Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Logos selon Philon et le Logos selon Jean, même Logos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

vulgate


Certains affirment que le Logos de Jean serait la copie conforme du Logos de Philon d'Alexandrie. Qu'en est-il vraiment ?

Josué


Administrateur
Oui c'est une idée qui se propageait au premier siècle parmi certains chrétiens.
A approfondir.

vulgate


Josué a écrit:Oui c'est une idée qui se propageait au premier siècle parmi certains chrétiens.
A approfondir.
Mais, si le Logos de l'évangile de Jean est une idée philosophique s'inspirant de la civilisation grecque Est-ce que ça ne remet pas en question l'inspiration divine de cet évangile ?

Mikael


MODERATEUR
MODERATEUR
Entre ce que disait certains mouvements qui dérivaient du christianisme et ce que dit Jean il y a une marge.Jean ne tombe pas dans le pièges des philosophes grecques sur le logos.

Josué


Administrateur
dans la Bible, Jésus est appelé “ le Logos ”, c’est-à-dire “ la Parole ” ou le Porte-parole de Dieu (Jean 1:1-3, 14-18 ; Révélation 19:11-13). Très tôt, cet aspect est mis à mal par Justin qui, en bon philosophe, joue sur les deux sens du mot grec logos : “ parole ” et “ raison ”. Les chrétiens, dit-il, ont accueilli le logos (dans le sens de “ parole ”) en la personne de Christ ; mais le logos (dans le sens de “ raison ”) se trouve en tout homme, y compris chez les païens. Et de conclure que vivre en harmonie avec la raison revient à être chrétien, quand bien même passerait-on pour athée, tels Socrate et d’autres ! — Première apologie, 46.
Mais ce n’est pas tout. En forçant le rapprochement entre Jésus et le logos des philosophes grecs, qui était très lié à la personne de Dieu, les apologistes, notamment Tertullien, entraînent la chrétienté sur une voie qui aboutira au dogme trinitaire.

Josué


Administrateur
Charles Dodd, qui a dirigé les travaux sur la New English Bible, fait la remarque suivante sur cette façon de voir: “Une traduction possible (...) serait: ‘La Parole était un dieu.’ Cette traduction mot à mot ne serait pas fautive.” Cependant, la New English Bible ne rend pas le verset ainsi, mais plutôt de cette façon: “Au commencement de toutes choses, la Parole était déjà. La Parole demeurait avec Dieu, et ce que Dieu était, la Parole l’était.” Pourquoi le comité de traduction n’a-t-il pas choisi la façon la plus simple de le rendre? Charles Dodd répond:
“La raison pour laquelle c’est inacceptable, c’est que cette idée est incompatible avec la pensée johannique généralement admise, et même avec la pensée chrétienne dans son ensemble.”
— Technical Papers for the Bible Translator, volume 28, janvier 1977.

Marmhonie


MODERATEUR
MODERATEUR
Béréchit, בְּרֵא, au commencement

Béréchit, בְּרֵאשִׁית, est un mot unique. La tradition rabbinique nous enseigne que le monde a été çréé par le caractère, le signe hébreu ב, le Bêt ou Beth.
Beth, Bet (même lettre que le vet sauf avec un point à l'interieur de la lettre en hébreu) ou Vet est la seconde lettre de nombreux abjad sémitiques, dont le phénicien, l'araméen, le syriaque ܒ, l'hébreu ב, et l'arabe bāʾ ﺏ.


On ne peut donc pas traduire par "Au commencement", mais bien par "In principio" comme St Jérôme de Stridon l'avait compris, insiste le savant Bonnet-Eymard.

Josué


Administrateur
On établit des parallèles entre mythes grecs et personnages bibliques. Jésus se voit comparé à Persée, et la conception virginale de Marie à celle de Danaé, mère de Persée.
Des enseignements s’en trouvent profondément altérés. Par exemple, dans la Bible, Jésus est appelé “ le Logos ”, c’est-à-dire “ la Parole ” ou le Porte-parole de Dieu (Jean 1:1-3, 14-18 ; Révélation 19:11-13). Très tôt, cet aspect est mis à mal par Justin qui, en bon philosophe, joue sur les deux sens du mot grec logos : “ parole ” et “ raison ”. Les chrétiens, dit-il, ont accueilli le logos (dans le sens de “ parole ”) en la personne de Christ ; mais le logos (dans le sens de “ raison ”) se trouve en tout homme, y compris chez les païens. Et de conclure que vivre en harmonie avec la raison revient à être chrétien, quand bien même passerait-on pour athée, tels Socrate et d’autres ! — Première apologie, 46.
Mais ce n’est pas tout. En forçant le rapprochement entre Jésus et le logos des philosophes grecs, qui était très lié à la personne de Dieu, les apologistes, notamment Tertullien, entraînent la chrétienté sur une voie qui aboutira au dogme trinitaire.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum