore la dissolution de toutes les associations cultuelles locales et la saisie confiscatoire de tous leurs lieux de culte [8]. La presse y voit évidemment le retour en force de la « puissante Église orthodoxe [9] », sachant que « depuis une vingtaine d’années, le Patriarcat de Moscou s’engage notamment dans une violente campagne contre les Témoins de Jéhovah et autres mouvements minoritaires [10] ». Cette mesure officielle a eu pour conséquence d’intensifier la persécution des Témoins de Jéhovah au sein de la société russe : interruptions d’offices religieux par des descentes de police, actes de vandalisme contre des lieux de culte et même des maisons privées, humiliations d’enfants et de leurs parents à l’école, licenciements pour appartenance à une religion classée « extrémiste » [11]... Cette interdiction du culte des Témoins de Jéhovah en Russie a été largement condamnée au niveau international, tant par les organisations de défense des droits de l’homme (Human Rights Watch [12], Forum pour la liberté religieuse - Europe conjointement avec Droits de l’homme sans frontières [13], Association Internationale pour la Défense de la Liberté Religieuse [14]) que par diverses instances internationales. Pour l’Union européenne, l’envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion Jan Figel a déclaré le 21 avril 2017 que l’interdiction des Témoins de Jéhovah constituait « un coup à la liberté de religion et de croyance [15] » et la porte-parole du Service européen pour l’action extérieure Maja Kocijančič a officiellement établi : « Les Témoins de Jéhovah, au même titre que tous les autres groupes religieux, doivent pouvoir jouir paisiblement de leur liberté de réunion sans ingérence, telle que la garantit la Constitution de la Fédération de Russie ainsi que les traités internationaux signés par la Russie et les normes internationales relatives aux droits de l’homme [16]. » Du côté de l’OSCE, le directeur du Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l’Homme (BIDDH) Michael Georg Link s’est dit « profondément préoccupé par cette criminalisation injustifiée des activités pacifiques des membres des communautés de Témoins de Jéhovah en Russie [17] ». Sans oublier la Commission sur la liberté religieuse internationale des États-Unis (USCIRF), qui « condamne la décision de la Cour suprême russe de bannir les Témoins de Jéhovah [18] » dans un communiqué de presse du 20 avril 2017. Plusieurs pays sont intervenus pour demander au gouvernement russe de respecter ses engagements internationaux en faveur de la liberté de culte. Par l’intermédiaire du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Martin Schaefer, le gouvernement allemand a exprimé ses inquiétudes au sujet de la décision de la Cour suprême de condamner les Témoins de Jéhovah en tant qu’organisation extrémiste et d’interdire ses activités [19], question que la Chancelière allemande Angela Merkel a franchement abordée durant sa conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine, lors de leur rencontre en mai 2017 [20]. De son côté, le gouvernement britannique s’est dit « alarmé » par cette interdiction et a lancé un appel à Vladimir Poutine pour défendre la liberté religieuse, en estimant que la décision de la Cour suprême « criminalise le culte pacifique de 175 000 citoyens russes [21] ». Notes [1] Philippe Barbey, Les Témoins de Jéhovah en Russie, une résistance spirituelle pour la reconnaissance cultuelle du christianisme non trinitaire, Focus sociologique, consulté le 21 février 2017.

© Source : https://www.droit-tj.fr/spip.php?article148

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
INFO | La Cour suprême de Russie rejette l'appel introduit par les Témoins de Jéhovah

Aujourd'hui, la chambre d'appel de la Cour suprême de Russie a statué contre les Témoins de Jéhovah, confirmant la décision du 20 avril 2017 de dissoudre leur Centre administratif rendant ainsi leur culte illégal. Malgré cette décision, nous sommes convaincus que Jéhovah continuera de soutenir nos frères de Russie (Hébreux 13:6). Continuons de prier pour eux (2 Thessaloniciens 3:1).
Il fallait si attendre .
Mais les TJ y survivront.

Josué

avatar
Administrateur
L'interdiction des Témoins de Jéhovah confirmée en Russie
Des participants assistent à une audience demandée par... (Archives AFP, Vasily Maximov)
Des participants assistent à une audience demandée par le ministère de la Justice visant à interdire les Témoins de Jéhovah à la Cour suprême de Russie, le 20 avril 2017 à Moscou.
ARCHIVES AFP, VASILY
Agence France-Presse
MOSCOU
La Cour suprême russe a confirmé lundi l'interdiction des Témoins de Jéhovah, en rejetant l'appel de cette organisation, considérée comme « extrémiste » en Russie.

« La Cour suprême russe a décidé de rejeter l'appel de l'organisation contre son interdiction », lit-on dans la décision de l'instance judiciaire, citée par l'agence de presse publique RIA-Novosti.

Fin avril, les Témoins de Jéhovah avaient été interdits en Russie par la Cour suprême, à la suite d'une demande du ministère de la Justice qui avait relevé chez ce mouvement millénariste des « signes d'activité extrémiste ».

Cette décision de la justice russe avait ouvert la voie à la liquidation des 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe, où l'organisation revendique quelque 175 000 membres, et à la confiscation de leurs biens.

« Ce n'est pas encore la fin », a assuré Viktor Jenkov, l'avocat des Témoins de Jéhovah, cité par l'agence Interfax.

« Nous allons faire appel de cette décision devant la Cour européenne des droits de l'Homme » (CEDH), a-t-il souligné.

Mouvement fondé en 1873 aux États-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se revendiquent du christianisme.

Aux yeux de la puissante Église orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte dangereuse en raison notamment de l'interdiction des transfusions sanguines pour ses membres.

La Russie avait déjà ordonné la dissolution en 2004 d'une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée « injustifiée » par la CEDH, qui a condamné ce pays à 70 000 euros de dommages et intérêts en 2010 dans cette affaire.
http://www.lapresse.ca/international/europe/201707/17/01-5116880-linterdiction-des-temoins-de-jehovah-confirmee-en-russie.php

chico.

avatar
Un autre article.
Les Témoins de Jéhovah de Russie sont interdits après avoir perdu leur attrait
17 juillet 2017
De la section Europe Ce sont des liens externes et s'ouvriront dans une nouvelle fenêtre Partagez ceci avec Facebook  Partagez ceci avec Twitter  Partagez ceci avec Messenger  Partagez ceci avec Email  Partager
Pamphlets de témoins de Jéhovah
Légende de l'image
Le ministère de la Justice russe soutient que les pamphlets de témoins de Jéhovah incitent à la haine
La Cour suprême de Russie a ordonné la dissolution des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe.
L'interdiction a pris effet après que le tribunal a rejeté un appel du groupe religieux contre une décision en avril qui l'a déclaré extrémiste.
Le ministère de la Justice a soutenu que le groupe a distribué des brochures qui ont incité la haine contre d'autres groupes.
Le groupe a décrit la décision comme la fin de la liberté religieuse en Russie.
La dénomination dit qu'il a 175 000 membres en Russie - un pays où il a été persécuté pendant l'ère stalinienne.
On estime que huit millions de personnes dans le monde font partie du mouvement chrétien, plus connu pour aller en porte à porte à la recherche de nouveaux convertis.
Les témoins de Jéhovah en un coup d'œil
L'église prête du poids au patriotisme de Poutine
La décision signifie que le siège du groupe près de Saint-Pétersbourg et 395 chapitres locaux fermera.
Il sera nécessaire de remettre toutes les propriétés, connues sous le nom de Kingdom Halls, au gouvernement russe.
Le porte-parole de la Russie du groupe, Yaroslav Sivulsky, a déclaré que "la liberté religieuse en Russie était terminée".
"Il n'y avait pas de faits réels d'un extrémisme sur une partie des Témoins de Jéhovah. Il s'agit de la mauvaise littérature et de l'intolérance. Maintenant, quiconque étudie la Bible peut être emprisonné", a-t-il déclaré, cité par le magazine Newsweek.


Légende des médias Les autorités russes s'opposent à l'extrémisme dans tout le pays
Une brochure distribuée par le groupe a cité le romancier Léon Tolstoï en décrivant la doctrine de l'Église orthodoxe russe comme superstition et sorcellerie.
Les fonctionnaires ont accusé la religion de détruire les familles, de propager la haine et de mettre en danger des vies. L'Église a également rejoint les appels à l'interdiction.
Le groupe des Témoins de Jéhovah a été fondé aux États-Unis au 19ème siècle.
Ils prennent la plupart de la Bible littéralement et refusent les transfusions sanguines. Ils ne sont pas vus par les Églises chrétiennes traditionnelles comme une dénomination dominante.
Les participants assistent à une audience sur la demande du ministère de la Justice d'interdire les Témoins de Jéhovah à la Cour suprême de Russie à Moscou (20 avril 2017)Image copyright AFP
Légende de l'image
La décision originale de la Cour suprême a eu lieu en avril de cette année
Pendant le règne de la terreur de Joseph Stalin en Union soviétique, il a été interdit et des milliers de membres ont été expulsés en Sibérie. D'autres groupes chrétiens ont également été persécutés.
Alors que l'Union soviétique s'effondrait, il y a eu une reprise du christianisme en Russie et l'interdiction des Témoins de Jéhovah a été levée en 1991. Mais les attitudes se sont durcies de nouveau et en 2004 il a été accusé de recruter des enfants et d'empêcher les croyants d'accepter une assistance médicale.
Le groupe des droits de l'homme Sova a soutenu qu'une «campagne répressive officielle» a été menée contre le mouvement depuis des années et que beaucoup de leurs membres ont été attaqués physiquement.
Les Témoins de Jéhovah devraient faire appel à la Cour européenne des droits de l'homme, mais la Russie pourrait bien ignorer tout verdict en leur faveur.
Partagez cette histoire À propos du partage
http://www.bbc.com/news/world-europe-40635267

chico.

avatar
Les témoins de Jéhovah restent interdits alors que la Russie rejette l'appel
Et la plupart des Russes en sont bien.
KATE SHELLNUTT 17 JUILLET 2017 18H37
Les derniers efforts des Témoins de Jéhovah pour faire appel de l'interdiction de la Russie à l'égard de leur foi ont échoué dans la Cour suprême du pays.
Avec les trois juges qui ont comparu lundi avec le ministère russe de la Justice, la décision du 20 avril visant à liquider les centres des Témoins et à criminaliser leur culte, malgré les désirs désespérés des membres des défenseurs de la foi et de la liberté de religion.

« La décision de la Cour suprême reflète malheureusement l'assimilant continue du gouvernement de la pratique de la liberté religieuse pacifique à l' extrémisme » , a déclaré Daniel Mark, président de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), qui a appelé les violations de la Russie plus tôt cette année. "Les témoins ne sont pas un groupe extrémiste et devraient pouvoir pratiquer leur foi ouvertement et librement et sans la répression du gouvernement".

En Russie, où l'Église orthodoxe russe reste l'affiliation religieuse dominante, le soutien est élevé (79%) pour l'interdiction du gouvernement de désigner les Témoins de Jéhovah en tant que groupe extrémiste, selon une enquête menée par le Levada Center le mois dernier.

Près de la moitié des Russes considèrent les Témoins comme une «secte chrétienne», tandis que les petites minorités le pensent comme un rejeton protestant (5%) ou une variante du christianisme ordinaire (2%).

Les protestants russes, bien que aussi une minorité, considèrent les Témoins de Jéhovah comme ayant leur propre théologie et leur méthodologie. Alors que les témoins se distinguent par leur matériel distinct et par le prosélytisme avide, les évangéliques ont connu une meilleure réputation auprès du gouvernement russe dans de nombreux cas, comme CT l'a déjà signalé .

Pourtant, tous les groupes religieux qui cherchent à partager leur foi et à obtenir des convertis doivent adhérer à la nouvelle interdiction d'évangélisation promulguée en Russie il y a un an. La loi, qui fait partie d'un programme antiterroriste, restreint la prédication, l'enseignement et le recrutement d'adhérents religieux dans les maisons de culte officiellement reconnues.

Par exemple, les missionnaires mormones ont dû limiter leurs activités au bénévolat dans les centres, rapporte Salt Lake Tribune . "Plus de frapper à la porte dans une quête de convoque pour les convertis. Plus de distributions de brochures dans la rue. Plus de discussions doctrinales sur la prière, les prophètes ou la prêtrise. "

Le mois dernier, certains missionnaires ont été expulsés en raison des restrictions sur lesquelles les visiteurs étrangers peuvent rester; Ils ont été enregistrés pour être hébergés par l'église, pas à l'adresse de leur appartement.

Plus de 400 Témoins de Jéhovah ont été réinstallés en tant que réfugiés aux États-Unis cet exercice, en baisse par rapport à près de 700 l'année fiscale précédente. Cependant, seulement 53 sont venus de Russie depuis 2003, selon les statistiques du Département d'Etat. (Le plus loin, plus de 9 000 personnes, provenaient de Cuba).

CT a précédemment rapporté sur les réactions des évangéliques russes à l' interdiction des témoins et à l' interdiction de l'évangélisation .
Liberté de religionRussie
PUBLIÉ PAR: Kate Shellnutt
Accueil > Actualités et rapports > Archives > 2017 > Avril
Pour la première fois, la Russie a classé parmi les pires violateurs de la liberté religieuse
Le rapport annuel de l'USCIRF élargit les pays particulièrement préoccupants.
KATE SHELLNUTT 26 AVRIL 2017 10:44Pour la première fois, la Russie a classé parmi les pires violateurs de la liberté religieuse
Image: Chany Crystal / Flickr
La répression en cours de la Russie contre les minorités religieuses, les missionnaires étrangers et les évangélistes lui a valu une place parmi les pires pays du monde pour la liberté de religion.
PLUS D'INFORMATIONS
La Commission américaine de la liberté religieuse internationale (USCIRF), qui dénonce les contrevenants à la liberté religieuse pour le Département d'Etat, a énuméré l'ancien État soviétique parmi six nouveaux pays de première importance (CPC) dans son dernier rapport annuel , publié mercredi.

C'est la première fois dans les 20 ans d'histoire de la Commission que la Russie a fait la liste. Au total, 16 pays détiennent actuellement la désignation CPC, et une autre douzaine sont en cours de classement en tant que niveau 2.

La Russie est le seul pays dont la répression de la liberté religieuse s'est intensifiée et s'est étendue dans un État voisin par l'occupation militaire depuis que l'USCIRF a commencé à la surveiller, ont indiqué les responsables. Le rapport a consacré sept pages à ses politiques problématiques, de la «persécution des minorités religieuses dans les régions occupées de la Crimée et de Donbas» aux mouvements récents contre les chrétiens non orthodoxes dans son cœur.

La semaine dernière, la Cour suprême de Russie a officiellement interdit les Témoins de Jéhovah à l' échelle nationale après plusieurs années de listes noires et de fermeture des centres régionaux.

"Le droit des Témoins de Jéhovah à la liberté religieuse est éliminé par une application défectueuse de cette loi", qui marque l'organisation pacifiste d'un groupe extrémiste, a déclaré Thomas Reese, président de l'USCIRF et prêtre catholique. La commission a recommandé au gouvernement des États-Unis d'exhorter la Russie à modifier la loi afin d'ajouter des critères qui l'empêchent d'être utilisés contre des groupes pacifiques.

En outre, la commission veut voir plus de pression sur les fonctionnaires russes sur l'application répressive d'autres lois, y compris la loi sur les «agents étrangers» qui limite l'activité missionnaire et une réglementation anti-évangélisation 2016 (connue sous le nom de «loi Yarovaya») Qui empêche les Russes non orthodoxes de partager leur foi en dehors des édifices officiels de l'église.

Les évangéliques russes, qui représentent moins de 1 pour cent de la population, continuent à repousser les restrictions, ce qui a entraîné des arrestations, des amendes et des matériaux confisqués pour les protestants reconnus coupable. Ils ont risqué le châtiment pour continuer à répandre l'évangile.

"Ils disent:" Si cela viendra, cela ne nous empêchera pas d'adorer et de partager notre foi ", a déclaré à l'année dernière CT Sergey Rakhuba, président de Mission Eurasia et ancien planteur d'église de Moscou . "La Grande Commission n'est pas seulement pour un temps de liberté".

Le rapport de l'USCIRF indique que les violations de la liberté religieuse sont plus fréquentes et plus sévères. À l'échelle mondiale, l'état de la liberté religieuse s'est suffisamment aggravé pour que la commission s'inquiète du fait que les observateurs deviennent «engourdis aux violations du droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion».

http://www.christianitytoday.com/news/2017/april/uscirf-ranks-russia-worst-violators-religious-freedom-cpc.html

Josué

avatar
Administrateur
L'interdiction des Témoins de Jéhovah confirmée en Russie
Des participants assistent à une audience demandée par... (Archives AFP, Vasily Maximov)
Des participants assistent à une audience demandée par le ministère de la Justice visant à interdire les Témoins de Jéhovah à la Cour suprême de Russie, le 20 avril 2017 à Moscou.
ARCHIVES AFP, VASILY MAXIMOV
MOSCOU
La Cour suprême russe a confirmé lundi l'interdiction des Témoins de Jéhovah, en rejetant l'appel de cette organisation, considérée comme « extrémiste » en Russie.

« La Cour suprême russe a décidé de rejeter l'appel de l'organisation contre son interdiction », lit-on dans la décision de l'instance judiciaire, citée par l'agence de presse publique RIA-Novosti.

Fin avril, les Témoins de Jéhovah avaient été interdits en Russie par la Cour suprême, à la suite d'une demande du ministère de la Justice qui avait relevé chez ce mouvement millénariste des « signes d'activité extrémiste ».

Cette décision de la justice russe avait ouvert la voie à la liquidation des 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe, où l'organisation revendique quelque 175 000 membres, et à la confiscation de leurs biens.

« Ce n'est pas encore la fin », a assuré Viktor Jenkov, l'avocat des Témoins de Jéhovah, cité par l'agence Interfax.

« Nous allons faire appel de cette décision devant la Cour européenne des droits de l'Homme » (CEDH), a-t-il souligné.

Mouvement fondé en 1873 aux États-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se revendiquent du christianisme.

Aux yeux de la puissante Église orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte dangereuse en raison notamment de l'interdiction des transfusions sanguines pour ses membres.

La Russie avait déjà ordonné la dissolution en 2004 d'une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée « injustifiée » par la CEDH, qui a condamné ce pays à 70 000 euros de dommages et intérêts en 2010 dans cette affaire.
http://www.lapresse.ca/international/europe/201707/17/01-5116880-linterdiction-des-temoins-de-jehovah-confirmee-en-russie.php

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
actus

VIDEO RELEASE | International Delegation Supports Russian Brotherhood


The Governing Body sent a delegation of brothers from three continents to travel to Moscow in advance of the July 17 Supreme Court appeal hearing to demonstrate our heartfelt support for the brothers in Russia. A video update has been prepared.

https://tv.jw.org/#en/mediaitems/StudioNewsReports/pub-jwb_201707_14_VIDEO

Josué

avatar
Administrateur
En Russie, la Cour suprême confirme l’interdiction des Témoins de Jéhovah
Samuel Lieven (avec AFP), le 18/07/2017 à 17h41
Mis à jour le 18/07/2017 à 17h41 Envoyer par email

Après avoir interdit les Témoins de Jéhovah en avril, la Cour suprême russe a examiné lundi 17 juillet le recours présenté par l’organisation. La haute juridiction a confirmé sa décision, qui devient définitive.
Les Témoins de Jéhovah sont définitivement interdits en Russie. La Cour suprême russe a confirmé sa décision lundi 17 juillet en rejetant l’appel de l’organisation, qu’elle considère comme « extrémiste ».

En avril 2017, les Témoins de Jéhovah avaient déjà été interdits par la haute juridiction, suite à une demande du ministère de la justice qui estimait qu’ils représentaient « une menace pour les droits des citoyens, pour l’ordre public et pour la sécurité de la société ».

À LIRE : La liberté religieuse recule dans le monde

Cette première décision de la Cour suprême s’accompagnait de l’obligation de dissoudre les 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah que compte le territoire russe, où l’organisation revendique 175 000 membres, et de la confiscation de leurs biens.

Un ultime recours possible devant la CEDH

La décision de la plus haute juridiction russe est donc devenue définitive le 17 juillet, épuisant toutes les voies de recours internes ouvertes à l’organisation. L’avocat des Témoins de Jéhovah, Viktor Jenkov, a toutefois annoncé à l’agence Interfax qu’il ferait appel de cette décision devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), ultime recours désormais possible.

Et en la matière, la jurisprudence de la juridiction internationale est plutôt favorable à l’organisation. En 2007, la Russie avait été condamnée par la CEDH pour avoir violé le droit à la liberté de religion d’une centaine de Témoins de Jéhovah en annulant en 2000 une réunion religieuse dans l’auditorium d’un collège de Tcheliabinsk, en Sibérie.

Le pays avait également été condamné à 70 000 € de dommages et intérêts en 2010 pour avoir ordonné la dissolution en 2004 d’une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée « injustifiée » par la CEDH.

Une arrestation pendant un office religieux

Depuis l’interdiction en avril, un membre danois de l’organisation, Dennis Christensen, a été arrêté jeudi 25 mai pendant un office religieux par « des membres armés du FSB (services de sécurité russes) à Orel », ville située à 350 km au sud de Moscou, selon un responsable russe des Témoins de Jéhovah, Iaroslav Sivoulski. Cinquante autres Témoins de Jéhovah avaient été arrêtés, avant d’être relâchés.

Le tribunal local a reconnu ce Danois coupable de « participation à des activités extrémistes » et l’a condamné à deux mois de prison. « C’est la première fois qu’un Témoin de Jéhovah est condamné à une peine de prison depuis l’URSS », a regretté Iaroslav Sivoulski, soulignant « un retour en arrière, pour le pire ».

Aux yeux de l’Église orthodoxe, une « secte dangereuse »

Mouvement fondé en 1873 aux États-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se réclament du christianisme. Mais aux yeux de la puissante Église orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte dangereuse.

Plus globalement, le Patriarcat orthodoxe craint la concurrence et le prosélytisme des autres mouvements religieux, comme par exemple les évangélistes.

En France, des croyances « problématiques »

En 2010, les Témoins de Jéhovah revendiquaient 7,5 millions de « proclamateurs » réguliers. Leur filiation chrétienne leur est toutefois refusée par les confessions chrétiennes car ils ne croient pas en la divinité du Christ.

À LIRE : Que croient les Témoins de Jéhovah ?

Sans être considérés comme une secte, les Témoins de Jéhovah font l’objet en France d’une vigilance de la part des autorités qui considèrent certaines de leurs croyances comme « problématiques ».

Samuel Lieven (avec AFP)
http://www.la-croix.com/Religion/En-Russie-Cour-supreme-confirme-linterdiction-Temoins-Jehovah-2017-07-18-1200863803

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
actus

NOUVELLE VIDEO | Une délégation internationale apporte son soutien aux frères et sœurs de Russie

Avant que la Cour suprême examine l’appel des Témoins de Jéhovah le 17 juillet, le Collège central a envoyé à Moscou une délégation de frères en provenance de trois continents pour apporter leur soutien sincère aux frères et sœurs de Russie. Une nouvelle vidéo a été préparée (bientôt disponible en français).

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
À voir
https://tv.jw.org/#en/mediaitems/StudioNewsReports/pub-jwb_201707_14_VIDEO

On peut la sous-titrer en français avec iMovie.
Si personne ne le fait, je l'offrirai aux témoins de Jéhovah à la rentrée.
https://support.apple.com/kb/PH2211?locale=fr_FR&viewlocale=fr_FR

Les images parlent assez sur le malheur qui s'abbat encore et encore sur les témoins de Jéhovah qui sont des hommes et des femmes humbles, non violents, pacifiques, offrant au péril parfois de leur vie, la Bible gratuitement en belle édition pour toute une vie.

Ayons une pensée émue pour les opprimés pour leur foi.


C'est un droit inaliénable des Droits de l'Homme.
Ayons une autre pensée pour les diffamations et persécutions des témoins de Jéhovah dans des forums anti témoins de Jéhovah tel celui d'Eliaqim/kaboo.

La Justice de Dieu est infaillible et seule vraie.

papy

avatar
Merci pour de ta réponse qui concerne tous les opprimés.

Josué

avatar
Administrateur
La conspiration française avec l'église orthodoxe russe qui a détruit les témoins de Jéhovah
20h40 23/07/2017

L'interdiction de la Cour suprême de la Russie le 17 juillet sur les Témoins de Jéhovah a été le résultat d'un conspiration décennal financé par le gouvernement français, béni par l'Église orthodoxe russe et sanctionné par l'administration de Poutine.

Une ONG française - entièrement financée par le gouvernement français dans le but de lutter contre les minorités religieuses - s'est associée à l'administration de Poutine et à l'Église orthodoxe russe pour étiqueter les religions non orthodoxes en Russie en tant que groupes extrémistes et les éliminer. La dernière phase de ce plan a d'abord attiré l'attention internationale avec l'arrestation par les autorités russes d'un citoyen danois.

L'arrestation de Dennis Christensen

L' arrestation du 25 décembre sur le citoyen danois Dennis Christensen en Russie a poussé le sort des Témoins de Jéhovah (JW) dans les projecteurs mondiaux. Les autorités russes ont arrêté Christensen, ainsi que 15 autres membres du témoin de Jéhovah, lors d'un raid sur un complexe JW alors que les membres étaient engagés dans une étude de la Bible. Le raid a été mené après que la Cour suprême de Russie ait interdit les JW en Russie le 20 avril et les a qualifiés d'une organisation extrémiste.

Christensen a interjeté appel de son incarcération avant le procès, mais un tribunal russe a refusé son recours le 21 juin. Parallèlement aux audiences de la Cour de Christensen, il s'agissait de la bataille juridique de toute l'organisation JW russe. Les JW ont fait appel de la décision du 20 avril devant la Cour suprême de Russie, qui a statué contre eux et a confirmé l'interdiction contre eux le 17 juillet. Christensen est confronté à une peine d'emprisonnement de 10 ans sur la charge d'organiser une activité religieuse illégale, puisque l'étude biblique a eu lieu après L'interdiction initiale des JW le 20 avril.

La décision de la Cour suprême de la République du 20 avril contre les JW a confirmé la décision du ministère russe de la Justice qui a ajouté le groupe en mai à une liste d'organisations officiellement interdites pour des activités extrémistes.

Mais pourquoi le ministère de la Justice a-t-il Christensen, un homme pacifique honoré par les autorités russes pour un service communautaire exceptionnel, arrêté? Pourquoi le ministère de la Justice a-t-il ajouté les JW, qui sont des pacifistes avoués et évitent les activités politiques, à une liste d'organisations extrémistes interdites?

La connexion française

Le ministère de la Justice a pris sa décision sur la base d'un conseil du Conseil d'experts du ministère pour la conduite de l'analyse d'experts en études religieuses d'État. Le but du Conseil d'experts est d'enquêter sur les religions qui s'écartent de l'enseignement orthodoxe russe et de recommander des actions contre ces religions à l'Etat. Le Conseil d'experts est dirigé par Aleksander Dvorkin, vice-président de la branche russe de FECRIS.

FECRIS, la Fédération Européenne des Centres de Recherche et d'Information sur le Sectarisme, est une ONG française dédiée "selon ses statuts, pour identifier en tant que secte ou culte ou un gourou l'organisation ou l'individu qui abuse des croyances et des techniques comportementales pour son propre bénéfice, '" Selon la Coordination des associations et des individus pour la liberté de conscience (CAIFC).

L'ONU et le Conseil de l'Europe reconnaissent FECRIS en tant qu'ONG, bien que le département du Premier ministre français fournisse 100 pour cent du financement de l'organisation, selon CAIFC.

"Comment un Premier ministre peut-il déclarer qu'il n'y a pas de définition juridique d'une secte en France et, en même temps, financer au 100% une association NON GOUVERNEMENTALE dont l'objectif est de pointer vers« sectes / cultes »? La déclaration de CAIFC lit.

FECRIS en Russie

Le CAIFC a également noté le partenariat de FECRIS, et Dvorkin, avec l'Église orthodoxe russe dans la campagne en Russie contre des minorités religieuses comme les JW.

"Si l'action de FECRIS n'est pas religieuse et prétend être neutre à cet égard, comment peut-il expliquer qu'une organisation enregistrée dans un état laïc - France - est financée massivement avec l'argent de tous les contribuables français, alors que son vice- Président, Alexander Dvorkin, un citoyen russe est béni et financé par le Patriarche de l'Église orthodoxe russe pour ses activités anti-sectes ", a ajouté le communiqué du CAIFC. "Cette même église orthodoxe russe qui, avec Poutine, persécute des minorités religieuses depuis des années en Russie".

La campagne de FECRIS contre les JW russes avait duré des années avant l'arrestation de Christensen. Une organisation associée de FECRIS en partenariat avec l'Église orthodoxe russe, le Comité pour le salut de la jeunesse des cultes totalitaires, a déposé la première plainte juridique contre les JW de Moscou en 1995, selon une étude de FECRIS publiée dans le Journal for the Study of Beliefs Et Worldviews (JSBW).

La plainte initiale a été rejetée, mais le comité a répondu à quatre reprises à Moscou contre les JW à Moscou jusqu'à ce que les autorités russes aient accepté de lancer une enquête en 1998. Un tribunal de district de Moscou a confirmé la plainte contre les JW en 2004 après une longue bataille légal et A ordonné une interdiction permanente contre la communauté moscovite des JW. Plusieurs contrats avec les différentes communautés JW ont également été déposés dans d'autres villes, malgré la décision de la Cour européenne des droits de l'homme en 2010 selon laquelle l'interdiction des JW de Moscou était contraire à la loi russe.

La dernière décision de la Cour suprême de Russie a interdit les JW dans tout le pays.

Aleksander Dvorkin

Dvorkin n'est pas seulement le vice-président de FECRIS, mais aussi le directeur de l'organisation membre FECRIS en Russie, le Centre de recherche sur les études religieuses de Saint-Irénée de Lyon, associé à l'Église orthodoxe russe.

La campagne de Dvorkin à travers FECRIS contre les JW en Russie les a attaqués à la fois sur le front juridique et social. La violence contre le JWS, y compris les incendies criminels et les agressions , a été liée à plusieurs commentaires de Dvorkin encourageant les soupçons publics et les actions contre le groupe religieux et d'autres selon l'étude de JSBW.

"Leurs adeptes recrutent des membres de l'université échoués, et les personnes en vacances aussi; Ils ont un large éventail d'influence psychologique, en particulier sur les esprits instables des adolescents et des jeunes ", a déclaré Dvorkin sur les Témoins de Jéhovah et la secte Hare Krishna. Dvorkin a encouragé le public à «participer à la lutte contre les sectes, déposer des plaintes et recueillir des données brutes afin que les autorités locales puissent réagir rapidement».

Dvorkin a également donné une interview dans un documentaire de 2009 appelé Emergency Investigation: les Témoins de Jéhovah, dans lequel il a comparé les JW aux trafiquants de drogue et les a qualifiés d'«esclaves». Selon l'étude de JSBW, ce documentaire a été utilisé comme justification de la violence publique contre JW membres en Russie.

Légalisation de la purification religieuse russe

La loi antitrangmique de 2002 de la Russie a ouvert la voie à Dvorkin et FECRIS pour étiqueter un groupe pacifique comme les JW en tant qu'expressifs et les interdire dans tout le pays.
http://dailycaller.com/2017/07/23/the-french-connection-how-the-russian-orthodox-church-and-the-putin-administration-colluded-with-a-french-ngo-to-destroy-the-jehovahs-witnesses/?utm_source=site-share

papy

avatar
Déclaration de la porte-parole sur la confirmation de l’interdiction des activités des Témoins de Jéhovah en Russie Service Européen pour l’Action Extérieure, Bruxelles, 18 juillet 2017 Publié le 26 juillet 2017 Toutes les versions de cet article : [English] [français] La Cour suprême russe a confirmé le 17 juillet sa décision antérieure ordonnant la dissolution de toutes les entités juridiques des Témoins de Jéhovah en Russie, la cessation de leurs activités et la confiscation de leurs biens, au motif d’« activités extrémistes ». La décision confirme l’interdiction frappant le culte pacifique des Témoins de Jéhovah dans l’ensemble du pays. Cette interdiction a déjà entraîné des poursuites pénales contre des Témoins de Jéhovah, ainsi que des descentes de police dans leurs salles de prière, des incendies criminels et d’autres formes de harcèlement. Les Témoins de Jéhovah, comme tous les autres groupes religieux, doivent pouvoir exercer pacifiquement leur droit à la liberté de réunion, sans ingérence, ainsi que le garantissent la Constitution de la Fédération de Russie, les engagements internationaux pris par le pays et les normes internationales en matière de droits de l’homme.

© Source : http://www.droit-tj.fr/spip.php?article482

Josué

avatar
Administrateur
Statement by the Estonian EU Presidency on the ban on Jehovah’s Witnesses in the Russian Federation
Publisher Organization for Security and Co-operation in Europe Date 20 July 2017

1155th Plenary Meeting of the Permanent Council
English
The views, opinions, conclusions and other information expressed in this document are not given nor necessarily endorsed by the Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE) unless the OSCE is explicitly defined as the Author of this document.
http://www.osce.org/permanent-council/333051

Josué

avatar
Administrateur
Les Témoins de Jéhovah dans le collimateur
Par Anne-Laure Juif - publié le 07/08/2017

L'avenir est incertain pour les Témoins de Jéhovah en Russie. Depuis mai dernier, la Cour suprême les considère comme « extrémistes ».

© Carla Lane via Flickr CC License by

Vingt-cinq ans de rebonds judiciaires… En Russie, les débats sur le statut des Témoins de Jéhovah ne sont pas nouveaux. La dislocation de l'Union soviétique en 1990 a laissé place à une Russie non- confessionnelle. L'article 14 de la constitution adoptée cette année-là dispose en effet que « la Fédération de Russie est un État laïc. Aucune religion ne peut s'instaurer en qualité de religion d'État ou obligatoire. Les associations religieuses sont séparées de l'État et égales devant la loi ».

Très vite, pourtant, des modifications vont être apportées à cette sécularisation. Dès 1997, une loi offre une place importante à l'Église orthodoxe et aux autres religions « traditionnelles », c'est-à-dire le judaïsme, le bouddhisme, l'islam et le christianisme.

Cette loi entre en application dans un contexte précis, rappelle Kathy Rousselet, directrice de recherche au Centre de recherches internationales à Sciences Po (Paris) : « L’affirmation croissante d’un “pluralisme limité” et le poids accordé (...) aux religions traditionnelles sur la scène publique apparurent comme une juste réponse à la crise identitaire et aux processus de globalisation qu’une partie de la classe politique, tout comme l’ É glise orthodoxe, cherchait à freiner. » (1)

Pour la première fois de cette ère post-soviétique, à la fin des années 1990, les Témoins de Jéhovah sont jugés devant le procureur général de la ville de Moscou. Une plainte du Comité pour la protection de la jeunesse contre les fausses religions a été déposée à leur encontre. En 2001, cette association de lutte contre les sectes relance le procès, mais le Conseil de l'Europe, dont la Russie est membre, rappelle les fondamentaux de la liberté de conscience.

L'extrémisme en question

En 2006, une loi vient corroborer la situation délicate des minorités. Elle entend élargir la définition de « l'extrémisme ». Désormais, il ne serait plus seulement assimilable à un acte violent, mais aussi à toute « incitation à la haine raciale, nationaliste ou religieuse et à l’hostilité sociale ». À nouveau, le Conseil de l'Europe demande des éclaircissements, au motif que « les comportements interdits par la loi contre l’extrémisme ne sont pas définis avec une précision suffisante pour permettre à un particulier de régler sa conduite ou les activités d’une organisation de façon à éviter de contrevenir à ce texte » (2). Ainsi, si les religions « traditionnelles » sont sanctuarisées, les autres naviguent dans un flou juridique.

C'est sur ce point que la justice russe a attaqué, récemment, les Témoins de Jéhovah. Après plusieurs jours d'audience, la Cour suprême a déclaré la communauté comme « extrémiste », après une saisie de documents à son siège de Moscou. Cette décision de justice a ouvert la voie à la liquidation des 395 communautés locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe et à la confiscation de leurs biens.

D’autres raisons ont ensuite émergé pour légitimer la décision de justice. Les Témoins de Jéhovah refusant de porter les armes et les transfusions sanguines, ces éléments ont été assimilés à un risque pour la sécurité nationale. En outre, l’Église orthodoxe a pointé le caractère prosélyte de la communauté.

Cependant, la décision de la Cour suprême est à analyser dans un contexte plus global. Kathy Rousselet souligne que « l'essor du nationalisme et le développement actuel de la rhétorique anti-occidentale en Russie contribuent à renforcer l'opposition aux religions dites “non traditionnelles” ».

Des arrestations ont eu lieu, comme à Orel, à 300 kilomètres au sud de Moscou. Le 25 mai dernier, Dennis Christensen, un Témoin de nationalité danoise, a été arrêté et condamné par un tribunal local, qui l’a reconnu coupable de « participation à des activités extrémistes ». Il a été condamné à deux mois de prison. L’avocat de l’accusé a fait appel. En octobre 2016, la communauté des Témoins d'Orel avait déjà été dissoute par une cour de justice régionale, en accord avec la loi sur l'extrémisme.

Pour l'heure, un appel a été déposé face à la décision de la Cour suprême. Loin de capituler, la communauté a donc dû s’adapter et s’organiser ces dernières années. Selon Philippe Barbey (3), les Témoins de Jéhovah sont désormais « passés maîtres dans l'art de la pratique de leur foi dans la clandestinité », et sont même. « sortis encore plus forts des interdictions et des persécutions provoquées par Hitler ou Staline ».

La Russie n'est pas le seul pays à avoir été épinglé pour sa position sur les Témoins de Jéhovah. L'Assemblée nationale française avait publié un rapport en 1995 qualifiant la communauté de « secte » et pouvant être soumise à la taxation des offrandes des fidèles. Les Témoins de Jéhovah étaient pourtant reconnus par la justice comme une association cultuelle, et donc soumise à des réductions fiscales. Seize ans plus tard, en 2011, la Cour européenne des droits de l'homme a sanctionné la France. La Miviludes – Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires – souligne cependant que cette décision se fonde sur la dimension fiscale entendue par le rapport parlementaire, non pas sur des pratiques qui restent donc sous surveillance.

(1) Kathy Rousselet, « La liberté de conscience en Russie : du transfert d'un concept au conflit de normes », in Sylvie Martin (dir.) Circulation des concepts entre Occident et Russie, [en ligne], Lyon, ENS LSH, mis en ligne le 10 décembre 2008.

(2) Décision de la Commission Venise du Conseil de l'Europe du 17 mars 2012

(3) auteur de Les Témoins de Jéhovah, Pour un christianisme original (L'Harmattan, 2003)
http://www.lemondedesreligions.fr/une/les-temoins-de-jehovah-dans-le-collimateur-07-08-2017-6534_115.php

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Этот судебный иск представляет угрозу не только для «Свидетелей Иеговы», но и для свободы личности в целом в Российской Федерации. Подобное использование законодательства о борьбе с экстремизмом как предлог для ограничения свободы мнений и религиозных убеждений совершенно неприемлемо и даже опасно. Такой подход сулит «темное будущее» для религиозной свободы в России».
Source : https://www.gazeta.ru/social/2017/07/17/10792094.shtml

Traduction Marmhonie :
Ce procès est une menace non seulement pour les Témoins de Jéhovah, mais aussi pour la liberté de l'individu dans son ensemble dans la Fédération de Russie. Cette utilisation de la loi sur la lutte contre l'extrémisme comme prétexte pour limiter la liberté d'opinion et de croyance religieuse est tout à fait inacceptable et même dangereux. Cette approche promet un "avenir sombre" pour la liberté religieuse en Russie.

La Gazette Russe signale objectivement l'interdiction décidée par le Kremlin des témoins de Jéhovah en Russie.

Patrice1633

avatar
Jehovah intervient tout le temps au bon moment ...
il reste la plus haute cours suprême de la Russie ...
Attendons le résultat de la plus haute cours de Russie, à tout les coups Jehovah interviens à ce moment et ils ne peuvent plus revenir sur leur décision, c'est la meilleur facon de faire ...

samuel

avatar
Administrateur
Marmhonie a écrit:Этот судебный иск представляет угрозу не только для «Свидетелей Иеговы», но и для свободы личности в целом в Российской Федерации. Подобное использование законодательства о борьбе с экстремизмом как предлог для ограничения свободы мнений и религиозных убеждений совершенно неприемлемо и даже опасно. Такой подход сулит «темное будущее» для религиозной свободы в России».
Source : https://www.gazeta.ru/social/2017/07/17/10792094.shtml

Traduction Marmhonie :
Ce procès est une menace non seulement pour les Témoins de Jéhovah, mais aussi pour la liberté de l'individu dans son ensemble dans la Fédération de Russie. Cette utilisation de la loi sur la lutte contre l'extrémisme comme prétexte pour limiter la liberté d'opinion et de croyance religieuse est tout à fait inacceptable et même dangereux. Cette approche promet un "avenir sombre" pour la liberté religieuse en Russie.

La Gazette Russe signale objectivement l'interdiction décidée par le Kremlin des témoins de Jéhovah en Russie.
Merci de la traduction qui montre qu'il y des gens qui montrent les danger pour la liberté cette interdiction.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
«  Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.  »

Martin Niemöller "Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit......" - katefannay sur LePost.fr (23:43) - Huffington Post
archives-lepost.huffingtonpost.fr › article

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Flashs actus

BREAKING NEWS | Russian Court Bans New World Translation


On August 17, 2017, the Vyborg City Court in Russia ruled to ban the New World Translation of the Holy Scriptures (NWT). In Russia, it is illegal to ban a Bible. However, a court-appointed “expert study” claimed that the NWT is not a Bible. The decision to ban the NWT came even after the powerful testimony of experts and the fine argumentation of our brothers, proving undeniably that the NWT is a Bible. In spite of such obvious discrimination, Jehovah’s Witnesses worldwide take comfort from Isaiah 40:8, “the word of our God endures forever.” We are appealing the decision.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 6 sur 7]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum