Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Vous jetez en moyenne 20 kg de nourriture par an!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Josué

avatar
Administrateur
Vous jetez en moyenne 20 kg de nourriture par an!
On vit dans une société de consommation, ça c'est clair, mais surtout dans une société de gaspillage.

Et ceci dans tous les domaines. Mais s'il y a un domaine où c'est plus choquant que les autres, c'est celui de la nourriture….

20 kg/Français/an


Selon une étude de "France Nature Environnement", chaque Français jette en moyenne 20 Kg de nourriture par an.

Et sur ces 20 Kg : 7 Kilos sont des produits encoure emballés. Le reste, soit 13 Kg, est jeté sous forme de restes de repas. Ce qui représente pour chaque famille une perte de 170 €.

Le piège des promos….et des dates de péremption

Une bonne partie de ce gâchis pourrait être évité…..en évitant les pièges de certaines promotions. Une viande qui arrive bientôt à la date limite qui est vendue moins chère, finit souvent à la poubelle si elle n'est pas cuisinée tout de suite. De même certaine promotions nous font acheter des quantités de nourriture bien supérieures à notre consommation.

"Ce riz est périmé en 2013, alors qu'il est consommable jusqu'en 2020. Il faut faire très attention au dates de péremption sur les produits secs, elles sont absurdes", déclare sur France 2 Benoît Hartmann, de France Nature Environnement.
Un peu de rigueur dans les achats pourrait facilement diviser par 4 le volume de ces déchets, dont les coûts de traitement sont élevés. Les déchets alimentaires représentent 5% du volume total des déchets, soit 1 million de tonnes par an.

D'après une étude britannique, 1/4 de la nourriture achetée par les ménages finit à la poubelle..
http://www.lepost.fr/article/2011/05/04/2484966_conso-chaque-francais-jette-en-moyenne-20-kg-de-nourriture-par-an.html#xtor=EPR-344-[NL_1144]-20110505

Psalmiste

avatar
Là ou je suis actuellement (à la clinique) se sont des plateaux repas entier qui partent chaques jours à la poubelle, car dés que quelque chose est déposé à 1 table, il part systèmatiquement à la poubelle s'il n'a pas été consommé (même si le repas / ou les carrés de beurre et de confiture n'ont pas été ouvert, c'est pour la poubelle).

Psalmiste

avatar
Je pense qu'il faudrait apprendre aux personnes à plus cuisiner, cela permetterait de moins gaspiller !

Par exemple moi lorsque j'ai du pain dure, je le transforme soit en pooding, soit en pain perdu.

Si j'ai des fruits qui commencent à être trop murs, je ne les jette pas, j'en fais de la compote (c'est très facile à faire, c'est 1 vrai délice, et ça ne coute presque rien).

Si j'ai des tomates qui sont elles aussi 1 peu trop mur, j'en fais soit 1 sauce, soit 1 soupe.

Josué

avatar
Administrateur
nous somme dans une civilisation de consommation a outrance et ça se ressent même sur le nourriture.

Psalmiste

avatar
Oui c'est vrai !

En plus, là où je me trouve, il y'a 1 Mr qui s'est fait remonter les bretelles pour avoir osé donner le reste de son pain aux oiseaux.

On lui a demandé de ne plus le faire, mais de le jetter s'il ne le finissait pas !

Josué

avatar
Administrateur
le plus fort c'est que même ceux qui travail dans les hôpitaux n'ont pas le droit de ramener chez eux la surplus.

samuel

avatar
Administrateur
quoi que nous achetons c'est archie emballé.

Psalmiste

avatar
le plus fort c'est que même ceux qui travail dans les hôpitaux n'ont pas le droit de ramener chez eux la surplus.

Non, dés que quelque chose est posé sur la table, il part à la poubelle s'il n'est pas mangé.

Voila pourquoi chaque matin je récupère plusieurs petits pots de confiture, entier, et même pas ouvert, pour éviter que cela parte à la poubelle !

Et je les mange dans la journée avec la brioche que je me suis achetté - lol Smile

samuel

avatar
Administrateur

il est en plus interdit aux personnels d'emporter de la nourriture restante chez eux.

Psalmiste

avatar
il est en plus interdit aux personnels d'emporter de la nourriture restante chez eux.

En même temps, je ne suis pas certain que le personnels hospitalié aient fort envie d'emporter chez eux la nourriture de l'hopital, car on ne peut pas vraiment dire que ce soit du raffiné !

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Psalmiste a écrit:
il est en plus interdit aux personnels d'emporter de la nourriture restante chez eux.

En même temps, je ne suis pas certain que le personnels hospitalié aient fort envie d'emporter chez eux la nourriture de l'hopital, car on ne peut pas vraiment dire que ce soit du raffiné !
Tant fait ceux qui sont intèrimaires ne font pas le fine bouche.

Josué

avatar
Administrateur
AFP, Mise a jour : 11 mai 2011
Plus d'un milliard de tonnes de nourriture gaspillées chaque année
Plus d'un milliard de tonnes de nourriture soit un tiers des aliments produits sont gaspillées chaque année, affirme le Fonds des Nations unies pour l'alimentation (FAO) qui a appelé à "réduire les déchets alimentaires pour nourrir le monde".
Au total, le tiers des aliments produits chaque année sur la planète pour la consommation humaine, soit environ 1,3 milliard de tonnes, est perdu ou gaspillé, selon un rapport préparé par la FAO, basée à Rome.

Ce volume équivaut à plus de la moitié de la production céréalière mondiale (2,3 milliards de tonnes en 2009-2010), alors que près d'un milliard de personnes - 925 millions - souffrent de la faim dans le monde.

Selon les experts de la FAO, les pays industriels et les pays en développement gaspillent grosso modo les mêmes quantités de nourriture, soit respectivement 670 millions et 630 millions de tonnes.

Mais pour des raisons différentes.

Dans les pays en développement, les pertes alimentaires sont importantes "aux stades de la production, de la récolte, de l'après-récolte et de la transformation", en raison notamment d''infrastructures défaillantes et de technologies dépassées".

Dans les pays industriels, le gaspillage de nourriture, "est trop souvent le fait des commerçants et consommateurs qui jettent à la poubelle des aliments parfaitement comestibles". En Europe et en Amérique du Nord, chaque consommateur gaspille entre 95 et 115 kg par an.

Josué

avatar
Administrateur
Pour nourrir les neuf milliards d'habitants de la planète en 2050, une réforme majeure du système alimentaire mondial s'impose alors que les récoltes de certaines régions sont menacées par le réchauffement climatique, a averti mardi l'organisation humanitaire Oxfam.





Si rien n'est fait, le prix de certaines denrées alimentaires comme le maïs aura plus que doublé d'ici 2030, frappant en premier les plus pauvres qui dépensent déjà jusqu'à 80% de leurs revenus pour se nourrir, selon le rapport de l'ONG britannique.

"Le système alimentaire ploie sous l'intense pression du changement climatique, de la dégradation écologique, de la croissance démographique, de la hausse des prix de l'énergie, de l'augmentation de la demande de viande et de produits laitiers, de la concurrence pour l'obtention de terres pour produire des biocarburants, de l'industrialisation et de l'urbanisation", selon le document.

Alors que plus de 900 millions de personnes sur une population mondiale de 6,9 milliards souffrent déjà de la faim aujourd'hui, le nombre des victimes pourrait s'accroître rapidement lorsque la "catastrophe annoncée" aura frappé d'ici 2050 avec un bond prévu de 70% de la demande de produits alimentaires, a estimé Oxfam.

"Notre capacité à augmenter la production alimentaire est en déclin et le taux moyen de croissance des rendements agricoles a diminué de près de moitié depuis 1990 et devrait continuer à diminuer pour atteindre moins de 1% dans la prochaine décennie", a averti le rapport intitulé "Cultiver un avenir meilleur".

Les récentes périodes de sécheresses et autres incidents climatiques dans le monde "laissent augurer d'une baisse de la production céréalière et donc d'une nouvelle hausse des prix agricoles", a noté Jean-Cyril Dagorn d'Oxfam France.

A l'approche du G20 agricole (à Paris les 22 et 23 juin), Oxfam a lancé un appel à "enrayer la spéculation sur les denrées agricoles et alimentaires et relever le défi alimentaire mondial".

Selon l'ONG, la réforme du système alimentaire doit passer par davantage d'investissements dans l'agriculture paysanne et familiale, la valorisation des ressources naturelles, un meilleur accès aux marchés pour les petits exploitants, la lutte contre le gaspillage, d'eau notamment, et l'arrêt des subventions à la production de bio-carburants dans les pays riches.

Le rapport a également réclamé l'arrêt de la domination de quelques grandes multinationales sur le marché des matières premières agricoles et des semences.

Prenant l'exemple de l'Inde, Oxfam a rappelé que la croissance économique y a plus que doublé entre 1990 et 2005 mais que le nombre de personnes souffrant de la faim a augmenté de 65 millions. En effet, les populations pauvres en milieu rural restent exclues du développement économique.

En parallèle, l'engouement des Etats-Unis pour le bio-éthanol a conduit à utiliser 15% du maïs mondial pour en faire du carburant, même en période de forte crise alimentaire.

Et l'ONG de rappeler que la quantité de céréales nécessaires pour faire le plein d'éthanol d'un véhicule 4x4 peut nourrir une personne pendant un an.
http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/article.aspx?cp-documentid=157976837

Psalmiste

avatar
Pour nourrir les neuf milliards d'habitants de la planète en 2050

A mon avis qu'en 2050 il n'y aura plus de famines, ni de guerres, ni de maladies, ni de cries, ni de pleurs, car lorsque l'ont voit ce que dit Mat 24 et 2 Tim 3.1-5, l'on se dit que l'on se rapproche à grand pas de la fin, vous ne croyez pas ???

Josué

avatar
Administrateur
Les Nations unies déclarent deux régions du sud de la Somalie en famine
Deux régions du sud de la Somalie, frappées par une gravissime sécheresse, ont été déclarées en état de famine par les Nations unies, qui parlent de la "plus grave crise alimentaire en Afrique" en 20 ans et appellent à la mobilisation pour éviter que la situation n'empire.




AFP
Selon l'ONU, jusqu'à 350.000 personnes souffrent de famine dans le sud de la région de Bakool et dans celle de Lower Shabelle, toutes deux contrôlées par les insurgés islamistes shebab. Le taux de malnutrition aiguë y dépasse les 30%, et sur une population de 10.000 personnes plus de six enfants de moins de cinq ans y meurent tous les jours.

"Si nous n'agissons pas maintenant, la famine va s'étendre à toutes les huit régions du sud de la Somalie dans les deux mois à venir, en raison de mauvaises récoltes et de l'apparition de maladies infectieuses," a averti à Nairobi le coordinateur humanitaire des Nations unies pour la Somalie, Mark Bowden.

L'ONU estime que près de la moitié de la population somalienne, soit 3,7 millions de personnes dont 2,8 millions dans le sud, sont désormais en situation de crise.

Les insurgés islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui contrôlent la plupart du sud et du centre de la Somalie, ont salué la déclaration de famine de l'ONU, se disant de nouveau prêts à accepter l'aide étrangère. La condition est que l'aide soit "fournie purement sur des bases humanitaires" et que les valeurs religieuses des Somaliens, musulmans, (soient) respectées", a indiqué un haut responsable shebab sous couvert d'anonymat à l'AFP.

Face à la gravité de la sécheresse, les insurgés avaient rappelé au début du mois les travailleurs humanitaires étrangers qu'ils avaient poussés au départ en 2009.

Dans les deux régions frappées de famine, les taux de mortalité et de malnutrition sont comparables ou supérieurs aux précédentes crises qui ont frappé le Niger en 2005, l'Ethiopie en 2001 ou le Soudan en 1998, rappellent les Nations unies.

"Etant donné sa sévérité et son étendue géographique, il s'agit de la crise alimentaire la plus grave en Afrique depuis la famine en Somalie des années 1991/1992", précisent-elles même. Quelque 220.000 personnes avaient péri lors de cette catastrophe.

Environ 12 millions de personnes sont touchées dans l'ensemble de la Corne de l'Afrique par la sécheresse. Djibouti, l'Ethiopie, le Kenya, l'Ouganda sont aussi affectés. Et les Etats-Unis ont exhorté l'Erythrée à révéler dans quelle mesure elle souffre aussi de la catastrophe climatique.

Mais en Somalie, la catastrophe climatique s'ajoute aux conflits armés permanents.

Mercredi, les Nations unies, selon lesquelles la famine a déjà fait des dizaines de milliers de morts en Somalie ces derniers mois, ont demandé une rallonge de 500 millions de dollars pour l'aide humanitaire en 2011, notamment pour faire face au développement "inquiétant" dans la Corne de l'Afrique. Ils incluent 120 millions de dollars déjà réclamés par l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

En Somalie, estimant que la guerre civile incessante, et pas seulement la sécheresse, avait conduit à la famine, le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a jugé depuis Genève que toute solution devait aussi inclure un accord de paix dans le pays.

L'Organisation de la coopération islamique (OCI) est allée jusqu'à lancer un appel à une trêve humanitaire dans le pays pour permettre l'arrivée et la distribution de l'aide.

La sécheresse et les conflits poussent aussi sur les routes des milliers de Somaliens, parfois prêts à entreprendre des semaines de marche pour rejoindre l'Ethiopie et le Kenya. Ils espèrent trouver dans ces pays voisins une aide humanitaire qui fait cruellement défaut chez eux.

En lutte contre les shebab, le gouvernement somalien de transition aussi s'est félicité de l'annonce des Nations unies, espérant une recrudescence de l'aide.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a cependant pointé qu'il sera dangereux d'acheminer cette aide, en raison des pillages et attaques qui sévissent dans les zones décrétées en famine.

Le PAM avait quitté les régions somaliennes sous contrôle shebab en raison des menaces pour la vie de ses équipes et de l'imposition de conditions de travail jugées inacceptables, comme l'imposition de taxes informelles et l'exigence qu'aucune femme ne travaille pour eux sur place.

Invité


Invité
J'achète ce que je consomme, et si, j'en ai trop, mes fifilles seront elles ravies, épluchures, pain dur comme du chien. C'est vrai, je pourrai faire du pain perdu.
Nous sommes mal informés, aussi. Moi, je prends exemple sur les aînés, ceux qui ont connu la guerre. Bien qu'ils partent tous, les uns après les autres.. Sad
Oui, les gens consomment à outrance, et peut-être qu'avec la crise ils réfléchiront deux fois avant de jeter. Tant de peuples meurent de faim, et nous, on se débarrasse. Pff !

Pro-TJ

avatar
Pendant que ceux qui ont les moyens de jeter en parlent
parce qu’ils on les moyens d'en parler
parceque même les pauvres gaspillent l'ecxé
et n'ont pas les moyens d'en parler
Riche ou pauvre, l'homme domine l'homme à son détriment





Pro-TJ

avatar
Psalmiste a écrit:
Pour nourrir les neuf milliards d'habitants de la planète en 2050

A mon avis qu'en 2050 il n'y aura plus de famines, ni de guerres, ni de maladies, ni de cries, ni de pleurs, car lorsque l'ont voit ce que dit Mat 24 et 2 Tim 3.1-5, l'on se dit que l'on se rapproche à grand pas de la fin, vous ne croyez pas ???

et pourquoi pas en 2012 ?
et 2100 ?
voire 3000 ?

Josué

avatar
Administrateur
tout est fait pour que nous jetons .le moindre paquet est entouré de plastique .

20 coup de mer le Lun 5 Déc - 14:44

Josué

avatar
Administrateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum